Nos Sériales Lectrices : Kris, la chouchou du week-end !


 

Bonjour Kris, es tu prête à être soumise à la question ?

 Je le suis ! 

Alors Kris peux-tu te présenter

 krisBonjour, je m’appelle Kris, je bois … euh pardon, je lis ! Depuis … chuis obligée de le dire ?? Plus de 40 ans et du Polar et Thriller principalement, des auteurs anglo-saxons, mais ça c’était avant, depuis, un peu grâce à Bernard MINIER, je suis tombée dans la marmite des auteurs français et francophones et OUI, ils ont un ENORME talent ! Ce qui ne m’empêche pas d’adorer Marina Carrère d’Encausse , Grégoire DELACOURT, Gilles LEGARDINIER et bien d’autres !!

 

Ok, ok, Kris, je veux tout savoir,  ta scolarité, ton parcours pro, ton âges, oui je le demande même au dame ! Surtout quand elle aime le noir !

Je suis une femme heureuse et en grande vacances depuis 6 ans !

Donc pour la Scolarité, on va dire « Ecole de la vie » et elle a pas toujours été facile !! Heureusement j’ai un homme en Or !

J’ai commencé en travaillant 52 h par semaine, dans la fabrication des « Charentaises » puis petit à petit, à force de pugnacité j’ai passé des concours, fait des formations, diverses et variées ; et j’ai terminé ma carrière (enfin les 15 dernières années) Assistante de Direction dans une boite de 400 personnes !

Je ne renie pas mon parcours !

Tu veux savoir mon âge ?? Mais pas de soucis j’ai eu 66 ans cette année !!

 Dis moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial.

Mon père lisait beaucoup mais c’est bien plus tard que j’en ai pris conscience !

Peux-tu me montrer ta/ tes bibliothèque(s) :

Peut être … (je t’enverrai une photo en pièce séparée) Mais elle n’a rien de rare tu sais

Es-tu papier ou numérique ?

Papier depuis toujours … mais on ne dit jamais « Fontaine je ne boirais pas de ton eau » n’est ce pas ?

Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

Un passe temps, une évasion que je traîne depuis plus de 50 ans …. Et aussi un enrichissement personnel et une ouverture sur le monde (je dis toujours :’Je laisserai bien tout ce que je sais pour tout ce que je ne sais pas !)  J’ai pratiquement toujours lu sans jamais penser à rencontrer les auteurs, tout ça est très récent !

Lectrice depuis plus de 40 ans, oh punaise, ça ne rajeunit pas tout ca !! Je me suis d’abord tournée comme beaucoup vers les romans dits « A l’eau de rose » tels les Delly, Barbara Cartland, Anne et Serge Golon, bref … Non, non … Même pas honte !! Et puis un jour j’ai découvert les Polars et Thriller..

 Alors,  parle nous un peu du polar  ? Tu le sais ici c’est le genre qui prédomine !

krisOui.. comme je te le disais, un jour j’ai découvert les Polars et Thrillers et tout particulièrement Michaël CONNELLY et Dennis LEHANE pratiquement en même temps, puis Franck THILLIEZ qui m’a appris que les français n’étaient point du tout à la traîne dans ce domaine et puis plus récemment Jussi ADLER OLSEN dont je suis devenue une inconditionnelle.

Le polar ça a été une grande histoire d’amour mais qui commence à s’estomper, peut être trop lu ? Je me dirige petit à petit de plus en plus vers le « Noir » … Mais c’est et restera une grande passion !!

 Kris,  dis-nous, quels sont tes auteurs favoris 

Mon tout premier favori que je suis depuis ses débuts Mickaël Connelly, talonné par Dennis Lehane pour les mêmes raisons.

 krisLes égouts de Los Angeles /  Connelly, Michael /Le Livre de poche

Le très solitaire inspecteur de police Harry Bosch retrouve un de ses anciens camarades du Viêt Nam assassiné. Il découvre que ce meurtre est lié au pillage d’une banque organisé à partir des égouts de Los Angeles. Il tente de percer ce mystère. Prix Calibre 38.

Premier roman publié par Michael Connelly, Les Égouts de Los Angeles est un coup de maître. C’est aussi l’acte de naissance de Hieronymus (Harry) Bosch, fils d’une prostituée assassinée, policier au sale caractère, alcoolique, en butte à sa hiérarchie et en guerre contre la débauche de la métropole californienne.

 

krisUn dernier verre avant la guerre / Lehane, Dennis / Rivages Noir

Deux sénateurs qui ont assez d’influence pour bloquer le jeu politique jusqu’à l’an 2000, engagent un couple de détectives privés, Patrick Kenzie et Angela Gennaro, pour retrouver une femme de ménage noire chargée de nettoyer leurs bureaux et qui a disparu en emportant des documents. Celle-ci est assassinée et c’est l’enfer qui se déchaîne dans les rues de Boston.

Ce que Patrick et Angela vont découvrir, c’est un feu qui couve «en attendant le jet d’essence qui arrosera les braises». En attendant la guerre des gangs, des races, des couples, des familles. Thriller urbain, roman engagé, un dernier verre avant la guerre est la première enquête du couple kenzie-gennaro, les deux héros meurtris de Dennis Lehane. Ils ont, selon les mots de Jean-Pierre perrin dans libération, «le désespoir terriblement drôle et l’humour ravageur prêt à fleurir sur la moindre cicatrice».

Ensuite bien sur, viennent Bernard MINIER, ELLORY , JUSSI, Philippe BESSON (Je sais c’est pas du Polar) Franck BOUYSSE, Hervé COMMERE, Caryl FERREY, Marin LEDUN ; Jacques-Olivier BOSCO….

Ah fallait pas me lancer … et plus récemment Benoît PHILIPPON , Nicolas ZEIMET, Lionel Salaün et Xavier-Marie BONNOT

Bien sur tous ces auteurs n’étaient pour moi que virtuels et mon plaisir tel que je ne pensais même pas à les rencontrer ou les connaître un peu mieux ! Erreur !! Un auteur, Bernard Minier pour ne pas le nommer, a daigné répondre à un petit mot laissé sur sa page et de là j’ai osé parler de ce que je lisais. Je ne le remercierai jamais assez ! Depuis de salons en dédicaces, je poursuis ma route, avec toujours le même plaisir de lire mais enrichi de toutes ces belles rencontres. Bon après, les ressentis ce n’est pas trop mon domaine, mais j’aime faire savoir quand un livre est vraiment bon ! De plus je découvre de plus en plus d’auteurs dont on parle peu mais qui valent leur pesant d’or. Voili ! Voilou !

 

Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Oui bien sur

Quand j’ai commencé à échanger avec Bernard MINIER, je lui ai demandé pourquoi il ne venait pas au Festival du Polar de COGNAC (je ne suis pas très loin mais à l’époque je n’y avais jamais mis les pieds !) et il m’a répondu « Mais j’ai eu le prix du Polar l’an passé avec GLACE … OUPS !! » Et tout est parti de là ! Donc je remercie du fond du cœur Bernard qui m’a fait découvrir les salons …..

Sinon…Rien à rajouter ?

Ben je trouve que c’est pas mal déià !!

Ah si … je suis très gourmande …

 

 Merci Ma Kris d’avoir jouer ce petit jeu de question-réponse avec moi. J’ai aimé te découvrir un peu plus. Je pense que nos lecteurs vont apprécier aussi. 

Eppy Fanny, Sériale Lectrice


sériale lectrice

Aujourd’hui, nous poursuivons, cette nouvelle rubrique sur Collectif Polar.

« Sériale Lectrice »

Et oui, ça vous dit déjà un peu quelque chose sans doute

L’idée de cette rubrique a pris forme dans mon esprit dérangé après un jeu concours sur forme de tag que j’avais lancé pour le 500e article de notre blog.

Les réponses des participantes m’ont tellement emballée que j’ai eu envie de poursuivre l’aventure avec d’autres grandes lectrices, passionnées, comme vous et moi par les bouquins et les histoires qu’ils nous racontent.

Alors comme moi, j’espère que vous allez apprécier ces nouvelles rencontres.

Et le deuxième portrait est consacrer à Eppy Fanny, une de nos nouvelles chroniqueuses 

J’espère qu’il vous emballera autant que moi


GVL : Bonjour Fanny, pourrais-tu te présenter
.

eppya Je me nomme (ici) Eppy Fanny. Je ne voudrais pas que vous oubliez mon anniversaire. Au fait le 06/01 j’aurais 54 ans et, comme les enfants je veux le nombre exact de bougies. D’autant que je ne mange pas de gâteau !

 

 

 

 

GVL : Quel genre de lectrice es-tu ?

 Pour la lecture, comment dire, vous situez Obelix, celui qui est tombé dans la potion magique ? Et bien la lecture pour moi c’est pareil.

Dès que j’ai su lire j’ai toujours eu un livre entre les mains. Et je rêvais d’être malade souvent.

GVL : Et dans ta famille, quel place avait le livre ?

 Etant originaire d’une famille modeste, les achats de nouveaux livres étaient la récompense pour une petite fille souffrante. Plus tard, pour assouvir ma passion et acheter ma drogue, en plus de ma scolarité, je cumulais des petits jobs…

GVL : Qu’est ce que tu aimes lire, quels genres ?

 J’aime beaucoup de genre littéraire : Romans historiques (avec une tendresse particulière pour le Moyen-âge et l’Egypte), SF (Barjavel découvert j’avais 15 ans), Fantaisy (Robin Hobb et …), romans régionaux (Giono), géopolitique, Poésies (Verlaine, Hugo), voyages, les auteurs classiques, la BD (SF- Fantisy – polar et humour), les romans contemporain (mon cher Patrick Cauvin qui m’a fait rire et pleurer et que malheureusement je ne croiserais jamais). Je vous en parlerais sur ma page au fil du temps.

GVL : Et le polars dans tout ça ?

 eppyEt puis les polars… Tomber dedans via Agatha Christie. Tous lu entre 14 et 16 ans ainsi que Sir Conan Doyle… Et chez les français Gaston Leroux et Maurice Leblanc … Je dois avouer que je suis une dévoreuse. Je mets entre 5 et 8h (suivant le nb de page) à lire un livre, si je ne suis pas dérangée … Puis il y a eu Stephen King, la belle époque et les 1er romans. Un Ovni total qui reste très au-dessus de la mêlé. Egalement Michael Connelly, Minette Walters, et une multitude d’autres auteurs d’outre-manche. Et la France m’a apporté les Camhugs, Thilliez, Chattam, Bussi, Grangé, Norek, Bauwen. Pour ces écrivains j’ai tout lu ! Puis un peu de Vargas. Les salons m’ont permis de découvrir : Lebel, Moitet, Mannok, Favan, Saussey, Giebel,Dessaint, Lemaitre, Sonja, Sir Cedric (je n’aborde là que les dernières rencontres)…

GVL : Donc beaucoup de Polar ? Et qu’aimes tu dans le polar ?

 Les polars sont pour moi une passion dévorante, car suivant les auteurs lus, je me trouve en immersion dans une époque, une contrée. C’est un instantané de société extraordinaire qui en exacerbe les pires travers. Le polar « classique » me permet de mener l’enquête conjointement avec le policier ou détective. Les polards plus sombres, même si parfois ils me malmènent, me permettent de me faire peur et me tiennent d’avantage en haleine. Et j’ai une vraie addiction pour les polars psychologiques. Je trouve fascinant ces jeux de manipulations des personnages, et celle non moins présente dont l’auteur use à l’encontre du lecteur. Vous aurez compris que je lis beaucoup. Et mes chroniques sont comme moi, entières et passionnées. Bonne lecture à vous, et merci à Geneviève pour l’honneur qu’elle me fait !

  GVL : Parle moi un peu de ta bibliothèque. Comment elle est classée ? Qu’est ce qu’on y trouve ?

  A la base elle est classée par auteur et genre

  C’est en gros toujours d’actualité même si faute de place j’empile un tantinet

Voilà la vue d’ensemble. Je t’ai également fait des photos du détail par case …

  La biblio de gauche est pour les romans historiques (80%) régionaux, aventures, qq romans d’héroique Fantaisie et SF et 2 malles mystères (tous mes Agatha Christie / Gaston leroux … BD)

 15233835_10209321372124568_1994779071_o15224782_10209321370124518_806137673_o

 La biblio de droite est accès polard et auteurs f avoris (Patrick Cauvin – Robert Merle(histoire)) plus malles mystères x 2 (divers polard / Tous les Minette Walters / des BD)

 Celle en hauteur est réservée Héroique Fantaisy Cycles Robin Hobb + Autre monde de Chattam et qq livres d’arts (Doisneau / peintures)

 les malles prennent moins de place 😂

  Déjà que je range les bouquins sur 3 rangs

  GVL : Ah oui quand m^me ! 🙂

  Et dans ma chambre recueils de poésie et les Jules Verne

15209140_10209321372164569_591499555_n

  Je fais (presque) concurrence à une petite biblio de province

 GVL : Et ta PAL dans tout ça ?

  La Pal c’est pile à lire (en attente)

 GVL : Oui c’est ça !

   là je suis très en retardsur mes lectures

Tu me donne 5mn je file te lister ça

  GVL : OK

  Ho la vache y’en as baucoup

 GVL : Ben décris là moi ?

  voilà :

 Jean d’AILLON Béziers 1209 // K.Bivald la bibliothèque des coeurs cabossés /F.Bourdin D’eau et de feu // F.Laborde les mûres ne comptent pas pour des prunes //B.Minier Une putain d’Histoire / M.Chattam le coma des mortels // JOB Le cramé // D.Thierry Origine inconnue // P.Robinson Noir comme neige // S.Fitzek Ne les crois pas // C.Lackberg l’oiseau de mauvais augure // C.Ferey Mapuche // JM.Demetz Wagadou // Dr K X 2 Menace à la morgue et L’étrange Noel de Mr Léo

  GVL : Combien de titre environ ? Quels sont les genres les plus représentés ?

  une trentaine. Majoritairement polar

 GVL : Rhooo, des chroniques à venir alors ?

 

THCook x 2 / Ciceron x 1 / Nick Gardel / Dominiques Maison et Sylvain / Stanislas P / Eric M et sa faue / KGiebel x 3 / et divers auteurs …

 Ben vi … la prochaine sera pour Ian et ses temps sauvages.

Lecture en cours

  GVL : Coool. J’adore tes avis !

 

Je regrette juste de manquer de temps. Depuis ma reprise pro en septembre c’est le bazar. Déjà que nous sommes en sous-effectif depuis 3 ans j’ai une collaboratrice en arret depuis mi-aout. J’ai du réorganiser mes 2 services, et come je suis cadre j’absorbe 70% de la surcharge… Du coup pas ou peu de temps pour la lecture (le petit yan je suis à peine à la moitié et je l’ai débuté il y a 6 semaines ..)

 GVL : Positive du coup tu as le temps de le déguster ! Et de le décortiquer !

  voilà je décortique. Déjà que depuis que j’ai débuter mes petites chroniques je lie différemment et moins vite car je pense à ce que je vais écrire

  GVL : Je devrais faire ça aussi ! lol

  mais ça me fais pester de voir ma pal aussi haute

  C’est mon côté organisé post -it à porté de mains pour pointer les pages importantes + annotations au crayon

 ça me permet e dégrossir je n’ai plus qu’a finaliser ma sélection avant d’écrire

 GVL : Peux tu me dire comment tu vis le fais d’être malgré tout une Sériale lectrice ?

  Franchement la lecture m’apporte l’équilibre indispensable, voir vital pour affronter tout le reste

 Elle est ma bulle, mon univers. Et elle m’apporte en plus de belles rencontres. Une richesse permanente et une ouverture sur le monde qui m’entour, ses différences et ses sensibilités.

 Comme dans ma sphère privée j’ai des amis de tous horizons et ils font ma richesse

 Et comme je suis passionnée, les gens qui viennent dîner à la maison reparte régulièrement avec un livre que je leur choisi dans ma biblio en fonction de leur personnalité car je souhaite qu’ils découvrent eux aussi ce plaisir supplémentaire

 Souvent des gens qui ne lisent pas … je leur laisse du temps pour lire le livre prêté et les apprivoise …

 

 GVL : J’adore ce concept !

  Et si j’arrive à en faire basculer ne serais-ce que 10% je suis contente

 GVL : Basculer ?

  vers la lecture 

GVL : Devenir lecteur ?

  voilà

 GVL : Que du partage donc !

  Tout à fait

  GVL : Dis moi, pourquoi , pour mon plus grand plaisir, as tu accepté de rejoindre le Collectif Polar ?

  Pour justement faire partager au plus grand nombre mes coups de cœurs. L’audience de Collectif polar étant importante. Et aussi parce que nos échanges m’ont plus et me plaisent. si je n’avais pas accroché avec toi je n’aurais pas accepter. la relation humaine est pour moi primordiale

GVL : Je vois ça ! Et moi j’aime ton humanité !

Mais en vrai, ne préférerais tu pas avoir ton propre blog 😉

 Avec mon activité pro je n’aurais pas le temps nécessaire de m’en occuper correctement. J’avais déjà créer un groupe (fermée) et je n’arrive pas à le faire vivre

 A la retraite 😂

GVL : Là, je pleurs, j’espère que la retraite c’est pas pour tout de suite ! lol 😉

Ben voilà, nous arrivons à la fin de cette conversation.  As-tu quelques choses à rajouter ?

   Non rien.  Je pense que tu as matière pour me connaitre encore mieux 😉

  GVL : Pas de dernier mot, donc ?

 Mon dernier mot : c’est lisez, rêvez évadez-vous et revenez dans la vraie vie encore plus fort

 GVL : Oh que j’aime tes derniers mots !

Merci chère Eppy Fanny pour ce beau partage. Et pour le reste aussi.

Merci à toi. Et dès que j’ai terminé ma ballade glaciale dans l’univers de Ian tu auras une nouvelle chronique à te mettre sous la dent.

  GVL : Je prends, tu t’en doutes ! 😀

Nos Seriales Lectrices sont géniales


Nos Seriales lectrices sont géniales, la preuve.

Vous avez été nombreuse à participer au dernier jeu-concours sur ce blog. Vous êtes ainsi devenues les premières Sériales Lectrices de ce blog

Et trois d’entre vous en pu remporter quelques bouquins que j’avais mis en jeu.

Alors ,

Merci Mélie pour ces quelques mots en retour

sl

« Un énorme merci à Collectif Polar : Chronique de Nuit et à Geneviève pour les livres gagnés lors de son dernier concours 😀 Celui de René Manzor je le voulais tellement, merci merci <3″

 

Et si une preuve ne suffisait pas, en voici une deuxième.
Merci Louise Canal, pour le beau portrait de lectrice que tu nous as offert !

« Colis reçu : Merci à Geneviève Van Landuyt ! Je suis ravie d avoir participé à ces portraits de lectrices, et j’ai apprécié de découvrir de jolies personnalités !
Je vous invite à découvrir le blog Collectif polar (je n’arrive pas à citer la page !)
Ps : hâte de découvrir Valentin Musso ! 😉 »

sl

Et puis il y a Lucie qui gentiment présenté ses livres reçus :

« Livres gagnés grâce à Collectif Polar : chronique de nuit! Merci beaucoup Geneviève! 😊😊 Vous connaissez? Des conseils? 😉« 

sla

Voilà, visiblement c’est simple et ça fait plaisir de gagner des bouquins sur Collectif Polar.

Vous aussi vous pouvez dès maintenant tenter votre chance.

Et oui, hier je lançais un petit concours autour de Treize à Table.

D’ailleurs c’est ICI Treize à Table le jeu

L’an dernier 3 exemplaire de treize à table ont trouvé leur place dans PAL.

Le premier est parti pour le Canada rejoindre Julie, le deuxième à rejoint Chantal en Belgique et le dernier c’est Marie Jo qui l’a reçu.

Et voilà ce qu’elle en dit

« 13 à table gagné au petit concours de Noël 😉 Merci et Tous mes voeux à tous pour la nouvelle année. 🎭🎀🎉🎊🎉🎊🎉📚🎄 »

sl

Donc si vous aussi, vous voulez Treize à table sous votre sapin pour lire une nouvelle chaques jours, durant vos fêtes de fin d’année, vous avez 8 jour et jusqu’au 11 décembre minuit pour répondre à 7 petites questions

 

Et c’est ICI Treize à Table le jeu

Allez, belle journée à vous !

Ces Dames du noir : entretien entre une bibliothécaire et une autre bibliothécaire Perrine Savary (1)


 

Voilà ça a commencé comme cela par un simple Message Privé.

Perrine m’envoie le programme de son prochain salon polar « Bloody Fleury »  et me demande :

« -Juste pour le plaisir de partager en avant première avec une collègue !

Tu me diras ce que tu en penses ^^…

Notamment sur les intitulés des tables rondes ce sont des premiers jets je vais travailler encore dessus »

Et nous avons commencer à discuter. Il est parfait son programme, j’ai pas grand chose à lui apporter à la petite ( je dis petite mais n’y voyez pas une quelconque mépris de ma part, non c’est affectueux, c’est tout). Quelques intitulés à revoir, version percutant, c’est tout !


perrineGVL : Mais dis donc, Perrine !

Il va falloir quand même que tu trouves le temps de me raconter tout cela. Comment on monte un tel événement. Comment on arrive à concilier vie de la bib avec un festival à préparer !

Perrine  Savary : Quand tu veux ! Par téléphone si tu veux, je n’ai malheureusement pas spécialement l’occasion d’aller à Paris prochainement

GVL : Par écrit quand tu pourras !

Perrine S. : Si tu veux j’ai une bonne demie heure ^^

GVL : Là maintenant ?

Ben il te faut te présenter.

Comment tu es devenue bibliothécaire. Quelles études ?

Tu as choisi ce job par défaut ou par passion ou encore… ?

Ensuite où as tu travaillé ?

PS : Ah mais c’est carrément un interview que tu veux ! Ok allons y. Alors j’ai 30 ans, je travaille à la bibliothèque de Fleury-sur-Orne depuis 6 ans, et je suis coordinatrice du festival. Avant de nous lancer dans le projet j’aimais les thrillers et je lisais assez peu de romans noir, après deux ans à travailler sur le polar je suis maintenant noir noir !

GVL : Etre une dame du noir ça se mérite lol ! Tu crois quoi ! 

A quoi consiste ton job ?

Mais avant Fleury ?

PS : Mon job c’est en fait plusieurs job en même temps. Je suis bibliothécaire, je m’occupe de gérer le programme d’animations, le budget, les acquisitions et la communication, avec mes deux collègues. Je travaille également à la construction du réseau lecture publique de Caen la Mer dont nous faisons partie, cela consiste à échanger avec nos collègues de l’agglomération afin d’améliorer nos services, d’échanger nos pratiques, de monter des projets ensemble. J’accueille aussi du public et ponctuellement des classes, et il m’arrive encore parfois de ranger, de faire des animations et des activités périscolaires aussi !

 Avant Fleury j’ai travaillé à la bibliothèque de Caen ou j’ai effectué une vacation ou je nettoyais la base autorité auteurs (passionnant !)

GVL :  » la base autorité auteurs », je ne comprends pas. Enfin si, mais mes lecteurs, c’est du jargon pro pour eux !

PS : Comme je les comprends !

Cela consiste à enlever les doublons afin que lorsque l’on fait une recherche sur le catalogue de la bibliothèque tous les livres du même auteurs soient « rangés » au même endroit et sortent ensemble dans les résultats

GVL : Avant quand tu étais étudiante , ou avant d’être à Fleury.

Juste avant j’ai eu un bébé, et avant j’ai travaillé un peu au Havre, d’abord sur des vacations au service public, ensuite sur un remplacement de congé maternité.

Et avant j’ai fais un DUT métiers du livre et de la communication et une licence pro en communication

GVL : Tu m’as dit lire du thriller. Mais comment tu es venue à lire des polars ?

Et puis qu’elle était la place du livre dans ton milieu famillial ?

D’ailleurs qu’elle était ton milieu familial ? Si c’est pas trop indiscret !

PS : Alors dans l’ordre inverse, mon milieu familial. Ma mère est fonctionnaire, elle a fait des études et adore lire, mais pas forcément du policier, plutôt de la fantasy, des essais ou des documentaires, notamment tout ce qui touche à la psychologie. Mon père lui est commercial et n’a pas fait d’études, il ne lisais pas jusqu’à il y a peu en fait, il s’est d’ailleurs mis au noir lui aussi. Mes parents sont divorcés et mon père à été marié à une femme qui dévorait les livres. Enfant j’allais à la bibliothèque toutes les semaines, et je dévorais !

GVL : Quand tu t’es destinée au DUT métier du livre tu savais avant que tu voulais travailler en bibliothèque ?

Mais comment le polar ou le thriller si tu préfère est rentré dans ta vie ?

PS : Très rapidement j’ai donc compris que les livres feraient partie de ma vie, et c’est naturellement que j’ai suivi la filière L. Quand je suis arrivée en DUT je ne voulais surtout pas être bibliothécaire, je voulais être dans l’édition.

Je pensais qu’on s’ennuyait en bibliothèque.

J’ai toujours eu tendance à lire un peu de tout, par curiosité surtout.

Je suis venue au polar spécifiquement lorsque l’on m’a demandé de travailler sur un projet de salon du livre. Je me suis posée la question de quel genre intéressait le plus mes lecteurs.

GVL : Tu ne lisais pas de romans policiers avant de penser au salon ???

PS: Et en creusant la question je me suis rendue compte que le polar avait énormément d’amateurs, de profils très variés. Ce n’est pas par choix personnel que l’on s’est orienté vers ce genre mais vraiment parce que les lecteurs nous ont mis sur la voix.

MAis !

J’en lisais si !

Mais je ne lisais pas que ça !

Alors que depuis deux ans je ne lis rien d’autre

GVL : Hahaha ! on dirait moi ! lol

14955908_185991185191244_8927490481546966977_n

PS : D’ailleurs les lecteurs nous l’ont fait remarqué ! Il paraît qu’il y a beaucoup de noir dans nos acquisitions ces derniers temps je ne comprends pas pourquoi ? ^^

Mais bref je lisais du thriller donc avec notamment Karine Giebel dont j’ai dévoré tous les romans (avec un gros bémol sur les deux derniers).

GVL : Je me souviens, il y a 2 ans, tu « tripais  » les auteurs comme Karine Giebel, Ingrid Desjours….

Tu en es revenue ?

PS : Oui, j’aime toujours Ingrid d’ailleurs, j’attends avec impatience le prochain, mais globalement sur les thrillers je commence à voir plus facilement les ficelles, à trouver ça trop facile, sauf quand les personnages sont vraiment réussis

GVL : C’est des rencontres qui ont influencé tes choix ? Choix de lectures, choix d’auteurs ?

Oui énormément, quand on a commencé à parler du festival, j’ai contacté par hasard Sophie Peugnez qui écris dans le côté caen sans savoir qu’elle étais spécialisée polar (aujourd’hui je me demande comment j’ai pu rater une info pareille !)

On a tout de suite énormément sympathisé et échangé et elle m’a contaminée à la vitesse de la lumière !

Depuis je suis les conseils de Zonelivre et suis rarement déçue.

Et en cherchant des animations je suis tombée sur les docteurs polar, c’est comme cela que j’ai rencontré les « Fondu au noir » et Caroline, qui m’a elle plus convertie au roman noir d’ailleurs.

Enfin j’ai commencé avec le festival à travailler avec la librairie Eureka Street, et j’ai ainsi fait connaissance de Pierre Thomine, qui est (avec Bénédicte bien sûr), devenu mon libraire préféré ! Lui aussi est plus roman noir, je suppose que ça a joué aussi sur les découvertes

GVL : Fais gaffe tu vas devenir dinguo, ça fait 25 ans que je suis les conseilles de spécialistes et je ne m’en suis pas remise.

PS : J’ai bien peur d’être sur une pente glissante oui !

GVL :Tu n’as pas peur avec le temps de devenir trop élitiste ?

Ne plus avoir un regard de profane et choisir pour le plus grand nombre de lecteurs

J’adore ce que font les fondus au noir mais je les trouve trop exigeants parfois avec certains auteurs, avec certains titres !

PS : Je ne trouve pas que le roman noir soit spécialement élitiste personnellement. Il y en a bien sûr mais quand je lis du Cloé Mehdi ou du Benoît Severac par exemple je ne trouve vraiment pas que ce soit élitiste. Et dans le cas du festival je fais très attention à ne pas sélectionner uniquement des auteurs que j’aime.

GVL : Tu fais un vrai travail de bibliothécaire en sommes !

Et pour Cloé et Benoît je suis d’accord avec toi, j’ai adoré leur derniers bouquins.bsbscaclohe 

Tu sélectionnes mais tu penses à tous tes publics, tous tes différents publics.

PS : C’est exactement ça

et je suis très très vigilante à ne pas enfermer la programmation dans un style

GVL : C’est tout à ton honneur.

PS : Pour cela je visite d’autres festivals et je suis différents blogs (dont le tien bien sûr), cela me permet de dénicher des pépites même dans des genres que je n’affectionne pas particulièrement. Et je fais confiance aux lecteurs

GVL : Même avec les fôtes d’ortografe ?

PS : Même ^^ j’ai même tendance à en faire de plus en plus, je crois que mes neurones grillent avec les réseaux sociaux

GVL : Oui il est important de rester un simple lecteur même si c’est un grand lecteur § Ou lectrice pour nous !

PS : Par exemple pour le choix des auteurs qui parleront de la thématique « jusqu’où faut-il aller dans l’horreur », j’ai invité David Coulon et Gilles Caillot, mais je leur ai dit que je n’avais pas pu lire leurs livres. L’horreur me fiche la trouille !

gillesavt_david-coulon_159dav

Par contre j’ai des retours de lecteurs, de blogueurs et de bibliothécaires qui m’ont aidé à les choisir !

GVL !: Le premier de David est un roman noir !

PS : Je t’avoue que ma PAL est tellement monstrueuse que je me concentre sur les derniers ! ^^ mais je vais regarder ça de plus prêt !

GVL : Oui toujours être à l’écoute et avoir la curiosité affûtée !

c’est la clé je crois !

Oui il nous faut aussi se faire une opinion par nous même.

Mais les retours de lecteurs c’est un bon moyen de voir ce qui a la cote ou pas !

Comme diversifié les sources !

C’est toi qui as choisi de monter un festival, ou ça vient d’une volonté d’un elu par exemple ?

11053119_1465249507101841_2990665066206793785_nPS : C’est le maire qui a souhaité monter un festival

L’idée du polar vient de moi

GVL : Alors comment on s’y prends pour monter un tel projet ?

PS : Par quoi commence-t-on quand on part de rien sauf de ses connaissance de l’édition?

Des envies

GVL : Des envies ?

PS : De celles du public d’abord, Et de celles des structures du territoire

GVL : Concraitement tu fais une sorte de sondage ?

PS : On ne voulait rien imposer aux partenaires du coup on s’est réunis autour d’une table et on a expliqué ce qu’on avait envie de faire. Chacun ensuite a donné ses idées

En même temps nous avons fais le tour de plusieurs salons pour s’inspirer

Les quais du polar ont été une source d’inspiration

GVL : QDP, tu m’étonnes !

Et une fois que tu as défini le contexte, tu décroches ton teléphone et c’est parti ?

PS : Ouh la non après nous avons rencontré des structures qui pourraient nous financer

Drac, région, crl, bdp, cnl…

GVL : Ok, comment tu estimes ton projet de financement. Sur quels critères ?

Tu as donc un plan d’attaque, tu sais de quoi va être fait le programme de ton week end ?

As-tu des obligations ? travailler avec les écoles, les partenaires….

D’ailleurs quels sont tes partenaires ?

PS : Alors pour le financement la règle numéro un c’était quoi qu’il arrive rémunérer les auteurs et soigner leur accueil, Et la communication

Ensuite nous avançons avec plusieurs scénarios et on adapte en fonction des financements.

Bon le boulot m’appelle

Faut que je te laisse, on reprend plus tard et je te réponds après

GVL : Pas de souci. On reprend quand tu veux quand tu peux !

Et merci déjà pour tout ça !

Tu l’as compris je veux tout savoir.

Belle fin de journée à toi !

Voilà ça à débuter comme cela. Mais c’est pas fini. On retrouve Perrine très vite pour la suite de cette conversation passionnante.

En attendant je vous laisse avec les coordonnées du salon Bloody Fleury…

Bloody Fleury

Festival du polar à Fleury-sur-Orne

bloody.fleurysurorne.fr

Et la page Facebook

Aussi

https://www.facebook.com/bloodyfleury/

Et pour vous faire patienter avant le prochain salon , Perrine vous propose un belle rencontre à Fleury sur Orne. Si vous êtes dans le coin mercredi prochain

14469463_1162229287179602_663794946450262091_n

Gisèle, Sériale lectrice


 sériale lectrice

Aujourd’hui, nous inaugurons, une nouvelle rubrique sur Collectif Polar.

« Sériale Lectrice »

Et oui, ça vous dit déjà un peu quelque chose sans doute

L’idée de cette rubrique a pris forme dans mon esprit dérangé après un jeu concours sur forme de tag que j’avais lancé pour le 500e article de notre blog.

Les réponses des participantes m’ont tellement emballée que j’ai eu envie de poursuivre l’aventure avec d’autres grandes lectrices, passionnées, comme vous et moi par les bouquins et les histoires qu’ils nous racontent.

Alors comme moi, j’espère que vous allez apprécier ces nouvelles rencontres.

Et le premier portrait est consacrer à Gisèle, une de nos nouvelles chroniqueuses 

Bonjour Giséle, es tu prête a être soumise à la question ?

Oui, même si je n’ai pas l’habitude de pratiquer ce genre d’exercice.

 Alors, Gisele, peux-tu te présenter ?

GisèleGisèle Buclet   Jurassienne depuis bientôt 63 ans. Je suis passionnée de lecture depuis que je sais lire. j’ai excercer la profession d’infirmière pendant 35 ans (Plus particulièrement en oncologie) et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ce métier pour ses contacts humains d’une part et d’autre part, il y était aussi un peu question d’enquête, d’indices à signaler pour la découverte du diagnostic… eh oui..on y revient.

Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial.

Des livres il y en a toujours eu à la maison. Mon père faisait la lecture à ma maman pendant qu’elle tricotait… Et il y en a dans toutes les pièces de ma maison.

Peux tu me montrer ta bibliothèque :

En voilà une première mais il y en a d’autre.

giseled

Mon mari, disparu aujourd’hui me fabriquait mes bibliothèques, au fur et à mesure de l’arrivée des bouquins. Il m’avait même suggéré d’en ranger au grenier…enfer et damnation… il n’en était pas question !!

giselergiselee

Ce ne sont pas des bibliothèques luxueuses, mais ce sont les miennes et j’y tiens..

Surtout ce qu’elles contiennent!

gisélé

Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

    Je crois que le LIVRE a toujours été un des plus beau cadeau que l’on puisse   me  faire.

Le nouveau livre, il est beau, il sent bon, et vous accompagne pendant  des heures.

Il… vous fait voyager, découvrir d’autres façons de vivre et parfois pour ne pas dire souvent, oublier les blessures de la vie.

Un LIVRE c’est magique. Je suis complètement addict, je ne peux pas me passer de mon livre,

C’est viscéral.

Es-tu papier ou numérique ?

Depuis quelques mois j’ai opté pour la liseuse. J’avais des craintes, ce n’est pas la même chose… mais finalement, je l’ai adoptée avec plaisir. Ce qui n’empêche pas que sur la table de nuit, il reste la pile vitale à ma santé mentale ! De toute façon, si je sors…forcément cela passe par la librairie, et je ne tarderais pas à y être interdite par mon banquier. Alors dans ma pile qu’y a t’il ?

Et le polar dans tous ça ?

Amatrice de polars depuis toujours, j’écoutais  « Les maitres du mystère » à la radio et sans comprendre vraiment (j’étais très jeune) j’étais subjuguée par l’ambiance.

Plus tard avec ma sœur, aussi passionnée que moi, nous inventions des histoires d’enquêtes en rangeant les bottes de foin dans la grange, et nous écumions tous les bouquins ayant trait au mystère.

Aujourd’hui en retraite, je m’en donne à cœur joie, écumant les librairies et les pages de polars, thrillers….(même si je ne lis pas que cela)

 Giséle dis nous, quels sont tes auteurs favoris 

Mes auteurs favoris, ceux pour lesquels, je ne peux pas attendre la sortie en poche, Ceux que j’aurais envie de faire dédicacer au prochain « Quai du polar » à Lyon.. Comme « Les chaussures Italiennes » dédicacées par Mankell ( et n’en suis pas peu fière), les « Peter May », « Erlendur Indridasson » « Ellory » et tant d’autres.. Lebel, Norek, Mention…..découvertes jubilatoires.

 

97820209446560-541510
Les chaussures Italiennes de Henning Mankell. Traduit du suédois par Anna Gibson. Paru le 8 octobre 2009 au Seuil dans la collection Cadre Vert. 21€80;  (340 p.) ; 22 x 15 cm

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas 97827578216260-1143540encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Né en 1948 en Suède, Henning Mankell est l’un des maîtres incontestés du roman policier et un romancier internationalement connu. Il partage sa vie entre la Suède et le Mozambique. La Cinquième Femme, Le Guerrier solitaire et Les Morts de la Saint-Jean, notamment, sont quelques uns des livres que je vous conseille.

Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Et devinez qui m’accompagne patiemment dans mes lectures ?

C’est P’tit gibus mon autre essentiel.

Giséles

Alors ça c’est une anecdote que j’adore !

Sinon…Rien à rajouter ?

Non ! Voilà, j’espère n’avoir pas été trop bavarde ? (Je le suis..et l’assume) 😈      Giséle

Les « sériales Lectrice » de la 500e : les résultats, enfin !


500e de nos lectrices

 

Et voilà, les résultat sont enfin tombés.

Après bien des tergiversations, après bien des doutes et des questionnements, j’ai réussi à départager les 3 gagnantes de notre grand jeu « sériales lectrices »

Vous méritiez toutes de recevoir un prix. Mais seules trois d’entre vous devez se partager les 15 romans mis en compétition.

Aussi après avoir lu et relu tous vos profils, j’en ai éliminé quelques uns pour n’en garder que 6.

J’ai voulu récompenser celle qui me semblait  les plus investies,  celles d’entre vous qui ont été le plus plébiscitées, celles qui m’ont donnée ce petit plus qui peut faire la différence.

Et puis c’est finalement un petit tirage au sort qui a départagé ces 6 super « sériales » lectrices.

Et les gagnantes sont :

500lucie&500louisemelie

Lucie, Louise et Mélie 

Redécouvrez leur portrait ci dessous :

ICI le profils de Lucie 

$$$500$$$

Là celui de Louise 

$$$500

Et ici aussi celui de Mélie

$$$500$

Une spéciale dédicace à Christelle et à notre Belette Cannibale pour leur magnifique billet offert hors concours qui ont ouvert et cloturé cette série de portrait.

500CS1

Le billet de Christelle

1378797_1443182065908181_1252054396_n

 

L’article de Dame Belette

Un petit cadeau pour vous mesdames si vous l’acceptez !

Le roman de Bernard Prou,  Alexis Vassilkov ou La Vie tumultueuse du fils de Maupassant …

Mon avis sur ce roman ICI

BP££ BP£ BP

Et bravo à vous toutes et surtout merci de votre patience !

J’attends donc en MP vos adresses pour recevoir vos bouquins.

Et prévenez moi, les filles quand vos enveloppes seront arrivées.

Normalement pour nos lauréates, il y en aura deux, un grande blanche et une plus petite en papier kraft.

$$$500$$

A bientôt sur notre blog.

Ma 500e chapitre 3 et fin : Réponses aux questions de nos lectrices


500e de nos lectrices

Vous avez été nombreuses à répondre à l’appel de notre jeu concours de la 500e chroniques.

Ce fut un véritable plaisir que de lire vos portraits de lectrice.

J’ai ainsi fait un peu plus votre connaissance.

Certaines d’entre vous me sont plus familières que d’autres. Quelques-unes étaient de parfaite inconnue.  C’est aussi pour cela que ce tag a été sympa.

Il nous a permis de nous rencontrer même si ce n’est que du virtuel pour l’instant.

D’ailleurs entres vous vous aussi chère Seriale Lectrice, le courant est passé. Vous avez joué le jeu jusqu’au bout, découvrant chaque semaine le portrait des autres candidates.

J’ai vraiment kiffé, c’est un beau moment de partage comme je les aime. De vrais échanges ont vu le jour. C’est comme cela que je

voyais ce blog lorsque j’en ai conçu le projet.

Alors merci à vous Mesdames, oui car malheureusement il n’y a eu que des dames pour répondre à mes quelques question. Ces messieurs se sont fait timide voire pudique. Dommage, mais je ne désespère pas de faire venir quelques serial lecteurs.

En attendant, une nouvelle rubrique a vu le jour grâce à vous les filles. Et je ne suis pas prête de m’arrêter à chercher à mieux vous connaître et mieux vous cerner.

Merci, merci, merci, ce fut vraiment chouette.

Mais maintenant c’est à moi de répondre à vos questions.

Et j’espère que mes réponses vous satisferont !

Allez c’est parti pour ce dernier volet !!!



Sinon les premières réponses sont ICI

Les deuxièmes sont là



11  Lucie : Quel est pour toi LE meilleur polar/thriller de tous les temps? Celui dont tu ne t’es jamais remise, qui t’a mis la claque du siècle dans ta vie de lectrice! 

Mais Lucie ça ne va pas de me poser une question pareil ! Comment veux-tu que je réponde à ça ? Non franchement comme ça, tout de suite maintenant, je ne sais pas. LE meilleur, impossible à dire.

Il y a bien un roman qui m’a marquée que j’ai lu il y a plus de 20 ans, oui. Plus qu’un polar, une tragédie grecque. Je te parle là du premier roman de Donna Tartt, Le maître des illusions. Il est ressorti, il y a à peine 2 ans en poche. Celui là, je te le conseille. En voici une petite présentation:

 miLivre culte vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde, le premier chef-d’oeuvre d’une jeune inconnue devenue une référence incontournable de la littérature américaine.

Introduit dans le cercle privilégié d’une université du Vermont, un jeune boursier californien intègre peu à peu un petit groupe d’étudiants de la grande bourgeoisie. Il découvre un monde insoupçonné de luxe, d’arrogance intellectuelle et de sophistication, en même temps que l’alcool, la drogue et d’étranges pratiques dionysiaques. Très vite, il pressent qu’on lui cache quelque chose de terrible et d’inavouable, un meurtre sauvage et gratuit qui l’entraîne, lui et ses camarades, dans un abîme de chantage, de trahison et de cruauté.

97822662526900-2375564D’une lecture irrésistiblement prenante, cette chronique de l’illusion et de la complicité, de l’abandon aux rites antiques, de l’innocence corrompue par l’égoïsme et l’orgueil moral est aussi une histoire de culpabilité et de responsabilité.

 » Comme roman policier, c’est un des meilleurs que j’ai jamais lus. Comme premier roman, il m’a coupé le souffle, tant il est maîtrisé.  »
Ruth Rendell

 » Le chef-d’oeuvre absolu des romans policiers psychologiques !  »
Maxime Chattam

 

12  Christelle : Tu passes quand à Nancy pour un apéro polar ? T’amènes le Polar je fournis l’apéro 😘

Et bien dis moi c’est bien tentant tout cela miss Christelle. Pour toi je prendrai du polar bien noir. Du roman noir américain comme tu sembles les apprécier. Ou alors, je joue le contre pied, et je plonge dans le français avec Manchette et Vautrin.  Et puis Vautrin, il est Lorrain

« Le roman noir, c’est l’apprentissage sur le tas. C’est la vie sous la couverture. Dans l’ombre et dans la marge. Une discipline qui sied aux autodidactes, aux libres-penseurs, aux doux dingues de l’utopie, aux fascinés de l’anarchie, aux ennemis de l’ordre noir.
97822211259910-1195099C’est une littérature engagée qui prend parti sans jamais être didactique. Peut-être parce que ses pratiquants sont souvent guidés par des instincts plus que par des mots d’ordre intellectuels. Peut-être parce que ceux qui rêvent d’écrire des livres de passion et de meurtres sont des enfants qui sanglotent. Des chanteurs de l’heure bleue, des adorateurs d’une femme qui passe en bas résille. Peut-être parce que, lorsqu’ils marchent dans l’asphalte mouillé, ils imaginent qu’un mari jaloux se cache dans les pans de la nuit. Peut-être parce que, lorsqu’ils abordent un pont de chemin de fer, ils distinguent l’assassin à contre-jour de la fumée blanche. Peut-être parce que ce soir encore, comme en 1930, ils entendent une voiture chromée qui dérape sur la corniche. Peut-être parce qu’ils se sentent seuls de leur espèce. Peut-être parce que le roman noir, c’est la forêt des relativités trompeuses. La pureté en négatif. Le versant du diable. Une immense friche pour ceux qui croient que la fatalité éclaire les hommes de son hallucinante vérité de l’instant. » Gérard Mordillat
Dans la veine de Jean-Patrick Manchette, considéré comme l’un des pionniers du néo-polar, J. Vautrin met en scène des personnages sombres, des anti-héros qui évoluent dans des univers gouvernés par l’argent et la médiocrité. Ce volume rassemble cinq de ses grands romans noirs.

 

13 Annie : Ta sélection pour l’été tournait beaucoup autour de la mort. Pourquoi?

Ah Annie, je crois que ta première question n’est pas pour moi car je n’ai pas de sélection d’été qui tourne autour de la mort.

Mais peut-être que quelqu’un se reconnaîtra dans une telle sélection est voudra bien répondre à ta question.

Mélie peut-être ???

‘As-tu un livre que tu n’as pas pu finir et pourquoi?’

Oui, j’ai une livre que je n’ai pas fini. Enfin il ya bien sur les livre qui me sont tombés des mains parce que je n’accrochais vraiment pas avec l’écriture ou le style de l’auteur. Ou quelques titres qui sous couvert de roman policiers faisaient l’apologie de la haine, du fachisme ou encore de la pédophilie.

Mais le livre que j’ai jamais pu finir c’est parait-il un chef d’oeuvre absolu. Et pourtant je ne l’ai pas fini au moins 3 fois.

C’est :

Belle du Seigneur d’Albert Cohen (Folio), 1 129 pages, 12,50 € 
product_9782070404605_195x320Ariane devant son seigneur, son aimé Solal, tous deux entourés d’une foule de comparses férocement dépeints : l’histoire d’une passion amoureuse qui triomphe et se décompose. Grand prix du roman de l’Académie française 1968.
 

Voici ce qu’en disaient las critique de i’époque :

« C’est un livre extraordinaire , irritant , magnifique , propre à déclencher les passions… C’est un livre fait pour casser l’orgueil . Pour casser tout. Au passage, et dans son pessimisme absolu, il ramène à zéro la passion sexuelle… Je crois saisir en cet esprit très religieux, très religieusement juif d’Albert Cohen, un immense désir de pureté. Qu’on soit ou non d’accord sur le principe sous-jacent, on constatera que ce n’est pas là un des aspects les moins intéressants du livre. » Jean Freustié, Le Nouvel Observateur, décembre 1968

14 : Julie : Un lapsong souchong ça te dis

Oh oui Julie avec plaisir.

Le quart d’heure du thé devrait être une pause obligatoire dans notre journée de boulot. Nous devrions cesser toutes nos activité pour prendre un bon thé au cours de la journée.

J’aime bien le rituel que pratique les japonais autour de cette boisson. C’est empreint de magie, de spiritualité et de mystère.

Aors oui Julie va pour un Lapsong souchong, m^me si ce thé est d’origine chinoise.

Un jour peut-être aurons nous la chance de gôuter un  »Fuji-san Souchong » 

15 : Isabelle : Aimez-vous Brahms?

J’avoue, Brahms n’est pas mon compositeur préfèré. Déjà trop moderne pour moi. Et puis il n’a pas fait d’Opéra ! 

Beethoven lui au moins a fait cet effort avec son Fidélio.

Et puis, l’instrument de prédilection de Brahms est le piano. Et moi ce serait plutôt le violon ou encore le violoncelle.

Ok il y a bien ses concertos pour violon ou encore des sonates. Mais elles ne m’ont jamais vraiment transcendée.

Alors désolée Isabelle. Brahms c’est pas ma tasse de thé !

En revanche revoir ou relire Aimez-vous Brahms avec un bon thé, ça, ça me plait bien.

5281697822661922620-1512328Paule, décoratrice de mode délaissée par son amant et adorée par un homme de vingt ans son cadet, s’inquiète, hésite, au seuil d’une nouvelle passion.

Aimez vous Brahms

16 : Sam : Dis-moi Ge, comment trouves tu le temps de lire autant, pour ton boulot et ton plaisir?

Voilà une question que l’on me pose souvent miss Sam.

Et bien Sam, on fait lire est ma principale activité. Je ne sort plus en boite, je ne fréquente plus les bars. Je ne vois presque plus mes ami(e)s. Je vis en ermite avec ma moitié et mes chiens. Et je lis dès que je le peux. Dans les transport bien sur, en mangeant, en marchant. Je lis m^me dans mon bain (Pas sous la douche, je te rassure), dans les toilettes aussi j’avoue ,  avant de dormir. après avoir dormi.

Le secret, l’insomnie, je dors très peu, 3 heures par nuit, ce qui m’en laisse 5 pour lire et chroniquer. 

Voilà mes deux secret. ne plus avoir de vie social en dehors du boulot et dormir un minimum.. C’est vrai aussi que j’ai appris à lire en biais avec un type qui propose une méthode de lecture rapide qui fait que malheureusement je ne me souvient pas de tous les détails des bouquins que je lis ainsi. Ce qui n’arrange rien, j’ai déjà une mémoire de poisson bleu.

Et surtout… lire, lire, lire, lire et encore lire.

Bon moi je retourne à mes lectures, tu ne m’en voudras pas Sam ?

 

Vous savez Tout.

500e de nos lectricesMaintenant il est temps de dévoiler quelques sont les gagnantes de cette 500e Et je tiens à vous remercier car vous avez été plus que patientes et m’avez laissé le temps de répondre tranquillement à toutes vos questions.

Mais…

Avant la fin de la semaine, un tirage au sort départagera les finalistes…

A très vite donc !

Ma 500e chapitre 2 : Réponses aux questions de nos lectrices


500e de nos lectrices

Vous avez été nombreuses à répondre à l’appel de notre jeu concours de la 500e chroniques.

Ce fut un véritable plaisir que de lire vos portraits de lectrice.

J’ai ainsi fait un peu plus votre connaissance.

Certaines d’entre vous me sont plus familières que d’autres. Quelques-unes étaient de parfaite inconnue.  C’est aussi pour cela que ce tag a été sympa.

Il nous a permis de nous rencontrer même si ce n’est que du virtuel pour l’instant.

D’ailleurs entres vous vous aussi chère Seriale Lectrice, le courant est passé. Vous avez joué le jeu jusqu’au bout, découvrant chaque semaine le portrait des autres candidates.

J’ai vraiment kiffé, c’est un beau moment de partage comme je les aime. De vrais échanges ont vu le jour. C’est comme cela que je voyais ce blog lorsque j’en ai conçu le projet.

Alors merci à vous Mesdames, oui car malheureusement il n’y a eu que des dames pour répondre à mes quelques question. Ces messieurs se sont fait timide voire pudique. Dommage, mais je ne désespère pas de faire venir quelques serial lecteurs.

En attendant, une nouvelle rubrique a vu le jour grâce à vous le

s filles. Et je ne suis pas prête de m’arrêter à chercher à mieux vous connaître et mieux vous cerner.

Merci, merci, merci, ce fut vraiment chouette.

Mais maintenant c’est à moi de répondre à vos questions.

Et j’espère que mes réponses vous satisferont !

Allez c’est parti pour ce second volet !!!

 

6 Tristale : Tu es bibliothécaire mais si tu pouvais choisir un autre job, que ferais-tu ?

Alors quand j’étais petite je voulais faire maîtresse. Oui je sais Sylvie, rien de bien original.

Et puis j’ai voulu faire archéologue, je ne sais pas si c’est Indiana Jones ou ma passion pour l’histoire qui ont déclenché mon envie . Sans doute d’abord la seconde puis la première n’a fait que renforcer mon envie.

Bon, je te passe les délire d’ado qui furent diverses et variés. De berger à tueur à gage, de pirate à terroriste écologique et j’en passe et des meilleurs.

J’ai aussi voulu être prof d’histoire mes l’agreg. c’était pas fait pour moi ! J’était trop dilettante.

En fait j’aurai aimé être libraire, tu sais tenir une de ces librairie où tu peux prendre ton temps, t’asseoir, prendre un café ou un thé. Deviser sur tes lectures ou de tes envie de lecture. Un coin où le temps s’arrête et où on refait le monde.



Si j’avais pu choisir oui, j’aurai ouvert ma librairie.

Mais j’avais aucun moyen financier  ma disposition et il fallait que je bosse pour payer mes études et mon studio. Alors il a fallu très vite que je travaille et que je gagne un peu d’argent.

7 Sabine : Est-ce que tu aimerais vivre à la campagne ?

Oh oui alors Sabine. Je rêve de vivre à la campagne. Dans un village ou un hameau tranquille.

D’ailleurs je suis originaire d’un village rural de moins de 300 habitants. J’y ai passé mon enfance et mon adolescence. Et les bois et les champs, la rivière étaient mes terrains de jeu.

Je crois que je n’aurai pas pu m’épanouir dans une cité au milieu du béton. J’aurai surement mal tourné. J’avais la mentalité d’un chef de bande voire d’un caïd. Peur de rien ni personne !

8  Lau lo : Tu viens au salon de Toulouse en Octobre ???

Ah là Lau Lo tu retournes le couteau dans la plaie.

Toulouse est un des salons que je voudrais refaire. Mais c’est compliqué pour moi le moi d’octobre. Oui je prends mes vacances en septembre. Et donc octobre c’est ma rentrée. Et au boulot quand on parle rentrée, on perle rentre des classes, des étudiants bref de nouvelles inscription en bibliothèque, une fréquentation à la hausse, toutes les activités qui reprennent. Et puis aussi rentrée littéraire. Des tomes de bouquins qui débarquent et qu’ils faut choisir, équiper mettre à disposition du public, des tas de lectures…Bref Octobre comme Janvier et synonyme de surbooking.

Alors demander à prendre un samedi pour me faire un week-end polar, c’est plus que coton. (Et oui je travaille tous les samedi et le samedi est le plus gros jour de la semaine en bibliothèque)

Mais je ne désespère pas, je sais que je referai le Festival Toulouse Polar du Sud.

9  Camille : Et vous dans quelle tranche d’âge vous situez vous ? 3 coups de cœur ?

 Héhé mais ça fais 2 questions ça Camille. 

Bon heureusement je n’ai pas de problème avec mon âge. Et je crois m^me que nous sommes dans la même tranche d’âge.

Je peux dire à présent que je suis quinquagénaire. Et j’aborde cette nouvelle dizaine avec autant d’entrain que les précédentes. Un peu plus de maturité sans doute, mais pas trop tout de même.

L’avantage avec notre âges c’est que l’on a plus de 35 ans de lectures derrière nous. Et on commence à accumuler les expériences.

Alors pour trouver uniquement 3 coups de coeur sur ces 35 années, ça demande réflexion ou alors je te donne  » titres qui ont marqué dernièrement.

Alors disons :

9782753302846,0-3162495W3 des Camhug. Nathalie Hug et Jérôme Camut au 2e salon international du livre au format de Poche "Saint-Maur en Poche" 2010

Bon là je triche un peu puisque W3 est une trilogie. Le premier opus, Le sourire des pendus nous conte l’histoire de Laura Mendes, une jeune chroniqueuse, est portée disparue alors qu’elle enquêtait sur le marché du sexe et ses déviances et celle de Sookie Castel, une flic hors norme en délicatesse avec sa hiérarchie.

Ce titre m’a tout de suite fait penser « au rire du pendu » . Ce sourire prononcé d’une personne lorsqu’elle est dans une situation dramatique.Quand elle est dans la dénégation de celle ci ou encore quand elle cherche à dédramatiser la réalité. Je me suis dit : whaou, cela promet. C’est ainsi que j’ai débuté la lecture de ce pavé de 750 pages .J’ai lu les 500 premières pages d’une traite, sans discontinuité. J’ai été happée par cette intrigue complexes. L’histoire est construite autour de plusieurs intrigues qui s’entremêlent. Avec ce titre, les Camhug retrouve la puissance évocatrice de leurs premiers romans qui a fait leur succès. Leur force narrative, l’énergie qui émane de chaque chapitre court, leur styles vif et concis, leur écriture au cordeau, ciselée au scalpel, nous entraine sur un rythme effrénés dans cette histoire haletante et passionnante. J’ai aussi aimé la galerie de personnages qui nous a été présenté, tous mieux campés les uns que les autres. On n’en retrouve même quelques uns qui arrivent tout droit de leur précédents romans. Un clin d’œil fort sympathique des auteurs. Et puis j’ai ralenti le rythme de ma lecture. J’ai d’ailleurs lu les 150 dernières pages au rythme d’un escargot. J’avais pas envie de quitter trop vite les héros ou devrais je dire victimes de cette histoire. Car c’est là la vrai originalité de ce polar. Ses héros sont toutes des victimes ou des proches de ces victimes. C’est leur point de vue que nous offrent les auteurs. Et à travers le parcourt de ses anti-héros, Jérôme et Nathalie nous offrent une photographie instantanée de notre société actuelle. Une société souvent à la dérive où pouvoir et argent ont force de loi. Si le thème principale de cette histoire est la prostitution, le marché du sexe et ses déviances, elle posent aussi un œil critique sur notre société à travers la justice et les médias, l’injustice et la désinformation. Nous étions prévenus : « Partout, le destin d’innocents est broyé sans pitié. Ils auront bientôt une voix : W3 »

 

11109556_392436690942491_1796233801928869117_n

 

438Nœuds d’acier de Sandrine Collette.

Pour moi ce premier roman a été un coup de coeur absolu. 

Théo sort de prison et prend la route vers une région montagneuse isolée de tout où il se fait Kidnapper par deux vieux frères déments. Battu, humilié, affamé, enchaîné à un mur dans une cave il va perdre peu à peu son statut d’humain pour devenir l’esclave de ses tortionnaires qui l’appellent « Le chien ».

Un récit dur, dérangeant, mais qui ne tombe jamais dans le sordide. Un style descriptif, une écriture simple, incisive, qui ajoutent encore à l’horreur de la situation. La folie, les rapports entre les deux frères, la relation maître-esclave, la descente de Théo à l’état d’animal tentant juste de survivre encore un peu dans cet enfer sont décrites avec un minimalisme glaçant. On bascule dans la terreur et l’angoisse avec le héros, inexorablement. L’histoire se déroule dans la France profonde, et aujourd’hui. A tout moment l’esprit du lecteur oscille entre fiction et réalité tant cette descente infernale est racontée avec un réalisme désespéré. On reste accroché au roman, les mains moites, le cœur battant, sans pouvoir le lâcher tant le suspense est haletant et la tension palpable. Ce récit résonne longtemps après qu’on l’ait refermé, au point d’avoir du mal à ouvrir un autre livre ensuite. Des nœuds est le premier roman de Sandrine Collette, et c’est un coup de maître, une plongée en enfer dont on ne ressort pas indemne. On attend les suivants avec impatience.

9782070139644,0-1532325L’expatriée d’Elsa Marpeau.Elsa Marpeau

Expatriée à Singapour avec son mari et son bébé, la narratrice recrute une aide domestique. L’arrivée d’un autre Français, Nassim, dont elle devient la maîtresse, lui procure l’occasion de remplir la vacuité de ses journées. Lorsqu’il est tué, soupçonnée, elle ne peut compter que sur sa domestique, qui promet, à certaines conditions, de lui fournir un alibi.

Elsa est ici à la fois auteure et narratrice, elle joue donc avec nous ,simple lecteur, et nous livre un roman noir cruel et pervers.. Avec une écriture impeccable et un style direct, elle nous rend addict et nous manipule. On reste collé à cette ambiance poisseuse, on ressent l’agressivité de ces femmes oisives, leur rancœur, leur jalousie. On s’indigne de cette société quasi coloniale qui régit la vie des expatriés et de leur domesticité. 
Elle nous fait aussi découvrir cette ville tentaculaire qu’est Singapour, une ville état, construite de toute pièce où la nature luxuriante n’est jamais très loin, toujours prompte à reprendre ses droits et qu’il faut domestiquer sans cesse. Cette ville, coincée entre mer et jungle, est une ville moite, humide et chaude. Et la moiteur de cette ville participe à l’ambiance oppressante qui règne sur cette histoire.
Elsa Marpeau m’a bluffée avec ce titre. Elle a réussi tour à tour à m’ensorceler et puis tout de suite après à m’irriter. Elle a su faire naître en moi tout un tas de sentiments contradictoires. Et avec son écriture précise , elle distille en vous tout un tas d’émotions qui se bousculent et s’entrechoquent. Qui vous bousculent et vous provoquent un choc.
C’est étouffant, angoissant et jouissif à loisir.
Une parfaite réussite.
Et puis comme tu as posé Deux questions, je t’en ajoute un quatrième.

$$$&&&sm023L‘affaire Clémence Lange de Laura Sadowski

Maître Nicolas Kléber appartient à cette catégorie de jeunes gens à qui tout sourit : il est beau, brillant et promène à son bras une ravissante créature. Il doit justement la rejoindre dans quelques heures sur les cimes enneigées de Chamonix pour fêter le Nouvel An.

Mais, avant cela, il lui faut se rendre à Fleury-Mérogis, où l’une de ses clientes comparaît devant le conseil de discipline. Simple formalité… qui va virer au cauchemar. Car Clémence Lange compte bien faire payer à son avocat la légèreté dont il a fait preuve lors de son procès : elle lui a valu quinze ans de réclusion pour le meurtre de son amant dont elle se dit innocente.

Séquestré dans une cellule prototype de la prison, notre fringant avocat va vivre une véritable descente aux enfers…

  • Pour connaitre mon avis sur ce titre je te renvoie à mon article :

L’ABCdaire de deux nanas fondues de…Sadowski.

 

 10  Stef : Dis donc ma belle à quelle heure on mange ??? 

😂

 Ben tout de suite stef si tu veux.

Tu sais moi dès que tu parle de bouffe ça me donne faim alors.

Et puis perso, j’aime manger quand j’ai faim donc il n’y a pas d’heure pour manger.

Maintenant c’est parfait !

Allez à table

Et nous, on se retrouve pour un ultime chapitre qui répondra aux 6 dernières questions.

 Vous pouvez aussi retrouvez les réponses au 5 premières question du premier chapitre ICI 

 

Ma 500e chapitre 1 : Réponses aux questions de nos lectrices


500e de nos lectrices

Vous avez été nombreuses à répondre à l’appel de notre jeu concours de la 500e chronique.

Ce fut un véritable plaisir que de lire vos portraits de lectrices.

J’ai ainsi fait un peu plus votre connaissance.

Certaines d’entre vous me sont plus familières que d’autres. Quelques-unes étaient de parfaites inconnues.  C’est aussi pour cela que ce tag a été sympa.

Il nous a permis de nous rencontrer même si ce n’est que du virtuel pour l’instant.

D’ailleurs entres vous vous aussi chères Seriales Lectrices, le courant est passé. Vous avez joué le jeu jusqu’au bout, découvrant chaque semaine le portrait des autres candidates.

J’ai vraiment kiffé, c’est un beau moment de partage comme je les aime. De vrais échanges ont vu le jour. C’est comme cela que je voyais ce blog lorsque j’en ai conçu le projet.

Alors merci à vous Mesdames, oui car malheureusement il n’y a eu que des dames pour répondre à mes quelques question. Ces messieurs se sont fait timide voire pudique. Dommage, mais je ne désespère pas de faire venir quelques serial lecteurs.

En attendant, une nouvelle rubrique a vu le jour grâce à vous les filles. Et je ne suis pas prête de m’arrêter à chercher à mieux vous connaître et mieux vous cerner.

Merci, merci, merci, ce fut vraiment chouette.

Mais maintenant c’est à moi de répondre à vos questions.

Et j’espère que mes réponses vous satisferont !

Allez c’est parti !!!

 

 1 : Louise :  Quand est ce que l’on se rencontre en vrai ?! 

Ecoute, Louise maintenant que je te connais un peu plus, j’ai encore plus envie de te rencontrer. Il y a des années maintenant que je veux descendre sur Toulouse pour le fameux salon Toulouse Polar du Sud. Malheureusement ce ne sera pas encore pour cette fois. Mais je sais que toi aussi tu es fan de ce salon, alors nous finirons bien par nous y rencontrer. Entre passionnées, c’est obligatoire, non ! 

Sinon, peut-être que de ton coté tu viendrai, par le plus grand des hasard , en juin prochain à Saint Maur en Poche.

 

2 : Titiana : Une idée de polar pour bébé de deux ans et demi, l’âge de mon petit fils ?de préférence en format cartonné à l’épreuve des dents …

Là Titiana tu me pose une colle. Déjà que je ne suis pas une spécialiste de la littérature jeunesse. Je lis bien de temps à entre des roman pour ado ou à partir de 9-10 ans. Du polar et de la SFFF essentiellement.

Là des polars cartonnés ou en tissu je vois pas.

Mais je peux déjà te conseiller quelques polars pour ses toutes premières lectures. Quand ton petit-fils aura appris à lire. Dès histoire à partir de 6 ans. Oui je sais, il va te falloir être patiente d’ici là. Mais quel plaisir tu vas avoir en lui offrant ses tous premiers polars !

500ge1

Dès 5-6 ans, ils peuvent suivre ces petites mais sympathiques enquêtes

500ge2

 

3 : Sylvie : Comment fais tu pour être à 20000 volt tout le temps ? je veux ton remède

Ben je sais pas.

Déjà gamine je vivais à 100 à l’heure. Toujours par monts et par vaux à courir la campagne. Ou sur mon vélo à faire des tours du village.

Dès 4 ans je me suis inscrite au club de foot, je passais mes jeudi sur le terrain avec mes petits camarades. Et oui j’étais la seule fille, avec une de mes cousine un peu plus âgée, parmi tous les garçons du canton. Le samedi y avait match.

Dès mon entrée au collègue je me suis mise au handball. Et là je n’ai plus arrêté durant une vingtaine d’année. 3-4 heures de sport et d’entrainement par jour. C’est bon, ça défoule bien. Et puis depuis une bonne quinzaine d’année bien je ne pratique plus de sport. Sauf la marche lors des promenades quotidiennes de mes chiens.

Alors forcément je garde toute cette énergie en moi. Et il faut bien quelle ressorte quelque part.

Maintenant je pratique la lecture à haut niveau.  Et plus si affinité…😂

4 : Belette : Le code de ta carte bancaire ? Non ? Bon, attends alors…

Ah ! Est-ce que le fait de travailler dans son « loisir » n’est pas dangereux ?? N’as-tu pas peur de te dégoutter des livres en bossant dedans ?

Je m’explique : moi, si je devais travailler dans un milieu que j’aime (les livres ou les chevaux) et bien, j’aurais peur de ne plus les voir ensuite comme un « plaisir » mais plutôt comme du travail ! Et donc, en ouvrant un roman, j’aurais l’impression de travailler à la maison ou lorsque je monterais mon cheval, je n’aurais plus ce plaisir après avoir passé ma journée à expliquer à  des gosses comment monter à cheval.

Je vois bien l’idée Dame Belette.

C’est vrai que parfois je pousse un peu les choses trop loin, mon esprit de compétition sans doute. Tu sais quand tu as pratiqué un sport à haut niveau tu aimes te dépasser. Tu en as presque besoin.

Alors oui, je me lance tête baissée, je compte le nombre de pages lu dans la journée, dans la semaine. Le nombre de livres lu dans la quinzaine, le mois, l’année.

Je m’efforce de lire un max de premiers romans et il en parait de plus en plus. J’aimerai ne rien louper. Et parfois il est vrai que je suis à la limite de la rupture. Je sens mon envie de lire prendre le largue. Alors à ce moment là, je ne lis que pour le plaisir. Je lis moins vite, j’essaie de ne pas compter mes pages. Je profite plus de ma lecture. je quitte le polar et retourne à mes premières amours. Je lis un peu de SFFF. Ou même j’ose quelques romans qui n’entrent pas dans ces genres. Je redeviens une lectrice normale. 

Mais vois tu Belette, une bibliothécaire pendant ses heures de boulot ne lit pas. Pas de roman,  pas d’essais, pas de bouquins quoi ! Non notre boulot c’est pas du tout ça. Au mieux, on lit les critiques qui nous permettent de choisir les livres que l’on va acheter dans notre bibliothèque.

Donc oui, on lit à la maison pendant notre temps libre.La lecture même pour le boulot reste du bénévolat. Ça serai le pied si j’étais payée à lire. Mais non, je n’y suis pas obligée. D’ailleurs je connais de nombreux collègues qui ne lissent pas sauf peut-être un peu pendant leur vacances.

Même mon job de veilleuse ne me demande pas de lire les bouquins. Il faut juste que je vois si le titre plait, trouve son public, va marcher….Enfin oui, je dois lire les avis, alors avant j’avais une revue pro, le monde des livres, la presse spécialisée que je dépouillais. Et puis il y a eu des sites spécialisés et puis les blogs de spécialistes (Libraires, bibliothécaires, chroniqueurs littéraires….) et puis très vite de simple lecteur et les forums de discutions et les sites participatifs et d’échange de lectures et d’avis… C’est comme cela que j’ai connu vos blogs, sans prendre le temps de m’y attarder, juste parcourir vos articles (Surtout ceux sur les nouveautés à paraître.)

Bon maintenant que je suis devenue blogueuse à mon tour, je sais que laisser un petit commentaire ça fait toujours plaisir ! 😘

 

5 : Mélie : Comment es-tu devenue la papesse du polar ? D’où vient cet addiction ? 

J’ai connu la papesse du polar. Une femme extraordinaire. Elle fut mon mentor. J’ai tout appris auprès d’elle.

Michel Witta était véritablement la papesse du polar, c’était plus qu’une passionnée, c’était une véritable militante de la cause polar. Une encyclopédie vivante, une mine de renseignements intarissables, une mémoire d’éléphant, une réactivité incroyable.

Je l’ai vu improvisé un débat au pied levé pour remplacer un médiateur qui n’avais pu venir. Juste le temps de lire un titre d’un nouvel auteur qu’elle ne connaissait pas et quand avait convier au dernier moment à se joindre à ses pairs. Et 2 heures plus tard, elle animait la table ronde en ayant déjà analysé parfaitement le style et le propos de l’auteur connaissant déjà bien les autres participants.

Malheureusement, Mélie, je n’ai ni son érudition, ni son aplomb, ni sa connaissance du milieu et en plus j’ai une mémoire de Dory.500ge

Mais je suis tellement contente d’avoir rencontrer cette grande dame du polar.

D’ailleurs je lui ai rendu un bien modeste hommage dans les pages des dames du noir. Et si cela t’intéresse c’est ICI le portrait très personnel de MW, papesse du polar

Pour l’addiction je ne sais pas, je suis une lectrice tardive. Et quand vers 17 ans je me suis mise à lire, je me suis mise à dévorer. Et je suis allée vers ce que j’aimais déjà lire à savoir la science fiction et les romans historiques. C’est comme cela que je suis tombé sur l’oeuvre de Georges-Jean Arnaud et La compagnie des glaces et par ricochet sur ces romans d’espionnage et ses polars et autres romans noirs. D’ailleurs maintenant que j’y pense c’est peut-être bien cet auteurs qui m’a amené à la littérature noir américaine. 

500geeLa lune a servi de dépotoir aux humains qui voulaient se débarrasser de leurs déchets nucléaires. Elle a explosé et ses poussières ont entouré la Terre, empêchant les rayons du soleil de passer. Le froid, jusqu’à – 100 degrés, et la glace sont devenus le danger principal pour l’Homme. Les humains sont obligés de vivre sous des dômes et de porter une combinaison isotherme. Les compagnies ferroviaires ont tissé les seuls liens de survie entre les dômes : les rails ! C’est par eux que circule l’électricité, c’est grâce à eux que les trains relient les hommes. Pour les compagnies ferroviaires, c’est l’occasion d’imposer leurs lois, dont la première : « Hors du rail, pas de vie« . Elles se sont partagé la Terre et dirigent le monde sans concession. Les Roux sont issus d’une manipulation génétique dont on ne connaît pas encore l’origine. Ils vivent nus, résistant aux températures les plus extrêmes. Ils sont considérés comme des animaux ou des sous-hommes. Lien Rag est glaciologue. Il rencontre par hasard Yeuse, une danseuse nue. Puis croise la route de Floa Sadon, riche héritière de la TransEuropéenne. Tout baignerait pour Lien s’il ne se posait pas des questions interdites : d’où viennent réellement les Roux ? Pourquoi la sécurité de la TransEuropéenne a-t-elle déplacé et détruit tout un dôme ? Il devient l’ennemi public numéro 1 ! Il sera arrêté, torturé, trahi… mais rencontrera aussi quelques fidèles prêts à tout pour l’aider… Si cette oeuvre nous propulse dans un avenir lointain, elle évoque des questions très contemporaines : les dictatures, la bipolarisation, le dérèglement climatique causé par les manipulations de l’Homme…

Voilà tu sais tout. 😂

Vous savez Tout.

Et si aujourd’hui je m’arrête là, c’est pour mieux répondre prochainement aux autres questions qui m’ont été posées par nos Seriales Lectrices.

Alors rassurez-vous Mesdames, chacune aura sa réponse.

Très bientôt chers lecteurs zé lectrices

Et à suivre donc

 

La 500e de Christelle


500e de nos lectrices

En Août, chez nous, c’est « Seriale Lectrice »

J’ai eu envie de mieux vous connaître.

Mieux percevoir quelle lectrice vous étiez

Alors je vous ai soumise à la question.

Et c’est génial car vous avez été nombreuse à répondre à ce tag.

Voici donc quelques unes de vos réponses.

Celles qui seront finaliste de ce jeu concours, le 500e

Aujourd’hui c’est Christelle qui se présente à vous

1) Peux-tu te présentez aux lecteurs de ce blog ?

500CS1Christelle, bientôt 48 ans , même  si ça se voit pas ou si peu ,toujours en compagnie d’un livre .Mon thème astral m’a trahi,il est dit que je préfère un bon bouquin qu’un mauvais amant .Les  étoiles ont parlé…

2) Quel est ton rapport aux livres et à la lecture ?

 les livres sont mes Doudous,j’en prends grand soin par respect pour tout le bonheur qu’ils m’ont apporté. Je suis hyper maniaque et les prête très rarement, mise à part quelques personnes de confiance.mais pas tous , certains sont embellis de belles dédicaces, parfois assez personnelles , donc secrètes…
J’aime les livres à là folies, ce n’est un secret pour personne, je les voudrais presque tous .

500CS5500CS8

Sans eux ma vie serait un enfer,alors pourquoi se priver de tous ces plaisirs. Et puis les mots effacent mes maux alors j’en abuse sans modération.  Même si certaines personnes , des non- lecteurs ne comprennent pas cette addiction alors que sans mes livres je serais perdue .Ils trouvent que les livres me manipulent le cerveau, quelle conneriie !!
Mes PAL ressemble aux tours de New-York et j’adore ça . Addiction totale revendiquée et assumée , Je ne suis pas Dealerdelignes pour rien 😚

500CS6

3) Quand lis-tu ? As-tu des petits rituels de lecture ?

500CS2Je lis chaque jour , plus ou moins selon si je travaille ou pas . Les jours de repos je me débarrasse de mes corvées et ensuite je lis des heures d’affilées, c’est comme ça que j’apprécie le plus mes lectures, je n’aime pas les lectures entrecoupées, en une ou deux fois c’est que du bonheur, je garde donc certaine lecture pour les jours de repos , les week-ends, je ne veux pas qu’elles soient dérangées par le boulot , surtout si c’est un Must 😉
J’adore lire sous ma couette, ou dans mon transat en compagnie de ma Jazzy 😉 Au calme , juste les oiseaux qui chantent et c’est le kiff .
105 lectures à ce jour .

 

4) Es-tu plutôt papier ou plutôt liseuse ?

Je ne suis que Papier …. Rhoooo… Pas de liseuse , JAMAIS, mes livres seraient malheureux et je ne le supporterais pas . Et puis c’est si beau un livre , une belle couv’. Certaines maisons d’éditions rivalisent d’imagination pour capturer les lecteurs.
Et accompagné de superbe marque-page c’est le top . Alors ta liseuse tu peux l’oublier pour moi …c’est mon dernier mot Geneviève 😝

5) A quel point es-tu attaché(e) à tes bouquins ?

Je suis hyper attachée à mes livres , une fois lu ils sont toujours aussi neuf ,je collectionne même ceux de certaines maisons d’éditions, comme Gallmeister. Je ne me sépare que de ceux que je n’ai pas aimé ou que si  je suis sûre  de ne pas relire 😉 mais c’est rare

  500CS3 500CS4    

 6) Peux-tu me présenter ta bibliothèque ? Comment est-elle classée … ? Une petite photo serait la bienvenue !

 J’ai hâte d’être dans mon prochain appart pour tout réaménager, et tout mettre si possible au même endroit, et plus sur deux rangées, pour bien les voir tous et éviter les doublons.je lis de tout , du coup j’en ai énormément. À chaque rangement je fais des découvertes, c’est la bibliothèque d’Ali Baba , elle est pleine de trésors .Tous précieux.

500CS7500CS9

7) Quels sont tes romans et/ou tes auteurs préférés ?

J’ai énormément d’auteur(e)s que j’aime à la folie , et je ne raterai pour rien au monde leur dernier livre .J’ai une préférence pour la littérature Américaine mais j’aime aussi nos frenchy. Pour les USA , Paul Auster, Joyce Maynard, Joyce Carol Oates , Richard Ford, Donald Ray Pollock, Peter Heller …..et tant d’autres

❤️🇺🇸

Pour les frenchy, Franck Bouysse , Olivier Adam, Hervé Commère , Antonin Varenne, Ian Manook, Benoît Minville, Henri Loevenbruck, Danielle Thierry, Dominique Sylvain, Céline Minard…….. Et des dizaines d’autres……

Des livres que je n’oublierai jamais
– à l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie d’Hervé Guibert
– Adieu Volodia de Simone Signoret
-aux noms de tous les miens de Martin Gray –
-Ouragan de Laurent Gaudé
-Grossir le ciel de Franck Bouysse.
-Nous rêvions juste de liberté d’Henri Loevenbruck
-Les filles de l’Ouragan  de Joyce Maynard
– Trois mille chevaux vapeurs d’Antonin Varenne
-Retour à Cayro de Dorothy Alison

……. Et des dizaines d’autres

$$9782070148769,0-2999195&Aux États-Unis, dans les années 1990
Delia Byrd a fui un mari violent et dangereux pour suivre Randall Pritchard et son groupe de rock, abandonnant du même coup ses deux petites filles, Amanda et Dede.
Dix ans ont passé, mais ni le succès, ni les frissons de la scène, ni la naissance de Cissy, sa troisième fille, n’ont réussi à guérir ses blessures ou à apaiser sa culpabilité. L’alcool l’a presque détruite et l’amour l’a déçue une seconde fois.
Quand Randall meurt dans un accident de moto, Delia décide de quitter la Californie et de rentrer chez elle, en Géorgie. Sa vieille voiture chargée de tout ce qu’elle possède, une Cissy murée dans un silence hostile à l’arrière, elle traverse d’une traite le pays, persuadée que son salut passe par un retour à Cayro, sa ville natale. Récupérer ses filles deviendra son obsession, plus forte que la haine que lui voue Cissy, que la rancœur de Dede et d’Amanda, que la dureté des habitants de Cayro, des gens du Sud, austères et pétris de religion, déterminés à lui faire payer sa rédemption au prix fort.

Porté par un style rageur, non dénué d’humour, un roman tout en émotion brute et passions dévastatrices, qui restitue l’ambiance à la fois pesante, sclérosée par la religion, mais aussi profondément chaleureuse et solidaire du Sud des États-Unis. Une œuvre culte à découvrir ou redécouvrir.

8) As-tu une anecdote autour d’une lecture qui t’a troublé(e), gêné(e), ébranlé(e) ?

Une anecdote autour des livres plutôt si tu me permet 😉
Lorsque j’étais encore chez mes parents et au collège, mes parents ne m’achetais que les livres sur la liste scolaire, mon père n’approuvait pas mes longues heures de lectures , je lisais donc en cachette.Je m’étais donc arranger avec ma prof de français qui m’en avait rajouté sur la liste , un peu trop peut-être, du coup mon père s’est plaint à la réunion parents /profs et je me suis fait grillée ….

9) Et le polar dans tout ça ?

Les polars j’aimeeeeeee bien plus que les thrillers , mais faut qu’ils soient bon. Même très bon . Mais j’ai une préférence pour les romans noirs .

10) Quelle question voudriez-vous me poser ?

Tu passes quand à Nancy pour un apéro polar ? T’amènes le Polar je fournis l’apéro 😘

500CS