Déviance, La trilogie bordelaise 2, Philippe Charrac

La double chronique de Collectif Polar

Une nouvelle fois deux flingueuses ont lu le même roman. Aussi vont-elles, chacune leur tour vous proposer leurs avis.

Ce matin c’est Dany qui nous offre sa Chronique Jubilatoire


Le livre : Déviance, La trilogie bordelaise 2 de Philippe Charrac. Paru le 4 mars 2021 chez Editions Caïrn – collection Du noir au Sud – 10 € (256 pages) ; 12 x 18 cm

4ème de couverture :

Le premier meurtre ressemble à l’œuvre d’un funambule détraqué. Le second à celui d’un fantôme déchaîné. Insaisissable, mystérieux, un assassin invisible et sadique hante et traverse en silence les nuits de Bordeaux. Il tue et dépèce des adolescentes dans leur chambre, avant de brouiller ses traces pour lancer la police sur de fausses pistes. Embarqué dans ce jeu mortel mais encore en deuil, à peine revenu de son enfer personnel, Lazare Servent se lance à la poursuite du meurtrier, sans imaginer une seule seconde que ce monstre fait partie de son monde. Et qu’il profite de sa double vie pour surveiller et anticiper, tapi dans son ombre, les moindres gestes du lieutenant.

L’auteur : Philippe Charrac est né en 1975 à Perpignan.
Adolescent quelque peu agité, il suit une scolarité chaotique durant laquelle il est renvoyé de deux lycées, avant de partir faire son service militaire chez les “paras” de l’autre côté du monde, et de s’engager dans la Police. Il y sera tout à tour patrouilleur à la BAC ou “agent secret” à la PJ, entre autres. Il arpente une douzaine d’années durant le bitume du Nord-Est de l’Île de France, côtoyant le pire et la misère sur fond de de violence et d’alcool, avant de s’établir à Bordeaux, où une visite impromptue de l’ancien commissariat mythique de la rue Castéja lui donne l’idée de son 2ème roman.

Extraits :
« … lorsqu’il est en rogne, ce qui lui arrive facilement, Lazare ressemble très bien à l’idée qu’un Européen peut se faire d’un grizzli. Ses sourcils noirs et arqués se froncent, ses yeux prennent un air d’orage et il n’hésite jamais à saisir au col et à secouer comme un prunier quiconque s’oppose à lui. Quitte à nier éhontément par la suite, si sa victime est allée se plaindre à qui de droit. »

 

« On se retrouve toujours humble et effrayé devant ses premières victimes de meurtres.
  – Ce ne sont pas les premières que je vois, Lazare.
  – Mais ce sont les premières que tu as le devoir de venger. »
 
« Et en sentant son désir naissant, le chasseur comprend qu’il est sur la bonne voie, la voie du sang, la voise du viol, celle du plaisir éternel et insouciant, celui qui n’a pas besoin de demander, juste la nécessité de se cacher avant de prendre. Et à ce jeu le tueur se sait imbattable. »

La chronique jubilatoire de Dany

Déviance de Philippe Charrac

Vous êtes en présence d’un tome 2 d’une trilogie. Certes si vous commencez par ce volume, il vous manquera quelques références sur le passé et la personnalité de Servent, mais les rappels qu’en fait l’auteur font que vous ne serez pas perturbé pour la compréhension de l’intrigue. En revanche, préparez de suite la carte bancaire pour rattraper votre retard …

Il est attachant ce nounours de Servent, meurtri et borderline. Il a une chance folle de travailler avec son mentor qui lui laisse toute latitude pour choisir ses enquêtes et mettre à profit sa formidable intuition et son don de voir ce que les autres ne voient pas sur une scène de crime. Certes lui-même a tué, certes son nouveau co-équipier a lui aussi tué, mais nous leur trouvons des circonstances atténuantes car n’était-ce pas de la légitime défense ? Même s’il est hors norme, ce nouveau duo est sacrément efficace et complémentaire. On appréciera aussi la place de son mentor dont la loyauté ne faiblit pas. Ce sont des meurtres particulièrement sanglants qui vont encore rapprocher ces trois personnages, dans un monde où la turpitude politique tente d’influencer le travail de la police.

Autre source d’empathie : Lazare Servent tombe sous le charme de Marie. Oui il peut encore s’émouvoir, avoir des papillons dans le ventre mais aussi trembler furieusement si Marie est en danger ! Oui … furieusement.

Ce tome 2 confirme le talent de conteur de cet auteur qui fait ses premiers pas dans le monde impitoyable du thriller, ancrant ces enquêtes dans la métropole bordelaise avec une belle réussite. Très bon moment de lecture.

En principe (sauf chez Pierre Lemaître) une trilogie compte trois volumes … Attendons donc …

Je remercie les éditions Caïrn pour leur confiance

et leur attachement à mettre en lumière des auteurs locaux.

 

mots clefs : police, deuil, politique, meurtres rituels, Bordeaux, traque, amour

7 réflexions sur “Déviance, La trilogie bordelaise 2, Philippe Charrac

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s