La menace Mercure de Cédric Bannel


mes-petites-lectures (1)

$$9782919066186,0-2492562 Le livre :  La menace Mercure de Cédric Bannel. Paru le 13 avril 2000 chez Robert Laffont dans la collection Best Seller. 20€ ; (296 p.) ; 24 x 16 cm.

Ce titre est malheureusement épuisé en format papier. Mais … Rééditer le le 6 février 2014 en ebook pour 9€99.

4e de couv :

Elle est surdouée, experte en art martiaux et blessée par la vie… Lieutenant de police à New York, elle a sept jours pour sauver la ville.
Mercure, un mystérieux maître chanteur, a réussi à prendre le contrôle d’un réseau de satellites qu’il menace de faire tomber sur Manhattan. Le FBI et la police disposent d’une semaine pour l’arrêter. Mais la demande de rançon est-elle la vraie motivation de Mercure, ou cache-t-elle une vérité plus terrible ?
Pour le lieutenant Reda Fatmi, tout doit se jouer au cours de ces sept jours : vaincre Mercure, retrouver la mémoire oubliée de son enfance, savoir, enfin, si la médecine pourra lui rendre le visage perdu au cours d’un catastrophique accident qui l’a laissée défigurée.
Dans un New York magnifique et insolite, commence alors une chasse à l’homme pleine de chausse-trapes, de dangers et de retournements. Car autour de Reda, outre Mercure, rôde le traître qui lui a volé son visage.

a5d4781a2931343631363539393430373434343431L’auteur : Cédric Bannel est un homme d’affaires et écrivain français, né 26 décembre 1966 à Bordeaux. Il a vécu de multiples vies. Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), il a d’abord occupé des responsabilités à la Direction du Trésor du Ministère des Finances. Il a été attaché financier à l’Ambassade de France à Londres. Depuis mi 2009, Cédric Bannel a lancé ses propres activités d’investissements.

 

 

lecture-d_avant

Résumé et petit avis :

Lieutenant au New York Police Departement, Reda Fatmi vit dévorée d’angoisse depuis qu’un traître, infiltré au sein même de sa propre équipe, a provoqué l’accident qui l’a atrocement défigurée. Une angoisse qu’elle va devoir affronter le jour où, sous le nom de Mercure, un mystérieux terroriste prend le contrôle d’un réseau de satellites et menace Manhattan: pour communiquer ses exigences, Mercure exige d’avoir Reda pour seule interlocutrice.

De Wall Street aux bas-fonds de la ville, Reda entame alors une chasse à l’homme pleine de chausse-trappes: tout près de Mercure, Reda sait que rôde le traître qui lui a volé son visage…

Mais attention La vie de Mercure doit être épargnée !

Je me souvient avoir lu le premier roman de cet auteur.  Le huitième fléau était déjà annonciateur du talent de Cédric Bannel. Ce titre ci est encore plus marqué. Si l’auteur utilise les recettes éprouvées des écrivains américains de thriller, il nous concocte une intrigues extrêmement maîtrisée de bout en bout. C’est construit au cordeau. Il soigne les détails et les personnages et  fait monter la tension crescendo tels un maître du suspense que peuvent être les Clancy, les Easterman, ou d’autres.

Oui ce petit français a tout d’un grand, ce deuxième polar en est la preuve. Un auteur à suivre assurément !

 

Publicités

Le temps est assassin de Michel Bussi


Collectif Kris
9782258136700,0-3240655Le livre : Le temps est assassin de Michel Bussi. Paru le 4 mai 2016 Aux Presse de la Cité dans la collection Domaine français.  21€50 ; (531 p.) ; 23 x 14 cm

4ème de couv :

Votre été sera corsé !

Eté 1989 La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, unevoiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016 Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé. A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre. Une lettre signée de sa mère. Vivante ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERAL’auteur : Troisième auteur français le plus lu en 2015, Michel Bussi séduit aussi les lecteurs du monde entier (« Impressionnant » pour le New York Times). Professeur de géographie à l’université de Rouen, il a publié aux Presses de la Cité Nymphéas noirs (polar le plus récompensé en 2011 ), Un avion sans elle (Prix Maison de la Presse 2012),Ne lâche pas ma main, N’oublier jamais, Gravé dans le sable et Maman a tort.
Extrait : 
La vendetta ? Mon Dieu, qui vous parle de ça ? (Soupir.) Qui parle encore de ça, à part vous, les journalistes ? Les meurtres dont vos colonnes font la publicité sont commis par des bandits, des voyous, des mafieux, pour quelques billets de banque, quelques grammes de drogue, quelques voitures volées. En quoi cela me concernerait ? En quoi cela concernerait un retraité isolé dans sa bergerie, qui ne sait même pas à quoi peuvent ressembler une barrette de cannabis, une prostituée yougoslave ou un carton de minitels tombé d’un conteneur sur le port d’Ajaccio ? La vendetta, mon Dieu, c’est bon pour les touristes qui lisent « Colomba ». (Retour du sourire.) Tout est beaucoup plus simple. Ne touchez pas à ma terre. Ne touchez pas à ma famille. Et alors, je serai le berger le plus pacifique, le plus inoffensif du monde.

Résumé et petit avis de Kris

Le temps est assassin – Michel BUSSI

Corse, 2015. Pour exorciser le passé, une femme revient sur les lieux d’un accident de voiture qui a eu lieu en 1989 et dans lequel elle était la seule survivante. Elle croyait avoir vu sa mère mourir sous ses yeux. Mais aujourd’hui, elle a des preuves qu’elle est bien vivante car elle a trouvé une lettre de celle-ci à l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents.

Du pur Bussi !

Malgré une action qui peine à démarrer (ce n’est que mon avis) la seconde partie du livre s’emballe pour un final comme seul cet auteur sait les orchestrer.

Un imbroglio dont on se demande comment il va s’en sortir, mais Michel Bussi a plus d’un tour dans son sac !!

Et puis il y a la Corse…

La Corse et ses paysage, la corse et sa beauté sauvage, la Corse et son identité. La Corse personnage à part entière de ce magnifique roman.

 

Lire ICI le début

Nous serons inséparables de Julia Crouch


Collectif polar.biblio

9782258087897,0-1328904Le livre : Nous serons inséparables  de Julia Crouch.Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Valérie Bourgeois.Paru le 8 mars 2012 aux Presse de la cité dans la collection Suspense psychologique.22€ ; (458 p.) ; 23 x 14 cm

Quatrième de couverture

Le jour où Polly sauve la vie de Rose, les deux fillettes deviennent inséparables. C’est pourquoi, des années plus tard, lorsque Polly lui annonce que son mari est mort dans un accident de voiture, Rose n’hésite pas un instant et l’accueille à bras ouverts dans son foyer.

A son arrivée, la jeune veuve semble un peu trop joyeuse. Bientôt, la vie de Rose se complique : sa fille tombe malade, son mari devient distant… Et si Polly n’était pas étrangère à ces événements ?

Quand l’amitié se révèle venimeuse, elle peut faire basculer une vie ordinaire dans le drame absolu.

6467676714L’auteur :

Après avoir été dramaturge, directrice de théâtre, graphiste et webdesigner, Julia Crouch a découvert sa véritable vocation : la littérature.

Nous serons inséparables est son premier roman.

Extrait :
— Raconte-moi une histoire du temps où tu étais petite.
Deux semaines s’étaient écoulées. Anna était blottie contre sa mère. Etendu de tout son long sur elles, Manky, leur vieux chat, ronronnait comme une couverture chauffante motorisée.
— Je t’ai déjà dit comment j’ai rencontré Polly ? demanda Rose.
— Non.
— Ça t’intéresse ?
— Oui !
Toutes deux avaient pris place sur le lit de Rose et Gareth – leur refuge favori pour le rituel des histoires à l’heure du coucher. La chambre parentale se situait au dernier étage de la maison. Sous le plafond mansardé et traversé de poutres en chêne – assez haut pour que l’on puisse tenir debout –, on avait l’impression d’être encerclé, pris dans une étreinte. Avec la lumière tamisée et chaude qui baignait la pièce, on se sentait protégé, presque enlacé, même quand la tempête faisait rage au-dehors, ce qui était le cas ce soir-là.
— J’avais six ans, commença Rose. Le même âge que toi, donc. J’habitais dans une grande maison située au bord de la mer, mais en pleine ville.
— A Brighton.
— Oui. Cette maison, c’était une pension.
— Je le sais, ça !
— Bon, bon.
— Mais c’est quoi, une pension ? Une maison avec des pensionnaires ? Comme la nôtre quand les autres seront là ?
— Non, c’était plutôt une sorte d’hôtel. Ma mère et mon père – tes grands-parents – louaient des chambres à des clients qui venaient à Brighton pour les vacances ou en voyage d’affaires. Le matin, ils leur servaient le petit déjeuner dans une salle du sous-sol. Ensuite, les gens payaient. Tes grands-parents travaillaient dur. Tous les jours, de nouveaux clients arrivaient et d’autres repartaient, le plus souvent après quelques nuits sur place seulement.

 

Lecture d’avantCM16

 

Résumé et le petit avis de Catherine

L’amitié qui lie Rose et Polly est forte mais cache une relation venimeuse. Quand cette dernière s’installe chez son amie à la suite du décès de son mari, la vie ordinaire de Rose va basculer dans le drame.

Un page turner à l’intrigue au départ classique : les retrouvailles de deux amies d’enfance suite au décés du mari de Polly, ex rock-star nombriliste et déjantée qui vient s’installer chez Rose et va bouleverser sa vie, semant le malheur autour d’elle et réveillant un passé douloureux…

Rien de bouleversant au départ mais le lecteur se retrouve captivé, happé par ce thriller psychologique qu’on ne peut plus lâcher jusqu’à la dernière page. D’une efficacité redoutable.

Pour lire le début

Pour en savoir plus sur Catherine c’est ICI 

 

Les murs de sang de Jérôme Camut et Nathalie Hug


Mes petites lectures

9782253132837,0-1468166 9782253168706,0-1627647 Le livre : Les murs de sang de Jérôme Camut et Nathalie Hug. Parule 5 octobre 2011 chez Calmann Levy. 18€80 ; (389p). 23×15

Réédité en poche au Livre de Poche le 12 juin 2013.   7,60€ ; (475 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Douze ans que Jack van Bogaert est séparé de sa fille, Lucie. Après une jeunesse tumultueuse et un séjour prolongé dans une prison balinaise, il coule des jours paisibles auprès de Libbie, la femme qu’il aime, sur une petite île paradisiaque. Un bonheur inespéré auquel s’ajoutent des retrouvailles avec Lucie, dont la mère vient de mourir et qu’il est venu récupérer en Suisse. Survient un stupide accident de voiture sur une route de montagne, et tout bascule.

Avec cette intrigue ingénieuse filée sur trois époques, Jérôme Camut et Nathalie Hug nous offrent un thriller complexe, sensible, virtuose.

Camut-et-Hug2-300x196Les auteurs : Depuis leur rencontre en 2004, Jérôme Camut et Nathalie Hug ont écrit à quatre mains neuf romans, dont Les Yeux d’Harry (aux éditions Calmann-Lévy) et Rémanence (Les Voies de l’ombre) et W3 chez Télémaque.

 

Citation :
 Les gonzesses,les baraques,le pognon,tu peux t’en débarasser comme ça,sur un claquement de doigts.Fais un moufflet et dis adieu à ta liberté.

Résumé et avis :

Alors qu’il vient tout juste de retrouver une vie paisible et sa fille adolescente qu’il n’a pas vu depuis douze ans, Jack Van Bogaert et elle sont victimes d’un accident de la route, orchestré par des ennemis de Jack. Sa fille est kidnappée.

Ce titre du couple Camut- Hug est sans aucun doute tout aussi percutant que Prédation, le premier roman qui nous les avait fait connaître. La narration est éclatée entre trois époques : le sens du rythme, les rebondissements en cascade et la psychologie des personnages ; tout est réglé à la perfection. C’est magnifiquement construit, et d’une efficacité redoutable. Sans oublier une pointe d’émotion et une écriture au cordeau. Un pur régal.

La grosse Lucienne Cluytens


Lecture d’avant&
9782844970565,0-194009Le livre : La grosse Lucienne Cluytens. Paru le 18 décembre 2003 chez Liv’éditions dans la collection Liv’Poche. 11€, (286 p.)

Mot de l’éditeur

Eva, évincée de son guichet par le receveur de la poste pour cause d’obésité, décide de le reconquérir coûte que coûte et tant pis pour les remplaçantes minables qui osent s’y présenter.

 L’auteur :
lucienne-cluytens-1Née en 1949 à Lille-Wazemmes, Lucienne Cluytens a débuté comme institutrice de classes maternelles avant de se tourner vers les enfants en difficulté scolaire. Après des études d’orthophonie, elle intégre l’éducation nationale comme rééducatrice en psychopédagogie.
Elle a longtemps exercé les fonctions de chargée d’ingénierie de formation au Cned-Institut de Lille (centre national d’enseignement à distance).

Grande lectrice de littérature policière et naturaliste, elle se lance dans l’écriture assez tard par le biais d’ateliers d’écriture. Occasionnellement, elle anime des ateliers d’écriture pour Filigrane, une association de Villeneuve d’Ascq. Elle est aussi passionnée de psychologie.

En 2008, elle a reçu la Rose d’Or des Rosati qui récompense une personnalité du Nord-Pas de Calais ayant œuvré dans les domaines des arts, des sciences ou des lettres. Une enseignante du lycée Vauban à Aire-sur-la-Lys a même utilisé Les Peupliers Noirs pour son programme du bac français.

thCAPYP580

Résumé et avis :

La grosse c’est Eva, une femme d’une trentaine d’année qui vie dans un village perdu, seule avec sa mère, au chômage et sans amis !

Eva est grosse. Toute sa vie, sa mère lui a répété « mieux vaut faire envie que pitié » et l’a gavée de nourriture à défaut de vraie tendresse et de compréhension. Tout les sépare ..Ça commence mal …Surtout qu’elle a eu le prix du plus beau bébé, Que sa réussite scolaire lui permettrait de prétendre à une excellente situation.

thCAVWM10KAlors Eva a des rêves ! enfin surtout un :
Travailler à la poste comme receveuse, et pas seulement pour un remplacement d’été. Car elle le sait ce boulot est fait pour elle seule ! Elle le désire depuis l’enfance. Elle veut et sera guichetière
Son second idéal serait de vivre une belle et vraie histoire d’amour. Pourquoi pas avec le beau Pierre, ce garçon qui était venu au village une fois et avait été aimable avec elle contrairement à tous les autres. Lui savait qu’elle était différente, c’est certain ! Mais ça c’est pour après…

Après que son désir d’être employée à la poste de son village se soit réalisé.

th (30)Mais les rêves d’Eva ne se déroulent pas exactement comme prévus.Le receveur principal  lui refuse SON POSTE à cause de son obésité. Et en plus il le confie à des jeunes femmes des villages voisins. Mais Eva décide de se battre pour son rêve. Et elle va se battre d’une manière plutôt surprenante.

Les heureuses élues n’auront guère le temps de profiter de leur faveur. Tour à tour, Eva décide de les éliminer.

Lucienne Cluytens n’a pas son pareil pour parler des gens simples. Les gens ordinaires deviennent sous sa plume alerte prétexte au noir. Mais au noir non dénué d’humour. Car ce roman policier est pétillant de malice. Et c’est drôle de voir que tout peut se terminer très bien pour notre héroïne prête à tout, même au pire. L’auteur tout comme son personnage acharné va droit au but, son style est clair, son écriture précise. Elle nous offre un pur régal de comédie policière un brin amorale et surtout très jouissive. J’ai adoré.