Les lois de la frontière de Javier Cercas


Le livre : Les lois de la frontière de Javier Cercas. Paru le 08 janvier 2014 chez Actes Sud dans la collection Lettres hispaniques. Traduit de l’espagnol par Beyer, Elisabeth Beyer et  Aleksandar Grujicic. 23€ ;  (345 p.) ; 15×24 cm.

Réédité en poche dans la collection Babel le 2 septembre 2015. 9€70 ; (411 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

À l’été 1978, un adolescent de la classe moyenne en délicatesse avec son milieu croise la route du charismatique Zarco et de son amie Tere et devient un habitué de leur qg, un bar interlope dans un quartier malfamé de Gérone. Bientôt ils l’entraînent de l’autre côté de la “frontière”, au pays de ceux qui ne sont pas bien nés, l’initiant au frisson des braquages et au plaisir des tripots. Le garçon navigue entre les deux rives pendant tout l’été, irrésistiblement attiré par les lois de cette jungle dont il préfère continuer d’ignorer les codes, jusqu’au coup qui tourne mal.
Vingt ans plus tard, avocat établi, il assure la défense de son ancien camarade multirécidiviste et doit plaider. Pour le symbole vivant d’une rébellion salutaire, la victime expiatoire d’un système frelaté, ou les zones d’ombre de sa propre jeunesse ? Un écrivain, chargé de raconter l’histoire, recueille au cours d’entretiens divers les souvenirs et impressions des protagonistes. Lui-même cherche la vérité inattendue et universelle du romancier : l’ambiguïté.
C’est dans cette ambiguïté qu’excelle Javier Cercas, qui démystifie ici le romantisme de la délinquance comme celui de la rédemption, la démocratie espagnole et son miroir aux alouettes, les tourments qui toujours gouvernent l’exercice de la liberté.

 L’auteur : Javier Cercas Mena (né en 1962 à Ibahernando, dans la province de Cáceres) est un écrivain et traducteur espagnol. Il est également chroniqueur du journal El País.
Extrait :
Bref, a conclu l’inspecteur Cuenca, quand j’ai fini de lire le livre, je me suis souvenu d’avoir entendu un jour un professeur dire à la télé qu’un livre est comme un miroir, et que ce n’est pas le lecteur qui lit les livres mais les livres qui lisent le lecteur, et je me suis dit que c’était vrai. Je me suis aussi dit: Putain, les meilleures choses qui me soient arrivées dans ma vie me sont arrivées à cause d’un malentendu, parce qu’un livre horrible m’a plu et que j’ai pris un malfrat pour un héros. L’inspecteur Cuenca s’est tu; puis, sans cesser de me regarder avec une malice infiniment ironique, avec une ironie absolument sérieuse, il a demandé: C’est drôle, non?

 Le post-it du bibliothécaire

Ce roman rassemble tous les ingrédients de l’efficacité et de l’excellence des récits de Javier Cercas : une intrigue tenue avec brio jusqu’à la dernière page, des personnages surprenants, anti-héros de leurs propres vies et miroirs opaques de leurs faiblesses les plus profondes, et ce subtil mélange entre histoire et fiction qui caractérise l’écriture de cet auteur.

A l’époque de la transition démocratique espagnole, nous partons ici en quête de l’identité d’un jeune délinquant, qui de souffre-douleur va devenir malgré lui le pilier d’une relation indéfinissable entre deux personnages à la fois solitaires et inséparables : Zarco, figure impossible de l’amitié, et Tere, figure impossible de l’amour. Ce trio infernal va traverser une série d’épisodes douloureux, porté par son irrésistible propension à la chute.

Ce roman de Javier Cercas fait preuve d’une écriture brillante, parfois incisive, parfois rondement développée, mais qui n’oublie jamais la raison d’être de l’intrigue : l’écriture, la figure même de l’auteur. Le récit est en effet porté par la reconstitution de l’histoire de Zarco par un écrivain. C’est ce double jeu entre l’invention d’une histoire et sa transcription qui rend les personnages de Javier Cercas si réels et si attachants.

Publicités

Sous les pavés la jungle – Simone Gélin


Le livre : Sous les pavés la jungle de Simone Gélin. Paru le 27 février 2018 chez Cairn dans la collection du Noir au Sud.  11€ : (341 p.) ; 18 x 13 cm

4e de couv :

Sous les pavés la jungle

Dans la cour de promenade de la maison d’arrêt de Fresnes, deux vauriens se nouent d’amitié.

L’un, Milo, s’efforce de tourner le dos à la délinquance. Une fois libéré, captivé par l’histoire de ses grands-parents, une passion née sur les barricades de mai 68, il tire le fil rouge de ce passé et découvre ses racines : Bordeaux, l’estuaire, les vignobles du Médoc, le bassin d’Arcachon.

L’autre, Kevin, s’emploie à grimper dans la hiérarchie de la voyoucratie, s’adonnant aux trafics sordides et commerces d’êtres humains.

Leurs routes vont-elles se recroiser ? Peut-on sortir indemne de la prison ? Le destin en décidera.

L’auteur ; Après une carrière dans l’enseignement, Simone Gélin se consacre à l’écriture de romans dont le cadre privilégié est Bordeaux et le bassin d’Arcachon, où elle vit et puise son inspiration.
Ses écrits ont reçu plusieurs récompenses : Prix de la nouvelle au salon du livre de Hossegor en 2012. et au Festival Paris Polar en 2016 ; Prix Augiéras en 2014 à Périgueux et prix du jury au salon de Saint-Estèphe pour le roman
Le Journal de Julia ; Prix de l’Embouchure au festival international de littérature policière de Toulouse en 2017 pourL’Affaire Jane de BoySous les pavés la jungle est son cinquième roman.

 

Extrait :
« Chaque vérité a son prix.
Kevin a payé pour l’avoir et Milo s’estimait prêt à braquer pour avoir la sienne? Il se croit toujours plus fort qu’il n’est.
Mais la vérité est une pute qui ne fait que tendre des pièges.
Lui aussi s’est vautré dedans.
Il regrette comme un malade de s’être entêté là-dedans. Il a fallu qu’il s’obstine. C’est bien fait pour lui. Il n’avait qu’à la laisser tranquille la vérité. Là où elle était enterrée deouis cinquante ans. Elle avait fait son oeuvre en son temps et assez de dégâts, réduite au silence, aujourd’hui, elle ne risquait plus de faire de mal à personne. Il ne fallait pas la réveiller. »

 

Le petit avis de Kris

@Sud Ouest

Sous les pavés la jungle – Simone Gélin

Résumé : Dans la maison d’arrêt de Fresnes, Milo et Kevin deviennent amis. Libéré, Milo fait tout pour rester dans le droit chemin. En enquêtant sur l’histoire de ses grands-parents, il renoue avec ses racines et découvre la région de Bordeaux et le bassin d’Arcachon. De son côté, Kevin veut grimper dans la hiérarchie de la criminalité et participe à des trafics et à des commerces d’êtres humains.

Avis : Un nouveau coup de maître !! 
Du noir, tres noir comme je l’aime ! On se laisse entraîner par Milo qui n’a de cesse de connaître la vérité sur sa grand mère Léa, décédée dans des circonstances jamais élucidées. Un Milo voyou au grand coeur, tiraillé entre le bien et le mal, mais toujours droit dans ses bottes. Tout est en nuances dans ce livre, d’une finesse et d’une fragilité toujours crédibles qui vous bouleversent.

Et puis parvenir à mixer aussi adroitement les événements de Mai 68 (Très bien documentés soit dit en passant) et ceux de la jungle de Calais, tout à fait d’actualité, relève de l’exploit.

Une auteure que je vous invite tous à découvrir pour ceux dont ce n’est déjà fait !!

Obia de Colin Niel


Le livre : Obia de Colin Niel Paru le 7 octobre 2015 chez Rouerge dans la collection Rouerge Noir. 23€ ; (490 p.) ; 21 x 14 cm.

Réédité en poche le 6 septembre 2017 chez Babel dans la collection Babel noir.  9,90€ ; (563 p.) ; 18 x 11 cm

Résumé de l’éditeur :

Clifton Vakansie court dans les rues de Saint-Laurent, sa ville natale, sur les rives du Maroni, en Guyane. Il court dans un paysage de tôles et de parpaings, en direction de Cayenne et de son aéroport, dont le séparent des fleuves qu’il faudra franchir à la nage, des barrages de gendarmerie, des pistes tracées à travers la forêt. Il court pour l’avenir de sa petite Djayzie, sa fille qui vient de naître, lui qui est à peine un homme. Il court à travers sa peur et des jeunes de son âge tombent autour de lui. Mais plus tu es déchiré, plus les chiens te déchirent, c’est ce qu’on dit. Et Clifton a beau être sous la protection de l’obia, rendu invincible par la magie des Noirs-Marrons, à sa poursuite il y a le major Marcy, un Créole, un originaire comme on dit, colosse né ici qui sait tout des trafics et des hors-la-loi, homme emporté qui n’a pas volé sa réputation de tête brûlée. Et il y a aussi le capitaine Anato, un Ndjuka comme Clifton, un type étrange, aux yeux jaunes, dont personne pas même lui ne sait d’où il vient vraiment. Clifton l’ignore encore, mais dans sa fuite vers l’est il ne va pas tarder à croiser des fantômes. Ceux de la guerre du Suriname. Des fantômes qui tuent encore. Qui ne cessent pas de tuer.
En ranimant les souvenirs de la guerre civile qui provoqua à la fin des années 1980 le passage de milliers de réfugiés sur les rives françaises du Maroni, Colin Niel nous plonge dans une Guyane qui voudrait tout oublier des spectres de cet oppressant passé. Alors qu’au Suriname les gros bonnets de la drogue ont remplacé les Jungle Commando, le destin de trois jeunes hommes va se trouver pris dans le double piège des cartels de la cocaïne et des revenants d’une guérilla perdue.

L’auteur : Colin Niel est né en 1976 à Clamart. Il grandit au 12ème étage d’une ZAC à Issy-les-Moulineaux. Il s’intéresse aux ailleurs, voyage autant que possible, observe les oiseaux. Magicien, comédien amateur, il s’essaye à tout, avec plus ou moins de succès. Il suit des études en agronomie, en environnement, en écologie, et finit ingénieur, spécialisé dans la préservation de la biodiversité.
Il quitte alors la métropole pour travailler en Guyane durant six années qui lui permettent de côtoyer les nombreuses cultures de la région et particulièrement les populations noires-marrons du fleuve Maroni. Il y est notamment en charge de la création du parc national amazonien, une mission qui le marque beaucoup. Plus tard, il devient directeur adjoint du parc national de la Guadeloupe.
Amateur de romans noirs denses et humains, influencé par des Indridason, Lehane ou Hillerman, il se lance dans le polar à son retour de Guyane. Ainsi nait Les Hamacs de Carton, roman policier profondément social et très documenté, inspiré par une réalité trop quotidienne dans ce territoire aux frontières perméables : celle des immigrés, apatrides et autres étrangers en situation irrégulière. Un premier roman remarqué qui inaugure … sa série guyanaise multiprimée : « Les Hamacs de carton » (2012, prix Ancres noires 2014), « Ce qui reste en forêt » (2013, prix des lecteurs de l’Armitière 2014, prix Sang pour Sang Polar 2014) et « Obia » (2015, prix des lecteurs Quais du polar/20 Minutes 2016, prix Polar Michel Lebrun 2016) met en scène le personnage d’André Anato, un gendarme noir-marron à la recherche de ses origines.
 Extrait : 
« 1992, c’était il y a vingt ans. Jérémy n’était même pas né, Vacaresse venait de rencontrer Mathilde. Il débutait à peine dans la gendarmerie, premier poste en brigade de recherches. À l’époque, personne en métropole ne parlait de cette guerre civile au Suriname, ou alors il ne s’en souvenait pas. Dix mille réfugiés en territoire français, ce n’était pourtant pas rien. La même affaire dans l’Hexagone, les médias en auraient fait leur Une pendant des mois. Tout le monde s’en fichait, il se dit, comme de tout ce qui se passe en Guyane en fait. Ça paraît tellement loin quand on vit là-bas. Lui-même, avant d’être muté ici, savait à peine placer le département sur une carte. La fusée, le bagne, l’enfer vert et les bestioles, voilà à quoi se résumait l’Amazonie française vue de Paris. Et un peu d’orpaillage depuis quelques années, pour faire sensation. Mais ce que vivaient les gens ici, ce qu’ils avaient enduré dans le passé, personne n’en savait rien. »

La chronique jubilatoire de Dany

« La banane jaune ne redevient pas verte » … proverbe guyanais

Au commencement il y a eu une info FaceBook de la part de l’auteur qui faisait le lien avec une chronique qu’il avait écrite pour Libération, au sujet des troubles en Guyane de mars 2017. J’ai trouvé son approche originale car il y faisait parler ses héros. Ensuite j’ai lu « seules les bêtes » et j’ai vraiment aimé le fond et la forme de ce roman.

Ensuite j’ai eu la chance de le rencontrer lors du salon « lire en poche » en octobre 2017 et au cours de la discussion il m’a invitée à lire sa trilogie dans l’ordre inverse de sa parution ( !). C’est donc comme ça que je me suis retrouvée plongée en Guyane et ironie du sort au moment de la visite présidentielle … J’ai donc pu profiter de la couverture médiatique pour illustrer au mieux les paysages de l’Amazonie française … C’est aussi un grand hasard heureux d’avoir enchaîné « entre deux mondes » d’Olivier Norek avec cet Obia de Colin Niel.

Ce roman noir et à suspense ébranle nos préjugés de métropolitains obtus. On y apprend que le Maroni  est le fleuve frontière entre ce département français et le Suriname, ancienne colonie néerlandaise, aujourd’hui indépendante et soumise aux dictatures, conflits d’influence. C’est aussi la porte d’entrée de la cocaïne en Europe par l’exploitation de ces mules innocentes qui n’ont d’autre chance de survie. Le Suriname est aussi à l’origine d’une vague d’immigration de ses persécutés vers les voisins français. Elle aurait pu être maitrisée et acceptée il y a quelques années, mais elle ouvre aujourd’hui la voie de la violence et du sentiment d’insécurité. Les créoles, les  Ndjukas  et autres noirs-marrons s’opposent alors que la frontière poreuse fait que leurs origines sont étroitement mêlées.

Incontestablement documenté, Obia fait aussi largement référence aux médecines amazoniennes et à la biodiversité à disputer aux orpailleurs et exploitants de bois précieux.

Le lecteur qui pensait lire un simple polar se trouve happé par une ambiance moite, une fange omniprésente, séduit par des personnages d’une richesse rare et des paysages à couper le souffle. Il ne peut qu’être touché par Anato et la quête des ses origines et par Melissa, cette jeune femme sourde qui montre une force de caractère hors du commun qui font oublier quelques longueurs ouy répétitions dans la narration, tout à fait supportables.

Bonus … les expressions locales apportent un exotisme bienvenu : à noter …

Le tchip ou tchipage est un élément de communication non verbale. Il est courant en Afrique, ainsi que parmi les populations d’origine africaine dans les Antilles, ainsi que dans les pays d’Afrique subsaharienne.

le carbet, un abri de bois sans murs, typique des cultures amérindiennes.

Nouvelle donne de Stan Kurtz  


Le livre : Stan Kurtz , Nouvelle donne  de Marc Falvo. Paru le 7 novembre 2017 chez Fleur Sauvage.  9€ ; (216 p.) ; 18 x 11 cm.
4e de couv :
J’ai jamais cru aux amnésies foudroyantes…
Jusqu’à ce que ça m’arrive.
Le jour où on s’éveille en pleine nuit sans plus se rappeler ni quoi ni qu’est-ce, entouré d’hôtes peu avenants et avec une seule pompe, ça commence à sentir le cramé.
J’ai raison ou j’ai raison ?
Stan Kurtz. Trente-trois ans. Détective. Gueule d’ange. Une main de fer dans un gant de plomb, coincée sous un chapeau mou. J’en ai vu des affaires bigleuses – voire louches – mais celle-ci décroche la palme… De quoi enchaîner les sueurs froides. Quand on court après sa mémoire, les loulous, il y a pas à chiquer. Faut espérer le meilleur et s’attendre au pire.
Après la cultissime Série B, Stan Kurtz est de retour avec une aventure haute en couleurs qui ravira ses fans… et ses nouveaux adeptes.
……………………
Marc FalvoL’auteur : Marc Falvo vit à Lille (59), et de sa plume.  Il a préféré l’écriture au football parce que les mots lui vont mieux que les crampons. Cinéma d’abord puis théâtre, il aime brouiller les pistes, mélanger les genres et cultiver le jardin de ses rêves. On lui doit trois romans noirs parus au Riffle, des récits horrifiques pour L’atelier Mosésu et, chez Fleur Sauvage, un thriller atmosphérique ( Le cri ), un roman remarquable sur le métier d’auteur (D’occase ) et déjà, sous le nom de Stan Kurtz, l’étonnante et détonante  (Série B) .

 

 

 

 

 

……………………
Extrait :
 
“Je parallélais du verbe paralléler, penser à deux choses en même temps pour leur trouver un lien – tout en jouant avec mon porte-clés palmiers, idéale pour s’occuper les mains lorsqu’on cogite, quand quelqu’un frappa à ma porte. Mais avant de savoir qui se tenais derrière, laissez moi donc finir ce parallèle. Entre Nils le fils du patron du bar, et la fille de mon proprio, Élise. J’avais déjà été trois fois engagé par Émile en tant que chasseur de primes, ou plutôt garde-chiourme, sa fille vivant une puberté qu’on peut qualifier de difficile. Trois fois, donc, j’avais dû aller récupérer cette fier graines de rebelle, la tirer de situations inextricables. Aujourd’hui, c’était l’enfant d’un autre que ma philanthropie légendaire devait sauver Et ça me donnait une impression de looping… Bouclage de boucle, en quelque sorte. D’un serpent qui se mordait la queue.
L’Homme ne ferait jamais rien d’autre que répéter ses erreurs. Les enfants se mettaient dans la merde et les parents leur couraient après, les enfants devenant eux-mêmes des parents courant un jour après leurs gosses et la roue tournait. Immuable.
Suite à ces fadaises, que je vous remercie d’avoir lues, on peut enchaîner sur cette fameuse porte et mon mystérieux visiteur.”
……………………

Le “ressenti” de Jean-Paul

 

Il était 16h12 sur l’horloge murale de Stan quand j’ai terminer le roman de Marc Falvo !!!

Que dire de ce roman qui part dans tout les sens…

D’abord mes loulous il faut s’accrocher. Car très vite Stan Kurtz est entré dans “ma tête” directement en s’adressant à moi et ça ce n’est pas banal, du coup j’étais à fond dans cette drôle d’aventure où un anti-héros, sûr de lui et attachant nous en fait voir des vertes et des pas mûres !

Mais heureusement de belles jeunes femmes vont l’aider dans ses quêtes et pas n’importe lesquelles (je parle des jeunes femmes, les quêtes viennent au second plan !).

Je me suis bien amusé et j’ai même ri à de nombreuse réparties bien placées, jeux de mots et autres cocasseries verbales…

Un petit soupçon de Stanislas Petrosky, une pointe de Colombo et me voilà avec un pseudo Bruce Willis complètement paumé !

En tout cas moment de détente assuré.

Merci Marc…

La bête au ventre – Edward Bunker


La bête au ventre d’Edward Bunker. Traduit par Freddy Michalski. Paru chez Rivages/ Thriller en 1993. Réédité en poche dans la collection Rivages/Noir  le 28 septembre 1995. 10€65 ; (475 p.) ; 17 x 11 cm.
  
4ème de couverture :
 
Alex est né sous une mauvaise étoile. Sa mère, l’a abandonné et son père a dû le confier à des foyers d’adoption, écoles militaires et autres pensionnats. Commence alors pour lui  » le cycle des laideurs « , des tumultes et des larmes « , qui l’amènera, de révoltes en évasions, à connaître la répression sous toutes ses formes. Encore adolescent, Alex est d « jà un  » taulard  » endurci qui vit la bête au ventre et la rage au cour. La bête eu ventre conclut la trilogie commencée avec Aucune bête aussi féroce et La bête contre les murs. Edward Bunker y analyse le processus qui conduit la société à se fabriquer les criminels qu’elle mérite.
 
L’auteur : Edward Bunker, est un auteur de romans noirs et scénariste de cinéma, né le 31 décembre 1933 à Hollywood (Californie, États-Unis) et mort le 19 juillet 2005 à Burbank.
Il connut des années de prison avant de se voir publié. Il est moins prolifique que James Ellroy à qui il est souvent comparé. Il a joué des rôles secondaires dans certains films, notamment Le Récidiviste, avec Dustin Hoffman inspiré de son roman Aucune bête aussi féroce, et Reservoir Dogs, de Quentin Tarantino.
(Source Wikipédia)
 
Extrait :
En 1943, la vallée de San Fernando était encore la campagne – sans smog et sans mobil-homes- où vivaient quelques petites communautés séparées par des kilomètres de citrus et de luzerne. Le gamin avait le regard fixé droit devant lui, comme transfiguré par la ligne banche au milieu de la chaussée noir qui disparaissait dans le chatoiement des bouffées de chaleur. En réalité, il ne voyait rien, il n’entendait rien. Il songeait à tous les trajets, identiques à celui-ci, qu’il ait connu depuis l’âge de 4 ans, ces trajets qui le conduisaient à chaque fois vers quelque nouveau lieu dirigé par des inconnus. C’était là à peu près tout ce dont il se souvint – internats, écoles militaires, foyers d’adoption -, tous ces endroits, ainsi que quelques éclairs de scènes affreuses gardées en mémoire, laideur, tumulte et larmes…
 

Le Émotions de lecture de Cécile :

« La Bête au ventre » fait partie du top 10 de mes livres qui m’ont marqué et pourtant, je ne l’ai pas relu depuis plus de 20 ans. Il est toujours très dangereux de tenter de revivre une histoire avec un ex.  C’est donc avec l’appréhension d’une immense déception que je me suis replongée dans ses pages.

 

Et Bam, en pleine tête comme autant de mots coups de poing, « La Bête au ventre » n’a rien perdu de son percutant. J’ai retrouvé Alex avec la même rage les poings serrés comme lui devant ces adultes, ces froides institutions qui échouent à chaque fois à donner  un peu d’attention et d’éducation à ce garçon en colère. On serre les poings à chaque coup, à chaque injustice, on sent monter la même colère en diapason avec lui. Mais on ferme aussi les yeux à demi quand on se rend compte qu’Alex va encore prendre le mauvais chemin, et encore choisir le mauvais modèle pour son éducation.

 

Malgré  un infime espoir parfaitement déraisonnable que quelque part, quelqu’un aidera ce tout jeune adolescent  adorateur de livres, on ne peut ignorer qu’Edward Bunker nous emmène avec colère et rage vers une fin inéluctable de violence, de crime … La bête au ventre est après tout la conclusion de la trilogie qui nous a baladé dans le milieu de la criminalité et du système carcéral de l’après-guerre américain, véritable fabrique des pires criminels. Certes les lieux et les époques sont différents mais les conséquences sont toujours les mêmes, la perte  de jeunes adultes dans l’une ou l’autre des radicalités dont la société finit toujours par se mordre les doigts.

 

« Au départ, ses rébellions avaient été aveugles, moins actes délibérés que réactions réflexes à la douleur – douleur de la solitude et de l’absence de l’amour, … »

 

« L’assistante sociale …était horrifiée. Elle avait vu nombre d’enfants rebelles mais cette fois elle avait le sentiment de voir devant elle une âme qui commençait à mourir. »

 

« On était lentement en train de graver dans son jeune cerveau que ceux qui étaient en position d’autorité ne se souciaient guère de bien ou de mal, de ce qui était juste et de ce qui ne l’était pas- leur seule préoccupation était d’asservir leurs subalternes. »

 

« Il luttait pour rependre son sang-froid…Mais la fureur qui agitait son cerveau le dévorait à cœur, jusqu’au tréfonds de lui. Même lorsqu’il fut clamé, il avait un abcès à l’âme. »

 
 

Le cramé de Jacques-Olivier Bosco


Le livre : Le cramé de Jacques-Olivier Bosco. Paru le 19 mai 2011 chez Jigal dans la collection Jigal Polar. 17€24 ; (286 p.) ; 21 x 14 cm.

Réédité en poche d’abord chez Jigal puis chez Pocket mais indisponible actuellement !

 

 

 

4e de couv : 

Deux ans que le Cramé et sa bande, un vrai commando, braquent les banques et vident les coffres avec une détermination et une efficacité redoutables… Deux ans qu’ils se moquent du monde et que la police est sur les dents.

Jusqu’à ce qu’un traître les balance dans les filets de Fabiani, le chef de l’Antigang, qui à l’issue d’un braquage en laisse plusieurs sur le carreau et colle le Cramé au placard. Mais celui-ci n’a qu’une idée en tête : se faire la belle… et retrouver l’enfoiré qui les a donnés !

Après une évasion rocambolesque, il infiltre le commissariat de Saint-Denis et se retrouve bien malgré lui dans la peau d’un flic à la recherche d’un môme disparu. Mais en ressuscitant ses cauchemars de gamin des quartiers, le pire devient alors possible…

Le problème avec le Cramé, c’est que même l’enfer ne veut pas de lui !

L’auteur : Né le 10 mai 1967 et vivant à Nice, Jacques-Olivier Bosco (JOB) est l’auteur de nombreux romans plusieurs fois primés. Il a été balayeur, éboueur, plongeur, barman puis entre dans le milieu de cinéma où il est scénariste dans les années 90( de courts métrages ), régisseur avant de s’installer comme restaurateur sur une plage près de Gruissan.  Il écrit déjà quelques polars qui restent à l’état de manuscrits, des nouvelles aussi. Début des années 2000, quelques unes de ses nouvelles sont publiées  et les Éditions Jigal acceptent son premier polar, Et la mort se lèvera qui paraît en ce début 2010.  Suivra le cramé puis de nombreux polar. Brutale (« La Bête noire », 2017, et Pocket, 2018), a été nominé au prix Polar de Cognac 2017.
Extrait :
« Viviani voulut sortir le premier. Le crépitement des balles… puis son corps était venu s’éclater contre la baie vitrée de la banque, l’éclaboussant de sang, comme sur un écran de télé géant. Les otages femelles se mirent à hurler… Gosta jeta un oeil sur Tino et Stéph, ils avaient chacun un gros sac en bandoulière, bourré à craquer de billets, une cagoule noire sur la gueule et un fusil-mitrailleur en main. »

La chronique d’EPPY FANNY

LE CRAMÉ DE Jacques-Olivier BOSCO

Editions JIGAL

L’histoire :

Gosta, le physique rital assumé, avec sur la joue gauche un bon morceau de peau labouré par le feu. D’où son surnom : le Cramé. Un voleur, à la tête d’une bande. Mieux, d’une famille.

Un homme qui aime l’action, l’argent et les belles filles. Et qui en profite à 200 % sachant que ce choix de vie peut s’arrêter à tout moment.

Le cercle proche, les intimes :

Olga l’arnaqueuse

Isabelle la jolie motarde

Les frères Paoli, deux corses de Nice

Cheyenne le hacker

Francis un ancien flic

Le vieux Fernand, le perceur de coffre

Puis Lino, l’ami de toujours, le quasi frère

Un casse qui tourne mal. Des morts. Un seul responsable : une balance. Inimaginable, et pourtant.

Son ennemi juré, Fabiani, le cador de l’antigang qui jubile et le serre enfin.

Extrait page 21 : « La bave acide de la haine mordait sa lèvre inférieure, son flingue tremblait de plus en plus, au moins deux fois plus vite que le dernier vibromasseur d’Amanda Lear. »

Des regards qui se croisent alors que Gosta, gravement blessé, pense mourir.

Une dette à rembourser.

Mais Gosta reste le roi de l’évasion. Une fois encore il le prouve.

Un coup de bistouri plus tard, le voici plus belle gueule que jamais et prêt à tout pour découvrir la balance. Il se transforme en Ange. Enfin en Ange noir. Vengeur.

Il infiltre la police. Jubilatoire en diable cette situation. Mais ce pied de grue qu’il pensait faire durer quelques heures va devoir se prolonger. Car, ange ou démon, il reste un homme de parole et rembourse ses dettes.

D’autant que l’innocence d’un enfant c’est sacré, sa vie aussi.

L’enquête le conduit à rechercher des hommes déviants. Des pédophiles. La lie de cette société. Quelle que soit leur position sociale, aucun ne sera à l’abri. L’ange s’effacera, le Cramé ressurgira et les pervers chanteront et seront châtiés.

Le récit de Jacques Olivier Bosco nous conduit sur les pas de ces déviants sexuels, de ces organisations qui offrent de la chair fraîche aux amateurs. Juste à notre porte.

Il nous entraîne également dans l’univers des cités, remarquablement décrit.

Nous parle des trafics en tous genres qui y fleurissent.

De ces zones de non-droit où la police est impuissante.

De ces habitants, otages d’une minorité, qui courbent le dos pour juste survivre.

De ces Caïds dangereusement intelligents capables de manipuler les pires pervers, sans état d’âme, pour mener à bien leur mission ultime.

Il nous parle aussi de ce que les drames de l’enfance engendrent.

De ces êtres qui se construisent sur les cendres de leur innocence.

Innocence immolée pour survivre… dans la haine. Pour ne plus subir. Jamais.

Le récit est fort. Mais l’humour, toujours présent, le rend agréable.

Le personnage, qui n’est pas un sain, est attachant en diable.

Son attitude et son discours sont jubilatoires.

Un charmeur ce Cramé. Enfin pour nous les femmes.

J’ai découvert un auteur, vivement conseillé par mon dealer favori (Olivier Le Corbac Vanderbecq) via cette lecture. Elle ne sera pas la seule de JOB.

« Quand les anges tombent » m’attend dans ma PAL. Je le dévorerai également avec plaisir.

Avis d’Expert saison 2 : Affaire n° 6 : Casque d’or et les Apaches.


Avis d’Expert saison 2 : Affaire n° 6 : Casque d’or et les Apaches.

Une nouvelle fois Cathie notre Expert en chef nous fait revivre une grande affaire criminelle à travers un bel article dont elle a le secret.

Aujourd’hui elle nous entraîne dans le Paris du début du siècle dernier. Entre les 20e et 11e arrondissement. Et nous conte l’histoire d’Amélie Elie qui deviendra l’héroïne romantique que l’on connait aujourd’hui sous le nom de Casque d’Or


Affaire n° 6 : Casque d’or et les Apaches.

   Acte 1 : Développement de la presse populaire :

 

  Le développement de la presse populaire à la fin du 19 ème siècle, entre 1880 et 1914, le tirage des journaux parisiens passe de 2 à 5 millions d’exemplaires, met le crime à la une. En effet, les grands quotidiens tels que Le Petit Parisien, Le Matin ou Le Petit Journal mènent de véritables campagnes sécuritaires dont l’ampleur est capable d’influencer les politiques pénales, ce qui est le cas au début des années 1880 lors des débats sur la relégation des récidivistes. C’est également le cas à la Belle-Epoque lorsqu’ils dénoncent l’impuissance des autorités face aux agissements des jeunes délinquants, stigmatisés sous le nom d’ »Apaches ».

 

   Acte 2 : Qui est Casque d’or ?

 

  Amélie Elie, surnommée « Casque d’or » en raison de son abondante crinière blonde, née à Orléans en 1878, est âgée de deux ans lorsque ses parents s’installent dans un garni de l’impasse des Trois-Soeurs, qui donne sur la rue Popincourt. A 13 ans, elle se met en ménage avec un ouvrier serrurier à peine plus âgé qu’elle, surnommé « le Matelot » en raison de la vareuse de marin qu’il porte. Recherchée par son père, elle est envoyée à deux reprises en maison de correction. Une fois sortie, elle vit quelques temps chez Hélène de La Courtille, maquerelle qui l’initie au métier de prostituée.

  C’est à La Pomme au Lard, un des cabarets que les deux femmes fréquentent situé rue de la Roquette, qu’Amélie fait la connaissance de Bouchon, son premier souteneur. Pendant quelques années, elle subvient aux besoins du ménage et aux dépenses de son « maque » en arpentant les trottoirs du boulevard de Charonne. Finalement, décidée à ne plus endurer la violence du jeune homme, elle le quitte.

   Acte 3 : Manda.

 

  En 1898, alors qu’elle danse la java dans un bal musette, elle rencontre Marius Pleigneur, ouvrier polisseur. Entre les deux jeunes gens, c’est le coup de foudre réciproque. Mais le maigre salaire de l’ouvrier ne peut satisfaire les caprices de la belle Amélie. Marius, surnommé « Manda » ou « l’homme », habile au couteau, abandonne sa vie honnête et besogneuse pour se faire souteneur, d’Amélie bien sûr, et de quelques autres prostituées. Rapidement, il devient le chef redouté de la bande des Orteaux, décourageant toute tentative de Bouchon pour « récupérer » Amélie. S’enquivent quelques années heureuses, pendant lesquelles Casque d’or, Manda et leur bande mènent leurs petites affaires sans rencontrer ni résistance du milieu, ni problèmes avec la police.

   Acte 4 : Guerre des gangs.

   Mais un jour, la bande des Orteaux se retrouve en compagnie de la bande des Popincourt dont le chef Leca, dit « le Corse », un ancien des bataillons d’Afrique et une des terreurs du quartier, séduit immédiatement Amélie. La jeune femme, lassée des innombrables infidélités de Manda, tombe passionnément amoureuse de lui et finit par le convaincre de la prendre pour maîtresse, malgré la réticence du jeune homme, car prendre la femme d’un autre chef de gang constitue une infraction intolérable aux règles du milieu. S’ensuit une guerre opposant les deux bandes, guerre qui, selon le code du milieu, aurait du rester secrète

  Le 30 décembre 1901, Leca, qui descend la rue Popincourt au bras de Casque d’Or, reçoit un premier coup de poignard. Trois jours plus tard, le 2 janvier 1902, on tire au revolver sur les fenêtres de leur domicile, rue Godefroy-Cavaignac. Le 5, rue d’Avron, Leca est à nouveau blessé lors d’une rixe où les protagonistes sortent couteaux, hachettes et revolvers. Le lendemain, Manda défie Leca devant chez lui et fait même enlever un de ses compagnons qu’il menace de tuer. A nouveau blessé, Leca est conduit à l’hôpital Tenon afin d’extraire les deux balles qu’il a reçues.

  Le 6 janvier 1902, pourtant, un témoin demande à voir le commissaire Deslandes, de la brigade criminelle, auquel il raconte qu’il vient de découvrir, dans la rue des Haies, un véritable arsenal -deux revolvers de gros calibre, un couteau à cran d’arrêt, une hache, un poignard et de nombreuses douilles- attestant qu’un combat a récemment eu lieu dans la ruelle. Sachant que Dominique Leca, truand notoire, vient d’être admis à l’hôpital avec deux balles dans le corps, le commissaire rend visite au blessé couché sur son lit de douleur . Cependant, il n’obtient de lui aucun renseignement car, dans le milieu des Apaches, on ne « balance » pas ses ennemis.

  Malgré ses graves blessures, Leca, dès que le commissaire a quitté sa chambre, fait venir sa maîtresse ainsi que certains membres de sa bande afin de le faire sortir au plus vite de l’hôpital. Mais à peine est-il installé dans le fiacre qui doit le ramener chez lui qu’un homme bondit sur le marchepied et lui porte deux coups de couteau dans la poitrine. De retour à l’hôpital de Tenon, Leca, délirant de fièvre, finit par donner au commissaire Deslandes le nom de son agresseur qui n’est autre que le fameux Manda.

  La police, désormais au courant de tous les détails de cette guerre sanglante, comprend qu’elle doit arrêter Manda de toute urgence, car, d’une part, celui-ci a juré de tuer Casque d’or afin de venger l’affront de sa trahison, d’autre part les membres de la bande adverse sont en train d’organiser une expédition punitive pour venger les blessures infligées à leur chef. L’affaire est rondement menée et Manda est arrêté le mois suivant en Belgique. Néanmoins, ces règlements de compte sanglants alimentent la « chronique apache » des journaux.

   Acte 5 : Les Apaches.

 

  « Ce sont là des mœurs d’Apaches, du Far West, indignes de notre civilisation. Pendant une demi-heure, en plein après-midi, deux bandes rivales se sont battues pour une fille des fortifs, une blonde au haut chignon, coiffée à la chien ! » s’indigne Le Petit Journal. L’usage du nom de la tribu indienne, apparu en 1900 pour qualifier «les sauvages » de Belleville, vient tout naturellement sous la plume des journalistes à cette époque où les Indiens d’Amérique sont à la mode. Derniers résistants de la conquête de l’ouest, les Apaches ont gagné une réputation de rebut de la civilisation : lâches, cruels, sournois, ils sont comparés à des bêtes féroces dans le discours des ethnologues comme dans les tournées du Wild West Show de Buffalo Bill, qui parcourt le monde entier.

  Dès 1888, dans Les Peaux-Rouges de Paris, Gustave Aimard avait transposé l’action de ces guerriers farouches et insoumis dans les bas-fonds de la capitale. Depuis l’épisode « Casque d’or », le terme s’était généralisé . La presse parisienne ouvre alors une chronique intitulée «Paris apache » regroupant dès lors tous les récits de crimes. Chaque ville, hormis Marseille   où les malfrats conservent leur appellation de « nervis », a ses « Apaches ». Du duel pour l’honneur entre bandes rivales, on est passé à la dénonciation de toute la criminalité urbaine.

 

   Acte 6 : Jeunesse rebelle et criminalité.

  Ces représentations témoignent de l’anxiété des élites face à une jeunesse « rebelle » que la société peine à encadrer. En effet, magistrats et criminologues sont effrayés par la croissance de la criminalité juvénile, en particulier des 16-21 ans, qui forment l’avant-garde de l’ « armée du crime ». De plus en plus nombreux sur les bancs du tribunal, ces jeunes sont, dit-on, de plus en plus violents. Bien sûr, on sait que les bagarres entre compagnons et apprentis d’un même métier ou entre bandes de quartiers ont toujours existé, mais la nouveauté, symbolisée par le terme « Apache », réside dans l’usage débridé de la violence. En 1890, dressant le portrait de jeunes criminels parisiens, Henri Joly souligne « leur disposition permanente à commettre un meurtre pour un mot, une fantaisie, une gageure, à plus forte raison pour un vol.

  Alors que la scolarisation rendue obligatoire a considérablement réduit la délinquance des enfants, on s’interroge beaucoup sur les raisons de cette dérive. Pour ce faire, on analyse les « carrières » délinquantes. Si l’on rappelle toujours les dangers de la rue, surtout pour les plus jeunes qui y font l’apprentissage du chapardage, on insiste plutôt sur la défaillance des familles, en accusant indifféremment les divorces, le concubinage, les naissances illégitimes. Habitués à voir défiler des jeunes dépenaillés et à constater la précarité et l’insalubrité des logements, les magistrats et les policiers mettent plutôt en cause la misère qui accablent les basses couches de la société. Certains ouvriers, absorbés par de longues journées de travail, contraints à d’incessants déplacements, laissent leurs enfants sans surveillance pendant la journée. Pour certains, là réside une des sources de l’indiscipline.

  Le déclin de l’apprentissage et de la transmission familiale des métiers renforce les réticences des jeunes à se plier à la discipline des ateliers et des usines. Pour une partie de la jeunesse populaire, les Apaches sont perçus avec sympathie, surtout lorsqu’ils s’attaquent aux bourgeois et aux policiers.

  Acte 7 : Le procès.

 

  Manda est jugé le 31 mai 1902 devant la cour d’assises de la Seine, procès qui attire la foule des grands jours au Palais de Justice. Leca, appelé à la barre, nie avoir été blessé par Manta, renouant avec la loi du milieu qui veut que jamais on ne dénonce un ennemi. Quant à Casque d’or, vêtue d’une robe verte mettant en valeur sa luxuriante chevelure blond-roux, elle nie également et accuse les journalistes d’avoir monté cette histoire de toutes pièces, ce qui n’empêche pas les jurés de condamner le prévenu à la plus lourde peine possible : les travaux forcés à perpétuité.

  Le 21 octobre suivant, c’est au tour de Leca d’être jugé devant la même cour d’assises. Mais, entre temps, la tension est retombée et le procès du chef de la bande de Popincourt est beaucoup moins médiatisé. Amélie n’est même pas appelée à témoigner. Quant à son amant, condamné à huit ans de travaux forcés, il retrouvera, quelques semaines plus tard à Cayenne, son ancien rival Manda qui retrouvant la conduite de l’honnête ouvrier qu’il a été jadis, sera libéré pour bonne conduite.

   Acte 8 : Casque d’or, héroïne romantique.

 

  Casque d’or, laissée en liberté pendant les deux procès, devient l’idole romantique de tous les Parisiens. Les hommes de la bonne société se disputent le privilège de partager son lit, faveur qu’Amélie leur consent contre une jolie somme. Quant aux femmes du monde, elles se font teindre les cheveux « à la Casque d’or ». Dès l’été 1902, l’ancienne fille des rues publie ses mémoires dans la revue Fin de siècle. Elle se fait également photographier dans des tenues suggestives pour une série de cartes postales.

  En mars 1902, le peintre Depré exécute son portrait qui sera exposé au Salon tandis que la jeune femme se prépare à monter sur scène, aux Bouffes-du-Nord, dans une revue intitulée Casque d’or et les Apaches. Le préfet de police Lépine, indigné d’une telle publicité qu’il juge immorale, fait décrocher le tableau et interdire la représentation des Bouffes-du-Nord.

Pourtant, petit à petit, la jeune femme tombe dans l’oubli. Pendant un temps, elle sera dompteuse de lions dans un cirque, puis chanteuse dans un café-concert, où un ancien lieutenant de Manda l’agressera au couteau, heureusement sans gravité. Finalement, en 1917, à l’âge de 39 ans, elle se marie avec un ouvrier et devient une ménagère anonyme. Elle meurt en 1933.

  Malgré tout, le tournage du film « Casque d’or » par Jean Becker, un demi-siècle plus tard, avec Simone Signoret dans le rôle titre, démontre que l’affaire avait laissé un certain souvenir dans l’esprit des Parisiens.

 

Chiennes de Marie Vindy : L’ABCdaire de deux nanas fondues de ….Vindy


  L'ABCdaire de deux nanas fondues de vindy

Bonjour à tous,

Nous sommes de retour !! Les motordus d’Anne-Ju et Collectif Polar sont heureuses de vous retrouver pour cette nouvelle lecture commune. Le choix s’est porté sur :

Chiennes de Marie Vindy

Pour cette  troisième lecture commune, on reprend la formule de l’Abécédaire.

Le principe :


Un ABCdaire : 26 lettres

L'ABCdaire de deux nanas fondues de13 lettres chacune choisies au hasard

13 lettres pour 13 mots qui pour nous définissent quelque chose du roman.

 Ensuite nous mettons les 26 mots ainsi rassemblés en commun et nous y apportons l’une et l’autre notre petite explication.

Pas simple de parler d’un roman à partir d’un mot choisi par une autre personne. Pas simple mais très amusant.

Et pour plus de partage encore chacune d’entre nous ne gardera que 7 lettres donc 7 mots qu’elle avait au départ pour sa chronique. Les 6 lettres et mots correspondants restant, elle les offrira à sa partenaire qui se chargera de les publier.

Chaque chronique disposera de 13 mots, 7 des siens et 6 emprunté dans la liste de son binôme. Mais au totale chacune aura 26 définitions.

Je vous vois faire la grimace ! Peut-être ne suis pas assez explicite ?

Bon…Prenant un exemple ça sera plus clair !

Ge de Collectif Polar a les lettres H, I,J,K,L,M,N,Q,R,S,T,W,Y = 13 lettres

Les 6 lettres H,I,J,T,W et Y ont été définies par Ge mais seront publiées dans la chronique d’Anne-Ju.

Et inversement, des 13 lettres définies par Anne Ju, Ge en publiera 6.

Bref pour lire l’abécédaire complet, vous allez devoir jongler avec nos deux blogs. 26 lettres, 13 lettres chacune. Là vous vous dîtes que l’on a grave cogité, euh oui on vous confirme 😉

Le plus simple, allez direct à l’Abécédaire, oups pardon L’ABCdaire. 

Marie Vindy&Le livre : Chiennes de Marie Vindy Paru le 31 août 2015 à la Manufacture de Livres dans la collection Roman Noir.  388 pages, 18,90€ …

La 4e de couv :

Chiennes

– Allô ? C’est quoi ?
– T’as intérêt de la boucler, j’te jure ! Tu fermes ta gueule, t’entends ?
– Hé ! Mais t’es qui, toi, pour m’parler comme ça ? Eh oh ?
– Ferme ta gueule si tu veux pas avoir d’ennuis. Toi et ta pute de mère vous fermez vos gueules, t’as compris ? Et ta mère, putain, elle a pas intérêt à ouvrir sa grande gueule, sinon, sa vie, elle va être pourrie et la tienne aussi. Et tu te retrouveras dans une cave comme ta copine la pute !

Séquestrations, violences, balances, c’est le lot du trafic de stups, même dans une ville réputée calme comme Dijon. Ici, la dope, ce sont surtout quelques lascars qui font des trajets aux Pays-Bas pour ramener du produit jusqu’à ce qu’ils finissent par se faire serrer par la douane volante. Mais comment ne pas voir dans ces gosses élevés de travers, pervertis par le fric facile, et entraînés aux luttes viriles et à la violence, l’ombre d’une réalité beaucoup plus terrifiante ?

Marie Vindy (13)L’auteur : Marie Vindy est née en 1972, à Dijon où elle vit toujours.

Après avoir suivi une formation artistique aux « Beaux Arts » de Besançon, puis de Nantes, elle devient artiste plasticienne et professeur d’Arts Plastiques en collège pendant quelques années, elle délaisse assez vite ces activités pour se consacrer à la littérature noire. Elle est aujourd’hui journaliste et chroniqueuse judiciaire.

Notre Lecture commune :

Les 6 mots choisis par Anne Ju parmi les 13 lettres qu’elle a tirée au sort

A : Affaires

AJC : Ce livre est un réel roman policier. Il parle de 2 affaires. La première est le suicide d’une jeune fille qui a lieu dans une cité à Dijon et qui est donc suivi par la police. La seconde est le meurtre d’une jeune fille retrouvée dans un bois dans les alentours de Dijon et qui est suivie par la gendarmerie. Pour m’y retrouver au début, j’ai pris des notes pour être sûre de bien mettre les personnages et les faits dans les bonnes colonnes ;-). Car c’est un peu comme un entonnoir ! Au début, on a une tonne d’infos et petit à petit, ça se resserre …mais chut je n’en dis pas plus.

GVLDans une cité de la banlieue de Dijon, le policier Simon Carrière doit enquêter sur le suicide d’une jeune fille. Parallèlement, le capitaine Humbert est confronté à la disparition d’Aude, qui a manifestement été exécutée pour une affaire de drogue. Une intrigue qui reprend les personnages croisés dans Une femme seule et Cavale(s) et qui se déroule au sein de la gendarmerie nationale.

B : Brutal

AJC : Attention, âmes sensibles s’abstenir car il y a pas mal de violence dans ce livre. Tout d’abord, les deux enquêtes aussi brutales que violentes. Ensuite, les sentiments : Vlan. On se prend une sacrée claque quand on imagine les horreurs que ces hommes volent tous les jours. Mais ce qui est plus brutal : c’est cette considération de la femme en passant un langage tellement injurieux que j’ai eu envie de devenir brutale à ma manière…Avec mes mots. Merci Marie Vindy pour ce combat brutal que tu mènes ! ça existe tout le monde le sait, mais tout le monde se tait ! La loi du silence L

GVL : Oui la violence faite aux femmes n’est pas un vain mot, et ici c’est même le statut de la femme qui est remis en question. La femme objet pour le seul plaisir de l’homme ou bonne à tout faire.  Oui ici moi aussi j’ai envie de devenir brutal face à toutes ces violences quotidiennes qui chaque jour me renvoient à ma condition de femme et aux luttes qu’il va nous falloir encore mener pour défendre et étendre nos droits, mesdames.

C : Chiennes

AJC : Ce mot a (hélas) plusieurs définitions ! Vous avez la femelle du chien mais aussi le côté négatif attribué aux femmes comme étant une injure. Ici  vous l’avez bien compris Marie Vindy ne l’utilise pas à son sens premier. D’ailleurs, ce mot est devenu courant dans le langage aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Chiennes est le titre de ce livre ! C’est un cri de douleur et ras le bol ! Marre de se faire insulter de la sorte et d’être cataloguée comme ça. Le manque de respect de la femme est flagrant dans ces personnages présents dans le livre. J’aurai pu choisir le mot Colère mais aussi Claques car franchement j’ai très envie de mettre des claques à tous ces jeunes qui n’ont plus de notion de l’être humain.

GVL : Les personnes qui me connaissent savent mon amour pour les canidés. Aussi je ne comprends pas que ce mot « Chienne » soit devenu dans la bouche de certain une insulte. Moi qui vis en meute, je vois bien comme nos chiennes sont le ciment du groupe, comme elles sont fidèles, aimantes et solidaires entre elle. Plus que les mâles, elles font preuve de courage et surtout de tempérance et d’équité. Non vraiment, ces abrutis qui nous traites de chiennes n’en vraiment rien compris au monde canin. Le chien est un animal social par excellence et la meute se compose de plusieurs individus, C’est donc une véritable cellule  presque familiale, fortement hiérarchisée et centrée autour du couple dominant. Les autres membres sont très soumis au couple Alpha qui choisit toujours le territoire où s’établira le clan. Veillant à la sécurité et au bien-être de tous les individus, il assume le maintien de l’ordre et veille à la cohésion du groupe. La stabilité d’une meute dépend des dominants. Et malheureusement chez les humains, l’effet de meute est vraiment perverti.

V : Valeur

AJC : Dans ce roman, Marie Vindy fait un état de la notion de Valeur. La valeur matérielle est ce qui régit tout dans ces cités. Elle est la grande preuve de réussite. Plus tu as d’argent et plus tu as du pouvoir et tu es respecté. Mais il y a aussi la partie Humaine. La valeur de l’être humain. Là, la femme n’a aucune valeur si ce n’est celui de Chienne. Les hommes n’ont pas forcément non plus une grande valeur dans ces cités. Mais la partie force de l’ordre essaye de rétablir cet équilibre mais c’est une lutte longue et parfois périlleuse. Un sacré bras de fer !

GVL : Ici certains de nos protagonistes n’ont aucune valeur morale. Difficile de rentrer en empathie avec eux. Cela en fait des boucs émissaires faciles pour déverser notre rancœur contre leur bêtise crasse. Et de là à  basculer dans une certaine généralité, il n’y a qu’un pas. Entre angélisme et pharisaïsme difficile de ne pas tomber dans les extrêmes.

X : X

AJC : Âmes sensibles s’abstenir ? oui un peu car y a des  mots hard, des scènes qu’on n’aimerait savoir que cela n’existe plus.

GVL : X comme Hard, non pas qu’il soit question ici de pornographie mais parfois nous n’en sommes pas loin. Entre la prostitution de jeunes filles mineures, les viols en réunion, les tournantes dans les cités. La possession du corps des femmes comme arme de guerre. Et puis se titre Chiennes, à lui seul il est porteur de soumission totale donc sexuelle aussi.

Z : Zen

AJC :  C’est l’état dans lequel je me trouve en écrivant cette chronique et non celui que vous allez être en lisant ce roman noir 😉

GVL : Zen, j’aimerai l’être, mais trop de questions se sont bousculées et se bousculent encore en moi après la lecture de ce roman âpre, poisseux mais réaliste que ça en fait mal. Donc non, pas ZEN du tout.

Les 7 mots qu’il me reste sur les 13 lettres que j’ai tirées au sort.

K comme Keuf :

GVL : On est là dans une histoire de Keuf. Marie Vindy nous propose un roman policier pur jus, un roman policier de procédure comme on dit. C’est-à-dire que l’on va suivre pas à pas, l’enquête des flics, des condés comme si on y était. On remonte peu à peu avec eux les pistes, on récolte les témoignages, les indices, les preuves…On fait à leur côté un travail de fourmi afin de confondre les coupables.

AJC : Je ne vois pas ce que je peux rajouter de plus à ce que tu as écris…si ce n’est qu’être keufs semblent de plus en plus difficile et surtout il faut être doté d’un sacré courage pour assumer et exercer ce job de nos jours

 

 

L  comme  Lecture :

GVL : Voici bien une lecture que je vous recommande, lecture addictive qui a suscité en moi de forts sentiments de contradiction. Je crois même que par moment je ne me suis pas totalement reconnue. J’ai été poussée dans mes extrêmes, mes discordances, mes dissonances. J’ai été bousculée, malmenée.  Mais cette lecture est nécessaire voire salvatrice.

 AJC : Je suis contente d’avoir choisie cette lecture commune car c’est une lecture militante comme je les aime. On a envie de s’engager après ça. Donc lisez le et n’ayez pas peur de ce que vous allez lire. Il ne faut pas se voiler la face ! Ça existe et c’est peut-être en bas de chez vous.

 

M comme Misère :

GVL : Il est ici question de misère, misère sociale certes, mais aussi misère affective, misère culturelle, misère éducative…. Comment se construire quand aucun modèle ni familial, ni structurant n’est là pour vous soutenir. Quand le seul modèle c’est le fric, et surtout le fric facile. Celui qui donne une position social. Celui qui confère le pouvoir. Comment se construire sans structure familiale, avec des parents défaillants, des parents eux même délinquants ou comment exister face à une autorité trop rigide voire injuste. Une éducation à la chlag où l’écoute et l’amour n’ont point leur place. Comment devenir un homme citoyen quand les règles sont viciées dès le départ.

Oui mais la misère explique-t-elle à elle seule toutes ses dérives, toutes cette violences.

Sans doute pas…

 AJC : Dans quelle misère vient-on en 2015 ? Lisez Chiennes et vous aurez un sacré bilan que certains devraient prendre conscience. Mais je suis comme toit Geneviève, je me demande comment on peut faire pour s’en sortir ? Certes, la misère existe depuis toujours : les riches, les pauvres, ce n’est pas nouveau.. Mais les fossés sont de plus en plus grands et l’argent peut être tellement facile pour sortir de cette misère (drogues, prostitution…). Le fossé va-t-il continuer à se creuser ? Vous avez encore 4h pour nous rendre votre copie 😉

 

N comme Noir :

GVL : En plus d’être un roman policier procédural, Chiennes est aussi un roman noir. Noir et social vous l’aurez compris.

AJC : Je n’ai rien de plus à rajouter : La couverture exprime bien ce côté sombre.

 

Q comme Quartier :

GVL : J’étais loin de me douter qu’à Dijon, ville bourgeoise s’il en est, il existait des quartiers sensibles. Des cités comme dans nos banlieues, des Tarterets, des 4000…

Et bien , Marie Vindy, nous fait voir l’envers du décor et la cité des ducs de Bourgogne prend un autre visage.

 AJC : Dijon je connais un peu car depuis 4 ans, je vis à 45mn de là. Comme quoi derrière le côté de nos chers ducs de Bourgogne, il y a aussi des endroits où je ne voudrais pas m’aventurer. Aujourd’hui, des quartiers sensibles il y en a même dans des villes de 5000 habitants !!

R comme Révoltée :

GVL : Oui c’est ce que je suis à la lecture de ce livre. Révoltée.

Révoltée car Marie Vindy a vu juste, et sa vision m’est insupportable.

Je ne peux pas croire que la condition de la femme, dans notre démocratie et en ce 21e siècle soit celle que ces morveux veulent bien lui attribuer.

Révoltée…Alors, mesdames et messieurs, aux armes et qu’une nouvelle fois le droit des femmes deviennent une priorité nationale.

 AJC : Oh dingue, tu as utilisé les mots que je voulais ! Révoltée de me sentir impuissante devant ces nouveaux délinquants qui se proclament au-dessus de tout. Révoltée de voir que ces personnes rendent à la femme cet état de « bonne à se taire  et à subir ». Je suis féministe et je suis fière. Nos ancêtres se sont battues pour faire changer les choses. Ok je n’irai pas défiler dans la rue les seins nus (quoique…) mais bon je n’hésite pas à sortir ma pancarte quand j’entends des choses qui font mal à la féministe que je suis. Mais cette révolte en moi, me rend plus forte et je me fais la mission de véhiculer le plus possible que la femme ce n’est pas une chienne !

 

S  comme  SIMENON :

GVL : Il y a chez Marie Vindy, un petit côté Simenon. Dans sa façon de poser le décor, de rendre une atmosphère, de jouer avec l’empathie du lecteur. Comme chez Simenon, tout n’ai pas ni tout blanc, ni tout noir. Elle se pose en catalyseur des mots de la société. Elle en démonte aussi les rouages mais par petites touches subtiles. Elle appuie là où ça fait mal pour réveiller nos consciences mais en nous laissant le choix de la solution. Elle n’est ni juge, ni bourreau.

AJC : J’avoue que j’ai une lacune : je n’ai lu qu’un livre de Simenon. Donc de ce côté, je fais confiance  à l’experte que tu es Geneviève.

 

Pour poursuivre cet Abécédaire il vous faut aller chez Anne Ju et ses Motordus ICI

Nous espérons, j’espère, vous avoir donné envie d’adopter le style Vindy. Perso je suis conquise depuis la première heure. Et je suis ravie d’avoir poursuivie ces « ABCdaires » avec un titre de Marie Vindy

Alors, à bientôt pour une autre lecture commune. Pourvu que cet « ABCdaire de deux nanas fondues de… » vous ait plu. Nous, on s’est éclatée à le faire….Voilà !

Trottoirs du crépuscule de Karen Campbell


9782213661933,0-1563469Trottoirs du crépuscule de Karen Campbell. Traduit de l’anglais9782757838266,0-2625952(Ecosse) par Stéphane Carn et Catherine Cheva. Paru le 10 avril 2013 chez Fayard dans la collection Fayard Noir. 20,00€ ; (543 p.) ; 22 x 14 cm
Paru en poche le 28 mai 2015 aux Point policier 8,60€ ;18 x 11 cm
Quatrième de couverture
Anna Cameron prend la direction de la Flexi, la brigade d’intervention rapide sur le Drag, les quartiers chauds de Glasgow. Crédits en berne, équipe réduite et fortes têtes, sa mission n’est pas facile. D’autant qu’elle a Jamie Worth sous ses ordres. Jamie, son ex, qui a épousé Cath et lui a fait un enfant.Ces trois-là ne se sont pas revus depuis dix ans. Cath a quitté la police pour s’occuper du bébé et, pour elle, la maternité n’a pas que du bon.Sur le Drag, royaume des dealers, des putes et des clubbers, un inconnu balafre les filles à coups de tesson. Un vieil homme est brutalement assassiné et les crimes racistes sont légion. Au repos forcé après avoir été agressée au cours d’une ronde, mais convaincue que la Criminelle fait fausse route, Anna doit accepter l’aide que Cath lui propose. Tour à tour rivales et complices, les deux femmes ne mesurent pas les conséquences de leur nouveau duo…

AVT_Karen-Campbell_6411

L’auteur :Ancienne flic et titulaire d’un master of Art & Literature, Karen Campbell inaugure avec Trottoirs du crépuscule, son premier roman, une série policière exceptionnelle dont l’ampleur, l’humanité et l’authenticité ne sont pas sans rappeler The Wire. Au féminin. À Glasgow.

Extrait :
C’était le temps idéal pour ça. Le vent avait retourné le ciel comme un gant et, par là-dessus, une petite averse avait fini de tout nettoyer. La journée s’annonçait belle.
A toi de jouer ! Anna aurait pu voir son sourire se refléter dans ses chaussures qui slalomaient entre les flaques. Quel éclat… Elle était si absorbée qu’elle ne vit rien venir. La fanfare stridente d’un klaxon à l’italienne la força à regagner précipitamment le trottoir. Le conducteur, presque couché dans sa Sinclair C5, secoua la tête et passa en trombe. 

Résumé et avis

PowerAnna Cameron a été nommée à la tête de la nouvelle brigade d’intervention chargée de la petite délinquance à Glasgow. Sa mission est difficile, d’autant plus que son ex, Jamie, est sous ses ordres. La femme de ce dernier, Cath, est au bord de la dépression depuis qu’elle a quitté la police pour s’occuper de leur enfant. Tour à tour rivales et complices, les deux femmes s’allient. Premier roman.

 Twin_PeaksKaren Campbell nous introduit dans le quotidien de la brigade d’un commissariat de quartier. Cette unité d’intervention est dirigé depuis peu par une femme . Et à Glasgow comme ailleurs, le milieux des flic est un milieu machiste et c’est rien de la dire. Mais Anna est une femme de ressources et des ressources il va lui en falloir pour mener à bien son enquête.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAUne enquête qui va nous embarquer dans les quartiers crasseux de Glasgow. Les quartiers populaires laissés à l’abandon par la municipalité. L’une des plus grandes villes du Royaume-Uni qui a perdu de sa superbe et où le chômage va galopant. La ville la plus peuplé d’Écosse qui s’enfonce dans la pauvreté et qui voit ses vieux démon réapparaitre. Criminalité, corruption, trafics, prostitution, mais aussi racisme, délation, homophobie, tous les fléaux que la misère peut engendrer, ressurgissent.

Un premier roman prometteur noir à souhait. Deux beaux portraits de femmes. Une plume attachante. A découvrir.

AVT_Karen-Campbell_806

Le Syndrome du pire de Christoffer Carlsson


9782081347915,0-2552375Le livre : Le Syndrome du pire  de Christoffer Carlsson.Traduit du suédois par Carine Bruy. Paru le 25 mars 2015 chez Ombres Noires.21,00€ ; (344 p.) ; 21 x 14 cm.

 

4e ce couv

Stockholm, fin de l’été 2013. Une jeune droguée, Rebecca Salomonsson, est abattue dans un foyer pour femmes. Trois étages plus haut, dans son appartement, Leo Junker est réveillé par les lumières des voitures de police. Flic, il travaille aux affaires internes, la division la plus mal vue, celle des « rats » qui enquêtent sur leurs collègues. Suspendu depuis « L’affaire Gotland », au cours de laquelle il a commis une erreur qui a coûté la vie à un policier, rongé par la culpabilité, Leo s’étiole dans son nouveau job. Alcool, errances nocturnes, sa vie ressemble à un lent naufrage. Mais, dans le meurtre Salomonsson un indice le frappe particulièrement, qui fait ressurgir à sa mémoire des personnages troubles de son adolescence: Julia et John Grimberg. De plus, des messages énigmatiques arrivent à son portable. Et pourquoi a-t-il le sentiment diffus d’être suivi? Quand la réalité se délite, à quoi peut-on s’attendre, sinon au pire?

Le Syndrome du pire a été élu roman policier de l’année par l’Académie des auteurs de roman policier suédois. Ce prix a déjà récompensé de grands noms du polar tels que Stieg Larsson, Henning Mankell, Johan Theorin ou Åke Edwardson.

Citation : « Il y avait quelque chose de romantique dans leur histoire : se séparer, chercher quelqu’un d’autre, uniquement pour se rendre compte que la personne qu’ils cherchaient était là depuis le début. »

Photo: © Anna-Lena Ahlström

L’auteur

Christoffer Carlsson est né en 1986. Titulaire d’un doctorat en criminologie, il enseigne cette discipline. En 2012, l’European Society of Criminology lui a décerné le Young Criminologist Award pour son travail de recherche sur la rédemption des anciens criminels.

Le Syndrome du pire a été élu roman policier de l’année par l’Académie des auteurs de romans policiers suédois.

Extrait :
Cette ville a quelque chose de particulier. Quelque chose dans la manière dont la serveuse d’espresso sourit au client bien habillé, mais à personne d’autre ; quelque chose dans les coups de coude qu’on encaisse dans le métro. Quelque chose dans notre habitude de toujours éviter de croiser les regards, histoire de ne pas nous voir les uns les autres.

Résumé et avis :

Roman policier de l’année en Suède, finaliste du prestigieux Glass Key Award, déjà traduit dans 16 pays… Le Syndrome du pire est un véritable phénomène qui qui vient de faire son apparition sur les tables de librairies

Dans un foyer pour femmes de Stockholm, en 2013, une jeune femme toxicomane est retrouvée morte. Leo Junker, ancien inspecteur de police transféré aux affaires internes à la suite d’une bavure, est un voisin du foyer. Bien que l’affaire ne soit pas de son ressort, il ne peut s’empêcher de remarquer des détails troublants qui le ramènent à son passé.

Si vous êtes fan de polars scandinaves, ce titre est pour vous. C’est un livre tout en atmosphère. Un livre qui prend son temps. Et pourtant, paradoxalement, la lecture en est rapide.

On va suivre Leo Junker, l’inspecteur sur le retour. Il va nous mené, alors qu’il enquête sur le meurtre de sa voisin Rebecca Salomonsson, dans les bas-fonds de Stockholm. Dans les quartiers mal famés comme celui de Salem où Léo a passé son enfant et surtout son adolescence. Avec lui, on va retrouver les junkies, les petits délinquants et toute une faune interlope qui aujourd’hui comme hier sont les laissés pour compte d’une société qui ne veut surtout pas les voir.

Et nous allons ainsi faire des allées et retour dans le passés de Léo et le présent de Rébécca. Et à quelques décennie de différence, leur deux monde vont se télescoper.

Un roman noir, crépusculaire qui laisse peu de chance à l’espoir et la rédemption.

Pour lire le début c’est ici