Les flingueuses à l’honneur, épisode 2


Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Il y a quelques jours je posais une question cruciale à mes Flingueuses.

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

Aussi pour bien finir l’année, je vous faisais part de leur réponse dans un épisode 1 hier soir.

Et donc pour bien démarrer 2019, ce soir voici la suite de leur définition.

 

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Retrouvez Les flingueuses à l’honneur, épisode 1 ICI

Cécile  Une flingueuse c’est quelqu’un qui ne sait pas dire non à Geneviève et se retrouve embarquer dans de drôles d’aventures 😁

Geneviève Ah enfin quelqu’une de lucide ! Merci Cécile

Cathie: carrément!!!

Geneviève : Hahaha

Cathie : Une flingueuse c’est une lectrice qui lit et chronique plus vite que son ombre…Enfin, elle essaie, tout ça dans la bonne humeur et la détente…sauf quand la chef flingueuse nous met la pression pour des posts et des réponses qui traînent…😜😉😀

Ge  : Dites moi Cathie, vous ai-je déjà mis la pression une seule fois pour des chroniques ? Non jamais même quand les choses n’arrive pas !

Bon ok pour vous faire participer au discussion du collectif de façon plus franche j’avoue. Pour venir nous rendre visite comme aujourd’hui j’avoue aussi ! Pour te faire intégrer la team, que tu sois plus souvent parmi nous là  Cathie,  oui je suis chiante, mais ça c’est mon esprit de meute.😜😉😀

Cathie  Ah!!! comme quoi je dis pas que des conneries…Mais j’avoue que tu as bien raison, car je suis un peu récalcitrante…désolées, je ne peux toujours pas liker, mais le coeur y est …😀😀😀

Geneviève : Oui c’est vrai, j’aime l’esprit d’équipe chez mes flingueuses, que veux-tu je suis comme cela, on ne me refera plus !

Danièle  :  Ce n’est pas parce que l’espèce n’est pas en voie de disparition qu’il faut malmener la flingueuse. Une flingueuse est addicte au noir et au rouge mais pas que… Elle aime partager ses émotions littéraires avec respect et bienveillance, confronter ses approches, découvrir, explorer, expérimenter, avec humour et une bonne dose d’autodérision. Généralement, ses sujets d’observation ne lui en veulent pas et même en redemande.

Publicités

Flingueuses à l’honneur, épisode 1


Il y a quelques jours je vous faisais part de l’année 2018 chez les flingueuses.

Je vous raconter tous le bonheur que c’est de bosser avec elles toutes au quotidien. Car oui tenir un blog c’est du boulot. Même si la lecture fait parti de nos loisir, faire une chronique ça prends du temps. Et mettre en page ces avis, ces interviews, ces retours de salons c’est un job à part entière, croyais-moi.

Aussi pour changer je leur ai donné un nouveau devoir. Je leur ai posé une seules question.

Mais quelle question !

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

, et voilà le résultat

 

Maud  : Une lectrice de polar et roman noir et qui en donne son avis, seule ou à plusieurs. Mais aussi une lectrice au sein d’un collectif qui partage sa passion et ses lectures

So Fiou  : Flingueuse (nom féminin): Chroniqueur (se) de romans noirs appartenant au collectif polar pouvant utiliser toute arme à sa disposition ou de son choix pour faire un retour de lecture, recueillir la parole des auteurs, livrer des indiscrétions. La flingueuse doit être pourvue de grandes qualités humaines, d’empathie. Elle peut parfois, avoir un goût prononcé pour le mojito.

Fanny : So Fiou tu vas avoir des problèmes 🤣🤣🤣🍹🍹🍹

So Fiou :  Fanny tu n aimes pas le mojito?

Fanny   : So Fiou tu rigoles ?!? J’ADORE !!!!!

 

Jean-Paul Contrairement à ce que son nom pourrait le faire envisager, une Flingueuses n’est pas là pour dégommer à tout-va !!!
Par ses actions réfléchies seule ou en groupe, Elle transmettra le « ressenti » de ses lectures, de ses diverses réunions ou tables rondes, à toutes personnes voulant recevoir de bons conseils…
La Flingueuse a tendance à vouloir se retrouver, tels de petits loups et partager le plus possible avec ses pairs, sous le regard bienveillant de leur cheffe de meute.
Déjeuners, papotage et plus si affinités sont toujours les bienvenus !
Par ailleurs, son sourire paraît beaucoup plus épanoui lorsqu’elle a devant elle un verre bien rempli…

Geneviève : J’en veux encore ! Yessss

Fanny Une flingueuse est une serial lectrice, non solitaire, aimant le partage de découvertes et le débat ouvert. Elle doit avoir un sens développé de l’amitié et une plume juste, précise et bienveillante. Rabat-joies s’abstenir.

Nick  : Moi j’étais persuadé que c’était un nom de cocktail assez proche du mojito , mais pour personne qui n’aime pas la menthe…

Geneviève :  On devrait inventer un cocktail « Collectif Polar », héhé Nick, tu en reprendra bien un verre !

Nick  :  forcement

Fanny  On devrait s’appeler le Collectif Mojito, tant cela semble être notre point commun à toutes/tous 🤣🤣🤣

Eppy Fanny Je laisse les amateurs entre eux.

Eppy Fanny Heu alors je suis une flingueuse qui n’aime pas les mojitos. Mais la liberté est pour moi essentielle. Flingueuse est pour moi être avant tout une dévoreuse passionnée qui a pour ambition le partage. Faire vivre et prospérer des mots, des idées, tout comme on fait grandir une amitié. Et le lien qui fait que tous celà est possible, ici au titre du collectif, c’est notre gourou et trait d’union, un condensé de générosité qui se nomme Geneviève Van Landuyt.

Ophé Lit Ben tout le monde a déjà tout dit… je rajouterais juste que les flingueuses c’est avant tout un groupe où doit régner la bienveillance et le soutien et qu’elles sont la garde rapprochée de notre porte flingue…

Sylvie  Une flingueuse est une entité dans le collectif polar. Elle peut être très active, faire des retours de lecture, lire de tout surtout des polars, réaliser des itw, des salons, des GAV, des chapitres dans un livre, papoter avec les autres flingueuses, mettre son badge quand elle sort, porter la cheffe aux nues, soutenir les flingueuses qui n’ont pas le moral, publier sur le collectif, mettre une étoile sur le blog du collectif, publier sur le blog des flingueuses, faire ses retours sans rien oublier, faire découvrir des auteurs, etc…ou elle peut aussi oublier de faire des choses mais ce qui compte c’est qu’elle soit parmi les flingueuses puisque chaque flingueuse et ses petits portes flingues contribuent à faire vivre ce collectif!

Geneviève  : J’aime te savoir de plus en plus Flingueuses Sylvie 😘

Ophé Lit Sylvie j’adore cette définition!!!

 Sylvie  : Geneviève  Le Collectif …C’est contagieux!

 Danièle  : Pas facile d’arriver après toutes ces définitions auxquelles j’adhère … Bienveillance c’est dit et aussi respect pour le travail des auteurs sans qui nous ne serions rien (et eux sans nous un peu tout de même 😂), respect pour le travail et la vie des frangines flingueuses, chacune à son rythme.

Geneviève   :Danièle,  et Ophé Lit, j’aime beaucoup ce que vous dites, vous complétez bien mais j’aurai aimé une définition complète de vous deux, enfin vous voyez quoi ! 

Ophé Lit Geneviève je vais me pencher dessus

Geneviève : Te penche pas trop tu risque de tomber sur une flingueuse mon Ophé Lit

Ophé Lit : pas grave j’adore 😜

Geneviève : Bon ben, du coup, vos définitions complètes et celles de vos petites camarades, ça sera pour demain.

Alors à très vite  pour retrouver aussi les flingueuses manquantes

Allez bon réveillon à vous mes flingueuses

et

bonne saint sylvestre à vous aussi mes polardeux

La team Flingueuse 2018 chez Collectif Polar


La team Flingueuse 2018 chez Collectif Polar.

Voilà l’année se termine, c’est le temps des bilans.

Et 2018 a été une drôle d’année chez Collectif polar.

Une année riche mais pas que.

Aussi je voudrais vous présenter la Team telle qu’elle est aujourd’hui.

Émanation du blog Collectif Polar, chronique de nuit. Ge et ses Flingueuses est un groupe qui réunit les chroniqueuses régulières et passionnées de notre blog. J’en suis le porte flingue.

J’ai voulu un blog participatif et aujourd’hui je suis entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une vingtaine dans la team, à vous proposer nos voix, nos regards et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Il y a là nos Flingueuses-chroniqueuses, nos Experts, nos légistes. De simples lectrices zé lecteurs, des blogueurs, des auteurs. Bref un vrai gang au service des littératures policières et de l’imaginaire mais pas que !

Que je vous les présente

Mais avant qu’est-ce qu’une flingueuse ?

C’est quelqu’un en qui j’ai placé toute ma confiance, si au départ ce n’était qu’une simple chroniqueuse, elle est devenue un membre à part entière du gang et de Collectif Polar. Elle est au même titre que moi, l’âme de Collectif Polar, elle en détermine la couleur, elle donne de la matière pour en définir les contours. Elle est de ma famille. Et avant tout elle a comme moi Collectif Polar chevillé au corps.

Si avec ce blog, je leur offre de la visibilité en retour elles me le rendent bien, elles jouent collectif. Telle une équipe soudée, elles n’ont peur de rien et défrichent avec bonheur toutes les littératures qui leur vont bien !

Chez Collectif polar j’ai une double voire une triple casquette, je suis la créatrice de ce blog. J’ai pendant plusieurs année porté seule ce projet.  Je voulais au départ parler de mes lectures, les partager. Mais cela ne me suffisait pas.

Alors plus que partager mes lectures, je voulais partager mon blog. 

J’ai testé des choses avec d’autres blogueurs, j’ai donné la parole aux lecteurs et lectrices. Certains sont venus quelques temps, puis s’en ont allés. Cela ne me correspondait pas, je voulais vraiment une équipe, que l’on réfléchisse ensemble, que l’on fasse un blog différent, interactif si possible. Une équipe qui me propose aussi d’autres projets, d’autres pistes à explorer. Bref je voulais une vraie équipe de rédaction.

Aussi j’ai proposé à quelques lectrices de venir partager leur ressenti ici, car je me retrouvais dans leurs mots mais surtout chacune étant différente je savais que les lecteurs et lectrices de Collectif Polar se retrouveraient dans l’une d’entre elles. C’est cette différence qui fait notre force.

Les flingueuses, c’est le socle sur lequel je m’appuie pour donner le cap à Collectif Polar. Les flingueuses sont un phare dans la nuit qui me permet de ne pas me perdre en route.

Je suis leur porte flingue mais aussi leur secrétaire et le trait d’union entre toutes.

Ophélie, Maud, Sacha-Sylvie, Nick Jean Paul, Isabelle et moi

Chez collectif polar il y a donc les flingueuses.

Mais pas que

 Il y a aussi de simples lecteurs chroniqueurs, certains réguliers, d’autres qui vont et viennent aux grès de leurs envies.

C’est par exemple le cas de Kris ou encore de Jean Luc.

Il y a aussi les mini-flingues….Mister Flingueuses en devenir

 Et…

Les flingueuses

Mais justement qui sont-elles ?

Elles sont toutes différentes. Elles apportent chacune leur personnalité

Il y a ici Eppy Fanny la fidèle, un peu à l’origine du gang ; Aline l’impatiente, celle qui a 3 idées nouvelles à la minute à me soumettre ; Ophélie la passionnée ma petit soeur de cœur à qui je peux tout demander ; Danièle notre Mamie flingueuse à toute, notre sagesse incarnée ; Maud la fonceuse, ma sœurette que rien n’arrête ; Jean Paul et Marc Nos mister Flingueuses et oui il faut bien quelques mecs sympas parmi toutes ses filles ; Cathy notre Expert ; Marie Noëlle notre Psychopathe du polar, plus psychopathe que Flingueuse ; Cécile et Isabelle nos légistes, celles sur qui je m’appuie pour vous proposer des défis et autres challenges, sans elle rien de cela ne serait possible ; Sacha et Cendrine nos spécialistes chacune dans leur domaine qui la criminologie, qui la littérature de l’imaginaire, Nick, notre Nervi, le sale gosse que l’on adore  ; Sylvie la plume noire engagée ; Sofia la discrète et Fanny la douce ou inversement et enfin Geneviève votre Porte Flingue et Ge² son double maléfique !

Les Flingueuses sont apparues dans votre paysage en septembre 2017

Autour de l’équipe originelle ; Eppy Fanny, Ophélie, Cécile, Aline, Danièle et moi, il y avait dans l’ombre quelques-unes de nos expertes, spécialistes voire légistes et thanatopracteurs. Cathie, Isabelle, Sacha, Cendrine et Nick. Il y a là aussi 2 flingueuses, pas tout à fait comme les autres, Marie Noëlle et Sylvie. Marie Noëlle qui s’éloigne du Collectif et Sylvie qui s’en rapproche de plus en plus.

En 2018, il y a eu de nombreuses entrées autour de l’équipe originelle. Et il y a eu quelques sorties aussi.

Julie en janvier 2018 demande à rejoindre le Collectif Polar

En février, Eppy Fanny me demande d’intégrer Fanny au groupe. Tests de recrutement passés haut la main, la voilà Flingueuse.

Jean Paul, je le coopte en mars. Et tout de suite notre premier mister flingueuses s’est trouvé comme un coq en pâte aux milieux des Flingueuses.

En avril, Clémence me fait une demande pour intégrer le Collectif Polar.

En avril toujours, je fais la demande à Sofia pour quelle rejoigne le groupe des flingueuses.

En Juillet je demande à Maud d’intégrer le collectif et les flingueuses, notre Maud se trouve très vite une jumelle en la personne d’Ophélie et moi je trouve du coup une sœurette.

En octobre, je demande avec quelques autres flingueuses à ce que Marc vienne se joindre à nous. Et du coup nous voilà 20 dans le gang des flingueuses.

En novembre, Julie ne confie qu’elle se sent plus comme une simple chroniqueuse, qu’une vraie Flingueuse.  Elle n’a pas eu le temps pour s’investir dans le gang . Julie reste chroniqueuse occasionnelle chez Collectif Polar

En Novembre, Clémence quitte le Collectif Polar et claque la porte aux flingueuses suite à un gros désaccord avec moi-même mais aussi quelques autres membres du gang.

Du coup notre belle équipe compte à ce jour 18 membres.

18 membres, 18 flingueuses sur lesquelles je peux compter chacune à son niveau.

Aussi en 2019, vais-je être encore plus exigeante avec la team. Et mettrais en place une charte. Et oui dans un groupe il doit y avoir des règles.  Non pas qu’il n’y en avait pas, mais elle n’étaient pas écrite. Des règles qui régissent l’équipe et que chacun devra approuver. Ainsi il n’y aura plus de malentendus possibles.

Il faudra montrer patte blanche pour appartenir au gang très restreint des Flingueuses.  

Et pour illustrer tout cela un florilège de photos de flingueuses ensemble !

Sofia, Ophélie et moi à la soirée d’inauguration du FSN

Maud, Sylvie et Ophélie

Mes légistes, Isabelle et Cécile

Cécile, Maxime, Gabriele Ge et Oph. Soit 3 flingueuses, deux mini-flingue et une porte flingue

Eppy Fanny, Cécile et moi !

Ge, Oph et Cécile

 

Lors de l’inauguration de la Coop’s après l’ITW de Jacques Saussey par les flingueueses. Eppy Fanny, Ge, Cendrine et Oph

Miss Aline et Mamie Danièle

Isabelle et Jean Paul

Maud, Gilberte une lectrice en série, Aline et Ge

Jean Paul notre mister flingueuse 1, Maud et moi

 

Cécile, Marc, Maud et moi

Sofia, Marc, Oph et moi à Mulhouse au FSN

Le top des lectures 2018  d’une flingueuse et de ses mini-flingues


A un mois de Noël et pour bien finir l’année

voici les tops 10 des flingueuses et des Minis Flingues.

Et…

Pour bien commencer ces tops lectures 2018,

c’est Cécile, Benjamin et Maxime qui débutent cette série des chouchous de l’année.

Belle découverte à vous.

 

Le top des lectures 2018  d’une flingueuse et de ses mini-flingues

Le niveau de lectures de la famille a été légèrement faible cette année, nous vous présentons donc un top commun pour palier à sa pâleur


Dans la famille flingueuse et mini-flingues, je demande la mère :

Le top de Cécile

1) Le Lambeau de Philippe Lançon :

LA lecture de l’année, si ce n’est de la décennie, tant il nous parle à tous, les attentats de Charlie Hebdo mais pas que, du destin d’un journaliste, d’un érudit, de sa famille,  de sa guérison et peut-être aussi de la notre, et de notre histoire commune post-attentats.

Alors que l’auteur s’apprête à rejoindre sa compagne aux Etats-Unis, où il doit donner des cours de littérature, il participe à la conférence de rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Survient l’attentat dont il réchappera, défiguré. Il raconte sa sidération, sa douleur, les greffes, tout en essayant de se refabriquer un lien à l’existence. Prix du Roman-News 2018, prix Femina 2018. A reçu également le Prix Jean Bernard de l’Académie de Médecine 2018 et le Prix spécial du jury du prix Renaudot 2018

 

2) Big Little Lies de Liane Moriarty :

en VO s’il vous plaît, parfois on a juste besoin de la subtilité d’une comédie douce-amère pour parler de sujets graves. Le divertissement n’a rien de vulgaire et sa maîtrise est ici parfaite.

Petits secrets, grands mensonges, le nouveau best-seller de Liane Moriarty

Meurtre ou tragique accident ? À la fête de l’école, quelqu’un a trouvé la mort. Mais qui est vraiment responsable du drame ?

Trois femmes à la croisée des chemins, des ex-maris et leurs nouvelles épouses, des familles recomposées (ou décomposées) qui cachent tous ces redoutables petits mensonges que l’on se raconte à soi-même pour continuer de vivre… Après Le Secret du mari, best-seller international, Liane Moriarty nous plonge une fois encore dans l’univers clos de ces quartiers résidentiels qui dissimulent derrière leurs jolies façades d’inavouables secrets. Avec elle, le sourire n’est jamais loin des larmes.

3) Babyfoot de Joseph Joffo :

 Pour la grande classe de Monsieur Joffo rencontré sur un salon et pour les personnages depuis longtemps perdus de vue que j’ai retrouvé avec un énorme plaisir. L’après guerre et l’espoir pour la jeune génération sur un air de rock américain !

Voici enfin la suite du « Sac de billes », le roman du petit Jo, devenu adolescent, dans le Paris et la France de la Libération. Une époque étrange pour un jeune garçon où se mêlent la joie de la liberté retrouvée, le temps du marché noir et des trafics en tous genres, la découverte du Nouveau Monde et des Américains, l’anxiété d’avoir le certificat d’études à passer. « Baby-foot » est un livre étourdissant de vie où se côtoient émotion, drôlerie, espièglerie et débrouillardise, un livre bien dans la lignée de ce succès mondial qu’est le « Sac de billes ».

 

4) Un château de verre de Jeannette Walls :

Une enfance hors norme, une capacité à s’en sortir tout autant et beaucoup de poésie et d’amour où il en avait pas tant que ça.

Récit de cette enfance hors norme. En attendant le château de verre que leur a promis leur père, chercheur d’or, les quatre enfants Walls vivent dans des abris de fortune, sillonnant le pays en famille et dormant parfois dans des cartons. Portrait d’une famille attirée par les mythes fondateurs de la culture américaine et d’une jeunesse marquée par la misère.

 

5) La vengeance des mères  de Jim Fergus :

 La suite de Mille femmes blanche ;   ces femmes ont été abandonnées par les autorités américaines après avoir été envoyées auprès des tribus indiennes, leurs enfants ont été tués, leurs maris amérindiens aussi, il ne leur reste que la vengeance auprès d’un peuple qui est devenu le leur.

  1. Little Wolf, un chef cheyenne, demande au général Grant de lui céder mille femmes afin de les offrir à ses guerriers. Grant accepte. En dépit des accords, la tribu est exterminée et seules quelques femmes blanches échappent au massacre. Parmi elles, deux soeurs, Margaret et Susan Kelly, trouvent refuge chez les Sioux et prennent le parti du peuple indien.

 

6 à 10 ) Guides du routard et Lonely Planet :

mes meilleurs compagnons, je n’abandonne jamais aucune lecture, je les triture, les balade partout. Surtout, ils sont aussi sources d’inspiration et connaissent une seconde vie lors de mes recherches pour mes nouvelles ou mes romans. Ceux-ci sont ceux qui m’ont accompagnée en 2018.

Pourquoi des guides touristiques en guise d’amoureux littéraires ? Parce que c’est une passion que je partage avec les trois hommes de ma vie 😉💋

 

Dans la famille flingueuse et mini-flingues, je demande l’ado de 11 ans :

Le top de Benjamin

1) Imbattable de Pascal Jousselin :

Ça retourne ton cerveau c’est génial.

Tremblez, malfrats, voici Imbattable ! Ce nouveau protagoniste porte secours à la veuve et à l’orphelin comme tout héros qui se respecte, mais il sauve aussi les chiens, les chats des grands-mères, les terrains de pétanque, le fils du maire, et la ville tout entière. Masqué, comme tout justicier, capé, comme tout justicier, il mène la vie dure aux savants fous et aux mauvais plaisantins, sans jamais oublier de ramener le pain. Non seulement Imbattable est imbattable, mais son super-pouvoir fait de lui le seul véritable super-héros de bande dessinée ! De la structure quadrillée des planches de BD, Pascal Jousselin a fait un champ d’exploration narrative, un espace ludique où déplacer ses personnages en toute liberté. Son super-héros bondit d’une case à l’autre et joue des décalages et des transferts, Imbattable est non seulement un véritable hommage à la BD classique franco-belge, mais aussi une formidable expérience de lecture, dynamique et inventive.

 

2) Les petits Mythos :

C’est enfin marrant la mythologique !

La mythologie grecque revisitée par un humour légendaire !

Les dieux et héros grecs assistent aux tentatives catastrophiques d’Icare pour réussir à voler au-delà du soleil. Pendant ce temps, Ulysse cherche le moyen de se débarasser de son mal de mer et Totor le Minotaure rêve d’entrer dans la légende.

3) One Punch Man de Yusuke Murata :

 Ça défoule !!!

Saitama est trop puissant, tellement puissant qu’il élimine les ennemis les plus farouches d’un simple coup de poing. Découvrez l’histoire du plus fort des super-héros dans ce manga qui va vous mettre K-O !!

Saitama, un jeune homme sans emploi, décide de devenir un super-héros. Pendant trois ans, il s’entraîne avec ferveur et devient capable de neutraliser ses adversaires en un seul coup de poing. Mais bientôt, il s’ennuie et ses victoires perdent de leur saveur.

 

 

 

 

Dans la famille flingueuse et mini-flingues, je demande l’ado de 15 ans :

 

Le top de Maxime 

1) L’étranger d’Albert Camus :

Cet ouvrage est mon premier livre philosophique mais quelle claque ce fut ! J’adore le style de l’auteur et le personnage de Meursault est si mystérieux et fascinant. L’un des meilleurs livres que j’ai pu lire.

Récit intérieur de Meursault, employé de bureau anonyme pour les autres et pour lui-même, qui tue finalement de cinq balles un Algérien sur la plage de Tipaza à Alger.

 

 

 

2 ) La Faucheuse Thunderhead de Neal Shusterman :

 C’est la suite du premier livre La Faucheuse que j’attendais avec impatience et la déception ne fut absolument pas présente. L’histoire est toujours aussi captivante et haletante. Vraiment hâte de voir la suite !

Le Thunderhead, intelligence artificielle qui gère la Terre pour l’humanité, ne peut pas intervenir dans les affaires de la communauté des Faucheurs. Il ne peut qu’observer, impuissant. Rowan a disparu depuis un an. Il est devenu une véritable légende urbaine, un loup solitaire qui traque les Faucheurs et les immole par le feu. Des changements sont-ils possibles ?

 

 

3 ) Mutafukaz Tome 5 de Run :

C’est le dernier tome d’une suite de comics incroyables. Le cycle se termine sur un magnifique tome avec des illustrations toutes aussi magnifiques les unes que les autres. L’histoire qui mélange le surnaturel et le complot sont parfaitement mis en scène. Mention spéciale aux passages en noir et blanc qui rendent le tome encore plus unique et magistral.

Dernier volume de cette série inspirée de la science-fiction des années 1950 à l’atmosphère sombre et paranoïaque.

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 4


La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 4

La violence dans le monde du polar et du roman noir : le clap de fin.

Un livre, des interrogations, une idée d’interview qui germe, des auteur(e)s plus que partant, des flingueuses, une Cheffe, une belle expérience avec de belles rencontres.

Vous l’aurez compris la violence, comme bien d’autres choses, n’est pas une science exacte. Elle est soumise au vécu, aux fréquentations, à la sensibilité. Elle peut avoir différentes formes et différents degrés dans son acceptation comme dans sa « réalisation ». Elle peut toucher tout un chacun, malheureusement. « Elle se cache dans tout la violence, et elle n’est pas réservée  à quelques « gens violents » », nous dit Niko.

L’auteur va distiller la violence dans ses romans comme il l’a ressent, l’a vécut, dans ce qu’il se sent capable d’écrire ou non. Barbara souligne « N’oublions pas que si le lecteur subit la violence décrite dans le livre, nous nous la maîtrisons en fonction de notre sensibilité. Je sais, par exemple, que je ne mettrai jamais en scène un pédophile ou un serial killer. J’en serais incapable. ».

Techniquement la violence psychologique est plus « facile » notamment pour nos auteures. Pour la violence physique « il me faut connaître les conséquences des actes. Pour faire vivre la scène il faut la visualiser. Pour embarquer le lecteur il faut être crédible » précise Corinne. Ajoutant « Au-delà de ces données, il faut surtout et avant tout respecter les VRAIS victimes ».

« Il y a mille violences, et il y a autant de façons de les raconter qu’il y a de romanciers » concluront-nous avec Jacques.

Nous sommes ravies d’avoir partagé cette interview particulière avec nos auteurs. Un très grand MERCI à Corinne Martel, Barbara Abel, Niko Tackian et Jacques Saussey pour le temps que vous nous avez gentiment et généreusement accordé.

Merci à Danièle d’avoir bien voulu me suivre sur cette idée. Merci pour son travail titanesque de retranscription des différentes discussions.

Merci à Geneviève d’avoir dit « oui, je vous suis les filles ».

Et merci à vous lecteurs-lectrices d’avoir suivi cette interview hors-normes.

Miss Aline

Vous pouvez retrouvez les 3 premiers épisodes de cette enquête ci-dessous :

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 1

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode  2

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 3

La violence dans le monde du polar et du roman noir. Episode 1


La violence dans le monde du polar et du roman noir.

 Episode 1 : Le projet et ses protagonistes

A 800 kms de distance un livre : Les voleurs du temps de Corinne Martel et deux flingueuses : Danièle et Miss Aline.  Nous pouvons lire notamment ceci : « Il y a deux ans maintenant, je lui ai posé la question : « Tu me donnes tes yeux ? ». Je n’ai pas eu de réponse… Je me suis servie ! J’ai fait de petites et délicates incisions sur le contour. Ils me regardaient encore, c’était un moment absolument magique ! Nous n’avions pas besoin de parler, il suffisait de plonger. Après quelques intenses minutes, je les ai arrachés d’un coup sec ».

 S’en suit une discussion sur le « comment on peut écrire ça ? ». Qu’à cela ne tienne : demandons-leur ! Chiche…

Ce qui va suivre est un article hors normes sur un thème présent dans tout bon polar qui se respecte : la violence. Emballées nous soumettons l’idée à Geneviève, notre porte-flingue, qui valide le projet et l’article à venir pour le blog.

On se lance… Il nous faut des auteur(e)s. Qui va participer à cette enquête ? L’auteure de la lecture commune cela va de soi. Ensuite on voulait une parité. Au final, ils sont quatre à avoir accepté de nous consacrer du temps, de répondre avec sincérité à notre questionnaire de flingueuses et d’échanger entre eux. Ils ont eut la gentillesse de nous insérer dans leur emploi du temps bien chargé : salons, corrections, interviews, lancements, sans oublier  leur vie personnelle. Ils ont su se rendre disponible pour partager avec « Le Collectif Polar » leur vision, leur rapport à la violence.

Nous avons prit contact avec chacun(e) d’entre eux/elles en leur soumettant le projet et son déroulement. En attendant leur réponse, le questionnaire commun s’élabore en coulisse. 11 questions pour faire le tour de la question ! S’ils acceptent leurs missions, le questionnaire va leur être adressé individuellement. Les réponses peuvent être aussi argumentées/développées que nécessaire.

Nous flingueuses, nous allons recueillir les réponses, les analyser, déterminer les points de convergences et de divergences. Si besoin, nous demanderons à l’auteur(e) des précisions.

Bien sur nous n’allons pas nous arrêter là. Nous allons ouvrir une discussion en live (merci Messenger !) avec nos quatre auteurs, nous flingueuses et notre Cheffe en la personne de Geneviève. Nous voulons un échange entre eux sur le thème, des précisions sur certains points.

Miss Aline et Barbara Abel

Ont répondu présents :

Corinne Martel : la plus jeune dans le circuit et l’instigatrice (à son insu) de cet article.

Née à Paris fin des années soixante, Corinne Martel est passionnée par l’écriture. Avec Les voleurs du temps, elle nous livre son deuxième roman : « Mes mots sont des histoires, des émotions. Le thrilleur psychologique mon terrain d’expression ».

Les voleurs du temps « le marteau s’échoue sur son crâne à l’endroit exact prévu. Le choc est d’une violence inouïe. La frappe brise l’os frontal et le pénètre jusqu’au manche avec un bruit sourd. Une gerbe de sang macule le plafond et une multitude de gouttelettes rouge  vif asperge son visage et ses cheveux. Elle voudrait bien s’essuyer mais elle ne peut pas. Ses yeux sont complètement fous. Sa tête bascule en avant. Le marteau est planté si profondément qu’il me faut plusieurs secondes pour parvenir à le retirer. »

 

Niko Takian : un auteur sur tous les supports : de la télé au papier.

Né à Paris en 1973, Niko Tackian fait des études de droits, d’Histoire de l’art avant de devenir journaliste et rédacteur en chef. Scénariste, réalisateur, romancier Niko Tackian est un touche à tout. Il se définit lui-même comme « un raconteur d’histoire ». Il reçoit en 2015 le prix des lecteurs au Festival Polar de Cognac pour Quelque part avant l’enfer avec un thème minutieusement étudié : le phénomène de la mort imminente. En 2016 suivra La nuit n’est jamais complète puis Toxique. Ce premier volet, paru aux Editions Calmann Lévy, nous amène à suivre le commandant Tomar Khan, que l’on retrouve dans Fantazmë en ce début 2018.

Toxique : « Ubak avait troqué ses aboiements hargneux contre un couinement inquiet à mesure que son collier l’étranglait, le forçant à suivre sa nouvelle maîtresse en freinant des quatre pattes dans la boue. Marie-Thomas grimpait maintenant les marches de la passerelle qui passait au-dessus de l’A4. Lorsqu’elle arriva au milieu, elle se tourna vers le chien et souleva la laisse à hauteur d’épaule. Ubak décolla du sol pour se retrouver pendu à son collier. Il se débattait devant Marie-Thomas et couinait en essayant de respirer. Elle pivota légèrement pour le laisser pendre au-dessus du vide, les yeux braqués vers la nuée de voitures lancées à pleine vitesse.

–          Bonne balade, dit-elle en le regardant s’écraser contre le bitume de l’autoroute. »

 

Jacques Saussey : le motard presque franco-canadien qui a son bureau vraiment partout.

Né en 1961, Jacques Saussey écrit ses premières nouvelles à 27 ans, en 1988. Deux d’entre elles ont été primées dans des concours et une éditée en BD.

La Mante Sauvage son premier polar, sera suivi par beaucoup d’autres : Le loup peint, L’enfant aux yeux d’émeraudes … Il est désormais repéré par les critiques et les libraires comme l’un des « talents qui montent » dans le polar.  

: « Je me penche sur le détonateur, enclenche le système de commande Wifi. Le décompte est lancé. Si je me fais descendre et ne peux appuyer sur le bouton d’appel de mon téléphone, le réseau secondaire prendra le relais. Dans une demi-heure, très exactement, il ne restera plus un boulon entier de cette carcasse de métal. Plus rien, à présent, ne pourra arrêter mon processus de destruction massive »

 

Barbara Abel : qui représente notre ouverture à l’international et à la Belgique réunis.

Née en 1969 à Bruxelles en Belgique, d’abord comédienne, elle écrit sa première pièce de théâtre, L’Esquimau qui jardinait, qui est montée avec succès sur des scènes bruxelloises et au Festival de théâtre de Spa.
Son premier roman policier publié, L’Instinct maternel, lauréat du Prix du roman policier du festival de Cognac, elle assure également des chroniques culturelles diffusées sur Arte Belgique.

Son roman Un bel âge pour mourir paru en 2003 a été adapté pour France 2. S’ensuivent Duelle en 2005, La mort en écho  en 2006, Illustre inconnu en 2007, Le Bonheur sur ordonnance en 2009, La brûlure du chocolat en 2010, Derrière la haine en 2012 (Prix des lycéens de littérature belge 2015), Après la fin en 2013, L’innocence des bourreaux en 2015 et Je sais pas en 2016. 2018 est l’année de Je t’aime.

Duelle : « Je sais que tout cela peut paraître fou. Qu’on ne peut imaginer pouvoir subir de telles humiliations sans se révolter. Mais le cercle infernal s’est refermé sur moi sans que je prenne conscience de sa force et de sa tyrannie. Au début, on accepte […]. On espère, on vit, on rêve, on se dit qu’il y a pire. On trouve la force de continuer, de trouver des excuses, en se créant d’autres limites, en remettant la révolte au lendemain,[…] . Chaque jour qui passe est un pas de plus dans l’abîme. Et quand on s’en aperçoit enfin, il est trop tard. »

De gauche à droite : Dany, Jacques, Corinne et Niko

Les échanges vont avoir lieu en mai, dans la bonne humeur ! Nous n’instaurons pas de timing chacun faisant selon ses disponibilités. Une fois tous les éléments rassemblés, nous voilà avec 25 pages de notes à synthétiser.

Nous allons donc tout (ou presque) vous dire sur la violence vue par nos quatre auteur(e)s, leurs facilités à l’appréhender, leurs interdits, leur goût à nous la faire partager … c’est bien de cela dont il s’agit : ils ont du plaisir à nous raconter des horreurs et nous tant de plaisir à les lire !

Alors suivez-nous dans le monde magique de la fiction polardesque …

Dans l’épisode 2 nos auteurs répondront à nos premières questions !

Minutes d’un meeting pas ordinaire entre des ligueuses, une porte-flingue et des flingueuses hybrides


Minutes d’un meeting pas ordinaire entre des ligueuses, une porte-flingue et des flingueuses hybrides

A l’initiative de Kate Wagner, une auteure suisse de La Ligue du Chapitre 22, en goguette dans la Capitale, une réunion de la plus haute importance stratégique s’est tenue entre LA Porte-flingue du Collectif Polar, Geneviève Van Landuyt, ses collègues de la Ligue, Sacha Erbel et Cécile Pellault, flingueuses également, à leurs heures perdues mais pas pour tout le monde.

Entre ces 3 ligueuses, ces 3 flingueuses et leur porte flingue…

Il a été décidé, déclaré, voire les deux, lors de celle-ci :

3 Ligueuses, 3 Flingueuses et une Porte Flingue

Qu’un plan pour éliminer la dite bibliothécaire infernale doit être établi pour éviter toute fuite sur le secret derrière le Chapitre 22… ou au moins pour soudoyer son silence jusqu’au concours qui permettra de le révéler au monde entier,

Que la Pina Colada à la fraise n’est peut-être pas la meilleure idée de cocktail,

Que pour tous les futurs meetings, un kit de survie pour Kate, devrait être à portée de main en cas d’attaque de guêpes,

Que Les challenges à 22 mots vont redémarrer dès la rentrée pour le Chapitre 22,

Que, dès que la Gloire frappera à la porte de la Ligue, elles resteraient humbles, malgré les protestations de Cécile.  Sacha a d’ailleurs pris à témoin le board ; elle autorise formellement Geneviève à intervenir en cas de prise de melon, par une vigoureuse main dans sa face et au cri de « Tu me remets, là ?! »,

Que Sacha est la meilleure pour jouer de ses relations dans les forces de l’ordre et pour faire fermer Les Champs et permettre à la Ligue de faire une belle photo,

Qu’éventuellement un tampon à l’effigie de la Ligue sur le postérieur des lecteurs pourrait être un petit plus lors des salons,

Que les ligueuses, Delphine Montariol et Yamina Azzouz, et les flingueuses,  flingueurs, mini-flingues, tueurs à gages, sont de très bons télépathes parce qu’ils nous ont tous et toutes accompagnés tout le long de déjeuner tout a fait professionnel,

 

Et pour finir, avec toutes les dates dans les prochains mois et les régions couvertes en France comme à l’étranger, vous n’avez aucune excuse pour ne pas aller à la découverte des auteures de la Ligue du Chapitre 22 :

Septembre

Du 07 au 09 septembre- Kate Wagner : Salon  Le livre sur la place à Nancy (54)

15 septembre- Yamina Mazzouz : Présentation à la médiathèque de Caves (11)

30 septembre – Sacha Erbel et Cécile Pellault : Salon Sang pour Sang à Longperrier (77)

Octobre

6 et 7 octobre – Delphine Montariol : Salon des gourmets des lettres à Toulouse, Hôtel d’Assézat (31)

13 octobre – Sacha Erbel donne une conférence à la médiathèque Blanc Mesnil (93), sur le thème de la criminologie suivie d’une séance de dédicaces.

13 et 14 octobre – Cécile Pellault : 1er Salon d’Echarcon (91)

14 octobre- Delphine Montariol : Salon « les livres au vert », forêt du Bouconne (31)

27 et 28 octobre- Delphine Montariol : Festival Bizarre de Lectoure (32)

Novembre

1 novembre- Kate Wagner : Lecture dédicace, librairie du Pierre Pertuis, Tavanne (Suisse)

3 novembre – Sacha Erbel : Apéro polar Bibliothèque Parmentier (75) avec Marek Corbel, Editions La Liseuse.

17 novembre-Yamina Mazzouz: journée du livre au Leclerc de Montauban (82)

24 novembre – Cécile Pellault : 16ème édition du Salon de Loos (59)

24 novembre –Yamina Mazzouz : Cultura à Balma (31)

25 novembre- Kate Wagner : Salon du livre de l AENJ,  Neuchâtel (Suisse)

Décembre
2 décembre- Delphine Montariol : Salon « Polars et histoires de police » à Auch (32)
15 décembre –Yamina Mazzouz: Cultura à Fenouillet (31)

16 décembre –Yamina Mazzouz: Salon du livre à Laffitte Vigordane (31)

Et n’oubliez pas Le collectif polar par l’intermédiaire d’Ophélie et de Ge nous ont déjà interrogées et c’était là : Faire -part de naissance de la Ligue du Chapitre 22

Sinon, on remet ça quand, tout à fait professionnellement ?!

Hahaha 

 

Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles, épisode 3


Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles… épisode 3

Hello les Polardeux,

Le gang des Flingueuses, vous connaissez, maintenant, forcément ?

Il était une fois une bande de passionnée réuni autour de Ge leur porte flingue

J’ai la chance d’être entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une douzaine à vous proposer nos voix, nos regard et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Aussi je me suis fait curieuse une fois de plus !

Et j’ai posé quelques questions à mon gang de Flingueuses.

Aussi aujourd’hui je vous livres les réponses des dernières arrivées. Mais attention vous risquez d’être surpris d’entrée de jeu.

Allez bonne lecture


Questionnaire aux Flingueuses

Les petites nouvelles… épisode 3 :

Isabelle et Sacha

Tu as rejoint dernièrement le gang  Collectif Polar.

 1 – Alors… Pourquoi avoir accepté ma proposition d’être une des nôtres, ou avoir voulu intégrer la team ?

Isabelle : La réponse va être longue, tu l’auras voulu ! J’ai accepté par curiosité, par fierté aussi. J’aime lire des polars depuis toujours. Mais je n’ai découvert ce milieu que tardivement, après avoir écrit mon propre roman policier. Jusqu’alors je ne courrais pas les salons, je ne recherchais pas le contact avec des auteurs. Lorsque j’y ai été invitée, j’ai découvert une ambiance fraternelle, où l’humour et la déconnade sont de rigueur et où se côtoient des personnages de tous horizons. Je m’y suis sentie à l’aise. J’ai alors échangé avec des auteurs, des éditeurs, des libraires… et des blogueurs (es-trices-euses, of course). Sans flagornerie, tu es l’une des premières dont j’ai suivi le travail, Geneviève. J’ai sympathisé avec certains, commencé à participer à des débats dans des groupes fermés, parfois houleux, en particulier sur l’impact des blogueurs sur l’économie du livre, leur degré d’indépendance, le respect des auteurs… Questions essentielles à mes yeux. Bref, la bloguosphère s’interrogeait régulièrement sur ses bonnes pratiques. Un bon point pour elle ! Et donc lorsque j’ai proposé à la médiathèque de ma ville (la MéMO) de créer un festival consacré au polar, j’ai voulu lui réserver une place de choix : une expo, une table ronde, etc. N’ayant pas de bouquin à vendre, je me sentais totalement libre et la MéMO a adhéré à l’idée. Je n’étais pas des vôtres pour autant. Et puis je me suis mise à rédiger quelques chroniques pour Collectif Polar, d’abord pour tes concours, puis à ta demande. Ta proposition m’a stupéfaite. Ainsi, sans le savoir j’étais potentiellement une flingueuse ! Du coup j’ai accepté ta proposition pour voir enfin les coulisses du blog, et pour la fierté d’intégrer la team.

Sacha ; Alors j’ai accepté ta proposition de vous rejoindre sur le Collectif polar parce que tu me l’as demandé déjà! Lol! J’étais loin de me douter que mes retours de lectures t’intéressaient en tant que chroniques! C’est très humblement que je donne mon avis sur les livres qui m’ont plu ou bouleversée. Et je suis très touchée de cette proposition. Même si je ne lis pas autant que je le voudrais! Lol!

2- Comment te sens-tu au milieu de ce groupe de fadas passionnées de polar et de lectures ? 

Isabelle : Mon arrivée est toute récente, il me faut encore trouver mes marques, moi qui suis plutôt un électron libre, par nature. Mais l‘accueil que ces fadas m’ont réservé a été si chaleureux, si spontané que j’abandonne peu à peu ma posture d’observatrice. Les flingueuses (Loup inclus !!) sont généreuses, bienveillantes, bosseuses. A l’image de la porte-flingue, quoi ! Mais est-ce un hasard ?

Sacha : Hey tu parles à une psychopathe là! Mdr! Donc on est sur la même longueur d’ondes! entre frappadingues, on est bien!

3- Qu’attends-tu de notre petite équipe de flingueuses ?

Ce qu’elle donne déjà dépasse mes attentes : réflexions communes sur la littérature noire, bien sûr, mais aussi solidarité, entraide, conseils… On sort largement du cadre de la littérature et j’aime ça !

Sacha : Ce que j’attends de l’équipe de flingueuses? et on a un flingueur aussi non? Des grosses « marrades » comme c’est déjà le cas quand on se voit! Vous avez toutes toujours la patate et j’adore ça!

4 – Te sens-tu une flingueuse à part entière ?

 

Isabelle : Oui, depuis que tu me sollicites pour des idées de concours, mais surtout depuis que j’ai endossé la panoplie de légiste avec Cécile Pellault et avec toi pour l’exquis cadavre exquis.

 Sacha : Oui je me sens une flingueuse à part entière et très fière de faire partie! Mais promis, je sortirai pas le mien, de flingue! Lol

5 – Que t’as apporté cette expérience d’équipe ?

Isabelle : Le plaisir de travailler en complémentarité avec Cécile, d’être parvenues très vite à nous organiser en fonction de nos sensibilités, de nos emplois du temps respectifs. Le bonheur d’échanger nos impressions à la lecture d’un épisode. J’apprécie énormément ces échanges.

 Sacha : Ben je commence tout juste alors on en reparle dans 6 mois! Mdr! J’espère juste que tu regretteras pas ton choix! Muhahaha (rire démoniaque)!

 

6 – Qu’en as-tu tiré ?

Isabelle : Je me sens plus légitime, plus crédible comme flingueuse.

  Sacha : Mon expérience commence seulement, mais ce qui est sûr, c’est que ce ne sera que du positif!

7- As-tu des attentes particulières autour de Collectif Polar ? Et quelles sont-elles ?

J’aime le jeu collectif, qui est l’ADN de ce blog. L’idée de s’organiser pour optimiser notre présence lors d’évènements, pour partager avec celles (ou celui) qui n’ont pas pu venir, pour porter les couleurs de la meute. Lecteur, lectrice, si tu pouvais voir l’incroyable chorégraphie à l’œuvre derrière les GAV, tu hallucinerais… Pourvou qué ça doure et vive le gang !

 Sacha :  Le collectif polar m’a déjà tellement donné en tant qu’auteure! La mise en lumière de l’Emprise des sens a été un élément très important pour moi et je ne te remercierai jamais assez! Donc bonne humeur, échanges et rigolades!

2eme Partie

Enfin, dis-moi,

Tu préfères :

 1- Etre reconnue comme une simple chroniqueuse de Collectif Polar ?

2- Etre une chroniqueuse de Collectif Polar qui se revendique ainsi ?

 3- Être avant tout une flingueuse ?

 4- Juste faire de temps à autre une « chronique de lecteur »

Explique-moi ton ou tes choix ?

Isabelle : J’élimine 1, 2 et 4. Ma participation, je la vois plutôt en recherche d’idées, en aide pour organiser ou couvrir des événements.

Sacha : Une chroniqueuse flingueuse du collectif polar qui fait de temps à autre un Sach’avis sur ses lectures! Mdr!

J’ai moins le temps de lire, mais j’aime toujours ça. C’est important pour moi de lire, de m’évader, d’étudier la manière d’écrire d’autres auteurs, d’en découvrir. Je pense que la lecture améliore mon écriture. Et J’aime partager mon avis sur un livre que j’ai aimé, voire que j’ai adoré!  En revanche, je ne sais pas écrire une chronique. J’ai toujours peur d’en mettre trop sur l’intrigue. C’est pour ça que je me contente d’un avis!  De mon avis!

 

Et en OFF, juste entre toi et moi.

As-tu des regrets, des déceptions à formuler, quelles sont les choses que l’on pourrait améliorer ?

Isabelle : Regrets, déceptions… non, je ne vois pas. Enrichir la maquette, peut-être. 

Sacha ; En off entre toi et moi ma Geneviève, je n’ai pas de regrets, ni de déception, rien du tout! Je trouve que toi et tes flingueuses, vous faîtes un boulot extra, et je te félicite! Je vous aime énormément et je suis encore une fois très honorée de faire partie de l’équipe!

Voilàààààà! Merci tout plein ma Geneviève

 

Quelles améliorations proposes-tu ? Et comment les mettre en oeuvre ?

Isabelle : Peut-être élargir le choix des livres chroniqués à des bouquins qui font moins l’actu. Je sais que tu y es sensible, comme moi. Le dernier Bussi, le dernier Norek seront à coup sûr chroniqués partout… Déplacer davantage le curseur vers l’inconnu, sans pour autant délaisser les best seller, ça doit être possible. Ce que j’ai apprécié d’emblée dans Collectif Polar, c’est de découvrir des premiers romans, ou de lire des itw d’auteurs moins célèbres.

Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles… épisode 2


Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles… épisode 2

Re-bonjour les Polardeux,

Le gang des Flingueuses, vous connaissez, maintenant, forcément ?

Il était une fois une bande de passionnée réuni autour de Ge leur porte flingue

J’ai la chance d’être entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une douzaine à vous proposer nos voix, nos regard et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Aussi je me suis fait curieuse une fois de plus !

Et j’ai posé quelques questions à mon gang de Flingueuses.

Aussi aujourd’hui je vous livres les réponses des dernières arrivées. Mais attention vous risquez d’être surpris d’entrée de jeu.

Allez bonne lecture

Questionnaire aux Flingueuses

Les petites nouvelles… épisode 2 :

Sofia et Clémence

 

 

Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles… épisode 1


Salut les Polardeux,

Le gang des Flingueuses, vous connaissez, maintenant, forcément ?

Il était une fois une bande de passionnée réuni autour de Ge leur porte flingue

J’ai la chance d’être entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une douzaine à vous proposer nos voix, nos regard et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Aussi je me suis fait curieuse une fois de plus !

Et j’ai posé quelques questions à mon gang de Flingueuses.

Aussi aujourd’hui je vous livres les réponses des dernières arrivées. Mais attention vous risquez d’être surpris d’entrée de jeu.

Allez bonne lecture



Questionnaire aux Flingueuses

Les petites nouvelles… épisode 1 :

Jean Paul et Sylvie

 

D'encre et de lumière

Parce que les passions méritent d'être partagées

Revue de Thrillers

Partage de mes lectures

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Pause Earl Grey

Littérature, culture, petits bonheurs

Steve Sirois

Univers virtuel de l'écrivain Steve Sirois

Ecrire pour un rien, pour un tout

créé maison par Cécile C

Des plumes et des livres

A vos livres... Prêts ? Lisez !!

Les livres de Zéa

Avis de lectrice et lectrice à Vie

Vivrelire 📚✨

Découvrez mes coups de cœur et mes coups de gueules littéraires ! 📚

Échos verts

Le blog de l'écologie éthique

LadiesColocBlog

Livres . Makeup . Mode . Voyages . Lifestyle

Les lectures de Dobby

"Hapiness can be found, even in the darkest of times, if only one remembers to turn on the light."

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

les mots chocolat

Un peu de gourmandise et beaucoup de lecture !

Dévolivre

Pour tous les dévoreurs de livres...

La littérature, notre amie

Si un jour, tu te sens seul ; prend un livre et laisse toi transporter.

Les Voyages Livresques de Mel,

"Lire, c'est boire et manger. L'esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas." Victor Hugo

lirelanuitoupas

Lire... tout le temps!!!

HORSAIN

Le site des éditions du Horsain

Hannibal le lecteur

Dévoreur de livres, polar et noir mais pas que...

Aude Bouquine

Encore, toujours, tout le temps et partout ...

Voyager dans mon monde

Un petit bout de vie.

Mes p'tits lus - Blog littéraire

"C'est en lisant qu'on devient liseron" - Raymond Queneau

La culture dans tous ses états

"Accepter de perdre ses illusions sans jamais renoncer à l'émerveillement."

Nuit blanche du Noir

De la Trouille à la Haine (en passant par le Pire)

Mondes Futuristes Editions

L'édition plurielle, car chaque auteur est différent

La bibliothèque de Claire

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe (Jules Renard)

Les lectures d'Evy Lo

Deux filles, un lapin et une montagne de livres...

rexlit

Les lectures de Titisse

Sorcière misandre

Littérature, thé et destruction du patriarcat

kokolivres

Il ne faut pas mourir idiot(e)... La curiosité apprend...

L'échappée nordique

Voyage en terres scandinaves

Des plumes et des mots

Lire est une passion, écrire est un métier.

Lectures d'A

Dans mon monde de lectures

L'ivre-Book

Editions Numériques

The Eden of Books

Blog littéraire

Le tourneur de pages

“La lecture est à l'esprit ce que l'exercice est au corps.” Joseph Addison

Une bulle, des bulles...

"C'est pas l'homme qui prend le livre, c'est le livre qui prend l'homme... Tatatiiiiin."

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

cyrzbib

Bibliothécaire #bib2paris @durasbib le jour, médiation & faire numérique la nuit Vous pouvez me croiser ici @biblio_box là @labenbib ou là @BiblioFab #Homago #impression3d

%d blogueurs aiment cette page :