Apéro Polar, 10 novembre 2018 le ressenti de Jean-Paul


Apéro Polar, 10 novembre 2018 le ressenti de Jean-Paul

Le Collectif Polar, vous commencez à connaître un peu maintenant.
Dirigé d’une main de fer, et d’un cœur en or, par Geneviève Van Landuyt, c’est un collectif de passionnés de lecture. De polar bien sûr, mais pas que…
J’ai intégré ce groupe très dynamique au mois de mars dernier et depuis il n’y a pas un jour que je regrette la proposition de Geneviève de venir rejoindre “les Flingueuses”.
Car depuis j’en suis devenu “une” moi-même, et ce avec le plus grand plaisir,
mais ça c’est une histoire sur laquelle je reviendrai très prochainement…

Alors, Apéro Polar, c’est quoi ?

C’est une sorte de table ronde, où Geneviève accompagnée d’une Flingueuse (aujourd’hui Ophélie), reçoit sur son lieu de travail, la bibliothèque Parmentier, un ou plusieurs auteurs, parfois des éditeurs, qui se prêtent gentiment aux jeux des questions/réponses et nous parlent de leurs derniers ouvrages,
de leurs actualités à venir…
Tout le monde est invité, tout le monde à le droit à la parole durant ces moments d’échanges et vous pourrez si le cœur vous en dit repartir avec un roman dédicacé par l’auteur qui vous aura le plus touché !
Vous pourrez venir avec vos exemplaires ou acheter directement aux auteurs leurs propres titres. (dans ce cas pensez à prendre de la monnaie ou votre chéquier).

Samedi étaient à l’honneur, Sacha ErbelLou Vernet et Marek Corbel, accompagnés par leur éditrice, Hélène Babouot, des éditions de l@ Liseuse !

Nous avons passé deux heures qui sont vraiment passées à toute vitesse, où les auteurs se sont dévoilés petit à petit, au gré de leurs envies. Il y a toujours de belles surprises
et souvent des moments de communion, du fait de la proximité des intervenants.
Des instants de partage, que je vous conseille vraiment si vous avez l’occasion de venir nous rejoindre… Vous serez toujours les bien venus.

Et comme tout Apéro Polar qui se respecte, nous terminons systématiquement autour d’un (ou plusieurs) verre(s) de l’amitié et grignotages divers qui vous permettrons d’échanger des avis ou des idées directement avec les auteurs.

Marek Corbel est né en 1976, à Quimperlé dans le Finistère, département où il a grandi.
Diplômé de l’Institut d’ Etudes Politiques de Toulouse, juriste dans l’Education nationale, amoureux depuis l’adolescence du roman noir, du roman policier et du néo-polar,
sa préférence va plus particulièrement au genre noir inséré dans une époque
et ses réalités sociales.

………………

Écrivaine, voyageuse, photographe, Lou Vernet est une autodidacte. Passionnée.
Têtue. Et libre. Sa devise «Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous
n’en sortirez pas vivant.». B le Bovier de Fontenelle al : Un éditeur fou, enthousiaste, curieux et courageux.

………

Sous le pseudonyme de Sacha ERBEL, se cache une fonctionnaire de police,
depuis 24 ans. Elle a travaillé en commissariat, puis à la Brigade AntiCriminalité de Nuit de Paris, et depuis 14 ans, elle travaille au SDLP, en tant qu’Officier de Sécurité chargée de la protection rapprochée de personnalités civiles et politiques.
Depuis janvier 2016, elle est diplômée en Criminologie appliquée à l’Expertise Mentale,
à la Faculté de Médecine René Descartes de Paris. Elle a suivi ce cursus en parallèle
de son travail car l’étude du comportement des tueurs en série la passionne depuis
des années. Elle souhaitait aussi pouvoir approfondir la psychologie, voire l’aspect psychiatrique de certains de ses personnages.

L e dernier’Apéro Polar de l’année 2018 a eu lieu le 1er décembre.
Geneviève ne manquera pas de vous en reparler très vite

Vers le blog de Jean Paul notre Mister Flingueuse

 

Publicités

La COOP’ fait son mois du Polar


La COOP’ fait son mois du Polar

Janvier est synonyme de littératures policières à la COOP’

La Coop’ vous connaissez maintenant.

Mais si c’est cette bibliothèque sortie tout droit de l’imaginaire de notre flingueuse Cendrine Nougué

Je vous en parlais ICI  La Coop’

et là pour le premier ITW à bout portant

Et ICI aussi pour mieux connaître Cendrine

Aussi à La Coop’

La nouvelle année va démarrer fort  avec dès janvier tout un mois consacré au « Polar », à l’occasion du Salon du livre de Nemours.

Et ça commence dés ce Mercredi avec deux animations.

Mercredi 9

Le matin à 10h pour les tous petits :

Mes p’tites enquêtes, historiettes pour les moins de 3ans.

Très tôt il faut faire aimer le polar à nos chères têtes blonde

L’après-midi à 15 pour les plus grands

Panorama des nouveaux polardeux

Présentations de la nouvelle génération d’  auteurs de polar

Jeudi 10

Jean-Luc Bizien sera notre invité le Jeudi 10 janvier à 19h pour une interview autour de la place du polar dans la littérature de l’imaginaire, ses croisements de genre, et bien sûr de sa vie d’écrivain.
N’hésitez pas à nous rejoindre sur place et nous soutenir sur cette page car l’intw sera diffusée en direct.

Samedi 12 :

Retranscription du salon autour du polar de Nenours ? Des directs et des surprises sur la page de la Coop’

Mercredi 16 janvier

10h : Frisssons et thrillers, quand la lecture fait peur.

Ce sera le thème de ce nouveau café parentalité

17h : Grande partie de Cluedo.

Jouons ensemble à un cluedo un peu spécial. Le cludo Game of Thrones

Attention cette animation est sur inscription

Mercredi 23 janvier

15h Il était une fois propose quêtes et enquête : Petites histoires et premières enquête

suivie à 16h d’une présentation du polars pour enfant.

Un panorama de l’éditions et des collection polar pour les plus jeunes vous sera proposé. De quoi ravir nos enfants.

Jeudi 24 janvier

17h 30 Le club de lecture sera consacré au polar.

Il parait que ça va frissonner sec !

 

Alors tous à la Coop’ en ce mois de janvier

Et si comme mois vous ne pouvez vous y rendre, et bien suivez les direct FB sur la page de la bibliothèque La Coop’

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2


Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Il y a quelques jours je posais une question cruciale à mes Flingueuses.

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

Aussi pour bien finir l’année, je vous faisais part de leur réponse dans un épisode 1 hier soir.

Et donc pour bien démarrer 2019, ce soir voici la suite de leur définition.

 

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Retrouvez Les flingueuses à l’honneur, épisode 1 ICI

Cécile  Une flingueuse c’est quelqu’un qui ne sait pas dire non à Geneviève et se retrouve embarquer dans de drôles d’aventures 😁

Geneviève Ah enfin quelqu’une de lucide ! Merci Cécile

Cathie: carrément!!!

Geneviève : Hahaha

Cathie : Une flingueuse c’est une lectrice qui lit et chronique plus vite que son ombre…Enfin, elle essaie, tout ça dans la bonne humeur et la détente…sauf quand la chef flingueuse nous met la pression pour des posts et des réponses qui traînent…😜😉😀

Ge  : Dites moi Cathie, vous ai-je déjà mis la pression une seule fois pour des chroniques ? Non jamais même quand les choses n’arrive pas !

Bon ok pour vous faire participer au discussion du collectif de façon plus franche j’avoue. Pour venir nous rendre visite comme aujourd’hui j’avoue aussi ! Pour te faire intégrer la team, que tu sois plus souvent parmi nous là  Cathie,  oui je suis chiante, mais ça c’est mon esprit de meute.😜😉😀

Cathie  Ah!!! comme quoi je dis pas que des conneries…Mais j’avoue que tu as bien raison, car je suis un peu récalcitrante…désolées, je ne peux toujours pas liker, mais le coeur y est …😀😀😀

Geneviève : Oui c’est vrai, j’aime l’esprit d’équipe chez mes flingueuses, que veux-tu je suis comme cela, on ne me refera plus !

Danièle  :  Ce n’est pas parce que l’espèce n’est pas en voie de disparition qu’il faut malmener la flingueuse. Une flingueuse est addicte au noir et au rouge mais pas que… Elle aime partager ses émotions littéraires avec respect et bienveillance, confronter ses approches, découvrir, explorer, expérimenter, avec humour et une bonne dose d’autodérision. Généralement, ses sujets d’observation ne lui en veulent pas et même en redemande.

Flingueuses à l’honneur, épisode 1


Il y a quelques jours je vous faisais part de l’année 2018 chez les flingueuses.

Je vous raconter tous le bonheur que c’est de bosser avec elles toutes au quotidien. Car oui tenir un blog c’est du boulot. Même si la lecture fait parti de nos loisir, faire une chronique ça prends du temps. Et mettre en page ces avis, ces interviews, ces retours de salons c’est un job à part entière, croyais-moi.

Aussi pour changer je leur ai donné un nouveau devoir. Je leur ai posé une seules question.

Mais quelle question !

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

, et voilà le résultat

 

Maud  : Une lectrice de polar et roman noir et qui en donne son avis, seule ou à plusieurs. Mais aussi une lectrice au sein d’un collectif qui partage sa passion et ses lectures

So Fiou  : Flingueuse (nom féminin): Chroniqueur (se) de romans noirs appartenant au collectif polar pouvant utiliser toute arme à sa disposition ou de son choix pour faire un retour de lecture, recueillir la parole des auteurs, livrer des indiscrétions. La flingueuse doit être pourvue de grandes qualités humaines, d’empathie. Elle peut parfois, avoir un goût prononcé pour le mojito.

Fanny : So Fiou tu vas avoir des problèmes 🤣🤣🤣🍹🍹🍹

So Fiou :  Fanny tu n aimes pas le mojito?

Fanny   : So Fiou tu rigoles ?!? J’ADORE !!!!!

 

Jean-Paul Contrairement à ce que son nom pourrait le faire envisager, une Flingueuses n’est pas là pour dégommer à tout-va !!!
Par ses actions réfléchies seule ou en groupe, Elle transmettra le « ressenti » de ses lectures, de ses diverses réunions ou tables rondes, à toutes personnes voulant recevoir de bons conseils…
La Flingueuse a tendance à vouloir se retrouver, tels de petits loups et partager le plus possible avec ses pairs, sous le regard bienveillant de leur cheffe de meute.
Déjeuners, papotage et plus si affinités sont toujours les bienvenus !
Par ailleurs, son sourire paraît beaucoup plus épanoui lorsqu’elle a devant elle un verre bien rempli…

Geneviève : J’en veux encore ! Yessss

Fanny Une flingueuse est une serial lectrice, non solitaire, aimant le partage de découvertes et le débat ouvert. Elle doit avoir un sens développé de l’amitié et une plume juste, précise et bienveillante. Rabat-joies s’abstenir.

Nick  : Moi j’étais persuadé que c’était un nom de cocktail assez proche du mojito , mais pour personne qui n’aime pas la menthe…

Geneviève :  On devrait inventer un cocktail « Collectif Polar », héhé Nick, tu en reprendra bien un verre !

Nick  :  forcement

Fanny  On devrait s’appeler le Collectif Mojito, tant cela semble être notre point commun à toutes/tous 🤣🤣🤣

Eppy Fanny Je laisse les amateurs entre eux.

Eppy Fanny Heu alors je suis une flingueuse qui n’aime pas les mojitos. Mais la liberté est pour moi essentielle. Flingueuse est pour moi être avant tout une dévoreuse passionnée qui a pour ambition le partage. Faire vivre et prospérer des mots, des idées, tout comme on fait grandir une amitié. Et le lien qui fait que tous celà est possible, ici au titre du collectif, c’est notre gourou et trait d’union, un condensé de générosité qui se nomme Geneviève Van Landuyt.

Ophé Lit Ben tout le monde a déjà tout dit… je rajouterais juste que les flingueuses c’est avant tout un groupe où doit régner la bienveillance et le soutien et qu’elles sont la garde rapprochée de notre porte flingue…

Sylvie  Une flingueuse est une entité dans le collectif polar. Elle peut être très active, faire des retours de lecture, lire de tout surtout des polars, réaliser des itw, des salons, des GAV, des chapitres dans un livre, papoter avec les autres flingueuses, mettre son badge quand elle sort, porter la cheffe aux nues, soutenir les flingueuses qui n’ont pas le moral, publier sur le collectif, mettre une étoile sur le blog du collectif, publier sur le blog des flingueuses, faire ses retours sans rien oublier, faire découvrir des auteurs, etc…ou elle peut aussi oublier de faire des choses mais ce qui compte c’est qu’elle soit parmi les flingueuses puisque chaque flingueuse et ses petits portes flingues contribuent à faire vivre ce collectif!

Geneviève  : J’aime te savoir de plus en plus Flingueuses Sylvie 😘

Ophé Lit Sylvie j’adore cette définition!!!

 Sylvie  : Geneviève  Le Collectif …C’est contagieux!

 Danièle  : Pas facile d’arriver après toutes ces définitions auxquelles j’adhère … Bienveillance c’est dit et aussi respect pour le travail des auteurs sans qui nous ne serions rien (et eux sans nous un peu tout de même 😂), respect pour le travail et la vie des frangines flingueuses, chacune à son rythme.

Geneviève   :Danièle,  et Ophé Lit, j’aime beaucoup ce que vous dites, vous complétez bien mais j’aurai aimé une définition complète de vous deux, enfin vous voyez quoi ! 

Ophé Lit Geneviève je vais me pencher dessus

Geneviève : Te penche pas trop tu risque de tomber sur une flingueuse mon Ophé Lit

Ophé Lit : pas grave j’adore 😜

Geneviève : Bon ben, du coup, vos définitions complètes et celles de vos petites camarades, ça sera pour demain.

Alors à très vite  pour retrouver aussi les flingueuses manquantes

Allez bon réveillon à vous mes flingueuses

et

bonne saint sylvestre à vous aussi mes polardeux

La team Flingueuse 2018 chez Collectif Polar


La team Flingueuse 2018 chez Collectif Polar.

Voilà l’année se termine, c’est le temps des bilans.

Et 2018 a été une drôle d’année chez Collectif polar.

Une année riche mais pas que.

Aussi je voudrais vous présenter la Team telle qu’elle est aujourd’hui.

Émanation du blog Collectif Polar, chronique de nuit. Ge et ses Flingueuses est un groupe qui réunit les chroniqueuses régulières et passionnées de notre blog. J’en suis le porte flingue.

J’ai voulu un blog participatif et aujourd’hui je suis entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une vingtaine dans la team, à vous proposer nos voix, nos regards et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Il y a là nos Flingueuses-chroniqueuses, nos Experts, nos légistes. De simples lectrices zé lecteurs, des blogueurs, des auteurs. Bref un vrai gang au service des littératures policières et de l’imaginaire mais pas que !

Que je vous les présente

Mais avant qu’est-ce qu’une flingueuse ?

C’est quelqu’un en qui j’ai placé toute ma confiance, si au départ ce n’était qu’une simple chroniqueuse, elle est devenue un membre à part entière du gang et de Collectif Polar. Elle est au même titre que moi, l’âme de Collectif Polar, elle en détermine la couleur, elle donne de la matière pour en définir les contours. Elle est de ma famille. Et avant tout elle a comme moi Collectif Polar chevillé au corps.

Si avec ce blog, je leur offre de la visibilité en retour elles me le rendent bien, elles jouent collectif. Telle une équipe soudée, elles n’ont peur de rien et défrichent avec bonheur toutes les littératures qui leur vont bien !

Chez Collectif polar j’ai une double voire une triple casquette, je suis la créatrice de ce blog. J’ai pendant plusieurs année porté seule ce projet.  Je voulais au départ parler de mes lectures, les partager. Mais cela ne me suffisait pas.

Alors plus que partager mes lectures, je voulais partager mon blog. 

J’ai testé des choses avec d’autres blogueurs, j’ai donné la parole aux lecteurs et lectrices. Certains sont venus quelques temps, puis s’en ont allés. Cela ne me correspondait pas, je voulais vraiment une équipe, que l’on réfléchisse ensemble, que l’on fasse un blog différent, interactif si possible. Une équipe qui me propose aussi d’autres projets, d’autres pistes à explorer. Bref je voulais une vraie équipe de rédaction.

Aussi j’ai proposé à quelques lectrices de venir partager leur ressenti ici, car je me retrouvais dans leurs mots mais surtout chacune étant différente je savais que les lecteurs et lectrices de Collectif Polar se retrouveraient dans l’une d’entre elles. C’est cette différence qui fait notre force.

Les flingueuses, c’est le socle sur lequel je m’appuie pour donner le cap à Collectif Polar. Les flingueuses sont un phare dans la nuit qui me permet de ne pas me perdre en route.

Je suis leur porte flingue mais aussi leur secrétaire et le trait d’union entre toutes.

Ophélie, Maud, Sacha-Sylvie, Nick Jean Paul, Isabelle et moi

Chez collectif polar il y a donc les flingueuses.

Mais pas que

 Il y a aussi de simples lecteurs chroniqueurs, certains réguliers, d’autres qui vont et viennent aux grès de leurs envies.

C’est par exemple le cas de Kris ou encore de Jean Luc.

Il y a aussi les mini-flingues….Mister Flingueuses en devenir

 Et…

Les flingueuses

Mais justement qui sont-elles ?

Elles sont toutes différentes. Elles apportent chacune leur personnalité

Il y a ici Eppy Fanny la fidèle, un peu à l’origine du gang ; Aline l’impatiente, celle qui a 3 idées nouvelles à la minute à me soumettre ; Ophélie la passionnée ma petit soeur de cœur à qui je peux tout demander ; Danièle notre Mamie flingueuse à toute, notre sagesse incarnée ; Maud la fonceuse, ma sœurette que rien n’arrête ; Jean Paul et Marc Nos mister Flingueuses et oui il faut bien quelques mecs sympas parmi toutes ses filles ; Cathy notre Expert ; Marie Noëlle notre Psychopathe du polar, plus psychopathe que Flingueuse ; Cécile et Isabelle nos légistes, celles sur qui je m’appuie pour vous proposer des défis et autres challenges, sans elle rien de cela ne serait possible ; Sacha et Cendrine nos spécialistes chacune dans leur domaine qui la criminologie, qui la littérature de l’imaginaire, Nick, notre Nervi, le sale gosse que l’on adore  ; Sylvie la plume noire engagée ; Sofia la discrète et Fanny la douce ou inversement et enfin Geneviève votre Porte Flingue et Ge² son double maléfique !

Les Flingueuses sont apparues dans votre paysage en septembre 2017

Autour de l’équipe originelle ; Eppy Fanny, Ophélie, Cécile, Aline, Danièle et moi, il y avait dans l’ombre quelques-unes de nos expertes, spécialistes voire légistes et thanatopracteurs. Cathie, Isabelle, Sacha, Cendrine et Nick. Il y a là aussi 2 flingueuses, pas tout à fait comme les autres, Marie Noëlle et Sylvie. Marie Noëlle qui s’éloigne du Collectif et Sylvie qui s’en rapproche de plus en plus.

En 2018, il y a eu de nombreuses entrées autour de l’équipe originelle. Et il y a eu quelques sorties aussi.

Julie en janvier 2018 demande à rejoindre le Collectif Polar

En février, Eppy Fanny me demande d’intégrer Fanny au groupe. Tests de recrutement passés haut la main, la voilà Flingueuse.

Jean Paul, je le coopte en mars. Et tout de suite notre premier mister flingueuses s’est trouvé comme un coq en pâte aux milieux des Flingueuses.

En avril, Clémence me fait une demande pour intégrer le Collectif Polar.

En avril toujours, je fais la demande à Sofia pour quelle rejoigne le groupe des flingueuses.

En Juillet je demande à Maud d’intégrer le collectif et les flingueuses, notre Maud se trouve très vite une jumelle en la personne d’Ophélie et moi je trouve du coup une sœurette.

En octobre, je demande avec quelques autres flingueuses à ce que Marc vienne se joindre à nous. Et du coup nous voilà 20 dans le gang des flingueuses.

En novembre, Julie ne confie qu’elle se sent plus comme une simple chroniqueuse, qu’une vraie Flingueuse.  Elle n’a pas eu le temps pour s’investir dans le gang . Julie reste chroniqueuse occasionnelle chez Collectif Polar

En Novembre, Clémence quitte le Collectif Polar et claque la porte aux flingueuses suite à un gros désaccord avec moi-même mais aussi quelques autres membres du gang.

Du coup notre belle équipe compte à ce jour 18 membres.

18 membres, 18 flingueuses sur lesquelles je peux compter chacune à son niveau.

Aussi en 2019, vais-je être encore plus exigeante avec la team. Et mettrais en place une charte. Et oui dans un groupe il doit y avoir des règles.  Non pas qu’il n’y en avait pas, mais elle n’étaient pas écrite. Des règles qui régissent l’équipe et que chacun devra approuver. Ainsi il n’y aura plus de malentendus possibles.

Il faudra montrer patte blanche pour appartenir au gang très restreint des Flingueuses.  

Et pour illustrer tout cela un florilège de photos de flingueuses ensemble !

Sofia, Ophélie et moi à la soirée d’inauguration du FSN

Maud, Sylvie et Ophélie

Mes légistes, Isabelle et Cécile

Cécile, Maxime, Gabriele Ge et Oph. Soit 3 flingueuses, deux mini-flingue et une porte flingue

Eppy Fanny, Cécile et moi !

Ge, Oph et Cécile

 

Lors de l’inauguration de la Coop’s après l’ITW de Jacques Saussey par les flingueueses. Eppy Fanny, Ge, Cendrine et Oph

Miss Aline et Mamie Danièle

Isabelle et Jean Paul

Maud, Gilberte une lectrice en série, Aline et Ge

Jean Paul notre mister flingueuse 1, Maud et moi

 

Cécile, Marc, Maud et moi

Sofia, Marc, Oph et moi à Mulhouse au FSN

La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses, dernière audition


La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses,

Episode 4

Mardi 16 octobre 17h30

Suite et fin de la Garde à vue de Monsieur

Vincent Hauuy

4e et dernière audition par Miss Aline.


La GAV, Garde à vue d’un auteur par le Collectif Polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Sauf cette fois, la GAV de Vincent ayant eu lieu la semaine dernière entre le lundi 15 dans l’après midi et le mardi 16 en milieu d’après-midi et jusqu’en début de soirée.

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 6 jours, 1 tous les deux jours,

le premier PV a été publié le 25

Le deuxième procès-verbal le 27

L’avant dernière le 29 octobre

Allez place à la GAV de Vincent Hauuy


Vincent : Ready 😉

Ge : Notre flingueuse va arriver

Vincent : ok

Ge : Vincent comment ce passe cette GAV pour vous ?

Vincent : Très bien, cela se passe de façon très naturelle 😉

Ge : C’est à dire ?

Vincent : Pas de heurts dans les questions réponses 😉

Aline : Bonsoir à toutes et bonsoir Vincent.

Vincent : mais peut être avez vous été trop gentilles avec le prévenu 😉
Bonsoir Aline !

Ge : Peut-être ?

Vincent : glups ! Heu …. (gouttes de sueurs)….
… je voulais dire vous avez été TRES gentilles 😛

Aline : Si on ne vous avez pas « demandé » une suite au tricycle, auriez donné d’autres aventures à Wallace ?

Vincent : Je ne sais pas. Peut-être plus tard, je pouvais très bien clore cette histoire sur la fin du Tricycle.

Aline : mais vous ne pouvez pas clore avec le Brasier, on sent qu’il y a encore des choses à révéler, sur Noah ?

Vincent : Après, le personnage était prêt pour une suite ! Je ne sais pas si j’en aurai d’autres qui pourront se prêter à une série.
Non le brasier ne sera pas le dernier épisode. Mais il ne sortira pas l’année prochaine.
J’ai eu besoin de faire un break et partir sur une autre intrigue, d’autres personnages.

Aline : prenez le temps … auriez-vous pu être ami avec Wallace ?

Vincent : Haha, difficilement je crois. Déjà car il en a peu et que j’aurais dû fréquenter un milieu que je ne connais pas.
Le monde des profiteurs aux USA… profileurs pardon
Après nous avons des caractères très différents.

Aline : on n’écrit pas sans une part de soi dans son œuvre et/ou dans ses personnages. Wallace contient-il une part de vous ? Quelle est cette part ? Wallace a-t-il quelque chose que vous aimeriez avoir (un très de caractère par exemple) ?

Vincent : Il y a toujours une part. Il y a une sorte de bienveillance chez Noah que je pense partager avec lui. De la sensibilité également. Si je devais lui emprunter quelque chose, je dirais « ses dons extra lucides »

Aline : pourquoi avoir choisi un homme en personnage central/héros ? Pourquoi pas une femme ?

Vincent : aucune idée, et puis au premier Draft Sophie avait autant d’importance que lui. Je ne choisis pas vraiment mes personnages, ils s’imposent à moi.
Clémence en est le parfait exemple. Bernard Tremblay aussi, ou Abraham Eisik dans le Brasier
Ils sont juste « là », conçus au détour d’un chapitre 🙂

Aline : plusieurs fois (comme bien d’autres auteurs) vous dites que les personnages se sont imposés à vous. Vous pouvez développer ? Qu’est ce que cela veut dire ? Comment un personnage fictif peut prendre son destin en main, c’est vous l’auteur/le créateur ?

Vincent : C’est … étrange.  Cela part d’une étincelle, un contour, une silhouette et après ils prennent forment, ont leur propre voix, et sont animés par leur propres désirs.
Si on fait un plan en avance on peut très bien écrire : Steve tue Bernard sur le coin d’un post it et en faire une scène.

Aline : et ?

Vincent : Mais une fois que l’on connait Steve on se dit : Non, Steve ne peut pas faire ça, ce n’est pas lui.
Dans certaines séries vous avez des fois l’impression qu’un personnage agit de manière irrationnelle. Claque une porte, s’engueule avec un collègue sous un prétexte bidon. C’est quand le scénario a pris le pas sur le personnage,
et c’est ce qu’on appelle être « out of character ».
J’essaie d’appliquer une consigne de SK, (Stephen King, pas Strauss Khan)

Aline : qui est ?

Vincent : qui dit que si l’on est honnête avec ses personnages on ne peut pas se tromper.

Aline : les laisser vivre leur vie ?

Vincent : Les laisser réagir et agir en fonction de leur personnalité. Et à chaque fois que j’ai fait un plan, j’étais confronté à ce problème.
J’ai préféré écouter mes personnages plutôt que mon plan, c’est pour cela que je n’en fais plus.

Aline : je suis d’accord sur le fait qu’un plan enferme les personnages dans leurs actions ou leur personnalité, mais nous sommes bien d’accord que Steve n’existe pas, que c’est vous qui le créait donc d’une certaine manière il n’est pas libre de faire ce qu’il veut . Vous lui avez prêté des traits de caractères, des limites, des peurs etc ?

Vincent : On est le créateur oui, mais à un moment on est le spectateur de l’aquarium dans lequel ils évoluent.
Il y a une phase (la genèse) où l’on est en contrôle, mais une fois qu’on endosse leur costume on les comprend. C’est le même travail qu’un acteur dans le fond.
Surtout lorsqu’on écrit en première personne ou comme je le fais dans mes deux premiers en troisième personne interne. C’est assez fascinant d’ailleurs, d’être créateur/spectateur.

Aline : ça semble évident pour celui ou celle qui écrit mais pour le lecteur cela reste abstrait. Il est difficile de penser que les personnages fictifs échappent à leur concepteur.

Vincent : Je sais, mais tous les auteurs ne fonctionnent pas de la même façon. Peut-être souffrons-nous le temps d’une session d’écriture, d’un trouble dissociatif de l’identité ? 😛

Aline : allez savoir … !
Revenons au Brasier, vous commencez avec trois suicides…waouh, ça commence fort ! Pourquoi ? Pour tout de suite accrocher le lecteur ?

Vincent : Oui.
C’est ce qu’on appelle un hook.

Aline : c’est vrai que l’on voit ça souvent : un début qui explose .

Vincent : C’est un choix narratif.

Aline : je n’en doute pas .
Un amour particulier pour Wagner… est-ce le vôtre ?

Vincent : J’aime bien la musique classique (et beaucoup d’autres styles). Wagner, c’est pour l’énergie, la force. Je trouvais que cela convenait bien à la famille Engelberg.

Aline : complètement oui.
On connait le méchant, on se dit qu’il va forcément être arrêté d’une manière ou d’une d’autre. Le brasier est avant tout l’histoire de Noah. L’intrigue est entre-coupée de  récits sur son enfance.

Vincent : Oui, mais je ne voulais pas que cela soit « évident ». D’ailleurs si on dit son enfance, on spoil ! On pense qu’il s’agit de l’enfance de Karl (ce qui est aussi le cas). Mais je pense que ce sera toujours le cas.
Une partie de la vie de Noah sera dévoilée.

Aline : quel message, idée avez vous voulu faire passer avec ce personnage de Wallace ?

Vincent : Le déterminisme et la résilience.

Aline : vous pouvez développer ?

Vincent : Sommes-nous conditionnés par notre enfance et les traumatismes que nous vivons.Noah tente de se reconstruire mais son passé le rattrape. En cela, il peine à s’affranchir de son enfance.

Aline : la question miroir : pouvons nous nous déconditionner ou reconditionner ?

Vincent : je n’ai pas la réponse. C’est ce qui se passe dans le Tricycle et dans le Brasier. Mais cela passe toujours pas le biais d’épreuves traumatisantes.
Tortures et drogues dans le tricycle, virus dans le Brasier

Aline : c’est dans l’épreuve que l’on se révèle et que l’on avance ou pas !

Vincent : Disons que mes recherches tendent vers le oui quand même. Le conflit est toujours révélateur de caractère.

Aline : certes. Vous pensez donc que l’on peut changer sa personnalité ?

Vincent : Oui, cela existe d’ailleurs. C’est une pathologie.

Aline : vous parlez de dédoublement de la personnalité ?

Vincent : Le trouble dissociatif de l’identité (son nouveau nom). Il y a des cas célèbres.
Mais si la question est : peut-on changer ? Je pense que oui, mais c’est un chemin difficile.

Aline : voilà , je parlais de la personne lambda qui veut changer, s’améliorer, ne plus être ce qu’elle est aux yeux des autres.

Vincent : Nous sommes modelés. Par la famille, l’éducation , et même le langage.

Aline : je suis entièrement d’accord

Vincent : Pour changer il faut s’extraire du moule, tenter de nouvelles expériences (déménager, changer de métier, de cercles d’amis)
mais je ne suis pas sûr qu’on puisse radicalement changer. Peut-être certains traits. Ou certains événement traumatisants.
Manquer de mourir et devenir croyant alors qu’on était athée par exemple.
Ou comme le pécheur australien attaqué par un requin blanc, passer une partie de sa vie à les traquer et puis finir par les protéger.

Aline : la nature profonde d’un être est son identité, son ADN. Il a un très gros travail à faire pour le changer, si cela est profondément et fondamentalement possible.
le Brasier me pousse à m’interroger sur le conditionnement humain à tous niveaux. On peut se demander : a-ton vraiment notre libre arbitre en tant qu’individu, en tant que membre d’une société ?

Vincent : C’est pour cela qu’il brisait la volonté pour le faire (chez MK UItra, qui je le rappelle a existé)
Nous sommes orientés politiquement par exemple. Les médias servent de compas moraux… avant c’était l’église.

Aline : Noah peut-il être heureux ? Va-t-il l’être ?

Vincent : Aucune idée, je n’ai pas encore prévu de fin pour lui 😉
Je verrai le moment venu. Disons qu’il pourrait l’être.

Aline : Et Noah aussi verra ce qu’il a envie de faire le moment venu 🙂

Vincent : A condition de ne plus être hanté. C’est un personnage instinctif, il se laissera guidé 😉

Aline : il va choisir ce qu’il y a de mieux pour lui ! 😉

Vincent : Je pense reprendre tous les personnages du Brasier, pour la suite.

 

Aline : on aura donc une trilogie !

Vincent : Il y aura une suite au Brasier oui. Qu’est devenu Karl ? Que va faire Clémence avec Dimitri, etc…
Et je me suis amusé avec Eisik. Je pensais même faire un spin off sur lui.

Ge : 😮

Aline : Spin off… on prend. Faites vous plaisir, on aura plaisir à vous lire !

Vincent : Il est horrible, mais les chapitres de son point de vue étaient jubilatoires à l’écriture.

Aline : je n’en doute pas. Parce que c’est quelque chose que tout le monde porte en lui : une part sombre… qui s’exprime en réel ou pas .?

Vincent : Oh je pense que c’était son exubérance et son cynisme qui me fascinaient.

Aline : Va pour son exubérance et son cynisme…

Vincent : Un vieux briscard avec des principes, un peu déphasé avec le monde qu’il ne comprend plus, mais encore diablement efficace bien que sa date de péremption sur le terrain soit dépassée.

Aline : c’est dans les vieilles marmites que l’on cuisine le mieux !

Vincent : Oui, haha.

Aline : Je vais vous libérer Vincent. Sachant que Geneviève, doit prendre le relais pour la conclusion. Je tiens à vous remercier pour cet échange fort instructif et passionnant. J’ai passé un excellent moment. merci aussi de votre disponibilité et d’avoir enchaîné les GAV. Geneviève  ?

Vincent : Merci Aline, plaisir partagé.

Aline : 👍

Ge : Oui je vous suis de près.
Je crois que comme vous n’avez pas eu d’avocat je vais vous laisser le dernier mot

Vincent : Pour avoir commis deux romans le tricycle rouge  et le Brasier, je plaide coupable.

Ge : Auriez vous autre chose à rajouter ?

Vincent : j’avoue, c’est moi le responsable. Mais que voulez vous, je n’y peut rien, j’aime ça écrire des thrillers.
A part cela, non. Peut-être une question : A quand la parution du procès verbal ?

Ge : Ah ça c’est la bonne question. Moi même je ne le sais pas.

Vincent : On verra bien le moment venu !

Ge : Mais vous le premier prévenu 😉

Vincent : Oh, merci 🙂

Ge : Comme Aline je vais vous remercier pour tout ce temps consacré. Et c’est jolis échanges.

Vincent : Merci, comme je l’ai écrit, le plaisir est partagé !
Sur ce, à moins qu’il n’y ait une question de dernière minute. Je vais devoir quitter l’écran et… manger 🙂

Ge : Alors sur ces dernières paroles je déclare la fin de la 4e audition de monsieur Vincent Hauuy .

Vincent : Je vous souhaite à toutes une belle soirée !

Aline : 👍

Ge : Allez tout le monde passe à table !

Vincent : Bon appétit !

Aline : A quelle table ? qui est l’hôte ?

Ge : La Garde à Vue étant terminée que l’on relâche notre suspect ! Monsieur Hauuy est à nouveau libre.

Voici le dernier PV d’audition de ces 2 jours de GAV.

Sériale lectrice : Ge papote avec Cendrine Nougué


Sériale lectrice

Ge papote avec Cendrine Nougué

Vous ne le savez peut-être pas, mais Cendrine, en plus d’être une auteure de talent et une bibliothécaire formidable,  est aussi une de mes flingueuses cachées. Mais chut certaines du gang ne le savent pas encore, alors que d’autres sont dans la confidence.

Alors pour en savoir un peu plus sur Cendrine je vous propose  pour commencer une interview

« Seriale Lectrice »



ITW Sériale Lectrices

 

GVL : Bonjour Cendrine, es tu prête à être soumise à la question ?

Tu sais bien que je suis une insoumise 😉

 

GVL : Alors, , peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, oui je le demande même aux dames ! Surtout quand elle aime le noir !

Des études de lettres et d’histoire de l’art, puis un parcours professionnel assez éclectique, passant des concerts de rock aux expositions en musées, de l’organisation de spectacles à plus récemment la création d’une médiathèque. Je crois que j’ai fait le tour de tous les métiers de la culture pour revenir au livre. La boule est bouclée. Quant à mon âge je ne sais plus, parfois celui de lire des contes de fées, parfois celui des immortels vampires…

 

GVL : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

La place d’honneur. Ma mère m’emmenait chaque semaine à la bibliothèque et je l’ai toujours vue plongée dans ses bouquins, c’était naturel.

GVL : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Par la couverture. Ensuite on plongeait dans les pages.

 

GVL : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Par couleurs, par coups de cœur, par hasard.

Chez moi je ne classe pas (trop obligée de le faire à La Coop’). Mais j’ai une bibliothèque spéciale pour tous les livres qui me servent pour mes romans, les contes de fées, les classiques du fantastique, la fantasy jeunesse… et ma collection perso de vieux albums de contes. Je collectionne aussi toutes les éditions d’Alice au pays des Merveilles.

 

GVL : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

 Une évasion nécessaire.

GVL : Es-tu papier ou numérique ?

 Papier, si je lis un texte sur tablette je me surprends à tenter de le corriger, comme un manuscrit, déformation de l’ordinateur… je sais c’est moche.

 

GVL : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

Je les aime tellement que je m’en suis créé une sur mesure. C’est mon terrain de jeux où je peux inviter mes auteurs préférés, mes amis blogueurs, choisir chaque livre.

    

GVL : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

 Une vie plus grande que la mienne. Des univers de possibles.

 

GVL : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

 J’aime particulièrement le sous-sol de la librairie du Marché à Fontainebleau, un espace dédié à la fantasy et l’imaginaire, très bien fourni en titres pointus comme en dernières sorties.

 

GVL : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

En général en librairies, j’aime en découvrir de nouvelles et j’affectionne les petites librairies/ salons de thé  où tu peux rester lire et écrire tranquille (surtout à Londres). Mention spéciale à la librairie du Hérisson à Montargis, chez Stéphanie, où j’ai fait ma première dédicace.

 

GVL : Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prête ?

 Il me semble !

 

GVL : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

 En moyenne deux par semaine, plus en vacances.

 

GVL : Tiens-tu un décompte précis de tes lectures ?

Non, pas du tout. En amour je ne compte pas.

 

GVL : As-tu une PAL ?

 Je fonctionne à l’envie immédiate, je vois un livre qui me tente je le lis, je n’accumule pas. Avoir une PAL me donne l’impression d’avoir des devoirs à faire, tout le contraire pour moi de l’instinct de lecture.

 

GVL : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

Je suis venue au polar par le fantastique. Ado j’ai dévoré les Stephen King, les Chattam, les Lovecraft, puis les aventures de Sherlock Holmes, Lupin et autres héros policiers. Ce qui m’a doucement conduit au polar mais je privilégie toujours les romans noirs avec un brin de fantastique. Je m’ennuie rapidement sur des scénarii réalistes.

J’aime bien le polar du fait de son immédiateté, on plonge d’emblée dans un univers mais je trouve le genre limité et très normé pour cette même raison. D’où ma préférence pour les romans qui intègrent un élément fantastique, donc imprévisible. J’ai dévoré quasi tous les Arthur Upfield, un auteur australien, avec son héros Bonaparte, un flic Aborigène aux méthodes intuitives et limite magiques.

 

GVL :, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

Là encore je suis éclectique, je n’ai pas de favoris, j’ai des périodes où je peux dévorer toute l’œuvre d’un auteur et je passe à un autre. Ado j’ai bloqué sur les classiques, de Zola à Hugo, puis les sud américains comme Gabriel Garcia Marquez, puis les grands Américains, puis les Anglais, puis la SF avec Arthur C Clarke, etc… Mais pour te répondre quand même je citerai Jane Austen, Kundera, Baudelaire, Houellebecq.

Mention d’honneur à JK Rowling, non pas forcément pour la qualité littéraire mais pour ce pied de nez incroyable qu’elle a réalisé à la face de la littérature mondiale, imposant le sous genre maltraité qu’était la littérature jeunesse et prouvant que la fantasy est incontournable. Son parcours est   fascinant.

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Le Chardonneret de Dona Tartt, à lire d’urgence, toute la puissance des tourments de l’adolescence et de l’amour impossible.

Je suis Pilgrim de Terry Hayes; les parcours en parallèle d’un terroriste et d’un agent secret, le seul thriller qui a réellement tenue en haleine et où je n’ai pas deviné la fin (mon gros problème avec ce genre).

L’excellentissime et brillantissime « Karoo » de Steve Tesich , un sublime anti héros déjanté servi par un texte brillant, où pas un mot ne dépasse.

La saga de la Passe Miroir de Christelle Dabos, j’ai adoré cet univers singulier d’Alice moderne, tinté de mythologie grecque.

La BD Wicca de Olivier Ledroit, une saga féérique steampunk avec des dessins à couper le souffle.

 

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Depuis que j’ai été éditée j’ai été invitée dans quelques salons, j’y allais peu avant.

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

En tant qu’auteur c’est un bonheur intense, je ne vois pas passer le temps. Je suis toujours ébahie que des gens prennent du temps de leur vie pour lire mes livres, s’ils savaient combien ça me touche. J’en ressors totalement boostée.

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Quand j’écris j’ai un rituel, j’allume une bougie pour symboliser la flamme de l’inspiration, et peut-être aussi remercier les fées et autres esprits qui m’ont donné cette chance de pouvoir créer des histoires. Et je bois du thé !

 

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

Te remercier de me donner cette tribune sur ton blog.

 

GVL : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

Un auteur n’arrive jamais à poser le dernier mot tu sais, parfois faut nous arracher le manuscrit sinon ça ne s’arrête pas.

GVL : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

Achetez vos livres en librairies ! Soyez curieux, ouverts, jamais aigris, croyez aux fées et lisez des contes à vos enfants !

Coup de cœur pour Samantha Bailly, la présidente de la Charte des Auteurs et illustrateurs Jeunesse qui fait un boulot incroyable pour revaloriser la profession d’auteur, allez voir : http://www.la-charte.fr/

 

GVL :  Merci pour ces petites confidences Cendrine, et à très vite sur collectif Polar, je crois que tu nous réserves de belles surprises, mais ça on n’en reparlera une prochaine fois.

Oui gardons un peu de suspense…😉

GVL : Allez un indice avec la photo ci-dessous

 

Sériale lectrice : Ge papote avec Maud sa nouvelle apprentie Flingueuse


Sériale Lectrices

Ge papote avec Maud

Sa nouvelle apprentie Flingueuse.

Et oui mes polardeux, vous avez du le remarquer, ce 25 juillet une nouvelle chroniqueuse a pointé le bout de son nez.

Son nom Maud Vandenbyvanghe.

Elle vous a présenté un nouvel auteur  avec Effondrements de Guy Morant

Maud a participé aussi  à Rosny soit celui qui mal y pense, petits retours de flingueuses

Et bien maintenant c’est officiel, Maud a rejoint le gang des flingueuses

Et vous savez quoi j’en suis très honorée. En plus ça se passe à merveille, son arrivée m’a été que bonheur, curiosité et partages.

Alors aujourd’hui j’en profite pour papoter un peu avec elle !

Les Jumelles et leur Porte Flingue. Maud, Ophélie et bibi à Saint Maur en Poche. 2018


GVL : Bonjour Maud, es-tu prête à être soumise à la question ?

MV : Oui bien sûr

GVL : Alors, , peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, oui je le demande même aux dames ! Surtout quand elle aime le noir !

 MV : Je viens avoir 35 ans, pas d’enfant, un chat. Après un DUT Carrières Juridiques, j’ai fait un BTS Assistante de Gestion PMI, actuellement Gestionnaires Tiers Payant auprès des Professionnels de Santé. Avec des amis, on a monté une boutique afin de vendre des produits de ski du Paris. (le ski une autre de mes passions)

GVL : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

MV : Beaucoup de livres chez mes grands-parents, puis à la maison. J’ai débuté avec les Clans des Sept et Club des Cinq qui appartenaient à ma mère et mes tantes puis Alice Détective. J’ai ensuite emprunté les Imogène, Agatha Christie à mon grand-père. J’ai eu également une très grande période classique, mes auteurs préférés classiques Emile ZOLA et Stefan Sweig. J’ai découvert également grâce à mes amis skieurs l’héroïque Fantaisie (Feist et Hobb). Voilà mes univers.

GVL : Comment abordait-on le livre chez toi ?

MV : Lire a d’abord été un refuge, création de ma bulle, puis un loisir et ensuite une passion. On ne m’a ni encouragée ni empêchée.

GVL : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

OUI mais…J’en ai plusieurs.

Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Je vous présente d’abord celle du bureau. Et oui bureau avec ascenseur à la sortie du métro j’y mets toutes mes emplettes achetées sur paris boutiques d’occasion et salon où je suis en transports (car chez moi je n’ai pas d’ascenseur). Je reçois aussi au bureau tous les envois (service presse, auteurs, ….) pas de classement spécifique. Et encore là j’ai un peu rangé pour la photo.

Bibliothèque des livres lus. En haut, les « beaux livres ». La deuxième étagère : les grands formats lus par ordre alphabétique. La troisième étagère : les poches lus par ordre alphabétique. Ceux en vrac au premier plan attendent d’être rangés.

La fameuse PAL : Tout en haut les BD et Werber inclassables. En dessous on trouve l’héroique fantaisie et le fantastique. La troisième étagère à gauche : les grands formats dédicacés, ordre alphabétique. Ceux de droite sont des grands formats classiques, ordre alphabétique. Derrière se trouve toute une rangée de livre poche classé par ordre alphabétique. La deuxième étagère à gauche : les poches dédicacés, ordre alphabétique. Ceux de droite sont livres divers, ordre alphabétique. Derrière se trouve toute une rangée de livre poche classé par ordre alphabétique. En bas, les grands formats non dédicacée, suite de l’étagère 2. Et posés en vrac, les derniers achats non rangés.

GVL : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

MV : Du plaisir et de la détente avant tout, découvrir, apprendre. Je lis principalement dans les transports en commun. Aussi je me déconnecte en lisant. J’oublie tout, il m’est arrivé de louper ma station de métro. Le soir je mets un réveil sur mon téléphone pour éviter de me laisser embarquer trop tard dans la nuit.  

GVL : Es-tu papier ou numérique ?

MV : Je lis sur les 2 supports, j’alterne selon les types de lectures ou les envies. Ma préférence va pour le papier.

 

GVL ; En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

MV : Non. Dans ma ville, ils ont mis un système en place, suivant les revenus elle est payante ou non. Etant réfractaire à la gratuite pour certains et payant pour d’autres, je ne suis pas inscrite.

 

GVL : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

MV : oui, j’ai ma petite adresse : La Boîte à Lettres (Asnières sur Seine) pour les achats de livres neufs, en dehors des librairies avec dédicaces, des salons.

 

GVL : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

MV : Pour les achats de livres neufs, avec une amie, on s’est lancée un défi : pas d’achat de livres neufs sans dédicaces (dans l’année en cours). Nous avons le droit à 3 exceptions. Depuis que je fais des salons, je préfère acheter mes livres à ce moment-là, plus conviviale, moins l’impression d’être consommatrice. Un resto est en jeu.

Pour les achats d’occasion, je vais principalement au Emaus de Longjumeau et la librairie bleue (paris 20).

J’essaie d’être raisonnable, mais…

 

GVL ; Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prête ?

 MV : Oui toujours, bien sûr

 

GVL : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

MV : Suivant les périodes, et la taille des livres, je dirai 1 à 2 en moyenne par semaine. Je ne compte pas mois, ni par an.

 

GVL : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

Sur ma page : je fais un bilan mensuel de mes lectures et on m’a offert un joli carnet pour tout noter.

Cadeau de Delphine Leroy pour Noël

 

 

 

GVL : As-tu une PAL ?

MV : Bien sûr, ne jamais tomber en manque de lecture, toujours avoir différents styles sous la main.

 

GVL : Combien de livre dans ta PAL ?

 MV : Entre 300 et 400 en comptant les livres numériques. Les salons n’aident pas, où les descentes à Longjumeau… Et la nouveauté depuis 2017, les services presses.

 

GVL : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

MV : Y’en a qui collectionne les chaussures. Moi j’achète des livres comme ça me chante. Je le vis très bien. Généralement je n’achète rien de Juin à Septembre, pour essayer de la faire baisser.

 

GVL : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

MV : Comme expliqué plus haut, j’ai découvert le genre chez mes grands parents et très vite j’ai accroché, contrairement aux comtesses de Ségur. J’ai enchainé les Fantômette et les chairs de poule. De temps en temps, je lis d’autre chose. J’ai découvert récemment que j’appréciais les romans historiques (je ne suis pas sortie de l’auberge).

  

GVL :, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

 En SF, Feist reste pour moi le Maître du genre. En polar, Thilliez, Norek, Tackian, Minier, Destombes, ce sont les 5 auteurs actuellement où j’achète le livre dès la sortie.

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

  • Nous rêvions juste de liberté, d’Henri Lovoenbruck : cette lecture m’a tellement marquée que la fin m’a surprise, j’étais dans l’histoire, aux côtés de Bohem que j’en ai occulté le 1er chapitre et j’ai versé une larmichette.

  • Les Larmes noires sur la Terre de Sandrine Collette : La puissance de l’écriture qui narre le destin de femmes vivant dans la rue, le comment sont-elles arrivées là et comment vont-elles s’en sortir.

  • Les 4 trilogies de Feist : C’est le même conflit vu par les différents protagonistes qui s’affrontent, quand tu as tout lu, tu donnes raison aux 4 continents de se battre.

  • Le Crime de l’Orient Express, d’Agatha Christie car c’est ma première lecture avec des morts.

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

MV : Cela fait à peu près un an que je vais en librairie, à la fnac lors de dédicaces et en salon.

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

MV : je retrouve des passionnés de lecture et je me sens moins extraterrestre. Sortir de la sphère Facebook, même si c’est grâce à ces groupes que j’ai découvert tant d’auteurs, se rencontrer, papoter, partager autour d’une même passion ; un régal. L’interface et la proximité auteur-lecteur est très sympathique et conviviale.

J’ai beaucoup aimé la soirée A l’œil écoute pour sauver la librairie, voir autant de monde, très chaleureux et sympathique.

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Ma première rencontre avec Bob Garcia, à qui j’ai failli arracher les yeux… A l’œil écoute, il était venu mais pas en tant qu’auteur inscrit, et je ne savais pas à quoi il ressemblait. J’avais mon recueil Dons à la main pour le faire dédicacer à Claire Favan et Jacques Saussey, on est tranquillement en train de discuter et de rire, quand un Homme me prend le recueil des mains. Oh malheureux, les livres sont sacrés, j’ai pensé et mon regard s’est durcit, prête à bondir. Mon sourire est revenu quand j’ai vu qu’il cherchait sa nouvelle pour m’écrire un petit mot.

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

Je crois qu’on a fait le tour

 

GVL : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

Oui même si je ne m’appelle pas Jean Pierre et toi non plus 😊

GVL : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

 Coup de gueule : la publication de télérama sur les lecteurs de polar, la guerre des auto-édités qui jalousent les édités, la guerre ou jalousie entre bloggeurs ; alors que nous tous la même passion : le livre et la lecture. (sinon la faim dans le monde)

Un gros coup de cœur… Dur dur dur… j’en ai plusieurs : ma rencontre avec Delphine Leory, la première personne connue sur Facebook et vue en vraie. Et ce qui s’est passé le 23.06 à partir de 18h00 à Saint Maur… Mon premier Saint Maur est aussi un coup de Cœur !!!!

GVL :  Merci pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar

Maud : Merci à toi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Geneviève

GVL : Toujours avec autant de plaisir Maud de mettre mes Flingueuses en avant !

Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles, épisode 3


Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles… épisode 3

Hello les Polardeux,

Le gang des Flingueuses, vous connaissez, maintenant, forcément ?

Il était une fois une bande de passionnée réuni autour de Ge leur porte flingue

J’ai la chance d’être entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une douzaine à vous proposer nos voix, nos regard et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Aussi je me suis fait curieuse une fois de plus !

Et j’ai posé quelques questions à mon gang de Flingueuses.

Aussi aujourd’hui je vous livres les réponses des dernières arrivées. Mais attention vous risquez d’être surpris d’entrée de jeu.

Allez bonne lecture


Questionnaire aux Flingueuses

Les petites nouvelles… épisode 3 :

Isabelle et Sacha

Tu as rejoint dernièrement le gang  Collectif Polar.

 1 – Alors… Pourquoi avoir accepté ma proposition d’être une des nôtres, ou avoir voulu intégrer la team ?

Isabelle : La réponse va être longue, tu l’auras voulu ! J’ai accepté par curiosité, par fierté aussi. J’aime lire des polars depuis toujours. Mais je n’ai découvert ce milieu que tardivement, après avoir écrit mon propre roman policier. Jusqu’alors je ne courrais pas les salons, je ne recherchais pas le contact avec des auteurs. Lorsque j’y ai été invitée, j’ai découvert une ambiance fraternelle, où l’humour et la déconnade sont de rigueur et où se côtoient des personnages de tous horizons. Je m’y suis sentie à l’aise. J’ai alors échangé avec des auteurs, des éditeurs, des libraires… et des blogueurs (es-trices-euses, of course). Sans flagornerie, tu es l’une des premières dont j’ai suivi le travail, Geneviève. J’ai sympathisé avec certains, commencé à participer à des débats dans des groupes fermés, parfois houleux, en particulier sur l’impact des blogueurs sur l’économie du livre, leur degré d’indépendance, le respect des auteurs… Questions essentielles à mes yeux. Bref, la bloguosphère s’interrogeait régulièrement sur ses bonnes pratiques. Un bon point pour elle ! Et donc lorsque j’ai proposé à la médiathèque de ma ville (la MéMO) de créer un festival consacré au polar, j’ai voulu lui réserver une place de choix : une expo, une table ronde, etc. N’ayant pas de bouquin à vendre, je me sentais totalement libre et la MéMO a adhéré à l’idée. Je n’étais pas des vôtres pour autant. Et puis je me suis mise à rédiger quelques chroniques pour Collectif Polar, d’abord pour tes concours, puis à ta demande. Ta proposition m’a stupéfaite. Ainsi, sans le savoir j’étais potentiellement une flingueuse ! Du coup j’ai accepté ta proposition pour voir enfin les coulisses du blog, et pour la fierté d’intégrer la team.

Sacha ; Alors j’ai accepté ta proposition de vous rejoindre sur le Collectif polar parce que tu me l’as demandé déjà! Lol! J’étais loin de me douter que mes retours de lectures t’intéressaient en tant que chroniques! C’est très humblement que je donne mon avis sur les livres qui m’ont plu ou bouleversée. Et je suis très touchée de cette proposition. Même si je ne lis pas autant que je le voudrais! Lol!

2- Comment te sens-tu au milieu de ce groupe de fadas passionnées de polar et de lectures ? 

Isabelle : Mon arrivée est toute récente, il me faut encore trouver mes marques, moi qui suis plutôt un électron libre, par nature. Mais l‘accueil que ces fadas m’ont réservé a été si chaleureux, si spontané que j’abandonne peu à peu ma posture d’observatrice. Les flingueuses (Loup inclus !!) sont généreuses, bienveillantes, bosseuses. A l’image de la porte-flingue, quoi ! Mais est-ce un hasard ?

Sacha : Hey tu parles à une psychopathe là! Mdr! Donc on est sur la même longueur d’ondes! entre frappadingues, on est bien!

3- Qu’attends-tu de notre petite équipe de flingueuses ?

Ce qu’elle donne déjà dépasse mes attentes : réflexions communes sur la littérature noire, bien sûr, mais aussi solidarité, entraide, conseils… On sort largement du cadre de la littérature et j’aime ça !

Sacha : Ce que j’attends de l’équipe de flingueuses? et on a un flingueur aussi non? Des grosses « marrades » comme c’est déjà le cas quand on se voit! Vous avez toutes toujours la patate et j’adore ça!

4 – Te sens-tu une flingueuse à part entière ?

 

Isabelle : Oui, depuis que tu me sollicites pour des idées de concours, mais surtout depuis que j’ai endossé la panoplie de légiste avec Cécile Pellault et avec toi pour l’exquis cadavre exquis.

 Sacha : Oui je me sens une flingueuse à part entière et très fière de faire partie! Mais promis, je sortirai pas le mien, de flingue! Lol

5 – Que t’as apporté cette expérience d’équipe ?

Isabelle : Le plaisir de travailler en complémentarité avec Cécile, d’être parvenues très vite à nous organiser en fonction de nos sensibilités, de nos emplois du temps respectifs. Le bonheur d’échanger nos impressions à la lecture d’un épisode. J’apprécie énormément ces échanges.

 Sacha : Ben je commence tout juste alors on en reparle dans 6 mois! Mdr! J’espère juste que tu regretteras pas ton choix! Muhahaha (rire démoniaque)!

 

6 – Qu’en as-tu tiré ?

Isabelle : Je me sens plus légitime, plus crédible comme flingueuse.

  Sacha : Mon expérience commence seulement, mais ce qui est sûr, c’est que ce ne sera que du positif!

7- As-tu des attentes particulières autour de Collectif Polar ? Et quelles sont-elles ?

J’aime le jeu collectif, qui est l’ADN de ce blog. L’idée de s’organiser pour optimiser notre présence lors d’évènements, pour partager avec celles (ou celui) qui n’ont pas pu venir, pour porter les couleurs de la meute. Lecteur, lectrice, si tu pouvais voir l’incroyable chorégraphie à l’œuvre derrière les GAV, tu hallucinerais… Pourvou qué ça doure et vive le gang !

 Sacha :  Le collectif polar m’a déjà tellement donné en tant qu’auteure! La mise en lumière de l’Emprise des sens a été un élément très important pour moi et je ne te remercierai jamais assez! Donc bonne humeur, échanges et rigolades!

2eme Partie

Enfin, dis-moi,

Tu préfères :

 1- Etre reconnue comme une simple chroniqueuse de Collectif Polar ?

2- Etre une chroniqueuse de Collectif Polar qui se revendique ainsi ?

 3- Être avant tout une flingueuse ?

 4- Juste faire de temps à autre une « chronique de lecteur »

Explique-moi ton ou tes choix ?

Isabelle : J’élimine 1, 2 et 4. Ma participation, je la vois plutôt en recherche d’idées, en aide pour organiser ou couvrir des événements.

Sacha : Une chroniqueuse flingueuse du collectif polar qui fait de temps à autre un Sach’avis sur ses lectures! Mdr!

J’ai moins le temps de lire, mais j’aime toujours ça. C’est important pour moi de lire, de m’évader, d’étudier la manière d’écrire d’autres auteurs, d’en découvrir. Je pense que la lecture améliore mon écriture. Et J’aime partager mon avis sur un livre que j’ai aimé, voire que j’ai adoré!  En revanche, je ne sais pas écrire une chronique. J’ai toujours peur d’en mettre trop sur l’intrigue. C’est pour ça que je me contente d’un avis!  De mon avis!

 

Et en OFF, juste entre toi et moi.

As-tu des regrets, des déceptions à formuler, quelles sont les choses que l’on pourrait améliorer ?

Isabelle : Regrets, déceptions… non, je ne vois pas. Enrichir la maquette, peut-être. 

Sacha ; En off entre toi et moi ma Geneviève, je n’ai pas de regrets, ni de déception, rien du tout! Je trouve que toi et tes flingueuses, vous faîtes un boulot extra, et je te félicite! Je vous aime énormément et je suis encore une fois très honorée de faire partie de l’équipe!

Voilàààààà! Merci tout plein ma Geneviève

 

Quelles améliorations proposes-tu ? Et comment les mettre en oeuvre ?

Isabelle : Peut-être élargir le choix des livres chroniqués à des bouquins qui font moins l’actu. Je sais que tu y es sensible, comme moi. Le dernier Bussi, le dernier Norek seront à coup sûr chroniqués partout… Déplacer davantage le curseur vers l’inconnu, sans pour autant délaisser les best seller, ça doit être possible. Ce que j’ai apprécié d’emblée dans Collectif Polar, c’est de découvrir des premiers romans, ou de lire des itw d’auteurs moins célèbres.

Sériale Lectrice : papotage avec Sofia, notre nouvelle chroniqueuse


Sériale Lectrice : papotage avec Sofia, notre nouvelle chroniqueuse.

Ce matin j’ai la chance de recevoir Sofia, nous allons discuter un petit moment ensemble. Ce que je sais moi, c’est que Sofia serait une parfaite apprenti Flingueuse. Mais ça c’est l’avenir qui nous le dira. L’avenir et Sofia elle même.

En attendant, place à ITW Sériale Lectrices


 

Bonjour Sofia, es-tu prête à être soumise à la question ?

Oh Yeah !

GVL : Alors, Sofia, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, oui je le demande même aux dames ! Surtout quand elle aime le noir !

Hmmm, tu me demande de tracer une cible sur mon front là ! Mais je suis joueuse…

J’ai 39ans, j’ai eu un parcours scolaire somme toute classique dans les RH, j’ai pas mal vadrouillé en France, d’abord pour les études, puis les opportunités professionnelles, mais depuis 6 ans je suis revenue dans ma région natale l’Alsace, je pose définitivement mes valises. Pour quelques années en tout cas. Mon parcours pro…je suis chargée d’organiser des formations pour adultes.

GVL : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

Je viens d’une famille modeste, mais il y a toujours eu un accès à la lecture. Je ne sais pas si c’est parce que ma mère a quitté tôt l’école, mais elle a toujours veillé à ce qu’il y ait des bouquins qui trainent. Elle me raconte souvent que petite je voulais absolument aller à l’école pour apprendre à lire. Sur la fratrie de 6 enfants, je suis la seule lectrice. Du coup, j’ai très rapidement bénéficié du budget familial consacré à la lecture, ça représentait environs 2 bouquins par mois, plus le bibliobus.

GVL : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Le livre est un objet qu’il fallait respecter. Mais ils trainaient partout. Si bien qu’il y avait toujours un livre à portée de main. Le livre était évidemment synonyme de savoir, mais avant tout de plaisirs. Quelques soient mes lectures, ma mère les approuvaient. On trouvait Fluide glacial et Pierre Tombal aux toilettes, les revues agricoles dans la cuisine, et partout ailleurs romans en tout genre.

GVL : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque(s) :

Elle est toute neuve donc pas encore eu le temps d’y mettre tous mes bouquins mais la voici :

 

GVL : Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Ma bibliothèque j’en ai qu’une faute de place mais il y a des livres par ci par là. C’est tout simplement un joyeux bordel. Bon je range un minimum par auteur….Je n’ai pas d’appli pour gérer ma bibliothèque.

GVL : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

Je crois que c’est avant tout une échappatoire. Enfant, ainée d’une grande fratrie, c’était le moyen pour moi de m’isoler et d’être dans mon monde. Aujourd’hui, je dirai que le livre, l’objet, me rassure. Lorsque je déménage, le premier carton que j’ouvre, c’est un carton de bouquins. Parce tout de suite j’ai l’impression d’être chez moi et qu’il y a de la vie. La lecture est bien évidement un plaisir pour ne pas parler de passion, mais aussi un lien social. Si la lecture est un acte solitaire, les émotions que peuvent provoquer un bouquin se partagent.

GVL : Es-tu papier ou numérique ?

Papier. Mais je réfléchis à l’acquisition d’une liseuse pour éviter d’avoir à porter ….

 

GVL :  En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

J’ai toujours fréquenté les bibliothèques. Mais j’emprunte peu. Pour la simple raison que j’ai du mal à me séparer d’un livre. Je fréquente la bibliothèque de ma ville une fois par semaine, notamment pour mon fils, mais aussi parce que je m’y sens bien.

 

GVL : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

C’est un lieu d’échanges, j’y trouve conseils auprès du personnel, et ça me permet de prendre des bouquins que je n’aurai pas nécessairement achetés en librairie. Les bibliothèques ne sont pas uniquement un lieu d’emprunt, il s’y passe un tas de chose si on prend la peine de s’y intéresser. C’est une belle ouverture au monde et aux autres.

 

GVL : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

Par facilité je vais à la libraire de ma ville, donc oui j’ai une librairie attitrée mais pas nécessairement de cœur. Il m’arrive régulièrement de faire mes achats ailleurs, en vacances, en déplacements, si j’en vois une sur mon chemin, je m’y arrête.

 

GVL : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différents lieux, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

Principalement dans ma librairie de quartier pour le « quotidien ». Parfois chez les bouquinistes, entre particuliers et sur les salons.

 

GVL ; Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prête ?

Je me suis échauffée alors allons-y !

 

GVL : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

C’est très variable. J’ai des phases compulsives de lectures. Je peux lire 4 bouquins par semaine pendant 3 mois et faire des pauses lectures de plusieurs semaines. Je ne peux pas te faire de décompte. Je fonctionne à l’envie, à l’impulsion…..

 

GVL : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

Absolument pas !

 

GVL : As-tu une PAL ?

Eh oui….ne pas avoir de PAL provoque une angoisse….Tu sais, c’est comme le syndrome du frigo vide. Quand t’as plus grand-chose dans le frigo tu te dis damned faut que je fasse les courses y’a plus rien. Ben ne pas avoir de PAL c’est pareil, t’as l’impression que c’est ceinture !

 

GVL : Combien de livre dans ta PAL ?

 33

 

GVL : Whaou, il y a du lourd là dans ta PAL Sofia ! Mais sis-moi, pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

Ah ma PAL….déjà, sa taille varie, elle peut être de 3 à 50….C’est difficile cette question….c’est un rapport très intime qu’on a avec une PAL….Déjà, elle me rassure. Comme je le disais plus haut, les bouquins c’est ce qui me met en sécurité dans un environnement, ma PAL elle est en partie sur ma bibliothèque, et à côté de mon lit. Parfois elle me sert de table de nuitJ Elle est comme un doudou en fait. Je la regarde chaque soir quand je me couche, chaque matin quand je me lève. Elle partage vraiment mon quotidien en fait…Je la touche, je la sens, je la déplace…

GVL : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers, de l’espionnage, du polar historique aussi…)

Pourquoi je lis le Polar….Je crois que le roman noir est représentatif de la ou des sociétés. L’enquête est là pour servir le lecteur, pour l’emporter, le sortir de sa zone de confort. J’aime frissonner, j’aime être intriguée. Représentatif de la société je disais, parce qu’il met en exergue les peurs de l’homme.

Contrairement à ce qu’on a longtemps pu dire, le Polar n’est pas un « sous genre », la littérature noire existe au même titre que la littérature blanche, elle n’est n’y meilleure ni moins bonne. Même si j’ai une nette préférence pour le noir. Le roman noir peut déclencher de multiples émotions tout en poussant une réflexion. Et bien sûr, le polar peut être sacrément amusant !

En gros, j’aime être bousculée !

 

GVL : Tu as vu, je ne relève même pas cette dernière remarque ! lol . Bon…Sofia, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

 S’ il faut en choisir, Franck Thilliez, c’est mon auteur chouchou. Littéralement fan ! J’aime beaucoup la prose de RJ Ellory, Hervé Commère que j’ai découvert il y a peu, j’adore. Ah et puis Claire Favan elle a le don de me faire tripper et de me mettre sur les fesses !

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Je ne suis pas sûre d’en trouver 5….J’en ai lu pas mal que j’ai beaucoup aimé, mais qui m’ont marquée…

Entre deux Mondes d’Olivier Norek m’a bouleversée. Aussi sombre que lumineux. C’est le roman que je distribue autour de moi depuis sa sortie.

Nous rêvions juste de liberté, d’Henri Lovenbruck, je  me suis pris un sacré dose d’émotions dans la tronche.

Seuls le silence de RJ Ellory, il m’a totalement séduite, un pur bijou

 

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Depuis l’année dernière, je commence vraiment à fréquenter les festivals. Peu de temps pour moi jusque-là, et j’ai tendance à fuir les foules. J’ai dû annuler QDP cette année, l’année prochaine j’y serai quoi qu’il arrive. Eh bien sûr le Festival Sans Nom à Mulhouse en octobre, à ne pas rater !!!!!

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

Au travers des rencontres tu as un autre rapport au roman. Echanger quelques instants avec un auteur c’est juste dingue,  c’est rendre le roman encore plus vivant ! Et les rencontres entre lecteurs ça génial. Pouvoir partager avec les gens sur des bouquins qu’on a aimé, pas aimé, acheter un bouquin parce que le gars que t’as croisé juste avant t’en a parlé, c’est juste fantastique. Ce sont des endroits où tu laisses devant l’entrée tout le quotidien que tu as à gérer habituellement, tu n’es pas jugée pour les fringues que tu portes, ta classe sociale ou ton boulot.

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Je sèche

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

Ben tu avais dis La question, il y en a eu combien déjà ?

 

GVL : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

On est jamais sûr de rien J

GVL : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

 Mon coup de gueule : Arrêtez d’acheter vos bouquins sur Amazon, les libraires ont autant besoin de travailler pour manger que nous ! Ils nous font rêver, nous permettent d’avoir la vie plus douce le temps d’une lecture, c’est une responsabilité collective !

Mon coup de cœur ? Je l’ai dit plus haut, Entre deux Mondes d’Olivier Norek. J’ai eu la chance de le rencontrer, c’est un sacré bonhomme.

GVL :  Merci  Sofia pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar

Merci à Collectif Polar !

Mais de rien So, ce fut un plaisir pour moi, son porte flingue de te passer à la question !

 Alors chers lecteurs zé chères lectrice, vous la trouvez comment notre petite nouvelle ?

Elle ferait une belle flingueuse, non ?

En attendant, demain vous pourrez la retrouver avec son premier petit article.

Et ce sera …

Les p’tits papier de So

D'encre et de lumière

Parce que les passions méritent d'être partagées

Revue de Thrillers

Partage de mes lectures

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Pause Earl Grey

Littérature, culture, petits bonheurs

Steve Sirois

Univers virtuel de l'écrivain Steve Sirois

Ecrire pour un rien, pour un tout

créé maison par Cécile C

Des plumes et des livres

A vos livres... Prêts ? Lisez !!

Les livres de Zéa

Avis de lectrice et lectrice à Vie

Vivrelire 📚✨

Découvrez mes coups de cœur et mes coups de gueules littéraires ! 📚

Échos verts

Le blog de l'écologie éthique

LadiesColocBlog

Livres . Makeup . Mode . Voyages . Lifestyle

Les lectures de Dobby

"Hapiness can be found, even in the darkest of times, if only one remembers to turn on the light."

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

les mots chocolat

Un peu de gourmandise et beaucoup de lecture !

Dévolivre

Pour tous les dévoreurs de livres...

La littérature, notre amie

Si un jour, tu te sens seul ; prend un livre et laisse toi transporter.

Les Voyages Livresques de Mel,

"Lire, c'est boire et manger. L'esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas." Victor Hugo

lirelanuitoupas

Lire... tout le temps!!!

HORSAIN

Le site des éditions du Horsain

Hannibal le lecteur

Dévoreur de livres, polar et noir mais pas que...

Aude Bouquine

Encore, toujours, tout le temps et partout ...

Voyager dans mon monde

Un petit bout de vie.

Mes p'tits lus - Blog littéraire

"C'est en lisant qu'on devient liseron" - Raymond Queneau

La culture dans tous ses états

"Accepter de perdre ses illusions sans jamais renoncer à l'émerveillement."

Nuit blanche du Noir

De la Trouille à la Haine (en passant par le Pire)

Mondes Futuristes Editions

L'édition plurielle, car chaque auteur est différent

La bibliothèque de Claire

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe (Jules Renard)

Les lectures d'Evy Lo

Deux filles, un lapin et une montagne de livres...

rexlit

Les lectures de Titisse

Sorcière misandre

Littérature, thé et destruction du patriarcat

kokolivres

Il ne faut pas mourir idiot(e)... La curiosité apprend...

L'échappée nordique

Voyage en terres scandinaves

Des plumes et des mots

Lire est une passion, écrire est un métier.

Lectures d'A

Dans mon monde de lectures

L'ivre-Book

Editions Numériques

The Eden of Books

Blog littéraire

Le tourneur de pages

“La lecture est à l'esprit ce que l'exercice est au corps.” Joseph Addison

Une bulle, des bulles...

"C'est pas l'homme qui prend le livre, c'est le livre qui prend l'homme... Tatatiiiiin."

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

cyrzbib

Bibliothécaire #bib2paris @durasbib le jour, médiation & faire numérique la nuit Vous pouvez me croiser ici @biblio_box là @labenbib ou là @BiblioFab #Homago #impression3d

%d blogueurs aiment cette page :