Sacré bleu de Christopher Moore

9782849903858,0-2617835Le livre : Sacré bleu de l’anglais (Etats-Unis) par Luc Baranger. Paru le 7 mai 2015 aux Editions de l’Equateurs. 23€50 (445 p.-33 pl.) ; illustrations en couleur ; 21 x 14 cm.

9782070468607,0-3241152Réédité en poche en Folio chez Gallimard, le 9 juin 2016. 8€70(559 p.) ; 18 x 11 cm

 

4e de couv :

  1. Vincent Van Gogh est assassiné à Auvers-sur-Oise par un mystérieux dealer de bleu, « l’Homme-aux-Couleurs ». Toulouse-Lautrec mène l’enquête. Il enrôle son ami Lucien, peintre-boulanger de la butte Montmartre. Mais Lucien n’a qu’une obsession : brosser le portrait de Juliette, muse magnétique, qui vient de lui offrir un tube de bleu très rare…

Une comédie débridée qui revisite l’histoire et le Paris de l’impressionnisme, et dynamite tous les codes, du roman noir au rosé, du livre d’art à la saga.

« Un roman captivant, à dévorer. »
Olivia de Lamberterie, Télématin

61fTX152cAL._UX250_L’auteur : Né dans l’Ohio en 1957, Christopher Moore, qui aime l’océan, le polo à dos d’éléphant, les émissions télévisées sur les animaux et les crackers au fromage, a étudié l’anthropologie et la photographie au Brooks Institute of Photography de Santa Barbara – où il écrira son premier roman, Practical Demonkeeping, publié en 1993. Après avoir passé quelques années dans une forteresse perdue sur une île inaccessible du Pacifique, il s’est récemment établi en Californie. Christopher Moore est l’auteur de quinze romans, dont L’Agneau et Le Lézard lubrique de Melancholy Cove (Série noire). Paru aux États-Unis en 2012, Sacré Bleu a figuré dans la liste des meilleures ventes du New York Times.

Extrait :
– Depuis qu’elle est partie, j’ai pas touché un pinceau. Je suis même plus bon à faire le pain. Ce matin, c’est Régine qui a terminé la cuisson. Ce tableau, c’est ce que j’ai peint de mieux, mais c’est aussi le plus beau que je peindrai jamais. Plus rien. J’ai plus rien. Et je ne suis plus rien.
– Ça pourrait être pire, tenta de la rassurer Henri. Tu sais, ici, dans la journée, c’est un monde de femmes. Elles oublient ma présence, elles se coiffent les unes les autres en échangeant à voix basse des souvenirs de leur enfance, ou elles lavent leurs bas dans une cuvette. Elles sommeillent dans les bras des unes des autres, ou s’endorment sur un lit et ronflent comme des chiots. Moi, je m’assois dans un coin avec mon carnet à dessins, et je me tais. Des fois, on n’entend que le grattement du fusain sur le papier ou l’eau qui éclabousse légèrement le rebord d’une cuvette. Ça devient un monde sans hommes, un doux cocon sans violence où les filles retrouvent leur candeur. Elles ne sont plus des putes. Elles sont entre les deux. Ni ce qu’elles étaient, ni ce qu’elles sont devenues. Et moi, je suis invisible, je ne suis plus rien non plus. C’est ça, Lucien, le demi-monde, et, contrairement à ce qui se dit, il n’est pas toujours noir et désespéré. Parfois, il n’est juste rien. Le fardeau des espoirs et des regrets s’est envolé. Tu vois, mon ami, il y a pire que de n’être plus rien.

 

Résumé et petit avis :

Une comédie policière qui revisite l’histoire de l’impressionnisme, tiens voilà qui est intéressant. J’ai un beau souvenir de Nymphéas noirs de Michel Bussi. Voyons le traitement que porte Christopher Moore à cette même période.

Avec lui, je m’attends au pire et surtout au meilleurs. Il m’a tellement régaler avec L’Agneau et Le Lézard lubrique de Melancholy Cove parus il y a quelques années à la Série noire.

Voyons voir de quoi ça parle :

Vincent Van Gogh est assassiné, victime d’un mystérieux marchand qui possède un bleu ultramarine d’une pureté telle qu’elle mène les peintres à la folie. Henri de Toulouse-Lautrec mène l’enquête sur cet étrange personnage, nommé l’Homme-aux-Couleurs, contre lequel son ami Van Gogh l’avait mis en garde.

De sa plume débridée, trempée à l’ultramarine, Christopher Moore signe une fabuleuse comédie qui revisite l’histoire et le Paris de l’impressionnisme. Renoir, Pissarro, Toulouse-Lautrec, Monet, Manet, les frères Van Gogh, Gauguin sont victimes d’un piège qui n’est peut-être que celui de l’inspiration. Comment savoir ? Surtout lorsque la muse sort du cadre pour asséner de façon peu académique ses considérations sur l’art et la manière.

Voici le premier roman bleu .Il bouscule tout sur son passage quitte à y laisser des traces de peinture.

Sacré bleu de Christopher Moore c’est un feu d’artifice, c’est un monde décalé qui bascule lentement vers l’absurde et la poésie. C’est au delà un du thriller brillant, méné à la perfection avec brio. Sacré Bleu c’est un univers à lui seul/

«C’est une histoire de bleu. Le lecteur peut être désorienté, décontenancé, entraîné sur les chemins tortueux de l’amour, de l’Histoire et de l’inspiration. Mais c’est toujours le bleu.»

 

LIre ICI le début de Sacré Bleu

Publicités

4 réflexions sur “Sacré bleu de Christopher Moore

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s