American witches, Katia Campagne

le livre : American Witches, de Katia Campagne – Paru le 14 janvier 2020 chez Hugo poche – Prix Fyctia 2020 du meilleur suspense – 7.60 € . (397 pages) ; 11 x 17cm

4ème de couverture :

Le corps d’une femme est retrouvé sur un chemin de randonnée, à quelques kilomètres d’une bourgade américaine isolée. Démembrée, un parchemin enfoncé dans la gorge, la victime semble avoir fait l’objet d’une cérémonie macabre. Mise en scène ou rituel consacré ? La question se pose au cœur de Hinsdale, qui garde encore les traces des anciennes chasses aux sorcières.

Pour sa dernière enquête, Karl Rosenberg sait qu’il n’y coupera pas : il va devoir affronter des légendes qu’il aurait préféré ne pas réveiller, et l’aide de son successeur ne sera pas de trop pour démêler les croyances de la réalité. Car dans cette petite ville, où tout se sait mais où personne ne parle, les mythes ont toujours un fond de vérité.

Katia Campagne lie habilement passé et présent et interroge la nature de la sorcière actuelle : femme indépendante, femme de pouvoir ou femme féroce, autant d’aspects qui ont suscité la peur et la stigmatisation et qui prennent aujourd’hui un nouveau sens.

 

L’auteure : Maman à plein temps de 3 enfants, Katia Campagne a toujours eu une passion pour l’écriture.
Elle a profité de son congé parental pour l’assouvir pleinement et publier son premier roman, I V M (In Venis Meis), en deux tomes, en 2016.
Elle écrit des thrillers, où se mêlent parfois le fantastique et l’horreur. En 2019, elle participe au concours  » Folie  » sur la plateforme d’écriture Fyctia et termine finaliste. Elle remporte le concours en 2020 avec American Witches.

site : http://katia-campagne.iggybook.com/fr/
page Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100009857190386

Extrait :

«Le brasier du feu de camp lui lèche le visage. Il perçoit derrière ses paupières closes des ondulations. Ses oreilles captent le craquement des branches dans le feu, le frôlement des pas sur l’herbe humide, les rires étouffés de jeunes filles. Il renonce un instant à ouvrir les yeux.
Ça recommence. C’est un rêve, il le sait rien qu’à l’odeur caractéristique qui effleure ses narines, un mélange suave et terreux, qu’il a attribué à Tara dès leur première rencontre onirique. Mais que va-t-il advenir s’il ouvre les yeux ? La dernière fois qu’il a fantasmé sur elle, sa montre s’est retrouvée à côté de son cadavre. On retrouvera quoi, demain, s’il cède à ses avances chimériques ? Il ne doit pas ouvrir les yeux, même si la demoiselle est terriblement excitante, et que son odeur commence à s’insinuer dans son esprit pour le torturer. Elle n’est qu’un cadavre ! Un cadavre en attente de réponse. 
»

 

Les pépites d’Isabelle

American witches, Katia Campagne

La 4e de couv a zappé un élément majeur : le héros du livre, ce n’est pas le shérif vieillissant qui rechigne à laisser sa place, ou les sorcières dont l’ombre plane sur cette histoire, mais Ethel Green, un jeune inspecteur qui va devoir faire son trou dans une petite ville lestée par son passé. Et ce n’est pas gagné car lorsqu’il arrive à Hinsdale, Ethel est accueilli plutôt fraîchement. Le shérif qu’il va remplacer l’ignore, ses collègues l’évitent, le maire cherche à l’intimider. Il n’y a guère que sa logeuse qui semble l’apprécier ; un peu trop, même, aux yeux de Green qui se demande pourquoi il a quitté Boston pour s’exiler sur ces terres inhospitalières. Mais voilà, un crime aux relents de sorcellerie est commis dans le voisinage. Et à Hinsdale, les sorcières ne manquent pas. Qui sont-elles ? Les fantômes d’un passé sanglant ? Les gardiennes d’une tradition séculaire ? Des femmes meurtries qui ont une revanche à prendre ? Une certitude, elles n’aiment pas que l’on s’occupe de leurs affaires. Pour les approcher et mener leur enquête, les policiers vont devoir se faire confiance et travailler ensemble.

On l’aura compris, Ethel Green marche sur des œufs. Sans repère, sans amis, avec pour tout bagage son bon sens et sa logique, dans un environnement où gravite une floppée de personnages hostiles, il va devoir en assimiler très vite les codes. Question de survie… Les déambulations, les errances, les concessions et les révoltes de ce personnage construisent le récit. Un des ressorts les plus réussis est précisément la confrontation de son esprit cartésien à la sorcellerie. J’ai également apprécié que Katia évite les clichés autour de la magie. Elle s’attache davantage à la personnalité et au vécu de ces femmes haïes par la communauté qu’à leurs pratiques. J’aurais d’ailleurs aimé qu’elle nous entraîne encore plus profondément dans le passé de certaines silhouettes, joliment esquissées.  Reste à signaler que ce livre écrit sur la plateforme Fyctia a reçu le prix 2020 du meilleur suspense. Et que c’est mérité !

 

6 réflexions sur “American witches, Katia Campagne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s