Un gros week-end en perspective


Ce week-end du 24 et 25 juin va être très chargé.

Pas de temps pour échanger sur ces pages, pas de temps pour écrire quelques lignes, vous faire découvrir un nouvelle auteur.

Non je ne vais pas trouver le temps, je vais passer mes journée à Saint Maur en poche et mais soirée aussi !

D’hier après-midi à après demain soir, je vivrais SMEP.

Et du coup les échanges, les partages, je les vivrais en direct, en live, en réel et pas en virtuel.

Punaise ça va être quelque chose, c’est certain !

Et je j’ai le courage, si je me remets de mes émotions, je vous raconterai tout cela très vite.

Mis en attendant ce week-end vous ne resterez pas sans rien.

Non j’ai pensé à vous.

En effet demain dimanche je vous embarque à la rencontre d’une passionnée et avec elle aussi nous parlerons salon du polar.

Et lundi je vous parlerai du festival sans nom. Si si, il est sans nom mais c’est le festival du polar de Mulhouse.

Voilà vous savez tout.

Vous voyez, on ne vous oublie pas sur Collectif Polar.

Alors à très vite

 

Saint-Maur en Poche, quelques infos pratiques !


Saint-Maur en Poche, quelques infos pratiques !

Et un peu plus …

Petit coup de gueule aussi !

 

Et oui, la commune de Saint Maur des fossés est en banlieue parisienne. Dans le Val de Marne.  Alors pour nos ami(e)s provinciaux, nos ami(e)s belges, suisse et d’ailleurs, pour les autres banlieusards et pire pour les parisiens habitués à ne pas franchir le périf, pas toujours facile de situer le lieu du festival.

Voici donc quelques info pratique qui j’espère vous aiderons à venir nous retrouver pour ce week-end de folie.

 

INFORMATIONS PRATIQUES
PLACE DES MARRONNIERS à Saint-Maur-des-Fossés
Samedi 24 juin, 10h – 19h, soirée à partir de 19h30
Dimanche 25 juin, 10h – 18h

Entrée libre au Salon du livre, aux Cafés littéraires et animations

Retrouvez ici les horaires  des cafés littéraire polars

En revanche, les auteurs sont sensés dédicacer  uniquement les livres achetés sur place. Mais une tolérance est acceptée pour 2 livres que vous apportez, 2 livres par personnes et par jour. Alors soyez malin(e)s surtout si vous êtes accompagné(e)s. Et arrêtez de râler. que je vous explique.

Oui c’est limité. Pour diverses raisons.

Pour des raisons de sécurité, car la sécurité dans le contexte actuel est fortement renforcée. La librairie a du cette année employer plus d’agents de sécurité que les années précédentes pour notre, pour votre sécurité et cela à un coût.  Et pour que les agents employés ne soient pas juste cantonnés à mettre des pastilles sur chacun des bouquins, qu’ils assurent au mieux la mission qui leur est assignée. 

Pour une raison d’ordre économique évidente. Un tel salon à monter coûtent énormément d’argent. Et la librairie prend des risques puisqu’elle est la plus investie niveau budget. Et que chaque année, les dépenses et les recettes s’équilibrent tout juste. Ce sont les recettes des ventes qui participent à la bonne tenue de la gestion budgétaire des comptes, ne l’oublions pas. Aussi si je comprend la position du lecteur et surtout du lecteur compulsif qui n’a pas un budget illimité mais je comprends d’autant mieux celle des organisateurs qui craignent pour le futur de ce salon.  Ne pas faire de bénéfice est une chose, travailler et dépenser sans compter ses heures à perte, c’est juste impossible et inconcevable. Car oui un salon coûte cher à monter, il y a bien sur des bénévoles mais il y a aussi énormément de personnes employées à rémunérer. Sans parler des auteurs à faire venir, à loger, à nourrir, à chouchouter…..Et cette année ils sont plus de 250.

Alors oui, les achats que vous allez faire sur ce salon, le poche ou les poches que vous ferez dédicacer sur place contribueront à faire que Saint Maur en Poche soit  encore là dans les années à venir !

Et puis, sachez le, vous pouvez même sans acheter de livre, aller à la rencontre des auteurs. Discuter avec eux de leur bouquins que vous avez lu ou pas, de leur projets…. Vous avez le devoir aussi de leur dire ce que vous pensez de leur livre. Ou juste aller faire connaissance, un petit coucou, un bonjour timide ou plus franc. C’est suivant…Cela dépendra de votre tempérament. Et ça, ça n’a pas de prix. Si c’est juste pour une dédicace, prenez un carnet, faites un livre d’or spécial SMEP. Oui je sais ce ne sera pas dans vos livres. Mais vous pourrez toujours dire à l’auteur  pour quel titre est la dédicace.

Et quel beau souvenir que ce carnet totalement personnalisé. Le relire après le salon prolongera votre bonheur d’avoir partager tous ces moments précieux.

 

VENIR À SAINT-MAUR:
• Ligne A du RER, gare Le parc St-Maur
Navette gratuite entre la gare et le salon
• Bus 107 / 306 / 111 / 112
• À 15 km de Paris sur l’autoroute A4, sortie Saint-Maur
Parking gratuit (petit parking attention)

 

Le plus simple c’est vraiment les transport en commun

Ligne A du RER, arrêt Parc de Saint Maur 

Si vous arriver de Paris c’est direction Boissy Saint Léger ou La Varenne

Attention sinon vous allez chez Mickey

Des navettes  gratuite seront disponible depuis cette gare RER Le Parc de Saint Maur

Elle feront des allés et retours entre le salon et Le pars de Saint Maur

entre 10h et 19h le samedi 10h-18h le dimanche

ou encore ….

Vous pouvez prendre le Bus 306 jusqu’à l’arrêt Marronniers depuis la gare RER Saint Maur Créteil.

 

Se restaurer à Saint Maur en Poche

Il y aura autour du salon quelques points de restauration.

Food Truck, espace crêperie ou encore boulangerie devraient se répartir dans l’enceinte autour du salon.

Sinon, il y a de nombreux restos autour de la gare du RER, à 10/15 minutes à pied ou en navette.

Très peu de restos ou de bars autour de la place.

La place des marronniers est une immense place. Le salon en occupe un tiers environ. Il y aura de la place pour pique niquer si vous prévoyez le coup !

 

Bon le salon alors

Pour ceux qui étaient là, l’an dernier, oubliez la disposition de la 8e édition.

Visiblement tout change cette année.

Ils semblerait que l’espace soit divisé en trois blocs.

A droite la jeunesse vers l’entrée, je crois.

Au centre le polar et la SFFF

Et à gauche de ce plan, la littérature blanche et sans doute une partie » Bien-être, vie pratique… »

Ce qui est certain c’est que le polar est au centre.

Qu’il y aura qu’une entrée, que les caisses seront sur une seule ligne.

Bref que les enseignement de l’an dernier ont porté leurs fruits.

J’en saurai sans doute plus en fin d’aprem ou ce soir quand je serai sur place pour aider mes libraires à installer le salon.

Il y aura aussi des bénévoles car sans eux point de salon.

Et je sais que ces quelques heures à les aider n’est qu’une goûte d’eau apporter à l’édifice.

Mais bon, je fais avec mes petits moyens.

Car eux il vont y passer la fin d’aprem, le soirée et sans doute une partie de la nuit pour que tout soit prêt demain matin pour l’ouverture.

Et en plus durant les deux jours du salon, ils seront encore là au taquet, souriant, aimable, serviable comme à chaque fois !

Car depuis des jours, des mois tout est mis en oeuvre pour que ce soit une belles fêtes.

Une nouvelle fois.

Alors à demain ou/et à dimanche.

Et pour me trouver c’est facile, je serai la grosse dame avec les yeux cernés et la banane éclairant mon visage d’une oreille à l’autre. Bref un air un peu béat !

Et c’est ici et là que l’on sera

 

Saint Maur en Poche, les scènes littéraires (3)


Et bien ça se précise à Saint Maur en Poche.

Vous le savez cette année c’est plus de 250 auteurs qui sont invités au Festival

Et c’est aussi entre 70 et 80 scènes littéraires.

Avec ses deux espaces de rencontres – Griffe Noire en scène et Déblogueurs en scène – Saint Maur en Poche vous propose des tête à tête,  des tables rondes et des interviews d’auteurs reconnus, très connus ou encore inconnu. C’est un mixte de vedette et de découvertes, afin qu’il y en est pour tous les publics et les lecteurs.

Ici je vais essayer de vous concocter un petit programme « Roman policier et Cie » en vous présentant » les scènes de crimes polars. »

Attention, le casting est international, si, si,  et les plateaux sont menés par les libraires, des journalistes ou des blogueurs.

Aussi les scènes de crimes débuterons le samedi dés 11h35 dans l’espace des Déblogueurs en scène. Elle s’achèvera le dimanche à 18h00 sur cette même scène des Déblogueurs

 

Des auteurs à succès comme Guillaume Musso, ou Bernard Minier,  des nouveaux venus comme Cloé Medhi, Arnelle Carbonnel ou Elena Piacentini,  la crème du polar français et étranger – Jean-Christophe Grangé, DOA, S.K. Tremayne pour le Royaume Uni, Sebastian Fitzek, voix montante du polar allemand. Sandrone Dazieri, Luca Di Fulvio pour l’Italie. Messieurs M.J. Arlidge, et Daniel Cole nouveaux venus d’Angleterre, Steve Cavanagh digne représentant de l’Irlande. Le polar Nordiques sera représenté par l’auteur de polars suédoise Camilia Grebe. Yasmina Kadra, merveilleux représentant de la littérature algérienne. Et puis que serait SMEP sans notre ineffable Belge, Nadine Monfils accompagnée de l’irrésistible Paul Colize et la talentueuse Barbara Abel.

Il y aura aussi  des coups de projecteur également sur des maisons d’éditions ou des  collections de thrillers  comme La Bête noire, lancée en 2015 par Glenn Tavennec ou les 70 ans du masques, editeur emblématique de polar. Sans oublier Calmann Levy qui fête aussi un anniv. me semble-t-il. Et aussi la nouvelle collection Milady Thriller chez Bragelonne dirigé par la géniale Lilas Seewald !

Voici donc les Scènes de Crimes que je vous propose de suivre.

Samedi 24 juin

Sur la scène des Déblogueurs
 11h 00 : Rencontre avec François-Xavier Dillard & Barbara Abel par Yvan Fauth
11H 35 : Rencontre avec Elena Piacentini & Benoît Minville par Geneviève Van Landuyt
12h10
Rencontre avec Johana Gustawsson, Lilas Seewald de Milady & Steve Cavanah par Yvan Fauth
  Allez vous pouvez aller déjeuner puis rencontrer les auteurs sur leur stand.
Retour Sur la scène de la Griffe Noire
15h10
Rencontre avec Jean-Christophe Grangé par Jean-Edgar Casel & David Medioni
sur la scène des Déblogueurs
15h45
Rencontre avec Pierre Bordage par Yvan Fauth
Sur la scène de la Griffe Noire
16h00
Rencontre avec S. K. Tremayne par Jean-Edgar Casel & David Medioni
16h40
Rencontre avec Sandrone Daziery, Daniel Cole & Glenn Tavennec (La bête noire) par Gérard Collard
17h15
Rencontre avec René Manzor, Nico Takian & Philippe Robinet (Calmann Levy) par Gérard Collard
17h35
Rencontre avec Camilla Grebe par Jean-Edgar Casel & David Medioni
Chez les Déblogueurs :
16h35
Rencontre avec Marc Fernandez & Jean-Daniel Baltassat par Bob Garcia
17h15
Rencontre avec Michael Mention & Dominique Maisons par Fred Fontès
17h35
Rencontre avec Bernard Minier & Anthonin Varenne par Yvan Fauth

.

Sacré programme pour la journée du samedi. Et encore c’est que la première journée. Et…

Je sais la fin d’aprem est très chargée, il va falloir vous dédoubler.

Mais rassurez-vous

Chaque rencontre pourra être suivie sur la chaîne You Tube de la Griffe noire, et sera retransmise en direct sur son facebook live.

 

Allez place aux scènes de crime du dimanche 25 juin.

Comme le samedi on démarre sur la scène des Déblogueurs.

11h00

Rencontre avec Hugo Buan & Nadine Monfils par Gérard Collard

11h15

Rencontre avec Valeria Montaldi et Jean d’Aillon par Gérard Collard

 Parallèlement sur la scène de la Griffe Noire

11h20

Rencontre avec Bruno Combes & Sire Cedric par Bob Garcia (France 3)

  Puis Scènes des déblogueurs

12h10

Rencontre avec Armelle Carbonel par Athénaïs (unbouquindanslatasse) Céline (debookaoreilles)

12h25

Rencontre avec DOA & Cédric Bannel par Jean-Edgar Casel & David Medioni

 A nouveau sur la scène de la Griffe Noire

14h20

Rencontre avec M. J. Arlidge par Jean-Edgar Casel & David Medioni

14h35

Rencontre avec Maud Tabachnick & Joseph Joffo par Gérard Collard

 Chez les Déblogueurs

15h00

Rencontre avec Marin Ledun par Fred Fontès (blog 4decouv)

15h15

Rencontre avec Sandrine Colette & Nicolas Jaillet par Geneviève Van Landuyt

16h50

Rencontre avec Fred Houel, Frédéric Lenormand & Eric Fouassier par Gérard Collard

 Pour clore le festival coté polar chez les Déblogueurs

17h40

Rencontre avec Cloé Mehdi par Geneviève Van Landuyt

 

Voilà, vous l’avez constaté, ça va être un week-end de folie, mais ça nous le savions déjà !

C’est pas comme si c’était déjà pas comme cela les années précédentes !

Bon alors à très vite en espérant tous vous rencontrer et faire quelques petites photos ensemble.

Pour ma part je serai soit dans la partie du salon réservée au polar soit du coté de la scène des Déblogueurs

Et puis n’oubliez pas…

Chaque rencontre pourra être suivie sur la chaîne You Tube de la Griffe noire, et sera retransmise en direct sur son facebook live.

 

Ah oui pour rappel, la liste des auteurs  polar ICI

Alors à très vite à Saint Maur en Poche

Et..

longue vie à  SMEP

 

 

Saint Maur en Poche : Les scènes littéraires (2)


 

Le festival international du livre en format poche de Saint Maur c’est presque demain.

Nous sommes tous surexcités à l’idée d’y être.

Cette année encore votre blog, Collectif Polar est associé à cet évènement.

Mieux nous sommes partenaire. Et j’aurai la chance, le plaisir que dis-je l’honneur de participer à cette belle fête du livre en animant quelques plateaux. Non je ne passerai pas les petits fours, m^me si je sais plutôt bien faire cela ! Non je jouerai les méditeurs sur quelques scènes littéraires.

Car comme je vous le disais déjà ICI, Outre les séances de dédicaces, le salon proposera deux espaces de rencontres : « Griffe noire en scène » et « Déblogueurs en scène », où se dérouleront de nombreuses interviews d’auteurs et de tables rondes.

A Saint Maur en poche le plaisir est de mise. Aussi nous avons eu le choix des auteurs invités. Je vous avoue que pour certains d’entre eux nous nous sommes un peu tiré la bourre entre blogueurs pour les avoir.

Pour moi, l’essentiel c’est que l’on doit la parole à tous ces auteurs. Et si j’ai décidé de recevoir Elena Piacentini, Cloé Medhi, Sandrine Collette, Nicolas Jaillet et Benoit Minville c’est parce que leur univers et leur mots ont su me touchée voire me bouleversée.

Cette année j’animerai donc quelques plateaux où je recevrai ces 5 auteurs.

Pour certain c’est leur première fois à Saint Maur en Poche et j’en suis vraiment ravie.

C’est le cas d’Elena Piacentini

 

 

 

 

 

 

Auteur, Elena Piacentini est née en 1969 à Bastia et vit à Lille depuis vingt ans. Elle a créé Pierre-Arsène Leoni,un Corse qui dirige la section homicide de la PJ lilloise. Elle orchestre avec psychologie une humanité malmenée et excelle dans la construction narrative complexe de destins croisés.Elena Piacentini est également scénariste (Albertine Productions,France TV, Image & Cie-Lagardère). On se souvient de Tensions sur le Cap Corse diffusé le 8 avril dernier sur France 3. Elena est aussi novélistes, elle a participé à de nombreux recueils de nouvelles et souvent pour de belle causes. Elle est l’une des voix émergentes du polar français.
Ces romans ( les enquêtes du commandant Leoni), sont édités chez les éditions Au-delà du raisonnable et chez Pocket.
Nous parlerons certainement de ses romans Un Corse à Lille, la première enquête de Léoni rééditer tout dernièrement et de son dernier roman Aux vents mauvais que j’ai adoré.

 

C’est aussi le cas de Cloé Medhi

©-Anne-Marie-Gabriel

Née en 1992 à Vénissieux près de Lyon, Cloé Mehdi vit aujourd’hui à Marseille. Elle développe sa passion pour l’écriture à l’adolescence et s’intéresse principalement au genre du roman noir. Elle remporte plusieurs concours de nouvelles ainsi que le Prix de Beaune avec son premier roman : Monstres en cavale (Éd. Le Masque, 2014). Mêlant matière sociale et psychologique, Rien ne se perd (Éd. Jigal, 2016) est à la fois un roman (très) noir et un roman social qui met en exergue les dérives policières absoutes par l’état et la justice. Rien ne se perd a reçu le Prix Étudiant du Polar 2016 et le Prix Dora Suarez 2017. De là à dire que Cloé est une surdouée du polar et du noir en particulier, il n’y a qu’un pas
Je n’ai jamais rencontré Cloé Medhi, aussi j’essaierai d’en savoir un peu plus sur elle et sur son travail d’écriture.

Je recevrai Nicolas Jaillet

Nicolas Jaillet quand à lui est déjà venu à SMEP mais dans le rayon jeunesse, aussi cette année il vient en tant d’auteur du noir.

Né en 1971 en banlieue parisienne. D’abord comédien, il signe ses premiers textes de fiction pour une troupe de théâtre jeune public : La Compagnie des Epices, avec laquelle il fait un premier tour du monde. Poursuit sa route avec La Compagnie des Filles de Joie, troupe de théâtre forain. Cherche un équivalent du rock’n’roll au théâtre. Le trouve. Ouvre une salle de spectacle à Paris : le LABO. Période de bouillonnement culturel qui donne à son jeune directeur la sensation de piloter un navire. Viré par les propriétaires, il reprend la route. Vit dans une caravane pendant trois ans, en jouant sur les places de villages une adaptation de la « Nuit des Rois » de Shakespeare, avec Olivia Machon, la meilleure actrice du monde. Collabore aux spectacles de son ami Alexis HK, avec qui il écrit des chansons, boit et fume. Second tour du monde. Première expérience de publication en 2003 avec Le Retour du Pirate. Expérience désastreuse. Essaye d’arrêter d’écrire. Sans succès. Remonte sur la bicyclette avec un western publié en 2007 ; Sansalina. Il s’avère qu’il y existe aussi des éditeurs dignes de ce nom. Travaille depuis en collaboration étroite avec des éditeurs de tailles diverses, partout où il rencontre des êtres humains : Hachette Jeunesse, Après la Lune, Lito, Gallimard, Rageot, Rue du Départ. Entame des études de Lettres classiques à 36 ans. Obtient une licence trois ans plus tard. Participe à l’écriture et au tournage du premier long métrage de Thomas Salvador. Son dernier roman, La maison, publié chez un éditeur indépendant, connaîtra bientôt un succès planétaire, mais ne nous emballons pas […]

 

Je recevrai aussi Benoit Minville

Comme Nicolas, Benoit est venu la première fois à Saint Maur en poche comme auteur jeunesse. Depuis il y a eu Rural Noir

Benoit Minville est né en 1978 à Paris et vit à Sartrouville (Yvelines). Il doit à sa mère libraire de lui avoir inoculé le doux virus : il est entré en librairie pour un été et y est toujours, quatorze ans plus tard. Libraire fana d’échanges et de conseils, lecteur passionné de tout bouquin qui transporte une énergie (de Dumas à Pennac, de Ellroy à Lansdale, de Twain à Axl Cendres). Son amour de la culture est sans limite et « encré » jusqu’au bout des bras.

 

Et enfin je serai sur scène avec Sandrine Collette

Je l’avoue je suis une fan absolue de Sandrine Collette.  j’ai adoré son premier roman, oui je sais je ne suis pas la seule et c’est tant mieux.  Il m’a mis une sacrée claque. Et depuis son écriture me ravie toujours autant voire encore plus. Oui de plus en plus….Alors je risque d’être impressionnée d’être en face d’elle. D’ailleurs la première fois où j’ai eu la chance de lui poser quelques questions, j’ai pas arrêté de gaffer. Heureusement, Sandrine a beaucoup d’humour et ça a fait rire tout le monde !

 

Et promis je ne lui demanderai pas si c’est à cause de la crise de la quarantaine qu’elle s’est mise à écrire ! ???

Sandrine Collette  est née à Paris en 1970. Elle passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique.
Elle devient chargée de cours à l’Université de Nanterre, travaille à mi-temps comme consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et restaure des maisons en Champagne puis dans le Morvan.
Sandrine Collette aime la campagne profonde, la forêt, la montagne, les vignes. Tout naturellement, elle aime situer ses intrigues dans un univers rural, même si son petit polar Une brume si légère, est exceptionnellement urbain. La romancière part toujours d’une image qui lui permettra de dérouler le fil de sa fiction.
« Des nœuds d’acier » (Denoël, 2013), son premier roman, obtient le Grand Prix de littérature policière 2013.
En 2014, elle publie son second roman « Un vent de cendres » (chez Denoël) qui revisite le conte La Belle et la Bête.
Devenue l’un des grands noms du thriller français, une fois encore, elle montre son savoir-faire imparable dans « Six fourmis blanches » (2015).
« Il reste la poussière » (2016) obtient le Prix Landerneau du polar.
En 2017 paraît « Les larmes noires sur la terre ».

 

Voilà vous avez demander le programme, le voici.

J’espère vous retrouver nombreux à Saint Maur en Poche.

Si vous saviez comme je suis fébrile dans l’attente de ce week-end à venir !

Alors à très vite pour quelques autres infos sur SMEP

 

Apero Polar : Rencontre croisée avec Lou, Cicé et Nils


11553

Samedi prochain 17 juin j’aurai la chance de recevoir…

Lou, Cicé et Nils

Pour une rencontre croisée

Dans le cadre de ses fameux Apéros polar la bibliothèque Parmentier et moi-même vous invitons à venir rencontrer madame Lou Vernet et messieurs Cicéron Angledroit et Nils Barrellon autour d’une table ronde sur l’auto édition et les petites maisons d’éditions.

Nous avons tous rêvé un jour d’écrire un livre.

Un tiers des français se voudrait écrivain. Mais pas simple d’être publié. Aussi nombreux sont ceux qui passent par l’autoédition.

Nos invités du jour, eux ont n’en seulement écrit, ils se sont édités mais en plus ils ont maintenant trouvé une maison d’édition.

Aussi, vont-ils nous raconter tour à tour leur parcours du combattant(e) pour arriver à toucher leurs lecteurs.

Bien sur ils nous raconteront aussi un peu leurs derniers romans et peut-être si nous avons le temps, les précédents.

Nous tenterons d’éclaircir le monde impitoyable du polar à travers ces regards croisés.

Ce qui est certain c’est que je vais les soumettre à la question et tacher de leur soutirer quelques confidences.

Et pour nous remettre de nos émotions, nous partagerons un verre de l’amitié à la santé de nos trois auteurs. Prospères et longues soient leurs œuvres.

Nos auteurs justement qui sont-ils.

LOU

Quand on demande à Lou Vernet ce qui est essentiel, elle répond, sans coup férir : aimer, marcher et écrire. Elle baguenaude sur les trottoirs de Paname, mais pas que. Le monde qu’elle parcourt, nez au vent, est sa source d’inspiration. Lou est belle, libre, vraie, douée pour la vie et experte en mots. Normal, cette Parisienne les cultive depuis plus de dix ans. professionnellement, pour en faire une oeuvre.

Retrouvez Ici la chronique de La Toile aux Alouettes

ciceron-angledroit

Cicéron Angledroit : Banlieusard pur jus, l’auteur – de son vrai nom Claude Picq – est né en 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge. « Poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu’au bac, il est entré dans la vie active par la voie bancaire. Très tôt il a eu goût pour la lecture : Céline, Dard, Malet… Et très tôt il a ressenti le besoin d’écrire. Hé cool, la Seine ! est le sixième titre de sa série d’enquêtes humoristiques dont l’ambiance et les dialogues, entre San Antonio et Pieds Nickelés, raviront les amateurs du genre…

Ici Le billet sur Sois zen et tue le

nils

Nils Barrellon semble être le plus sérieux de la bande. Nils  est professeur agrégé de sciences physiques au lycée Rodin à Paris. Auteur de nouvelles et de pièces de théâtre et de polar, écrivain éclectique et prolifique il est un touche à tous car sa curiosité n’a pas de limite. Mais ne vous fiez pas à sa bonne tête. Nils a une imagination débordante et un humour tout aussi expansif.

Retrouvez Ici mon article sur La lettre et le peigne

Alors à très très vite maintenant !

Infos pratiques
C’est à la Bibliothèque Parmentier
20 bis avenue Parmentier
75011 Paris
Le métro le plus proche c’est Voltaire sur la ligne 9.
Le bus 46 (arrêt Chemin Vert) ou 56 (Arrêt Place Léon Blum/Voltaire)
Et c’est le samedi 17 juin entre 11h30 et 13h00 (13h30)

Saint Maur en Poche : Les scènes littéraires (1)


La 9ème édition du salon littéraire Saint-Maur en poche approche à grands pas !

Les 24 et 25 juin 2017 seront l’occasion unique de rencontrer un plateau d’auteurs d’une richesse incroyable.

Outre les séances de dédicaces, le salon proposera deux espaces de rencontres :

« Griffe noire en scène » et « Déblogueurs en scène »,

où se dérouleront de nombreuses interviews d’auteurs et de tables rondes.

 

Durant ces 2 jours de « Folies », des libraires, des journalistes et des blogueurs animeront avec enthousiasme ces nombreuses rencontres. Plus de 40 plateaux le samedi, presque autant le dimanche. Les plateaux proposeront, le plus souvent, des duos d’auteurs. Et aussi souvent des nouveaux venus à SMEP.

Il y aura de nombreux plateaux polars. Je vous les dévoilerai dans ces pages tout au long de la quinzaine à venir.  Mais aujourd’hui je vous parle des scènes littéraires des blogueurs.

Alors…

Les amis blogueurs vous proposeront des rendez-vous polars.

  • Yvan du blog EmOtionS – Blog littéraire et musical animera 4 plateaux, 3 le samedi, un le dimanche.

    Il recevra Pierre Bordage, Bernard Minier et Antonin Varenne en duo, Barbara Abel et François-Xavier Dillard où il sera sans doute question d’instinct maternel.  Et  Johana Gustawsson et Steve Cavanagh accompagnés de Lila Seewald leur éditrice chez Bragelonne-Milady.

    Pour en savoir plus c’est ICI chez Yvan, Saint-Maur en poche 2017 : Les plateaux des interviews.

  • Fredo, du blog 4deCouv, qui devrait se charger de Michaël MentionDominique Maisons et Marin Ledun. 

  • Athénaïs (Un bouquin dans la tasse) et Céline (De book à oreille) vont interviewer Armelle Carbonel.

  • Geneviève, du blog Collectif polar Pour ma part, j’aurai la chance d’accueillir Elena Piacentini ; Benoît Minville ; Nicolas Jaillet et Sandrine Collette (et peut être encore d’autres)…

    Elena est une nouvelle venue à Saint Maur en poche et je suis heureuse de pouvoir être un peu son ange gardien sur ce salon. Mais de tout cela je vous en reparle très vite, promis. Une petite présentation de ces 4 auteurs que j’adore, histoire de vous mettent dans l’ambiance.

On vous attend tous nombreux pour ces belles rencontres !

La liste des 250 auteurs peut être consultée  ICI  sur le site officiel du salon

Juin chez Collectif Polar


Salut tout le monde,

ça y  est, nous y sommes, c’est le mois de juin. Et qui dit juin dit SMEP.

Et oui on l’attend toute l’année le festival international du livre de format poche de Saint- Maur.

Et je ne crois pas être la seule.

Saint Maur en poche occupera je le pense la plus grande partie de nos pages en ce mois de juin.

En juin :

Nous vous présenterons le salon, son organisation. Nous parlerons des auteurs invités. Vous trouverez des avis sur les bouquins des auteurs de polar présents à SMEP.

Bref Juin c’est Saint Maur en poche ou presque.

Je reviendrai aussi sur un bel Apéro Polar que je programme la semaine d’avant SMEP, histoire de me mettre en jambe. Non disant que je mettrai en avant 3 auteurs que j’aime beaucoup et qui n’auront pas la chance d’être à SMEP cette année ! Mais j’espère bien les y voir une prochaine fois !

Il y aura aussi un ou deux chouchous du week-end.

L’intervention de Cathie notre Expert !

Peut-être une dame du noir, mais là rien n’est moins sur.

Il y aura  une lecture faite dans le cadre du challenge  Printemps Elfique 2017 sur le blog de StelphiqueMon Féérique Blog 

Une mise en avant de ma librairie, si j’ai le temps je participerai avec la Griffe Noire aux sites les petits mots des libraires

Enfin il y aura des livres distribués afin de remercier les participants aux derniers concours organisés par notre blog. 10 ou 20 livres juste pour vous dire merci de me suivre dans mes délires. Juste pour le plaisir de prolonger le partage.

Il y aura un petit jeu autour de mon prochain Apéro polar. Mais là pour gagner il faudra être présent lors de la rencontre et avoir jouer sur  Collectif Polar le blog.

Il se peut aussi qu’il y ai un nouveau petit concours autours de Saint Maur en poche. Il y en aura un autour du dernier CamHug ça c’est certain. Des exemplaires de Ilya Kaline dédicacés à gagner.

Bon ben avec tout cela j’ai du travail, moi.

Il faut que je comprenne comment ça marche tout ça. Comment je peux contribuer aux petits mots des libraires, comment je vais pouvoir échanger sur ce site participatif. J’ai réussi à créer mon profil, reste à voir comment je poste mes photos et mes avis…

Il faut aussi que je prépare mes interrogatoires ! J’ai des auteurs à soumettre à la question tout de même. Et même si avec Lou, Cicé et Nils, je sais que tout va rouler, il me faut bosser un peu tout de même. J’aurai peut-être aussi d’autres entretiens à mener, allez savoir !

Bon alors, partant(e)s pour juin chez collectif polar ?

 

Rosny soit qui mal y pense : Première !


   Ce week-end avait lieu à la Fnac de Rosny 2, un premier salon du polar organisé par la libraire spécialisé du rayon roman policier.

Il avait lieu sur les deux jours et une douzaine d’auteurs étaient invité sur chacune des journées.

Jérôme Camut & Nathalie Hug, Paul Colize, David Khara, Marin Ledun, Maud Mayeras, Benoit Minville, Marie Neuser etJacques Saussey étaient présents la journée du samedi.  Alexis Aubenque, Sire Cédric, Sandrine Collette, Sonja Delzongle, Claire Favan, Jérémy Fel, Nicolas Lebel, Sophie Loubière, Bernard Minier, Franck Thilliez et Laurent Whale étaient là le dimanche.

Un studio photo était installé à l’entrée du magasin. Lecteurs et auteurs ont pu immortaliser leur rencontre. Sur fond  de tapissage à l’américaine chacun si est donné à coeur joie.

Entre potes ou encore ami(e)s

Entre auteurs

Entre auteurs et lecteurs….

Entre hommes

Entre Filles

Il y a eu aussi des tables rondes, les 2 jours.

Avec un Franck et une demi Claire

 

Et voilà ma petite récoltes :

 J’en profite pour remercier les auteurs, les potos, les lecteurs inconnus. Et surtout l’organisatrice Caroline.

Et aussi mes amis Dominique et Yvan pour ce week-end intégral

Sinon, ambiance, je vous laisse regarder ça !!!

Comme le dit Nicolas, il ne nous manque que les bières, mais on est bien là !

 

Ces dames du noir (15) : Papotage avec Sacha Erbel , chapitre 2


Voici la suite du Papotage entre une bibliothécaire et une jeune auteure, Sacha Erbel.

Aujourd’hui Sacha va nous raconter en exclusivité mondiale son premier salon du polar.

Oui rien que pour nous.

Et croyez-moi ça a été mémorable !

Je sais j’y étais 😉

 

Mais … Souvenez vous, notre précédent papotage,  que vous pouvez retrouver ici, se terminait ainsi !

Pourquoi un polar ?

Le polar s’est imposé à moi très naturellement de par cette passion pour l’étude du comportement des criminels en série! Et là je pouvais créer mon propre monstre, avec ses souffrances, ses déviances, ses troubles neuropsychiques! C’est flippant ça aussi nan? lol 

Une dernière question avant les prochaines à suivre … 

Peux-tu me dire pourquoi tu as décidé d’écrire sous pseudo ?

Si j’ai décidé d’écrire sous pseudo,  ce n’est absolument pas pour me cacher derrière! Mais pour le fun! Je trouvais que c’était rigolo! Et c’est mon côté rêveuse! Enfant presque!

Le romanesque m’a toujours attirée alors se créer un nom en tant qu’auteure c’était me donner une nouvelle part de liberté à moi aussi!!!

Et puis je voulais aller au bout de mon délire et choisir un prénom que j’aime depuis longtemps!

A moins que ce ne soit un trouble dissociatif de l’identité! Muhahaha 😉😊🤓

Alors voici la suite

 Sacha dis moi ! Qu’est-ce que tu as ressenti lorsque tu as été éditée ?

Quand j’ai appris que les éditions La Liseuse allaient me publier, j’aurais bien sauté partout mais j’étais au boulot alors…. !!!

Le fait qu’une maison d’édition me fasse confiance et accepte de publier mon premier roman, au-delà de l’immense joie, de la dinguerie et de l’incroyable excitation qui bouillonnaient en moi, je ressenti une grande fierté, je l’avoue! C’était un accomplissement, et ça voulait dire que ce que j’écris n’est pas totalement nul! Et que peut-être il y avait un potentiel à exploiter dans ma tête de déglingos! Mais dans le cas contraire, j’aurais continuer d’écrire de toute façon car le virus est là maintenant, et j’écris pour le plaisir de m’évader, de créer quelque chose, un univers, une histoire!

Qu’elle a été ta réaction lors les premiers retours de lecture te sont parvenus.

Les premiers retours de lecture! Énorme! C’est tellement bizarre et excitant d’avoir des retours de son propre livre! J’ai eu la chance qu’ils soient bons jusque là! Pourvu que ça dure! D’autres personnes que ma famille me lisent à présent! Et ça aussi c’est génial!

Je le disais en introduction, « L’emprise des sens » a été pour moi une vraie révélation. J’aimerai que toi tu me parle un peu de ton polar.

Je suis vraiment ravie de l’intérêt que tu portes à l’Emprise des Sens, et très honorée!

C’est mon tout premier roman! J’ai mis un an et demi pour l’écrire, sans méthode aucune, juste comme l’histoire me venait en tête! J’ai pris énormément de plaisir à l’écrire, à faire des recherches! Cela a été très enrichissant pour moi, et c’est ce qui m’a donné envie de faire ce DU de criminologie!

Et la Louisiane, j’adore! L’atmosphère y si particulière, agréablement traînante, parfois presque suffocante, avec ce folklore vaudou toujours présent qui apporte un côté un peu mystique à la Ville de la Nouvelle-Orléans. Quand on est là-bas, on s’imagine tout de suite la fin du 19e siècle, enfin pour ma part, une cabane dans les bayous dans laquelle une prêtresse vaudou serait occupée à créer potions et sortilèges!

Tu as été dernièrement invité à ton premier salon polar.

Ouiii, j’ai eu la très grande chance d’être invitée à mon premier salon du polar les 25 et 26 mars! Le week-end noir de Neuilly Plaisance! Et il faut dire que j’ai eu un énorme coup de bol sur ce coup-là! lol

J’aimerai que tu me dises comment cela est arrivé ?

Un auteur s’est désisté, et les membres de l’organisation ont décidé de me donner ma chance, compte tenu du fait que j’habite le coin, et que j’ai vécu à Neuilly Plaisance durant plusieurs années!

Je leur en suis très reconnaissante je salue leur envie de donner leur chance à de nouveaux auteurs!

Je souhaiterai aussi que tu m’explique qu’elles ont été tes premières pensées à ce moment-là ?

Mes premières pensées à ce moment-là, fierté, joie immense et une très grande impatience de rencontrer des lecteurs dont je suis! L’idée d’échanger, de partager, et de faire découvrir mon premier roman était tellement excitant!

Comment as-tu préparé ce salon à venir. Comment t’es-tu senti la veille ? As-tu bien dormi ? Et le jour J alors. Etais-tu anxieuse ?

J’ai préparé ce salon avec Hélène Babouot, mon éditrice! La grande question était: combien prend-on de livres? C’est bizarre comme question mais je n’avais aucun point de comparaison! On avait tellement hâte elle et moi!

Je n’étais pas du tout anxieuse, en revanche je n’ai pas beaucoup dormi! Trop énervée! La curiosité et la joie l’ont emporté! cela ne pouvait être que génial et je n’ai pas été déçue! Au contraire, je suis pressée de recommencer!

Je suis arrivée très tôt au salon, justement parce que je voulais saisir ses premier moments…. Mais toi comment les as tu vécus ?

Lorsque je suis arrivée au salon avec ma valise de livres, la première chose que j’ai vu, c’est mon nom au-dessus de ma table! Pfffiouuu! Quelle joie! J’allais, pour la première fois être de l’autre côté de cette fameuse table! C’était fou pour moi! Et mon nom d’auteure apparaissait de façon très « officielle »! C’est là que je me suis sentie vraiment « auteure »! Jamais j’aurais cru ça il y a quelques années! Et oui je peux le dire, j’étais fière!

L’accueil des organisateurs et des auteurs a été très chaleureuse!

Je me sentais dans mon élément! Et ma première connerie de cette journée inoubliable, mon badge coincé dans mes cheveux! mdr! Tu te rappelles?

 

Tu m’étonnes que je me le rappelle, tiens on va mettre la photo à nos lecteurs, il l’on bien mérité. Mais toi, raconte-nous un peu comment c’est passée cette première journée ? Ton éditrice ? Les proches, les  ami(e)s qui passe ? 

Cette première journée s’est magnifiquement bien passée!  Mon mari (mon soutien indéfectible) et quelques uns de mes amis sont venus me rendre visite! Je crois qu’ils étaient très contents pour moi! J’étais très touchée qu’ils viennent me voir pour ce premier salon! J’ai beaucoup de chance!

Hélène, mon éditrice était là aussi, et elle m’a chouchoutée, c’était trop mignon! J’était très heureuse de partager ce premier salon avec elle!

 

Les gens, les lecteurs. Les dédicaces ? Je veux tout savoir.

 Mes rencontres avec les lecteurs, c’était génial aussi! J’ai encore des soucis pour parler du livre! Ce qui peut paraître bizarre vu que je l’ai écrit! lol Je ne doute pas que ça vienne avec le temps! En fait, j’étais impressionnée par les lecteurs. Je les voyais venir à ma table avec timidité, comme moi lorsque je vais voir un auteur en dédicace, et moi, de mon côté, j’avais peur de les décevoir!

Et puis il y a eu ce moment où une jeune femme est venue me voir en me disant qu’elle avait vu mon livre sur la page facebook des mordus de thrillers, le pitch du livre lui avait plu et elle souhaitait l’acheter! Hihaaaa! Et quand elle m’a demandé si on pouvait prendre une photo, c’était fabuleux! Pour moi c’est génialement dingue!

 J’ai adoré faire des dédicaces bien sûr! On me demande souvent si j’écris un 2e roman quand j’en fais une parce que j’écris presque sur toute la page, mais en tant que lectrice, j’aime qu’il y ait du texte à lire, alors je l’écris comme j’aime la lire. De plus, je suis tellement reconnaissante aux lecteurs de se procurer mon livre que j’ai envie de prendre ce temps là pour eux et de créer une connexion! C’est un véritable plaisir pour moi!

Je sais aussi que dans le courant de cette journée, tout a appris que tu serais aussi là le lendemain. Comment as-tu réagis ? Et alors ce lendemain c’était comment ? Différent ? Mieux encore ? Toujours aussi exitée ? Je t’ai dit je veux tout savoir !!!

Ouiii! J’ai fait la 2e journée aussi au salon! Cela n’était pas prévu mais j’ai eu cette autre chance-là! Trop contente! (t’as remarqué que j’arrête pas d’être contente?:) D’ailleurs, je suis venue immédiatement te le dire si tu rappelles bien ma Geneviève! Je sautais partout!

Le dimanche était top aussi! Même s’il y a eu moins de monde ce jour là (il faisait super beau dehors), j’ai quand même pris autant de plaisir, et j’ai eu la chance (ouais encore une de chance), d’être invitée à un prochain salon (Noir Vezere) le 22 juillet en Dordogne!

Quelle magnifique première expérience! Vivement la suite!

Belle rencontre entre Gaëlle et Sacha. Il y a du grand sourire là !

Et un spécial immense merci à toi ma Geneviève, d’avoir été présente, d’avoir fait la promo de l’Emprise des Sens en te mettant à lire à côté de moi (cette photo est géniale), on a bien rigolé, et merci de mettre en lumière ce premier roman! La suite est en écriture et ça va dépoter!!! loooool 

Heuuuuuuuu, merci Sacha, moi aussi j’ai été heureuse de partager cela avec toi ! 

Bon maintenant je suis impatiente de lire le deuxième opus. 

Mais crois-moi, tu n’en as pas fini avec moi.

Je reviendrez vers toi, j’ai encore des questions à te poser. 

Mais là on va attendre, peut-être, la sortie du prochain polar, non ?  

Et puis, il va falloir que je questionne aussi ton éditrice ! 

樂珞

Ces dames du noir (15) Papotage entre une bibliothécaire et une jeune auteure, Sacha Erbel : chapitre 1


Aujourd’hui j’ai la chance de recevoir dans nos pages, une jeune et talentueuse auteure, Sacha Erbel.

Son éditrice est venue me trouvée à la bibliothèque pour me remettre son premier polar avec l’infime espoir que je le lise. Comme le rendez-vous avec Hélène Babouot, des éditions La Liseuse, c’est transformé en très belle rencontre de passionnée, j’ai rapidement fait une petite place à l’Emprise des sens. Et j’ai découvert ainsi l’univers de Sacha Erbel. Et puis là aussi avec Sacha, le courant est vite et bien passé alors qu’elle était venu assister à un de mes petits apéros polar. Aussi quand elle m’a appris qu’elle était invité à un premier salon du polar, j’ai décidé d’aller la surprendre.

Et aujourd’hui, on va un peu vous raconter tout cela.

Papotage entre une bibliothécaire et une jeune auteure, Sacha Erbel

 

Bonjour Sacha, 

Tu as écrit un premier Polar. Tu as même été publié. J’ai eu la chance de le lire .J’ai eu un gros coup de cœur. Mais pourrais-tu dire à mes lecteurs comment on en vient à écrire un polar?

Mais avant ça j’aimerai que tu te présentes à eux. Alors Pourrais-tu te présenter brièvement ?

Bonjour Geneviève,

 Un grand merci à toi d’avoir lu L’Emprise des Sens! Je suis tellement heureuse quand on me dit qu’on a aimé mon premier roman, mais quand tu me dis que tu as eu un coup de coeur, je suis toute bouleversée du coup!!! (rire)

Et ta chronique, waohhh! J’ai énormément de chance! Alors en tout premier, je voulais te remercier très chaleureusement!!! Et merci de me donner de la visibilité comme tu le fais! Je suis très touchée! Bon je range mon mouchoir et je reviens à tes questions! (Rire)

 NDLR ( Sacha a un rire irrésistible, alors j’essaie de la provoquer au maximum)  Mais revenons à notre entretien ! 

 

Donc Sacha, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Alors, déjà, « bonjour les lecteurs à Geneviève »!!! 珞

Je suis Sacha. Et depuis que je me suis mise à écrire des thrillers, mon mari ne dort que d’un oeil à côté de moi! Muhahaha!!! J’ai 44 ans, toutes mes dents (oui même les dents de sagesse!), et le plus beau compliment que j’ai eu dernièrement, « t’es une grande malade toi! ». (un de mes collègues de boulot qui lisait mon livre).Quand j’étais ado, je ne lisais pas beaucoup (oui je sais ça choque), j’avoue que le programme scolaire de lecture ne me faisait pas rêver! Les seuls qui m’ont fait vibrer à cette époque, Edgard Allan Poe, et Oscar Wilde! Dejà les prémices de ma psychopathie peut-être! Et en fait, je ne me suis mise à « dévorer » les livres que depuis une quinzaine d’années! Je me rattrape maintenant!

 Rassures toi  Sacha, je suis comme toi,  ado je ne lisais pas des masses non plus. Et tu vois finalement… (rire) Non plus sérieusement,  dis moi Sacha….D’où viens-tu ?

Ben je voudrais te dire que je viens de la planète Mars mais tu me croirais pas! lol

Je suis originaire de Dijon (la moutarde, le vin, tout ça…), mais je suis à Paris depuis, euhhh… Pfffiouuu! 23 ans! La claque!

Et, quelle place avait la lecture dans ton milieu familial, à Dijon ville bourgeoise, on lit beaucoup non ?

Ma maman aime énormément lire et elle a toujours aimé ça depuis très jeune! Elle essayait de me transmettre cette envie, mais sans succès je l’avoue! Et j’ai eu un véritable déclic avec l’Aliéniste, de Caleb Carr! Une révélation pour moi dans le domaine du thriller et une autre dans l’étude du comportement des tueurs en série! alors je me suis mise à lire aussi des études du FBI.

Mon frère lui, a toujours beaucoup lu aussi mais plus de la science fiction et de l’héroïque fantasy (Franck Herber, Lovecraft, Tolkien). J’aime aussi beaucoup cet univers-là pour avoir baigné dedans grâce à lui!

 Comment appréhendait-on le livre chez toi ?

Il y avait beaucoup de livres chez moi, de tous les styles littéraires! Mais pour autant, j’ai mis du temps à m’y mettre! Il fallait juste que la lecture me trouve !

 Qu’elle a été ta formation ?

Concernant ma formation, j’ai eu mon Bac (du 2e coup) , et je suis partie direct à l’école de police en 1993 (ça me rajeunit pas tout ça)! J’ai travaillé en commissariat à Paris, puis à la Brigade Anti Criminalité de nuit de Paris, et depuis 15 ans, je fais de la protection rapprochée! J’aime beaucoup mon métier, mais j’aime encore plus écrire maintenant! lol! 

J’ai d’ailleurs poussé le bouchon jusqu’à faire un Diplôme Universitaire de Criminologie appliqué à l’expertise mentale à la faculté de médecine René Descartes à Paris 6 en 2015. J’avais envie de creuser davantage la psychologie, voire même la psychiatrie de mes personnages. C’est très enrichissant de comprendre les psychoses, les troubles du comportement. Quelle est la frontière entre la folie et le discernement! Elle est si fine cette frontière, et il peut suffire d’un élément déclencheur pour entrevoir la déviance de l’esprit humain! C’est flippant ou pas? Muhahaha!

Alors ! Ton boulot, vocation ou bien ?

Mon boulot? Oh que oui, vocation! Merci Starsky et Hutch! Et je pense pas qu’on puisse exercer le métier de policier sans que ce soit une vocation!

Oui ma question était idiote. Bon du coup …Pourquoi le polar ?

Pourquoi le polar? Bah parce que j’aime bien! C’est une bonne réponse à la con ça! lol

J’aime le mystère, j’aime retenir mon souffle quand je lis un polar, ou faire une grimace quand c’est beurk, Faire un bond quand on entre dans la pièce alors que je suis en plein suspens!

Et ce sont les mêmes raisons qui font que j’écris du polar!

Lis-tu tous les jours du polar ? Sous qu’elle forme ?

Euh oui! Un jour, mon mari m’a demandé: « T’en as pas marre de lire du polar? »

Moi: « Ben nan! »

En fait je ne peux pas dormir sans lire quelques pages! Polar ou fantastique! Et version papier! Je ne me suis pas encore mise au numérique mais j’y pense! J’avoue que le toucher, l’odeur du papier, le petit rituel de corner la page (oui je corne les pages et j’ai même pas honte en plus), tout cela participe à mon plaisir de lire!

Tant que ce ne sont pas les livres de ma bibliothèque, tu fais ce que tu veux avec les tiens ! Lol. Sinon, combien par semaine, par moi, par ans.

Pfffiouuuu!… Je lis beaucoup mais je ne lis pas vite! Quand le livre me plaît, je savoure, et j’imagine chaque scène comme un film, je lis chaque mot pour m’imprégner de l’histoire, des lieux, des odeurs parfois! Il m’arrive d’en lire deux à la fois! J’ai toujours un livre dans mon sac! Je lis partout! Même au ciné pendant les pub! lol

J’aimerais pouvoir lire davantage, mais entre le boulot et l’écriture, pas toujours évident et pour répondre à ta question, bah j’en sais rien! Voilàààààà!

OKi, alors pourquoi tout à coup on écrit ?

Pourquoi on écrit?

En ce qui me concerne, c’est en lisant Maxime Chattam, qu’un jour je me suis dit: « J’aimerais avoir le talent et l’imagination pour écrire des romans ». Un jour j’en ai parlé à mon mari, et il m’a répondu de la manière la plus naturelle du monde « Ben fais-le! » Mdr

Le lendemain, j’ai pris un cahier et un crayon,✒ j’ai commencé à créer des personnages, je voulais que ça se passe en Louisiane. J’y avais passé de fabuleuses vacances et l’atmosphère était restée ancrée en moi! Les premières lignes, je me sentais un peu bête, et puis j’ai commencé à faire des recherches. A ce moment, le virus m’a pris et écrire est devenu une passion! Moi qui n’avais jamais rien écrit avant l’Emprise des Sens!

Je voulais voir si j’étais capable de sortir quelque chose de ma tête et de mon imaginaire!

Quelle est l’urgence de l’écriture ?

J’écris dès que je peux en fonction de mon temps libre! Et quand je n’écris pas, je réfléchis à un tas de trucs sur mon intrigue, mes personnages. Je prends quelques notes pour m’en rappeler (j’ai toujours un cahier avec moi!) 

Pourquoi un polar ?

Le polar s’est imposé à moi très naturellement de par cette passion pour l’étude du comportement des criminels en série! Et là je pouvais créer mon propre monstre, avec ses souffrances, ses déviances, ses troubles neuropsychiques! C’est flippant ça aussi nan? lol 

Une dernière question avant les prochaines à suivre … 

Peux-tu me dire pourquoi tu as décidé d’écrire sous pseudo ?

Si j’ai décidé d’écrire sous pseudo,  ce n’est absolument pas pour me cacher derrière! Mais pour le fun! Je trouvais que c’était rigolo! Et c’est mon côté rêveuse! Enfant presque!

Le romanesque m’a toujours attirée alors se créer un nom en tant qu’auteure c’était me donner une nouvelle part de liberté à moi aussi!!!

Et puis je voulais aller au bout de mon délire et choisir un prénom que j’aime depuis longtemps!

A moins que ce ne soit un trouble dissociatif de l’identité! Muhahaha 😉😊🤓

 

 

ça c’est bien possible ! lol

En attendant, promets moi que l’on se retrouve bientôt et que tu me parleras de ta première participation à ton premier salon du polar en tant qu’auteur ?

OK

Alors à Très vite pour la suite de cet entretien. Et…

On vous retrouve bientôt ami(e)s lecteurs zé lectrices pour en savoir un peu plus sur notre sympathique auteure.

En attendant vous pouvez si vous le voulez retrouvez ma chronique de l’Emprise des sens ICI