Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (4e partie).


Allez, suite et fin de mon petit retour sur les moments forts du dernier salon Saint-Maur en Poche 2016 qui s’est déroulé les 18 & 19 juin 2016 sur la Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés…

Parce qu’on retourne toujours au polar ! …

 

Quelques tables rondes et de nouveaux tête à tête

Rencontre avec Michel Moatti et Stéphane Bourgoin autour de Jack l’éventreur.

Puisque le thème su salon c’est lettres anglaises, qui mieux que le personnage de Jack l’Eventreur pour illustrer Londres, la capitale britannique.

SMEP 2016 – Rencontre avec Ingrid Desjours, Caryl Ferey et Jean Bernard Pouy.

Le roman noir sous toutes ses formes

 

Et enfin les derniers têtes à têtes

Pour découvrir une nouvelles plume qui n’a bluffé avec ses 2 premiers romans.

Il faut lire Boris Dokmak.

 

Rencontre avec Jacques Expert et Jacques Saussey

Deux experts et deux Jacques passe à table.

Et juste avant la clôture du salon un tête à tête avec Olivier Norek, la star montante du polar français, j’ai nommé Olivier Norek

 

Et si vous le souhaitez vous pouvez aussi revoir les première rencontre que j’ai pu suivre ICI, Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (1e partie).

Là Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (2e partie).

Et là encore Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (3e partie).

Vous l’avez constaté, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer durant ces 48 h.

Et c’est sans compter sur les rencontres avec les auteurs sur leur stand, les ami(e)s et les copains venu en nombre des 4 coins de la France et même au-delà. Et puis les rencontres fortuites qui pourraient déboucher sur le plus amples échanges…

Publicités

Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (3e partie).


la-griffe-noire-slides-2016-slp-2016_295907

Mon petit retour sur les moments forts du dernier salon Saint-Maur en Poche 2016 qui s’est déroulé les 18 & 19 juin 2016 sur la Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés…

Et parce qu’il n’y a pas que le polar dans la vie, quoique…

Vous allez comprendre pourquoi !

Tête à tête avec Diane Ducret

Diane Ducret est née à Anderlecht, en Belgique.

Elle passe son enfance au Pays Basque et commence ses études à Paris où elle s’inscrit en hypokhâgne. Diane Ducret part ensuite étudier en Italie, à Rome avant de revenir en France. C’est à la Sorbonne qu’elle passe une maîtrise d’histoire de la philosophie, elle y soutiendra un mémoire puis un DEA dans la même spécialité. Diane Ducret achève ses études par un magistère de philosophie à l’Ecole Normale Supérieure.

Passionnée d’histoire, après avoir collaboré à l’écriture de films documentaires historiques pour l’émission Des racines & des ailes , elle présente en 2009 Le Forum de l’Histoire , sur la chaîne éponyme. Elle sort son premier livre en janvier 2011, Femme de dictateur , best-seller en France qui sera traduit en 18 langues. Suivront

  • 2012 – Femmes de dictateur Tome 2

  • 2011 – Femmes de dictateur Tome 1

  • 2014- La chair interdite

  • 2016 – Lady Scarface, dans l’intimité des fiancées de la poudre du Chicago d’Al Capone à Hollywood

En tête à tête avec Bernard Prou

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant de Bernard Prou

À la veille de sa mort, Guy de Maupassant connaît une ultime idylle avec la peintre Lioubov Andréievna Vassilkova. Les tribulations d’Alexis, leur fils irrévélé, le conduisent dans la Russie révolutionnaire. Bientôt le jeune médecin fait partie de l’entourage proche de Staline et se retrouve déporté au goulag de Mirny, en Sibérie, où il est initié à la franc-maçonnerie dans une loge clandestine. Ses engagements, sa bonne fortune, l’appui occulte d’un chamane yakoute et l’amour de la belle Ayami, lui rendent la liberté et la France de son enfance. En 1940, Alexis rejoint la Résistance dans le maquis de Haute-Loire. Les aventures d’Alexis Vassilkov, personnage hors du commun que le dramaturge Fernando Arrabal a qualifié de héros strogoffien, épousent les turbulences du XXème siècle jusque bien après-guerre dans un même souffle épique et picaresque. Un livre qui vous emporte dans un tourbillon de sentiments et qui arrive avec une alchimie rare à mélanger ma passion pour la littérature, l’histoire et les grands espaces désertiques de la Sibérie. – Maupassant et Tolstoï chez Sylvain Tesson.

 

Tête à tête avec Léonor de Recondo

Amours est un roman de Léonor de Récondo paru le 8 janvier 2015 aux éditions Sabine Wespieser et ayant reçu le Grand prix RTL-Lire et le prix des libraires en 2015

On a du mal à imaginer ce qu’était la situation des femmes il y a encore cent ans en France. Dans son nouveau et beau livre, la violoniste et romancière Léonor de Récondo raconte cette lente émancipation. L’histoire d’une femme qui adopte l’enfant que son mari a eu avec une jeune bonne.

 Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d’une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s’épanouir le sentiment amoureux le plus pur et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l’héritier Boisvaillant tant espéré. Comme elle l’a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s’apprête à enfouir le secret de famille.

 

Tête à tête avec

Avec « Le mystère Henri Pick », David Foenkinos enquête en Bretagne.

Pour Le mystère Henri Pick, il imagine qu’un certain Jean-Pierre Gourvec, bibliothécaire de son état à Crozon (Finistère), a créé tout un rayon de manuscrits refusés par les éditeurs.

Mais voilà qu’une éditrice parisienne, en vacances à Crozon avec son amoureux, se prend de passion pour un de ces ouvrages délaissés, « Les dernières heures d’une histoire d’amour ».

Celui-ci relate, donc, la fin d’un couple, mais aussi l’agonie du poète et romancier russe Pouchkine… Le livre est publié, devient un best-seller. Mais qui était vraiment Henri Pick, malheureusement décédé, et dont personne ne savait qu’il écrivait ? Est-il vraiment l’auteur de ces pages ?

Pour son roman, qui s’intitulait à l’origine « La Bibliothèque des livres refusés », David Foenkinos s’est inspiré de l’idée d’un auteur américain décédé en 1984, Richard Brautigan. Le héros de son livre « L’Avortement », publié en 1971, était employé dans une bibliothèque qui acceptait les manuscrits retoqués.

Dans la vie réelle, au début des années 1990, un admirateur s’est emparé de l’idée pour créer aux États-Unis une bibliothèque des livres refusés, qui se trouve aujourd’hui à Vancouver, au Canada.

 

Voilà, vous l’aurez compris, même si nous ne sommes pas totalement dans le polar, ses auteurs et ses bouquins parlent aussi de sujet qui me sont chers : l’histoire avec un grand H, les femmes et quelques énigmes littéraires…

La curiosité n’est pas qu’un vilain défaut.

 

Et si vous le souhaitez vous pouvez aussi revoir les première rencontre que j’ai pu suivre ICI, Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (1e partie).

Et là Mon Saint Maur en Poche 2016 : coté table ronde et tête à tête (2e partie).

Saint Maur en Poche 2016 : mon week end de folie


13255916_10208471546840540_2274410194351106693_n

Voilà, Saint Maur en Poche c’est fini. Ne reste que des souvenirs et des étoiles plein les yeux mais aussi un gros coup de blues.

Cette année encore j’ai eu la chance d’être associée à cet événement et votre blog « Collectif Polar » a été partenaire de ce salon qui est, depuis 8 ans, un peu le miens. Hé oui, je joue à domicile et c’est vraiment le pied ça ! Au plus près des organisateurs, une oreille et un œil qui traînent dans les coulisses.

Les coulisses du salon, justement, parlons-en. Organiser un salon de cette taille c’est une vrai folie pour une simple librairie de banlieue. Mais heureusement, La Griffe Noire n’est pas une librairie comme les autres. Et ces fondateurs emblématiques sont de vrais fous, de vrais passionnés.

Alors en une soirée, armés d’une poignée de bénévoles et de toute l’équipe des libraires, ils sortent de terre une foire magique qui le temps d’un week-end va enchanter environ 30000 personnes.

Mais cette année était un peu spéciale. La foire allait être un peu plus grande, il allait falloir maîtriser ce nouvel espace. Et pour compliquer les choses, les éléments se sont déchaînés afin de mettre à mal les nerfs de nos organisateurs. Mais rien n’y a fait, le monde magique est sorti de terre, et la fête ne pouvait qu’être belle.

Et belle, elle le fut !

Mon Saint Maur en Poche à moi, ce fut ça !

D’abord, me fondre dans les bénévoles pour contribuer moi aussi à la féerie du salon.

&smep

C’est des centaines de cartons, des dizaines de palettes à ouvrir.

$smep$$$$$$$$$$

C’est retrouver déjà des auteurs qui eux aussi vont participer à l’emballement final

$smep$$$$$$$

C’est accrocher les affiches des auteurs que vous adorez !

$smep$$$$$$$$$$$

C’est encore des cartons et des livres à installer pour que nos auteurs soient totalement cachés derrière ces montagnes de bouquins

 

$smep$$$$$$$smep$$$$$$smep$$$$$smep$$$

 

$smep$$$$$$$$

C’est affronter les éléments. L’orage qui manque de tout emporter. Les visages qui se ferment, le découragement qui tente de gagner. Et puis la solidarité qui l’emporte. Tous unis pour sauver les livres et le reste !

$smep$

C’est récupérer son petit padawan et quelques autres apprentis Jedi pour continuer de plus belle l’installation. Allez, les filles, Anne Ju, Athénaïs, Celine, en se motive !

 

$smep$$

C’est reprendre des forces. Pas mauvais ce Eight o’clock Tea

 

$smep$$$$$$$$$

Ce remettre au travail dans la bonne humeur avec son petit padawan.

$smep$$$$$$$$$$$$$

C’est se prendre des barres avec Anne Ju

$smep$$$$$$$$$$$$$$

C’est déballer et déballer encore des cartons de bouquins

&smep&&&&&&&&&&&&

C’est réquisitionner un psychopathe qui passe par là

&smep&&&&&&&&&&&

C’est…..Attention de bien mettre les livres par années de parutions sur les têtes de gondoles. Psychopathe, je vous dit !

img_2372

C’est…On est au taquet pour les 48h à venir

 

 

 

SMEP petit dej

Et pour bien commencer le week end, rien de tel d’un excellent Breakfast avec une bande de blogueurs fêlés. Merci Athénaïs d’avoir organiser chez toi cette rencontre entre amoureux du livre et du thé.

Puis c’est se rendre sur le salon. Rencontrer des auteurs qui sont heureux comme des petits fous d’être là !

&smep&&&&&&&&&

D’autres beaucoup moins &smep&&&&&&&&&&

C’est faire des photos avec les copains. Car c’est ça aussi Saint Maur en poche ! Revoir et retrouver tous ces passionnées qui comme toi sillonnent la France, la Navare et même la Belgique pour ces moments partagés.

13432224_10209183685130248_6340450399292776773_n13432340_260995024276065_108632880238597994_n

$$smep$$$$$$smep$

$$smep

smep jour 2&SMEP jour 2&&

C’est obliger les copains à aller découvrir l’univers noir mais pas sans lumière d’Elsa Marpeau. Elsa qui fut cette année mon coup de coeur sur ce salon. Son premier Saint Maur en Poche d’ailleurs. Et j’espère pas le dernier. Chers organisateurs si vous m’entendez !

Elsa dont j’ai adoré l’Expatriée et que je conseille à tout le monde.

 

$$smep$$$$$

Elsa Marpeau pour son premier Saint Maur en poche a reçu le prix Transfuge pour son roman autobiographique mais pas que, « L’expatriée. »

C’est participé à des tables rondes et des rencontres :

13406726_1136801523045828_2174747624549769926_n

Mon ami Yvan au commande avec R.J. Ellory.

13406844_1136790943046886_4405314099463389301_n

Une rencontre rendue vivante aussi grâce au talent de l’excellente interprète qu’est Marie Furthner.

SMEPJ3

C’est Michel Bussi qui se confie à Yvan

13445411_1136791206380193_5325442088820474149_n

C’est Maud Mayeras et Fredo Fontes en mode complice

 

$$smep$$

C’est accompagner les premiers pas de nos jeunes blogueuses , Athénaïs et Céline dans leur interview croisé.

$smep$$$$$$$$$$$

Belle complicité aussi d’Yvan et d’Hervé Commère

$smep$$$$$$$$$$$$$$

Moment d’émotion aussi avec le regard croisé de Thomas Cook et Sophie Loubière.

   

Yvan sl

 

 

 

&smep&&&&&&&&

Bernard Prou, lauréat du prix Saint Maur en poche avec son livre « Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant » présenté par ineffable Gérard Collard. Une super découverte pour moi. Heu, le livre de Bernard pas Gérard !

C’est escorter la reine, of course !

&smep&&&&&

Se prendre pour un bodyguard

Saint Maur en Poche c’est jamais sans mes chouchous. Pas de SMEP sans les CamHug.

Nathalie Hug et Jérôme Camut sont pour moi, les maîtres incontestés du thriller français de ces 10 dernières années

$$smep$$$

C’est deux là sont terrible. Ils sont toujours souriants. Mais méfiez vous, ils vont perturber vos nuits et vos jours si vous n’y prenez garde. Moi, je dis, il n’y a qu’un remède. Lisez les !

SMEP c’est aussi s’incruster dans les photos des copains !!!

&smep&&&&&&&&&&&&&&

 Et jouer le jeu jusqu’au bout !

Se prendre, en ce dimanche ensoleillé pour un cupidon. Papillonner de couple en couple et surtout se révéler un éros tyrannique et sans gène !!!

 

&smep&&&&&&  &smep&&&&  &smep&&&&smep&&            SMEP bis&smep&&&&&&&

$$smep$$$$$$

 Bon, finalement SMEP, c’est des auteures heureuses d’être là malgré tout !

Elles se sont plutôt bien intégrées avec toutes cette bande de fêlés, tordues, fondus de tous poils.

smep jour 2

Gaëlle Perrin et Maud Mayéras ont vite compris l’esprit Saint Maur en Poche

    Voilà, un condensé de mon Saint Maur en poche 2016.

img_2483Mon petit Padawan et moi, on est fourbues. Mais si on vous laisse c’est pour mieux vous retrouver l’année prochaine.

SMEP c’est fini. Vive Saint Maur en Poche 2017

 

 

 

Pour vous donner d’autres idées sur SMEP, jetez un oeil sur les compte- rendus des copains

Pour lire celui d’Yvan du Blog Emotions, cliquez ici ! Yvan est un magicien des mots qui vous téléporte directement dans le salon comme si vous y étiez !
Pour lire ceux de David, mais attention avec David c’est contagieux  c’est à la fois ici, et encore
Pour lire celui de Mélie du Blog The Love Book, cliquez ici, ici et puis ici ! Et surtout cliquez là pour lire le trop craquant compte-rendu de son fils Benjamin 9 ans. C’est une merveille !
Pour lire le tordant compte-rendu d’Anne-Ju du blog « Les Motordus d’Anne Ju», cliquez là ! Faites gaffe tout de même, le petit padawan est drôlement tordue quand même ! Mais moi j’adore !
Pour lire le pétillant compte-rendu de Stef, patronne du Blog « Les cibles d’une lectrice à visée », cliquez ici ! Elle vous montrera une autre facette du salon !

 

Saint Maur en Poche, ça approche (4) ! Les Infos Pratiques, Youpiiiiiiiii


Saint Maur en Poche, ça approche !

13255916_10208471546840540_2274410194351106693_nEt oui c’est déjà ce week end. Enfin déjà pour les personnes qui comme moi l’attendent toute l’année c’est plutôt c’est seulement ce week-end.

On a donc jamais été aussi près de l’ouverture au public de notre salon préféré.

Aussi, je vous propose quelques derniers petits conseils et quelques informations pratiques.

smep2Salon international du livre de poche “Saint-Maur en poche” 2016

8ème édition

Les 18 et 19 juin 2016

La thématique de cette année sera anglaise

218 auteurs présents, un record ! Littérature générale, polar, jeunesse


Horaires :

Samedi 18 juin : 10h – 19h

Dimanche 19 juin : 10h – 18h

Vous le savez maintenant le salon déménage ! Oui, il déménage dans tout les sens du terme !

Nous allons nous retrouver à Saint Maur des Fossés sur la Place des Marronniers. C’est une grande et jolie place avec en son centre L’église Notre Dame du Rosaire. Une place arborée où s’il fait beau on peut emporter son picnic et déjeuner tranquillement.

Sur place, il y aura,  un salon de thé, un food truck et une crêperie.

Le plan du salon sera celui-ci

SMEP4

 

Vous avez été nombreux à me demander si j’organisais un déjeuner et un dîner le samedi, comme les années précédentes. Et.. pour moi cette année, c’était un peu compliqué. Alors pour répondre à vos attentes voici quelques adresses juste à coté du salon pour vous restaurer.

Autour de la place, il y a un resto un peu cher pour ceux qui peuvent, mais sans doute vaut-il mieux réserver avant.  8 Place des Marronniers, latabledesmarronniers.fr ; 01 48 85 91 74

Toujours autour de la place, juste à coté du Salon, il y a une boulangerie et un proxi et un troqué où il semblerait que ce soit possible de grignoter, l’Embuscade je crois que ça s’appelle.

SMEP&&&&

Un peu plus loin on trouve en resto marocain .35 Avenue Joffre. soleildemarrakech94.fr . 01 48 89 41 57.  Il y a aussi je crois quelques autres restos sur cette avenue mais je ne les connais pas !

Aussi autour de la gare du Parc de Saint Maur, il y a des nombreux restos, bistrots, brasseries… De l’indien à la pizzeria en passant par le chinois, japonais et autres créperies….

Sinon petites infos pratiques pour arriver au Salon

SMEP&Ligne A du RER, arrêt Parc de Saint Maur 

Des navettes seront disponible depuis cette gare.

Elle feront des allés et retours entre le salon et Le pars de Saint Maur

entre 10h et 19h le samedi 10h-18h le dimanche

ou

Bus 306 arrêt Marronniers depuis la gare RER Saint Maur Créteil.

       SMEP&&&&& smep&&&&&&

smep1Et puis si comme moi, vous aimez ce Festival, alors il vous faudra vous procurer un petit sac en tissu à l’effigie de Babeth two et du Saint Maur en poche.

Ce sac sera en vente en caisse au prix modique de 3€, ce sera un collector car il n’y en aura pas pour tout le monde malheureusement.

Ce sac va aussi permettre de financer une petite partie du futur SMEP 2017.

Et oui monter un salon ça coûte cher. Et les partenaires publics sont de plus en plus frileux en cette période de disette budgétaire. Pas facile non plus de mobiliser les partenaires privés. Le livre en format de poche est sans doute pas assez classieux ! ??? En tous les cas, si on peut, nous particuliers, faire un petit geste pour que notre Salon préféré continue à vivre… Je sais que je vais en acheter un paquet de ces sacs, rien que pour en faire cadeau à des ami(e)s qui ne pourront pas venir cette année.

Et puis si vous n’êtes pas convaincu, alors Jean finira de vous convaincre.

Alors à très vite dans les allées de Saint Maur en Poche.

Ça va être encore une sacré fête cette année. 

ICI la liste des auteurs 

 

smep3

 

 

 

Ces Dames du noir 8 : Spécial Saint Maur en Poche : en tête à tête avec Céline


 

Pour ce spécial Dame du polar, je reçois Céline Protin .

Céline c’est Linie Book addict sur YouTube et de Book à oreilles version blog 😊

Cette année, pour la deuxième année consécutive, Céline et son blog seront associés au Salon de Saint Maur en Poche.

Aussi, je vous propose d’un peu mieux la connaître.

 

 CP Geneviève : Bonjour Céline, bienvenu dans « Ces dames du noir », je vais avoir le plaisir de te passer à la question. Tu es prête ?

Céline : Ben oui allons-y !!

GVL : Alors c’est parti, allez hop sur les chapeaux de roue ! Pourrais-tu te présenter brièvement.

CP : Céline, 28 ans, j’aime lire, le thé, tricoter, et mater une bonne série télé !

GVL : Ah oui, c’est bref. Alors…Dis moi, d’où viens-tu ?

CP : Je viens du sud de la Seine et Marne. D’un petit village (d’irréductibles gaulois hahaha) d’environ 150 habitants… la campagne, la vraie quoi ! Mais j’ai fait toutes mes années de fac à Créteil et j’ai trouvé un job (et un chéri dans la foulée :P) dans la région alors je suis venue m’installer ici, tout simplement.

GVL :  Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial.

CP : Ma mère lisait beaucoup quand j’étais petite, et elle me lisait énormément d’histoires le soir en me bordant, du coup, moi curieuse, ça m’a intéressé, et c’est comme ça que j’ai appris à lire héhé 😀 merci maman ! Et puis sinon, le reste de ma famille lit très peu.

GVL : Comment appréhendait-on le livre chez toi ?

CP : Comme un objet de culture et de savoir pour les uns, comme un loisir inutile de vieux pour les autres, mais comme dit dans la question d’avant, il était assez difficile de parler bouquins chez moi étant donné que la seule à lire était ma mère et qu’on ne lisait carrément pas la même chose ! Elle lisait plutôt des classiques et moi à l’époque j’étais encore dans mes livres d’ado qu’on appelle aujourd’hui « Young Adult ».

GVL Qu’elle a été ta formation ?

CP : Scientifique… J’avais les capacités et mes parents disaient que ça m’ouvrirait toutes les portes. Pour beaucoup de monde chez moi, la filière S était bien meilleure que la L (idées préconçues bonjour !). Mais bon, eux, ils voulaient que je sois médecin alors… A cette époque-là, je n’arrivais pas encore à m’affirmer, j’ai donc tenté 2 fois la première année de médecine, que j’ai ratée (forcément quand t’es pas vraiment motivée…), puis j’ai fait une licence en « biologie cellulaire, moléculaire et physiologie », que j’ai réussie cette fois-ci, mais je me suis arrêtée là car ce n’était pas tellement mon truc en fait. C’était hyper intéressant mais j’avais aussi l’impression de me forcer.

GVL: Ton boulot, vocation ou bien ?

CP : Non pas vraiment, j’ai déjà un peu répondu dans la question précédente… Je suis technicienne de labo et j’aime bien mon boulot… mais entre nous, j’ai toujours préféré les livres. Quand je suis entourée de livres, je suis sereine, je suis dans mon élément. Mais bon, c’est aussi un peu compliqué de répondre à cette question car je suis actuellement en cours de reclassement à cause de récents soucis de santé, et je ne sais pas trop encore où je vais atterrir donc je pourrais très bien être secrétaire demain, et là ça n’a rien à voir !

GVL : Ah merde ! J’espère que ça va aller bien pour toi. Mais c’est marrant de voir qu’avec Athénaïs vous êtes dans la même branche. Un sacré vivier.

CP : Comme tu dis ! Surtout qu’on ne se connait pas depuis longtemps avec Athénaïs puisqu’on s’est rencontrées en vrai au Saint-Maur en poche de l’an dernier. Pourtant on a tout de suite accroché, j’ai l’impression de la connaître depuis toujours. La même passion du polar…

GVL :  Justement Céline, pourquoi le polar ?

CP : J’ai toujours été attirée par ce côté énigme, puzzle, enquête, je suis curieuse de nature… ça a commencé avec Le mystère de la chambre jaune et les Agatha Christie, puis Stephen King et Jean-Christophe Grangé… Même au niveau des films/séries, très jeune j’aimais déjà les films d’horreurs ! Je ne pourrais pas l’expliquer, c’est comme dans les manèges à sensations fortes, il y a cette peur, cette montée d’adrénaline que j’aime particulièrement…

cp&&

Une des bibliothèques de Céline

GVL:  Tu lis tous les jours des polars ?

CP : Non je lis un peu de tout : jeunesse, romance, young adult, contemporain, mais mes préférences vont quand même aux polars/thrillers et aux œuvres de SFFF.

 

cp&GVL  : Combien par semaine, par moi, par ans.

CP : Je lis en moyenne 2 livres par semaine, parfois plus, parfois moins, ça dépend surtout du temps que j’ai, de la fatigue, et de l’envie de lire bien sûr… Par mois, je dirais de 6 à 8, dépendant du temps que j’ai pour lire, de la taille des livres aussi, et par an, un peu plus d’une centaine… Après en ce qui concerne les genres, j’ai des périodes… par exemple, en été j’ai plus tendance à lire des romans chick-lit, légers, vers Noël je lis plutôt des réécritures de contes, de la fantasy… ça dépend de mon environnement, de mes envies J

GVL : Lis-tu en numérique ou préfère-tu le livre papier ?

CP : Les deux !

C’est vrai que la liseuse a pas mal de côtés pratiques, notamment son poids quand on part en vacances, le rétroéclairage pour lire la nuit quand on est pris dans un livre alors que chéri dort à côté… Ça m’a pas mal servi aussi quand j’ai été opérée du canal carpien, main droite alors que je suis droitière, effectivement c’était plus facile sur liseuse… Mais je ne me lasserais jamais des livres, la sensation du papier, l’odeur… et puis c’est plus pratique pour les dédicaces quand même

GVL : Mais alors, comment t’es venu l’idée de créer un blog ?

CP : A l’époque, je traînais déjà pas mal sur les forums et les blogs littéraires pour partager et échanger sur les livres que je lisais, pour y lire des avis sur des livres qui m’intéressaient aussi… Et puis, un jour, je me suis dit « Et pourquoi pas moi ? » et je me suis lancée à mon tour…

CP1

J’étais d’abord sur blogspot et j’ai déménagé l’an dernier sur WordPress.

GVL : Et tu préfères ?

CP : WordPress ! J’arrive mieux à mettre en forme mon texte, mes images comme je veux

GVL : Quel est le but de ton blog ?

CP : Donner mes avis sur mes lectures, échanger, partager mes passions. J’ai rencontré tellement de belles personnes depuis, dont certaines sont aujourd’hui devenues de véritables amies… Des fois je me dis que si je n’avais jamais créé ce blog, tout ça ne me serait jamais arrivé, ce n’est que du positif, des belles choses de jour en jour ! Ça m’apporte beaucoup et ça me rend heureuse.

GVL :  Comment prépares-tu un article pour ton blog ?

CP : Je ne prépare pas forcément, si j’ai envie d’écrire, je le fais, sinon je ne me force pas… Je laisse l’inspiration venir, j’ai envie de donner mon vrai ressenti à chaque fois. Quand je m’y mets, j’écris en général mes idées en vrac, les points que je veux aborder (sinon j’en oublie xD), et puis je mets des phrases autour.

GVL :  Comment t’es venu l’envie de créer un chaine Youtube ? Pourquoi une chaine youtube ?

CP : Très rapidement après le blog en fait, puisque j’ai créé le blog en avril 2012  21 avril 2012 héhé  et la chaine youtube en juillet, pareil dans une optique d’échange et de partage, et puis il y en avait déjà quelques unes à l’époque que je regardais et je sais pas… l’expérience avec le blog m’a peut-être donné assez la foi pour me lancer je trouvais que le blog et la chaine étaient assez complémentaires, certains de mes abonnés préféraient l’écrit, d’autres l’oral… les deux sont différents et pourtant similaires bon c’était pas évident au début, puis à cette époque-là on avait pas les vidéos de qualité de maintenant, on se filmait juste avec la webcam de l’ordi et c’était fini… c’est vrai que d’être arrivée quasiment au début j’ai pu voir vraiment l’évolution de booktube, et ça évolue encore de toute manière

CP&&&&

GVL : Et qu’elles sont les différences entre un blog et une booktube ?

CP : Pour les abonnés, Booktube c’est vraiment plus visuel, ils voient tout de suite nos réactions, le livre en question, etc. C’est plus interactif car ça a beaucoup plus de vues (malheureusement) qu’une longue page de texte, même si par écrit mon avis est beaucoup plus détaillé… pour moi, je prends autant de plaisir à faire les deux, la différence majeure c’est le temps que je passe dessus, je vais beaucoup plus vite à écrire un article alors qu’une vidéo il faut la filmer, la monter, et la mettre en ligne, faire une description youtube, etc. Souvent les gens ne se rendent pas compte du travail qu’il y a derrière. Il y a aussi la différence au niveau du matériel, un article tu peux l’écrire simplement avec un ordinateur, ou même avec un smartphone, alors que pour booktube on est toujours à investir dans des caméras, des micros, parapluies pour la lumière, logiciel de montage… Bon après rien ne t’empêche de faire ça avec une webcam hein, y a aucune obligation, mais comme on a toujours envie de s’améliorer, on en vient vite à vouloir du matériel de qualité… mais après ,comme dit, pour moi les deux sont complémentaires car mes avis seront plus détaillés sur le blog que sur la chaîne…

GVL : Ah oui quand même ! Pas certaine de m’y mettre un jour !

CP : Sinon personnellement booktube m’a beaucoup apporté, car je suis une grande timide et avant c’était à un point, c’était presque maladif quoi, je n’osais pas parler aux gens… booktube m’a permis de travailler pas mal là dessus, ça m’a donné un peu plus confiance en moi

GVL : Dis-moi Céline, que penses-tu de l’évolution du roman noir / policier et thrillers en ce moment ?

CP : Ces dernières années, les auteurs de romans noirs, polars, thrillers, sortent de plus en plus du lot, ils sont plus mis en avant au niveau des salons, des événements, etc. Pour ma part, je découvre de plus en plus d’auteurs français, et quels auteurs !

GVL : Peux-tu ne citer ton écrivain préféré et cinq romans que tu nous conseillerais ?

cp2 cp3jpg cp4jpgCP : Stephen King, que je vénère totalement et dont j’ai l’immense honneur d’avoir un livre dédicacé (mon précieeeeux !)

Mais bon, il y en a tellement d’autres que j’adore : Olivier Norek, Claire Favan, Nicolas Lebel, les CamHug, Giacometti/Ravenne, Karine Giebel, Charlotte Bousquet, Victor Dixen, Gabriel Katz, Samantha Bailly, Estelle Faye, Amélie Nothomb, Zola, Fitzgerald, Sire Cédric… Pas mal d’auteurs pour pas mal de genres 😉 Bon, j’aurais pu dire JK Rowling aussi, mais c’était trop facile     

Cinq livres ! Mais c’est trop peu et beaucoup trop dur de choisir xD Je dirais Hématome de Maud Mayeras que j’ai lu il y a quelques années et dont la fin m’a beaucoup marquée, Phobos de Victor Dixen, de la SF vraiment addictive, Piège Nuptial de Douglas Kennedy, qui m’avait retourné le cerveau, Lettre d’une inconnue de Stefan Zweig qui m’avait fait chialer, et allez… Trois vies chinoises de Dai Sijie !

Mais comme pour les auteurs, il y en a plein d’autres !

GVL : Moi j’ai préféré Cul de sac de Kennedy, lol ! Sinon, As-tu participé à des concours, des prix ; à organisation d’un salon, à des émissions radio, TV… autour du polar ? As-tu étais jurée ? Si oui pour qui, pour quel prix ? Quel média ?…et pourquoi ?

CP : Quelques concours oui, mais je ne gagne jamais Sinon rien de tout ça, j’ai été plusieurs fois « VIP » ou « Presse » lors de salons, dont celui de Saint-Maur en Poche pour lequel j’ai eu l’immense joie d’être VIP l’année dernière, et également cette année… avec un gros défi en plus ! J’ai un peu la pression mais bon, ça va bien se passeeeeer !! Athénaïs sera avec moi donc je ne serais pas seule  

13255916_10208471546840540_2274410194351106693_nGVL : Peux tu nous parler de Saint Maur en poche ? 

CP : C’est un festival que je trouve hyper convivial, chaleureux, il y a tout pleins de couleurs partout, les auteurs sont relax, accessibles, on ne fait pas de queue monstrueuse pour les dédicaces, il y a des jeux, des animations, c’est vraiment une bonne ambiance ! C’est mon salon préféré avec les Imaginales, même s’ils sont différents au sens où les Imaginales, ce n’est vraiment axé que sur la littérature de l’imaginaire et le Saint-Maur en Poche est plus diversifié… Les thématiques changent, mais l’ambiance est à peu près la même et c’est vraiment cette proximité avec les auteurs et le fait de se sentir à la maison avec des copains qui me plait. Personnellement, j’y retrouve mes deux genres favoris, les Imaginales pour la SFFF et Saint-Maur en Poche pour le polar/thriller.

GVL: Dis moi tu as participer à combien de SMEP ?

CP : Cette année, ce sera mon 5ème SMEP et je lui souhaite encore longue vie !

GVL : Une anecdote à nous raconter ?

CP : Je me rappellerai toujours la toute première fois que je suis allée à un salon, bon c’était celui de Paris hein, c’était il y a plusieurs années et je ne tenais pas encore le blog, et je suis arrivée à ma toute première dédicace donc, en face de Franck Thilliez que je venais de découvrir avec Le syndrôme E que j’avais dévoré et adoré, et là, toute intimidée et impressionnée, j’ai piqué un fard, mais je suis devenue vraiment écarlate quoi ! Et ma copine à côté qui n’en pouvait plus de rire…

Bon, sinon, il y a la façon dont on a lié connaissance avec Norek, avec les copines Athénaïs, Laurence et Chloé au SMEP de l’an dernier, mais on va dire que ce qui se passe au SMEP, reste au SMEP hein ! Ce sera pour une prochaine fois 😉

GVL : Un coup de gueule à lancer ?

CP : Avec Athénaïs on a créé un projet « Tous à la librairie » parce qu’on se rend compte que peu de gens vont encore à la librairie et préfèrent acheter sur internet ou dans de grandes enseignes, du coup les librairies ferment ou ont du mal à tenir, et ça nous énerve ! Parce qu’Amazon (pour ne citer que lui) ne te conseillera jamais aussi bien que ton libraire, mais bon, va faire comprendre ça…

GVL :  Décidément j’adore votre coup de gueule à Athénaïse et toi ! Bon sinon Celine C’est sur c’est ton dernier mot ?  !

CP : Lisez ! Achetez en librairie ! et venez au SMEP !

GVL : J’adore aussi ton dernier mot ! hihi  Et…Merci de t’être soumise à ce petit interrogatoire avec le sourire.

CP : Mais de rien, ça m’a fait plaisir, un peu impressionnée aussi, mais en tout cas c’était fun J

 

Ces Dames du noir 7 : Spécial Saint Maur en Poche : en tête à tête avec Athénaïs


Pour ce spécial Dame du polar, je reçois Athénaïs Boudignon du blog, Un bouquin dans la tasse.

Cette année Athénaïs et son blog seront associés au Salon de Saint Maur en Poche.

Aussi, je vous propose d’un peu mieux la connaître.

64+78674Geneviève : Bonjour Athénaïs, bienvenu dans « Ces dames du noir », je vais avoir le plaisir de te passer à la question. Tu es prête ?

AB :Bonjour Geneviève, je passe à la casserole et je suis totalement prête pour 😊

GVL : Ok va pour une cuisson rapide. Alors… Pourrais-tu te présenter brièvement.

Athénaïs  : 27 ans , vampire de labo ^^ , passionnée de lecture et d’une espèce de boisson où l’on mets des plantes dans de l’eau …

 GVL : Dis moi Athénaïs, d’où viens-tu ?

 AB : J’ai un peu bourlingué, née dans le 93 ( si si la famille t’as vu tu vois .. ) expat en Normandie puis en Picardie puis retour à mes origines , études à Paris et enfin parce que j’ai trouvé un binôme , 94 depuis quelques années.

 GVL :  Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial.

 AB : Un très grande place , ma mère est une grosse liseuse , j’ai dû dire livre avant maman comme premier mot et puis elle côtoie ce monde puisqu’elle anime une petite émission littéraire à la radio depuis quasi 30 ans et dont je suis la Djette depuis presque 2 ans , j’ai donc pu voir passer quelques auteurs et quelques livres ..

Je suis la femme de l’ombre ^^

 GVL : Comment appréhendait-on le livre chez toi ?

 AB :Le livre c’est un moyen d’évasion mais aussi de culture, je me suis maintes et maintes fois fait rouspéter car je ne lisais que tel ou tel type de livre, il faut de tout pour faire un monde .. J’ai vite tourné autour du livre policier, chair de poule en premier puis Agatha Christie etc etc …

Parfois, on se posait, pendant plusieurs heures et c’était l’heure de lire.

 GVL : Qu’elle a été ta formation ?

 AB : Scientifique ! Je me suis un peu viandée au lycée et du coup je n’ai pas eu vraiment le choix, j’ai été là où on m’acceptais..

 J’ai eu une période où je voulais être prof maiiis j’étais trop mauvaise !

 GVL : Ton boulot, vocation ou bien ?

 AB : Comme dis plus haut , je ne dirais pas que c’est une vocation mais ça me plais bien quand même , j’ai changé 4 fois de travail en 8 ans et je suis au final bien là où je suis , j’apprends vite et j’ai besoin de mouvement , être technicienne de labo , c’est ça, on voit passer pas mal de monde et on bouge beaucoup , maintenant , je ne suis pas devin et qui sait si je ne vais pas me reconvertir un jour !

 13396858_10153978900793277_17829078_oGVL :  Pourquoi le polar ?

AB : Je pense que ça date du collège ma prof de français nous avais fait lire « la nuit du renard » et j’avais beaucoup accroché jusqu’à lire tard dans la nuit sans lâcher les pages.

J’adore cet univers qui peut être sombre, haletant , puissant .. Je ne retrouve jamais ou presque ces émotions dans un autre style .. C’est l’adrénaline qui me fait vibrer !

 GVL :  Tu lis tous les jours des polars ?

 AB : Avant d’être blogueuse oui, je ne me dirigeais que sur ça, avec le saint Maur en poche , j’ai dévié vers d’autres styles , en y revenant toujours au final et puis avec le blog , j’essaye de varier mais très très rarement , au final je suis mordue de polar ( clin d’œil à un groupe Facebook qui est le mal pour le portefeuille )

 GVL :  Combien par semaine, par moi, par ans.

 Quand j’ai vraiment le temps, 2 par semaines en fonction de la taille du bouquin … Par mois 4 à 6 et par an pfff en fonction de ma forme de la taille , des vacances entre 30 et 50 peut être !

Je ne suis pas une compteuse, je lis en fonction de mes envies du moment !

Cette année j’ai eu un passage à vide de quasi 1 mois.. Mais ça se soigne !

cropped-image-e1431171925295GVL Athénaïs…Lis-tu en numérique ou préfère-tu le livre papier ?

AB : Pas de liseuse !!!

J’ai besoin du contact du papier, du plaisir de tourner les pages, de corner les coins comme un monstre, de le fourrer au fond de mon sac, de savoir que ma drogue est la perdue au milieu de mes papiers de bonbons et tickets de caisse !

Et puis, lors de rencontre avec les auteurs, va montrer ta tablette pour la dédicace !

Le livre papier c’est comme un précieux !

GVL : Mais alors, comment t’es venu l’idée de créer un blog ?

Il y a je dirais 3/4 ans, pour suivre la mode, je me suis foutue sur Instagram ..

J’ai laissé ça à l’abandon, jusqu’à deux ans en arrière ou j’ai repris mon activité de postage et suivi à au rythme, j’ai rencontré virtuellement Lucie, du blog Lucie love live with books, avec qui j’ai eu un coup de foudre…

13383915_10153978900723277_1037192304_oJ’avais trois jours de repos, sur un coup de tête j’ai pris le train pour aller la rencontrer.. Ce fut l’une des premières rencontres Instagram, de celles qui m’ont fait dire que finalement, il restait des gens biens, qui m’ont fait reprendre confiance en moi et il y en a eu pas mal derrière, dont Celine et les Norekettes un petit mois plus tard lors du SMEP .. Du bonheur pur !

Bref, après de nombreuses discussions, elle m’a aidé à trouver le nom du blog , qui mêlait mes deux passions et c’était parti.

GVL : Dis moi tu peux me parler des Norekettes, c’est des fans d’Olivier Norek ?

AB C’est un délire avec Celine moi Laurence et Chloé ( les reliques du lecteur sur YouTube ) on s’est rencontré l’année dernière au saint Maur et elles ont fait des blagues à Norek et on s’est retrouvées devant son stand du coup on s’est appelées comme ça mais c’est surtout un ENORME délire

GVL : Il faut dire qu’il est beau gosse !

AB : Tout à fait 😊 je l’ai pas mal revu après il est hyper sympa et accessible !

GVL : Quel est le but de ton blog ?

13393048_10153978900843277_2133328467_n AB : Je ne sais pas si je puis dire qu’il y a un but !

Je goûte des thés, je lis des livres, j’en partage donc mon avis pour que mes lecteurs puissent s’en servir pour leurs propres dégustations ou lectures.

Je garde toujours ma ligne de conduite, si je n’aime pas je le dis, même si ça ne plait pas à la marque, à l’auteur ou même à la généralité !

Je reste naturelle au possible notamment dans mes vidéos, j’essaye d’être la pote avec qui on pourrait avoir une discussion autour d’une tasse..

Je n’ai pas envie de devenir la « blogueuse » qui se force à faire ci à dire ça..

Le voilà le but du blog, être entre amis, comme à la maison, autour d’une tasse ou d’un livre.

GVL : Comment prépares-tu un article pour ton blog ?

 AB : Honnêtement ? A l’arrache !

Le mythe est tombé !

Il est rare que je fasse des brouillons, quand je veux écrire, je prends mon ordi ou mon téléphone et j’y vais..

C’est sur l’instant, au moment d’une tasse de thé, à la fin d’une lecture, bim !

Je sais que tel ou tel thé / livre va être sur le blog mais je ne sais jamais quand l’inspiration va venir et parfois elle ne vient pas ^^

J’écris comme je parle et parfois c’est hasardeux, alors je me relis pas mal pour ne pas être lourde mais en général, le premier jet est le bon, sur les 150 articles et quelques j’ai écrit, il n’y en a que 2 qui sont partis à la poubelle !

 GVL : Que pense-tu de l’évolution du roman noir / policier et thrillers en ce moment ?

 AB : J’ai trouvé que ces dernières années, les auteurs de noir / policier sont plus mis en avant, par les salons, les interventions etc. , c’est très bien !

Et il y a de plus en plus de bombes !

 GVL : Peux-tu ne citer ton écrivain préféré et cinq romans que tu nous conseillerais ?

 AB : Ça c’est trop dur !

Mr Thilliez je dirais en premier maiiiis ces dernières années avec le SMEP j’ai découvert les Camug , Norek , Carissi etc etc

AB (2)AB(1) ABjpg

Cinq livres , idem , c’est une torture !

Récemment , j’ai lu la vague qui est d’utilité publique même si pas dans le style noir ! Sinon, Territoires de Norek , Vertiges de Thilliez , hum ..

Hématomes de Mayeras , hors noir , il y a On ne va pas se raconter d’histoires de David Thomas et enfin pourquoi pas le silence de Richemont mais il y en a beaucoup d’autres !

 GVL : As-tu participé à des concours, des prix ; à organisation d’un salon, à des émissions radio, TV… autour du polar ? As-tu étais jurée ? Si oui pour qui, pour quel prix ? Quel média ?…et pourquoi ?

 AB : Je ne suis qu’une bébé blogueuse puisqu’il n’a qu’un peu plus d’un an ..

Donc pour l’instant rien de tout ça !

Cette année, j’en suis pour le SMEP, c’est un gros défi et nouveauté pour moi, une grosse pression mais c’est hyper cool!

GVL : Tu en es pour SMEP, c’est-à-dire ?

AB&&&AB&&Cette année je suis VIP , c’est à dire que j’aurais accès au côté obscur de la force ^^ Du coup , coin VIP , repas avec les auteurs mais surtout interview pour les débogueurs de Valentin Musso et Nicolas Lebel

 

GVL : Comment es-tu devenue VIP ?

Céline l’était l’année dernière et comme je suis adepte de la griffe noire , du SMEP et accessoirement blogueuse , j’ai tenté le coup 😊
Nous avons donc envoyé un mail à la griffe noire puis à Marie ( qui gère tout ça ) j’ai eu des échanges de mail et une longue conversation avec elle pour cerner un peu ce que je voulais etc et puis au final c’était fait et elle m’a proposé les plateaux , j’ai d’abord hésité puis comme je serais avec Celine et que ça n’arrive pas tout les jours , j’ai finalement dis oui !

GVL Mais c’est qui cette Céline ? (rire)

6767674Céline c’est Linie Book addict sur YouTube et de Book à oreilles version blog 😊

La vidéo de présentation de SMEP Ici

Les interview nous les ferons à deux. Ce qui permettras d’avoir deux points de vue et surtout de rebondir si l’une ou l’autre faibli
Pour l’instant nous n’avons as encore notre plan d’attaque 😊

GVL : Athénaïs, dis moi, comment avez vous choisi les auteurs qui allaient passer à la question ?

Marie&&nAB : C’est Marie qui nous a proposé une liste d’auteurs nous nous sommes orientés sur des auteurs que nous aimions et qui avaient un point commun , Céline et moi.

GVL : Marie c’est Marie Hudelot Verdel, la grande ordonnatrice du salon de Saint Maur en Poche.

Pour en savoir plus sur Marie c’est ICI

GVL : Dis moi Athénaïs, tu as participer à combien de SMEP ?

 Si je ne trompe pas c’est le sixième cette année

 Ahaha peur ?

 GVL : hum, hum !!! Mais encore …

AB  : C’est une grande responsabilité et en même temps, une consécration.

Le travail que j’ai fourni pour le blog est pas si pourri que ça puisque l’on me fait confiance pour les plateaux

Et puis cela me permettras de voir ça d’un autre œil 😊 c’est ma bulle de bonheur le SMEP chaque année donc c’est géant

 Athénaïs…Une anecdote à nous raconter ?

 AB :Toujours autour du SMEP , à ma première ou deuxième année , j’habite tout à côté donc j’y vais à pied et je croise des gens perdus qui cherchais le salon donc je leur indique et je me dirige avec eux au salon , je parle un peu plus avec une nana qui me demande pourquoi j’y vais etc je lui dis parce que cette année il y a Viviane Moore et que j’ai adoré son bouquin ado que je suis trop contente de la voir etc et elle me regarde en me disant mais c’est moi Viviane Moore … Je suis restée sur le cul !

 GVL : Un coup de gueule à lancer ?

Oui !!!

 Nous avons un projet avec mon amie Céline qui s’appelle « tous à la librairie » parce que nous nous sommes rendues compte que les gens ne vont plus à la librairie du tout.. Et les librairies ferment.. Et ça m’énerve !

13346763_10154220309530682_6828003235343808586_n (1)GVL : Bravo , j’aime ce coup de gueule ! Je m’y associe même. Et je rajouterais même que c’est pareil en bibliothèque !

Merci Athénaïse de t’être soumise à ce petit interrogatoire avec le sourire.

AB :Non merci à toi Geneviève.  C’était avec grand plaisir même si ça m’a impressionnée grandement !

Le Petit Plus :

Ces dames du noir 6 spéciale Saint Maur en poche : En tête à tête avec Marie Hudelot Verdel


« Ces dames du noir » sont aujourd’hui un peu spéciales.

En effet j’ai eu la chance de dialoguer avec

Marie Hudelot Verdel.

Elle est la coordinatrice générale du Festival International du livre en format poche de Saint Maur.

C’est Marie, la grande ordonnatrice de ce salon atypique. Et je vais tenter de lui faire dévoiler ses secrets de fabrication.

+7648

Geneviève : Bonjour Marie. Pourrais-tu te présenter brièvement ? Ou pas !

 Marie  : Je suis la fille en robe bariolée (pour qu’on la repère facilement), qui court partout pendant les deux jours de St-Maur en poche… Et que Jean appelle d’un bout à l’autre du salon en criant : « Mariiiiie ! »

 GVL : Je me fais curieuse mais… D’où viens-tu ?

MHV  : Je viens du monde de l’audiovisuel. J’ai rencontré Jean-Edgar Casel et Gérard Collard, les libraires de la Griffe Noire, quand ils ont mis en place leur site internet vidéo.

GVL : Tu peux développer ?

MHV : En fait, avant. Je connaissais Gérard car avec mon ami Fred, nous avons produit 2 pilotes d’émissions de TV avec lui (jamais diffusés en dehors de youtube). Au départ je le connaissais amicalement juste pour ça. Ensuite, on lui a parlé d’améliorer le site internet de la Griffe Noire à l’automne 2008. Ils ont accepté et m’ont embauchée comme prestataire indépendante pour m’en occuper et le lancer. Quelques mois plus tard ils m’ont parlé du salon et on a mené les deux de front. Maintenant, je ne m’occupe plus que du salon. Fred réalise toutes les vidéos de Griffe Noire.  Nous avons rêvé de produire une émission avec Gérard, mais le monde de la TV… bref !

+77867431En fait…Un jour de février, ils sont arrivés ( Jean et Gérard) d’une réunion avec le maire, très enthousiastes, me disant qu’ils allaient organiser un salon du livre de poche au mois de juin. Comme ça. Comme si c’était facile et évident à mettre en place en quatre mois (J’ai pensé qu’ils étaient inconscients ou qu’ils me faisaient une blague). Ils m’ont proposés de « leur filer un coup de main… » J’ai dit « oui » par curiosité. L’aventure a démarré sans que nous ayons la moindre idée de ce qui allait suivre !

GVL :Peux tu me dire quelle place avait la lecture dans ton milieu familial.

MHV : Mon grand père m’offrait de très beaux livres qui m’émerveillaient quand j’étais petite. Je les ai toujours. C’est surtout ma grande sœur qui lisait beaucoup et m’a fait découvrir son univers littéraire de SF et de Fantasy à l’adolescence. Elle m’a mis le pied à l’étrier (Avec les dames du lac de Marion Zimmer Bradley) et ensuite j’ai découvert le mien. Surtout les essais, les biographies, les livres sur le cinéma et les romans classiques et romantiques anglais.

GVL : Les dames du lac, j’ai adoré, hihi

MHV : Gérard m’a redonné le goût des romans contemporains. Son enthousiasme est communicatif, comme vous savez. Je n’ai pas été épargnée.

GVL : Rassures toi moi non plus, d’autant que je fréquente la Griffe Noire depuis 20 ans
Marie,peux-tu me raconter comment appréhendait-on le livre chez toi ?

MHV : Comme une obligation scolaire…  j’en ai eu longtemps la phobie, préférant les images. Ma mère avait surtout des livres sur l’art que j’aimais regarder pour y découvrir des œuvres picturales. Oui-oui, le mystère de l’île verte et l’étalon noir m’ont quand même procuré des émois littéraires forts qui sont restés. Je me suis achetée mes premiers livres avec mon argent de poche vers 17 ans. Toute la collection des Colette.

 GVL : Tiens 17 ans c’est aussi l’âge de mes premiers émois littéraires.  (Rire). Bon, plus sérieusement…Qu’elle a été ta formation ?

MHV : Une maîtrise d’audiovisuelle… Ça ne sert à rien, mais ça fait chic !

Un diplôme d’oenologie qui ne me sert à rien non plus, mais fait chic également.

Je suis curieuse et j’apprends très vite, c’est le meilleur moyen de se former.

 GVL : Encore un point commun, l’oenologie… Sinon :  Ton boulot, vocation ou bien ?

7+784

MHV : Dans le cas de St Maur en poche, vocation inattendue. Bien que nous ayons tous cru mourir d’épuisement la première année, nous avons eu envie de renouveler dès le dimanche soir. A la fin de chaque édition, nous sommes portés par une telle vague d’adrénaline que nous y replongeons avec délice en imaginant tout de suite comment sera la prochaine.

 J’ai ce luxe rare de ne pas avoir l’impression de travailler (je ne dis pas que c’est  simple, facile et qu’il n’y a pas de terribles prises de têtes). J’ai plutôt le sentiment d’avoir une mission passionnante et complexe, un défi renouvelé et enrichissant, chaque année plus intense. C’est très stimulant. Pas du boulot, juste de la passion.

 GVL :   La passion c’est ce qui nous anime et ce qui nous pousse à nous surpasser. Et là j’avoue que tu fais fort avec SMEP.  Mais au fait ta relation, toi, avec le livre ?

 MHV : Oh merci, c’est notre récompense! (rire)

Je manque de temps pour lire, alors je choisis bien et puis parfois je ne choisis pas. Je rencontre des auteurs, sympathise, lis ce qu’ils écrivent, écoute Gérard qui me donne envie également, etc… Je triche aussi en écoutant des livres en voiture, généralement des auteurs qui marchent très bien. J’y fais de très belles découvertes aussi de cette manière.

 GVL : Moi aussi je triche, j’écoute des livres en écrivant mes chroniques, histoire de ne pas perdre de temps. En voiture aussi. Mais chut, c’est mon secret pour découvrir plus d’auteurs !
Dis moi, tu lis tous les jours?

 MHV :   Non.

GVL :  Bon ben ça c’est clair, lol ! Alors…   Combien par semaine, par moi, par ans?

MHV : Dès que je peux, c’est aléatoire. Ça dépend de mon envie, du livre, de ma disponibilité et… de la qualité des séries TV du moment (aussi, désolée).

GVL : Rhaaa les séries, ne soit pas désolée, j’y goûte aussi. Et oui c’est chronophage. Là tout de suite, peux-tu nous raconter ce que tu fais aujourd’hui ?

MHV : Ce jour ?

GVL : oui !

MHV : Eh bien j’ai bossé sur le « plan de table » ou comment faire tenir 217 auteurs, 176 le samedi et 169 le dimanche dans l’espace du marché de la place des Marronniers de St Maur où le salon s’installe pour la première fois.

Je me suis (un peu) cassée la tête avec le programme des deux cafés littéraires (un ne suffisait plus), « le Griffe Noire Café » et « Les déblogueurs cafés », pour essayer de caser tout le monde, auteurs et animateurs, sachant qu’un nouvel auteur « incontournable » vient de s’annoncer hier soir… et qu’elle doit passer sur scène (parce que c’est la meilleure vente de poche de l’année…) et que je n’ai plus de créneau de disponible. Il en reste encore un plus incontournable dont la confirmation arrivera lundi… Que des imprévus à gérer, pire que le Tétris.

79744

Il y a aussi le programme des animations jeunesse à compiler, la communication qui s’active. Heureusement, on est relayé par les équipes de la mairie qui sont super et qui nous accompagnent beaucoup à cause de la nouvelle configuration du lieu et de la croissance exponentielle du festival ! (On a juste 50 auteurs de plus que l’année dernière…)

GVL : Ah oui quand même !

MHV : J’ai aussi réfléchi à la déco des espaces d’animations avec l’équipe audiovisuelle, couleur des moquettes, objets, choix des sièges…

Fais envoyer les livres aux interprètes… Il faut aussi traiter les invitations de la soirée d’inauguration, répondre à 40 mails,  lire tous ceux pour lesquels je suis en copie,  répondre à 10 appels et relayer les articles Facebook des blogueurs sur notre page…

Je continue ?

GVL : Heuuuuu oui , de nouveau auteur encore et encore, je n’ose pas te demander qui est cette auteure incontournable ? Et cet autre qui doit encore donner sa réponse ?

MHV : C’est Aurélie Valognes, l’une des meilleures ventes poche de l’année, un coup de coeur de Gérard. Mais bon, entre temps, nous avons eu aussi la possibilité de recevoir Anna McPartlin qui viendra d’Irlande juste pour nous alors on a dit oui.

Même si son livre n’est pas encore en poche, il a tellement touché le public que beaucoup de personnes seront heureuse de venir la rencontrer.

 La réponse de lundi prochain c’est Marc Lavoine.

 Voilà pour les dernières news. Allez j’y retourne !

 GVL : Non, non, Marie ! Avant explique-nous comment tu es devenue la grande ordinatrice du Salon Saint Maur en Poche ? (SMEP)

MHV : Dans une autre vie, j’ai été restauratrice. J’organisais des mariages jusqu’à 120 personnes…  Interdit de se louper… Avec les mères sur le dos qui vous mettent une pression épouvantable, car c’est quand même « le plus beau jour de la vie de leur enfant chéri », on apprends à gérer le stress. J’ai découvert que dans les périodes intenses, je reste très zen et arrive à trouver des solutions à tout ce qui se présente (si tant est que tout le monde y mette de la bonne volonté).

GVL : Ah oui, pression maximun !!!

MHV : Ensuite, je suis devenue directrice de production audiovisuelle et là, je gérais des tournages. Alors la répartition des rôles à St Maur s’est imposée d’elle-même, sans que nous en parlions réellement.

13335694_476703139184903_411253117276393142_nL’équipe des libraires gère tout ce qui a trait à la ligne éditoriale, aux livres et aux auteurs (à l’affichage aussi, fait main !), mais on a tous le droit de faire des suggestions et je m’occupe de coordonner le reste :  Les relations avec les équipes de la mairie (Culture, communication et animations), avec les maisons d’éditions grâce à la complicité incontournable des attachées de presses, avec l’équipe audiovisuelle qui réalise la captation (qui permet de tout mettre sur Youtube ensuite) et avec les partenaires de l’évènement (le Rablog, le Café des enfants quand il était là, les magazines, la LDH…)

GVL : La LDH ?

MDV : La Ligue des droits de l’homme, présente chaque année sur le salon avec des auteurs.

GVL : Mais oui que je suis bête ! Pardon je t’ai coupée. Reprenons !

MDV : Ce que j’aime, c’est que nous travaillons de manière très ouverte et en confiance avec l’équipe, nous échangeons beaucoup et acceptons d’essayer les nouvelles idées. Parfois ça marche et d’autres fois moins, mais au moins, on a essayé. Par exemple, quand quelqu’un a suggéré d’ouvrir les animations des café littéraires aux blogueurs. C’était un pari, on a décidé de le tenter et aujourd’hui on est ravi. Enfin… jusqu’à présent ! (je blague pour mettre un peu plus la pression à Athénaïs et Linie qui font leur première expérience avec deux auteurs emblématiques de St-Maur en poche cette année)

GVL  Mais dis-moi, quel est ce lien avec ma librairie, La Griffe noire.

LUC_9545-300x200

MHV : La Griffe Noire est à l’origine du projet, sans Jean et Gérard le festival ne pourrait être ce qu’il est devenu : un incontournable rendez-vous de passionnés de lecture. Ils ont la confiance des éditeurs, des auteurs et du public. Cela créé cette atmosphère unique et propre à St-Maur en poche qu’il faut avoir vécu au moins une fois dans sa vie, et même plusieurs dit-on.

GVL : Tu n’as jamais été libraire à la Griffe Noire ?

MHV : Non, je ne suis pas non plus une employée de la Griffe Noire, mais une collaboratrice indépendante. C’est important pour moi d’avoir ce statut.

GVL : Peux-tu me parler de la somme de travail que représente la préparation d’un tel salon.

 MHV : Monstrueux ! Et pas seulement pour moi, mais pour toute l’équipe. Chaque année on se demande si on va y arriver, si ce n’est pas une folie, si, si, si … et puis le miracle se produit après une période de travail très très intense et on prends une énorme dose d’euphorie communicative durant ces deux jours qui  nous récompense de l’enfer vécu durant les mois précédents. Tout est oublié et on recommence.

GVL : Petite question perfide. Aimes tu le polar ?

MHV : Je commence à aimer. Je n’en avais jamais lu avant St-Maur en poche en tout cas.

GVL : En lis-tu ?

MHV : Lors des premières éditions, j’ai sympathisé avec des auteures de polar, Ingrid Desjours en particulier. Elle est adorable, toute mignonne, alors… j’ai lu Echo. Traumatisée. Hantée par ce que j’avais imaginée des scènes du livre et une sensation de terreur pendant au moins une semaine ! Du grand art en tout cas. L’histoire vous happe et  vous rend (vicieusement) addict, vous secoue dans tous les sens… de vraies montagnes russes émotionnelles. Ce jour là, j’ai compris pourquoi on peut aimer le polar (si on a le coeur bien accroché) et… que je suis une petite nature facilement traumatisable (en fait, dès que ça touche les enfants).

 

127785241747++

GVL : En fait tu es une petite nature ! (Rire)

MHV : Donc maintenant je me méfie. J’apprécie beaucoup Maud Tabachnick et pourtant je n’ose toujours pas lire le cinquième jour, je ne lirai pas non plus Hématome tout de suite, même si j’ai adoré le style brillant de Maud Mayeras dans Reflex. J’ai lu (et aimé) certains « Camug » mais n’ose pas commencer leurs trilogies… Je m’endurcis petit à petit et en lis de plus en plus, par curiosité avant tout et aussi un peu par goût maintenant. (Carrisi, Watson, Thilliez…) J’y viens quoi !

Heureusement, quand je lis Nadine Monfils, je n’ai pas de crainte de ce genre, mais j’adore ça aussi.

GVL : Le polar historique, non jamais ? Tu n’en lis point ? Michèle Barrière, Frédéric Lenormand  pour ne citer qu’eux ?

 MHV : Oui tu as raison, j’ai découvert Michèle Barrière au salon et je l’ai adoré, on est devenue de super copines et d’ailleurs, j’ai des projets autour de sa collection Savoisy, mais comme elle le précise, elle fait du « roman noir » pas du polar car à l’époque de la majorité de ses ouvrages la police n’existait pas.

Je n’ai lu qu’un seul livre de Frédérique pour l’instant, le seul qui n’a pas trouvé d’éditeur… et que j’ai véritablement adoré. J’ai hâte de découvrir sa collection avec Voltaire et en ce moment j’écoute un livre de Jean François Parrot. Donc oui j’en lis.

 GVL : Tes auteurs préférés, tes auteurs du moment ?

 MHV : Histoire de me contredire un peu (sur le fait que je ne suis pas accro au polar), je dirais Olivier Norek évidemment… Je ne vous dis pas pourquoi, lisez-le et venez le rencontrer à St-Maur, alors vous comprendrez.

 GVL : Je vois bien ce que tu veux dire. 😉

745

MHV : Actuellement, je termine la lecture du Tendre baiser du Tyrannosaure d’Agnès Abécassis, car elle a été sélectionnée pour le prix du public. C’est une très belle découverte. Ensuite je vais lire les livres d’Anne Laure Bondoux et Valérie Tong Cuong, les autres candidates. Je me régale d’avance vu ce que les libraires m’ont dit de cette sélection.

 Dans les auteurs présents cette année et que j’adore il y a évidemment  Susan Fletcher, Angélique Barberat… Et aussi parce que je suis une maman, Gérard Moncomble (Thérèse Miaou), Heinrich & Jolibois (les ptites poules) et Marianne Barcilon dont je suis totalement fan des illustrations.

 GVL : Avec tout cela, cinq romans que vous nous conseillez ?

 MHV : Demande, demandez tous à Gérard et Marina (Carrère d’Encausse) ce sont eux les spécialistes du polar. (rire)

 GVL : Jean aussi adore notre genre de prédilection, héhé !

 MHV , Par contre, si vous voulez savoir quel est le livre britannique préféré des auteurs invités, allez sur enpoche.org car beaucoup d’entre eux ont répondu à cette question sur leur page personnelle. Certaines réponses sont argumentées, c’est passionnant.

GVL: Moi je file voir ça, vous je sais pas ?Enfin je file voir dès qu’on n’a fini notre papotage cher Marie. Alors…Comment vois-tu l’avenir en général ?

 MHV : Politiquement et écologiquement sombre. Humainement, de plus en plus intéressant vue la prise de conscience actuelle (mais je m’égare…)

 GVL : Et… L’avenir du livre en particulier ?

 MHV : Eternel. N’est-il pas le meilleur moyen de lutter contre l’ignorance et de rêver ? Deux aspects de la vie essentiels à l’heure actuelle, non ?

GVL : Ta position par rapport au numérique ?

MHV :  Je l’utilise occasionnellement. Quand j’ai une envie irrépressible et immédiate d’avoir un livre dans la minute et pour certaines lectures dont je ne peux laisser traîner les ouvrages dans la maison (la littérature érotique pour être plus précise).

 GVL : hum hummmm ! (perplexe)

MHV : Mais ce n’est vraiment pas comparable avec la version papier. Rien à voir. Je le considère comme un outil pratique (ou discret), mais c’est tout.

GVL : Bon je ne vais pas te retenir plus longtemps. Tu as du taf encore ! Mais as-tu une anecdote à nous raconter

 MHV : Une année, en plein St-Maur, je vois arriver mon assistante toute embêtée, qui me dit qu’elle ne sait pas ou est la place d’un auteur qui l’accompagne. Je reconnais l’homme, c’est David Abiker, journaliste TV assez connu. Ce dont je suis sûr à cet instant, c’est qu’il n’est pas sur la liste de mes invités (que je connais évidemment par coeur). « Heu… » je reste bouche bé et agite les bras pendant que je cherche intérieurement l’erreur… il me dit que son éditrice lui a dit de venir aujourd’hui au salon. Ah ! (A cet instant je ne sais même pas ce qu’il a écrit) Je lui demande donc quelques précisions sur ce qu’elle lui a dit, n’ayant pas été en contact avec quelqu’un de chez Robert Laffont. Il semble ennuyé et prêt à rentrer chez lui.

 N’ayant aucune autre option, je joue l’honnêteté, lui dis que je ne suis pas au courant (soulignant le côté comique de la situation) et lui demande le titre de son dernier livre. Il me répond : Zizi the kid. La couverture du livre me saute aux yeux.

– Eh bien, vous ne serez pas venu pour rien alors, car j’en ai vu un présentoir plein à la Griffe Noire.

– Ouiiii, Gérard en a parlé à la TV et a fait une super chronique… Mais ça semble compliqué pour que je signe maintenant non ?

– Oh non, on va arranger ça, ne vous inquiétez pas (sourire d’hôtesse de l’air).

Je commence à avoir une petite idée de ce qui se passe. J’attrape un libraire qui passe par là et l’envoi chercher immédiatement tous les livres. David et moi partons à la recherche de Gérard (histoire de vérifier ma piste).

– Ah bon ? Je ne te l’ai pas dis ? Je croyais… C’est pas un souci, on va l’installer là, tiens regarde, il y a de la place !

– …

Deux heures plus tard, David vient me saluer avant de partir. Il a vendu tous ses exemplaires, a passé un super moment et nous remercie avant de disparaître dans un taxi le sourire aux lèvres. Ouf !

C’est ça aussi St-Maur en poche.

 GVL : Rhoooo quelle réactivité. ça c’est Marie pour Saint Maur en Poche.

Bien sinon tu as un coup de gueule à lancer ? +4+55++=

MHV : Cabu, Charb, Honoré, Tignous… vous nous manquez ! Ce n’est plus pareil sans vous.

 GVL : Après ça, j’ose plus te demander si… C’est ton dernier mot ?

 MHV : Oui

 GVL Donc ! Rien à rajouter ?

 MHV : J’y retourne. On se voit le 18 juin ? En plus de ma robe colorée j’aurai un chapeau cette année, parce qu’en présence de la reine d’Angleterre c’est recommandé non ?  Et vous, vous avez déjà  trouvé le vôtre ?

GVL: J’hésite encore, on verra le moment venu, mais peut-être prendre le contre pied !

Un énorme merci,  Marie, pour ce petit moment partager avec nous. Je sais ton temps compté et je te rends à SMEP. Fais nous rêver une nouvelle fois !

Oups… Marie s’est déjà éclipsée….

Saint Maur en Poche, ça approche (1) ! Youpiiiiiiiii


saint-maur-en-poche-2016-2

Le 8e Salon international du livre au format poche va ouvrir dans un mois ses portes. Ce sera les 18 et 19 juin prochain. Et croyez-moi ça va être encore un sacré moment de partage, d’échange et de bonheur.

Ce Salon est communément appelé par ses sympathisants, et ils sont de plus en plus nombreux, Saint Maur en poche ou mieux SMEP.

En effet …

Le temps d’un week-end estival, plus de 200 auteurs ont rendez-vous à Saint- Maur pour rencontrer leurs lecteurs. Le temps d’un week-end Saint Maur en poche transforme la place des Marronniers en véritable marché aux livres.

Co-organisée par la Ville et ma librairie La Griffe noire, cette manifestation originale se veut le rassemblement gratuit, populaire et festif des lecteurs et des écrivains

save-the-dateDepuis 8 années, Saint-Maur en Poche est imaginé autour d’une idée simple : exciter l’imaginaire des lecteurs, permettre la rencontre avec les auteurs et renouveler le plaisir de la lecture. . On retrouve d’ailleurs dans la manifestation l’esprit foisonnant, singulier, libre  et bigarré de ma librairie et de ses nombreux libraires.

Comme moi, ils aiment mettre en avant de nouvelles plumes, ils aiment sortir des sentiers battus. Ils sont des passeurs de curiosité, des prescripteurs de lectures. Nous partageons ce goûts de la littérature populaire, des littératures policières aussi et celles de l’imaginaire.

SAINT MAUR EN POCHE C’EST UNE INVITATION À LA DÉCOUVERTE… ‡

Et cette année, nous allons aussi découvrir un nouveau lieu. Du parvis de Saint Maur Créteil nous allons passer à la place des marronniers. J’étais très attaché à ce parvis, forcément il est à moins de 10 minute de chez moi. cette année je vais devoir faire une station de RER en plus. Je vais sans doute y arriver ! « lol » Et, c’est sans doute un mal pour un bien car si la place des marronniers est à  une centaines de mètres de la gare du RER Le Parc Saint-et, elle est  plus ombragée et surtout  le festival gagne ainsi plus de 800 m² d’implantation.

affiche-SMEP-2016

Elle claque cette affiche avec Elizabeth à l’honneur. En même temps » 90 ans » oblige !

Alors pour 2016 c’est 216 auteurs. Oui, oui, la griffe noire aime les chiffres ronds. C’est pas moi qui le dit c’est Marie Hudelot Verdet, la grande ordonnatrice de ce fabuleux salon….

A oui, j’allais oublier, 2016 c’est l’année britannique et anglo-saxonne.

Et Les écrivains de langue anglaise seront à l’honneur !

,Mais ne vous inquiétez pas la littérature française, elle aussi sera de la partie.

Allez je vous retrouve bientôt pour vous parlez des auteurs invités 🙂

 

Pour vous donner un aperçu de l’ambiance voici mes compte-rendus de la 5e édition : ICI Saint Maur en poche 2013 et Là Saint Maur en Poche 2013, Opus 2