Le dernier sycomore de Laurent Rivière

Le dernier sycomore de Laurent Rivière paru le 3 novembre 2021 aux éditions du Toucan Noir ; 14€90 ; 272 pages ; 14cm x 20cm.
4ème de couverture
Radié du commissariat de Nevers en raison de litiges avec sa hiérarchie, l’ex-lieutenant de Police Franck Bostik s’est réfugié à Vauzelles, la Cité-Jardin cheminote de son enfance. Retrouvant là-bas son cousin, un militant collectionneur de tracts syndicaux et dernier mohican à n’avoir pas vendu la peau de l’URSS, Bostik tente de se refaire le moral dans un décor ouvrier qui lui est familier : quatre-cents pavillons identiques au coeur de rues tracées à l’équerre et bordées d’arbres aux essences rares.
Pour passer le temps, Bostik et le Couz’ se sont mis au défi de résoudre une énigme locale : retrouver les individus qui dérobent la tête de la statue de l’Aviatrice, un monument mystérieusement saccagé depuis 1943. Mais Bostik devra vite changer de braquet le jour où la mort surgit brutalement dans sa petite enquête, en apparence anodine.
Quels secrets de famille lui a-t-on caché au cours de ces quinze dernières années ? Le crime a-t-il un lien avec l’histoire de la statue décapitée ? Dans la cité-jardin, les avenues de sycomores lui paraissent tout à coup bien plus inquiétantes que dans son enfance.
L’auteur : Laurent Rivière vit et travaille à Nevers. Il a publié des précédents romans qui mettent déjà en scène Franck Bostik, dont La diagonale du loup, prix du polar en Nivernais (2019).

 

 

 

 

 

Extrait  : 
     « C’est une alerte de messagerie sur l’ordi du Couz’ qui m’a interrompu. Par curiosité, j’ai cliqué sur l’icône de WhatsApp qui venait de s’éclairer. C’était seulement un message publicitaire pour un renouvellement d’anti-virus, mais j’ai remarqué un nom, Lew-Chester. Griffin, dans la liste des contacts récents du Couz’ sur cette application. Le violon m’est tombé des mains. Lew Griffin, mon maître enquêteur de la Nouvelle-Orléans dont je n’avais aucune nouvelle depuis 2005 et le passage de l’ouragan Katrina, étais ! C’était fou. Je le croyais mort, emporté par le cyclone qui avait déjà détruit entièrement NOLA. « Lew ! » ai-je lâché à voix haute, incapable de cacher mon émotion et ma surprise. Quinze ans s’étaient écoulés sans qu’il ne me donne de ses nouvelles, alors qu’il semblait être en contact régulier le Couz ! Qu’est-ce qu’ils avaient manigancé tous les deux ? »

Les missives de Fanny H

Le dernier sycomore de Laurent Rivière

Quand il avait 8 ans et qu’il rentrait de l’école, Chicouine a fait une rencontre qui l’a marqué à tout jamais, celle de Lew, prononcé Lou.

Lew Griffin est un détective de la Nouvelle-Orléans, auteur et prof de fac, venu voir son grand-père pour une affaire familiale et le petit garçon fût fasciné par lui autant pour ses qualités, ses gros défauts et ses frasques qui en faisaient un sacré personnage.

Plus tard, il est devenu à son tour enquêteur mais dans la police. Pourtant, après presque vingt ans de bons et loyaux services, pour une seule erreur, Franck Bostik, alias le petit Chicouine, se fait virer de la police. Plusieurs mois après, il a toujours du mal à refaire surface et « squatte », avec autorisation, un ancien bâtiment et n’a ni portable, ni voiture.

Sa compagne, Lyly, a bien du mal à le comprendre et à le suivre dans ses idées. Il est donc de retour chez lui, dans la Cité jardin de la bonne dame de l’Orme à Vauzelles. Lieux où de nombreux arbres ont été ainsi plantés comme le tilleul et le sycomore.

Pour s’occuper, il va tenter de résoudre une affaire qui le préoccupe depuis très longtemps, ainsi que son cousin Mathieu Groseiller, rentier et gauchiste : la statue d’une aviatrice américaine, Miss Evelyn Frost, se fait décapiter tous les six mois depuis quarante ans, au bord de la nationale 7. C’est un monument placé sous le signe de l’amitié franco-américaine depuis les années 40.

Puis un jour, le Couz’ est retrouvé pendu. L’affaire est très vite bâclée. Hop ! Il s’est suicidé. Voilà, terminé, n’en parlons plus.

Franck est en colère. Il a perdu son meilleur ami, son frère. Cela ne se passera pas comme ça. Il le sait, lui, que Mathieu n’avait aucune raison de se suicider surtout sans avoir résolu l’affaire de la statue. Mais comment enquêter lorsque l’on ne fait plus partie de la machine judiciaire ? Tant pis si les autres le prenne pour un looser, il va alors demander de l’aide à Serge, un adjudant-chef de la brigade de recherche de Nevers, avec qui il a souvent travaillé. Il connait le professionnalisme de Franck et ses états de service, quinze ans à étudier des scènes de crimes.

Jeux, pari, trafic, voyage, femmes, Franck découvrira la double vie de son cousin. Etait-ce pour le protéger ? Oui mais alors de qui ? Il est vrai qu’ils s’étaient perdus de vue pendant longtemps quand il bossait dans le 93.

L’auteur prend le temps d’installer l’histoire, de nous présenter ses personnages atypiques, ainsi que les lieux.

Laurent Rivière a choisi une utilisation de langage courant, familier, ce qui donne à ce polar une dimension tout à fait différente par rapport à un polar plus classique et cela ne m’a pas du tout gêné dans ma lecture que j’ai ainsi trouvé originale, fluide et agréable.

On constate aisément que l’auteur est fort attaché à sa région. Le dernier sycomore est une histoire simple qui se déroule tranquillement et qui se lit bien, pas de crime affreux ou monstrueux, pas de serial killer. J’ai bien aimé l’écriture de cet auteur que je découvre.

L’auteur nous parle aussi longuement de ce que ressentent ses personnages, on se sent ainsi proche d’eux et on a l’impression de les connaitre. Je suis curieuse de découvrir les précédentes et prochaines enquêtes de Franck Bostik.

(Merci à Johanna de Beaumont des éditions du Toucan Noir)

Une réflexion sur “Le dernier sycomore de Laurent Rivière

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s