Entre deux mondes d’Olivier Norek


Le livre : Entre deux mondes d’Olivier Norek. Paru le 5 octobre 2017 chez M. Lafon.  19€95 ; (409p) ; 23 x 14 cm

4e de couv :

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.

Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

L’auteur : Olivier Norek lieutenant de police à la section enquêtes de recherches du SDPJ 93 depuis dix-sept ans, auteur de Code 93Territoires et Surtensions, trois polars largement salués par la critique et le public. Surtensions a remporté Le Prix Le Point du polar européen en 2016.
Extrait :
Ce n’est pas le premier. La violence est partout puisque la pauvreté est immense. Tu ne peux pas mettre ensemble dix mille hommes, quasiment enfermés, tributaires de la générosité des Calaisiens et des humanitaires, sans autre espoir qu’une traversée illégale, et croire que tout va bien se passer. Des morts, il y en a toutes les semaines. Les No Border les traînent aux limites de la Jungle, devant les CRS, mais parfois ils sont simplement enterrés entre les dunes et la forêt. Si un jour ils rasent la Jungle, il ne faudra pas creuser trop profond.

Le OFF de OPH

 

Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences.

Adam est un policier étranger qui, fuyant un pays en guerre, arrive dans un autre pays, à 6.000 km de chez lui, pour rejoindre sa femme et sa fille, Nora et Maya, qu’il a cru mettre en sécurité ici. Mais elles ont disparu et il s’avère que ce pays est un univers sans loi, entre deux mondes. Dès le premier crime commis, Adam décide d’intervenir. Il sera aidé de Bastien, un policier français.

Olivier et Oph

En refermant « Entre deux mondes », je me suis retrouvée enfermée entre deux sentiments… bouleversée et émue.

Bouleversée par l’histoire d’Adam, policier Syrien d’abord puis migrant à son arrivée à Calais.

Bouleversée par l’histoire de Kilani, enfant Soudanais et migrant.

 

Émue par les liens que Bastien, policier français, va lier avec Adam.

Émue parce que toute cette histoire me touche pour de multiples raisons:

Flic j’ai dénoncé les conditions de travail de mes collègues aux abords cette Jungle en occultant trop souvent les tragédies humaines qui pouvaient se dérouler à l’intérieur de ce microcosme,

Originaire de Grande-Synthe je vois régulièrement les migrants de la « Jungle bis », à proximité du lac où j’allais me promener  et que maintenant j’évite, fermant les yeux sur ce drame humain parce que c’est tellement plus facile…

Parce que quasiment chaque fois que je prends l’autoroute A16 pour retrouver mes proches, je suis plus vigilante que sur n’importe quelle autre autoroute, ayant déjà failli renverser des migrants prêts à tout pour rejoindre leur « Terre Promise », cette Angleterre qui est devenue leur Eldorado…

Olivier m’a renvoyé à nos contradictions, nos paradoxes… Il a su dépeindre avec précision et sans pathos les émotions et les conflits internes que peuvent ressentir les policiers calaisiens entre drames humains et maintien de l’ordre public.

Une fois encore le monde policier y est décrit avec une précision et une authenticité que je n’ai retrouvé chez aucun auteur et qui me touche particulièrement. Un humour noir qui cache nos fêlures et nous aide à lutter contre les monstruosités de la société. Les flics sont les seuls à pouvoir la dépeindre sans le filtre de la bienséance ou du politiquement correct, et pour cela merci Olivier. Tu montres avec brio notre humanité, nos douleurs, nos ras le bol, nos faiblesses et notre impuissance aussi face à certaines situations révoltantes.

Mais « Entre deux mondes » n’est pas qu’une histoire de flics… c’est aussi le drame migratoire et l’incapacité de notre pays à faire face à cette situation.

C’est la capacité de l’Homme à s’adapter pour survivre  « Nous devenons tous des monstres quand l’Histoire nous le propose »…

C’est le desarroi des habitants de Calais qui ont été pris en otages par l’Etat français, fermant les yeux sur ce qui se déroule, encore aujourd’hui, dans cette ville.

C’est l’énergie que dépensent les associations humanitaires pour apporter un peu de réconfort à ces déracinés fuyant les guerres dans leurs pays…

« Entre deux mondes » n’est pas un roman pro-migrants, il y dénonce notamment les abus des passeurs,  « Entre deux mondes » c’est juste une histoire profondément humaine qui vous bouleversera….

Publicités

Le Festival Sans Nom : 8 auteurs présents à Mulhouse


Coucou mes polardeux,

Vous le savez, cette année je ne suis laissée embarquer dans une nouvelle aventure.

Et oui je participe indirectement aux Festival sans nom (FSN) le salon du polar à Mulhouse.

Aussi régulièrement je vous donnerai des nouvelles et des infos sur ce festival FSN sur ces pages.

Aujourd’hui je vais vous parler des 8 premiers auteurs invités.

Allez c’est parti!


 

Parrain de l’édition 2017 :

Olivier Norek

Né à Toulouse en 1975, Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis, et auteur de trois polars magistraux, chocs, tendus, électrisants, dans lesquels l’inspecteur Victor Coste se débat, aux frontières des crimes et de la violente folie. De Code 93 (Michel Lafon, 2013) au fameux Surtensions (Michel Lafon, 2016, prix du polar européen du magazine Le Point), en passant par le vertigineux Territoires (Michel Lafon, 2014), Olivier Norek n’a de cesse de nous mettre face à la très réelle violence, avec un relief propre à celui qui connaît le terrain de très près. Olivier Norek a travaillé à l’écriture de la sixième saison de la série Engrenages. Juste avant le salon, sort son très attendu nouveau roman : Entre deux mondes.

 

 

Invité d’honneur 2017 :

Jacques Pradel

Né à Paris en 1947, Jacques Pradel est un animateur de radio et de télévision bien connu de tous. Présentateur d’émissions emblématiques des années 1990, comme Perdu de vue et Témoin numéro 1, il anime sur Europe 1 l’émission Café crime, qui analyse et raconte les grands faits divers judiciaires qu’a connus notre pays, puis, depuis 2010 sur RTL, il présente l’émission L’heure du crime, qui procède de la même idée. Auteur de plusieurs livres, il a notamment publié Police scientifique : la révolution (Points, 2014), et Les grandes affaires criminelles pour les Nuls (First, 2016).

 

Maintenant les auteurs en lice pour le premier prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Sandrine Collette

En lice pour le prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Née à Paris en 1970, Sandrine Collette est spécialiste de science politique. Son premier thriller, Des nœuds d’acier (Denoël, 2013), obtient le Grand Prix de littérature policière. Entrée en fanfare dans l’univers du noir pour celle qui deviendra l’un des maîtres du thriller français, avec entre autres l’implacable Six fourmis blanches, ou l’étonnant Il reste la poussière (Denoël, 2016, Prix Landerneau du polar). Les Larmes noires sur la terre, son dernier roman, nous invite dans un récit angoissant en quasi huis-clos dans la Casse, un refuge pour déshérités, une ville de miséreux logés dans des voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties, où chaque voiture est numérotée et attribuée à une personne.

Stéphane Pair

En lice pour le prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Stéphane Pair est né à Paris en 1971. Journaliste pour la chaîne publique France Info, il traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société. En 2017 il publie son premier roman Elastique nègre (Fleuve Noir, 2017), d’une singularité stylistique tout à fait surprenante. Des squats de Pointe-à-Pitre au volcan endormi de Montserrat, de Key West à Sainte-Lucie, une immersion envoûtante dans un monde où la beauté animale n’a d’égale que l’obscure la bestialité qui sommeille au fond des hommes.

Pierre Pouchairet

En lice pour le prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Né en 1957, Pierre Pouchairet a été commandant de la police nationale, chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiant, puis représentant de la police française au Liban, en Turquie, et attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan. Il se lance dans l’écriture et publie Une terre pas si sainte (Jigal, 2014). Dans son nouveau polar, La Prophétie de Langley (Jigal, 2017), il nous plonge dans un marigot politique où se mêlent banlieues et sphères financières.

Sire Cedric

En lice pour le prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Né en 1974 à Saint-Gaudens, Sire Cedric est le chef de file incontesté du thriller horrifique. Si vous avez aimé De fièvre et de sangLe Premier Sang, et Avec tes yeux (éd. Presses de la Cité), vous adorerez Du feu de l’enfer (Presses de la Cité, 2017). Un nouveau thriller diaboliquement perturbant, autour de Manon qui maquille les cadavres pendant qu’Ariel maquille les voitures ! Subtil et maîtrisé, un conte d’horreur moderne.

Martine Nougué

En lice pour le prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Née en 1957, Martine Nougué a vécu ses premières années en Afrique, au Cameroun et, depuis, n’a plus cessé de voyager, à la découverte des cultures du monde. Toujours passionnée par le monde tel qu’il va, et les gens tels qu’ils sont, elle continue d’observer son époque depuis sa « planque », son village languedocien au milieu des vignes du côté de la lagune de Thau. Elle publie deux romans aux Editions du Caïman Les Belges reconnaissants (2015) et Le vrai du faux, et même le pire (2017).

Nicolas Lebel

En lice pour le prix littéraire 2017 du Festival sans nom

Né à Paris, Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant. Il publie en 2013 son premier roman noir (L’heure des fous, éditions Marabout), plongée abyssale dans l’univers des SDF. Après Le jour des morts (Marabout, 2014) puis Sans pitié ni remords (Marabout, 2015), il publie De cauchemar et de feu  (Marabout, 2017) dans lequel il nous entraîne sur la piste d’un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale.

Voici pour les 8 premiers auteurs invités au Festival sans nom les 21 et 22 octobre prochain à Mulhouse.

Oui je sais déjà ça donne envie de s’y rendre !

Mais attendez que je vous dévoile les 8 prochains….

Allez un peu de patience c’est pour dans quelques jours !

A très vite donc pour retourner au FESTIVAL SANS NOM, le polar à Mulhouse.

Il était une fois SMEP – J2


Voilà, la 9e édition de Saint Maur en Poche jour 2 c’est maintenant.

Nous allons vivre cette folle journée avec notre envoyée spéciale Eppy Fanny.

Il faut dire quelle a un sacré programme sur sa feuille de route notre chroniqueuse;

Je l’ai vu galoper la veille, c’était pas piqué des hannetons

Bon allez voici l’épisode 3 des folles aventures d’Eppy Fanny

Et si vous êtes passés à coté des premiers épisodes vous pouvez  les retrouver ICI et


Il était une fois SMEP – J2

Dimanche 25/06/17 – Jour 2 (et anniversaire de ma correctrice):

 

Je reprends mes notes du jour une fois dans mon lit. Regarde où j’en suis de ma to do liste de ces deux jours. Commence à réfléchir aux 5 questions à retenir.

Jette un œil sur le monde Facebookien, via mon téléphone pas consulté depuis la veille 6h30. Constate que cet univers s’est déchaîné et a envoyé un nombre incalculable de pigeons voyageurs et de coursiers nombreux donnant des nouvelles de cet événement magique qu’est SMEP. Découvre le post de Lilas Seewald annonçant l’interview à venir. Tellement d’émotions depuis hier matin. Le sommeil me fuit. Au moment où je m’écroulerais enfin, mes logeurs rentrent. Il est 4h30, St Maur s’éveille, les oiseaux chantent déjà et ont définitivement fait fuir le sommeil

J’émerge de la chambre après avoir listé ma journée à venir. Il est 7h : triple café. J’ai RDV avec Fabrice pour préparer l’entretien. Je recharge mes malles dans ma carriole. Vérifie où j’en suis des rencontres que je souhaite encore faire. Et fouette cocher !

J’arrive à SMEP. Il est 9h15 et la file d’attente est déjà impressionnante.

Ma secte du nord est arrivée : François Cappeliez, Charlene Boutillier et son mari, Bénédicte Degrugillier, Pascale Marcoin … Une halte s’impose : Tournées de bisous. Avec des S !!!

Les liens noués la veille au soir me permettent de rentrer directement comme les auteurs. Je suis attendue. Me voici sous la tente VIP avec Steve Cavanagh et Fabrice Liegeois déjà installés. Du café SVP ! Même si au bout de 30 mn cinq questions sont retenues, pour y arriver j’ai échangé avec Steve via Fabrice, et eu plus d’infos que le format court officiel que nous retenons.

Steve nous quitte pour rejoindre sa place. Nous peaufinons avec Fabrice. C’est que ma phrase d’accroche, qui est un jeu de mots en français, n’est pas traduisible en l’état… Un autre café, et la solution est trouvée. Ouf !

Je pars de nouveau arpenter le salon, croise Claire Favan et Olivier Norek, Méli avec Oph Cohen Cohen passe saluer Danielle Thiery, recroise Christelle et Dav, retourne voir Fabrice sous la tente pour voir où il en est de ses traductions… Reprends un grand café…

Lilas et Steve nous ont rejoints ; nous nous installons dans le carré VIP. L’interview commence. Moins fluide qu’à mon habitude car pour enchaîner j’attends la traduction des réponses de Steve dont j’ai besoin pour faire le lien. Comme un fil ténu qui relie mes fameuses 5 questions. Notre public : Lou Valérie Vernet qui me fait le plaisir d’immortaliser l’entrevue en prenant des photos. Le temps file, le format qui devait faire maxi 10 mn en fait presque le double mais l’auteur est ravi et c’est l’essentiel. Son éditrice aussi. Mon traducteur et moi planons.

Merci Lilas de m’avoir offert cette opportunité, merci à Fabrice d’avoir fait le job qui a rendu cet échange possible. Et un immense merci à Steve pour tout le temps passé à la mise en place et l’interview en elle-même. Interview toujours visible via le lien suivant :

https://www.facebook.com/lilas.seew…

Il est déjà midi.

Je reprends ma route, file papoter avec Sophie Loubière et saluer Sandrine Colette. Au détour d’une allée revoici Monique Ledantec, elle aussi en vadrouille, en discussion avec Bob Garcia et Franck Thilliez. Sacrée elle, elle n’a pas choisi les plus mauvais magiciens des mots pour échanger. Je salue ce beau monde, Franck en particulier avec qui j’échange sur un noir volatile du nord de nos connaissances.

Franck est comme toujours très entouré, voir submergé. J’attends l’accalmie et l’accapare juste avant qu’il ne parte déjeuner pour une des rares photos faites avec un auteur. Celle-ci elle est pour mon Olivier Le Corbac Vanderbecq. Toi mon ami qui ne m’a pas quittée et dont nous parlons avec émotion de nombreux auteurs et moi depuis hier.

Puis rencontre en vrai avec Jean-Christophe Portes. J’ai adoré son roman « l’affaire des corps sans tête » et espère trouver un moment avant la fin d’année pour lire le second. Une belle rencontre, un échange passionnant. Merci à toi.

Puis un échange plus long avec Valentin Musso juste croisé hier. Échange définitivement convaincant qui m’a donné l’envie de découvrir cet auteur.

Puis un coucou et une pointe d’humour auprès de Michel Bussi, à qui je rappelle la bougie* de l’an passé et le fait que j’attends son prochain livre car franchement il n’écrit pas assez vite. Merci Michel pour ta simplicité et ton sourire.

Un moment rapide avec Gilles Paris doublé d’un fou rire en passant. La vie.

Il est 12H45, les auteurs sont partis déjeuner pour partie. Je me pose auprès de Bob qui accède à ma demande de droit d’asile, me confie son stand un moment. Appelez-moi Bob !

Me voici ressourcée. Mes pieds en tout cas. Je retourne sous la tente des auteurs où je commence à être connue. Et où spontanément on me sert un grand café et des petits fours pour que je reprenne quelques forces. J’avoue en avoir bien besoin. Debout depuis la veille 6h. Ça pique un peu.

Les allées du dimanche après-midi sont toujours bondées. Cette édition 2017 n’y déroge pas.

Un petit clin d’œil à Ian Manook Perso, présent à SMEP (via ses romans et mes pensées), tout en étant aux Pontons. Sacré Ian !

Au détour d’une allée voici Miss Florence Thriller en personne. Une bise et je poursuis ma route.

Je passe saluer l’adorable Amélie Antoine déjà rencontrée. Les félicitations sont de mise pour ce beau parcours.

Puis Guillaume Cherel qui fait partie de mes Facebookiens. Nous échangeons un moment. Très envie de le lire. A suivre.

Ensuite découverte et échanges avec Hugo Buan, ami de mon Cicéron. Ils sont chez le même éditeur. Hugo à également de l’humour à revendre. Je croise Cicéron venu en visiteur un peu plus loin. Palémon au rapport !

Il est 15h30, je n’irai pas au bout de mon programme qui a été raccourci suite à l’interview. Je passe voir Steve et lui prends « La défense ». J’en avais envie depuis la veille.

Puis je file taper l’incruste entre Jacques Olivier Bosco et Alexis Aubenque car Fabio est parti et sa chaise est libre.

Plus bouger. Me voilà à discuter avec eux deux, à être témoin de leurs échanges métiers faits en toute confiance devant moi et dont bien évidemment je ne dirai rien.

Alexis me raconte une anecdote suite à mon passage la veille auprès d’un autre auteur de langue anglaise. Du quiproquo que cela a entraîné et qu’il a désamorcé lors de leur dîner. Une histoire de chat. Spécial joke Alexis. J’ai raconté l’histoire dans le détail à notre Corbac et nous en avons ri aux larmes ensemble. Mais tout n’est pas racontable ici.

Pendant ce temps Job poursuit allègrement son hameçonnage bien rodé, en interpellant chaque femme qui passe et lui demandant si elle est une femme brutale… Au taquet !

Ma bande de fidèles de chez Olivier Le Corbac Vanderbecq nous rejoint avant de rentrer dans le Nord. Des photos sont faites pour Olivier et Florence. Job est un ami précieux. Au même moment d’autres photos, majoritairement de passionnés de lecture, sont réalisées. Pour ma part ma priorité est ici. Pour mes amis présents ce jour et sur le départ, pour ceux restés dans le Nord et pour qui nos cœurs vibrent.

J’embauche ensuite, avec ma timidité légendaire, le photographe officiel de SMEP, déjà croisé et recroisé l’année précédente. J’ai envie d’avoir une photo avec des amis, également auteurs, mais la première dénomination utilisée a pour moi plus d’importance. Merci Mr le photographe !

Puis dernière visite à mes Jérôme Camut Nathalie Hug où je retrouve Geneviève Van Landuyt. Nathalie et Jérôme sont toujours très entourés, la fatigue se fait sentir. Nous souhaitions une photo avec eux mais ils sont épuisés. Ils nous ont accordé des moments privilégiés à l’une comme à l’autre. C’est bien plus qu’un cliché.

Le salon se termine, les discours se succèdent, le rêve est tellement exceptionnel.

48H de rencontres et d’échanges incroyables.

Je vole. Nous volons tous et puis tout à coup une méchante fée, celle de l’économie, s’invite et gâche la fin des festivités en faisant planer ses ailes sombres et sinistres sur l’avenir de ce salon unique….

Mais je refuse d’écouter ces bruits défaitistes. 2018 est encore loin et il est impossible que ce monde merveilleux disparaisse.

Il est nécessaire de saluer les amis qui filent. Jacques Saussey enfourche sa moto. Les magiciens des mots s’éparpillent et disparaissent. Pour extérioriser toutes ces émotions emmagasinées, avec Geneviève nous faisons les folles sous l’œil amusé de Fabrice.

Nous n’allons pas nous quitter comme ça !

Je propose que nous prenions la direction de la taverne où j’avais débuté le salon la veille avec les Camhug.

Tavernier à boire !

Il y a Gilles, Geneviève, Fabrice, Bob et moi.

Nous étirons encore une bonne heure cette fête inégalable.

Comme il est difficile de revenir au quotidien et de quitter ce monde empli d’arcs-en-ciel.

Mais je repars avec 4 nouveaux morceaux de rêve. Ils vont rejoindre les plus de 120 qui m’attendent à la maison. Car il n’est pas possible de quitter longtemps les pays merveilleux où nous emportent tous ces magiciens des mots. Nous y sommes si bien !

Allez, je me secoue. Il n’est pas de bonne compagnie que l’on ne quitte.

Puis je sais que ces personnes, ces amis, je vais les revoir très vite. Et en découvrir beaucoup d’autres aussi car la vie nous réserve de belles rencontres. Ne retenons que celles-ci. Le reste ne mérite pas que l’on s’y attarde.

J’espère que vous aurez pris autant de plaisir que moi à ces deux journées que je viens de partager avec vous. Avec mon regard et mes émotions. Vous pouvez désormais me lâcher la main et reprendre une vie normale. Toi aussi Richard.

Une pensée ici pour le troubadour présent dans ma carriole de saltimbanque, j’ai nommé RJ Ellory dont la musique m’a accompagnée pendant ces deux jours. Mon cher RJ tu ne le savais pas, mais tu étais, un peu, à SMEP.

J’espère, que vous qui n’avez pas pu y être, aurez savouré ce voyage en ma compagnie.

Pour finir, je tiens à présenter mes excuses aux amis Facebookiens de ma page, présents à SMEP et que je n’ai malheureusement pas eu le temps de saluer.

 *

Et si vous êtes passés à coté des premiers épisodes vous pouvez  les retrouver

ICI, il était une fois SMEP, introduction 

et

Là, il était une fois SMEP, Jour 1

** En complément de cet article, un album photos va être publié sur ma page EPPY FANNY·.

Verdict d’Olivier Norek


Un auteur à Saint Maur en Poche 2017, Olivier Norek.

Pour l’occasion deux de nos chroniqueuse vous parle de sa dernière publication

VERDICT : une nouvelle (32 pages) inédite d’Olivier Norek

 Paru le 29 mars 2017  chez Michel Lafon en exclusivité pour le festival Quais du polar

 

 La chronique d’Eppy Fanny

Une Société : « Limitless Productions

Un projet : « Verdict ».

Un objectif : Etre toujours en avance sur les autres boîtes de prod, quitte à anticiper sur une loi pas encore en vigueur.

Un panel de 50 testeurs qui visionnent ce 1er épisode, sous l’œil attentif du censeur du CSA et sous l’œil inquiet de Moon qui se demande si le visionnage va faire entrer le panel en zone « répulsion » et du coup entraîner l’interdiction de diffusion de son bébé…

Un récit qui joue sur les pires instincts de la nature humaine. Humains qui pour des spectacles toujours plus excitants ne respectent plus la vie et banalisent la mort.

Un récit où la seule personne qui a encore une conscience se sacrifiera pour réveiller celle des autres. Mais en est-il encore temps ?

Une nouvelle percutante, où l’on retrouve la qualité de plume d’Olivier, et qui, suite au sujet abordé, m’a rappelé « L’œil de Caine » de Patrick Bauwen.

C’est un compliment.

 

Le petit avis de Kris

 

Aux Quais du Polar, cette année, Olivier NOREK nous a gâtés en nous offrant une nouvelle inédite, VERDICT.

18192292_1431803630212281_471249552312448074_o

Je viens de la dévorer allègrement, le style Norek étant un vrai bonheur ! Une image de notre société, toujours dans le réalisme, ici dans la régression tout en pensant innover ! Il y est question de la télé réalité, qui, dans la course à l’audience et au fric me fait penser un peu à ce que nous voyons autour de nous, profiter de tout à fond sans en mesurer les conséquences jusqu’au jour où … ça vous pète à la figure !
Encore beaucoup de lucidité dans ces écrits, sans jamais juger !

 

Code 93 de Olivier Norek


Mes petites lectures

ONLe livre : Code 93 de Olivier Norek. Paru le 18 avril 2013 chez Michel. Mafont. 18,95 ; (363 p.) ; 23 x 14 cm.
on&&Réédité en poche le 9 octobre 2014 chez Pocket dans la collection Pocket Thriller.  7,30 ; (357 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Victor Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au coeur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un cadavre qui refuse de mourir, un toxico victime d’autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un «vrai flic», Code 93 se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur. Mais il témoigne aussi d’une belle maîtrise des sentiments et relève un véritable défi en matière de suspense, dans un environnement proche et pourtant méconnu. Cette plongée inattendue dans un monde de manipulations criminelles au sein des milieux de la politique et de la finance nous laisse médusés.

on&&&L’auteur : Lieutenant de police pendant  une quinzaine d’année, Olivier Norek a travaillé à la Section enquêtes et recherches du SDPJ 93. Code 93 est son premier roman.

 

Citation :
« Entre le boulot le week-end et les nuits passées au bureau, il commençait à se sentir comme une caricature de flic télé et, il le savait, ce n’était pas une bonne chose. »

Résumé et petit avis :

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d’autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d’un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.

Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d’un mystérieux dossier, le «Code 93» ?

Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison…

Voici un premier roman qui m’a tout de suite intrigué. Et oui en effet il avait plutôt les faveur des médias, de la presse écrite, de la radio. C’est déjà assez rare pour un polar, un polar français qui plus est, alors un premier polar d’un jeune auteur français. Je ne pouvais que me pencher dessus.

J’ai donc lu Code 93 et là ce fut la surprise, plutôt bonne d’ailleurs.

Il faut dire que l’auteur maîtrise son intrigue, normal allez vous me dire pour un flic, il a l’habitude de démêler les affaires dans ses enquêtes.  Avec Olivier Norek on se retrouve sur le terrain, on suit l’enquête au plus prés. On participe au travail de fourmis de cette équipe de policiers. On entre en immersion avec eux et l’on va parcourir le 9-3, ce département de la Seine Saint Denis qui sert de décor au roman et qui sous la plume de l’auteur devient un personnage à part entière. La banlieue noir, violente avec un taux de criminalité record.

Des personnages parlons-en. C’est là le point fort à mon avis de l’auteur. Son équipe de flic (  Coste, Mathias, Ronan, sam sans oublier  la nouvelle adjointe de Coste , Johanna De Ritter) sa médecin légiste Léa Marquant, tous ont un charisme chargé, à commencer par le capitaine Coste et ses doutes.

Olivier Norek nous confronte à la réalité. Il nous offre un roman policier réaliste avec des flics invertis qui exerce leur métier avec passion. Même si en retour celui-ci leur rend plutôt des coups qui creuse peu à peu en eux des failles qui les rendent encore plus humain.

Alors oui, j’ai été intrigué par cette nouvelle plume prometteuse et je suis allée quelques mois plus tard à la rencontre d’Olivier Norek, je voulais en savoir plus.

Et il m’a expliquer qu’il était venu à l’écriture en participant à un concours de nouvelle. Que depuis la parution de Code 93, il était en dispo pour poursuivre les aventures du capitaine Coste et de son équipe. Qu’il tenait à rester Flic, mais qu’il avait besoin de temps pour écrire. Que si il « planchait » d’abord sur l’intrigue, il s’attachait surtout à la psychologie des personnages Que pour chaque personnage il écrivait une petit nouvelle, une bible pour mieux les connaitre, pour appréhender leur réactions,  pour leur donner une voix, un caractère. Qu’excepté Fred Vargas, il avait peu lu de polar. Qu’il aimait retrouver dans ses lectures des personnages fort. Qu’il avait besoin, à la lecture d’un bouquins de ressentir des émotions un peu comme peut en procurer la musique.

Alors j’ai compris…J’ai compris qu’un nouvel auteur à découvrir et surtout à suivre venait de voir le jour.

Alors je lui est dit bravo et merci pour tout cela Monsieur Norek.

Code 93 d’Olivier Norek (Pocket) a reçu en 2015 Le prix du public Saint Maur en Poche ex-aequo avec W3 – le sourire des pendus de Nathalie Hug et Jérôme Camut (Le livre de poche) .

Vous pouvez Lire le début ICI

Petit retour à Saint-Maur en poche 2015.


smep2015Il était une fois…Je me permets de vous ramener quelques semaine en arrière. On retourne à Saint Maur En Poche (SMEP, pour les intimes). C’était il y a tout juste 3 mois et je m’en souviens comme si c’était le week end dernier. En plus je prend comme guide mon ami Yvan Fauth, qui cette année était associé au salon.

En effet, SMEP a innové cette année en demandant à quelques blogueurs  d’être partenaire du festival. Ainsi le Blog Emotions d’Yvan était-il parmi ceux-ci.

Nous allons le découvrir en intervieweur de talent. Il nous a fait découvrir deux stars internationales du polar en personne de Viveca Sten et Donato Carrisi. Il a aussi aminé une table ronde sur les rapports Polar/ciné avec trois auteurs français de talents qui sont aussi scénaristes. Réné Manzor, Laurent Scalese et Olivier Norek.

Et pour que vous puissiez mieux vivre cela,  voici les liens vers les articles d’Yvan et vers les vidéos de ces entretiens.

Le compte rendu d’Yvan sur ces entrevues ICI

Table ronde Polar / Cinéma

Interview de Viveca Sten

Viveca Sten, née le 18 juin 1959 à Stockholm, en Suède. Elle vit près de Stockholm avec son mari et leurs trois enfants. Après une brillante carrière juridique, elle s’est lancée dans l’écriture. Sa série mettant en scène l’inspecteur Andreasson et Nora Linde sur l’île de Sandhamn connaît un succès phénoménal en Suède et dans une douzaine de pays. Elle vient d’être adaptée en série à la télévision suédoise.

Interview de Donato Carrisi

Né en 1973, Donato Carrisi est l’auteur d’une thèse sur Luigi Chiatti, le « Monstre de Foligno », un tueur en série italien. Juriste de formation, spécialisé en criminologie et sciences du comportement, il délaisse la pratique du droit pour se tourner vers l’écriture de scénarios. Le Chuchoteur, son premier roman, a remporté de nombreux prix littéraires.

Je vous emmènerai à nouveau à Saint Maur en poche pour d’autres « Tête à tête » ou d’autres tables rondes autour du polar.

Alors à très vite.

Saint Maur en Poche 2015, retour sur un salon d’exception : chapitre 2


     Saint Maur en Poche 2015, retour sur un salon d’exception : chapitre 2

Inutile de vous le rappeler maintenant, vous le savez sans doute tous sans exception, j’adore ce salon.

Depuis ses tous débuts, un peu timide, je lui suis fidèle. Et ma fidélité n’est pas prêt de s’arrêter surtout que cette année, mon blog a été associé à l’événement. Partenaire qu’ils m’ont dit. Encore un grand merci à Marie Hudelot Verdel, la grand organisatrice de l’événement d’avoir pensé à moi. Je ne sais pas qui lui a soufflé mon nom, mais je l’en remercie aussi.

Dans ce troisième billet je vais essayer de vous faire partager mon dimanche à SMEP.

11391781_991776837522397_554945065183155976_nCe dimanche matin était dédié au copains qui était encore présents sur le salon. Prendre un peu plus de temps que la veille pour papoter avec eux. Mais mes potos étaient comme moi, ils avaient envie de profiter jusqu’au bout des auteurs présents ce dimanche. Et puis il faut dire que ce matin là, le salon semblait calme. Le public n’arrivait qu’au compte goutte. Et c’était fort appréciable c’est quelques heures de tranquillité toute relative. Il faut dire que la veille, la foule s’est pressée à Saint Maur en Poche et dés le samedi matin. A 10h, les lecteurs étaient déjà nombreux à attendre l’ouverture des portes. A 10h30, les premières queues se formaient devant certains auteurs.

11350604_991786607521420_2605084955338095437_n11535885_991786260854788_5017635853383499567_n

Ce dimanche matin, donc était plus tranquille. Sauf pour Franck Thilliez qui, a peine arrivé, a été pris d’assaut par ces fans. Et parmi ces fans présents, il y avez tout un tas de potes, alors quoi de mieux que de rester un peu dans la file d’attente pour babiller avec eux.

Mais en ce dimanche matin j’avais aussi quelques autres objectifs.

1607096_991786010854813_1140714491521689558_nLe premier fut de retrouver Benoit Minville sur son stand pour lui faire dédicacer son bouquin « les géants ». Le stand de Benoit se trouvait dans la partie du salon réservé à la jeunesse. Oui son titre est ce que l’on appelle un livre pour Young Adulte enfin comprenez pour Ado et Adulte. J’étais passer trois fois la veille sur son stand, mais 3 fois je me suis cassé le nez. Et oui… Benoit traînait du coté des polardeux, c’est pas moi qui vais l’on blâmer. Benoit est auteur, mais c’est aussi et avant tout un libraire, est un putain de libraire. Un comme on les aime, passionné, acharné, ravagé (non l’a je déconne ou j’exagère, mais si peu). Il faut le voir défendre ses coups de cœur, il faut l’entendre parler des bouquins et des auteurs qu’il a aimés. Il faut lire ses avis, c’est de la bombe. Alors forcément, souvent nos avis se croisent, et nous aimons les mêmes romans policiers ou noirs. Et entre passionnés nous avions quelques point de vue à échanger. Merci Benoit tu m’as rebooster et je suis reparti de plus belle la quête sans fin des auteurs à faire découvrir et à défendre contre vents et marrées. Et continuons à mettre en avant le polar français, nous avons vraiment des auteurs, et de jeunes auteurs exceptionnels made in France.

Mon second objectif du jour était de rencontrer Sonja Delzonge. En effet, elle n’était présente sur le salon que ce dimanche, il ne s’agissait pas de la louper. Pour tout dire j’avais hâte de l’approcher, son roman, » Dust » a été pour moi une des révélation de ce premier trimestre 2015. Mon petit avis sur Dust ICI. J’avais des tas de questions à lui poser, nous avons passé un bout de temps ensemble. Mais impressionnée et émue, j’ai oublié la presque totalité de mes questions. Mais peu importe, je crois que je sais l’essentiel et puis j’allais pouvoir me rattraper l’après midi. Mais ça je vous en reparler un peu plus loin.

11229407_10206687248517822_3619224075146245171_nEt puis l’heure du déjeuner est arrivée. Ça a été aussi l’heure de dire au revoir à bons nombres d’amis. Ils étaient venu de loin voire de très loin pour participé à cet événement qu’est Saint-Maur en poche. Des quatre coins de la France, de Bordeaux, de Lyon, des Cherbourg-Octeville, de Provence ou du Roussillon, d’Alsace et de Bretagne, du Nord , du Centre ou de l’Est. Il étaient aussi venu de Suisse ou de Belgique. Chacun est reparti chez soi, un peu triste, un peu nostalgique, mais avec tellement de beaux souvenirs en tête et la promesse de se revoir bientôt.
Heureusement quelques autres ne partaient qu’en début d’après midi. Alors avec mes Alsaciens préférés, Domi et Yvan, nous avons à nouveau profité de nos accréditations pour aller déjeuner avec
les auteurs et les éditeurs. Mais avant cela nous avions une mission à accomplir. Faire téléphoner quelques auteurs emblématiques à notre amie Foumette qui n’a malheureusement pas pu 10450934_10152983397818225_8924041245808342550_nêtre des nôtres cette année encore. L’initiative d’Yvan et de Domi était fort sympathique, mais nos auteurs
n’étaient pas présents au rendez-vous. Aussi je suis partie en quête de messieurs, Nicolas Lebel et Olivier Norek à travers tous les salons, alors que chacun avait déserté son stand pour aller saluer à droite et à gauche quelques connaissances. Une fois ma mission réussi, je suis tombée dans un Guet-apens. Mais la récompense était de taille voyez plutôt, une photo avec notre couple d’inséparable, j’ai nommé les Manook. Flattée là, je suis.

Et puis juste avant de partir déjeuné, au nouveau  quelques amis sont apparus et cela à donner lieu à quelques photos souvenirs. Merci Ko Ma.

dsc_0608dsc_0605

Après toutes ces émotions, il était tant d’aller prendre notre car pour aller manger. Et dans ce bus c’est l’occasion d’écouter les confidences des auteurs…Petit voyage avec Nathalie Hug, Jérôme Camut, Nadine Monfils, Maud Tabachnick, Nicolas Lebel, Jacques Saussey, Franck Thilliez, Claire Favan, Danièle Thiery, Olivier Norek, Dominique Sylvain, Alexy Aubenque… Jean Edouard Cassel, le tome 2 de la griffe noire qui en profite pour faire une micro sieste, on ne peut le blâmer tellement son implication est totale dans la préparation et la mise en oeuvre de ce superbe salon.

unnamed (1)unnamed11403043_991775860855828_5571051975586989117_n

En début d’après presque tout le groupe de reader avait déserté le festival. je me retrouver un peu orpheline.

J’avais encore un beau programme en vue. Notamment quelques auteurs à aller voir sur leur stand et quelques cafés littéraires à suivre.

J’avais repérer la veille un livre en poche jaune  « un mensonge explosif »  paru chez 10-18. Je l’ai acheté il y a quelques semaine et je l’ai dévoré tellement c’était magnétique. Il va falloir que je vous en fasse une petite chronique, un de ces quatre. Alors comme c’était un premier roman et que j’adore les premier roman, je ne suis approchée de l’auteur. Et ai-eu une très intéressante discutions avec monsieur Christophe Reydi-Gramo

1610986_10205960634728102_1797300382408766090_nJe suis bien sur aller revoir quelques dames du polar, comme Marie Neuser ou Danièle Thierry.

10402668_1292221270794498_7589520734126989596_n

Nadine Montfils et ses amis JC Dreyfus, JP Mocky et aussi avec ma copine Marie Colette ! Joyeuse bande. @Françoise Manoukian

J’avais promis à Nadine Monfils de lui rendre visite du coté des gents du Ciména, ce fut chose faite

Mais j’ai surtout assisté à une interview de deux auteurs que j’adore : Sandrine Colette et Sonja Delzongle.

Je vous en montre ici quelques photos.

Les cinq, ci dessus, ont une histoire… L’entretien est sur le point de démarrer et nos deux auteures sont encore affairées sur leur portable. Je leur lance, « vous déconnez les filles, c’est nous qu’il faut regarder, on aimerai bien faire quelques photos. »

ça fait marrer Sandrine qui soulève sa manche droite et  me lance quelques choses comme ça –  » c’est mieux comme cela » Et là de concert, voilà nos deux polardeuses de nous montrer leurs biceps et de comparer leur bronzage. Gros fou rire dans l’assistance. Et Sonja qui était un poil tendue avant l’interview, c’est décrispée d’un coup

unnamed (2)unnamed (6)unnamed (3)

unnamed (4)unnamed (11)unnamedunnamed (10)unnamed (5)

Puis j’ai suivi un tête à tête entre Marina Carrère d’Encausse et Franck Thilliez. Ils sont vraiment très abordables ces deux là malgré leur notoriété.

unnamed (5)unnamed (3)unnamed (8)unnamed (7)

Vous pourrez découvrir ces entretiens sur le blog de la griffe noir www.lesdeblogueurs.tv.

Enfin un petit tour du coté de Henri Loevenbruck, et le tour était joué. D’ailleurs, je sais pas pourquoi, mes le livre qu’il m’a dédicacé n’est pas à mon nom donc pas pour moi.

Et ce fut la fin d’après midi le salon touché à sa fin. la cérémonie de clôture a eu lieu.

Des tas de remerciement… »Yvan tu est un type épatant »

Un poil émouvant…

Alors rendez vous l’an prochain pour un nouveau SMEP 2016, encore plus grand et plus beau.

Saint Maur en Poche 2015, retour sur un salon d’exception : chapitre 1


Saint Maur en Poche 2015, retour sur un salon d’exception : chapitre 1

Saint-Maur en Poche (SMEP) a investi le parvis de la gare de RER Saint-Maur-Créteil les 20  et 21 juin dernier . Organisé par la ville de Saint-Maur et la librairie de la Griffe Noire, ce salon a rassemblé lus de 180 auteurs.
Et pour la 7ème édition, le thème était… le 7ème art.
Saint Maur en poche c’est le festival international du livre en format poche. C’est un salon généraliste. 30% de littérature blanche, 30% de littérature jeunesse, 30% de polar. Et c’est bien de cette littérature noire que je vais vous parler dans ce billet. Les préparatif du salon sont finis, vous les trouverez ICI, on peut démarrer notre histoire.

11017820_10206193803498380_3397882115739606655_n

Ce premier chapitre va revenir sur la journée du samedi, une journée riche en émotion. Tout d’abord cette année, j’ai eu la chance d’être invité par SMEP comme blogueuse. Donc, j’ai pris conscience que je pouvais vivre le salon de l’intérieur. Depuis ses tous premiers débuts, je suis fidèle à ce festival et je l’ai toujours vécu intensément. Mais là, il y a eu un petit supplément d’âme. Une impression qu’il me allait encore plus défendre mon salon préféré. Mais comment faire plus que les années précédentes. Si ce n’était de partager mes précédentes expériences des précédentes éditions. Faire vivre à travers mes yeux et mes mots, l’ambiance si particulière de celle-ci. Ainsi durant six semaine je vous ai bassinés avec mes petits retours sur SMEP. et vous avez été nombreux à les recevoir avec bienveillance voire avec envie.
Du coup certains d’entre vous, on fait le forcing pour être présent au moins une journée parmi nous. Et ça a été un vrai plaisir de vous rencontrer en vrai après avoir eu des échanges virtuels sur les réseaux sociaux ou sur nos blogs.
Donc ce samedi 20 juin se profilait comme une journée exceptionnelle. Et elle le fut.

10989179_10153449472924630_4483594638154280231_n

Aller, le défilé de ce super samedi.

Comme chaque année, je suis arrivée un peu en avance, un peu avant l’ouverture. Et déjà devant l’entrée se pressaient un public de connaisseur, et certains d’entre vous étaient déjà là a attendre que les portes s’ouvrent. Comme moi vous savez que la matinée du samedi est le meilleur moment pour rencontrer les auteurs. C’est plus tranquille, on a plus de temps. Alors vous étiez là, frétillants déjà de plaisir. Le parvis bruissé de vos première retrouvailles. Le temps pour moi de faire le tour et là je tombe nez à nez avec les premiers auteurs et les premiers potes qui sont eux aussi arrivés en avance.

@Ko Ma

Attablé à la terrasse d’un café pour profiter du calme avant la tempête, David Smadja rencontre son premier auteur, DAVID KHARA accompagné de son attaché de presse de chez 10/18, Marie-Laure PASCAUD et de Jean-Pierre ALAUX @Ko Ma

Maintenant, il est temps de retrouver les auteurs présents. Et le plateau polar est plus que plaisant. On va se régaler.

Comme je suis arrivée en même temps au point accueil avec Maud Mayeras et Danièle Thiery , elles seront les premières que j’irai (re)saluer sur leur stand. Aussi je tenais à aller soutenir les petits nouveaux, notamment Nicolas Lebel, tellement heureuse qu’il soit invité. Marie Neuser, Benoit Minville ( Encore Merci à Sophie, la libraire jeunesse de la griffe noire d’avoir retenu ma suggestion)

Ensuite ne me restait plus qu’à faire le tour de la table et de discuter avec chacun des auteurs invités. Et il y en avait un paquet. Mais c’est sans compter sur les copains et les copines qui débarquent en force en ce samedi matin. Quoi de mieux que quelques photos pour vous faire vivre tout cela. Bon c’est certains il va vous manquer les accents, du belge, du sud, du québécois, du nord, de l’est….Mais vous aurez au moins les sourires. Et là ils sont tous semblables, radieux. Un peu comme le soleil qui a eu la bonne idée de s’inviter à la partie.

.unnamed00 1897857_10205303341082225_532312149464659963_n 1507903_10206687230077361_7759665878735743381_n 11025197_10206681144685230_5584621627205562481_n 1932429_10207180238368141_1053673852204855124_n11412295_10206945192737812_6930188862724859516_n11059977_10206945190217749_4966987245257551246_n11402615_10206945194617859_2685301502153798483_o

La fin de matinée est vite arrivée.  C’était le moment que j’attendais avec impatience, le moment de la rencontre entre mon ami Yvan du Blog Emotions et la nouvelle reine du polar suédois. Et oui, la Suède est une monarchie. Et Viveca Sten en était la digne représentante.

²²²²²²² ²²²²²²²² ²²²²²²²²² ²²²²²²²²²²

Et à partir de ce moment, toute la suite de ma journée n’a été qu’une course pour aller écouter les différentes tables rondes et autres cafés littéraires ou tête à tête chez les déblogueurs.

Pour retrouver une partie de ces conférences c’est toujours chez mon ami Yvan du Blog Emotions ICI

²
²²
11541965_10206680737555052_3579389332856236049_n
²²²²

Bien sur, il y a eu une coupure déjeuné, et comme j’ai eu la chance de voir les choses de l’intérieur, nous avons déjeuné Yvan, sa compagne et moi avec les auteurs. Nous avons profité d’un sympathique buffet offert par la mairie de Saint Maur ( merci à monsieur le maire et la municipalité)

Je sais que je vais faire des jalouses quand je vais vous dire que nous avons eu le plaisir de manger avec Alexis Aubenque, Jacques Saussey, Nicolas Lebel (là vous faites déjà la tête) et Olivier Norek. Oui les filles, le dieu grec comme l’appelle mon pote David , vous savez le mec Contagieux

11141755_10206681143405198_5163040565703212230_n

@Françoise Manoukian

Et puis la fin de la journée est arrivé très vite, encore quelques auteurs à voir ou à revoir : Les Camhug que j’avais pas vu depuis au moins..une semaine, Dominique Sylvain que j’ai toujours plaisir à revoir aussi….Une bise à Claire Favan à Sandrine Colette. Un nouveau coucou à Bob Garcia avec qui j’ai partagé l’aventure  les 52 polar de 2014….A Michèle Barrière indissociable de Frédéric Lenormand

Et enfin, on va pouvoir se reposer un peu. Il est 19h passé et il faut retrouver tout un groupe de reader. Une quarantaine de fous furieux  à la crêperie pour partager la joie de cette première journée à SMEP.

11035538_10206945183977593_3690266349968985658_n

Et de joie, de rires et de fous-rires, il en fût question. Alors là suite dans le chapitre 2

000011406710_10206945209818239_353557472088170055_o

dsc_0578

@Ko Ma