Inconditionnelles, Marlène Charine

Aujourd’hui c’est  Fausse double chronique sur Collectif Polar

Et c’est Marc qui nous propose tout cela.

Je vous laisse avec lui et son second retour de lecture


Aujourd’hui j’ai eu envie de vous parler de deux romans que j’ai lus coup sur coup. CE sont les deux derniers thrillers de Marlène Charine, une auteure Suisse qui m’a complètement envouté par son écriture. Deux livres totalement différents, mais tout aussi addictifs, l’un comme l’autre, chacun à sa façon.

Le livre : Inconditionnelles de Marlène Charine. Paru le 7 avril 2021 chez Calmann-Lévy dans la collection Calmann-Lévy Noir. 20€50.  (397 p.) ; 22 x 14 cm

Trois mères, une flic et cette question : que mérite celui qui a brisé un enfant ?
par l’auteure de Tombent les anges, la révélation du polar 2020

« Venez ! Elles sont là ! » La capitaine Silke Valles et son équipe viennent d’investir une maison délabrée sur les hauteurs d’Annecy.
Au sous-sol, une des trois fillettes enlevées dix jours auparavant gît, inconsciente, dans une baignoire remplie de glace.
Les deux autres sont recroquevillées à côté, terrifiées mais indemnes.
Le ravisseur a été abattu dans l’assaut, l’affaire est donc officiellement close.
Et pourtant, insidieusement, d’indice en indice, une interrogation fait son chemin dans l’esprit de la capitaine Valles, mais aussi dans celui de Garance, Cora et Blandine, les mères des trois fillettes : et si ça n’était pas fini ?

Tombent les anges, le premier roman de Marlène Charine, paru en 2020, a reçu le prix du Polar Romand, prix Sang pour Sang Polar, prix Découverte du journal L’Alsace

L’auteure : Marlène est une auteure suisse né en 1976 à Lausane. Elle est ingénieure en chimie, mais a toujours été passionnée par l’écriture. Après de nombreuses nouvelles elle sort un roman « Le projet Alice », qui est à classer dans la SF. Avec tombent les anges elle décroche le prix du polar roman.

 

Extrait :

« Les coeurs des pères sont enveloppés de manière plus épaisses et rugueuses, mais ils saignent de la même façon que ceux des mères. »

L’arrêt sur image de Marc :

 

Inconditionnelles, le roman commence là où en général les autres s’arrêtent. Trois fillettes kidnappées quelques jours plus tôt sont libérées, et leur ravisseur est abattu.

Marlène Charine nous offre un roman choral extrêmement abouti. Blandine, Cora, Garance, les trois mamans des fillettes disparues, et Sylke l’enquêtrice, quatre femmes liées entre elles par les évènements traumatisants qui viennent de se dérouler. Il faut avancer, mais elles savent que l’histoire n’est pas terminée, il manque des pièces au puzzle. Le chemin vers l’enfer s’ouvre devant elles. Quand il faut se battre avec la douleur des événements qui viennent de se produire, affronter les fausses compassions des voisins, comment ne pas sombrer définitivement dans l’abîme quand on ne sait pas où aller ?

L’alternance des chapitres nous offre les différentes visions de ses quatre âmes meurtries, quatre voix différentes qui livrent leurs sentiments. On découvre les forces et les failles de chacune. Il est impossible de ne pas s’attacher aux personnages. Les pages s’enchainent rapidement et on se dirige vers un final totalement inattendu. Un final que j’ai ressenti comme une offrande de l’auteur à ses lecteurs. C’est aussi grandiose que maitrisé.

 

Un roman machiavélique d’une rare intensité. Un mélange de Barbara Abel et de François-Xavier Dillard, mais 100 % Marlène Charine.

7 réflexions sur “Inconditionnelles, Marlène Charine

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s