[TAG] – Liebster Awars – Discover New Blogs


 

 

Taguée par du blog Nathalie  Mes Lectures du Dimanche

Alors comment ça marche. Ben  ça a l’air simple comme ça.

Mais il est jamais facile de parler de soi !

  • Donner 11 infos sur moi

  • Répondre aux 11 questions de Nath qui m’a taguée

  • Nominer moi-même 11 blogueurs  et leur poser 11 questions

Alors … Moi en 11 points :

  1. Je suis chanceuse, j’ai trouvé le grand amour à l’âge de 23 ans. Oui, ça a été un vrai coup de foudre. Ben là je commence fort ! Non ?

  2. Je suis bordélique et pourtant je suis quelqu’un de super organisée. ça en fait deux là, non ?

  3. Je suis quelqu’un de très fidèle

  4. Pour autant j’ai pas besoin de voir ou de communiquer beaucoup avec les gens que j’aime.

  5. Je suis dyslexique. En lecture à l’école primaire j’étais 16e sur 16. J’ai toujours eu zéro en orthographe. C’est bizarre car j’avais 20/20 en grammaire.

  6. Forcément petite je n’aimais pas la lecture. Et j’ai commencé à lire vers l’adolescence. C’est l’apprentissage du latin et du grec qui m’a amenée à la lecture par les auteurs classique. Homère a été un grand moment, j’ai avalé son Iliade puis son Odyssée. L’Enéïde et Virgile ont su me séduire aussi !

  7. Je suis nulle en langues vivantes. Pour anecdote, ma prof d’allemand de 1ère n’avait dit que je n’aurais pas plus de 5 au bac, j’ai eu 6 ! Heureusement ma prof de terminal était plus sympa ! Mais en une année, c’était un peu juste pour rattraper mon retard !

  8. J’ai fait du sport à haut niveau, oui je sais ça ne se voit pas aujourd’hui, mais j’ai eu un corps sculpté et musclé, si, si !

  9. Vous n’allez pas me croire mais j’aime ne rien faire. Si j’en avais les moyen je ne travaillerai pas ! J’aime rêvasser, rêver,contempler ! C’est pour cela que je suis une super-active et que quitte à faire quelque-chose autant que ce soit beaucoup de choses, sinon je me laisserai aller vers ma nature profonde…

  10. La musique que je préfère c’est le silence.  Mais j’écoute de tout sauf du rap et j’avoue que le  R’N’B c’est pas ça non plus sauf  peut-être quand ça tend vers la pop ! Je ne suis pas musicienne mais assez mélomane, je suis carrément Mozart pas du tout Section d’assaut et l’autre là, maître quelque chose. Bref plus je vieillis moins j’écoute de musique, je peux vivre sans, je crois !

  11. Ma devise : je la tiens de mon institutrice du CE1-CE2, ça ne me rajeunit pas tout cela. J’ai toujours beaucoup aimé, j’aime beaucoup cette femme qui fut ma maîtresse quand j’avais 6-7-8 ans. Elle m’a appris la différence et du coup le tolérance. L’autre est un plus, l’inconnu ne demande qu’à être connu, les différences peuvent s’additionner. Elle m’a appris que l’on était unique et chaque unique se respectait ! Oui et alors ma devise dans tout cela ? Et bien j’ai fait de sa devise la mienne ! Bien faire et laisser braire !   hahaha !!!

Passons maintenant aux question de Nath

  1. Comment t’es venue l’idée de ton blog et y as-tu réfléchi longtemps avant de te lancer ?

    L’idée d’un blog m’est venue en 2010. A l’époque quelques camarades bibliothécaires et moi avions la charge de remettre sur pied un Comité de veille et d’analyse du roman policier pour les bibliothèques de la ville de Paris. Depuis plus d’un an je réfléchissais à la question. J’avais déjà une idée précise du fonctionnement de ce futur comité. J’avais notamment en plus des autres propositions, celles d’en faire un comité de lecture polar. notamment lectures de premiers roman car je voulais qu’ils soient plus représenter dans nos bibliothèques et je voulais les mettre en avant.

     Si vous voulez savoir ce qu’est le comité de lecture polar des bibliothèques de la ville de Paris c’est ici.

    Mais revenons à nos moutons. Donc mon projet de Comité a été retenu, j’en suis devenir la coordinatrice, la secrétaire, l’animatrice, enfin bref… Et pour faire connaître notre travail non seulement au collègues dans les 60 bibliothèque de la ville mais aussi l’ensemble de la communauté polar, j’ai proposé de créer une page Facebook, vous la trouverez là et un blog.

    La page Facebook a vu le jour, le blog, le projet est toujours dans le tiroir d’un responsable qui l’y a oublié. J’ai attendu 5 ans, j’ai espéré 5 ans commençant à accumuler les articles pour ce blog ! Puis un jour ce responsable m’a demandé : « au fait le blog du comité, il en ai où ? »

      Le soir en rentrant chez moi, je me suis lancée, j’ai créé mon propre blog !

 

2 – Quel temps consacres-tu à ton blog ?

    Alors de nombreuse heures, ça c’est certain !

Je fais mes chroniques la nuit en général entre 3 et 6 heure du mat. Je passe une bonne heure sur mon blog, car je réponds aussi aux commentaires que mes lecteurs me laissent.

J’y passe une bonne partie de mon dimanche matin et aussi la journée de mon lundi !

Je dirai comme cela une bonne quinzaine d’heures par semaine. Entre mes propres chroniques et les articles de mes chroniqueurs que je mets en page et que j’accrémente et que j’illustre.

15/20 heures c’est pas temps que ça pour un article par jour, non

 

3- Quels sont les retours les plus positifs liés à ta vie de blogueur ?

Un jour j’ai reçu un mail me disant que j’étais le Gérard Collard des bibliothèques.

Cela m’a fait beaucoup rire, mais la lectrice disait aussi que mes chroniques lui donnaient envie de lire tous les livres dont je parlais. Alors là j’ai eu les chevilles qui ont gonflées. Si seulement je pouvais être aussi prescriptrice !

En fait à chaque fois qu’un lecteur me traite de tentatrice je kiffe !

 

4- Quel temps consacres-tu à la lecture ?

Actuellement je lis en mode ralenti, une trentaine de page par jour.

Habituellement je consacre environ 5 heures minimum de lectures par jours . J’essaie de lire entre 150 à 300 pages.  Si un livre fait moins de 250 pages, j’essaie de le lire dans la journée, enfin sur 24h.

Après je lis plusieurs livres à la fois, alors souvent le matin c’est un livre, durant mes 2 heures de transport c’est un autre livres et le soir un dernier livre.

5- Es-tu plutôt livre papier ou livre numérique ?

Jusqu’ici j’étais uniquement livre papier. Depuis peu je suis passée au numérique.

Je lis maintenant un livre par semaine en numérique contre 3-4 papiers.

Mais là pour le vacances je vais surtout privilégié le numérique comme cela mon sac sera moins lourd c’est certain.

mais j’aime trop l’odeur du papier neuf pour ne plus lire qu’en numérique. L’objet bouquin me manquerait trop !

6- En télé, es-tu plutôt film, reportages, séries ?

J’aime bien les reportages vivants et bien foutu. j’aime pas les choses racoleuses ou encore celle devant lesquelles je m’endors. J’aime bien les vrais film documentaires, pas les reportages tout venant !

Mais je suis depuis toujours sériephages ! C’est vrai que j’en suis moins maintenant qu’il fut un temps. Il faut dire qu’elles se sont multipliées avec l’arrivée du cable, de netfix et autres plateformes payantes.

Aussi le plus souvent je les regarde en DVD ou clé SB, mais pas forcément lors de leur diffusion.

Là je me refait Twin Peak avant d’attaquer la 3e saison qui vient de sortir.

Et je suis sur le coup, mais avec un peu de retard sur GOT

7- De quel auteur ne pourrais-tu pas te passer ?

Je n’ai pas d’auteur fétiche.

J’aime retrouver régulièrement quelques auteurs avec qui j’ai lié quelques choses. Je suis toujours curieuse de redécouvrir leur travail, livre après livre. Ceux qui ont eu un rôle prédoninant dans ma vie de chroniqueuse.

Je pense là comme ça sans réfléchir aux Camhug ou encore à Laura Sadowki et Elsa Marpeau.

Par la suite il y a eu aussi tous les auteurs que j’ai reçu ou interviewé à la bibliothèque ou ailleurs. Ce qui se sont retrouvé face à moi avec qui j’ai eu un contact privilégié. Rachid Santaki, Nicolas Lebel, Sandrine Collette, Victor del Arbol ou plus récemment Martine Nougué, Sonja Delzongle, Johana Gustawsson, Chloé Medhi….Et tous les autres… Et ceux à venir !

Sinon j’aime bien retrouver Fred Vargas, mais là je ne suis pas originale !

8- Quel est ton plus beau souvenir de lecture ?

Mon plus beau souvenir de lecture,  aucune idée !

ou alors un souvenir en rapport avec une lecture. Le mail que m’a transféré ma responsable du groupe polar à l’époque où je chroniquais pour la Bilipo et les crimes de l’année. Un mail de Nathalie Hug pour remercier les crimes de l’année de les avoir lu et moi en particulier pour avoir donné mon avis sur leur premier bouquin.

J’ai ensuite contacté Nathalie Hug pour la remercier à mon tour, émue que j’étais, c’était la première fois qu’un auteur me disait merci. s’en ai suivi une belle histoire d’amitié !

9- Quel est ton pire souvenir de lecture ?

Ne pas aimer un livre, ne pas accrocher à une histoire, à un style, à une écriture.

Être obligé de lire, tout simplement. Oui lire par obligation un titre avec lequel tu n’accroches pas !

10- Quelle est ta plus grande fierté ?

Ma plus grande fierté ? Ben je sais pas.

Si je dois être fière de quelque chose ça pourrait être mon job.

Oui je suis fière de mettre à ma façon le livre et la lecture à la portée de tous et gratuitement. Oui acheter des livres et les faire lire à des centaines voire des milliers de lecteurs zé lectrices. Et même parfois le leur apporter à domicile quand ils ne peuvent pas se déplacer !

Ouais, je suis fière d’être bibliothécaire en fait !

11- As-tu déjà pensé à passer de l’autre côté de la barrière et, au lieu d’être le lecteur, devenir l’auteur ?

Heu non, j’en ai pas ni le talent, ni l’imagination, ni la force de travail !

Mon entourage proche voudrais me voir écrire mon polar, mais je suis trop fainéante et trop peu doué pour ça !

Je reste une lectrice de base, c’est bien aussi de vivre pleinement les histoires des autres

Passons à mes 11 questions

Pour les  nominés il seront à découvrir plus bas !

 

Alors reprenez les questions  1-2-3-4 de Nath

1- Comment t’es venue l’idée de ton blog et y as-tu réfléchi longtemps avant de te lancer ?

2 – Quel temps consacres-tu à ton blog ?

3- Quels sont les retours les plus positifs liés à ta vie de blogueur ?

4- Quel temps consacres-tu à la lecture ?

5- Peux-tu citer 3 polars (Roman policier, thrillers, roman psychologique, roman noir, polar historique…) qui t’ont marqué et nous dire pourquoi ?

 6 –  Peux-tu citer 3 livres autres que du policier qui t’ont marqué et nous dire pourquoi ?

7- Es-tu adeptes de la PAL ? Combien de livre compte-t-elle ?

8- Combien de temps penses-tu pouvoir tenir sans lire ?

9- Combien de temps es-tu déjà resté sans lire ?

10 Y a-t-il une question que tu aimerais que je te pose ? Et peux tu y répondre

11 – Une lecture commune, ça te dit ?

 

Et c’est là que j’aimerai bien tricher un peu.

Vous faire confiance et me dire que quelques-un(e)s d’entre vous vont répondre à mes questions.

Et même si je tague 11 blogueurs, vont-ils tous répondre présents ?

Bon tant pis je me lance.

Stelphique de Mon féérique Blog littéraire

Belette de The Cannibal Lecteur

Stef de les Cibles d’une lectrice « à Visée »

Samantha de Sam délivre ses livres

Christelle de Dealer de lignes

Cat de Chroniques aigües

Valette de Sangpages

Salhuna et Les lectures de Salhuna

Mademoiselle Maeve lit des livres

Sandra de Les Lectures de Cheesy

Et je nommerai bien aussi ma Gene😘😘 , oui

Geneviève de Brindille33

A vous de jouer les filles 

😘😘 😘😘😘😘 😘😘😘 😘😘

 

 

 

Sériale Lectrice : papotage avec Aline notre nouvelle chroniqueuse.


Sériale Lectrice : papotage avec Aline notre nouvelle chroniqueuse.

Il y a quelques semaines, je recevais un  MP, Aline Gorczak m’invitant à aller « jeter un oeil » sur sa nouvelle page Facebook, et, je la cite, « me dire si ça peut intéresser autrui. » J’ai pris quelques minutes et nous avons alors papoter.

La suite c’est ci-dessous :

 

GVL : Bonjour Aline, es tu prête a être soumise à la question ?

 Aline : J’ai cru quelle arriverait jamais cette question !!

  GVL : Alors, Aline, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir,  ta scolarité, ton parcours pro, ton âges, oui je le demande même au dame ! Surtout quand elle aime le noir !

Le noir c’est ma tenue de boulot. Ca fini par déteindre !!

Plus sérieusement j’ai 48 ans moins deux jours (ben ouais ça compte les jours en moins). Je suis la deuxième d’une fratrie de neuf .

 J’ai d’abord fais des études pour travailler avec les gosses. J’adore les enfants, ils ne se prennent pas la tête. Y paraît que je sais y faire avec eux. C’est vrai j’ai une certaine autorité ! Après dix ans de bons et loyaux service changement de cap vers l’esthétique. Je suis conseillère en parfumerie. Le rêve ! Ben pas toujours. J’aime (que dis-je j’adore) mon boulot. J’ai enseigné un peu et je suis (quand mon planning me le permet) jury d’examen. Faut toujours se méfier des jurys : une bonne tête ne te donne pas d’emblée une bonne note. Ben y a quand même des trucs sur lesquels tu ne peux pas passer. Genre ? L’hygiène rien que ça je pourrais en raconter des cradabeuck !!!

 

 GVL : Heu non pas de cradabeuck pitié ! En revanche, dis moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

Le livre n’était pas une priorité pour mes parents. Plutôt une perte de temps.

GVL : Pourrais-tu me montrer ta/ tes bibliothèque(s) :

Non elle est en cartons. Mais je peux dire combien de cartons (archi remplis) :13. Haaaaa, faut que je commence un autre carton !

GVL Ok comme tu veux mais à défaut nous aurons ta Pal de l’été. Na !!!

Pal Aline

 Dis moi Aline.. Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

C’est tellement de chose. Avec un livre tu peux t’évader, t’isoler, découvrir, grandir. Tu peux rire, pleurer, souffrir, avoir envie de mourir, te réjouir. Tu peux transmettre un livre comme un bout de toi. Tu peux aussi le garder pour toi seule comme un secret.

C’est en classe de 3eme que débute ce virus du Livre. Je lis le père tranquille de Noël Noël et le journal d’Anne Franck (que j’ai relu des dizaines de fois par la suite) . Ma prof de Français nous fait participer au concours de la résistance. À bien y réfléchir c’est mon premier écrit. Ma disserte est sélectionnée et récompensée.

Je n’ai plus jamais arrêté de lire. Les livres sont mon échappatoire, ils font aussi mon éducation en plus de celle parentale .
J’y découvre la nature humaine dans tout ce qu’elle peu avoir de beaux mais aussi de très moche ( voire horrible).

La lecture est allée crescendo. Aujourd’hui je peux en lire un sur la journee.

 C’est pas simplement de parler de soi . Pfff.

 

GVL : hihi Es-tu papier ou numérique ?

Sans hésitation : papier. Il me faut les pages, leurs toucher, leurs odeurs. Un livre c’est vivant.

 

GVL : Et le polar dans tout ça ?

J’ai commencé avec Agatha Christie et son non moins célèbre Hercule Poirot. 

Oui mes premiers polars : Agatha Christie. Avec un faible pour Monsieur Hercule Poirot. J’ai toujours trouvé qu’elle peignait très bien le genre humain et ces multiples facettes.

En fait j’ai glissé vers ce genre sans trop m’en rendre compte. C’est la majeure partie des bouquins que je lis. Il m’arrive de lire d’autres trucs, de ceux qui font chialer à toutes les pages par exemple. Je vous dis pas lesquels parce que vous allez y aller et si vous chialez tout long du bouquin je vais me sentir coupable !

Depuis environ un an je lis des auteurs français. Agréable surprise : ils sont doués 😋😂.

En début d’année je participe au concours polar Lens. Ma nouvelle est sélectionnée et publié dans le recueil. J’ai adoré.
Je découvre alors les salons du livres. J’ai mega adoré ( ma CB moins 😝).

 

GVL : Dis moi Aline,  tu as créé une page Facebook dernièrement ? Tu m’expliques pourquoi ? 

OUI !

Alors suis plutôt livrovore. J’en suis à mon 42 livres pour cette année.

Depuis trois ans je fais partie d’un groupe Livres sur Facebook. On poste nos lectures avec un commentaire, on échange avis et parfois bouquin ! Vu ma frénésie de lecture, les filles (on est majoritaire dans de groupe !) me disent : tu devrais créer ton blog. Houla doucement.

Les copines du groupe m’ont finalement suggéré de créer une page. Je me suis lancée après un peu de temps de réflexion. Et puis je n’avais rien à perdre. Bref.

L’idée ayant fait son chemin. « Miss Aline Li«  voit le jour le 30 juin.

Je « rencontre » Geneviève au hasard d’une page et me voilà intégré à son collectif polar ! C’est un peu flippant mais j’adore.

 

GVL : Non, moi,  je trouve ça plutôt sympa. 😝

Heu oui, mais … C’est quoi la moyenne pour réussir le test Collectif Polar !?😋

GVL : 100%

 😱 Alors ok  👌

 

GVL : Sinon,  Aline,  quels sont tes auteurs favoris ?

Je n’ai pas de favoris. Je choisi pas en fonction de l’auteur (enfin si ça m’est arrivée de manière exceptionnelle) mais de la quatrième de couverture. Elle me donne envie de lire le bouquin ou pas. Parfois tu dis non mais tu te rends compte lors de ton passage en librairie que tu lui tournes toujours autour. A un moment tu craques ! pffff

 

Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Quand j’avais un peu moins de vingt ans (ouille !) j’ai lu « l’adieu à la femme sauvage » de Henri Coulonges. Quand tourné la dernière page, j’ai pleuré pendant des heures. Pas une tite larmichette non un vrai sanglot. J’ai  jamais pu expliquer à ma mère pourquoi je pleurais. Ce bouquin m’a retourné.

 GVL : J’ai entendu dire que tu avais participé à un concours de nouvelles ?

Oui, je m’essaie à l’écriture ! J’ai participé au concours de nouvelles du polar Lens 2017. Sélectionnée. Publiée. Trop contente.

GVL : Tu peux m’en dire plus, je reste sur ma faim là  ?

Effectivement participation au concours de nouvelles polar Lens 2017. J’ai trouvé ce concours un peu par hasard et me suis dis « pourquoi pas ». J’ai toujours aimé les exercices d’écriture. Un thème : un anglais sur la côte d’Opale, trois mots et une citation cinématographique à insérer obligatoirement dans la nouvelle.

Et de mémoire 7 500 caractères espaces compris . Là ouille , j’ai déjà commencé avant de savoir si j’étais sélectionnée. Ahhhh, j’ai trop de mots !!! Un calvaire de couper. T’as l’impression que ton histoire est incomplète. Tu finis par y arriver mais t’y crois pas vraiment. Attente, attente, attente. Bon ben c’est mort! Ah non surprise : un mail te disant : bla-bla-bla votre nouvelle a été retenue voici les corrections apportées, nous attendons votre validation. Yessss. Mais j’ai quand même pas le sentiment que c’est gagné. Pas très clair ce mail. Allez va pour l’accord. Re attente….jusqu’au mail te disant « votre nouvelle est sélectionnée et se trouve en bonne place dans le recueil.

Voulez vous confirmer votre présence au salon du polar Lens , bla-bla-bla « . J’ai confirmé bien sûr. C’est comme ça que j’ai fais mon premier salon du livre les les 11 et 12 mars 2017 dernier. Depuis j’en ai fais d’autres … de salon… de concours de nouvelle aussi mais qui n’ont pas aboutis . Mais je poursuis…

 

GVL Super ça dis-moi ! Te me dis que c’était ton premier salon ? As tu attrapé le virus depuis ? Et tu as un lien vers ta nouvelle ?

Oui c’était mon premier salon. J’ai adoré. Ensuite j’ai fais Paris . Quelle déception. Et Saint Maur. Génial. J’ai du partir en début d’après-midi sinon j’aurais tout acheté … LOL

Non pas de lien vers ma nouvelle. C’est une publication papier. Elle figure dans le recueil « Un anglais sur la cote d’Opale » publié par le salon Polar Lens !

 

GVL : Sinon…Rien à rajouter ?

Ah si un tas de trucs plus ou moins intéressants. On en parle au prochain chocolat (j’ai pas le droit au café)

GVL : Pareil pour le café ça tombe bien ! Mais  pour des dames du noir ça la fout mal ! 

 Merci Aline pour ces  petites confidences. 

Maintenant notre aventure commune va pouvoir commencer ! :P

Merci à toi Geneviève ! Allez que l’aventure commence 😊 Et comme tout c’est bien passé, je te montre ma bibliothèque.

C’est parti donc . Vous retrouverez rapidement les accroches d’Aline dans nos pages.

Alors à très vite .

Ah oui tant que j’y suis c’est autour de nos petits achats à SMEP que nous avons fait connaissance avec Aline. Voici les siens

Vos questions, mes réponses : 2 ans du blog Tome 2


Il y a 6 mois …Je me suis fais curieuse, je vous ai interrogés.

J’ai voulu savoir quel lecteur et quelle lectrice vous êtes.

Vous n’avez fait confiance, vous  avez été nombreux et vous êtes livrés sans trop de résistance

Alors à votre tour vous m’avez posé quelques questions.

Aussi c’est avec sincérité que j’y réponds.

Voici donc les 10 dernière enfin 11 !

Sandrine : A mon tour : Je te repose les mêmes questions 😃

Sandrine, vous avez été quelques unes à me demander de bien vouloir répondre à mon tour aux questions que je vous avez posées sur vos PAL.

Aussi, je me suis vu obligée de tout vous raconter sur ma Pile à Lire

Le résultat est ICI

 

Noctembule :  Comment nommes-tu ta PAL?  Ta PAL n’est-elle pas infinie?

Comme je le dis dans cet article sur ma Pal je la nomme Terrifiante, mais je pourrez l’appeler Angoissante.

Surtout qu’en ce moment, j’ai beaucoup de mal à lire et à me concentrer sur mes lectures.

Je crois que j’ai perdu le gôut de la lecture aussi, je n’arrive pas à lire, je n’arrive donc pas à faire baisser ma PAL naissante. Je ne prends plus de plaisir à découvrir de nouveaux auteurs. J’ai pas plus envie que ça de lire les quelques titres que je n’étais mis de coté afin de les savourer.

Bref je suis en panne et ma PAL n’en est que plus angoissante !

Ici la PAL De Noctembule

 

Elise : Te laisserais tu prendre au jeu et répondre toi aussi à ces questions afin que l’on puisse mieux te connaître ? Et oui, je suis curieuse moi aussi !

Oui Elise, je veux bien me prendre au jeu. Aussi j’ai répondu à mes propres questions ICI à nouveau

Et là la PAL d’Elise

Stef : Dis donc bichette t’es bien curieuse je trouve ! Mais si on enlève les polars, thrillers, roman noir, as tu un autre style littéraire qui touche ton grand coeur ?

Oui ma Stef je suis curieuse, mais tu le sais c’est plutôt une qualité dans mon métier !

Et oui j’ai un autre voire des autres styles littéraires qui me touchent.

Alors oui je suis passionnée de polars et de tous les genres qui en découlent, whodunit, thriller Scientifique, ésotérique, écologique etc…),  roman psychologique, roman noir,  roman policier de procédure, polar social, politique fiction, Legal thriller, polar historique, polar fantastique, polar urbain…Bref j’aime le polar dans toutes sa diversité jusqu’au western et au nature writting  qui pour moi sont aussi un sous-genre du polar, le polar rural.

Mais un autre genre est aussi pour moi une source de passion, mais là je ne suis pas une spécialiste, tout juste une amatrice éclairée. C’est ce que l’on nomme la SFFF, la Science Fiction, le Fastastique et la Fantasy.

Et là aussi, les sous genres sont légions.

La science fiction peut se décliné ainsi : L’ Anticipation, vision du futur… La Hard Science, prospective scientifique. Le Cyberpunk, futur à tendance apocalyptique et ultra technologique. Voyages Imaginaires, les débuts de la SF, comme celle de Jules Verne. Space Opera, des empires galactiques, des planètes, des vaisseaux spaciaux en masse… Uchronie, et si le passé ne s’était passé comme ça ?. Steampunk, une SF au XIXème siècle victorien.

La fantasy * ( * source Wikipédia) est composée de nombreux sous-genres dont les définitions, en évolution constante, varient et font l’objet de débats entre critiques littéraires, chercheurs, fans, libraires et éditeurs. De nombreux sous-genres sont en anglais, les premières catégorisations ayant été faites par des auteurs et des critiques anglo-saxons.

Parmi les classements anglo-saxons les plus connus figure la distinction thématique proposée par plusieurs universitaires américains entre deux catégories de fantasy : la high fantasy, qui se déroule exclusivement dans un monde imaginaire (avec des romans comme Le Seigneur des anneaux), et la low fantasy, dans laquelle un monde imaginaire communique avec le monde « normal » (comme Le Monde de Narnia).

Les principaux sous-genres de la fantasy distinguent différents types d’univers et les grands thèmes évoqués :

  • le médiéval-fantastique (ou « med-fan »), dont les univers s’inspirent librement du Moyen Âge ;
  • la fantasy historique, qui réinvente des époques précises en y mêlant des éléments de fantasy ;
  • la fantasy arthurienne, héritière de la légende arthurienne ;
  • la fantasy urbaine, caractérisée par son cadre contemporain et souvent urbain ;
  • la fantasy orientale, dont les univers exotiques évoquent l’Orient ou l’Asie ;
  • la fantasy animalière, où les personnages principaux sont des animaux anthropomorphisés ;
  • la fantasy mythique, particulièrement proche des mythes et des contes ;
  • la science fantasy, qui intègre des éléments de technologie moderne à des univers médiévaux ou antiques ;
  • la space fantasy, qui déplace l’univers médiéval dans l’espace et sur d’autres planètes.

On distingue également plusieurs sous-genres selon la tonalité adoptée, plus ou moins sombre ou légère :

  • la light fantasy, ou fantasy humoristique, qui parodie les thèmes des autres sous-genres et a recours à l’absurde ;
  • la dark fantasy, sombre et pessimiste, qui préfère des univers et des récits sombres où le bien ne triomphe que rarement ou alors avec un prix à payer élevé ;
  • l’heroic fantasy, qui se concentre sur des héros solitaires.

La littérature fantastique est aussi un genre que j’affectionne.

  • Une œuvre est de genre Fantastique quand elle relate des événements totalement étranges, le plus souvent irrationnels ou incompréhensibles, hors d’atteinte de la puissance humaine ou de l’explication rationnelle (apparition de doubles, de fantômes, de spectres ou de revenants ; labyrinthes étranges ; rêves ou prémonitions ; réincarnation ; événements maléfiques inexpliqués ou apparition de démons ; apparition d’anges ou d’anges gardien ; objets usuellement inertes mais devenus vivants, etc).

  • J’aime aussi les histoire de Zombies et de Vampires et du coup j’aime aussi la littérature horrifique

Bref tu l’auras compris j’aime la Spéculative Fiction et les littératures de l’imaginaire.

Ah oui, j’allais oublier, j’aime aussi énormément les romans historiques !

Retrouvez la PAL de Stef

 

Marjorie : J’ai une question pour toi : Y-a-t-il un livre qui est dans ta PAL depuis le début et que tu n’arrives pas à te décider à lire ?

Oui certainement, mais j’en ai oublié le titre et l’auteur.

Et puis il y a les livres qu’auteurs et éditeurs m’envoient et que je n’ai pas demandés. Ceux là j’avoue, j’ai vraiment du mal à les lire, voire m^me je ne trouve pas le temps de les lire.

J’espère qu’ils ne m’en voudront pas. Surtout qu’il m’est arrivé de faire de belle découverte parmi ces bouquins quand j’arrive à en lire un.

ICI la PAL de Marjorie

 

Nathalie : Oui. Il y a vraiment des gens qui donnent un nom à leur PAL ? Sérieusement ??

Oui sérieusement ou pas, certain d’entre nous aime donner un petit nom à notre pile à lire. Et puis si elle en avait pas, ce petit concours a été l’occasion de lui en donner une !

La PAL de Nathalie

 

Claire : Comment trouvez-vous le temps de lire autant et surtout de tenir votre blog aussi assidûment ?

Alors là j’ai déjà répondu à cette question dans le premier tome de mes réponses à vos questions.  Enfin j’en donne quelques explications.

La principale est que je dors très peu donne mes heures de non-sommeil se transforme en heure de lecture. Et puis je lis partout et tout le temps, dés que je peux. En marchant, en mangeant, en attendant, entre deux RDV,  dans les transports en commun, aux toilettes, mais chut ça il ne faut pas le dire. Dans la rue, dans les parcs, les jardins, dans mon lit sur mon canapé…

Bref j’ai toujours un livre à la main !

Voilà je passe plus de temps à lire qu’à dormir !

Sauf depuis quelques semaines, je n’arrive plus à lire !!! Et j’avoue cela m’inquiète.

Comment faites-vous pour toujours poser les bonnes questions aux auteurs, et pour retranscrire leurs réponses( perso j’ai toujours peur d’avoir mal compris leur réponse, de leur faire dire le contraire de ce qu’ils pensent ?)

Hé mais ça fait 2 questions ça !

Ben, je ne fais pas encore ITW d’auteur sur mon blog.

Je pose des questions aux auteurs en trois grandes occasions.

Quand je les rencontre en salon.

Quand je les reçois lors d’un de mes apéros polar

Et depuis peu lors de scènes littéraires à SMEP.

Je ne sais pas si je pose les bonnes questions, je sais juste que je les interroge d’après mon ressenti de lecture. Et j’essaie à travers mes questions de faire ressortir les émotions que j’ai eu à la lectures de leurs titres.

Et si je retranscris tout cela, j’essaie d’être le plus juste possible. Parce que poser des questions c’est une chose mais écouter les réponses s’en ai une autre.

Voilà Claire j’espère avoir répondu à ta seconde question.

La PAL de Claire Là

 

Lucile :  Tu n’as toujours pas de PAL ?

Ben si j’ai depuis peu une PAL, et une PAL qui augmente et qui m’angoisse et me terrifie.

En fait j’aimais bien quand je n’en avais pas et que j’arrivais à lire au fils de l’eau les livres qui me passaient entre les mains.

Mais j’ai cette année j’ai eu plus de demande de lecture, j’ai lu quelques auto-édités, les publications de polars ont encore été en hausse cette année. De nouvelles maisons d’éditions, de nouvelles collections. Énormément de nouveaux auteurs, des nouvelles plumes de talents que j’ai envie de découvrir.

Mais ma capacité de lecture est à son maximum, et à trop tiré sur la corde et bien j’ai bien peur de l’avoir totalement distendue. Du coup je me retrouve avec une envie de lire à son plus faible niveau. Voire m^me je n’arrive plus à lire.

Oh je sais ça va revenir.

Mais en attendant ma pile à lire augmente !

ICI la PAL de Lucile

 

Belette :  — Quant est-ce qu’on mange ? (comme le disait si bien Averell Dalton) 😃

Sinon : Tu ne serais pas un peu obsédée par la taille de nos PAL, toi ???? mdr

 

Alors là ma Belette, on mange quand tu veux ! Je n’ai pas d’heure pour manger sauf quand mon planning me l’impose. Quand je travaille par exemple, tenue que je suis par le service publique.

Sinon c’est quand j’ai faim, ou qu’on tu le décides dame Belette.

Et pour répondre à ta seconde question, car une fois de plus tu ne respectes pas les règles ! Mais tu es pardonnée, car, un tu n’es pas la seule et 2 comme je te connais, tu as le droit !

Alors oui, je suis obsédée par la taille de vos Pal ou plus exactement par la taille de la mienne qui gonfle, qui gonfle.

Et en me parlant de vos PAl, vous me rassurez un peu. Car une Pal pour moi c’est nouveau, alors…

De plus, grâce à vos PAL et sa taille,  je vous connais un peu mieux maintenant. Par vous aussi je suis obsédée ! Na !!!

La PAL de Belette ICI

 

Yvan : Et. Pourquoi tu me poses toutes ces questions ? 😉

Ben, parce que je t’aime Yvan et que je veux tout savoir de toi ! Normal quoi !

Mais aussi parce que je sais que tu n’aimes pas trop parler de toi et te soumettre à ce genre d’exercice. Alors, comme je sais que tu veux me faire plaisir, et bien je me fais curieuse !  🙂

Retrouvez Ici La Pal d’Yvan

Aurélia: Est-ce que tu relis parfois d’anciennes lectures ? Ou tu as envie d’en relire mais tu ne prends jamais le temps ?

J’ai mis à mon programme de lecture depuis septembre dernier un classique par trimestre. Aussi j’ai relu un Stendhal et un Balzac. Un Flaubert m’attends là !
Sinon je ne relis pas les livre que j’ai lu ! Sauf peut-être 3 ou 4 dont je ne me lasse pas.

Et je sais que ta prochaine question est celle-ci : « Ce sont lesquels, ces fameux trois ou quatre ? 🙂 »

 

 

Août chez Collectif Polar


En Août chez Collectif Polar

Vous avez demandé le programme ?

Non ! tant pis je vous le donne quand même !!!

Alors en août nous ne prenons pas de vacances et nous serons à vos cotés pour entretenir vos envies de lectures.

Peut-être que le programme sera allégé. Il se peut qu’il soit plus ligth.

Mais rien n’est moins sûr !

Car en août nous allons poursuivre notre série  avec notre Expert maison. Et là encore Cathie viendra nous instruire sur les technique de la police scientifique, elle nous parlera même de ces débuts.

En août nous retrouverons nos chroniques de lecteur. Je devrais dire de lectrice car en effet, c’est une nouvelle fois les incontournable Eppy Fanny et  Kris qui nous gratifieront de leur avis. Mais seront rejointe par Emilie et peut-être Nadia et Marie Noëlle.

En août nous accueilleront aussi, non pas une, mais deux nouvelles chroniqueuses.en la personne d’Oph dont vous avez fait la connaissance  il y a quelques jour ICI et d’Aline. Alique que j’aurai la joie de vous présenter un peu plus en détail dans quelques jours, Aline notre nouvelle sériale lectrice.

Pour ma part, je vous proposerai mes petite lecture d’avant, j’essaierai de vous donner l’envie de lire quelques découvertes que j’ai pu faire ces dernières années et dont je n’ai pas eu le temps de vous parler.

 

Peut-être aussi nous retrouverons nous à Saint Maur en poche pour de nouveaux débriefings. Notamment ceux de Dame Eppy Fanny qui nous feront revivre un super week-end de folie ! RDV les 11-12 et 13 aôut, pour suivre les folles aventures de notre Eppy.

En août débutera une nouvelle rubrique  » Auteurs à l’honneur »que je vous ai présenté il y a deux jour ICI.

Puisque août est le mois des vacances par excellence, même si je bosse tout le mois, je participerai à un tag puisque Nath du blog Lectures du dimanche n’a nommée.

Avec un peu de chance il y aura aussi une nouvelle dame du noir !

Je vous dévoilerai aussi quelques indiscrétions sur le Festival sans nom, vous savez le salon du polar de Mulhouse où j’ai la chance de participer au jury du premier grand prix !

Et pour bien commencer ce mois d’été, je répondrai enfin à vos questions. Celles que vous m’avez posées il y a plus de 4 mois. Comme quoi il ne faut jamais désespérer, tout arrive à point à qui sait attendre !

Voilà, finalement il est pas mal chargé ce programme !

Bon moi je vous dis « à demain » pour me dévoiler un peu plus à vous.

Et belles lectures, belles vacances si vous avez la chance d’y être et que vive le polar et les littératures de l’imaginaire !

Je vous embrasse

Geneviève

 

« Laura Sadowski» à l’honneur #1 – Juillet


Le premier « Auteur à l’honneur » sur collectif polar sera une auteure.

Et c’est Laura Sadowski que j’ai choisi de mettre en avant.

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Laura qui ouvre cette nouvelle rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !

 

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

Laura Sadowski

Sa biographie

De Laura Sadowski on ne sait presque rien.  On sait qu’elle est avocate ! Que c’est une écrivain français de romans policier.

Laura Sadowski.  se défini elle même en 4 mots, un verbe, un subtentif, un lieux et un adjectif qualificatif 

Laura Sadowski. 
— (se) passionner : j’aime être captivée et m’éprendre.
— nuit : parce que mes « nuits sont plus belles que [mes] jours ». J’écris la nuit.
— Paris : cette ville m’inspire plus qu’aucun autre lieu.
— idéaliste : c’est ainsi qu’on me voit.

En 2007, Notre auteur a l’opportunité de pouvoir écrire sans avoir à travailler. Elle l’a saisie. Et écrit « L’Affaire Clémence Lange ».

Le désir d’écrire a toujours été là. Il est dans ses souvenirs indissociables de ses premières lectures. Elle se souviens que petite, elle réécrivait ce que la maîtresse d’école leur faisait apprendre (conte, fable, etc.). Elle en faisait d’autres versions, « bien plus maladroites que les originales », nous précise-elle ! Le goût des mots, leur musique, leurs mystérieuses alliances, leurs polysémies… sont chez elle aussi forts que les autres sens. Ce qui me fascine le plus c’est leur capacité à créer un monde et pas seulement à représenter celui où nous sommes.

Il y a deux types d’écrivains : les écrivains-architectes qui, avant de se lancer, bâtissent un plan très élaboré et détaillé, et les écrivains-sculpteurs qui, à partir d’une matière, façonnent, modifient, transforment… Laura appartient à la seconde catégorie. Elle part d’une idée directrice, forte. Ensuite, elle s’attache au début et à la fin. Son travail d’écriture va consister à tramer entre ces deux pôles.

Pour Laura Sadowski. Un écrivain n’existe que parce qu’il y a des lecteurs. Un écrivain orphelin est un être malheureux. Aussi aime-t-elle dialoguer avec ceux qui l’ont lue, appréciée ou non. C’est ce dialogue qu’elle veux partager. 

J’ai eu la chance de rencontrer Laura Sadowski. Je crois que je n’ai jamais fait plus belle rencontre. J’ai eu un véritable coup de foudre pour cette auteure.

Je vous le disais…. On ne sait pas grand chose de Laura Sadowski, si ce n’est qu’elle est avocate, qu’elle habite Paris et qu’elle a écrit 6 romans policiers, 1 roman de SFFF et 1 recueil de 3 nouvelles, policières elle aussi.

Mais si j’ai choisi de vous présenter Laura Sadowski aujourd’hui c’est parce que c’est grâce à elle si aujourd’hui je suis blogueuse. Elle a été la toute première à m’encourager à partager mes petits avis. Elle m’a encouragé à créer une page et un profil facebook pour Collectif Polar. Elle était encore là quand il a été question de mettre sur pied mes apéros polar. Elle a accouru quand j’ai eu besoin de quelqu’un pour convaincre ma directrice de l’époque. Elle a fait un formidable réquisitoire devant un public et ma direction conquis. Elle aurait pu se contenter de nous parler de ses livres, mais non ! Elle nous a présenter une formidable conférence sur la littérature policières, sur ses précurseurs, sur ses différents genres. Elle a fait participer le public, l’a séduit. Bref à assurer de façon magistrale le job. Et tout cela rien que pour mes beaux yeux, qui ne sont pas beaux d’ailleurs. Oui simplement par simple amitié.

Voilà pourquoi mon tout premier « Auteur à l’honneur lui est consacré !

 Sa bibliographie

Et pourquoi j’aime cette auteure, et bien c’est simple, elle se réinvente à chaque nouveau titre.

 

L’Affaire Clémence Lange paru en 2008

Maître Nicolas Kléber appartient à cette catégorie de jeunes gens à qui tout sourit : il est beau, brillant et promène à son bras une ravissante créature. Il doit justement la rejoindre dans quelques heures sur les cimes enneigées de Chamonix pour fêter le Nouvel An. Mais, avant cela, il lui faut se rendre à Fleury-Mérogis, où l’une de ses clientes comparaît devant le conseil de discipline. Simple formalité… qui va virer au cauchemar. Car Clémence Lange compte bien faire payer à son avocat la légèreté dont il a fait preuve lors de son procès : elle lui a valu quinze ans de réclusion pour le meurtre de son amant dont elle se dit innocente. Séquestré dans une cellule prototype de la prison, notre fringant avocat va vivre une véritable descente aux enfers… Un huis clos angoissant, où Laura Sadowski réinvente le thriller judiciaire.

Pourquoi j’ai aimé ce titre par ICI

 

L’Origine du sexe paru en 2009

Dans un Paris sombre et gris, un meurtre va rapprocher deux univers que tout sépare.

Le corps de Daphné Jenken, grande bourgeoise de l’Ouest parisien et épouse modèle d’un éminent chirurgien spécialiste des greffes, est retrouvé sans vie dans un hôtel miteux du 18e arrondissement. Déterminée à découvrir la vérité sur sa mort, sa sœur s’attache les services d’un ancien policier devenu journaliste.

Qui pouvait bien en vouloir à cette jeune femme bien sous tout rapport ? Qui est le mystérieux Somaly dont le nom surgit de nulle part ? Et que cache l’énigmatique professeur Cassan ?
Dans un Paris sombre et gris, un meurtre va rapprocher deux univers que tout sépare.

Le corps de Daphné Jenken, grande bourgeoise de l’Ouest parisien et épouse modèle d’un éminent chirurgien spécialiste des greffes, est retrouvé sans vie dans un hôtel miteux du 18e arrondissement. Déterminée à découvrir la vérité sur sa mort, sa sœur s’attache les services d’un ancien policier devenu journaliste.

Qui pouvait bien en vouloir à cette jeune femme bien sous tout rapport ? Qui est le mystérieux Somaly dont le nom surgit de nulle part ? Et que cache l’énigmatique professeur Cassan ?

La Peur elle-même paru en 2010

La peur elle-même LSAux côtés de la capitaine de police chargée de l’enquête, ils vont peu à peu mettre au jour une réalité effrayante. Daphné Jenken ne menait pas une vie aussi lisse qu’on pouvait le croire…

Ariane, étudiante en médecine, vient d’emménager dans le 16e arrondissement de Paris, dans un immeuble peuplé d’étranges locataires. Alors qu’elle effectue son stage à l’Institut médico-légal, elle doit autopsier le cadavre d’un jeune homme tué à coups de couteau. Elle découvre qu’il s’agit de son ami Jérémie. Il a été assassiné dans l’immeuble d’Ariane qui devient la suspecte numéro 1.
Après L’Affaire Clémence Lange et L’Origine du sexe, le nouveau thriller psychologique de Laura Sadowski nous plonge dans une inquiétante étrangeté…

La Géométrie du tueur paru en 2011

La géométrie du tueurVoilà deux ans que la fille unique de Mathis Clay’h, avocat, a disparu une nuit sans laisser de traces. Depuis, divorcé, dépressif et insomniaque, il tente de surmonter sa douleur en assurant des permanences pénales qui le font errer des parloirs des commissariats aux couloirs des tribunaux.

L’apparition soudaine d’un tueur en série et maître chanteur, dont le procès est imminent, va le plonger dans un effroyable dilemme : réussira-t-il à faire acquitter ce psychopathe criminel pour obtenir la vérité sur la disparition de sa fille ? Et si elle était toujours en vie ?

Saisissant et haletant, le nouveau roman judiciaire de Laura Sadowski nous entraîne dans une enquête terrifiante doublée d’une quête bouleversante.

 

 

Sanglante, sera ta fin publié en 2012

Sanglante, sera ta finUn procureur américain demande l’extradition vers le Texas de Teddy Lamar, un jeune franco-américain, accusé de hold-up sanglants à Dallas et qui s’est réfugié à Paris. Il risque la peine de mort. Un procureur français désigne maître Franck Farraud, un avocat obscur mais ambitieux, pour empêcher que l’exécution ait lieu. Celui-ci voit dans cette affaire la chance de sa vie. Ce que l’avocat et le fugitif ignorent c’est qu’ils sont chacun le jouet d’une machination diabolique. Mais lorsqu’ils finiront par l’apprendre ?… Quand la machine judiciaire est le meilleur des alibis. Un thriller qui entretient le suspense jusqu’à la dernière page !

 

« Cela fait des années que je vante le talent de cet auteur. Il faut tout lire d’elle. » Marina Carrère d’Encausse

« Un thriller judiciaire passionnant au suspense grandissant. » Polars Actuels

ICI… Pourquoi j’ai aimé Sanglante, sera ta fin 

Si loin, si proche de moi paru en 2015

Si loin, si proche de moiVirginia a dix-sept ans lorsque sa mère, Christine, appartenant à la bourgeoisie de Tours et menant en apparence une vie sans histoires, disparaît lors de la fête annuelle. Malgré d’intenses recherches, elle n’est pas retrouvée. La police penche pour un crime. Qui l’a commis ? Le mari ? Une autre personne ? Finalement, on découvre la voiture abandonnée dans une forêt et une scène de crime qui raconte une histoire effroyable. Mais la police ne retrouve pas son corps. Cinq ans plus tard, sur la base d’une preuve matérielle, un homme est condamné. Après dix ans de prison, celui-ci obtient l’annulation de sa condamnation à perpétuité. Virginia, devenue psychiatre, mariée et mère de famille, met alors sur pied un plan afin de piéger le meurtrier et de se venger… Les choses se dérouleront-elles comme elle l’avait prévu ?

Pourquoi j’ai aimé Si loin Si proche de moi

 

Les enquêtes de Mathew Leuck

Les enquêtes de Mathew Leuck

Publié en 2013 uniquement en ebook

4 nouvelles à faire frémir !

Dans un comté reculé du Texas, Mathew Leuck, lieutenant de police rattaché au bureau du sheriff, enquête. Entre crimes horribles, crimes passionnels et crimes d’intolérance, sa tâche est rude.
Voici ses histoires…

 

 

 

La Guerrière de Shanghai

La Guerrière de Shanghai« SURVIVRE A TOUT PRIX, DOMINER SA PEUR, tel pourrait être le credo de l’héroïne. A lire sans aucune hésitation ! »

 

Présentation  :

Une nuit, Ni Hao, une jeune fille timide et illettrée, secrètement amoureuse d’un jeune artiste peintre, est agressée par trois hommes dans une rue sombre des entrepôts du port de Shanghai. Ils la laissent pour morte. Or, ces hommes n’avaient pas choisi Ni Hao au hasard. Ils voulaient détruire en elle une guerrière Shaolin aux aptitudes occultes, venue du Passé pour empêcher une prophétie de se réaliser. C’est en voulant se venger de ses agresseurs que Ni Hao découvre qui elle est en réalité et quel est son destin.
Lorsqu’elle revient 3 ans plus tard à Shanghai, sa ville a changé, mais ses ennemis sont toujours là. Entre elle et eux, ce sera alors le Commencement…

Extrait :

« Soudain, j’ai eu la sensation d’un frôlement, puis d’une respiration contre ma nuque. J’ai tressailli, et me suis retournée. Personne. Il faisait nuit. La rue était déserte, j’étais seule. L’impression était étrange, elle m’a glacé le sang. J’ai pensé : c’est la nuit et c’est la peur. J’ai regardé autour de moi, il n’y avait rien. Rien que des feuilles de papier et des sacs de plastique que le vent faisait voler. Toutes les maisons étaient éteintes, la rue n’était éclairée que par la faible lumière de deux ou trois lampadaires et par la lune, pleine et blanche. Mon cœur s’est mis à battre dans ma gorge. J’ai serré les épaules et je suis repartie. De nouveau, j’ai senti qu’on m’effleurait et qu’on respirait contre ma joue. Je me suis figée sur place. J’ai fouillé des yeux la pénombre sans rien distinguer. Les gens disent qu’ils ont ressenti quelque chose de comparable juste avant que ça leur arrive. »

 

Voilà, vous savez tout, j’espère juste vous avoir donné envie de découvrir Laura et ces bouquins !

Car en plus d’être une auteur de talent c’est avant tout une femme de coeur, d’une humanité folle.

Foncez, lisez là, commencer par l’affaire Clémence lange, vous ne serez pas déçus.

Parole de Collectif Polar

Sériale Lectrice : papotage avec Ophélie et plus encore !


 

Aujoud’hui j’ai la chance de papoter avec Ophélie.

Il y a quelques semaines j’ai lu quelques avis de lectures de Oph, comme elle se fait appeler sur les réseaux sociaux. Et j’ai aimé le ton, le brin d’humour et le fait qu’elle mettait ses tripes en avant en donnant son ressenti.

Aussi j’ai demandé à Ophélie si elle acceptait un petit tête à tête pour les Sériale Lectrice.

Et… Comme je suis chanceuse, elle a répondu oui !

Voici le résultat

GVL : Bonjour Oph, es tu prête a être soumise à la question ?

OPH : Oulala je ne sais pas trop… Tant que tu ne me chatouilles pas pour obtenir des réponses alors ok 😉

 

GVL : Alors, OPH, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir,  ta scolarité, ton parcours pro, ton âges, oui je le demande même au dame ! Surtout quand elle aime le noir !

 Tout??? Si je te dis tout je vais devoir te tuer!!! Et mon métier serait un atout pour ne pas laisser une seule trace de mon forfait ahahaha (rire diabolique)
Oph pour Ophélie mais ça tu le savais déjà… Un prénom qui me prédestinait sans doute à aimer la littérature et le polar. Il ne faut pas oublier qu’avant d’être associé à une « chanteuse » blonde d’un genre particulier, mon prénom n’était connu que par adeptes de Shakespeare ou en tous cas par les personnes ayant eu vent d’Hamlet et d’Ophélie…
Sur ma scolarité, pas grand chose à dire, plutôt bonne élève jusqu’en quatrième, je suis devenue moyenne parce que je privilégiais le sport et me reposais sur mes acquis. J’ai un baccalauréat Economique et Social.
Après mon Bac j’avais trois choix, soit poursuivre mes études dans un des deux IUT dans lesquels j’étais admise, soit intégrer l’école de police à la suite de l’obtention du concours. J’ai choisi la Police de suite et je me suis envolée du nid familial à 19 ans pour assouvir ma vocation génétique (je suis la troisième génération de flic).
Mon âge… Je dirais éternellement 25 ans dans ma tête, je refuse d’oublier mon grain de folie… mais 37 ans sur ma carte d’identité 😉 Et j’adore le noir dans la littérature mais pas que! Dans les fringues aussi, ça mincit lol

GVL :Dis moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

 D’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours vu mes parents lire, ma maman nous racontait des histoires et dès que j’ai su lire je m’y suis mise. Avant mon entrée en sixième j’avais lu toute la collection de la Comtesse de Ségur, à treize ans j’avais lu La Reine Margot en trois jours (zappant complètement mes parents), à quinze ans j’avais lu les trois premiers tomes de Dunes (mais j’ai décroché à la fin du troisième).
Mes parents lisaient du polar, du roman historique aussi, surtout ma maman qui est une grande fan de Christian Jacq et Mireille Calmel.

GVL : Peux-tu me montrer ta/ tes bibliothèque(s) :

 Voici la première….

Et..

C’est un peu le foutoir lol, je dois en acheter une troisième… 

Mais voilà la seconde

 

GVL: Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

Le livre est pour moi un vecteur d’émotion… Au travers de ses pages, petites ou grandes, il délivre une histoire que chaque lecteur va percevoir différemment selon sa sensibilité, son vécu, son état d’esprit du moment. Ça c’est pour l’avis « générique »… Si tu veux l’avis intime de Oph, je te le livre comme un secret à chuchoter à l’oreille bienveillante des lecteurs passionnées que nous sommes…
Pour Oph le livre est un trésor… Il cache en son sein des mots, qui forment des phrases qui se transforment en image dans mon esprit de lectrice passionnée et droguée… Droguée de l’évasion qu’ils me procurent, de l’émotion aussi. La lecture est ma bulle de bien être, protectrice quand j’ai besoin d’oublier les tracas du quotidien. C’est un vrai refuge. J’aime aussi le fait que ce que nous lisons n’appartient qu’à nous et à l’auteur. Le livre est un pont entre eux et nous.Parce que même si nous lisons tous les mêmes mots nous les ressentons différemment et ils prennent forment dans nos esprits de sorte que nous sommes les seuls à les voir ainsi. C’est un échange entre lui et le lecteur, pas comme un film où nous voyons tous les mêmes images et où nous sommes conditionnés à ressentir peu ou prou les mêmes émotions.   

GVL : Es-tu papier ou numérique ?

 Papier parce que j’aime touché les livres… J’aime l’odeur de poussière et de bois des vieilles bibliothèques et des vieux livres. J’ai besoin de sentir le papier sous les doigts. Et puis il faut avouer que pour les dédicaces c’est mieux!
Mais bon je penche que je vais m’orienter aussi vers le numérique parce que mon appartement n’a pas des murs extensibles et qu’il faut avouer que c’est pratique dans les transports.

GVL Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? As-tu un rapport particulier avec le genre. (J’attends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

Le polar… J’ai commencé assez tardivement en fait… J’étais plutôt littérature blanche, je suis une grande fan de Yasmina Khadra et de Marek Halter. J’avais peur je pense de ne pas retrouver les mêmes émotions dans le polar, la même magie des mots. Et puis étant flic j’avais également peur de m’arracher les cheveux en lisant des inepties sur mon métier ou les modes d’enquêtes. Je suis peut être encore un peu trop pointilleuse de ce côté d’ailleurs.


Et puis il y a eu un Grangé piqué à mon père, un Cornwell piqué à ma mère, puis des Chattam prêtés par une amie, puis Bauwen conseillé par un libraire de Lille que j’aime beaucoup… Et petit à petit j’ai sombré dans le noir… Et comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis j’ai revu mon jugement hâtif et  caricatural… Parce qu’avec le polar j’ai également pu apprécier la mise en valeur de la richesse de notre langue, certains de nos auteurs étant très doués en la matière, j’y ai découvert des tremplins émotionnels, j’ai rit, frissonné, découvert que le polar n’était pas qu’une simple enquête policière, qu’il pouvait être la traduction du malaise des générations, de la dénonciation de notre société ultra consommatrice, l’analyse d’un fait divers et tellement d’autres choses…

GVL : Oph,  dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

Difficile de ne pas te faire une liste genre liste de courses avant d’aller à Auchan, Leclerc ou Carrefour….
Mais puisqu’il faut vraiment faire un choix…. grrrrr je n’aime pas faire des choix Cornéliens….
Je suis fan de plusieurs auteurs de la Ligue de l’Imaginaire et depuis plusieurs années Jacques Ravenne et Eric Giacometti, Maxime Chattam, Patrick Bauwen.
Mais j’ai fait aussi de très belles découvertes d’auteurs pour lesquels je rattrape mon retard, c’est le cas de Nicolas Lebel, Olivier Norek, Sire Cédric et Jean-Luc Bizien. J’aime beaucoup Olivier Descosse  aussi.
Je ne peux pas tous les citer ce serait trop long… Bouhouuuuuuu Chacun d’entre eux me touchent pour des raisons différentes, certains pour leur style d’écriture, d’autres pour la vie qu’ils donnent à leurs personnages au point que j’en oublie qu’ils n’ont pas d’autres existence que dans les livres…

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marquée ses dernières années.

Rhaaaaaa encore un choix Cornélien!!! Tu le fais exprès lol
Bon alors promis je n’en citerai que 5:

– Régis de James Osmont, le dernier qui m’a autant « éprouvé ». Régis est le premier tome de la trilogie psychiatrique d’un auteur auto-édité. Je dois avouer que j’avais pas mal de réticence sur l’auto-édition, mais une fois encore il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Ce roman m’a fait vivre une expérience « aux frontières du réel ».

– Surtensions d’Olivier Norek. C’est le polar le plus réaliste qui m’ait été donné de lire. Bon ok le passé pro d’Olivier lui permet d’être authentique dans ses écrits. Mais au-delà de cette authenticité que j’ai aimé, il a donné vie à des personnages qui m’ont profondément touché, qui m’ont rappelé des collègues et pour Johanna un peu de moi.

– Majestic Murder d’Armelle Carbonnel, comme pour « Régis » c’est là aussi une expérience à vivre. Dans ce second roman, Armelle nous livre une histoire en rouge et noir, poétique, lyrique, déstabilisante avec un tomber de rideau époustouflant!

– Des noeuds d’acier de Sandrine Collette, un huis clos oppressant, sombre, tout au long duquel je me suis sentie enfermée avec le personnage central.

– Que ta volonté soit faite de Maxime Chattam. J’aime beaucoup l’univers de Maxime, mais je dois avouer que ce roman m’a montré la noirceur humaine à son paroxisme… Enfin je l’ai ressenti de cette façon… Rien que d’y penser j’ai encore la chair de poule…

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons… Si oui depuis quand ? 

Je fréquente les salons mais depuis cette année seulement. Je vais même t’avouer que Neuilly Plaisance a été mon premier salon. Tu sais comment ça se passe, tu connais un ami, qui te présente un ami, qui t’en présente un autre et tu te retrouves dans un salon avec des personnes que tu n’as jamais rencontré, et que le courant passe et ça devient une grande bande de potes… Puis tu deviens addict à ces rencontres et aux échanges avec les auteurs.

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres

Mince je crois que je t’ai répondu au-dessus lol… Quand on me parle polar je m’emballe ahaha 

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Une anecdote…. Quand je suis arrivée à la rencontre d’ Olivier Norek à Neuilly il m’a dit que je lui faisais penser à Johanna avec mes cheveux blonds très court, et c’était avant qu’il sache qu’on faisait le même métier. la glace était rompu et on a papoté une bonne partie de l’aprem. J’ai rencontré des auteurs formidables à ce salon et notamment Gaëlle Perrin-Guillet qui est devenue une vraie pote et que je kiffe grave!

GVL : C’est qui cette Johanna donc tu parles ?

Un des personnages d’Olivier. Une des flics du groupe Coste dans ces 3 premiers romans

 GVL : Mais oui quelle bécasse je fais ! Non mais, si j’avais suivi, j’aurais compris ! 

Et physiquement c’est rigolo elle est coiffée comme moi, un peu le même genre de personnalité.

GVL : Oui c’est marrant ça ! bon, Oph… Sinon…Rien à rajouter ?

Si!! Je suis heureuse et honorée de participer à l’aventure collectif polar! C’est un vrai plaisir de partager les ressentis de lecture!

Allez un petit coup de gueule. Un gros coup de coeur….

 Un petit coup de gueule… l’hyper pub pour des auteurs qui n’en n’ont plus besoin quand tellement d’autres méritent aussi d’être mis en avant!

Un gros coup de cœur pour nos auteurs français qui sont toujours disponibles pour leurs lecteurs!

GVL : J’aime bien tes petits coups de gueule et de coeur !

Merci Oph pour cette entretien Sériale Lectrice. Et comme tu l’as déjà un peu dévoilé, moi aussi je suis ravie que tu rejoignes la dream team Collectif Polar.

Aussi cher lecteur zé chère lectrice, vous l’aurez compris, Oph va nous proposer régulièrement quelques chroniques de ses lectures. « Les Off de Oph » 

Alors à très vite.

 

« Auteurs à l’honneur» un nouveau RDV sur Collectif Polar


auteur à l'honneur

« Auteurs à l’honneur» un nouveau RDV sur Collectif Polar

Grâce à Nath de « Mes Lectures du Dimanche… »

J’ai découvert ce challenge

Mais « Auteurs à l’honneur» qu’est ce que c’est  ?

Un challenge lancé par Nina du Rest’o Littéraire  qui me plait bien!

Une idée que j’aurai avoir eu !

Le principe est simple : une fois par mois, présenter à vous amis lecteurs un auteur « chouchou » , comme le dit Nina afin de susciter chez vous l’envie de le découvrir.

Cela passe par une petite bio ainsi que la présentation de livres coups de cœurs et de ce qui fait de lui l’un de nos « chouchous »

L’objectif étant, comme Nina l’a très justement exprimé (ici), de sortir de notre « zone de confort livresque » en découvrant les « chouchous » des autres et en espérant que ces découvertes soient aussi pour vous de belles découvertes.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir, mutuellement, un auteur qui nous tient à cœur . Car étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui sont susceptible de nous tenter !

Bon Ici c’est certains, il va y être question d’auteurs de romans policiers, de thrillers, de romans noirs, de polars historiques, de roman psychologiques…etc… Surement aussi d’auteurs de littératures de l’imaginaire, mais pas que….

Oui il se peut qu’il y est des surprises.

Pour participer, rien de plus simple donc  :

  • une photo de l’auteur

  • une bref biographie de lui

  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !

Pour participer, vous n’avez plus qu’à  laisser un commentaire  à  Nina sur son article du mois avec le lien vers votre article et elle l’ajoutera au sien 🙂 Alors à vos claviers !

 

Alors dés le mois prochain, ou en fin de mois, je pense participer à ce challenge !

Et vous ?

Avis d’expert : Dossier n° 6: les experts en balistique


Dossier n° 6: les experts en balistique

La chronique de Cathie

Comment ça se passe dans les coulisses des experts en balistique? Une enquête que nous avons menée Néville et moi…Suivez le guide !

Images intégrées 11) Collecter les indices:

Un homme vient d’être retrouvé dans sa voiture, mort d’une rasade de plomb. Aussitôt, les enquêteurs font appel aux experts en balistique, spécialité qui exige d’être fin connaisseur en armes à feu mais également physicien, un peu chimiste…

balises

La première tache consiste à collecter les armes ( ou fragments d’arme), ainsi que les projectiles, ou ce qui en reste, sur les lieux du crime, y compris les « étuis », ces cylindres de laiton ou de cuivre qui contiennent la poudre propulsive et qui, une fois le coup tiré, sont éjectés par les armes automatiques. On parle de douille pour les armes de plus gros calibre, comme les fusils de chasse.

Les experts n’hésitent pas à utiliser un détecteur de métaux, très précieux pour retrouver une balle enfouie dans la terre ou éclatée en morceaux. Et ce trou dans un tronc d’arbre, est-il le résultat d’un tir? Le seul moyen de le savoir est de procéder à un test de détection chimique BTK qui, en se colorant, réagit aux traces de plomb ou de cuivre qu’un projectile ne manque jamais de laisser sur une paroi, même s’il se contente de ricocher.

Tous les indices balistiques sont numérotés, leur position consignée par des photos et des croquis.Puis ils sont enfermés dans des boîtes scellées et envoyés au labo.

2) Reconstituer les trajectoires:

Où était placé le tireur lorsqu’il a fait feu ? Était-il seul ? S’est-il déplacé ?

=> Autant de questions dont les réponses permettront de reconstituer le fil des événements, ce qui peut s’avérer une aide précieuse, surtout quand l’enquête piétine.

trajectoires

Principe de base de la balistique: en sortant du canon, un projectile décrit une ligne droite durant la majeure partie de sa course. A partir des balles retrouvées dans la carrosserie de la voiture du mort, dans les sièges, voire à l’extérieur du véhicule ( murs, route, etc…), mais aussi des trous laissés dans le métal, le verre et le corps de la victime, il est possible de reconstituer les trajectoires possibles.

Comment? En tendant des baguettes et des fils et en mesurant à la main. Puis l’expert prend toute une série de photos avec un objectif sphérique qui, passées à la moulinette d’un logiciel tel que « Panotour », permet de construire des images panoramiques de la scène du crime. SI besoin est, et si les techniciens disposent de plus de temps, ils peuvent avoir recours à un laser 3D afin de créer une scène virtuelle dans laquelle ils pourront naviguer à volonté.

3) Regarder de près:

De retour au labo, le balisticien retrouve sa « collection » glanée sur place, sauf les objets requis pour d’autres examens jugés prioritaires, comme la recherche d’ADN ou d’empreintes digitales. Cette fois, il dispose de plus de temps.

regarder-de-presDans un premier temps, chaque pièce est à nouveau photographiée. Les étuis sont mesurés et pesés; les balles également et leur composition étudiée de près. Ensuite, grâce au macroscope, un appareil qui permet d’obtenir des images nettes et précises même à faible grossissement, les traces laissées sur les projectiles vont être scrutées de minutieusement, scannées puis rentrées dans un fichier informatique commun aux différentes forces de police.

Il s’agit de savoir si les armes et les projectiles retrouvés sur place sont bien responsables du crime en question, mais aussi d’établir des liens éventuels avec d’autres affaires. La nature des munitions peut donner des débuts de piste aux enquêteurs: un 7,62 mm indique une arme de guerre d’accès plus restreint qu’un 22 long rifle, calibre très courant.

4) Tester l’arme suspecte:

telechargement-1

Après que l’arme retrouvée sur le lieu d’un crime ait été examinée minutieusement, il faut la tester, c’est-à-dire vérifier si elle a été modifiée après sa fabrication, mesurer la pression nécessaire sur la queue de détente pour faire feu et tester si un choc accidentel ne provoque pas le départ du coup => Direction stand de tir où le balisticien procède autant de fois qu’il le faut à des tirs de fonctionnement ( au coup par coup, en rafales, etc…) afin de s’assurer que l’arme est en état de marche. Il procède également à des tirs de comparaison afin de récupérer une balle intacte ainsi qu’un étui ou une douille.

Deux dispositifs peuvent servie à cet effet: une cuve remplie d’eau dont la densité va progressivement freiner le projectile; un tunnel de tir monté sur pendule et rempli de coton pour absorber l’énergie du tir.

5) Comparer:

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait?

A l’aide d’un double macroscope, il reste à comparer les étuis retrouvés au pied de la voiture et ceux de l’arme suspecte testée en tunnel de tir. Quand c’est possible, on procède de même avec les balles. Les deux images sont juxtaposées sur un écran afin que le balisticien examine l’ensemble des marques: celles de la culasse, du percuteur, les rayures du canon ( nombre, orientation, largeur). Certaines sont caractéristiques du modèle de pistolet mais d’autres sont de véritables signatures car elles sont uniques et proviennent d’un défaut apparu avec l’usure.balistique-1

Tout correspond ?

L’expert n’a plus qu’à rédiger son rapport afin de certifier que c’est bien l’arme retrouvée qui est à l’origine du crime sur lequel on enquête. Si aucune arme n’a été retrouvée, il se contentera d’indiquer quels sont les modèles potentiels à rechercher. Il lui est impossible d’en dire plus.

Un blog, une librairie : Mes petits mots des libraires (2)


 

Et voilà je fais partie de la Team Les Petits Mots des Libraires. (TLPML)

Pour savoir ce qu’est ce site créé par Samuel Delage, les Petits Mots des Libraires c’est ICI.

J’ai vraiment de la chance, mais je débute à peine.

Et me voilà marraine de ma belle librairie. J’ai nommé La Griffe Noire.

 

3 avis seulement pour l’instant

 

La griffe Noire c’est la librairie de Saint Maur des Fossés. Et c’est une librairie de dingues. Et oui, il y a des petits mots, voire des chroniques entières partout dans tous les espaces de la librairie. Mais voyez plutôt.

Aussi, je n’ai que l’embarras du choix pour mettre un petit mot en avant, mais encore faut-il que j’ai lu et chroniqué le livre.

 Bon ça a été le cas pour ces 3 premiers

Donc le premier fut,  Aux vents mauvais d’Elena Piacentini

Mon article sur Les Petits Mots des Libraires ICI.

La chronique d’Aux vents mauvais sur le blog  Là

 

Ensuite il y a eu Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Mon article sur Les Petits Mots des Libraires sur ce livre ICI

La chronique de Tu tueras le père sur le blog

 

Enfin c’est Bernard Prou et Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant qui ont suivi

Mon article sur Les Petits Mots des Libraires sur ce livre ICI

La chronique d’Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant sur le blog

Voilà mais ce n’est qu’un commencement

A suivre donc !…

Et si vous vous voulez découvrir ma librairie c’est sur Le site

de la Griffe Noire ICI

Et vous avez même droit à une visite virtuelle.

Attention cette vidéo peu rendre fou zé folle !

 

 

Mes petits mots des libraires


Coucou les zami(e)s,

Les petits mots des libraires vous connaissez ?

Mais si !  Vous connaissez !

« Les Petits Mots des Libraires » c’est une idée de Samuel Delage pour valoriser les librairies et leur travail. C’est devenu un site, que vous pouvez découvrir ICI

Voilà comment son créateur nous le présente : 

« Le site « Les Petits Mots des Libraires » se destine à mettre en avant le travail des libraires. Nos meilleures rencontres lectures sont le fruit de leurs conseils. Ils lisent en dehors de leurs heures passées au coeur de leurs librairies, prennent le temps de nous surprendre et nous séduire avec leurs petits mots et leurs coups de coeur qu’ils déposent à notre attention sur les couvertures des livres.

À nous de leur montrer que nous sommes attachés à leur travail et à leur existence. Ils sont notre ADN culturel, la sauvegarde d’un univers privilégié pour s’évader, s’instruire et faire vibrer nos émotions. Les livres sont accessibles à tous, et grâce aux libraires, ils vivent.

« Les Petits Mots des Libraires » est à présent leur territoire pour partager ces petits mots, mais aussi celui des lecteurs, blogueurs, booktubeurs, auteurs, éditeurs pour les accompagner pour échanger nos prochaines lectures.

Poster leurs petits mots est un acte citoyen qui les sauvegarde.

Au plaisir des livres,

Samuel Delage. »

Une bien belle idée, je disais donc. Car on voit de plus en plus mourir au quatre coins de la France, des librairies pourtant tenues par des passionné(e)s qui se défonce pour nous proposer un service de proximité convivial et sympathique.

Alors j’ai voulu à mon tour participer à l’aventure, surtout qu’il y a quelques semaines, Samuel nous proposait un partenariat, un blog, un libraire.

1 Blog 1 Libraire

Vous avez un blog ?

Vous avez une librairie favorite ?

Devenez parrain ou marraine de votre librairie !

Mettez votre passion au service des lecteurs, développez votre communauté tout en soutenant les libraires !

Voilà, je me suis inscrite après en avoir parler à mon libraire. Jean a paru ravi, et c’est comme cela que je suis devenue membre du gang.

Et hop !!!

A suivre….donc…