L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin


Le livre : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin. Paru le 2 janvier 2015 chez Robert Laffont.  19€ ; (331 p.) ; 24 x 16 cm

4e de couv

Héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale et génie visionnaire – l’inventeur de l’ordinateur, c’est lui –, Alan Turing a révolutionné nos vies. Et il est mort en paria. 
Dans un futur proche. Les transhumanistes ont gagné. L’IA (intelligence artificielle) domine désormais le monde. Mais elle a une obsession : réhabiliter la mémoire de son  » père « , le génial mathématicien anglais Alan Turing. Pour cela, il lui faut établir la preuve qu’il ne s’est pas suicidé, comme l’a toujours prétendu la version officielle, mais qu’il a été assassiné. En quête du moindre indice, elle remonte le fil de sa vie…
En décodant Enigma, la machine de cryptage des forces allemandes, fierté du régime hitlérien sur laquelle les services secrets alliés se cassaient les dents, Alan Turing a largement influé sur le cours de l’histoire. En créant l’ordinateur, il a inventé le futur. Pourtant, ce jeune homosexuel au QI exceptionnel a connu un destin terrible : traité en renégat par sa propre patrie, il est mort d’empoisonnement au cyanure dans des circonstances suspectes en 1954, en pleine guerre froide, peu après avoir accepté la castration chimique pour échapper à la prison. Dans l’Angleterre puritaine et ultraconservatrice de l’après-guerre, influencée par le maccarthysme américain, qui avait intérêt à faire éliminer Turing, l’homme qui en savait trop ?
Entre histoire, espionnage, science et secrets d’État, un  » biopic  » mené comme un thriller où l’on croise Churchill, Eisenhower, Hitler, Truman, Staline, les espions de Cambridge, de Gaulle, et jusqu’à l’ombre inquiétante de John Edgar Hoover.

 

Les auteurs : Médecin, énarque et expert des nouvelles technologies médicales, Laurent Alexandre est l’auteur de La Mort de la mort (JC Lattès). David Angevin est romancier et journaliste, spécialiste des États-Unis et des nouvelles technologies. Auteur de nombreux livres, il a déjà cosigné avec Laurent Alexandre les romans Google Démocratie et Adrian humain 2.0 (Naïve Livres).

 

Extrait : 
Le lieutenant O’Ryan alluma une nouvelle cigarette pour tuer le temps. Il attendait depuis une heure devant la porte d’un colonel des services secrets britanniques. Sa formation était achevée. Il avait subi trois semaines d’entraînement physique avec des centaines d’autres hommes triés sur le volet. On l’avait jaugé, évalué psychologiquement, testé sous toutes les coutures dans un camp militaire isolé au fin fond du Yorkshire. Il avait été jugé apte à rejoindre le MI6, la branche du SIS (Secret Intelligence Service) chargée des activités d’espionnage à l’extérieur du pays. Terminé la surveillance des cocos à la sortie des usines de Liverpool et de Manchester, fini l’interception du courrier, les intrusions chez les particuliers et les interrogatoires de sous-fifres. Dans quelques jours, il serait nommé capitaine, assigné au MI6. John O’Ryan allait voir du pays au service de Sa Majesté.

Mon petit avis :

La vie d’Alan Turing, mathématicien anglais recruté par Churchill pour décoder Enigma, la machine de cryptage des forces hitlériennes. Inventeur de l’ordinateur, précurseur des débats controversés sur l’intelligence artificielle, homosexuel introverti, il va mourir empoisonné dans des circonstances suspectes en 1954.

Ce type a une vie de dingue entre un père absent, une mère qui le couve, le petit Allan fait figure d’OVNI au milieu de ses camarades de classe. Il s’ennuie visiblement en classe, ce qui est certain c’est que ses résultat scolaire sans mauvais. Pourtant visiblement le petit Alan a une excellente mémoire notamment pour les chiffres.

Et puis un jour il tombe sur un livre de science. Et là l’intelligence supérieure de notre héros éclate au grand jour !

La vie d’Alan va changer du tout au tout. Lui l’asocial, le mal aimé, va se dévoilé tout en restant dans l’ombre.

Depuis que j’ai lu ce livre, Alan Turing est un peu plus connu. Un film lui a été consacré, d’autres livre aussi, des biographie notamment !

Mais c’est belle est bien a travers cette fiction que j’ai découvert le personnage.

Et quel personnage.

A la fois agaçant, repoussant, hyper intelligent et parfois pourtant handicapé de la vie. ce qui le rend touchant.

Je pense que si Turing avait vécu aujourd’hui, nous lui aurions découvert un autisme d’Asperger ou syndrome d’Asperger.

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme sans déficience intellectuelle ni retard de langage.

Le syndrome d’Asperger fait partie des TSA (troubles du spectre autistique).

C’est un désordre du développement d’origine neurobiologique qui concerne plus fréquemment les garçons que les filles et qui affecte essentiellement la manière dons les personnes communiquent et interagissent avec les autres. En effet, ces personnes décodent avec difficulté les situations de la vie quotidienne. Leur corps, leur cerveau et leurs cinq sens reçoivent les informations correctement, mais un défaut d’analyse empêche un traitement de ces données. Il en résulte, pour la personne atteinte, une appréciation confuse de la vie et de l’environnement. Elle a donc besoin d’être guidée dans la complexité de la vie sociale.

En plus de ça Turing était homosexuel. Et dans l’angleterre du début du 20e siècle, l’homosexualité est un crime sévèrement puni !

Bref, notre héros, n’était vraiment pas fait pour vivre à cette époque. Et pourtant il a changé le court de notre vie. Aujourd’hui, il ferait fureur et serait un vrai héros, un super héros !

Bon j’arrête je ne vous en dit pas plus. Je préfère que vous découvriez ce livre. Car ce n’est pas seulement une simple biographie de ce génie méconnu. C’est aussi une belle réflexion sur notre monde et son devenir.

De plus l’écriture est fluide, les chapitres courts. Ils alternent entre les époques et les points de vue des différents personnages. Tout cela se lit avec un plaisir non dissimulé. En plus on apprends des tas de chose.

Bref j’ai adoré et même été bouleversée !

Voilà, maintenant…

L’avenir sera ou pas ! Lumineux ou sombre à nous de décider ou du moins d’ouvrir les yeux et d’être vigilants !

 

Pour en savoir plus voir mes petits articles  sur A vos Crimes : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin

A vos crimes : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin : Chapitre 2

A vos crimes : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin : Chapitre 3

A vos crimes : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin : Chapitre 4

A vos crimes : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin : Chapitre 5

A vos crimes : L’homme qui en savait trop de Laurent Alexandre et David Angevin : Chapitre 6

 

Ah oui tant que je vous tiens.
Un autre livre, un autre roman sur Alan Turing que j’ai adoré :
Indécence manifeste de David Lagercrantz.
Mon petit avis ICI 

Angleterre, 1954. La paranoïa engendrée par la guerre froide se généralise, en Europe comme ailleurs. Deux employés du bureau des Affaires étrangères, Burgess et Maclean, ont été démasqués comme étant des espions soviétiques et aux États-Unis la chasse aux sorcières de Joseph McCarthy contre les communistes et les homosexuels bat son plein. Un matin pluvieux de juin, le corps sans vie du mathématicien Alan Turing est découvert à son domicile de Wilmslow. À côté de lui, sur la table de chevet, une pomme croquée imbibée de cyanure. L’homme a été condamné à la castration chimique pour son homosexualité quelques années plus tôt, et l’explication d’un suicide semble convenir à tout le monde. Mais l’inspecteur Léonard Corell, en charge de l’enquête, s’intéresse de plus près au passé du mathématicien. Pourquoi Turing avait-il été surveillé durant des semaines avant sa mort ? Et pourquoi les services secrets cherchent-ils à cacher à tout prix le rôle mystérieux qu’il a joué durant la Seconde Guerre mondiale ?
Thriller hybride entêtant, enquête vertigineuse où la police cherche à décrypter la vie d’un homme passé maître dans l’art du codage, Indécence manifeste brasse déjà des thèmes chers à David Lagercrantz, tels que la marginalité, les mathématiques comme possible grille de lecture et de cryptage du monde, et les divers visages de l’espionnage, sur lesquels l’auteur de Millenium 4 vient récemment d’offrir une nouvelle et passionnante variation.

Ce pays qu’on assassine de Gilles Vincent


Le livre : Ce pays qu’on assassine de Gilles Vincent. Paru le 10 février 2017 aux Editions In8.  19€ ; (385 p.) ; 21 x 12 cm

4e de couv :

Au coeur de Marseille, on exécute Tarek Bsarani de trois balles dans la tête. Il était le directeur de campagne d’une jeune députée du Vaucluse, espoir prometteur du Parti National de France. À l’autre bout du pays, on découvre dans la boue les corps meurtris de deux jeunes Érythréennes. Deux migrantes égarées sur les routes dévastées de l’exode.

Forte de son expérience et d’une équipe soudée, la commissaire Aïcha Sadia tente de dénouer l’affaire marseillaise, tandis qu’au nord, dans ces territoires laminés par la crise, le capitaine Carole Vermeer, flic fragile et vacillante, butte sur la solitude et le mensonge. À mesure que l’échéance électorale approche, la tension politique vient brouiller les pistes…

Des houillères du Pas de Calais aux plaines brûlantes de Camargue, l’auteur livre un roman noir, lyrique, politique et social. Le portrait sans concession d’une terre au bord de l’abîme, un pays sombre et parfois lumineux : le nôtre.

L’auteur :
Gilles Vincent, né le 11 septembre 1958 à Issy-les-Moulineaux. Après 33 ans dans le Nord et onze ans à Marseille, Gilles Vincent décide, en 2003, de poser valises et stylos dans le Béarn. Depuis quinze ans, il consacre le plus dense de sa vie à l’écriture. Il est aussi l’animateur d’ateliers d’écriture en milieu scolaire, en prison, à l’hôpital…
Les pages lues, écrites sont ses poumons, les mots, tout le sang qui l’habite…
Auteur de polars connu et reconnu, il a plusieurs fois été récompensé : prix Europolar 2014 pour Djebel, prix Cezam Inter-CE 2014 pour Beso de la Muerte et prix du Mauvais Genre 2015 du Val Vert du Clain pour Trois heures avant l’aube.

 Le Résumé et le petit avis de Kris

CE PAYS QU’ON ASSASSINE – Gilles Vincent

Tarek Bsarani, le directeur de campagne d’une députée du Parti national de France, a été exécuté à Marseille. De l’autre côté du pays, les corps de deux migrantes érythréennes sont retrouvés. La commissaire Aïcha Sadia est chargée de l’enquête sur le meurtre marseillais, pendant que Carole Vermeer s’occupe de l’autre affaire, dans le Pas-de-Calais.

S’il en est un qui sait adosser ses intrigues à l’actualité c’est bien Gilles !! Si vous ne connaissez pas cet auteur, je vous le conseille vivement ! Il a le secret pour faire se télescoper des personnages qui ne semblent rien avoir en commun et pourtant !!
Encore une belle réussite que ce « Pays qu’on assassine » et dont le titre est tout le reflet du livre et malheureusement de notre époque !

Trois mille chevaux-vapeur d’ Antonin Varenne


Antonin Varenne sera présent au salon de Saint Maur en poche

les 24 et 25 juin prochain.

Aussi je vous propose de découvrir son roman d’aventure

Trois mille chevaux-vapeur

 

Trois mille chevaux-vapeur d_ Antonin VarenneLe livre : Trois mille chevaux-vapeur d’ Antonin Varenne Paru en poche le 30 septembre 2015 chez Le Livre de poche. 8€30 ; (689 p.) ; 18 x 11 cm

L’histoire

Le sergent Bowman appartient à cette race des héros crépusculaires qui traversent les livres de Conrad, Kipling, Stevenson… Ces soldats perdus qui ont plongé au coeur des ténèbres, massacré, connu l’enfer, couru le monde à la recherche d’une vengeance impossible, d’une improbable rédemption.

De la jungle birmane aux bas-fonds de Londres, des rives de l’Irrawaddy à la conquête de l’Ouest, ce roman plein de bruit et de fureur nous mène sans répit au terme d’un voyage envoûtant, magnifique et sombre.

 

varenneL’auteur : Né à Paris en 1973, Antonin Varenne est diplômé de philosophie. Il a parcouru le monde avant de revenir en France pour se consacrer à l’écriture. Ses romans Fakirs, Le Mur, le Kabyle et le Marin et Le Gâteau mexicain sont aussi disponibles en Poche.

Avec Trois mille chevaux-vapeur, Antonin Varenne,  renoue avec la lignée disparue des grands écrivains d’aventures et d’action. Une réussite qui marquera.

 

Extrait : « Au lever du jour ils étaient entrés dans un désert. John Doe se dirigeait à la façon d’un animal, suivant un itinéraire inscrit dans une mémoire plus vieille que la sienne, sans repères visible pour Bowman. Quand Arthur commençait à savoir soif et s’inquiétait de ne voir que les cailloux à perte de vue, John s’arrêtait au pied d’un rocher où coulait un filet d’eau, à côté duquel n’importe qui serait mort sans savoir qu’il était sauvé. Pour les bêtes il trouvait toujours un coin où poussaient des arbustes aussi secs que des pierres, sur lesquels les bêtes se jetaient. Leur course avait quelque chose d’erratique et de nécessaire, suivant des détours incompréhensibles qui les menaient le soir jusqu’à une petite source surgissant d’une fissure, disparaissant un mètre plus loin sous la roche. »

Résumé et avis :

Birmanie, 1852. Arthur Bowman doit accomplir une mission secrète avec ses  hommes, mais l’expédition tourne mal. Ils sont capturés et torturés pendant plusieurs mois, seuls dix d’entre eux s’en sortiront vivants. Londres, 1858. Alors qu’Arthur tente d’oublier, il découvre un cadavre ayant subi les mêmes tortures que lui. Il décide d’enquêter pour comprendre le comportement de certains de ses hommes.

Une plongée crépusculaire dans la second moitié du 19e siècle. Une traversée troublante, nous menant de la jungle birmane à la naissance de la démocratie américaine en passant par le Londres conservateur de la reine Victoria. Une rencontre avec des personnages étonnants. Un héros brut de décoffrage, un dur à cuire qui ne laisse rien entrevoir de ses blessures, de ses souffrances, de ses errements. Le homme rude, brutal parfois violent qui est en quête de rédemption.

Un magnifique roman d’aventure. Une fresque au souffle épique remarquable.  Un roman plein de bruit et de fureur nous mène sans répit au terme d’un voyage envoûtant, magnifique et sombre.

Un nouveau coup de cœur.

Encore un, allez vous dire …?…

 

 

La légende de la morte de Yannick Gloaguen


Le livre : Une enquête du commissaire Le Bleiz : La légende de la morte de Yannick Gloaguen.  Paru le 13 novembre 2013 chez Yoran Embanner. 12€ ; (317 p.) ; 17 x 11 cm

4e de couv : La légende de la morte

Kerguennec et son port de pêche autrefois florissant. La vie est devenue plus dure, la jeunesse sombre dans la drogue et le soleil a définitivement déserté la ville.

A la maison de retraite, on découvre le corps brisé d’une nonagénaire. Cette ancienne résistante, et maire de Kerguennec, est tondue. On lui a tracé une croix gammée sur le front.

Le commissaire Le Bleiz, entouré de ses habituels « complices », va enquêter sur un passé décidément bien obscur, mêlant les actions des uns et des autres pendant la Seconde Guerre Mondiale. Du Parti National Breton et le Bezenn Perrot, en passant par la Résistance, les maquis et le camp Margueritte à Rennes, les survivants et parfois les morts ont leur mot à dire, jusqu’à ce que… une vérité éclate.

Un polar où les évènements de la Seconde Guerre mondiale remontent à la surface comme tant de souvenirs oubliés et qui font éclater les bulles, parfois nauséabondes, d’un passé secret.

L’auteur : Né en 1959, Yannick Gloaguen habite le Pays bigouden. Passionné de livres, il écrit depuis plusieurs années pour son plaisir et pour celui de son entourage. Après le succès des deux premiers volets des enquêtes du Commissaire Le Bleiz, il publie ici son troisième roman. Yannick Gloaguen est l’animateur d’un atelier d’écriture pour adultes dans une médiathèque.
Extrait : 
Les oranges sales des lampadaires se reflétaient dans les flaques d’eau noirâtre. Novembre, décembre, les mois noirs étaient loin. Mars s’était pointé avec sa pluie habituelle, mais sans chaleur. Au début de la journée, un disque blanchâtre avait peiné à apparaître derrière de grosses circonvolutions grisâtres. Mais celui-là ne méritait pas de porter le nom de soleil.
Sur le quai, des petits tas de copeaux blancs tombés d’une remorque de la glacière achevaient de fondre dans cet hiver de pacotille finissant.
La halle à marée froide résonnait du frottement des caisses de poissons morts que l’on traînait sur le sol cimenté.

 La Chronique De Virginie

La légende de la morte – Yannick Gloaguen

Comment choisissez-vous un bon livre ?

Je me suis souvent posé la question sur mes critères de choix pour me décider à l´achat d´un roman. J´ai le chemin facile de l´auteur, celui que je connais et qui ne m´a pas encore déçue. Celui de la curiosité, par une couverture qui attire mon attention ou un titre qui me fait déjà imaginer les contours d´une histoire possible. Et puis celui de la raison, dirigé par la lecture d´un résumé qui fait naitre l´envie d´en savoir plus. Et il y a l´achat facile, celui qui réunit tous ces critères. « La légende de la morte » en fait partie. Mais qu´en est-il du subconscient ? De ces petits détails qui relient un roman à votre vie personnelle ?

Le troisième roman policier de Yannick Gloaguen est ce genre d´acquisition qui a touché ses sentiments palpables mais indescriptibles : un arrière-plan de seconde guerre mondiale par une croix nazi qui évoque un « paysage » franco-allemand, encore lourd à porter de nos jours et auquel je fais face au sein de ma chair. Des coulisses bretonnes ou tous les traits de caractères des fiers porteurs du Gwenn ha Du sont évoqués sans faux-semblant. Une nonagénaire dont ma première question non véritablement formulée était de savoir si elle allait devenir une Tati Danielle à l´image de ma grand-mère ou une petite mamie innocente dont j´ai toujours rêvée et dont l´assassinat de fiction arriverait à me peiner. La fascination de ces personnes âgées, riches de souvenirs d´une période de nos livres d´histoires. De souvenirs et de secrets. Secrets à taire ou secrets à faire taire ?

Et voilà les bases d´une intrigue que l´on suit, réconforté par la présence d´un commissaire bourru mais sympathique et de son équipe dévouée. On se laisse porter par les détails qui vous font découvrir les lieux comme si vous y étiez. Une écriture fluide, colorée, olfactive, rugueuse et délicate qui vous emmène sur de faux chemins derrière des personnages déjà condamnés mais innocents ou vous fait marcher à côté d´autres, chaleureux mais trompeurs. Le doigté des croisements de l´auteur vous tient en haleine de page en page. On s´attache, on se détache, on aime et on commence à haïr…et puis on sait mais ça, je le garde ici pour moi.

Un troisième roman exceptionnel qui me fera faire un autre achat facile : le nouveau roman de Yannick Gloaguen « L´ile des enfants perdus »

La PAL de Mélie : Les 2 ans du blog, concours 2


Voici venir le temps des PAL, des courtes, des longues surtout, des petites, des grosses. Des qui enflent d’autres qui ressemblent à l’Everest et que l’on appelle des MAL.

Bref c’est le temps des Piles à lire en délire.

Bonne lecture.

Avec la PAL de Mélie du blog The Love Book

 

  •  As-tu une Pile à lire ? En as-tu plusieurs ? 

    J’ai même un GAAL : Gouffre Abyssal à lire, tellement que cette année je n’achète pas de livres (sauf ceux des auteurs de la Ligue de l’Imaginaire, faut pas déconner quand même). J’en ai plusieurs en effet. La PAL générale, la PAL des auteurs LDI et la PAL urgente et la PAL très urgente.

  • Pourquoi une PAL ? 

    On se demande !!! Parce qu’on traîne dans les groupes de lecture, qu’on découvre des supers blogs, qu’on a des tentateurs, qu’on découvre un super site de livres d’occasions (Bouquins Occaz), parce qu’on est passionné et qu’on est addict. C’est une vraie drogue !

  •  Comment est-elle rangée ?

     Alors dans une bibliothèque j’ai la générale et la PAL LDI. Pour LDI c’est simple ce sont tous les auteurs de la Ligue de l’Imaginaire et c’est rangé par auteurs. Cela occupe une étagère bien remplie. Le reste des étagères c’est à peu près rangé par genres. Ma PAL urgente et très urgente sont dans ma chambre, juste à côté de mon lit comme ça je les vois très souvent. Elles sont dans une petite étagère chacune, dans une petite bibliothèque avec mes DVDs vus ou non vus. MA PAV (Pile A Visionner).

  • A-t-elle un petit nom, l’as tu baptisée ?

     GAAL comme dit précédemment, sinon on est un peu tous des Gollum : les livres sont nos précieux.

  • Je veux une ou des photos de celle-ci (celles-ci) –> je t’envoie ça juste après. 

    pal Mélie

    PAL générale

     

     

  • Combien de livre contient ta PAL ?

     Tu veux que je pleure ? OMG si je compte je vais faire une syncope… Ok attends je reviens dans 10 jours le temps de compter hihi. Avec les deux en cours : 300 (je pars me cacher).

  •  Comment s’est constituée ta PAL ? 

    Beaucoup d’achats sur Bouquins Occaz, une bouquiniste en ligne qui te fait des colis avec des petits goodies et qui t’envoie ça rapidement. Même avec les frais de port tu t’en sors très bien, entre 2 et 4 euros en moyenne le livre (quelque soit le format). J’en sauve aussi dans les Easy Cash, on trouve des pépites et je m’insurge quand je vois ces livres abandonnés. Quand on sait qu’ils sont repris une misère par eux autant les donner. Les livres neufs essentiellement dans ma super librairie (Prologue à Cholet –> au passage culturel c’est un ancien théâtre c’est super beau… quoi je fais de la pub ? Assurément 😉 sinon sur les salons littéraires. Quelques rares fois à Cultura et encore moins souvent quand je ne trouve pas, sur un site marchand. Sinon tu as du temps là, parce que je n’ai pas terminé (oui suis pipelette). Je participe à quelques concours (pas tant que ça finalement) et surtout ceux des copains/copines mais je vais te dire c’est plus par amitié et parce que j’aime bien les jeux proposés que par envie de gagner. Et quelques Maisons d’Edition que j’aime bien. Bon j’ai quand même l’insolente chance de gagner souvent. Sinon avec Babelio, mais ceux là ne restent pas longtemps dans la PAL puisqu’on a un temps limité. (Je ne parle que des livres papiers sinon on y est encore demain, que ce soit pour cette question ou les autres). Et puis ceux offerts par des amies en or, par la papa Noyel etc.

  • Qui sont pour toi les plus gros prescripteurs de livre ? Qu’elles sont les personnes qui font que ta PAL ne cesse d’augmenter ?

     Daviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiid de C’est Contagieux ! et Yvan du Blog EmOtionS. Oui j’ose les pointer du doigt, il ne faut absolument pas tomber dedans comme Obelix, sinon c’est fichu hehehe. Pour les ME : Sonatine, Fleur Sauvage et Aconitum, Lajouanie… Pour les auteurs : en majorité la LDI.

  •  Comment fait un livre pour sortir de ta Pal ? 

    Je fais de nombreux défis, qui vont justement dans ce sens, faire sortir les livres de ma PAL. Un défi Lecture 2017, un Tribute Two (je rends hommage à une ME, des auteurs etc. pendant deux semaines), des Lectures Communes, le Challenge LDI.

  • pal melie&

    PAL LDI (Ligue de L’Imaginaire)

  • Comment vivrais-tu sans ta PAL ? A quoi ça sert ? 

    Rohhh je n’en avais pas il y a de ça 4 ans, je le vivais mal. Je prenais les journaux de Mickey de mes enfants pour subsister. Aujourd’hui c’est juste inconcevable. Cela sert à râler et dire « je ne sais pas quoi lire parmi mes 300 livres non lus » 😉

  • Où achètes-tu tes livres ? 

    Bon en fait je parle trop parce que j’ai répondu déjà plus haut hihi Bouquiniste en ligne et Easy Cash pour les livres d’occasion, Librairie et salons littéraires pour le neuf.

  •  Est-ce que tu as des petites habitudes pour lire ? (endroit, moment, environnement…) 

    Le soir principalement dans le lit, pendant un RDV pour un de mes fils, où je ne peux pas être avec lui. La journée quelques fois. Il me faut quand même du silence, c’est « achement  » mieux pour s’immerger. 

  • pal melie0

    PAL Urgente

  • Es-tu plus livres numériques ou livres papier ? 

    Papier Forever, mais je lis aussi en numérique. Beaucoup moins. Le livre numérique n’est pas mien, il n’y a pas cet attachement comme avec un livre papier.     

  • Pense-tu que les livres, les librairies et les bibliothèques sont voués à disparaître à plus ou moins court terme? 

    Les livres vont davantage se développer en numérique c’est certain, mais pour autant le livre papier aura toujours sa place (enfin je l’espère). Comme tu sais j’ai fait un stage en librairie et en médiathèque. Pour la première je vois que justement on recrute davantage un libraire, quelqu’un avec une formation. De plus en plus, même dans les Cultura ou autres magasins du genre. C’est une bonne chose. Par contre je vois aussi qu’elle doit sortir du lot ou proposer des activités annexes. Ma librairie propose tout un côté DVD et CD et un autre BDs et jouets. Ils sont plusieurs associés. Pour la bibliothèque, je pense qu’à terme ce sera plus automatisé, donc moins de personnel. Je vois que le budget culture est moins important chaque année et se réduit comme peau de chagrin au profit d’autres secteurs. 

  • Question subsidiaire :

      As-tu une question à me poser ?

     Peux-tu répondre à ton tour à toutes les questions posées ? Ah ah vengeance.

 

Ma PAL : Les 2 ans du blog, concours 2


Mélie en répondant à ce questionnaire m’a piégée !

Sa question subsidiaire a été celle-ci :

 Peux-tu répondre à ton tour à toutes les questions posées ? Ah ah vengeance.

Aussi je me doit de lui réponde, rhaaaaaa !

L’arroseur arrosé en somme !

  1.  As-tu une Pile à lire ? En as-tu plusieurs ?

  2. Pourquoi une PAL ?

  3.  Comment est-elle rangée ?

  4. A-t-elle un petit nom, l’as tu baptisée ?

  5. Je veux une ou des photos de celle-ci (celles-ci)

     

  6. Combien de livre contient ta PAL ?

  7.  Comment s’est constituée ta PAL ?

  8. Qui sont pour toi les plus gros prescripteurs de livre ? Qu’elles sont les personnes qui font que ta PAL ne cesse d’augmenter ?

  9.  Comment fait un livre pour sortir de ta Pal ?

  10. Comment vivrais-tu sans ta PAL ? A quoi ça sert ?

  11. Où achètes-tu tes livres ?

  12.  Est-ce que tu as des petites habitudes pour lire ? (endroit, moment, environnement…)

  13. Es-tu plus livres numériques ou livres papier ?

  14. Pense-tu que les livres, les librairies et les bibliothèques sont voués à disparaître à plus ou moins court terme?

Question subsidiaire :

 As-tu une question à me poser ?

 

Donc bientôt je répondrai à toutes ces questions, promis.

Mais avant je vais dépouiller toutes vos PAL.

Et vous devriez bientôt les retrouver dans les pages de ce blog !

Et je repondrai aussi au autres questions qui m’auront été posées.

Alors à très vite.

Et si vous n’avez pas encore participé à ce petit concours, le deuxième de notre anniversaire, vous pouvez encore

Rhaaaaa, je te retiens Mélie.

 

 

 

La PAL de Nadia : Les 2 ans du blog, concours 2


Voici venir le temps des PAL, des courtes, des longues surtout, des petites, des grosses. Des qui enflent d’autres qui ressemblent à l’Everest et que l’on appelle des MAL.

Bref c’est le temps des Piles à lire en délire.

Bonne lecture.

Avec la PAL de Nadia

Coucou Geneviève,

C’est Nadia, voici mes réponses.

 

  1.  As-tu une Pile à lire ? En as-tu plusieurs ?

    oui bien sûr, j’ai une PAL

  2. Pourquoi une PAL ?

    je suis une passionnée, excitée, curieuse qui ne peut s’empêcher d’acheter des livres qui s’accumulent par manque de temps

  3.  Comment est-elle rangée ?

    Ca va, ça vient… Pas de rangement spécial !

  4. A-t-elle un petit nom, l’as tu baptisée ?

    Mon HAL (himalaya à lire)

  5. Je veux une ou des photos de celle-ci (celles-ci) 

     je mets la photo en dessousPAL3

  6. Combien de livre contient ta PAL ?

    environ 75 livres

  7.  Comment s’est constituée ta PAL ?

    petit à petit

  8. Qui sont pour toi les plus gros prescripteurs de livre ? Qu’elles sont les personnes qui font que ta PAL ne cesse d’augmenter ?

    Gérard Collard, Yvan Fauth, Severine Lenté et Genevieve du blog collectif polar.

  9.  Comment fait un livre pour sortir de ta Pal ?

    Je choisis en fonction de mon humeur ou des nouveautés qui m’excitent

  10. Comment vivrais-tu sans ta PAL ? A quoi ça sert ?

    MA PAL me rassure, sans elle, je me sentirais toute nue et angoissée à mort

    PAL2

  11. Où achètes-tu tes livres ?

    Beaucoup en seconde main dans ma caverne d’Ali baba du livre d’occase, j’ai nommé PELE MELE à Bruxelles et chez mon libraire Filigranes

  12.  Est-ce que tu as des petites habitudes pour lire ? (endroit, moment, environnement…)

    Printemps, automne et hiver: j’adore lire dans mon canapé avec un plaid et un chat sur moi. Je lis beaucoup le soir. et dans mon lit pour m’endormir.  L’été, j’adore lire dans mon transat au jardin!

  13. Es-tu plus livres numériques ou livres papier ?

    Livres papier !!!

  14. Pense-tu que les livres, les librairies et les bibliothèques sont voués à disparaître à plus ou moins court terme?

    non pas du tout, au contraire.

Question subsidiaire :

 As-tu une question à me poser ?

Depuis quand lis tu des polars et pourquoi ?

 

Je tiens à remercier Nadia qui a partagé avec nous, avec moi sa PAL et son pourquoi.

Aussi vous pourrez retrouvez Nadia sur son blog Livresse du Noir

Concours 1/3 « Les 2 ans du blog » : Les résultats de vos Tops 10


Comme je suis heureuse.

Vous avez été géniaux, vous savez ! Vous avez été généreux et nombreux à répondre à mon appel. Des tops 10 m’ont enchantée, je me suis régalée à les lire.

Je me suis aussi beaucoup amusée à les mettre en forme et à les illustrer. J’ai ainsi passé de nombreuses heures en votre compagnie.

J’ai appris à mieux vous connaître tant il est vrai que nos lectures sont révélatrices de qui nous sommes. Certains, certaines surtout ont joué le jeu à fond, elles se sont confiées à moi, à nous, à travers les dix livres qui ont marqué leur vie. C’est parfois avec beaucoup d’émotions que j’ai reçu ces beaux cadeaux. Et il est très vrai que je vous est découverte à travers ce simple jeu ou ce jeu simple.

Il est donc vrai aussi, que, si tu me dis ce que tu lis, je te dirais qui tu es ! Oui nos lectures, à nous simple lectrices, nous ont sans doute guidées, formées, construites. Elles ont été là souvent aussi pour nous soulager, nous réconforter. Elle nous ont fait voyager, connaitre, elle nous ont grandies? Nous avons appris beaucoup à travers elles. Et des autres et de nous même aussi. Elles nous ont fait échanger, partager, dialoguer. Nous nous sommes intéressées au monde qui nous entoure, elles ont ouvert notre esprit.

Et je crois que je n’ai pas été la seule à apprécier vos top 10, enfin je l’espère !

Alors merci pour tout ça ! Vous êtes formidables, continuez !

Maintenant place au résultat. Et oui, nous étions avant tout dans un jeu. Un jeu concours qui m’a procuré, je l’avoue de nombreuses émotions.

Alors comme promis il y aura quatre lauréats.

Lauréates devrais-je dire.

Mais comme vous avez était nombreux et nombreuses, j’ai un peu changer les règles du jeu.

Pas d’inquiétude, il y aura bien 4 vainqueurs pour ce jeu-ci. Mais comme je le disais, vous avez été nombreuses à participer, et parfois même au trois concours proposés. Donc il y aura au moins 4 lectrices en plus sur une liste complémentaire à la fin de tous les jeux ! 4 lectrices qui remporteront un livre dédicacé.

Chacune des 4 lauréates remporte 3 livres de la première sélections que j’avais faite.

nov

 

Donc les gagnantes de ce « Concours 1/3 « Les 2 ans du blog » : Vos top 10″ sont :
SEQUANAE63

Voici son top 10

GENEVIÈVE

Ici le top de Geneviève

STELPHIQUE

 

Là le top de Stelphique

INGRID

Le top 10 d’Ingrid

Chacune son lot !

J’espère que vous vous êtes amusé(e)s avec ces 25 Tops, j’espère que vous avez découvert quelques pépites dont vous n’aviez pas entendu parler. J’aimerai que vous ayez comme moi retrouver quelques souvenirs de jeunesse à travers ces sélections. En fait, je souhaite juste que cela vous ait plu.

D’ailleurs, ce n’ai pas tout à fait fini. Il en reste quelques uns à découvrir. Ce soir et le jour suivant.

Ensuite ce sera place à vos PAL

A très vite donc….

Le maître des insectes de Stuart Prebble


 Collectif polar.biblio
 97822071239420-2575036Le livre : Le maître des insectes de Stuart Prebble. Traduit de l’anglais par Caroline Bouet.   Paru le 12 mars 2015 chez Denoël dans la collection Suspense. 20,50 € .  (349 p.) ; 23 x 16 cm

97820704671290-3166713Réédité en poche le 15 avril 2016 chez Gallimard dans la collection Folio Policier.  8€20  ; (381 p.) ; 18 x 11 cm

 

Quatrième de couverture

Le maître des insectes

Londres, années 1960. Quand Jonathan Maguire émerge d’un mauvais sommeil sur le sol du salon, il a les mains couvertes de sang et le corps de sa femme Harriet gît à ses côtés. Seule lui revient à l’esprit une violente dispute avec cette dernière, qu’il soupçonnait d’infidélité.

Jonathan est le tuteur de son grand frère Roger, dont le handicap mental l’empêche d’être autonome et qui consacre tout son temps libre à un étrange et spectaculaire élevage d’insectes.

Anéanti par la mort de sa jeune épouse, Jonathan est néanmoins déterminé à échapper à la police, terrifié à l’idée que s’il était arrêté pour meurtre, Roger serait placé dans une institution. Jonathan a sacrifié trop de choses, y compris son mariage, pour accepter cette éventualité. Lui seul peut protéger Roger, à la fois incapable d’exprimer sa pensée et terriblement lucide quand il s’occupe de ses milliers de créatures grouillantes.

indexL’auteur : Stuart Prebble est né en 1951. Il a travaillé à la télévision britannique en tant que journaliste et producteur pendant plus de trente-cinq ans. Il dirige maintenant sa propre société de production. Le Maître des insectes est son premier roman traduit en France

Extrait :

Si vous avez eu la chance de pouvoir dire la vérité pendant presque toute votre existence, il vous sera probablement impossible d’imaginer à quel point vivre sans cesse dans le mensonge est éreintant. A quel point il est usant de devoir toujours veiller à combler le gouffre entre ce que vous pensez et ce que vos mots, vos actions et votre regard renvoie au monde extérieur.

Résumé et avis des bibliothécaires : Pierre et Geneviève

imagesDans le Londres des années 1960, après l’incendie qui a coûté la vie à leurs parents, Jonathan  Maguire devient responsable de Roger, son jeune frère handicapé mental, et doit laisser tomber la fac pour gagner sa vie. Il peut heureusement compter sur le soutien de sa femme Harriet, une musicienne de talent. Quant à Roger, apparemment indifférent à ce qui l’entoure, il se passionne pour les insectes qu’il élève dans une cabane au fond du jardin. Les années passent et les insectes se multiplient… Mais envers et contre tous, Jonathan  protège son jeune frère, Roger, ce garçon réputé simple d’esprit, qui consacre tout son temps libre à l’élevage d’insectes. Malgré ses difficultés de
concentration, Roger maîtrise cet univers peuplé de milliers de créatures avec une aisance déconcertante. A tel point que son entourage commence à douter de ce dont il est réellement capable.

Un polar riche en rebondissements, où l’auteur prend le temps de mettre soigneusement en place tous les éléments complexes et les personnages qui forgeront la trame de l’histoire et où chaque recoin sera exploré au fil de nos doutes et incertitudes de lecteur. Tel le grand frère handicapé du narrateur, il reste en retrait, en témoin attentif et extérieur, nous regardant errer d’une hypothèse à l’autre jusqu’à la toute fin du roman. Un suspense psychologique captivant.

Toxique de Niko Tackian : Histoire d’une LC, chapitre deux


Deux filles de l’hiver lancées dans une lecture rouge et noire, cela donne des éclats de magie et des liens indéfectibles d’amitié…

La Magicienne Gé, essaie à coup de sortilèges de maîtriser un Minotaure tandis que la Fée Stelphique, essaie de voler par dessus le labyrinthe pour en trouver la sortie…Telles sont les missions qu’elles mènent de front, tout en gardant le fil (d’Arianne) de l’intrigue…

 

Mais la toxicité de ce roman se cache dans les lignes, et elles devront mener leur ultime combat, qu’elles seront prêtes à vous révéler dans leurs grimoires, d’ici peu de temps, afin d’ informer la jeune génération des dangers, qu’ils pourront croiser au détour d’un virage de pages, ou de l’issue de ce dédale…

Et elles commencèrent leurs écritures respectives…

La suite au prochain épisode…