Le silence et la fureur – Natalie Carter et Nicolas D’Estienne D’Orves


Le livre : Le silence et la fureur de Natalie Carter et Nicolas D’Estienne D’orves. Paru le 1er mars 2018 aux Editions XO.  19,90 € ; 153 x 240 mm.

4ème de couverture :

Un lac perdu de l’Ontario, et au milieu, une petite île escarpée où souffle le vent mauvais du soupçon.

Max King, pianiste adulé dans le monde entier, y vit reclus dans sa maison, prisonnier de ses obsessions et de ses cauchemars. Il y a dix ans, un drame l’a condamné au silence : la moindre note sur le clavier provoque en lui d’effrayantes douleurs. Pour cet immense artiste, la musique est devenue un bourreau. Mis à part sa gouvernante, Max King ne voit personne. Ni sa femme Fiona, ni son fils Luke, qui a quitté l’île et que tout le monde surnommait le « petit prince ».  Un futur pianiste de génie comme son père.

Le retour de Luke résonnera comme un cataclysme sur cette terre maudite.

Et du silence jaillira bientôt la fureur.

 

Les auteurs : Natalie Carter est née en 1955 à New York. Après des études d’art, elle devient scénariste pour la télévision puis pour le cinéma. Elle a travaillait notamment avec Nicole Garcia, Brian de Palma…En 2006, elle publie un roman, Valdingue, chez Robert Laffont.
                           Nicolas d’Estienne d’Orves, né en 1974, est écrivain et critique d’opéra au Figaro. Depuis 2001, il a publié une vingtaine de livres : Othou : prix Roger Nimier, Les fidélités successives : prix Cazes, La gloire des maudits : prix Interallié 2017. Il écrit également beaucoup sur Paris (guide de balades..). Trois romans chez XO : Les orphelins du mal, Les derniers jours de Paris, L’enfant du premier matin, qui sont traduits en treize langues.

 

Extrait :
« La lampe a glissé de mes mains tremblantes. Son faisceau a éclairé la pièce vitrée en diagonale. Au dehors, l’orage déchirait le ciel, les arbres se couchaient sous le vent, le lac se soulevait comme  une lave noire et glacée, les feuilles giflaient les baies vitrées. Hormis le piano, son tabouret et quelques feuilles épars sur le sol, le caisson était vide.»

 

L’accroche de Miss Aline

Le silence et la fureur, Natalie Carter et Nicolas D’Estienne D’Orves

Une île, un pianiste de renommée mondiale, un mystérieux « accident », une « promesse » non moins énigmatique, voilà les ingrédients de ce polar captivant.

Max vit en reclus, prisonnier de son île, de sa musique, de ses rituels obsessionnels. Prisonnier de lui-même. Tous l’on fuit, jusqu’à son épouse et son fils. Ne reste que la fidèle gouvernante Susan, patiente, attentive, veillant sur les moindres gestes de son maître. Les notes de musique sont autant de lames qui lassèrent  l’esprit de Max, qui le torturent jusqu’à l’insupportable. Et ce depuis « l’accident ».

Pour Thanksgiving, le retour de l’enfant prodige. Ce « petit prince » qui suit les traces de son père. Qui l’a fait venir lui et sa mère ? Pourquoi cette dernière l’abandonne-t-elle à son père ?

Rapport étrange que celui du père et du fils. Ce dernier obligeant son père à sortir de ses rituels, tant pis pour la souffrance. Luke, comme son père, est un personnage troublant. On le sent osciller entre l’amour et la haine. Qu’a-t-on imposé à cet enfant pour qu’il en arrive là ?

Ce roman se fait à trois voix. Susan et Luke nous parle directement. Tandis qu’un narrateur extérieur nous parle de Max. Au début c’est perturbant, puis on s’y fait.  A chaque protagoniste tu trouves une raison de t’y attacher. Susan dont tu admires la dévotion, cet attachement démesuré à un être qui probablement ne la voit pas. Elle aussi a sa part dans l’intrigue, là où on ne l’attend pas. Luke dévorait par une personnalité borderline, un soupçon manipulateur. Luke qui captive, Luke qui réserve bien des surprises. Et puis il y a Max avec son amour-aversion pour la musique. Max pour qui la musique était l’oxygène nécessaire à sa vie, qui ne fait plus que survivre. Max noyé dans sa névrose.

J’ai beaucoup aimé ce roman et la façon dont il est construit. Comment les auteurs t’emmènent là où tu n’as pas pensé aller, comment ils t’ont berné. J’ai ressenti avec force la passion de Max pour la musique. Comment elle l’habite, le transforme, le rende vivant. Je garde l’image du « caisson », la pièce au piano, avec vu sur l’extérieur. Un silence infini à l’intérieur, les éléments déchainés à l’extérieur. Je pense à Mozart et Salieri. Je pense au combat pour la vie, à l’amour inconditionnel pour un art. Je pense à l’abandon de soi pour l’autre ou pour l’art.

Je pourrais/voudrais vous en dire tellement plus sur ce roman mais je ne voudrais pas gâcher votre surprise. Ce roman est un coup de maître, dans son intrigue, dans la force des personnages, dans le ressenti de leur sentiments. J’ai presque envie de le lire de suite…

Un très grand merci aux auteurs pour cette plus que très belle découverte.

 

Le romancier Nicolas d’Estienne d’Orves signe avec sa mère, Natalie Carter, scénariste, un thriller psychologique redoutable, où il est question de musique, d’îles, de lacs lointains, de nature dévorante, de piano mortel, de crimes irrésolus et de passions impunies.

Publicités

Pourvu que ça brule de Caryl Ferey


Collectif Kris
97822263259520-3718799Le livre : Pourvu que ça brûle : récit  de Caryl Férey. Paru le 4 janvier 2017 chez Albin Michel. . 20€ ; (297 p.) ; 21 x 14 cm

4ème de couv : 

De la Nouvelle-Zélande à l’Australie en passant par l’Indonésie, la Jordanie, le Chili ou les Etats-Unis, un carnet de route très rock, l’autoportrait en noir et blanc de l’auteur de Zulu, Mapuche et Condor, Caryl Férey, chantre du thriller engagé, avec qui la réalité devient fiction survoltée.

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Pourvu que ça brule de Caryl Ferey"L’auteur : Caryl Férey vit à Paris. Après s’être aventuré en Nouvelle-Zélande avec sa «saga maorie» (Haka et Utu), en Afrique du Sud avec Zulu (récompensé entre autres par le Grand Prix de littérature policière en 2008 et adapté au cinéma en 2013) puis en Argentine avec Mapuche, il nous entraîne avec Condor dans une exploration sombre du Chili, dans une course-poursuite sanglante transfigurée par l’amour. Le nouveau roman de Caryl Férey nous fait voyager et frémir autant que réfléchir et nous rappelle, s’il le fallait, que l’auteur s’est imposé comme le maître du thriller des grands espaces et de l’ailleurs.

 

Extrait : 
Quinze jours passèrent encore, puis soudain mon amour réapparut, là, au comptoir du Cornerbar où l’attendait mon désespoir le plus féroce. J’oubliai jusqu’à respirer en l’abordant, mais Francesca m’entraîna à l’écart pour m’expliquer la situation. Roscoe était jaloux et lui interdisait de parler aux garçons, en particulier moi, qui traînais dans leur bar fétiche. Je lui répondis qu’on s’en foutait de Roscoe, mais le lâche avait chargé ses copains maoris de la surveiller. Je n’eus pas le temps de lui conseiller d’envoyer paître son idiot du village qu’une poigne d’acier comprima ma gorge : d’une solide manchette, un Maori de cent dix kilos me tira en arrière sous les yeux atterrés de Francesca. Manquant d’oxygène, mes bras s’accrochèrent au vide tandis que le colosse me soulevait de terre. J’eus une dernière vision de Francesca, le regard à la fois désolé et furieux, avant de me faire jeter dehors.
Je ne parle pas le maori mais nul besoin de traduction : j’approchais d’elle encore une fois, le guerrier me mâchait menu et me renvoyait en France sous forme de Canigou.
Roscoe, son of a bitch.
Roméo et Juliette, Othello, je traversais Shakespeare par l’express du soir.

 

Chronique de lecteurs

Le petit avis de Kris

POURVU QUE CA BRULE – Caryl Ferey

A mi-chemin entre fiction et réalité, le romancier raconte ses voyages, ses rencontres et quelques événements de sa vie.
Découverte d’un Caryl aventurier un peu à l’image de ses personnages et on comprend mieux l’intensité et l’épaisseur de ses héros.
Une quête incessante dans ces pays souvent touchés par la pauvreté, le gangstérisme ou plus simplement l’ignorance.
Un roman qui est en réalité l’essence même de l’auteur. Plus habituée aux polars et thrillers j’ai été subjuguée par la force de cette écriture et je l’ai dévoré comme un roman d’aventures.
Découvrir la naissance, le cheminement, l’élaboration (parfois sur plusieurs années) des héros de romans tels que ZULU et MAPUCHE apporte une lumière différente sur ceux-ci et les sublime encore plus s’il en est besoin.
Toutefois l’écriture de MAPUCHE reste un morceau d’anthologie ! Ah Jana !!     
Et l’émotion de Cannes pour Zulu … grandiose !
Enfin les clins d’œil à l’éditrice font mouche à chaque fois.

 

Ulan Bator de Richard TABBI


ulan_b10Ulan Bator de Richard Tabbi Paru en juin 2015 chez Riez éditions dans la Collection Sentiers Obscurs. 16€00 ; (330 pages) ; 20 cm x 14 cm 

4ème de couverture

« Solo Aggrigente est persuadé d’écrire des polars tout ce qu’il y a de classique, alors qu’obsédé par la tétralogie d’Alien il écrit en réalité des romans de SF. Il est marié avec Asako, artiste plasticienne de renommée internationale qui lui annonce qu’elle part en tournée mondiale à l’instar d’une rock star, lui laissant leur fils de 18 mois sur les bras. Ses ennuis commencent le jour où le chanteur des Kyoto Motel se fait décapiter, événement qu’il avait prédit dans l’un de ses romans. Peu après, deux faux flics mongols font irruption chez lui. Commence alors une course folle alcoolisée sur fond de chamanisme, de soviétisme, et d’invasion extraterrestre. La réponse à ses déboires se trouve – peut-être – à Ulan Bator. »

ulan-2015-glassesL’auteur : Richard Tabbi est né en 1967 dans le sud de la France. Après des études d’histoire religieuse médiévale, il a été successivement militaire, enseignant, documentaliste, rédacteur, journaliste, commercial, maçon, ouvrier agricole, bibliothécaire, peintre en bâtiment… Richard Tabbi vit au Havre. 
Son premier roman, Zombie planète, a été publié en 2003 aux éditions Mango. Il a aussi collaboré sous la forme d’essais et de nouvelles aux revues Twice, Bordel, Houelle. Il a signé les textes de l’album « La fiancée d’Uranus » du groupe Parisatori qu’il a fondé avec Patrick Jouanneau.
En 2012 il publie avec Ludovic Lavaissière Moi & ce diable de blues aux éditions du Riez, polar hallucinatoire au style vitriolique béni par Jean-Pierre Dionnet.
Ulan Bator est conçu comme une « suite mentale » à Zombie planète.
Extrait :
« La Volvo empruntait une descente interminable vers la vallée en direction de Saint-Etienne, les arbres du bord de la route, en ce début d’après-midi, ressemblaient à des golems paranoïaques. »

 

Résumé et petit avis :

Il y a quelques temps, plus d’un an déjà,  Richard Tabbi prenait contact avec moi via facebook. Il me proposait son roman à lire et à chroniquer.

Bonjour Geneviève, je lis avec intérêt vos chroniques, et je ne sais si mon éditeur vous a envoyé mon dernier polar, ULAN BATOR. Si ce n’est pas le cas et que cela vous intéresse, n’hésitez pas à me le faire savoir, ce sera avec plaisir.  
Belle journée à vous 😉

Bonsoir Richard,

Merci de votre sollicitude. Je ne me souviens pas avoir vu passer votre livre. Pour autant, je vous avoue que je n’aurais pas le temps de le lire dans les prochaines semaines voire les prochains mois. C’est fort dommage, j’en suis consciente, mais malheureusement mon travail de sélection pour les bibliothèques parisiennes, m’oblige à être dans l’actualité éditoriale immédiate.

Aussi, si vous le voulez bien, je vous propose une solution alternative. Vous m’envoyez votre roman, je le propose à un des chroniqueurs de mon blog et lui demande une petite lecture ainsi qu’un petit avis. Vous en dites quoi ?
Bien cordialement 

L’affaire fut ainsi faite, je recevait quelques semaine après le livre de Richard. Je demandais autour de moi qui voulait bien le lire et me donner leur avis. Deux lecteurs se proposèrent. De mon coté, j’oubliais ce titre, trop à mes propres lectures et mes autres occupations !

Puis l’auteur est revenu vers moi, je ne savais même plus qui étaient les lecteurs d’Ulan Bator. Alors je suis allée faire un petit tour d’horizon. Et là mes deux lascars m’avouaient soit n’avoir pas du tout accroché à l’histoire, soit avoir abandonné le livre. Ce livre est vraiment très atypique, pas franchement un polar comme je les aime. L’auteur mélange trop de genre, je m’y suis perdue.

Voilà quelles sont été les réponses. J’étais bien avancé. Aussi je me décidais enfin à trouver une place dans mon planning de lecture déjà surchargé pour lire ce titre. Mais avant il fallait que je le commande chez mon libraire.

Et voilà comment j’ai fini par lire Ulan Bator.

Et bien mes aïeux, ça réveille.

Punaise, en effet ce truc est un OVNI ou plutôt un OLNI, vous savez un Objet Littéraire Non Identifié.

Hallucinant, percutant et violent ! déstabilisant et survolté

C’est déjanté mais drôle, déstabilisant et jubilatoire à fois

Imagine un type plutôt doué pour écrire de polars noirs qui a connu son heure de gloire et qui fait mourir son héros.  Un mec qui épouse la femme dont il est follement amoureux suite à leur rencontre sur un plateau télé. Un mec qui veut écrire son chef d’oeuvre, mais qui visiblement rame sec pour le mettre en forme. Un mec qui cherche la vie parfaite, chez lui en bord de mer avec sa petite famille. Et comme son roman SF ne voit pas le jour, l’ancien alcoolique mondain devient un alcoolique tout court. Aussi le jour où sa femme lui annonce qu’elle part en tournée mondiale, la vie de notre bonhomme part à la dérive. Surtout qu’il se retrouve à devoir gérer seul leur fils de 18 mois.

En plus les extraterrestres qui lui font défaut dans son roman viennent s’inviter dans sa vie quotidienne.

Bref, tout dérape et ça part dans tout les sens. On va vivre un road tripe démentiel.

Couses poursuite, situations rocambolesques et paysages étourdissants.

Tout est en place pour nous faire vivre une expérience hors du commun.

Ah oui, et que dire de l’illustration de couverture de  Philippe JOZELON !!!

Découvrez les premiers chapitres sur Ici !

 capture

Les petites fées de New York de Martin Millar


9782916355368,0-503129Le livre : Les petites fées de New York de Martin Millar. Traduit de l’anglais (Ecosse) par Marianne Groves. Paru le 8 avril 2009 aux Editions Intervalles

9782070465095,0-2999055Réédité en poche en 2016 chez Gallimard dans la collection folio SF 8€20 ; (353 p.) ; 18 x 11 cm. Préface de Neil Gaiman.

 4e de couv :

Les petites fées de New-York

Morag MacPherson et Heather MacKintosh, deux petites fées écossaises ayant quitté précipitamment leur terre natale, et fraîchement débarquées à New York, découvrent un monde qu’elles n’auraient jamais pu imaginer : un monde où les sans-abri meurent dans l’indifférence générale, un monde où les gens ont à peine de quoi payer leur logement, un monde qui n’a, tout de même, pas l’air de tourner bien rond. Mais plus elles vont vouloir changer les choses et aider Dinnie et Kerry, deux humains qu’elles ont rencontrés à leur arrivée, plus ce sera… pire !

Roman aussi drôle qu’érudit, Les petites fées de New York convoque le folklore féerique et celui de l’underground new-yorkais pour décrire, en filigrane, notre société.

« Ce livre est fait pour les gens de toute taille et de toute forme qui aiment lire de bons livres. »Neil Gaiman

martin-millarL’auteur : Martin Millar est né le 14 octobre 1956 à Glasgow, en Écosse, et vit actuellement à Londres. Il est l’auteur d’un peu plus de dix romans. Sous le pseudonyme de Martin Scott, il est  aussi l’auteur de la série de science-fiction Thraxas, qui a remporté en 2000 le World Fantasy Award dans la catégorie « roman ». Neil Gaiman, qui compte parmi ses plus grands admirateurs, l’a comparé à « un Kurt Vonnegut qui aurait eu les pires fréquentations du monde ».

 Extrait :

« Morag sirota son verre.

» Ca m’a fait plaisir de revoir Heather en tout cas. Jusqu’à ce qu’on s’engeule.

– « Tullochgorum », encore ? »

Morag secoua la tête.

« Pas au début. Elle m’a accusée de lui mettre exprès mes pieds dans la figure, dans le sac de la clocharde. Quelle crétine. J’essayais
juste de m’installer confortablement. Ensuite elle a dit que ce n’était pas étonnant que les MacPherson ne parviennent pas à jouer correctement un sthraspey s’ils devaient s’occuper de leurs
pieds si grands. N’importe quoi. Après, on s’est engueulées au sujet de « Tullochgorum ». Ensuite, il y a eu l’incident du pavot et j’ai menacé de la tuer pour avoir perdu ta fleur. Non vraiment,
quelle journée pourrie. »

Petit résumé et avis :

Après avoir consommé trop d’alcool, sept petites fées écossaises se retrouvent par erreur dans Central Park. Deux d’entre elles, Heather et Mortag, perturbent le quotidien de Dinnie, un violoniste obèse, solitaire et sans talent.

  Un livre préfacé par Neil Gaiman ne peux pas être un mauvais livre. Surtout quand dans sa préface, il nous le vend ainsi :

«Le récit des Petites fées de New York démarre avec Morag et Heather, deux petites fées hautes de cinquante centimètres, portant épée, kilt vert et cheveux mal teints, qui volettent par la fenêtre du pire violoniste de New York, un type antisocial et obèse nommé Dinnie, et vomissent sur sa moquette. Qui sont-elles et comment sont-elles arrivées à New York, et en quoi tout cela concerne-t-il l’adorable Kerry, qui vit dans l’immeuble d’en face, est atteinte de la maladie de Crohn et confectionne un alphabet des fleurs, et en quoi tout cela concerne-t-il les autres fées (de toutes nationalités) de New York, sans oublier les pauvres fées opprimées de Grande-Bretagne, voilà le sujet du livre. Il contient une guerre, ainsi qu’une mise en scène fort inhabituelle du Songe d’une Nuit d’Été de Shakespeare, et des solos de guitare de Johnny Thunders des New York Dolls. Que peut-on demander de plus à un livre ?»

Neil Gaiman nous met l’eau à la bouche alors on ouvre ce roman et on lit les premières pages. Et là c’est Martin Millar qui nous met les larmes au yeux. Non ! le livre n’est pas nul à pleurer mais il est drôle à mourir de rire. Et on a l’air vraiment bête dans son métro alors qu’à chaque fois que l’on tourne une page, no est plier par un fou rire.

L’auteur va nous entraîner dans une histoire loufoque, une histoire un brin endiablée. Il nous fait découvrir un monde enchanté désenchanté ou des centaines de fées de toutes nationalités sont sur le pied de guerre, une guerre des gangs comme on n’en connais à New York. Quelque part dans cette histoire il semble que plane le fantôme de Terry Pratchett tellement les actions se succèdent et s’entrecroisent à un rythme très soutenu. C’est un vrai tourbillon dans lequel nous jette l’auteur. On en sort un peu saoul, un peu groggy mais en aura passé un sacré bon moment de lecture. Et en prime, on aura la tête vider.

Sérum: saison 1 épisode 1 de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza


mes-petites-lectures (1)
9782290041741,0-1330512Le livre : Sérum : saison 1,Volume 1  de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza.Paru le 28 mars 2012 chez J’ai lu dans la collection J’ai lu Policier. 6€ ; (188 p.) ; 18 x 11 cm

Quatrième de couverture

Serum

Saison 1 (…) épisode 1

1773 : Mesmer invente l’hypnose

1886 : Freud invente la psychanalyse

2012 : Draken invente le sérum

Une injection.

Sept minutes pour accéder au subconscient profond d’Emily Scott.

Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.

Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Les auteurs :
henri-loevenbruck@2x
fabrice-mazza@2x

Henri Loevenbruck est né le 21 mars 1972 à Paris. Il est à la fois auteur, chanteur, compositeur français et
auteur de thriller, de livres de
fantasy et de d’aventures est traduit dans plus de quinze langue.

Fabrice Mazza né en 1970 est le grand maître des énigmes en France.  Ses ouvrages sont lus dans le monde entier et ont dépassé le million d’exemplaires vendus

Extrait :
« Velasquez prit un scalpel et un tube dans son sac et s’approcha de la victime dans le coma. Elle avait l’air de dormir, paisible. Le sang avait été nettoyé de son visage et, sans le bandage qu’on était en train de lui mettre on aurait peine à croire que cette femme venait de prendre une balle en pleine tête.
L’agent pris sa main, gratta un peu de peinture déposée sur l’épiderme et fit glisser quelques particules dans le tube hermétique numéroté. Ensuite, il sortit un encreur et une étiquette de son kit de prise d’empreintes digitales.
Il attrapa délicatement l’index de la femme sous le regard de l’infirmière, l’appuya sur l’encreur, puis appliqua le bout du doigt sur la petite étiquette blanche.
Velasquez fronça les sourcils.
Rien. Juste une trace d’encre qui bavait. Le résultat ressemblait à tout sauf à une empreinte digitale.
Le policier se racla la gorge en sentant le rouge monter à ses joues. Il avait fait plusieurs prises d’empreintes à l’Académie de police, cela n’avait jamais posé de problème. Il sortit une nouvelle étiquette et essaya une nouvelle fois.
Toujours rien. Pas de « dermatoglyphe ».
La femme semblait n’avoir aucune empreinte sur l’index. »
lecture-d_avant

Petits résumé et avis

Arthur Draken est un psychiatre spécialisé dans la thérapie par l’hypnose. Il utilise un sérum facilitant l’induction hypnotique. Sa principale patiente est sa compagne, victime d’une amnésie totale après avoir reçu une balle en pleine tête. Avec l’aide de Lola Gallagher, détective, Draken va devoir découvrir quel secret est enfoui dans la mémoire de sa partenaire.

« Serum » est une série de livres inédits. Voici le premier volume d’une série romanesque d’un nouveau genre, construite sur le modèle des séries télé. La saison 1 comporte six épisodes. Dans chaque épisode, les lecteurs ont la possibilité d’approfondir l’expérience de lecture. Chaque épisode contient des flashcodes qui donnent accès à du contenu supplémentaire (musiques, vidéos, documents…).De plus, la série Serum propose une expérience en ligne inédite pour ses lecteurs sur le site http://www.serum-online.com.Comme toute bonne série, l’ensemble est hautement addictif. Et l’association entre Fabrice Mazza, grand maître es-énigmes, et Henri Loevenbruck, l’un des meilleurs auteurs de thrillers intelligents made in France, est très prometteuse

Bref…Voici le premier volume d’une série romanesque d’un nouveau genre, beau compromis entre le roman feuilleton et la série TV. La saison 1 comporte six épisodes. Tous les éléments d?un très bon polar sont réunis ici. Une détective au caractère bien trempé, un psy aux expériences étranges, une victime sans mémoire. Et comme dans toute bonne série, l?ensemble est hautement additif.

Lire le début de Sérum 1.1

 

ON PEUT EFFACER VOTRE MEMOIRE, PAS VOTRE PASSÉ.

En cas d’accoutumance, consultez leur site
www.serum-online.com

Facebook Serum :
www.facebook.com/Serumonline

Le chant des âmes de Frédérick Rapilly


Mes petites lectures
9782953499841,0-1198182Le livre : Le chant des âmes de Frédérick Rapilly.Paru le 1er juin 2011 chez Critic. 20€30; (370 p.) ; 20 x 14 cm.

Quatrième de couverture

« Cela pourrait être elle. Ou elle ! Ou encore elle ! Son regard glisse d’une silhouette à une autre.
La pulsion est là. La migraine aussi. Il doit se contrôler. Ce n’est ni le lieu, ni le moment. »

Quand des touristes découvrent le corps crucifié d’une jeune femme au coeur de la forêt de Brocéliande, les médias se déchaînent et l’affaire fait vite la Une de l’actualité.

Alors que la police s’oriente vers un rituel satanique, Marc Torkan, ex-grand reporter, est chargé d’une contre-enquête par son ancien rédacteur en chef. Accompagné d’une photographe inexpérimentée, il comprend rapidement que la police fait fausse route : la veille du meurtre, la victime semble s’être rendue à une rave-party. L’enquête prend un tournant inattendu lorsqu’en Thaïlande, un deuxième cadavre est retrouvé en marge d’un événement similaire.

Pour le journaliste et sa coéquipière, la chasse au scoop se transforme en chasse à l’homme. Seuls, ils se lancent sur la piste d’un tueur en série, qui choisit ses proies dans le tumulte et la fièvre des nuits électro.

220px-Frédérick_RapillyJournaliste, ex-grand reporter et DJ, Frédérick Rapilly est l’auteur de trois essais ; le dernier en date porte sur la série télé Le Mentalist. Il est né le 15 mai 1968 à Vannes.
Fan de polar depuis toujours, il tient aussi un blog où il chronique régulièrement les oeuvres des plus grands maîtres du genre. Dans Le Chant des Âmes, son premier roman, il concilie ses deux passions – la musique et le policier – et nous offre un thriller époustouflant qui nous promène aux quatre coins de la planète, à la poursuite d’un terrifiant psychopathe.

 

Lecture d’avant

Résumé et petit avis :

 Le cadavre mutilé et crucifié d’une jeune femme est découvert en Bretagne, dans la forêt de Brocéliande, quelques jours après la traditionnelle rave-party qui se tient dans les environs.

Alors que les autorités y voient un rituel païn ou sataniste et que les médias s’emparent de l’affaire.  Marc Torcan, et une photographe mènent une contre-enquête, se lançant sur les traces du tueur.

Arraché à sa retraite par son ancien patron de Paris Flash, Marc , ex-grand reporter, retrouve le goût de l’investigation. Accompagné d’une jeune photographe ambitieuse, ils mènent une contre-enquête. Ils s’oriente bientôt vers une piste négligée. Et se lancent sur les traces d’un étrange tueur.

La musique pulse et la fièvre monte…

Voici un livre duquel je suis sortie étourdie. Une vrai claque. L’auteur nous propose un thriller très original, par son contexte tout d’abord mais aussi par son rythme. En effet tout cela est très musical, chaque chapitre est introduit par Nick Cave et ses « Murder ballads ». De plus l’auteur place son intrigue dans l’univers de la musique techno et plus particulièrement dans les rave-party où des milliers de jeune gens entrent véritablement en transe et ce, à l’unisson. Une vrai découverte donc pour une lectrice peu familière à ce genre musical. Un atout supplémentaire à ce livre s’il en fallait un : Frédérick Rapilly a su, grâce à ses descriptions, nous faire voyager, de Bretagne en Thaillande, des îles Canaries à Bali en passant par l’Ukraine. Un vrai régal à découvrir d’urgence.

Un livre parfait pour vos vacances !

Régis de James Osmont


regis
Le livre : Régis de James Osmont paru le 30/03/2016 chez CreateSpace Independent Publishing Platform. 9€99 ; (274p) .

Résumé :

« Régis aime la littérature et l’automne, les décibels et l’errance. Il n’a pas choisi le mal qui le ronge. Vivant la plupart du temps en lui-même, il perçoit une réalité déformée et angoissante, où tout fait sens. Dans sa psychose, il s’accroche à de fragiles repères : des personnages sans nom, des impressions sans fondement, des chansons sans espoir… Pourtant, peu de temps avant les attentats du 13 novembre 2015, le retour d’un mystérieux persécuteur va faire vaciller son équilibre précaire… Jusqu’au point de non-retour. »

ojjh54L’auteur : James Osmont, auteur et photographe né à Brest, est aussi soignant en psychiatrie depuis dix ans. Dans ce premier roman sombre et nerveux, entre drame et thriller psychologique, il invite le lecteur à une immersion au plus près d’âmes tourmentées, dangereuses, mais aussi profondément humaines.

Le billet de Nadia :

Bonjour Geneviève,

Chose promise … je te présente « Régis » …

gros gros coup de cœur … Regis

L’Extrait :
  » Le vent s’était tu en cours d’après-midi.
    Après le tumulte , ce jour sans clarté mourait de n’avoir jamais débuté. Des heures fantômes de la mi-novembre, dont la grisaille échevelée délave les âmes et détrempe les terres…Pourtant Régis adorait l’automne.
    c’était un « enfant de l’automne ».
    Pour la première fois depuis presque deux semaines , il était autorisé à sortir dans le parc. Il avait quitté l’isolement hier , et  » fêtait » aujourd’hui son trente-deuxième anniversaire. Un bien grand mot … Déambulant dans le service discrètement , il vivait encore la plupart du temps à l’intérieur de lui même, s’ouvrant difficilement aux stimuli et interactions. Il redevenait petit à petit un patient lambda.
   Un être humain.

Le Résumé :

  Le quotidien de Régis , la trentaine , interné en hôpital psychiatrique . Les promenades dans le  parc , ses repas , les médicaments , l’encadrement médical ..

Mon Avis :

Que j’ai été chamboulée ! émue! à la lecture de « Régis ». C’est une histoire bouleversante , avec un fond de thriller puisque dés les premières pages on sait qu’un événement va se produire .. ça monte crescendo dans un univers très particulier inconnu pour la plupart d’entre nous.
 Régis nous accueille dans sa tête , dans son psychisme  , c’est émouvant , dérangeant , bouleversant et ça peut mettre le lecteur mal à l’aise quelques fois. Il nous raconte son histoire , son parcours jusqu’à sa détention en psychiatrie.  Le lecteur « vit » l’hôpital psychiatrique au quotidien , ses dysfonctionnements , ses règles , son personnel médical. 
 

 Dans une unité de lieu  principale comme un hôpital psychiatrique , avec un héros au passé plus que sanglant , James Osmont  fait  de cette histoire un livre qui laissera son emprunte en chacun de nous (je l’espère)  . Il subsiste après la lecture  toute la compassion,  l’empathie pour « Régis » . 
C’est une lecture qui vous laisse pantois , parce que c’est dur tout en étant poétique , les mots sont choisis , l’écriture exigeante. Et il m’arrive souvent de penser à Régis …

A noter : La formidable œuvre de Laurent Fièvre en couverture .

regis-thriller-post-attentats-de-james-osmont
  

Apéro-polar avec Michaël Mention


13254393_507398502779642_8879289071360379807_n

Apéro-polar avec Michaël Mention

autour de son livre Jeudi noir

Depuis 4 ans maintenant, j’ai la chance de pouvoir organiser dans la bibliothèque où je travaille des rencontres autour du roman policier et du polar en général.

J’exerce ma profession dans le réseau des bibliothèques de la ville de Paris. Il y une soixantaine de bibliothèques dans ce réseau. Des petites, des moyennes, des grandes et des très grandes. Alors afin d’harmoniser la programmation culturelle de tous ces établissement, la ville par l’intermédiaire de notre direction nous propose des grands thèmes. 1 à 2 par semestre.

C’est comme cela que le trimestre dernier j’ai pu faire venir Jean Luc Bizien autour de la Corée.

Mais pour cette fin de semestre, la mairie n’a pas poussé très loin sa réflexion pour nous imposer un thème.  Puisque le sujet à mettre en avant c’est l’Euro Foot. Et croyez-moi il y a pas mal de bibliothécaires qui ne se sont pas senti concerné(e)s.

En fait c’est surtout les sections jeunesse qui se sont mobilisées. Des tas de babyfoot ont été distribués. Pour me démarquer mais aussi j’avoue pour prouver à mon directeur que j’avais de la ressource.

Il me disait :

– » Mais Geneviève vous ne trouverez pas toujours une amination polar à faire autour des thèmes imposés ! »

Et moi de lui rétorquer :

-« En cherchant bien, je suis certaine de vous proposer quelque chose d’original quelques soit le thème ou le sujet choisi. »

Pour le foot je n’ai pas hésité longtemps. Tout de suite Michaël Mention m’est apparu évident.

Alors dans une dizaine de jour, j’aurai le plaisir d’accueillir Michaël dans ma bibliothèque.

Ce sera le samedi 11 juin 2016 à 11h30 à la bibliothèque Parmentier dans le onzième arrondissement de Paris.

Et oui…

Dans le cadre de l’Euro Foot 2016 à Paris, j’organise un RDV original autour du football… Pour son livre Jeudi Noir, Michel Mention a décidé de s’intéresser au football. Enfin au football, pas tout à fait, mais à une rencontre en particulier, puisque son roman revient sur l’un des matchs du siècle, le fameux France-Allemagne de 1982.

Le 8 juillet 1982, au stade Sánchez Pizjuán de Séville (Espagne), devant 70 000 spectateurs, s’est jouée la demi-finale de la Coupe du monde de football de 1982 qui opposa la France à la RFA. Classique opposition de style entre la rigueur tactique et physique d’une part et le jeu technique et offensif d’autre part, ce match est devenu l’une des rencontres légendaires de l’histoire de la Coupe du monde, souvent simplement appelée la nuit de Séville (Nacht von Sevilla ) ou Séville 82

Rencontre avec un homme tombé amoureux d’un match 32 ans après. À travers ce sport, nous revisiterons aussi une époque et la culture populaire de celle-ci, musique, cinéma, politique… Nous parlerons culture au sens large, celle des années 80 en particulier.

Après la rencontre un verre de l’amitié vous sera offert, l’occasion de poursuivre de façon informelle la rencontre. Vous pourrez apporter vos livres de l’auteur, je suis certaine que Michaël  ce pliera au jeu d’une petite dédicace.

Vous trouverez ICI mon petit avis sur Jeudi Noir

Jeudi noir de Michaël Mention


9782290078815,0-2703810 9782081348295,0-2463855Le livre : Jeudi noir de Michaël Mention. Paru le 5 novembre 2014 chez Ombres Noire.17€ ; (187 p.) ; 21 x 14 cm

Réédité en poche chez J’ai lu le 16 mars 2016 dans la collection thriller. 6€ ;1 vol. (185 p.) ; 18 x 11 cm

Quatrième de couverture

Ombres noires

Jeudi noir

8 juillet 1982, Séville. Coupe du monde de football, demi-finale France-R.F.A.

L’ambition contre l’expérience. L’espoir porté par Mitterrand contre le fatalisme du mur de Berlin. Et pour les deux équipes, une même obsession : gagner sa place en finale.

Face aux puissants Allemands, Platini, Rocheteau, Giresse… une équipe de France redoutable. Mais le pire s’invite : les coups pleuvent, le sport devient guerre, et la mort arbitre.

Pour la première fois, le match mythique vécu en direct, sur le terrain. Une expérience radicale, entre exaltation et violence.

77643436 Michaël Mention, 37 ans, romancier et scénariste, est passionné de rock et de cinéma. Il publie son premier roman en 2008 et devient une voix montante du polar avec notamment Sale temps pour le pays (Grand Prix du roman noir français au Festival international du film policier de Beaune 2013) et Fils de Sam. Jeudi noir est son premier roman aux éditions Ombres Noires. Et justice pour tous (Prix Transfuge du meilleur espoir polar 2015) et Le carnaval des hyènes.

Extrait :
À ma droite, des journalistes jouent des coudes en vue d’obtenir la meilleure photo. Avec l’évacuation de Patrick, ils n’ont pas raté leur soirée. Ces hyènes ne vivent que pour le scoop, si possible le plus macabre. Ce sont eux qui ont tué Romy. Notre meilleure actrice, la femme ultime. Son gosse empalé sur la grille, ça ne suffisait pas, alors ils ont poussé le vice jusqu’à se déguiser en infirmiers pour le photographier sur son lit de mort. Pourritures.

Résumé et petit avis :

La demi-finale de la Coupe du monde de football de 1982, lors de laquelle la France affronte l’Allemagne de l’Ouest, vue de l’intérieur à travers le regard d’un joueur fictif de l’équipe de France et racontée à la manière d’un thriller. Une allégorie des situations française et allemande de l’époque, des tensions politiques et des contradictions qui les traversent…

9791091447157,0-1908711Quel talent, mais quel talent…Déjà, Mention, m’avait bluffée avec son « fils de Sam » et sa vision de la vie de David Berkowitz, tueur en série de la fin des années 70. Avec ce roman, nous allons faire un voyage dans le temps, plus précisément le 8 juillet 1982, jour de la 1/2 finale de coupe du monde France-RFA, à Séville. Michaël Mention nous propose de vivre le match en direct, sur le terrain, entre exaltation et violence. L’auteur nous fait vivre ce match légendaire de façon unique, avec en trame de fond les contextes politique, économique, social et culturel des années 1980. Je n’ai jamais vécu un match d’une aussi intense façon. Pourtant, j’étais devant mon poste de TV en ce jeudi noir. Avec toutes une bande de potes, et oui c’était les vacances scolaires et les adolescents, que nous étions, vivions en meute. Cette demi-finale nous a fait vibrer et même les moins intéressés par le foot étaient de la partie. Mais revivre ce match de l’intérieur, minute par minute, avec les mots de Mickaël Mention, c’est une expérience d’une incroyable intensité. J’ai été captivé, je suis passée par tout un tas d’émotions. J’ai même eu l’impression d’être sur le terrain et de jouer le match, d’être un des héros malheureux de ce duel fratricide. J’étais l’âme de cette fabuleuse équipe de France. J’étais l’humeur de celle-ci, ses espoirs et ses doutes. Son unité, sa solidarité. Je jouais tel un dieu du stade brésilien. Les mots plus forts que les images. Si, si, c’est possible, si c’est sous la plume exceptionnelle de cet auteur de talent.

Du son sur les murs / Frantz Delplanque


Mes petites lectures

FD&FDLe livre : Du son sur les murs / Frantz Delplanque. Paru le 30 octobre 2011 au Seuil. 396 pages – 21.80 €

Réédité en poche le 13 mars 2014 chez Point. 7,90€ 432 pages

4e de couv :

Auteur d’une trentaine de meurtres non élucidés,

Oui, mais voilà, un seul être vous manque et… tout se met à foirer. Où donc est passé Al, le pêcheur ? Perle ne lâchera pas Jon tant qu’il ne l’aura pas retrouvé. Or Jon ne se sent aucun don pour rechercher un individu sans avoir à le tuer. La vérité, c’est qu’il n’aspire qu’à aimer.

À aimer ? OK, alors prouve-le, Papy !

On est frappé par le rythme de cette comédie policière, son intrigue inavouable et son infatigable ironie, et par l’à-propos de ses incessantes références musicales. Du son sur les murs, polar euphorique, défi à tous les puristes, quel que soit leur genre de pureté, est le premier roman de Frantz Delplanque.

FD&&&L’auteur : Frantz Delplanque est né en 1966. Il fait des études en sciences politiques à Toulouse puis Paris. Au cours de sa carrière, il a été conseillé théâtre à la DRAC Alsace, chargé de mission théâtre et danse des Bouches du Rhône, directeur de la culture des Landes, directeur du développement culturel à Nantes… Il est à présent directeur adjoint culture à la Ville de Montpellier et directeur du théâtre Jean Vilar.
Extrait :
« J’étais capable de donner le biberon à Luna et même de la changer. Je la gardais à la plage quand Perle voulait nager.
— Faut que je retrouve mon corps d’avant, disait-elle.
Et elle me montrait ses abdos qui se raffermissaient de jour en jour.
Elle me prenait pour un grand-père ? du moins, c’est ce que je croyais. J’aurais préféré être un gentil vieux qui aurait eu un boulot avouable et n’aurait jamais tué personne, même par accident. »

Lecture d’avant

Le post-it de la bibliothécaire

Jon Ayaramondi est devenu tueur à la suite d’une peine de coeur. C’est de nouveau son grand coeur qui le fait partir à la recherche d’Al, le nouveau compagnon de Perle, une femme qu’il a autrefois aidée. Au fur et à mesure que sa traque avance, le passé de ce dernier lui paraît de plus en plus obscur. Bientôt Flamby, le copain d’Al, puis Louise, la femme dont Jon est amoureux, sont assassinés.

FD&&&&Le premier roman de Frantz Delplanque est un polar aux accents de comédie. L’auteur construit là une intrigue goûteuse. Son ton ironique et décalé rend le récit crédible. L’histoire se déroule sur fond de rock très rythmé.

Le roman vaut aussi par ses personnages : ils prennent corps au fil des pages, et celui de Jon Ayaramandi est une véritable réussite.

Avec des chapitres compacts, des dialogues percutants et enlevés, Delplanque réussit là une excellente fantaisie criminelle. La play-list franchement rock, plus précisément rock garage, donne du « peps » au récit.

Lire ICI le début