La trace du silure de Sylvain Forge


Sylvain Forge sera avec nous pour la première fois à Saint Maur en poche.

Profitez de sa venue pour aller le rencontrer


 

Le livre  : La trace du silure de Sylvain Forge. Paru le 12 février 2014 chez les éditions du Toucan dans la collection Toucan Noir. Réédité en Poche  le 9 mai 2018 chez Le livre de Poche.  7€20  ; (304 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

La trace du silure

À la suite d’une profonde déception sentimentale, la capitaine de police Isabelle Mayet a souhaité quitter le quai des Orfèvres pour un poste à Nantes, où elle pourra veiller sur sa mère. En renonçant au prestigieux siège de la Police judiciaire, elle pense faire une croix sur sa carrière. Mais la découverte du cadavre d’un vieil ermite dans un bunker allemand de la Seconde Guerre mondiale l’intrigue et lui offre un exutoire. Crime ou suicide ? L’affaire est plus complexe qu’il n’y paraît. Plus dangereuse aussi. Sur les bords de Loire, des enquêtes inachevées remontent à la surface. De sinistres souvenirs qui dormaient dans la vase. Isabelle n’est plus la chasseresse. Elle est devenue la proie.

 

L’auteur : Sylvain Forge, né en 1971 à Vichy. Après une enfance en Auvergne, des études de droit et un passage à Paris, Sylvain Forge voyage et s’imprègne de multiples ambiances, de l’Afrique du Sud au Canada. Il vit désormais à Nantes.
Un premier roman – resté dans un tiroir – plante en lui les germes d’une passion future pour l’écriture. Durant plusieurs années, il bâtit des scénarios de jeux de rôle qui lui donnent le goût de raconter des histoires. Élaborer une intrigue bien ficelée : voilà son plaisir.
Extrait :
« Avec l’aide d’une petite lampe, les spécialistes prirent un tube de pastilles de Luminol qu’ils mirent à dissoudre dans une bouteille d’eau. Le liquide fut versé dans le réservoir d’un vaporisateur manuel. Un des policiers se releva en serrant la poignée du nébuliseur et le second prépara l’appareil photo en choisissant le diaphragme et la sensibilité de l’ISO qui convenaient.Quand ils furent prêts tous les deux, le premier se mit à répandre le Luminol autour du cadavre puis décrivit de larges cercles concentriques qui englobèrent le sol et les murs. Au contact du fer contenu dans les tâches d’hémoglobine, le composant s’oxyda en produisant un rayonnement électro-magnétique de couleur bleue qui se détachait nettement dans l’obscurité.”
« – Et le commissaire Donnadieu, c’est quel style?
– Si tu apprécies le foot, il t’aura à la bonne. Dans le cas contraire, tu feras avec. On peut dire ce qu’on veut de lui, c’est un bosseur. Il arrive le premier et part le dernier. »

 

La chronique Jubilatoire de Dany

La trace du silure de Sylvain Forge

J’avais lu « Un parfum de soufre » et, sur les conseils de l’auteur, j’ai lu ensuite ce roman classé suspense par l’éditeur. J’aime bien les histoires que nous raconte Sylvain Forge, j’y trouve de bonnes intrigues, des personnages attachants et les milieux où ils évoluent bien décrits et documentés. Dans «Un parfum de soufre » j’avais trouvé que les caractères étaient un peu superficiels et j’ai trouvé la réponse à pas mal de mes questions les concernant dans ce roman où le lecteur fait leur connaissance.
Je suis cependant frustrée sur deux points. Le premier c’est que le prologue alléchant ne fait pas écho avec un événement pendant le déroulement de l’intrigue et il n’y a pas d’épilogue. Le second c’est la fin abrupte. C’est peut-être voulu, mais pour ma part il me manque une bonne dizaine de pages de dénouement … certains grands noms de la littérature policière fonctionnent comme ça (je pense à la fin de Kaïken de Grangé). Ca c’est mon humble avis, car j’avoue par ailleurs que je serais bien incapable d’en faire autant. Alors ne boudez pas cet auteur et en tous cas, je lirai le prochain !

 

 

Publicités

Celui dont le nom n’est plus – René Manzor


René Manzor sera avec nous à Saint Maur en poche les 23 et 24 juin prochain

N’hésitez surtout pas à aller à sa rencontre et à lire ses bouquins


Le livre :  Celui dont le nom n’est plus de René Manzor . Paru aux éditions Pocket en septembre 2015 . 7.50€ (448 p.) ; 11 x 18 cm.

4ème de couverture :

Et si les tueurs étaient en fait les victimes ?
 » Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le nom n’est plus. « 
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu’ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n’en est qu’à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l’horreur…

 » Un polar dense. Une intrigue captivante.  » L’Express
 » Un thriller haletant… dont le lecteur n’oubliera pas le nom.  » Ouest France

 

L’auteur :  René Manzor est réalisateur et écrivain. Remarqué par Steven Spielberg après ses deux premiers films – Le Passage et 3615 Code Père Noël –, il part pour
Los Angeles où il devient scénariste, réalisateur et ghost writer pour les grandes productions. De retour en France, et parallèlement à ses diverses participations pour le cinéma – dont Dédales en 2003 – et la télévision, il publie son premier roman, Les Âmes rivales (2012), suivi de Celui dont le nom n’est plus (2014) – qui a reçu le prix Polar du meilleur roman francophone 2014 au Festival de Cognac. Ces deux titres ont paru aux Éditions Kero. Son troisième roman, Dans les brumes du mal, paraît en 2016 chez Calmann-Lévy.
Extrait :
« McKenna fut d’abord assailli par des effluves qu’il reconnut aussitôt, un mélange d’encens et de charogne, une odeur tellement présente qu’elle irritait ses cinq sens. C’était la deuxième fois en vingt-quatre heures qu’il se retrouvait face à un sacrifié. Et, malgré tout ce qu’il pouvait se raconter pour diminuer l’impact du premier regard, le spectacle auquel il avait été confronté la veille l’avait secoué jusque dans ses fondations. Pourtant, il en avait vu des cadavres dans sa carrière ! Et dans tous les états. Mais il y avait ici une alliance malsaine du « monstrueux » et du « sacré » qui le troublait. Comment pouvait-on faire subir cela à quelqu’un ? Quelle perversité pouvait justifier qu’on éventre un être humain comme on vide un poisson, qu’on lui vole ses organes et qu’on abandonne sa carcasse en pâture aux gens qui l’aimaient ? Jusqu’où fallait-il descendre dans les entrailles du malheur pour qu’un être doté de raison en arrive à de pareilles extrémités ? »

L’avis de Clémence , de la page « Les lectures de Clémence » :

Petit bijou de la littérature française selon moi , ce roman est le premier que je lis de l’auteur !

L’énigme se passe à Londres , où des gens meurent de façon atroce . Là où l’on penserait à un sérial killeur on ne peut plus basique , ces meurtres sont commis perpétuellement par des proches de la victime . Non , non, non , il n’y a pas d’histoire de famille , d’héritage , ou de vengeance …Les tueurs sont bels et bien des gens qui aiment les victimes , je dirais même qu’il s’agit des personnes les aimant le plus au monde .

L’histoire démarre au quart de tour, puisqu’elle débute sur les lieux de découverte d’un horrible crime …Il faut dire que cette odeur au petit matin ça pique …

L’inspecteur , Mc Kenna , est une référence  , depuis toujours dans les murs de la Scotland Yard . C’est une personne désagréable à souhaits , cynique et souvent de mauvaise humeur … D’autant plus qu’on lui impose une criminologue , ce qui n’est pas pour lui plaire .

Ce duo va vite se révéler d’une efficacité parfaite, et la criminologue semble s’êtes fait acceptée et respectée par Mc Kenna qui découvre ses qualités professionnelles.

Je ne spolierai pas, mais sachez que je me suis pris d’affection pour ces personnages et vous comprendrez par vous-même au fil de votre lecture .

Les différentes croyances et les rituels vont commencer à faire leur apparition . A peine le temps de respirer , qu’il vous faut déjà tourner la page …

Ce livre est haletant , les crimes sont sordides mais on n’est pas affublés de détails gores ou sanglants qui pourraient en brusquer plus d’un .

Les thèmes abordés tournent autour de l’acceptation de la mort , du deuil , sur les croyances avec une petite touche de paranormal parfaitement distillée avec brio !

Le bal des ardentes – Ghislain Gilberti


Ghislain Gilberti

sera à Saint Maur en poche les 23 et 24 juin prochain.

Venez le rencontrer


Le livre : Le bal des ardentes de Ghislain Gilberti. Paru le 21 mai 2015  chez  Anne Carrière éditions dans la collection : thriller. 21.5 € ; (398 p.) ; 24 x 16 cm

Réédité en poche chez pocket le 13 juillet 2016. 7.90 € ; (505 p.) ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

En plein cœur de Marseille, un attentat extrêmement violent souffle un bâtiment entier, faisant nombre de victimes. Le commissaire Ange-Marie Barthélemy, de la SDAT (Sous-direction antiterroriste), est immédiatement dépêché sur place pour prendre en main cette affaire au retentissement énorme, à la hauteur du massacre. Les premiers résultats de l’enquête lui font comprendre que cet acte non revendiqué est lié au trafic de drogue. Dès lors, accompagné par son groupe aux allures de meute, Barthélemy étudie le biotope local et s’immerge dans le milieu impitoyable du crime organisé au sein de la cité phocéenne. Grâce à l’assistance d’un agent d’Interpol et d’un groupe spécialisé dans les analyses de scènes de crime post-explosion, l’équipe constate que le poseur de bombes a déjà sévi sur tous les continents. Son profil est plus proche de celui d’un tueur en série que d’un terroriste. Mode opératoire scrupuleux, signature, monomanie… L’homme se révèle un dangereux psychopathe et donne des prénoms féminins à ses engins de mort en les gravant dans l’acier. Une course-poursuite contre ce véritable fantôme va être mise en place avec l’aide de la police locale. La commissaire Cécile Sanchez va elle aussi apporter son concours à l’enquête de Barthélemy.

 Extraits :
 « C’est le problème des hommes de petite taille lorsqu’ils parviennent à des postes de responsabilité. Ils s’abusent comme ils peuvent, en compensant leur faible constitution par le peu de pouvoir dont ils disposent. Ils contredisent les plus forts pour se donner un tant soit peu l’équivalent psychologique du statut de mâle Alpha, mais, au fond, la frustration et l’aigreur les rongent. »
« Bref , la ZR étais une zone autonome de non-droit,ou même la police n’osait se rendre sans un appui sérieux,une enclave clandestine et impénétrable,pleine de personnes inquietants,allant du sociopathe au terroriste fanatique,en passant par le tueur professionnel et le psychopathe « 

 

L’auteur : Né le 23/04/1977, Ghislain Gilberti, écrivain belfortain, est auteur de romans noirs, de poésie contemporaine, d’essais et parolier pour plusieurs groupes ( Malevolentia, The Fall of Time, Fuck an Angel, De Lys, Arnaud D). Il va puiser dans les replis les plus sombres du corps social pour en tirer la matière qu’il injecte dans ses textes.
– « Dynamique du chaos » (2008), son premier roman, a été publié en ligne et rencontré un vif succès. C’est un roman viral qu’il était possible de télécharger.
– « Le Festin du Serpent » (2013) est son premier roman a être publié par les éditions Anne Carrière et Pocket (2015). Ce roman a remporté le Grand prix des Lecteurs France Bleu 2013, le Prix Découverte Polar Pourpre 2013 et était finaliste pour le prix du meilleur Polar Francophone (2013).
– « Le Baptême des Ténèbres » (2014) Toujours aux Editions Anne Carrière, sortie nationale le 2 octobre. et La Mécanique Générale en poche (2017). Récompense : Lion d’or du meilleur roman français 2015.
– « Le Bal des Ardentes », sortie prévue en début d’année (2015) aux éditions Anne Carrière et Pocket pour le format poche.
– « Dynamique du Chaos » version intégrale non censurée aux éditions Ring (2017)
– « Dernière Sortie pour Wonderland (2017) aux éditions Ring. « Sa majesté des ombres » (2018) aux éditions Ring, premier tome d’une trilogie annoncée avec une suite pour la fin 20185

La chronique jubilatoire de Dany

C’est le troisième roman que je lis de cet auteur et nous y retrouvons les personnages du « festin du serpent » du moins ceux qui y ont survécu, il peut néanmoins se lire sans préalable.
Plongée à Marseille dans la lutte « des » milieux commanditaires d’un attentat, qui fait (un peu) penser au « pacte rouge » d’Olivier Descosse au tout début, puis immersion aux Tarterets dans les gangs de banlieues, au fonctionnement similaire à celui décrit dans « territoires » d’Olivier Norek… Étonnamment documenté sur les armes, leur maniement et les drogues ainsi que sur l’organisation du milieu du crime, le style de cet auteur est incomparable de précision et ses héros hors du commun méritent que l’on s’y attache. Encore une fois, pour ceux qui survivent à cette aventure, nous pouvons espérer les retrouver bientôt, pour les autres, la violence dont ils ont été victime nourrit notre horreur et le rythme crescendo nous tient en haleine tout au long de ces 400 pages, sans répit pour le pauvre lecteur. Oui, j’ai beaucoup aimé et … je vais vite lire « le baptême des ténèbres »

 

Apéro polar 16 juin 2018 : Rencontre avec Armelle Carbonel


Apéro polar : Rencontre avec Armelle Carbonel

Le 16 juin prochain j’aurai la chance de recevoir dans ma bibliothèque la talentueuse Armelle Carbonnel.

Quoi, vous ne la connaissez pas encore !

Et bien ce sera l’occasion de découvrir notre jeune auteure.

A l’occasion de ses fameux Apéros Polar, la bibliothèque Parmentier vous invite à venir à la rencontre d’une auteure qui a su nous faire trembler avec un simple jeu.

Notre auteur
Armelle Carbonel

Armelle Carbonel est une jeune auteure née en 1975 à Paris.

C’est dès l’âge de huit ans qu’elle commence par écrire des poèmes, puis viendra roman fantastique et pièce de théâtre. Le thriller va suivre rapidement, exutoire de ses propres démons et blessures d’enfance.

Surnommée la « nécromancière », Armelle Carbonel voue une affection particulière aux huis-clos. Cette grande fan de Stephen King dissèque les pulsions criminelles d’une plume glaçante et brosse le portrait du voyeur qui sommeille en chacun de nous. Criminal Loft, son premier roman publié, a conquis plusieurs dizaines de milliers de lecteurs.

Les livres

Criminal Loft

Criminal Loft de Armelle Carbonel. Paru le 18 novembre 2016 chez Milady Thriller poche.  7€90 ; (476 p.) ; 18 x 11 cm. Préface de Laurent Scalese.

Huit condamnés à mort ont été sélectionnés pour un show de télé-réalité. Chaque semaine, en direct, vous avez le pouvoir de les éliminer.
Un lieu : le sanatorium de Waverly Hills, aux États-Unis.
Entre ses murs doit se dérouler le jeu de télé-réalité le plus extrême de l’histoire.
Huit criminels y sont enfermés. Surveillés nuit et jour, ils sont prêts à tout, surtout au pire, pour convaincre des millions de téléspectateurs qu’ils méritent de vivre. Leur sort est entre vos mains…

Notre petit avis sur : Criminal Loft

 

Majestic murder

 

Majestic murder de Armelle Carbonel. Paru le 17 janvier 2018 chez Bragelonne Poche thriller. 7€90 ; (278 p.) ; 18 x 11 cm

Un spectacle angoissant.
Un casting exceptionnel.
Une mise à mort en direct.

Bienvenue au Majestic, East Saint Louis, Illinois.

Lillian a toujours rêvé de brûler les planches, mais son destin lui a joué bien des tours, avec les hommes, avec la came, avec la gloire. Quand l’étrange Seamus lui propose une audition au Majestic, elle saisit sa chance. Laissé presque à l’abandon, le théâtre abrite les répétitions d’une unique représentation, donnée tous les trois ans en souvenir de Peg Entwistle, une actrice des années 1930 qui se suicida en sautant du panneau « Hollywood », dans la cité des anges. En intégrant la troupe, Lillian abandonne toute espérance. Car tous les trois ans, quelqu’un doit mourir sur scène.

L’auteure de Criminal Loft revient avec un thriller à huis clos où il faut se méfier de tout, surtout des apparences.

Notre petit avis sur Majestic Murder

Voilà vous en savez déjà un peu plus.

Mais même si vous connaissez déjà Armelle, je vous promet que durant l’interview que nous allons mener avec David et Ophélie, vous allez découvrir quelques secrets bien gardés que notre auteure sera amenée à nous dévoiler.

Alors on vous attend nombreux

à la

Bibliothèque Parmentier

20 bis avenue parmentier

75011 Paris

 

A la fin de l’ITW à bout portant de notre autrice, un verre de l’amitié vous sera offert et vous pourrez faire dédicacer vos livres auprès d’Armelle.

Il y aura quelques livres en vente mais vous pouvez aussi amener vos propres livres.

Alors à très vite

 

L’exquis cadavre exquis, épisode 16


L’exquis cadavre exquis, épisode 16

 

Exquis Cadavre Exquis

 

 

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

La suite c’est vous qui l’inventez


L’exquis cadavre exquis

Episode 16

By Eppy Fanny

La fête de la choucroute

 

 

« All of you » de Miles Davis et John Coltrane enserre Max de ces notes qui l’apaisent immanquablement. Installé dans son fauteuil favori, Max s’interroge sur les événements qu’il vient de vivre. Comment le type qui lui a mis une branlée a-t-il eu la clé de chez Camille ? Etait-ce son fameux compagnon ? Que peut bien contenir cette enveloppe pour laquelle des gens s’entretuent ? Dans quoi Camille trempait-elle ? Qui était-elle vraiment ?

Désormais ce sont les sillons de « So What » qui résonnent sur la platine. Max baisse encore la lumière. Il a passé plusieurs années aux côtés de Camille sans la connaitre. Le constat est amer. Il se resserre un double single malt, la bouteille de Yamazaki de 1984 qu’il garde pour les grandes occasions.

Klatschmohn aktion est un nom prémonitoire, s’il en est ; car faute de coquelicots, le rouge sang est, lui, bien présent dans cette histoire. Mais Max est têtu, il tient une piste et va la suivre jusqu’au bout. Quoi qu’il en coûte, quoi qu’il lui en coûte. Il n’a rien perdu de ses réflexes de reporter de guerre. Devant la tournure des événements, il fera ce qu’il faut. En solo encore un moment. Il va attendre d’en savoir plus pour alerter son vieux complice Sebastián. Ou pas.


 

La sonnerie du téléphone fait sursauter Lerot qui avait fini par s’assoupir dans son bureau. La voix ironique et mordante de Valérie résonne à ses oreilles. A priori elle n’a toujours pas digéré son emportement récent. Il devrait le savoir pourtant, au bout de plusieurs divorces, qu’avec les femmes il faut y mettre les formes si l’on ne veut pas manger chaud. Le voilà réveillé pour de bon.

– Sebastián, tu sais le mot dont tu n’as toujours pas trouvé la définition ? OK je t’aide, la diplomatie. Eh bien elle fait miracle. Tu devrais t’y mettre. J’ai un retour de mes contacts à la financière. Il apparait que Blanchard, l’ex-gestionnaire du muséum en prison, avait occupé un poste clé à la finance d’un grand groupe agroalimentaire allemand. Ce secteur a le vent en poupe, les exportations ont doublé en dix ans… »

– Encore l’Allemagne ! Cette enquête va finir en fête de la choucroute, éructe Lerot.

– Et tu ne connais pas le meilleur. Le groupe qui employait Blanchard a racheté récemment un des fleurons de l’industrie française. Fleuron dont le directeur des affaires financières est justement un de ses amis. Le monde est petit. Protéger les intérêts d’un groupe de cette envergure expliquerait l’intervention d’un tueur professionnel. Mais nous n’en sommes qu’aux hypothèses. Je te fais suivre les copies des dossiers. Comme tu le dis si bien, je retourne à ma marmaille.

Et la voilà qui raccroche afin de conserver le mot de la fin.

 

Hunter de Roy Braverman


Le livre : Hunter de Roy Braverman. Paru le 16 mai 2018 aux Editions Hugo thriller. 352 pages, 14 x 21, 19,95 €

4ème de couverture :

Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son œuvre ?

Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché  le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues.

Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

L’auteur : Plus connu sous le pseudo Ian Manook, Patrick Manouckian, alias Roy Braverman est l’auteur de la trilogie à succès Yeruldelgger chez Albin Michel (385.000 exemplaires). Le premier opus de la série a été récompensé en 2014 par le Prix des Lectrices de ELLE, le Prix SNCF du Polar et le Prix Quai du Polar. Hunter est le premier titre d’une nouvelle trilogie, à paraître chez Hugo Thriller.

Extrait : « Ce jour-là, en désespoir de cause, il s’st couché contre elle, en sanglots dans la poussière de la cabane, et a bercé Eileen jusqu’à ce qu’elle ne saigne plus. Et beaucoup plus tard dans la nuit, sous un ciel démesuré d’étoiles et de constellations, alors que rôdaient les coyotes, il a déshabillé son amoureuse en pleurant et l’a enterrée loin de la grange abandonnée. Puis il a bredouillé une prière de colère contre sa putain de famille. Contre ces putains de blancs. Contre cette putain d’Amérique toute entière. Et il est parti […] »

L’accroche de Miss Aline :

Hunter  ça débute comme une série que tu aurais prise en cours de route. Les sourcils froncés tu cherches à intégrer les lieux, les liens, les personnages. Très vite t’es mordue.  352 pages pour choper Hunter (c’est lui le méchant, on le sait d’emblée) ? T’es septique, trop simple !

T’enfiles ta parka et tu vas t’intégrer à la vingtaine d’habitants du bled perdu en pleine forêt sous une tempête de neige.  Huis clos. Freeman perdu dans sa haine suit Hunter. Hunter perdu dans son désir de vengeance ? Son envie de revenir sur les lieux du crime ? Un shérif, son frangin, Denise, les locataires de la chambre 5…tout ce petit monde va se télescoper et recommence la ritournelle des disparitions et des meurtres. Hum, petit bémol. On dirait que ce n’est pas tout à fait le même mode opératoire.  Quelqu’un se servirait-il de la cavale de Hunter pour se faire un petit plaisir meurtrier ?

L’auteur te mène dans un rythme effréné. Tout comme un train peut en cacher un autre, l’auteur te cache un autre serial killer. Euh, y en a combien ? Y a pas, tu veux connaître la fin. Tu dévores le bouquin en quelques heures. T’as tout « vécu » : la course poursuite, l’étonnement, la trouille, la traque,  t’as même franchement pleuré de la page 3.. à la page 3…Il est fort l’auteur pour te balader d’émotion en émotion.  Il est fort aussi pour te laisser sur la résolution de cette affaire (ou presque) et les prémices d’une autre. Vite l’opus suivant…

Un très grand merci aux Editions Hugo Thriller pour m’avoir fait entrer dans le monde noir de Hunter.

 

Jeu 5 épisode 18 : Votre librairie préférée avec La Griffe Noire


Jeu 5 épisode 18 : Votre librairie préférée avec La Griffe Noire

Bonjour !

Alors voilà ma contribution à la liste des librairies préférées … !

Je n’habite pas Dijon, mais je m’y rends régulièrement, et j’ai un faible pour cette grande librairie, peut-être la plus grande de Bourgogne ! Elle a ouvert ses portes il y a quelques années et j’ai tout de suite été séduite par son espace et sa circulation entre les rayons, sur 5 étages. Même si la lumière n’entre que côté façade, on a une impression de luminosité partout ! Ce doit être le propre des livres ….

Je visite régulièrement le rayon littérature et le rayon polar, bien sûr, toujours bien fournis, où l’on peut dénicher aussi bien nouveaux titres que titres plus anciens, relégués dans un coin de notre mémoire et que l’on est content de retrouver brusquement.

J’adore aussi le rayon papeterie … Je ne peux m’empêcher d’y acheter un stylo, une gomme, un crayon de papier que je ne trouverai nulle part ailleurs ….. Ma dernière acquisition : avant-hier, un pupitre de table ! pour que ma lecture en cours soit bien calée, ouverte comme il faut sans casser le dos … J’ai tendance à lire en petit-déjeunant, si je suis la première levée ! C’est un plaisir absolu pour moi, et une super manière de commencer la journée ! Bref, ce pupitre est mon deuxième … le premier ayant déjà été découvert chez Grangier !

Et puis, dans cette librairie, il y a un espace qu’on trouve rarement : un coin café ! Peut-être commence-t-on à en voir davantage désormais (encore que …), je trouve ça extra. Les premiers coin-café que j’ai vus étaient dans des librairies en Allemagne, à Münich par exemple, et cela m’a toujours donné envie d’y passer des heures ! J’aime donc la librairie Grangier pour cela, en plus des livres !

Je joins quelques images, qui donneront une idée, certes imparfaite de cette librairie. J’aime beaucoup aussi les citations qui accompagnent le visiteur-lecteur quand il monte les escaliers …. J’en ai choisi une que j’adore !

Aurai-je donné envie de connaître la librairie Grangier ? Je l’espère ! Si par hasard, l’un ou l’autre du collectif polar se rend à Dijon ….  Et peut-être y a-t-il parmi tous les abonnés des dijonnais ? Alors, ils pourront, j’espère confirmer mes dires !

Bonnes découvertes, en tout cas !

Notre soirée cauchemardesque en compagnie de l’Ogre Patrick Bauwen


Notre soirée cauchemardesque en compagnie de l’Ogre Patrick Bauwen

Retour de chez l’ogre par deux flingueuses

Notre nuit cauchemardesque en compagnie de l’Ogre Patrick Bauwen.

By Ophélie et Jean Paul

Comme nous vous l’avions annoncé le 22 mai au soir, c’était le lancement officiel du dernier roman de Patrick Bauwen « La nuit de l’ogre » aux Éditions Albin Michel. 

La possibilité de voir un auteur autrement que dans un salon est vraiment un moment privilégié pour ceux qui l’ont déjà vécu.

Au programme : rencontre avec l’auteur et dégustation de cocktails « médicaux ».

Jean-Paul: C’était une grande première pour moi… J’attendais avec impatience depuis plusieurs jours. J’avais déjà fait plusieurs salons, mais là, c’était très différent. 

Oph: Je bouillais d’impatience aussi, autant pour revoir Patrick, que pour rencontrer enfin notre nouvelle flingueuse Jean-Paul, mais aussi les copains blogueurs !

Pas de stress, on prend son temps, on reconnait certains visages déjà rencontrés et le plaisir de discuter avec d’autres qui sont là pour les mêmes raison que nous !

Jean-Paul: Malgré ”quelques“ difficultés pour me rendre en temps et en heure au restaurant “Les Blouses Blanches”, gros embouteillages, pont de Gennevilliers en partie condamné, un gros orage et pluies diluviennes, inondations sur l’autoroute, manifestations, et toute une légion de policier et de CRS qui essayaient tant bien que mal de faire régner l’ordre… 

J’ai cru que le sort (l’ogre peut-être ?) s’acharnait sur moi !

Mais enfin au bout de trois heures, j’ai enfin aperçu le sourire et le regard pétillant d’Ophélie, qui m’attendait sous son parapluie avec deux de ses amies (Mylène, lectrice, et Maud de la page « les lectures de Maud »)… Après les présentations d’usages, nous sommes finalement entrés dans le repaire de l’Ogre, qui nous attendait pour cette soirée exceptionnelle…

Patrick Bauwen himself !

Oph: Le temps était aussi en mode « Nuit de l’Ogre », tu as raison! Mais braver les éléments déchainés est un moindre mal pour partager ce moment d’exception 😉

Jean-Paul: Que vous dire de Patrick ?

D’abord il est grand, très grand ! En même temps à coté de moi tout le monde à l’air grand !!!

Patrick donne toujours une impression de timidité, de ne pas être à sa place toujours un peu gêné. Je pense que c’est sa gentillesse qui se traduit de cette façon. 

Très à l’écoute des gens et toujours en train de rire… Il est adorable !

Oph: Là, je ne peux que confirmer, ta description est très juste. Patrick est toujours d’humeur joyeuse et il transpire la gentillesse par tous les pores. Non seulement c’est un auteur de talent et d’une grande modernité avec un style qui monte en puissance, mais en plus l’homme qu’il est, est foncièrement bon.

Les Éditions Albin Michel ont donc organisé cette rencontre qui permettait à des lecteurs de gagner une soirée avec l’un de leur auteur fétiche, ainsi qu’à différents blogueurs et chroniqueurs de passer un moment en bonne compagnie.

Jean-Paul: Malgré le coté un peu exigu des lieux, qui du coup favorisa (vous noterez l’emploi du passé simple, petite blague perso, elles se reconnaitront), favorisa disais-je, diverses rencontres…Notre hôte a tenu son rôle parfaitement, allant de tables en tables et se prêtant volontiers aux jeux des selfies, photos et diverses dédicaces.Tout d’abord en arrivant, j’ai été surpris/déçu qu’il n’y ai pas sur place, son dernier roman en vente pour dédicace, mais cela aurait donné un ton complètement différent à cette soirée, finalement c’était très bien comme ça.

Oph: Il est vrai que ce côté exigu, nous a un peu déstabilisé au départ. Difficile d’être proche de David (blog: C’est contagieux) ou de Delphine (Mes évasions livresques). Néanmoins nous nous sommes trouvés une petite place fort agréable et avons pu échanger entre nous, avec Patrick qui a pris le temps de nous dédicacer nos « épreuves non corrigées » qui deviennent ainsi des collectors, mais aussi avec l’équipe d’Albin Michel, avec qui notre porte flingue, Geneviève, échange régulièrement.

Nous nous sommes “soumis” à un interview en duo, fort sympathique de la part de l’équipe d’Albin Michel, qui a aussi fait des pieds et des mains sur l’organisation durant toute la soirée. Cette interview a, non seulement permis de donner nos avis sur Patrick et son œuvre, mais aussi de mettre en avant la particularité du Collectif Polar, son caractère participatif.

Imaginez un groupe de potes constitué d’une porte Flingue, exclusivement de “flingeuses” féminines et d’une “flingueuse” pas comme les autres, plus masculine !

Les images seront bientôt disponibles sur le site d’Albin Michel.

JP: Je ne sais pas pour les filles, je ne me permettrai pas de parler en leur nom (quoique je commence à les connaître, clin d’oeil ), mais moi je m’amuse bien ! 

J’ai l’impression d’avoir trouvé une famille comme moi, en total décalage, et se terme de “flingueuses”, commence à m’aller comme un gant, à défaut de m’aller comme une paire de chaussures rouges à talons !

Oph: Aaaah ! Les fameux talons rouges. Pour ceux qui auraient du mal à suivre, comme l’a dit JP, les flingueuses, plus qu’un collectif, c’est une famille. Nous échangeons quotidiennement et sur tous les sujets. L’une de nos discussions a porté, un jour, sur des escarpins rouges. Figurez-vous que JP est quasiment la seule flingueuse à ne pas en avoir, effronté

NDLR : La porte Flingue non plus n’en a pas.

Mais bref, fermons la parenthèse.

La soirée s’est poursuivie ainsi, mélange de discussions, d’échanges, de contacts et de nouvelles rencontres en croisant Patrick régulièrement, qui de son côté évoluait dans cette sorte de labyrinthe humain. C’est ce genre de réunion à dimension “humaine” qui favorise tout ça, en toute simplicité.

Nous avons vu des visages de lecteurs s’illuminer de joie, avons entendus des rires et des fous rires. C’était une soirée vraiment réussie, dans tous ses aspects.

Espérons que d’autres auteurs suivent cette idée…

Jeu 5 épisode 17 : Votre librairie préférée avec La Griffe Noire


Jeu 5 épisode 17 : Votre librairie préférée avec La Griffe Noire

 

Salut Geneviève,

Voici donc ma librairie racontée. Je n’avais pas réalisé que comme elle n’existait plus, il était difficile d’en parler….

Bises et à tout bientôt

Sofia

Librairie Bouquins-Bouquine-

Schirmeck

Il était une librairie. Toute petite. Minuscule.

Mais elle débordait de générosité, de bonne humeur et bien sûr de bouquins !

J’avais 10 ans le jour où j’ai ouvert la porte. Le mercredi c’était le jour de marché. Nous descendions de la montagne pour vendre les produits de la ferme.

Ce mercredi de 1989 je m’en souviens comme si c’était hier. Dans la rue, un truc pas habituel. Une nouvelle enseigne « Librairie Bouquins-Bouquine ».

Du haut de mes 10 ans, timidement, j’ai poussé la porte. J’étais la première visiteuse. Elle ouvrait ses portes ce matin-là. Alors j’ai eu droit à un cadeau : un marque page tout brillant avec un papillon en relief ou un livre. J’ai choisi le marque page. La petite fille que j’étais n’avait jamais vu si bel objet, et surtout, je savais que je pourrais le conserver comme un trésor.

Je découvrais la caverne d’Ali baba. Jamais je n’avais vus autant de bouquins de ma vie.. Des livres, il y en a toujours eu à la maison. Ils venaient de la récup,  du bibliobus ou du marchand de journaux, mais point de libraire.

Petite donc, mais pas moins riche d’ouvrages.

Ma librairie était la seule à 40 kilomètres à la ronde. Inutile de vous dire qu’elle a très vite fait parlé d’elle au fin fond de la vallée de la Bruche.

Il était une librairie. Il était des libraires.

Combien d’après-midi passés à bouquiner en attendant ma mère toujours en retard. Combien d’heures assise en tailleur entre deux étagères.

Chaque mardi soir, je comptais combien de pièces  de cinq francs il me fallait pour pouvoir acheter un bouquin.

Coup de chance pour moi, mes frères et sœurs n’aimaient pas lire, le budget lecture familial me revenait donc intégralement.

Ma librairie à moi, elle était minuscule. Une pièce généraliste, et une autre aussi grande qu’un placard à balais, où se côtoyaient le rayon jeunesse et le rayon polar. En moins d’une année j’avais fait le tour du rayon jeunesse (pourtant renouvelé). Alors un jour je me suis retournée. Je n’osais pas trop franchir la ligne.

Un regard à la libraire, et elle compris. Elle comprit qu’il fallait me trouver autre chose, sinon je ne reviendrais plus. Je crois qu’elle aimait bien ces moments.

C’est ainsi que j’ai lu mon premier polar : Les dix petits nègres d’Agatha Christie.

Ma librairie, c’était un peu le rdv du coin, entre le pain et le tabac, les gens s’arrêtaient chercher un cadeau ou le bouquin pour le cours de maths.

Voilà ma librairie. Celle qui a développé cette appétence pour la lecture.

Mais la vie de libraire est difficile. En 2013, les deux libraires ont cherché un repreneur. Je me suis d’ailleurs interrogée. Mais je n’avais ni la formation, ni la santé financière pour me lancer. Et puis cela signifiait quitter la ville pour aller au fin fond de la vallée de la bruche.

Pendant 15 ans cette librairie de campagne a tenté de garder le cap, faisant le bonheur des petits et des grands, véritable caverne d’Ali Baba. Vous pouviez toujours compter sur leurs conseils, elles savaient trouver LE bouquin qu’il fallait, LE bouquin à offrir. Et surtout, c’était un superbe lieu d’échange.

Merci Collectif polar pour cette belle idée, j’avais oublié ma librairie tiens….et surtout, c’est l’occasion de pousser un coup de gueule : soutenons nos libraires, déplaçons nous, rendons leur visite, nous avons besoin de leurs bouquins,de leurs conseils,  ils ont besoin de nous !

Sa majesté des ombres de Ghislain Gilberti


Le livre : Sa majesté des ombres, la trilogie des ombres, Tome 1 de Ghislain Gilberti. Paru le 8 mars 2018 aux Editions Ring. 22 € ; 738 pages, 14 x 22 cm.

4ème de couverture :

Un cartel invisible livrant une nouvelle guerre sans merci. Une drogue d’une pureté inédite. Un réseau de dealers sous pression déployé aux quatre coins du monde et coupé de la tête de l’organisation. Un signe commun aux membres du cartel : ECCE LEX, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire… Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques.

Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent.

Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ?

Bienvenu dans le Réseau Fantôme.

L’auteur : Ancien tireur de précision pour l’armée de terre, Ghislain Gilberti s’est imposé en cinq romans comme l’un des maîtres de thriller français. Il vit à Belfort avec ses deux enfants et se consacre à l’écriture.

 

 

Extrait :
« Sans répondre, il secoue la tête et ferme les yeux. Il a toujours su que ça finirait comme ça. Ce boulot, c’est un numéro de funambule suicidaire, sur le fil d’une lame, sans filet. Il a accepté les règles, il est même allé plus loin. Comment aurait-il pu imaginer une issue lumineuse à cette descente dans les ténèbres ? »

L’accroche de miss Aline

 « L’hyène », « Le chacal », un indic mort, des flics borderline et le tout saupoudré d’une bonne couche de drogue à tous les étages. Ca commence fort et mal pour cette première partie qui se solde par une tuerie. Il va falloir attendre 7 ans (seulement quelques lignes) pour que les investigations reprennent avec l’arrivée de Sanchez. C’est une pointure dans son domaine Sanchez : criminologue, victimologue, spécialiste en analyse gestuelle et langage non verbal. C’est une légende de l’OCRVP (Office Centrale pour la Répression des Violences aux Personnes)

Avec une patience infinie et une équipe de choc, elle va tout reprendre de zéro. Observations, planques, écoutes, filatures, décortiquer chaque mot, chaque photo, chaque geste. Elle va se heurter à des collaborateurs obtus, pas très clean non plus, surement. Les ombres agissent vite et « bien », toujours insaisissables. Elles ne laissent que des cadavres après son passage. Rien ni personne pour remonter la filière et avoir ne serait-ce que l’ombre une info sur cette organisation.

Tu rages avec Sanchez. P**** mais comment c’est possible ? L’auteur ne te dévoile rien. Il pose ses jalons petit à petit. Il te balade, te laisse entrevoir un début de solution pour mieux la piétiner ensuite. Tu sais que tu vas rester sur ta faim vu que c’est une trilogie mais tout de même. Et là une toute petite lumière va s’infiltrer. A quel prix va-t-elle parvenir à percer les ombres ? Va-t-elle seulement y parvenir ?

Tu tourne et tourne les pages, tu retiens ta respiration, tu crispes la mâchoire. T’as envie d’hurler et même de chialer. Un personnage te fait penser ce soldat dans American sniper qui  accompli sa mission, juste sa mission. Il se ferme au reste du monde, il s’oublie. C’est son job. Il le fait, point.  Il va ramasser grave sur le plan psychologique mais il connait le prix à payer. C’est son boulot, il le fait.

J’ai hâte de lire la suite et de connaître le sort de ce gars. Mais déjà je crains le pire.

C’est mon premier roman de Ghislain Gilberti et loin d’être le dernier. Une écriture coup de poing qui te tient en haleine, en alerte. Quand tu tournes la dernière page, tu reprends ton souffle doucement. Et tu te dis que, malheureusement, la noirceur de l’être humain a encore de « beaux » jours devant elle.

Un  grand merci aux Edition RING pour la découverte de cette plume. Un très grand merci à Ghislain Gilberti rencontré au salon de Bruxelles (où j’ai acquis Le baptême des ténèbres)  pour son accueil et sa gentillesse.