Sur le toit de l’enfer – Ilaria Tuti

Sur le toit de l’enfer de Ilaria Tuti. paru le 06 septembre 2018aux éditions Robert Laffont  dans la collection La bête Noire –  20 €  ; (416 p.) ; 23 x 15 cm. 

– epub 6,99 € en Italien (403 pages).

4ème de couverture :

« Les tueurs voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs…  »
Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le cœur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.
Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…

 

L’auteur :  Née en 1976 , Ilaria Tuti vit à Gemona del Friuli , au nord-est de l’Italie .
Véritable phénomène dans son pays ,  » Sur le toit de l’enfer  » , premier volet de sa série autour de Teresa Battaglia , lui a valu d’être surnommée par la presse italienne la  » Donato Carrisi au féminin « . Une auteure au talent magistral.
Un thriller au rythme implacable.
Une héroïne d’une extraordinaire humanité.
 » L’Italie tient enfin sa reine du thriller !  » Sandrone Dazieri.
 » Inoubliable !  » Donato Carrisi.. »

 

Extrait :
« il avait cru que, le temps passant, avec le défilé de victimes sous ses yeux, l’effet s’atténuerait, mais il s’était au contraire renforcé. Il avait vu des hommes tués pour quelques pièces de monnaie, des femmes maltraitées par ceux qui auraient dû les aimer, des enfants qui grandissaient dans la misère la plus alarmante, mais son âme était encore de la chair à vif, elle n’avait pas encore formé le corps calleux de l’indifférence, et elle souffrait pour toutes les créatures déchues. »

La chronique jubilatoire de Dany 

Sans doute le portrait de femme flic le plus original depuis Cécile Sanchez de Ghislain Gilberti. Le lecteur très vite se rend compte qu’elle a de réels problèmes en plus de son âge frisant celui de la retraite, cependant elle ne voit pas sa mission derrière un bureau et génère un grand respect autour d’elle et une grande curiosité de son nouvel adjoint Marini, qu’elle malmène à souhait. Dans la montagne du nord-est de l’Italie, région natale de l’auteure et personnage à part entière de l’intrigue, Teresa va devoir convaincre de la présence d’un tueur en série où d’autres voient un crime crapuleux ou un acte de résistance écologique.

Même si le lecteur se doute du mobile et de l’auteur des crimes, la sociologie de ce microcosme va influer sur le déroulement de l’enquête. Et en plus de tout ça … des enfants ont été malmenés par le passé et d’autres le sont aujourd’hui.

L’histoire rejoindra-t-elle le présent ? Le diabète et les troubles profonds de la mémoire de Teresa entacheront-ils son raisonnement ? Marini saura-t-il mettre son intuition au service de l’enquête ?

Beau suspense et dénouement inattendu … premier volet d’une trilogie annoncée réussi.

Lu grâce à l’opération Masse Critique du site Babelio que je remercie.

 

« Peut-être ces individus-là perçoivent-ils le monde mieux que moi, fit-elle dans un murmure. Ils voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, alors que nous autres, nous ne voyons que les fleurs qui poussent sur la terre. Leur passé les a privés d’un filtre qui, au contraire, nous a été transmis. Cela ne signifie pas qu’ils aient raison de tuer, ou que je justifie leurs actes. […] parce que je suis comme eux, je vois ce qu’il y a au-dessous des fleurs. Je vois l’enfer, murmura-t-elle. »
« C’était l’un de ces moments où Teresa se demandait comment elle faisait pour aimer son travail, souvent un poste d’observation peu confortable de l’âme humaine et de la cruauté dont elle était capable. Elle ne comprenait pas pourquoi les gens craignaient la mort et non la vie. Vivre était un acte féroce, une lutte fratricide qui laissait toujours quelques victimes sur le champ de bataille.»

Publicités

47 réflexions sur “Sur le toit de l’enfer – Ilaria Tuti

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s