L’heure des fous de Nicolas Lebel

9782501083096,0-15267079782501094597,0-2068976Le livre : . L’heure des fous de Nicolas Lebel. Paru le 30 janvier 2013 chez Marabout, MaraBooks.19,90 € ;(379 p.) ; 23 x 15 cm

Paru en poche le 28 mai 2014 en Marabooks poche. 6,99 € ; (342 p.) ; 18 x 13 cm

4e de couv :

Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. «Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël», ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard…

Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité.

L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au coeur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

Extrait :
« Mehrlicht quitta la salle, laissant Dossantos et le capitaine Zelle prendre la suite. Il grognait. L’interrogatoire ne donnait rien. Dans le couloir, il dégaina son portable et composa le numéro de Carrel :
– Mehrlicht. Dis-moi, j’ai une faveur à te demander. Non, non. Rien de buccal. Je voulais savoir si tu peux passer voir Jacques tout à l’heure. Je suis coincé au turbin. Super ! Il y a autre chose. Tu peux lui dégoter une bouteille de Côte Rôtie ? C’est moi qui rince. Super. Salut … Allô; allô, Régis ? Ouaih, j’oubliais. Pour le couteau ,t’as du neuf ? Les RG ? Putain ! Tu peux m’envoyer une copie ? Non ! Un mars non plus. Dis-moi, il est temps que tu te retrouves une nana vivante, elles te suffisent plus, tes macchabs. OK. Je te rappelle. Tu embrasses Jacques pour moi. Salut. »

3751267304L’auteur : Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant. L’Heure des fous est son premier roman.  Il est né à Paris où il vit encore aujourd’hui.

Après quelques allers-retours aux quatre coins du globe, il revient à Paris où il tente depuis plusieurs années d’enseigner l’anglais aux Français. Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins : « Les Frères du serment », qui sort dans un silence prometteur.

Par ailleurs, soucieux de devenir le plus grand batteur de Métal de la planète avant sa mort, Nicolas Lebel apprend à dompter sa batterie depuis quatre ans sous les encouragements de ses voisins. Adepte de Côtes du Rhône et de Whisky Islay, l’auteur s’astreint à des dégustations régulières parce que rien de grand ne se fait sans rigueur et discipline. La photo et les sports de combat achèvent de remplir un emploi du temps saturé.

114895

Résumé et avis :

Le capitaine de police du XIIe arrondissement de Paris est envoyé sur les lieux du meurtre d’un SDF. De nombreuses zones d’ombre apparaissent alors. La victime, Marc Crémieux, était en fait un journaliste qui écrivait un article sur les sans-abris. L’enquête mènera le capitaine des bancs de la Sorbonne aux égouts de Paris.
Ce premier roman a beaucoup de choses pour plaire. Une intrigue simple qui se complique au fur et à mesure pour nous amener dans des ghettos parisiens mal connus et jusque dans les sous-sols de la capitale.                     Un auteur, enseignant de métier, qui manie parfaitement les éléments narratifs et nous offre une lecture très fluide.                                                           Et une très bonne idée : la sonnerie de portable égrainant des citations d’Audiard qui rajoute une note humoriste aux dialogues qui n’en manquent pas.

L’auteur nous dévoile une galerie de personnages bien campés et le lecteur entre vite dans la vie de ce petit commissariat de quartier du 12eme arrondissement.

Il nous donne à  voir l’est de la capital de façon différente.
C’est des quartiers que je connais bien, le bois de  de Vincennes est mon terrain de jeu. Mais « L’heures des fous » a su me surprendre.
Et la plume espiègle de l’auteur, son humour mordant mais subtil y sont sans doute pas non plus étrangers.

Un thriller à la française qui a tout pour ravir les amateurs du genre.

C’est une pure et vraie belle découverte de l’année 2013. Foncez si vous ne connaissez pas encore.

Extrait :
« Ses yeux étaient deux boules sombres que l’on aurait juré indépendantes l’une de l’autre, capables de lorgner l’une la grille de sudoku, l’autre ce qui se passait alentour. Nul n’aurait pu dire s’il avait une langue visqueuse, mais à l’instant où il quittait le bâtiment – ce qui se produisait toutes les demi-heures – on voyait poindre de sa gueule un mégot laiteux qu’il supait avec délectation, s’imbibant de sa teinte cireuse jusqu’au bout de ses doigts-ventouses. Au portrait s’ajoutaient des taches brunes qui ponctuaient chaotiquement son crâne fripé où vacillaient au vent du ventilateur les derniers lambeaux d’une chevelure défunte. »

Publicités

25 réflexions sur “L’heure des fous de Nicolas Lebel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s