Le Festival Sans Nom 2018 : Le prix polar


Salut les polardeux,

Il est plus que temps que je vous reparle du Festival Sans Nom, non ?

L’édition du Festival Sans Nom 2018, le salon du polar de Mulhouse, se déroulera les 20 et 21 octobre, avec comme parrain Franck Thilliez.

La nouvelle édition s’accompagnera, comme l’an dernier, de l’attribution d’un prix littéraire.

Et vous savez quoi ?

Non ?

Même pas une petite idée ?

Tiens j’en vois qui ricanent là bas, ils ont du comprendre.

Et ben oui !

Je fais à nouveau partie du jury. Yessss


Du coup je vais vous parlez de la sélection de cette année 2018

Pour fêter la sixième édition du Festival sans nom, le salon du polar de Mulhouserenouvelle son prix littéraire.

L’an dernier, le grand vainqueur a été Nicolas Lebel avec son formidable roman : De cauchemar et de feu

Le jury 2018 de ce prix est composé de douze personnes : membres du comité d’organisation, libraires et blogueurs spécialistes du polar et lecteurs.

Nous souhaitons que ce prix mette en avant un roman de fiction édité durant le premier semestre de l’année et qui a retenu l’attention du comité d’organisation. La sélection proposée au jury du prix comporte huit romans sélectionnés parmi les auteurs présents pour l’édition 2018.

Voici la liste des livres en compétition en 2018.

Des romans sortis au cours du premier semestre 2018, d’auteurs qui seront présents au FSN cette année. On est dans l’actualité :

BARBARA ABEL : Je t’aime (Belfond – mai 2018)

HERVE COMMERE : Sauf (Fleuve – mars 2018)

R.J. ELLORY : Les fantômes de Manhattan (Sonatine – juin 2018)

DOMINIQUE MANOTTI : Racket (Les Arènes – avril 2018)

MICHAEL MENTION : Power (Stéphane Marsan – avril 2018)

 

JEAN-BERNARD POUY : Ma ZAD (Série noire – janvier 2018)

NIKO TACKIAN : Fantazmë (Calmann-Lévy – janvier 2018)

DANIELLE THIERY : Féroce (Flammarion – mars 2018)

Sacrée Sélection me direz vous !

Et bien je confirme avec mes amis jurées on a pas fini de se tirer les cheveux pour départager le lauréat.

D’ailleurs après demain je vous parle d’eux, les Jurées. Oui qui sont-ils

Alors à très vite.

Lien vers le site officiel du Festival sans nom

Lien vers la page Facebook du Festival sans nom

A suivre, et en espérant vous voir à Mulhouse du 20 au 21 octobre 2018 !

Publicités

Rosny soit celui qui mal y pense, petits retours de flingueuses


Rosny soit celui qui mal y pense 2e du nom

Les 26 et 27 mai dernier a eu lieu le deuxième salon du polar de la FNAC de Rosny  2

Rosny soit celui qui mal y pense c’est d’abord une libraire Caroline Vallat que j’avais eu le privilège d’interviewer ICI

Rosny soit qui mal y pense c’est une grande séance de dédicace au sein de la Fnac d’un grand centre commercial de la banlieue parisienne, une dizaine d’auteurs différents par jour de salon, soit 21 auteurs sur les 2 jours.

C’est aussi 2 tables rondes, et des jeux tout au longs du salon.

C’est surtout des retrouvailles entre passionné(e)s du polar

Blogueurs, lecteurs zé lectrices se donnent rendez vous pour retrouver ou découvrir de nouveaux auteurs

Perso j’avais rendez-vous avec mes deux chouchous Yvan qui nous a fait la surprise de venir à la dernière minute et David qui n’avait pas le choix que d’être là lui aussi !

J’avais aussi pour mission de présenter mes autres chouchous, mais là c’est mes chouchou-auteurs cette fois à ma chère petite sœur flingueuse.

Aussi c’est avec plaisir que les Camhug ont fait la connaissance d’Ophélie

Et réciproquement !

A Rosny nous avions aussi rdv avec Maud, la jumelle d’Oph

        

J’en ai aussi profité pour faire la photo avec Vicky et JR Ellory

Pour rencontrer pour la première fois Cédric Lalaury avec qui j’ai eu une longue et passionnante conversation.

Pour papoter avec Jérôme Loubry dont j’ai adoré le premier roman « les chiens de Détroit« 

Pour le présenter à Ophélie et Jean Paul

Et puis est venu le temps de déjeuner

Et quoi de mieux qu’une grande table de fondu du polar

Et oui même là on la joue Collectif…Collectif Polar il va de soi !   

Et à Rosny nous étions 4 flingueuses et un peu plus…

Et il y en a deux qui m’ont convoquée et pris à part !

Tout cela avait l’air très sérieux, j’ai eu peur quelques secondes, je me suis demandée ce qu’elles pouvaient bien me vouloir. Miss Aline Et Ophé-lit avaient l’air trop sérieuses pour être honnètes.

-Ok les filles, je vous suis, je vous écoute…
-Bon cheffe rien ne va plus à commencer Aline
-Non cheffe, c’est pas sérieux là
-Expliquez-moi
-Ben voilà, tu en fais trop, trop pour nous
-Oui tu nous donnes vachement, tu nous as apporté énormément
-Ha, heuuuu… (Bouche bée, touchée je suis restée là )
-Alors Cheffe, on a un truc à te donner
-Voilà !
Et là les filles me tendent un jolie cahier.
Je l’ouvre, et je découvre des tas de petits mots d’auteurs que les filles ont rencontrés et auxquels elles ont demandé d’écrire un petit truc pour moi !
-voilà il est pour toi, tu pourras désormais le compléter et le faire dédicacer par d’autres auteurs que tu vas rencontrer maintenant.
-OK, les flingueuses, je ferai ça ! Enfin je ferai ça quand vous ne serez pas là ! Car pour l’instant c’est encore à vous de travailler. Allez au boulot. Et Aline, puisque l’idée vient de toi, c’est toi qui va t’y coller.
Non mais c’est qui la Cheffe !
Fallait bien que je trouve une parade pour ne pas laisser paraître mon émotion, mes émotions. Car oui émue j’ai été par l’attention de mes Flingueuses. Merci les filles

Du coup je cède la place à vos flingueuses pour qu’elles vous disent un petit mot sur cette journée.

Rosny soit celui qui mal y pense, petits retours de flingueuses

 

Jean Paul

Retour du salon de Rosny…
Il m’a fallu quelques heures pour digérer cette excellente journée !!!
Blogueurs, chroniqueurs et des auteurs formidables, sans oublier Jack Koch qui nous a croquer…
Quelques photos d’un samedi pas comme les autres !!!
Un grand merci à Caroline Vallat pour toute l’organisation !!!

Ça y est mes pieds ont enfin retrouvé le sol…
Une journée magnifique qui a permi de plus de regrouper quelques membres du Collectif Polar : Chronique de nuit, et quelques joyeux trublions !
Ce fût fort agréable !!!
Ps. Je comprends mieux maintenant Chronique « de nuit »
😆 😆 😆

Miss Aline

Rosny c’est des retrouvailles de flingueuses, des auteurs (qui parfois ne sourient pas ! ), de nouvelles rencontres (blogueuse, chroniqueuse), des discussions intéressantes (ou tu picores des bonbons en même temps) , des mises en scène.


Rosny c’est un déjeuner où on a pu tous tenir à la même table (« bonjour untel »), c’est des instants volés ( photos), des instants partagés.
Rosny c’est laissé un livre d’or à la Dame des Livres. Émue elle est !
Rosny c’est une longue discussion avec Monsieur Manzor dont tu attends patiemment la sortie du prochain livre en octobre (non Nath il ne m’a donné aucun indice !).
Rosny c’est quand Monsieur Manzor te fais la lecture (oui juste à moi).
Rosny c’est se faire croquer et rencontrer un loup 😘 ! 


Geneviève, Oph, Jean Paul (et les auteurs , bien sûr) merci pour cette chouette 🦉 journée.
Bisousssss

Maud

 

Un résumé du week end de rosny avec de belles rencontres, de joyeuses retrouvailles et moments inoubliables, sans oublier quelques emplettes 😀merci Caroline Vallat pour cette super organisation!!! Les dates de l année prochaine sont notées 😀😀

 

Mes petit achats (Maud)

Ophélie

Début du salon de Rosny… retrouvailles avec les copains blogueurs et chroniqueurs, les auteurs, un samedi qui s’annonce sympathique!

On nous demande souvent ce que nous aimons tant dans les salons…
Je vous dirais ceci: LE PARTAGE
Que ce soit entre lecteurs et auteurs, blogueurs et auteurs, blogueurs et chroniqueurs… les salons sont l’occasion de nous retrouver, d’échanger, de partager…
Des retrouvailles autour de notre passion commune
Du bonheur en barre

Et bien voilà

J’espère que ce petit partage avec vous lecteurs zé lectrices vous aura plu.

Nous, en tout cas, on a eu plaisir à revivre tout cela avec vous !

A très vite pour de nouvelles aventures.

Bises !

 

SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 6


SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 6

Impression de Mini-Flingue, second épisode

SMEP 2018 by Gabriele

Les interviews de notre mini-flingue deuxième partie, et là encore il y a du lourd…

Quand vos auteurs préférés se confient à notre reporter de choc, ça donne ça:

BERNARD MINIER
 
1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

elle me vient d’une lecture de Robinson Crusoé quand j’avais ton âge (11/12 ans) par une maîtresse remplaçante que j’avais eu pendant l’année scolaire. En entendant ce texte je me suis dit « c’est ça que je vais faire, je vais lire des livres et je vais en lire plein. »

 

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?
Parce que dès que j’ai commencé à lire j’ai eu envie de raconter des histoires. En fait j’avais autant envie d’en entendre des histoires que j’avais envie d’en raconter aux autres et comme j’avais plein de copains et qu’ils aimaient que je leur raconte des histoires, j’ai commencé à écrire des petites choses, puis des choses plus longues et aujourd’hui des romans.

3-Quel est ton premier roman, même non publié?

C’est très très vieux, je devais avoir une dizaine d’années, c’était une histoire avec Bob Morane et Bill Balentine, c’est des personnages qui existaient déjà, et je les ai emprunté et j’ai raconté mes propres histoires de Bob Morane.

 

4-De tous les livres que vous avez écrit et publié, lequel avez vous préféré écrire?

Des livres c’est comme des enfants, c’est comme si tu me demandais si j’ai un enfant préféré, ben non je les aime tous mes enfants. J’aime tous mes livres, c’est plutôt aux lecteurs qu’il faudrait poser la question.

 

Une putain d'histoire MinierUne île boisée au large de Seattle…

« Au commencement est la Peur.
La Peur de se noyer.
La Peur des autres,
ceux qui me détestent,
Ceux qui veulent ma peau.
Autant vous le dire tout de suite :
Ce n’est pas une histoire banale. Ça non.
C’est une putain d’histoire.
Ouais, Une putain d’histoire… »

Un thriller implacable

 

 

 

 

 

MAXIME CHATTAM

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?
De rêver tout simplement,quand j’étais gamin  je voulais vivre plein d’aventure et que dans la réalité j’avais du mal à les trouver ,alors je les ai trouvé dans les livres .
 
2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?
pour la même raison mais pour aller encore plus loin ,c’est à dire que lire des livres me permettait de découvrir des aventures qui me passionnaient et à un moment j’ai eu envie de mettre en scène ces aventures là,et pour ça il fallait les écrire.
 
3-Quel est ton premier roman, même non publié?
ça s’appelle le coma des mortels ,et je me suis servi du titre pour un autre livre que j’ai écrit  plus tard,qui reprend un peu  la même idée il était très mauvais.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel avez vous préféré écrire?

il n’y en à pas pour une raison simple tout les livres que j’ai écrit fin publié en tout cas je l’ai fais pour des raisons particulières et je me suis amusé j’ai été au bout , donc je n’arrive à avoir de préférence

 

Ambre ChattamAutre-Monde

Ambre

Ambre Caldero vit dans un mobil-home au milieu des bois. Sa mère n’est jamais là, préférant fuir. Son beau-père ne s’intéresse qu’au bowling. Mais elle a la lecture. Chaque page est une petite victoire sur la réalité, chaque roman, une nouvelle vie qui lui redonne de l’espoir.

Lorsque Ambre comprend qu’elle est la seule à s’intéresser aux étranges disparitions qui frappent Carson Mills, son meilleur allié devient son pire ennemi. L’explication de tous ces mystères serait-elle fantastique ? Ou son imagination lui jouerait-elle des tours ?

Histoire inédite, Ambre révèle le passé d’un personnage devenu célèbre à travers la saga Autre-Monde, dont ce texte constitue une parfaite introduction.

Depuis sa contribution au recueil Enfant, je me souviens…, Maxime Chattam s’est engagé activement auprès de l’UNICEF.

En achetant cet ouvrage, vous soutenez l’action de l’UNICEF en faveur de l’éducation, pour permettre aux 124 millions d’enfants actuellement non scolarisés dans le monde de sortir de la pauvreté et de se construire de meilleures chances d’avenir.

 

  Petite vidéo de notre Mini Flingue Gabriele avec le maître du thriller français Maxime Chattam
FRANCK THILLIEZ


1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

parce que j’ai toujours aimer qu’on me raconte des histoires, lire ça me permet de m’évader, d’imaginer des mondes, de voyager et d’apprendre plein de choses. C’est enrichissant de lire.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Parce que j’ai eu envie de raconter des histoires. Comme j’aimais qu’on me raconte des histoires quand je lisais, et bien j’ai eu envie d’en raconter moi même et donc je me suis mis à écrire des livres pour pouvoir raconter des histoires aux gens.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
Ca s’appelle « conscience animale ». Il a été publié mais on ne le trouve plus maintenant, il est devenu rare.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel avez vous préféré écrire?

On aime tous les écrire. je passe beaucoup de temps à les écrire et je les aime tous. Mais si je devais en choisir un je dirais « le syndrôme [e].

 

Le syndrôme [e] ThilliezUn film mystérieux et malsain qui rend aveugle… Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille.

Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés… Il n’en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé.

Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko.

Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d’une réalité effrayante. Ceux qui ne connaissent pas le syndrome [E], ne savent pas de quoi ils sont capables…

 

MATTIAS KOPING

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

Vivre mieux, rencontrer des gens et ne pas m’ennuyer.

 

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Pour libérer mon imagination.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
Il était tellement mauvais que je l’ai brûlé (rire)
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Les démoniaques »

 

MATTIAS KOPING Les démoniaque pocheC’est l’histoire d’une vengeance.
L’histoire d’une fille qui affronte une bête.
Son proxénète, son violeur.
Son père.

Drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie. Au coeur d’un village qui borde l’autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie.

Depuis la Souille, son repère situé au coeur de la forêt, l’Ours dirige son clan d’une poigne de fer et repousse chaque jour les frontières de son empire criminel.

Sa fille Kimy n’a qu’une obsession : attendre froidement l’heure de la vengeance. Car si personne ne se souvient de son visage, nul n’oubliera sa colère.

Dans un thriller à la densité paroxystique, Köping prend le lecteur à la gorge et connecte, page après page, les fils d’une bombe à retardement. Une onde de choc étourdissante qui fait figure d’événement dans la scène littéraire française.

 

 

 

FRANK KLARCZYK

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

De l’école primaire

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Grâce à l’amour du cinéma, j’ai commencé par écrire des scénarios.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« Holiday blues », qui n’a pas été publié.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

Je ne peux pas choisir, ils sont tous mes bébés.

 

Mort. Point final de Frank KlarczykMort point final

« La majeure partie des lycéens se mirent à écrire, d’autres firent mine de rédiger, se demandant encore si tout cela était réel. Peut-être que le canular allait soudainement prendre fin et que Cindy et Bertrand allaient se relever en riant de la blague qu’ils venaient de faire à leurs camarades. »

Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur !

L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.

 

 

 

JEAN-CHRISTOPHE PORTES

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

J’ai toujours lu et me plonger dans des univers et un moyen d’évasion.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

J’en ai toujours eu envie, mais je m’étais dit plus tard. Mais j’ai toujours écrit, avant d’écrire des romans j’étais journaliste.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
Le premier non publié de la série « fin de la révolution », « le monstre des Ardennes ».
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

Je ne peux pas choisir, ils sont tous différents au fur et à mesure.

 

L'affaire de l'homme à l'escarpin Portes poche

Une nouvelle enquête de Victor Dauterive dans la France révolutionnaire.

Paris, 1791. Un jeune homme est découvert assassiné dans un quartier populaire. Il est nu, à l’exception d’une paire d’escarpins vernis et cela ressemble à un vol qui a mal tourné. Mais quand on apprend que la victime fréquentait les milieux homosexuels et travaillait pour un journal politique, l’affaire prend une tout autre tournure.

Le gendarme Victor Dauterive découvre que cet assassinat est lié à des intrigues touchant le plus haut niveau de l’État. Depuis la fuite à Varennes, Louis XVI a été suspendu de ses fonctions et, dans l’ombre, le parti du duc d’Orléans fait tout pour s’emparer du pouvoir.

Entre aristocrates et révolutionnaires, Dauterive ne sait plus à qui faire confiance. La corruption, l’avidité et les trahisons sont monnaie courante et le danger est à chaque coin de rue. Surtout quand on s’approche un peu trop près de la vérité…

 

 

JACQUES SAUSSEY

 

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

Je lis depuis toujours, depuis que je suis tout petit.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

C’est arrivé avec la lecture, j’ai commencé par une nouvelle et puis j’ai continué.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
J’ai commencé par des nouvelles. le premier publié: anicroches, un recueil de nouvelles.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

Le prochain roman qui sort à l’automne 2018.

 

jacques-saussey enfermé.e(1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIDIER FOSSEY

 

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

C’est naturel. j’ai toujours aimé lire, en commençant par les romans de Jules Verne.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Je me suis lancé une première fois, j’ai écrit et c’était parti…

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
C’est « Tr@que ».
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Burn out »

 

burn out didier fossey pocheParis. Avril 2014. La police enquête sur une série de vols d’objets d’art dans les cimetières de la capitale. Lors d’une nuit de planque, un policier est assassiné. Pas de témoins. Peu d’indices. Boris Le Guenn, chef de groupe de la BAC au quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Mais il manque d’effectifs et doit mener plusieurs enquêtes de front. La descente aux enfers d’un de ses lieutenants, déterminé à rendre justice lui-même, ne va pas lui faciliter la tache…

Burn-Out nous fait entrer dans l’intimité de la police. Un monde désenchanté, dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal : elle se termine, c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible… Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons…
Ambiance, jargon, procédures… vous aurez l’impression de faire partie de cette équipe de la BAC dès les premières pages. Didier Fossey a fait toute sa carrière dans la Police nationale, il sait donc de quoi il parle. Quand leur métier prend toute la place, devient insupportable au quotidien et risque de leur faire tout perdre, ils trouvent parfois en leur arme de service l’ultime solution…

 

 

GHISLAIN GILBERTI

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

Petit je n’avais pas le droit de lire. Mon père trouvait cela inutile. ça m’a donné envie de lire davantage et je lisais tout ce qui me tombait sous la main.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

J’avais envie de donner à d’autres ce que m’avais apporté la lecture, et ça m’a permis de m’évader.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« La dynamique du chaos » qui a été mon 4ème roman publié.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Sa majesté des ombres ».

 

Sa majesté des ombres gilberti ghislainLa trilogie des ombres

Tome 1

Un cartel invisible livrant une nouvelle guerre sans merci.

Une drogue d’une pureté inédite.

Un réseau de dealers sous pression déployé aux quatre coins du monde et coupé de la tête de l’organisation.

Un signe commun aux membres du cartel : Ecce Lex, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire… Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques.

Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent.

Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ?

Bienvenue dans le Réseau Fantôme.

Entre Braquo et Breaking Bad, Sa Majesté des Ombres ouvre magistralement la nouvelle épopée du thriller hexagonal.

 

 

PATRICK BAUWEN

 

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

De mon père et de mon grand-père.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Grâce au « Seigneur des anneaux ».

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« L’oeil de Caine ».
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« les fantômes d’Eden ».

 

Iles fantômes d'Eden Patrick Bauwenl était une fois en Floride,
cinq ados partis à l’aventure.
Ils vous feront rire. Pleurer. Frissonner.
Mais ce qu’ils affronteront les changera à jamais.
Et l’un d’eux sera assassiné.

C’est sur ce crime que j’enquête.
… parce que le mort, c’est moi.

 

 

 

 

 

 

LAURENT WHALE

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

Je me suis mis à lire parce que je m’ennuyais… Du coup je bouquinais.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Pour faire mieux qu’un livre que je venais de lire.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« l’élu du hasard » non publié.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Le réseau mermoz ».

 

Le réseau mermoz Laurent Whale« La nuit africaine bruissait et, dans l’air marin, flottait cette odeur indéfinissable qui faisait de ce continent une planète étrangère. Un monde à part, déroutant et fascinant à la fois. Un pays de cocagne où se côtoyaient au quotidien des destins fabuleux et une misère insondable. »

1930. Jean Mermoz décolle pour la première traversée de l’Atlantique, alors que, dans la nuit, rôdent les espions nazis.

1944. Lors d’un vol de reconnaissance en vue du débarquement allié en Provence, Antoine de Saint-Exupéry est abattu en plein ciel.

De nos jours. Une lettre au tampon de l’Aéropostale est mise en vente sur la Toile. Israéliens, Russes, islamistes et Français se déchirent sur fond de guerre des gangs. Marseille est en feu et Dick Benton devra prendre tous les risques à la tête des Rats de poussière.

Mais quels secrets contient donc ce courrier venu de la nuit des temps ?

 

 

 

SOLENE BAKOWSKI

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

C’était un refuge contre l’ennuie.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Je ne sais pas. J’aui commencé très jeune, vers l’âge de onze ans. J’ai toujours eu envie d’écrire.

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« Un sac ».
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Une bonne intention », parce que c’est celui qui me ressemble le plus.

 

Une bonne intention de Solène Bakowski« Tous passeront à côté du sacrifice de l’un, de la confiance aveugle de l’autre, tourneront le dos à cet amour dingue,
car c’est de ça qu’il s’agit, cet amour inconditionnel d’un jeune homme pour une fillette qui écrivait des lettres,
cet amour d’une petite fille pour le jeune homme qui savait lui inventer des histoires. »

Mati a neuf ans. Elle a perdu sa maman. Son père s’enlise dans le deuil et sa grand-mère s’efforce, à sa manière, de recoller les morceaux. Un soir, la petite ne rentre pas de l’école. On imagine le pire, évidemment. Comment croire que tout, pourtant, partait d’une bonne intention ?

Le nouveau roman de Solène Bakowski nous offre, avec une ampleur et une acuité décuplées, le frisson gorgé d’amour qui a fait de son premier roman, Un Sac, un livre inoubliable.

 

NADINE MONFILS

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

Ça a toujours été là. Puis un jour j’ai lu « le cauchemar de l’aube » de Frédéric Dard, ç a entrainé ma boulimie.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

Mon père a abattu un arbre qui avait été planté par mon grand-père, ça a été un tel choc que j’ai eu besoin d’écrire mon ressenti.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« Contes pour petites filles perverses ».
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

Tous, je ne peux pas choisir.

 

Nickel blues Nadine Monfilsça se passe en Belgique. Deux ados, Ralph et Tony Boulon, décident de ne pas accompagner leurs parents en vacances.

Après un mois de nouba dans le pavillon familial, les deux frères se réveillent complètement dans le cirage. Ils découvrent la maison sens dessus dessous : la baignoire est remplie de vaisselle, des capotes pendent au lustre et le canari est retrouvé calciné dans le four ! Seul Bubulle, le poisson rouge, est sauvé in extremis, surnageant dans des eaux douteuses. Gros problème : les parents rentrent le lendemain et les frangins ont une touffe de poils dans la main. L’aîné a soudain une idée géniale : kidnapper une nana du coin pour faire le ménage. Mais les choses ne se passent pas exactement comme prévu, Ralph et Tony se retrouvant embarqués malgré eux dans une aventure rocambolesque.

Humour noir et suspense sont au rendez-vous de ce roman jubilatoire dont on ressort essoufflé et réjoui.

 

CLAIRE FAVAN

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

Elle me vient de ma maman.

 

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

L’évasion. J’avais envie d’écrire mes propres histoires.

 

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
J’avais 19 ans et il n’avait pas de titre.
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Serre moi fort », c’est celui qui m’a fait le plus de mal à l’écriture.

 

 

serre moi fort Claire favan« Serre-moi fort. » Cela pourrait être un appel au secours désespéré.

Du jeune Nick, d’abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa soeur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l’incertitude et l’absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l’Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.

Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l’enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d’une rare violence…

 

 

 

DAVID KHARA (Rencontre entre deux rugbyman)

 

 

1- D’où te vient ta passion pour la lecture?

L’évasion. Quand je lis, je sors du monde réel.

2-Pourquoi as-tu commencé à écrire?

pour un copain qui vivait un drame. Il ne nous parlait plus, il ne faisait que lire, alors je lui ai écris une histoire.

3-Quel est ton premier roman, même non publié?
« les vestiges de l’aube ».
 
4-De tous les livres que vous avez écrit et-publié, lequel as-tu préféré écrire?

« Le projet Shiro », j’ai dû l’écrire en 54 jours. J’ai beaucoup souffert en l’écrivant, mais j’ai vécu l’écriture intensément.

 

La trilogie Bleiberg David KharaEn 1942, un chef de la SS rencontre un scientifique en charge d’un projet secret. De nos jours, aux Etats-Unis, Jay Novacek apprend la mort suspecte de son père, haut gradé de l’US Air Force. Et, au même moment, un agent du Mossad abat un espion lors d’un interrogatoire.

La trilogie Bleiberg

Le projet Bleiberg ¤ Le projet Shiro ¤ Le projet Morgenstern

Complots politiques, résurgences du nazisme, dérives de la science…

À l’heure où le présent semble répéter les erreurs du passé, l’agent spécial Eytan Morg s’engage dans un combat à la mesure de l’Histoire.

Vous pouvez retrouver ICI les premières ITW de Gabriele à SMEP 2018 

Et encore un grand bravo à lui !

BRAVO Gabriele, Bravo Mini Flingue, la relève est assurée.

SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 5


SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 5

Les impressions d’Eppy Fanny

Une dixième édition formidable, un succès qui ne se dément pas. Des retrouvailles, des découvertes, des rencontres inespérées. Pour les étourdis que ne savent jamais quand célébrer Noël : c’est en juin que ça se passe (le 3ème weekend sauf élections) et c’est à ne pas manquer ! Mes photos sont signées – Les autres ont été empruntées pour que l’ambiance soit complète pour ceux qui n’y étaient pas et pour faire durer le plaisir pour les autres. Ceux qui souhaitent apporter des précisions sur les photos sont les biens venus – SMEP une fête de la littérature et de l’amitié qui ne se dément pas ! Il manque pleins d’amis croisés qui ne sont pas dans cet album (auteurs, éditeurs, blogueurs et amis). Je sais que vous vous reconnaîtrez. J’étais heureuse de vous voir tous.

L’avant salon. Merci Nadia

L'avant salon. Merci Nadia

Car pour vous offrir 48h de fêtes exceptionnelles

il est nécessaire que de nombreuses petites mains, et qq bras musclés…

travaillent avec acharnement dès le findredi aprés-midi et jusqu'au bout de la nuit – à Place des Marronniers.

travaillent avec acharnement dès le vendredi après-midi et jusqu’au bout de la nuit – Car pour vous offrir 48h de fêtes exceptionnelles –

il est nécessaire que de nombreuses petites mains, et qq bras musclés

Des passionnés bénévoles qui viennent aider les bénévoles officiels et toute l’équipe de la Griffe Noire

Des passionnés bénévolesqui viennent aider les bénévoles officiels et toute l'équipe de la Griffre Noire

Que voilà une jolie photo (pas de moi) mais qui représente totalement ce salon et cet univers : Libraire, blogueuse-libraire-bibliothécaire accro-grave et auteur !

caro frank moi

J’ai abandonnée les petites mains vers 21h. A mon âge un minimum de repos est indispensable pour savourer ces 48h attendues depuis l’an dernier !

Samedi 9h

J1 – Nous voilà en force pour débuter ce salon après un petit déjeuner entre flingueuses (et les amis de certaines).

SMEP2

Un SMEP ne commence bien pour moi que s’il commence en leur compagnie. – avec Jérôme Camut et Nathalie Hug.

Un SMEP ne commence bien pour moi que s'il commence en leur compagnie. – avec Jérôme Camut Perso et Nathalie Hug.

Avec ma petite fée Cendrine Nougué et Sylvie Kowalski

Avec ma petite fée Cendrine Nougué et Sylvie Kowalski

Et tout plein d’auteurs rencontrés !

Marina et Hélène Carrère D’Encausse – Fidèles au poste

Que dire Jeannine Boissart, l’auteur favori de ma maman. Emouvant pour moi.Merci à elle pour son accessibilité et sa gentillesse

Retrouvailles avec Julie de Lestrange – Toujours un plaisir de la voir sur un salon.

Une magnifique rencontre avec Jean-Paul Malaval, découvert et lu dans la bibliothèque de mes parents et avec qui j’ai eu la chance de longuement échanger

Merci Gérard et Jean-Edgar : je ne vous remercierais jamais assez de m’avoir permis de renconter Jean-Christophe Rufin et d’échanger avec lui. J’ai lu tout ses romans. Nöel je vous dis que ce salon !

Un petit coucou à Dominique – avec Dominique Sylvain.

Et à Armelle qui a désormais un négre pour les dédicaces. Et pas n’importe qui : François Berthel en personne. Vive le succès !

Thierry Bourcy et Jean-Christophe PortesRetrouvailles – avec Elena Piacentini et Jacques Saussey.

Toujours le sourire – avec Hervé Commère.  Retrouvailles avec Romain Slocombe et Nicolas Beuglet

Table ronde avec Gilly Mac Millan. Passionnat. Merci à la traductrice de talent que j’ai eu plaisir à retrouver (Marie) et à Jean-Edgard pour ses questions

  Hugo Buan, raté en Bretagne mais retrouvé à SMEP. Retrouvailles avec Ghislain Gilberti

Mais aussi  avec Barbara Abel et René ManzorBarbara Abel je suis désolée j’ai manqué de temps pour repasser te voir –Karine GiebelRetrouvailles également   avec Mattias KöpingDécouverte de Franck Klarczyk. Retouvailles avec RJ Ellory. Franck Bouysse– Là encore de belles retrouvailles. David Khara – Toujours agréable et disponible

 

Puis dans les allées du salon on croise aussi des copains auteurs en vadrouille : Mickael, Nick, Lou – avec Mickaël Ferriz.

Câlins de flingueuses. Et oui parfois nous déposons les armes. Ravie de vous avoir vu les filles

SMEP calinou Aline et Clémence

Et puis à la fin de la 1ère journée une surprise attendait l’une des flingueuses

il y a eu de l’émotion, des pleurs  des rires – des amis nombreux, la patronne aussi pour entourer notre Ophé Lit et lui féter un anniversaire d’exception. Merci Jean-Paul  pour tous ce que tu as fait !

SMEP 1

Et puis un salon sans Yvan Fauth et Dominique n’est pas un salon

Et puis un salon sans Yvan Fauth et Dominique n'est pas un salon

Très heureuse d’avoir partagé ces moments avec vous

Puis après le salon une détente bien méritée nous attendait. Une photo en souvenir d’une faite l’an dernier (Fabrice je t’embrasse) – avec Fabio M Mitchelli, Nicolas Lebel, Armelle Carbonel et Bob Garcia

SMEP coupe avec auteur

La fatigue commençait à se faire sentir – il était temps de nourrir les enfants – 

il était temps de nourrir les enfants – à Place des Marronniers.

Fin de la première journée

DIMANCHE 24

Et nous voici partis prendre notre café avec Patrick Bauwen pour bien débuter ce jour 2

36176659_10214079793282123_6584368925591470080_n.jpgEt nous voici partis prendre notre café avec Patrick Bauwen pour bien débuter ce jour 2

La patronne qui a fait un boulot monstre. Qui a été comme toujours d’une générosité extraordinaire. Merci, merci, merci

Table ronde animée par Geneviève Van Landuyt – avec Maud Tabachnik et Solène Bakowski.

un pur délice – Solène Bakowski tu étais parfaite. Maud ne change pas. Tu es juste extraordinaire de sincérité et de justesse.

dsc_0135

Puis il y a eu des retrouvailles, des amis, des calins, des amis qui comptent – 

SMEP POTOs1

copains

Puis une pause déjeuner bien méritée. Un instant pour souffler et en ce second jour les bénévoles en avaient bien besoin. Encore une fois un immense merci à vous tous.

Dej Bénévoles

Puis retrouvailles avec Isabelle Bourdial et cette fois nous avons réussi à passer un moment ensemble. Et rencontre St Maurienne avec Marie Noelle Ramon – avec Isabelle Bourdial.

SMEP Isabelle et Marie No

Mon Richard Migneault encore triste à l’idée de ne t’avoir croisée que rapidement toi si rare en France.

Mon Richard Migneault encore triste à l'idée de ne t'avoir croisée que rapidement toi si rare en France.

Rencontre avec Zygmunt. Passionnat. Danièle Ortega-Chevalier tu avais raison. 

Retrouvailles avec un des meilleurs représentants du Sud, Alexis Aubenque. Toujours du bonheur que d’échanger avec toi. Mon Jacques Olivier Bosco une pensée pour toi. Il me manquait une seconde épaule lors de mes pauses.

Retrouvailles avec Ingrid Desjours. Lumineuse comme toujours. Promis je lis très vite la nouvelle.

Avec Sylvain Forge – Auteur – Merci encore pour le message pour notre Danièle. Rencontre avec Gilbert Gallerne 

Retrouvailles avec l’adorable Ludovic Miserole et rencontre dans la vraie vie avec Isy Mermann. Ce fut un moment délicieux.

Rencontre avec deux jeunes auteurs qui écrivent à 4 mains : Marie Talvat et Alex Laloue

 

    Deux femmes que j’adore pour les personnes qu’elles sont autant que pour leur talent d’écriture :Danielle Thiery et Maud Tabachnik

 

Deux femmes talentueuses. Sandrine Colette encore bravo ! Sonja Tu es à l’amende d’un bière (ou deux) – Bises 

 

Et les cadeaux de Nöel se poursuivent avec Paul Cleave. En fin de salon dimanche (via son interpréte j’ai même pu échanger encore avec lui – Merci)

Et enfin…

le dernier plateau avec les copains – avec Nicolas Lebel, Olivier Norek Officiel, Claire Favan et Jacques Saussey  et la patronne – Où lorsque tu ne sais plus trop qui est qui … Quoi que

Le rire le plus communicatif que je connaisse et une noirceur d’une profondeur absolue : la délicieuse Claire Favan

Un vrai feu d’artifices amical pour terminer en beauté ce 10ème SMEP. Merci à vous tous – avec Jacques Saussey à Saint-Maur-des-Fossés.

 SMEP Potes du polar 1

Et merci pour ce dernier verre partagé et la poursuite des fous rires jusqu’au bout – avec Patrick Bauwen, Nicolas Lebel, Claire Favan, Gérard Collard, Olivier Norek , Jacques Saussey, Jacques Saussey et Geneviève Van Landuyt.

SMEP FIN

Retrouvez les autres impressions de Flingueuses sur cet extraordinaire SMEP 2018

ICI avec Jean Paul, Aline et Clémence,

Là avec Sylvie K

et ICI encore avec Ophélie.

Et puis il y a celle de Ge notre Porte Flingue

Sans oublier les ITW de Gabriele notre min-Flingue ICI et

SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 4


SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 4 Impression de Mini-Flingue, 1er épisode


SMEP 2018: quand notre mini-flingue Gabriele se lance dans ses premiers interview d’auteurs, ça déménage!

Sans aucune crainte, il est allé à la rencontre d’un grand nombre d’entre eux pour leur poser quatre question. Ces questions il les a imaginé lui même. De Maxime Chattam à Armelle Carbonnelle en passant par Michaël Mention ou encore Bob Garcia, tous les auteurs se sont prêtés au jeu, et voici le résultat….

Jean-Hugues OPPEL

1-Pourquoi as-tu écrit?

Parce que j’adorais lire

 

2-Quel est le titre de ton premier roman?

C’était « le tournant du millénaire », il n’a jamais été publié.

 

3-D’où te viens ta passion pour la lecture?

C’est venu naturellement.

 

4-Quel est le livre que tu as préféré écrire?

C’est « Zaune ».


La Zone. Un territoire au-delà du périphérique. Des pavillons entassés, des achélèmes tristes et des parkings sans printemps. Des usines et des humains en ruines. Des loubards, des flics et des malfrats. Un gros paquet de blanche et des dollars en coupures de sang. Et Zaune, la rouquine. Qui n’a pas 24 heures pour sauver son frère Bernard, un toxico victime des jeux d’argent, poursuivi par deux tueurs pour récupérer un kilo d’héroïne et un paquet de fric qu’il a subtilisés au dealer en chef. Zaune prend les choses en main. Aidée de deux animateurs de MJC, elle escamote Nanard » aux yeux des flics et des truands qui n’en reviennent pas d’une telle audace. Début d’une traque infernale, ponctuée de violence et de souffrance…À quoi bon ? Pour donner un sens à sa vie. Si cela a encore une signification dans la banlieue qui bascule. »

Michaël MENTION

 

1-Pourquoi as-tu écrit?

Si je n’écris pas je ne suis pas bien.

2-Quel est le titre de ton premier roman?

C’était « le rhume du pingouin ».

 

3-D’où te viens la passion pour les livres?

Elle me vient de Stephen King

 

4-Quel est le livre que tu as préféré écrire?
C’est « POWER »

Ici, comme dans les autres ghettos, pas d’artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c’est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève.

1965. Enlisés au Vietnam, les États-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d’Afro-Américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l’assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l’organisation défie l’Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l’image du pays, happé par le chaos des sixties.

Un roman puissant et viscéral, plus que jamais d’actualité.

 

Niko TACKIAN

1-D’où te viens ta passion pour les livres?

J’aime raconter des histoires et en découvrir.

 

2-Pourquoi as-tu écris?
J’ai écrit pour découvrir qui je suis.

3-Quel est le titre de ton premier roman?
C’est « quelque part avant l’enfer »

4-Quel est le livre que tu as préféré écrire?
 » La nuit n’est jamais complète ».

La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape… Ils se réveillent abandonnés, naufragés de l’asphalte, avec trois autres rescapés. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar…Mais ce voyage au coeur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?

Un huis clos suffocant en plein désert qui vous hantera pour longtemps et vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page. Une fin inattendue qui donne une double lecture au livre.

Nicolas LEBEL

1-D’où viens ta passion pour les livres?

Des histoires que l’on me racontait quand j’étais petit.

 

2-Pourquoi as-tu écrit?

Parce que je ne savais pas dessiner.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

L’heure des fous.

 

4-Quel est le livre que tu as préféré écrire?

« Les frères du serment« .

 

Norik, conteur vagabond, arrive dans un village un jour de foire, et commence à raconter l’histoire oubliée du Royaume de Lorn. La magie de ses mots opère, et son auditoire se voit transporter à travers l’espace et le temps au commencement de leur histoire, en une époque trouble et sanglante. « Des cornes et des crocs, des croûtes et des piques, Des monstres de l’enfer se ruent sur le château. Grognant et rugissant, ils chargent en troupeau, Toute vie détruisant de leurs pieux maléfiques. Des cornes et des crocs, des croûtes et des piques, Des skerns, maudits cornus, ont l’humeur à la mort Sous les plaies, les bubons, c’est l’âme qui se tord De ces bêtes de pus aux relents méphitiques […]
Nicolas Lebel nous offre ici sa première fiction,  une épopée lyrique en alexandrins.

Julien SANDREL

( littérature blanche)

1-D’où vient ta passion pour les livres?

Enfant je lisais beaucoup, dès 6 ans d’ailleurs. Puis j’ai eu un creu à l’adolescence et je m’y suis remis un peu plus tard.

 

2-Pourquoi as-tu écrit?
J’ai toujours voulu écrire. C’est le métier que je voulais faire: écrivain. Puis un jour je me suis lancé.

3-Quel est le titre de ton premier roman?
Un thriller dont on ne doit pas prononcer le nom, qui n’a jamais été publié jusqu’à maintenant… mais qui sait.

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

« La chambre des merveilles »

 

Un premier roman bouleversant, drôle et surprenant, et déjà un succès.
Plus de 20 pays ont acheté les droits avant même sa parution. Une adaptation cinéma est déjà en cours!

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose.
Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.
Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.
En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils.
À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.
Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place.
Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir.
Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Nathalie HUG

1-D’où viens ta passion pour la lecture?

Je lisais pour rêver et voyager.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour libérer mon imagination.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« l’enfant rien ».

 

4- Quel livre as-tu préféré écrire?

Celui que je suis en train d’écrire.

 

 

Jérôme CAMUT

1-D’où viens ta passion pour la lecture?

De mon papa.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour raconter des histoires.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« Un dernier râle » (non publié)

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?
Celui que je suis en train d’écrire.

Islanova, c’est d’la bombe foi de mini flingue


Rien n’avait préparé Julian Stark à une telle vision ce matin-là. Alors qu’il rentre chez lui pour évacuer sa maison menacée par un incendie de forêt, il trouve Charlie, sa fille de seize ans, au lit avec son beau-fils Leny.

Certaine que son père va les séparer, Charlie persuade Leny de fuguer, direction le Sud-Ouest. Son idée : rallier la ZAD (zone à défendre) de l’Atlantique, située sur l’île d’Oléron. Là-bas, ils seront en sécurité le temps que Julian se calme. Là-bas, surtout, se trouve Vertigo, un homme charismatique dont elle écoute la voix sur les ondes depuis des mois. Vertigo, le leader de l’Armée du 12 Octobre, groupe d’écologistes radicaux.

Ce que la jeune fille ignore, c’est que la ZAD abrite des activistes prêts à tous les sacrifices pour défendre leur cause, et qu’en s’y réfugiant elle précipite sa famille dans une tragédie qui les dépasse tous.

Après la tétralogie culte les Voies de l’ombre, après la série choc W3, voici venu le temps d’Islanova, un nouveau projet ambitieux, addictif, réponse romanesque de Jérôme Camut et Nathalie Hug aux contradictions de notre société.

 

Bob GARCIA

1-D’où viens ta passion pour la lecture?

Petit j’étais malade, je lisais tout ce qui me tombait sous la main du coup. Des BD et Tintin notamment mais aussi des encyclopédies.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Je n’avais aucun intérêt pour l’écriture, mais un jour j’ai fait un cauchemar terrible et j’ai écrit l’histoire de ce cauchemar. Ça a commencé comme ça.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« Le testament de Sherlock Holmes ».

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

« le testament de Sherlock Holmes » parce que ça a été le premier.

 

«La terrible nouvelle était tombée pendant la nuit. D’épais nuages noirs endeuillaient Londres.

La mort de Sherlock Holmes était entourée de mystère. Le grand détective s’était retiré à la campagne au terme de sa dernière enquête. Il vivait en reclus, refusant toute visite et se livrant à des expériences qui défrayaient la chronique. Sa dernière enquête lui avait coûté sa réputation, sa dernière expérience lui coûta la vie…

Je savais bien, moi, John H. Watson, son biographe et fidèle ami, que Sherlock Holmes avait définitivement tiré sa révérence. D’ailleurs, il avait quitté le monde de la logique humaine depuis bien longtemps…»

Mais Sherlock Holmes a réservé une dernière surprise à son fidèle compagnon. Le Dr Watson est convoqué le lendemain chez le notaire, en compagnie de l’inspecteur Lestrade, de Scotland Yard, et de Myeroft Holmes, le frère de Sherlock, pour la lecture de son testament : un document de plusieurs centaines de pages !

Sherlock Holmes y retrace sa dernière enquête, celle qui le confronta à une série de crimes particulièrement horribles et non résolus, qui dépassèrent en sauvagerie tout ce qu’il avait connu jusqu’alors. Confronté à un tueur en série machiavélique, peut-être surnaturel, Holmes va tenter de résoudre le mystère post mortem…

Plus qu’un pastiche, Le Testament de Sherlock Holmes est un thriller brillamment mené, dont la tension soutenue, l’atmosphère angoissante et les sanglantes péripéties sont à déconseiller aux âmes sensibles.

 

Marin LEDUN

1-D’où viens ta passion pour la lecture?

Des gens que j’ai croisé.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour exprimer ma colère.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

c’était « marketing viral ».

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?
Le dernier « Salut à toi mon frère ».

« Un père, une mère et leurs six enfants. Deux filles, quatre garçons. Une équipe mixte de volley-ball et deux remplaçants, ma famille au grand complet. Neuf en comptant le chien. Onze si l’on ajoute les deux chats. » La grouillante et fantasque tribu Mabille-Pons : Charles, clerc de notaire pacifiste, Adélaïde, infirmière anarchiste et excentrique, les enfants libres et grands, trois adoptés. Le quotidien comme la bourrasque d’une fantaisie bien peu militaire. Jusqu’à ce 20 mars 2017, premier jour du printemps, où le petit dernier manque à l’appel. Gus, l’incurable gentil, le bouc émissaire professionnel, a disparu et se retrouve accusé du braquage d’un bureau de tabac, mettant Tournon en émoi. Branle-bas de combat de la smala! Il faut faire grappe, retrouver Gus, fourbir les armes des faibles, défaire le racisme ordinaire de la petite ville bien mal pensante, lutter pour le droit au désordre, mobiliser pour l’innocenter, lui ô notre frère.

Olivier NOREK

1-D’où viens ta passion pour la lecture?

Pour imaginer des choses différentes que ce que d’autres pourraient penser. Un livre est une expérience personnelle, comme un voyage.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour faire passer un message.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« Code 93 »

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

« Surtension »

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur – se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?

Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…

Pour cette nouvelle enquête du capitaine Coste, Olivier Norek pousse ses personnages jusqu’à leur point de rupture. Et lorsqu’on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Armelle CARBONEL

 
1-D’où viens ta passion pour la lecture?

De ma grand-mère.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour faire sortir mes émotions.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?
« Etrange demeure » (non publié)
 
4-Quel livre as-tu préféré écrire?

Le dernier qui sort à l’automne « Sinestra »

Une écorchée vive qui rêve de brûler les planches.
Un squat à fuir, un homme secret et tourmenté.
Et une audition menée par une troupe étrange dans un théâtre abandonné… Le Majestic.
Serez-vous prêts pour la première ?

Après un « Criminal Loft » encensé par la critique, « Majestic Murder » est un thriller sombre et original, asseyant définitivement son auteure parmi les plumes majeures de la littérature noire.

Sinestra, le prochain roman d’Armelle paraîtra au 4e trimestre 2018 chez Ring éditions.

Laurent MALOT

 (parce que oui il y avait aussi des auteurs en balade dans les allées de SMEP)
 
1-D’où viens ta passion pour la lecture?

Grâce à la BD puis je me suis mis aux livres.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Grâce à E.T, je voulais raconter des histoires.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« De la part d’Hannah ».

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

Aucun en particulier, ils sont tous mes bébés.

Non, tout n’allait pas bien. La petite avait une mine cadavérique, les meurtres avaient plu sur la vallée, des familles avaient été brisées, des notables trempaient dans des trafics d’argent, la justice n’était qu’un leurre et de hauts fonctionnaires étaient responsables de cette chienlit. En tirant, Gange remettrait un peu d’ordre.

À Nantua, dans le Jura, Mathieu Gange s’occupe seul de sa fille de six ans depuis que sa femme, Gaëlle, a disparu sans donner d’explication. Flic intègre, il enquête sur deux crimes survenus coup sur coup, quand un cadavre mutilé est retrouvé dans la forêt. Helena Medj, une journaliste indépendante, soupçonne l’Abbaye blanche, une secte récemment installée dans la montagne. Lorsque son supérieur est laissé pour mort, Gange comprend que, de chasseur, il est devenu proie. Mais il ne peut pas renoncer. La disparition de Gaëlle est peut-être liée…

 

Nick GARDEL 

(venu en ami)

 
1-D’où viens ta passion pour la lecture?

Je lis assez difficilement en fait.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour faire mon intéressant.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« le cercle d’agréable compagnie »

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

« droit dans le mur »

Ancien vigile, Michel Marchandeau a cru au rêve campagnard : il s’est installé dans une maison des contreforts vosgiens. Mais le voisinage peut vous pourrir la vie bien plus vite qu’on ne le croit.

Entre une congrégation d’illuminés aux prétentions territoriales envahissantes et un Anglais chercheur de trésor, le retraité va devoir jouer des poings. Rapidement les cadavres commencent à s’entasser et cette histoire pourrait bien finir… droit dans le mur !

 

 

Sonja DELZONGLE

 
1-D’où viens ta passion pour la lecture?

De très loin, c’est naturel chez moi.

 

2-Pourquoi as-tu écris?

Pour donner aux gens le même plaisir que celui que j’ai eu à lire.

 

3-Quel est le titre de ton premier roman?

« Maintenant ou jamais » (non publié)

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

« Boréal » et « Dust »

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un oeil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un boeuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.

Question subsidiaire…. On prononce SonJa ou SonIa….

« SonIa » pour la prononciation.

Quelque part en Afrique, la mort rôde…

  1. Dans un terrain vague de Nairobi, un gamin à vélo s’amuse à rouler dans une grande flaque sur le sable ocre. Du sang humain, répandu en forme de croix. Sans le savoir, le garçon vient de détruire une scène de crime, la première d’une longue série.
    2012, à Nairobi. Une femme albinos est décapitée à la machette en pleine rue. Le tueur a emporté la tête, un bras aussi. Elle a été massacrée, comme beaucoup de ses semblables, parce que ses organes et son corps valent une vraie fortune sur le marché des talismans.
    Appelée en renfort par le chef de la police kenyane, Hanah Baxter, profileuse de renom, va s’emparer des deux enquêtes. Hanah connaît bien le Kenya, ce pays où l’envers du décor est violent, brûlant, déchiré entre ultramodernité et superstitions. Mais elle ne s’attend pas à ce qu’elle va découvrir ici. Les croix de sang et les massacres d’albinos vont l’emmener très loin dans les profondeurs du mal.

 

Marie TALVAT et Alex LALOUE

 (jeunes auteurs d’un premier polar « Comme des bleus » à retrouver bientôt sur le blog)

 
1-D’où viens ta passion pour la lecture?
Pour les deux: De mes parents.
 
2-Pourquoi as-tu écris?

Pour les deux: pour raconter des histoires

 

3-Quel est le titre de ton premier rom?

Pour les deux: »comme des bleus »

 

4-Quel livre as-tu préféré écrire?

pour les deux: »Comme des bleus »

Comme des bleus

Paris, novembre 2016. Le sordide assassinat d’une femme enceinte secoue l’opinion publique. La Crim’ est sous pression. Il faut dire que tous les Ingrédients du scandale sont réunis : une victime, fille d’un ténor du barreau, des élections qui approchent à grands pas et une presse qui se déchaîne.

Dernière recrue du groupe chargé de l’enquête, Arsène Galien est immédiatement jeté dans le grand bain. Entre doutes et excès de zèle, il compte bien profiter de cette affaire pour gagner la confiance de ses supérieurs. Quant à Pauline Raumann, jeune journaliste voisine de la victime, elle se serait bien passée d’être mêlée à cette enquête, qui fait ressurgir en elle des démons oubliés.

Reflets d’une génération en quête de sens, les deux novices ont des idéaux et des incertitudes plein la tête. Alors qu’une irrésistible attraction les pousse toujours plus près l’un de l’autre, ils vont se laisser emporter par une affaire hors du commun, à la poursuite du pire des tueurs.

Le premier polar de la génération Y

SMEP 2018 ; impressions de porte Flingue.


SMEP 2018 : les impressions des flingueuses mais surtout de leur porte flingue.

Saint-Maur en Poche 2018, on fête les 10 ans

10 ans déjà que Saint Maur en poche a vu le jour grâce à la folie de deux libraires un peu barrés. Et depuis 10 ans, je suis accro à ce salon un peu particulier pour moi.

En effet Saint Maur en poche c’est le salon de ma librairie.

SMEP c’est mon pré carré, comme je le dis souvent je joue à domicile.

Alors pour moi SMEP a un goût un peu particulier.

Mais avant de démarrer ce 10e Saint Maur en poche encore faut-il monter le  grand chapiteau pour que le cirque puisse présenter son spectacle. Aussi de nombreux bénévoles se sont déchaînés pour vous préparer une belle fêtes.

Et puis c’est le premier matin, et il faut prendre des forces et se motiver. Alors quoi de mieux qu’un petit dej Flingueuses

Et un Baby entre une Flingueuse,  une Porte Flingue et des mini-Flingues

Allez Top Départ

Depuis maintenant 10 années que cette manifestation existe, c’est devenu pour moi, en plus d’un salon incontournable, un rendez vous nécessaire.

Depuis 2013, j’ai la chance d’être associé à ce festival. En effet ce 5e salon était un spécial polar et gentiment la Griffe Noire m’a invitée en tant que coordinatrice du comité de lecture polar des bibliothèque de la ville de Paris. Depuis c’est aussi comme Porte Flingue de notre  blog Collectif Polar que je suis impliquée.

Vivre ce salon comme VIP, et bien c’est quelque-chose ! C’est des émotions supplémentaires pour nous simples lecteurs.

C’est pour cela que cette année, j’ai voulu que les flingueuses et les mini-flingues vivent cela à leur tour.

Et gentiment, Marie Hudelot Verdel la coordinatrice et grande ordinatrice de SMEP à accepter d’inviter toutes les flingueuses présentes sur ce dixième salon !

 

Dixième salon qui a su garder toute la magie de ses premières éditions.

 Car Saint Maur en poche c’est aussi les retrouvailles avec les potes.

Les retrouvailles avec les blogueuses et les lectrices

Retrouvaille avec le Staf polar, bravo à vous les libraires et les bénévoles

Les retrouvailles avec les auteurs !…

Tiens puisqu’il est question d’auteurs…Cette année avec Yvan du blog Emotions et David de C’est Contagieux, mes amis très chers, j’ai eu l’immense privilège de mener plusieurs rencontres.

Ce sont les garçons qui ont ouvert les hostilités avec David et ses auteurs scénaristes.

Excellent David pour son premier plateau sur Saint Maur en Poche avec Niko Tackian, René Manzor et Laurent Scalèse.

Et ce fut au tour d’Yvan, le grand Yvan qui recevait Maxime Chattam en tête à tête.

Puis il a fêté les 10 ans de Sonatine avec Roger J Ellory, Paul Cleave et Jacques Expert

 Il a poursuivi sur la grande scène avec Denis Lépée et Nicolas Beuglet autour de la thématique France/Scandinavie.

Pour finir la journée avec ce dernier plateau autour de l’écologie avec nos CamHug (Nathalie Hug et Jérôme Camut) et Sonja Delzongle.

On a parlé de fin du monde, de l’humanité qui ne respecte rien et pourtant on a beaucoup ri aussi. Yvan , Sonja, Jérôme et Nathalie ont un peu fait durer ce plateau le dernier de la journée…

Car nous avions préparer une surprise à notre Ophélie. Jean Paul, notre mister Flingueuse a organisé une collecte pour l’anniversaire d’Oph. Il a récolté les sous, les petits mots des uns et des autres, il est allé acheter les cadeaux et il m’a demandé de trouver le moyen de lui remettre ses cadeaux à SMEP.

Aussi j’ai pensé que faire monter notre Oph sur scène, entourée des flingueuses et de quelques amis, serait un bel écrin pour fêter notre Ophélie.

Le résultat a été je crois à la hauteur de nos espérances.

Bon il était temps d’aller boire une petite coupe pour fêter ça !

On finira cette longues journée du samedi sur ces sourires et ces rires voire ces fous-rires

Car déjà c’est le dimanche.

Et là c’est beaucoup moins rigolo, il va me falloir un peu bosser.

Mais heureusement une nouvelle fois c’est David qui va me montrer la voie. Je le retrouve sur scène avec Iain Levison pour un passionnant face à face

David qui nous a vraiment donné envie de lire cet auteur point encore assez reconnu !

Ensuite est venu mon tour de mener quelques rencontres.

J’en mène jamais large dans ce genre d’exercice et pourtant j’adore le faire. Allez comprendre. Le premier plateau réunissait 2 générations d’auteures de noir.

J’avais d’un coté Maud Tabachnik  avec une quarantaine de romans à son actif et plus de 30 ans de roman noir et de plongée glaçante dans le mondes des tueurs et de l’autre coté Solène Bakowski, une nouvelle voix du noir français. Solène a écrit 4 romans et on dit de ses romans qu’ils sont d’une noirceur folle.

Maud a été une pionnière si se n’est la pionnière du thriller en France, Solène est considéré comme l’étoile montante du noir.

Alors forcément, je me devais de les mettre face à face.

Et ben, j’ai pas été déçue

 

Maud reste comme tu es ! Et tu sais quoi ? On t’adore

Bon après ces émotions il fallait bien une petite photo souvenir avec ces dames du noir, ces âmes du noir

Et voilà il nous fallait aller déjà déjeuner.

J’avais un autre plateau à suivre après la coupure dèj.

Et là j’étais encore plus stressée. Pensez donc me retrouvez en tête à tête avec Zigmunt Miloszewski. Le beau et talentueux Zigmunt. Enfin en tête à tête presque parce que sur le plateau l’écrivain polonais était accompagné de son excellent traducteur officiel Kamil Barbarski. Autant dire que j’étais bien entourée.

Forcément j’aurai aimé avoir plus de temps pour que notre auteur développe son univers, ces personnages et ses points de vue sur son pays la Pologne mais aussi sur l’Europe et plein d’autres choses comme le poids de l’Histoire, l’évolution des moeurs… Enfin Zigmunt a été très bon et avec humour, il a su nous donner envie de le découvrir.

 

J’ai eu enfin le temps d’introniser Clémence notre apprentie Flingueuse, voilà elle a son badge officielle, Aurélie est témoin.

Mais aussi Marie Nono notre psychopathe du polar qui tenait elle aussi a être une flingueuse.

Je suis allé écouter Didier Fossey, Alex Laloue et Marie Talvat sur le thème de 3 générations de flic ( manquait malheureusement Hugues Pagan). Un thème qui me tenait à cœur et que j’ai donc proposé. Un thème qui a plu à Bob et qu’il a su magnifié sur la grande scène.

SMEP Table flic bob

Bon sinon il me restait un plateau, le plateau… Oui les techniciens, Audrey notre régisseuse en tête m’a avoué que pour elle s’était le clou du spectacle. Et c’est bien comme cela que je le voyais en le proposant à Marie. Les potes du polar, rhooo trop bien !

Je voulais pour cette table ronde festive, (ben mince alors on fête bien un anniversaire là, non !) avoir autour de moi 4 nouveaux auteurs devenus incontournables en quelques années. Pour les chambrer dans les salons où ils sont tous, je les nomme « les populaires. » C’est dans ma bouche un petit nom affectueux. Mais c’est vrai qu’ils drainent un vrai fan club autour d’eux.

Aussi pour finir en beauté, je voulais déconner avec eux. Et je crois que l’on s’est tous amusés, auteurs, lecteurs, les techniciens et moi. J’en avais mal aux zygomatiques.

Mais voyais plutôt

Allez un dernier verre pour ne pas pleurer (de rire).

Un autre avec le taulier

Mais voilà …

Clap de fin. Saint Maur en Poche c’est déjà fini !
Mais que ce fut un week-end intense et riche.
Riche en rencontres, riche en émotions, riche du tous ces moments partagés entre passionnés des livres et de la lecture.
Un immense merci à toute l’équipe de la Griffe Noire. Jean-Edgar et Gérard en tête mais qui ne sont pas grand chose sans tous leurs libraires, vous êtes bien d’accord les mecs, non !. Ce sont des grands fadas. Mais chez Collectif Polar en adore les déglingos.
Merci à Marie et Fred (sans qui rien de tout cela ne serait possible) et leurs équipes techniques particulièrement Audrey pour leur super professionnalisme
Un merci particulier à mes amis blogueurs (YvanDavid…) qui ont animé ce salon et je n’oublie pas leurs charmantes compagnes. ( Ko Ma et Dominique. Ma Domi Saint Maur en poche c’est forcément avec toi, sinon quoi !)
A tous mes potes lecteurs zé lectrices, ils sont vraiment nombreux et pas mal fêlés eux aussi. Aussi se reconnaîtront-ils et c’est tant mieux car je ne peux pas tous les citer de peur d’en oublier.
Remercier quelques éditrices et quelques autres libraires de leur confiance et amitié.
Et enfin une mention spéciale aux Flingueuses qui se sont régalées et ont partagé leur enthousiasme et leur émerveillement pour ce salon hors norme tout au long du week-end. ( Eppy FannyOphé LitCécileAlineJean-PaulFannyClémenceIsabelleSylvie, Marie Noelle, Cendrine qui pour certaines sont venues de loin, merci aussi à So Fiou et Danièle et Cathie qui auraient aimé être avec nous autrement que par la pensée. L’an prochain on vous veut aussi à SMEP. J’y ajoute Frédérique qui de loin en loin participe aussi au blog et souvent comme mon binôme des lecture bicéphales.
Merci aux auteurs de polar, vous aussi vous êtes trop nombreux pour que je vous cite tous. Surtout ne changeait rien. Si, je vais quand même nommer ceux qui ont bien voulu partager un plateau avec moi. Alors dans l’ordre d’apparition : Maud Tabachnik Solène Bakowski, Zygmunt Miloszewski, Jacques SausseyClaire Favan, Nicolas Lebel et Olivier, beau gosse Norek.
Merci à Carole d’avoir fait le déplacement, je n’en revient toujours pas ! Pour une surprise, ce fut un sacrée belle surprise.
Et parce que je garde le meilleur pour la fin. (Non ne vous vexez pas, vous avez été tous parfaits, mais là c’est vraiment très spécial) Bravo à mon mini flingue grand reporter qui vous prépare un article de fou pour vous faire rencontrer les auteurs et vivre Saint-Maur en Poche comme si vous y étiez. Merci Gabriele, you are the best !
Et enfin parce que c’est la famille ou tout comme : Merci Emma ma meilleur amie d’être venue me soutenir, Elsa toujours au top, me change rien ma Belle et Noun (ma moitié sans qui je ne serai rien et qui me supporte depuis presque 30 ans, pardon mon amour d’avoir était si peu présente à la maison ce week-end) Noun qui a partagé avec moi un petit moment de Saint Maur en poche , quelques heures et ça c’est rien que du bonheur.
Alors Vive Saint Maur en Poche et vive la Griffe Noire.

Et encore merci à vous tous et à l’année prochaine

Le dernier mot sera pour Gérard et Jean Edgar

SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 2


SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome 2

Allez on poursuit la série « retour sur le salon international du livre de poche de Saint Maur »

Cette fois c’est Ophélie qui nous offrent ses impressions sur cette 10e édition de Saint Maur en Poche.

Je vous laisse découvrir son ressenti


 

mon SMEP 2018 by Oph

Tous ceux qui ont eu la joie de participer à ce salon le disent: SAINT MAUR EN POCHE, c’est LE salon à ne pas manquer.

Du polar à l’histoire en passant par la littérature blanche, les récits de vie ou encore la BD et la jeunesse… Tous les champs de la littérature y sont représentés, et quel bonheur pour un lecteur que de pouvoir déambuler dans les allées de la place des marronniers, échanger des sourires avec d’autres passionnés ou badauds, quelques mots avec des auteurs à l’écoute et disponibles.

Ce salon chaleureux ,malgré sa taille importante, est devenu un incontournable.

Mais le SMEP, comme beaucoup de salon, c’est aussi l’occasion de retrouver les amis blogueurs, lecteurs, chroniqueurs rencontrés au détour d’allées d’autre manifestation, ou sur la toile.

C’était, pour ma part, ma deuxième participation… Mais il faut dire qu’il y a un an encore je n’étais pas chroniqueuse, juste une livrovore pour qui ce monde était inconnu.

Ce SMEP avait donc dès le départ un autre goût pour moi: celui de la famille.

La famille collectif polar d’abord, celle qu’a créée par Ge notre porte flingue et cheffe de meute (@Yvan pour les droits d’auteur 😉). Une bande de flingueuses et un mister flingueuse rassemblés autour de leur passion pour la lecture qui ont noué des liens d’amitié sincère (avec une pensée particulière pour Sofia et Danièle qui ne pouvaient être avec nous). Si nous nous connaissions tous via notre groupe virtuel, ce SMEP était l’occasion de rencontres IRL et de partager la joie de se retrouver.

Une famille qui discute H24 de livres mais aussi et surtout qui se soutien dans les évènements que nous traversons tous dans nos vies personnels. Une famille que nous devons à la gentillesse, la bienveillance, la générosité de notre Geneviève.

Ensuite la famille des blogueurs, chroniqueurs et lecteurs, je pense à Yvan, David, Mélie, Dominique, Fabienne, Sam, Stef, Laurent, Dav, Christelle, Maud, Delphine, Frédérique. Des personnes qui comptent beaucoup pour moi. Une bière partagée (ou un mojito avec Maud 😀), un câlin, des impressions de lecture, du soutien… Une famille là aussi.

Les copains auteurs, ceux dont j’ai régulièrement croisé la route ou d’autres que je n’ai croisé qu’une seule fois mais avec qui un lien particulier s’est créé. Une réelle amitié ou une amitié naissante… Nick, Sonja, Armelle, Nathalie, Laurent.

Ces familles, ces amis  qui m’ont fait une merveilleuse surprise au soir de la première journée de salon. Se réunir tous autour de moi et m’envoyer une bouffée d’amour géante à l’occasion de mon anniversaire. Leur surprise, leurs cadeaux, leurs petits mots m’ont profondément émue. Il est difficile de mettre en mots ce que j’ai vécu ce soir là, mes larmes ont parlé pour moi. Ces amis qui étaient présents, ceux qui ne l’étaient pas mais qui ont illuminé mon regard et accroché de nouvelles étoiles dans mon ciel rempli de cette joie de les avoir pour amis.

Et un merci particulier à notre mister flingueuse Jean-Paul pour avoir organisé cet intense moment de bonheur.

 

Ce SMEP était aussi le premier de mon grand bonhomme de 11 ans. Gabriele, arborant fièrement son badge de mini-flingue et son cordon presse autour du coup, a pris son courage à deux mains et est allé à la rencontre des auteurs du salon. Il a réalisé une petite interview de chacun de ceux qui lui ont accordé un peu de temps. De Bernard Minier à Armelle Carbonnel en passant par messieurs Franck Thilliez et Maxime Chattam, Sonja Delzongle, les Camhug, Nadine Monfils, Ghislain Gilberti….  Un grand merci à eux, une fois encore d’avoir eu la gentillesse de se prêter au jeu. Vous pourrez d’ailleurs retrouver ces interviews très bientôt sur le collectif polar: chronique de nuit!

Enfin ce week-end a été deux jours de rencontres et de découvertes. J’ai enfin pu échanger IRL avec Frédérique-Sophie Braize et Elodie Torrente, j’ai rencontré Agnès Abecassis (toute nouvelle venue dans la Ligue de l’Imaginaire) et Lucas Di Fulvio, revu avec plaisir Julien Sandrel et retrouvé par le plus grand hasard mon « filleul » policier, devenu auteur ALex Laloue.

Cette édition anniversaire a été une réussite pour tous! Pour ma part, elle a été particulièrement chargée en émotions, pleine d’amour, de rires et de sourires, de découvertes, de retrouvailles…

Un SMEP qui restera gravé dans ma mémoire jusqu’à ce que cette dernière décide de s’envoler au grès du vent de la vieillesse

A chacun de ceux qui ont rendu ce week-end magique: MERCI

A ceux qui n’ont pas eu la chance d’arpenter les allées de ce salon, n’hésitez pas… Allez y, et prenez votre bouffée de bonheur!

SMEP 2018 ; les impressions des flingueuses, tome1


SMEP 2018, les impressions des flingueuses 1

Pour débuter cette série c’est Miss Aline, Jean Paul et Clémence qui nous offrent leur impressions sur cette 10e édition de Saint Maur en Poche.

Jean Paul et Aline ont partagé avec nous la journée du samedi

Clémence nous a accompagné Samedi et dimanche matin

 


Notre Miss Aline

2e SMEP

SMEP cuvée 2018.

SMEP c’est des livres de poches à perte de vue, des auteur(e)s à la pelle, à l’écoute des lecteurs(trices), charmant(e)s.
SMEP c’est une organisation de dingue . Merci à Jean-Edgar et Gérard , la Griffe noire, et à toutes les petites mains bénévoles.
SMEP c’est des retrouvailles, de l’amitié, de l’amour💕🌹
SMEP c’est du partage, de l’échange bienveillant. 


SMEP c’est des anniversaires : Nath et Hervé , Oph, Geneviève.
SMEP c’est un petit déjeuner de flingueuses (oups je l’ai raté), un cake au citron qui fait sensation, du miel, des roses 🌹.
SMEP c’est des flingueuses qui se retrouvent ou se découvrent : Eppy Fanny, Fanny, Oph, Cecile (que j’ai loupé de peu , snif), Clémence, Loup (Jean Paul pour les non intimes !😜)


SMEP c’est les absentes par la distance mais présentes dans le coeur : Sofia, Daniele. 


SMEP s’en est allé en laissant son lot de sensations, de rires, de larmes de joie…mille et une émotions qui rend la vie belle, qui déversent de l’amour à l’infini. 


SMEP c’est une catalyseuse , celle par qui tout arrive : Geneviève.
Geneviève qui ne fait pas que gérer le blog du Collectif Polar : chronique de nuit.
Geneviève qui fait se faire rencontrer des êtres de chaire et de cœur. Geneviève qui rassemble et qui donne.
Geneviève qui a fait de ce SMEP 2018 un événement hors norme pour les flingueuses (et sûrement d’autres personnes) , une cuvée spéciale.
Geneviève un géant Merci à toi. 😘💕

 

Jean Paul notre mister Flingueuse

3er SMEP

Comment vous expliquer l’ambiance du SMEP ?
Je pourrais vous dire que c’est le meilleur des salons, que malgré le nombre de personnes incroyables cela reste un Salon à échelle humaine, vous dire aussi que les auteurs « vibrent » d’une façon différente des autres Salons, ou même qu’ils sont plus beaux et plus belles les uns et les unes que les autres…
Et bien je ne dirais rien de tout cela !
Mais tout simplement, si vous n’avez rien de prévu demain, allez-y et vous comprendrez !!!
Bisous 😘

 Clémence notre ex apprentie Flingueuse

1er SMEP

 

Et voilà après des mois d’attente et de préparation SMEP c’est déjà fini 😞
Week end intense en émotions !


Milles mercis à la griffe noire pour ce superbe événement !
Des rencontres exceptionnelles , des retrouvailles au top ….
merci à mes copines flingueuses d’avoir été là à chaque moment !
Pensées à tous mes amis présents ou non sur ce salon avec qui j’ai tellement partagé ….
Pour ceux qui m’y ont croisés ils savent à quel point c’était difficile pour moi au vue de mon état de santé mais pour rien au monde je n’aurai loupé ça !
Vous l’avez mis du baume au coeur !
Pensées à ceux qui n’ont pas pu être là !
Mention spéciale pour mon futur mari qui m’a enfin demandé ma main Nicolas Lebel ! Coup de foudre assuré à la première rencontre évidement comme nous nous en doutions …. la cérémonie officielle vous sera communiquée 😂!

Petite déception de la journée il me manquait mon chouchou , mon ami Eric ☹️mais je ne t’ai pas oublié j’ai pensé à toi ! 

Intronisation flingueuse faite !!! Hyper fière d’être enfin reconnue pour son travail au quotidien et remerciée par les auteurs !
Être reconnue est ma plu grande fierté 
Merci à tous de votre soutien !
À très bientôt

J’allais oublié les petits achats de mes petits camarades

Jean Paul notre Mister Flingueuse s’est lâché . Il a même trouvé le moyen de rencontrer Jane Austen, c’est dire !

Notre Miss Aline a fait une belle récolte aussi !

La Pal de Clémence a elle aussi fait un sacré bon

Voilà un condensé d’émotions que provoque Saint Maur en poche.

Et c’est que le début !

A suivre donc …

Saint Maur en Poche 2018 : les plateaux et autres table rondes


Coucou mes polardeux

Vous avez été nombreux à me demander la programmation des plateaux sur ce 10e festival international du livre de poche de Saint Maur.

Alors les voici :

Mais avant sachez qu’il y a comme pour les années précédentes deux scènes littéraire/

La scène Griffe Noire et la scènes des déblogueurs.

J’ai mis en rouge les scènes de crimes, celles sur le polar


Les plateaux du samedi 23 juin à SMEP

Scène Griffe noire

samedi 23 juin 2018
11h00
11h00 10′ Ouverture – Remise des Prix Saint-Maur en Poche jeunesse par David Medioni et Sophie Raffin
11h15 10′ Paul Ivoire est en tête à tête avec Gérard Collard
11h30 15′ Jean-Edgar Casel et Gérard Collard présentent le recueil de nouvelles qu’ils ont fait éditer pour les 30 ans de la Griffe Noire à Jacqueline Pétroz. Avec Stéphane Watelet de Télémaques.
11h50 25′ Jean-Christophe Rufin est en tête à tête avec Jacqueline Pétroz
12h20 15′ Ghislain Gilberti. Regards croisés avec Sonya Solene, Ben Behi et Gérard Collard
12h40 15′ Caroline Laurent est en tête à tête avec Gérard Collard
13h 14h   Pause déjeuner Café littéraire
14h00 10′ Maxime Chattam est en tête à tête avec Yvan Fauth
14h15 10′ « Seule en scène avec Cerrone ! » Marc Cerrone emmène Mélanie Morin au paradis !
14h30 15′ Mary Lynn Bracht est en tête à tête avec Gérard Collard
14h50 15′ Jean-Edgar Casel et Gérard Collard nous présentent la marraine et le parrain 2018 : Camilla Grebe et Guillaume Musso. Avec Marina Carrère d’Encausse.
15h10 30′ Remise des Prix Saint-Maur en Poche et coups de coeur Griffe Noire 2018
15h45 10′ Laetitia Colombani « L’histoire d’un succès qui se prolonge à l’écoute » avec Audiolib par Mélanie Morin
16h00 15′ Remise du Prix de l’essai de Saint-Maur en Poche 2018 par André Kaspi, élu à la Culture de la Ville.
16h20 16h35   PAUSE
16h35 20′ Remise du Prix du Rablog et de son coups de cœur 2018
17h00 15′ « le polar Français visite la scandinavie » avec Nicolas Beuglet et Denis Lépée par Yvan Fauth
17h20 20′ Jean-Christophe Buisson est en tête à tête avec Claude-Catherine Kiejman pour parler des secrets de l’Histoire – Première partie
17h45 30′ Jean-Christophe Buisson est en tête à tête avec Hélène Carrère d’Encausse
18h20 15′ Jean-Edgar Casel et David Médioni vous invitent à découvrir Gilly Macmillan
18h40   Gateau d’anniversaire avec les anciens parrains et marraines : Victoria Hislop, Tonino Benaquiesta, Tatiana de Rosnay et Katherine Pancol


Scénes des déblogueurs

samedi 23 juin 2018
11h00
11h00 15′ Après 50 nuances… la nouvelle vague de romance avec Emily Blaine et Angéla Morelli par Mélanie Morin
11h20 10′ Romain Puertolas, dont le film Le Fakir… est encore sur les écrans est en tête à tête avec Mélanie Morin
11h35 20′ « Les auteurs-scénaristes » avec René Manzor, Laurent Scalese et Niko Tackian par David Smadja
12h00 20′ « Fresques, sagas, merveilleuses histoires sur fond de culture italienne… » Avec Catherine Banner et Lucas Di Fulvio par Bob Garcia
12h25 15′ Regards croisés de Danielle Thiery et Dominique Sylvain par Bob Garcia
12h45 10′ Baptiste Beaulieu est en tête à tête avec Perrine Therond de la librairie la Griffe Noire
13h-14h 15′ Pause déjeuner Café littéraire
14h00 15′ Catherine Bardon est en tête à tête avec Gérard Collard
14h20 15′ « Journalisme et littérature : peuvent-ils s’éclairer et s’enrichir l’un l’autre? » Avec Eric Fottorino et David Medioni
14h40 10′ Mais qui êtes-vous… ? Henri Garcin. par Mélanie Morin
14h55 10′ Henri Leclerc est en tête à tête avec Jacqueline Pétroz
15h10 10′ Philippe Jaenada est en tête à tête avec David Medioni
15h25
30′
« la politique au prisme de l’intime » avec Jean-Michel Apathie, Alain Duhamel et Philippe Besson par David Medioni
16h00

16h15

20′ Sonatine a 10 ans ! Avec Paul Cleave, R.J. Ellory et Jacques Expert par Yvan Fauth

PAUSE

16h40 20′ Découvrez les coups de cœur de Gérard Collard ? Isabelle Duquesnoy, Jackie Coppleton et Jean-Christophe Portes
17h05 15′ Regards croisés de Dominique Maisons et Marc Welinsky par Gérard Collard
17h25 15′ « Et Van Gogh dans tout ça ? » Avec Jean-Michel Guenassia et Marianne Jaeglé par Gérard Collard
17h40 15′ Ludovic Miserole est en tête à tête avec Gérard Collard. Ils nous parle des éditions French Pulp
18h05 15′ Gilles Marchand est en tête à tête avec Nicolas Houguet (et un peu Gérard Collard)
18h30 20′ « Et même le polar devient écolo… » Avec Sonja Delzongle, Nathalie Hug et Jérome Camut par Yvan Fauth

Dimanche 24

Scène Griffe Noire

dimanche 24 juin 2018
11h00
11h00 15′ Gilbert Sinoué est en tête à tête avec Gérard Collard
11h20 15′ AIain Levison est en tête à tête avec David Smadja
11h40
40′
« Les petites histoires de la grande Histoire ». Une conversation instructive et passionnante sur les incroyables histoires vraies, destins, anecdotes, secrets et tourments du passé, avec Xavier Mauduit, Jean Des Car, Rémi Kauffer et Jean-Christophe Buisson
12h25 20′ « Sous l’occupation » avec Romain Slocombe et Bernard Prou par Jean-Edgar Casel et David Medioni
12h50 10′ RAF URBAN, un artiste engagé, par Gérard Collard
13h00-14h00   Pause déjeuner Café littéraire
14h00 25′ « Du mentalisme à Youtube, il n’y a qu’un pas… » Fabien Olicard s’empare du cerveau de Mélanie Morin
14h30 10′ Valérie Trierweiler est en tête à tête avec David Medioni
14h45 15′ Sarah Vaughan est en tête à tête avec Gérard Collard
15h05 10′ Tristane Banon est en tête à tête avec Gérard Collard
15h20 20′ Trois générations de flics se rencontrent. 3 styles, 3 univers mais un sacré métier au coeur de leur inspiration. Avec Hughes Pagan, Didier Fossey, Marie Talvat & Alex Laloue, par Bob Garcia
15h45 20′ Regards croisés de Diane Ducret et Marc Levy par David Medioni
16h10 30′ « Toujours tabou depuis 2000 ans ! Mais pourquoi ? Et si on osait enfin en parler de sexe en toute simplicité ? » avec Adeline Fleury, Sandra Franrenet et Virginie Girod par David Medioni & Mélanie Cheymol
1645h_17h00   PAUSE
17h00 20′ Negar Djavadi et David Lelait parlent de l’exil à Jacqueline Pétroz
17h25 15′ Question à Karine Giebel et Olivier Norek : Le polar est-il un nouveau vecteur de prise de conscience des enjeux sociaux ? Par Gérard Collard
17h45   Gateau d’anniversaire Avec les anciennes marraines Hélène et Marina Carrère d’Encausse et clôture

Scènes des déblogeurs

dimanche 24 juin 2018
11h00
11h00 10′ Marin Ledun est en tête à tête avec Bob Garcia
11h15 15′ Bob Garcia interroge Gordon Zola et Jean-Baptiste Blanck sur le secret du succès de leur petite maison d’édition.
11h35 15′ Thomas Guénolé est en tête à tête avec David Medioni
11h55 20′ Les âmes noires du polar : Ces auteures qui écrivent du noir, du très noir, du très très noir. Mêêêê pourquoi ? Avec Maud Tabachnik et Solène Bakovsky par Geneviève Van Landuyt
12h20
 
Justice / Injustice : « Des murs pleins de cris, de rires, de violence, de beauté » avec Pascale Robert-Diard et Mathieu Menegaux par Bob Garcia
20′
13h00-14h00   Pause déjeuner Café littéraire
14h00 20′ Le Rablog vous parle de la sélection des livres pour ados 2018 et de ses coups de cœur
14h25 15′ Zygmunt Miloszewski est en tête à tête avec Geneviève Van Landuyt
14h45 20′ Bernard Lecomte est en tête à tête avec Jean-Christophe Buisson pour parler des secrets de l’Histoire – Deuxième partie
15h10 15′ Thierry Nadisic n’est ni un expert, ni un gourou, mais il est épanoui. Une discussion Mélanie Morin
15h30 15′ « Mais pourquoi ces auteurs sont-ils aussi méchants… avec nos enfants ? » Avec Grégoire Courtois et Frank Klarczyk par Gérard Collard
15h50 10′ Joseph Incardona est en tête à tête avec Gérard Collard
16h05 10′ Christian Blanchard est en tête à tête avec Gérard Collard
16h20 16h35   PAUSE
16h35 10′ Michael Uras est en tête à tête avec Mélanie Morin
16h50 10′ Léa Wiazemsky est en tête à tête avec Mélanie Morin
17h05 20′
Mélanie Morin « sans tabou ». Elle répondra à toutes vos questions. Même celles de Bob Garcia et David Médioni. Et puis Bob nous parlera à son tour de ses derniers ouvrages.
 17h30  30′
« Potes et auteurs » : on se relit, on se critique, on s’épaule et on se charrie beaucoup… Comment faire vivre son écriture à travers la communauté polar ! » Avec Jacques Saussey, Nicolas Lebel et Claire Favan par Geneviève Van Landuyt

Voilà tout cela est encore susceptible de changer, de bouger, c’est du direct et parfois il y a des aléas.

Je ne souvient que l’an dernier mon face à face avec Cloé Medhi a été déplacé du samedi au dimanche matin car Annie Duperey avait été bavarde sur le plateau d’avant est que tout a été du coup bouleversé. Aussi Cloé et moi nous aurions du nous rencontrer le dimanche matin avant l’ouverture mais là aussi , nous avons du reporté, Cloé visiblement n’avez pas eu l’info et ne s’était pas levée. Aussi après le déjeuner les techniciens et Audrey notre super régisseuse, nous attrapées Cloé et moi et elle a calé notre face à face à l’arrache en début d’aprem ! Cette fois c’est moi qui n’était plus réveillée!  Je vous l’ai dit les aléas du direct.

Aller pour vous un petit récapitulatif des scènes polar qui me tiennent à coeur et que je suivrez avec attention :

Les plateaux de mon ami Yvan du blog Emotions

Parce que je ne rate jamais une interview d’Yvan

En tête à tête avec Maxime Chattam (samedi 14h) 

Le polar écolo : Sonja Delzongle, Jérôme Camut et Nathalie Hug (samedi 18h30)

Les 10 ans de l’éditeur Sonatine : R.J. Ellory, Paul Cleave et Jacques Expert(samedi 18h00)

Le polar français visite la Scandinavie : Nicolas Beuglet et Denis Lépée (samedi 17h00)

 

Les plateaux de mon ami David de C’est contagieux

David nous rejoint cette année et ça c’est cool

Auteurs et scénaristes : René ManzorLaurent Scalese et Niko Tackian (samedi 11h35)

En tête à tête avec Iain Levison (dimanche 11h20)

Un Plateau que j’ai imaginé 

3 générations de flics : Hughes Pagan – Didier Fossey – Marie Talvat – Alex Laloue, animé par Bob Garcia (dimanche 15h20)

 

Et forcément, là je n’ai pas le choix, ceux que j’aurai l’honneur de présenter scènes des déblogueurs

 

Femmes très noir : Maud TabachnikIngrid Desjours et Solène

Bakowski (dimanche 11h55)

En tête à tête avec avec Zygmunt Miloszewski, (dimanche 14h25)

Les potes du polar : Jacques SausseyClaire Favan et Nicolas Lebel (dimanche 17h30)

 

Et puis il y aura toutes les autres que j’aimerai bien voir aussi mais là c’est le salon qui guidera mes pas !

Parrain, marraine : Guillaume Musso et Camilla Grebe, animé par Gérard Collard

En tête à tête avec Ghislain Gilberti, par Gérard Collard

Rencontre Karine Giébel et Olivier Norek, animée par Gérard Collard

Dominique Maisons et Marc Welinski, animé par Gérard Collard

En tête à tête avec Christian Blanchard, par Gérard Collard

En tête à tête avec Franck Thilliez, animé par Bob Garcia

Danielle Thiéry et Dominique Sylvain, animé par Bob Garcia

En tête à tête avec Marin Ledun par Bob Garcia

Romain Slocombe et Bernard Prou, animé par Jean-Edgar Casel

 

Et pour rappel la liste des dédicaces polars

 

Alors bon Saint Maur en poche à vous tous

Et surtout venez me faire un petit coucou, n’y manquez pas, je risquerai de vous en vouloir ! (rire)

Saint-Maur en Poche 2018 , punaise c’est dans une semaine


Saint-Maur en Poche 2018 , punaise c’est dans une semaine

Quelques infos pratiques :

SMEP c’est à Saint Maur des Fossée

Nous allons nous retrouver à Saint Maur des Fossés sur la Place des Marronniers. C’est une grande et jolie place avec en son centre L’église Notre Dame du Rosaire. Une place arborée où s’il fait beau on peut emporter son picnic et déjeuner tranquillement.

Sur place, il y aura,  un salon de thé, deux food-trucks, une crêperie, une boulangerie, une pompe à bière.

Le trajet piéton pour vous rendre de la gare du RER  A « Le Parc Saint Maur » à SMEP. C’est à 10min à pied. Des fléchages seront de la partie 😊🚶🏽‍♂️➡, il vous suffira de suivre les petits panneaux
Des navettes feront également le chemin!

 

Pour bien préparer votre salon voici le planning des auteurs de polar et SF

J’ai surligné pour vous les auteurs présents uniquement sur un seul jour. Le samedi en vert, le dimanche en orange.

 

Si vous venez en famille, il y aura plein de choses pour vos enfants. Ils pourront eux aussi s’éclater sur le salon.

Et si vous voulez nous rencontrer, Saint Maur en poche sera le lieu idéal ! Et oui nous serons nombreuses presque toute l’équipe sur le salon. Il y aura là Eppy Fanny notre flingueuse en chef. Ophélie, ma petite soeur de coeur, Aline, notre miss au grand coeur, Clémence notre bébé flingueuses, Mais aussi Cécile, Isabelle, Jean Paul.

Pour nous reconnaître, normalement vous devrions tous avoir un badge Flingueuse et Collectif Polar , mais bon, il y a toujours des tête en l’air.

Et puis vous avez du le voir, depuis une semaine nous vous proposons de découvrir quelques-uns des auteurs présents à travers les chroniques et billets de nos flingueuses. Et normalement cette semaine encore, Clémence notre envoyée spéciale devrait nous proposer d’autres avis.

 

Alors à très vite dans les allées de Saint Maur en Poche.

Ça va être encore une sacrée fête cette année. 

Sinon Gérard vous explique tout ça mieux que moi !

 ICI le Facebooklive de la Griffe Noire