Le journal de ma disparition – Camilla Grebe


Le livre : Le journal de ma disparition de Camilla Grebe. Traduit du suédois par Anna Postel. Paru le 7 mars 2018 aux Editions Calmann Levy  dans la collection Calmann Levy – Noir. Broché : 21,90 € ; 432 pages ; 15 x23 cm

4ème de couverture :

Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.

Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.

Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…

Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

L’auteur : Née en 1968, Camilla Grebe est diplômée de la Stockholm School of Economics. Elle est cofondatrice de Storyside, une maison d’édition suédoise de livres audio. Camilla Grebe est déjà célèbre en Suède pour sa série de polars écrite avec sa sœur Asa Träff. Un cri sous la glace, son premier livre en solo, paru en 2017 aux Editions Calmann-Lévy, a connu un très beau succès dès sa sortie tout en devenant un phénomène mondial.
Extrait :
« Si je m’attendais à être recrutée pour enquêter sur la fille d’Ormberg ! Moi qui travaillais comme simple agente à Katrineholm depuis l’obtention de mon diplôme. Pourtant, la décision de mes supérieurs est rationnelle : on m’a envoyée dans ce bled parce que j’y ai grandi. Il n’a aucun secret pour moi. Et je dois être la seule personne originaire de ce trou dans la police. Que ce soit moi qui aie découvert le cadavre en cette soirée d’automne huit ans auparavant n’a probablement guère fais pencher la balance de ma faveur.

 

L’accroche de Miss Aline :

Le journal de ma disparition, Camilla GREBE

Malin, jeune flic, se retrouve sur une enquête qui fait échos à son passé. Ormberg elle en est partie, elle y revient. Elle va renouer avec un petit village où il ne se passe –quasiment- jamais rien. Et pourtant les racines sont profondément enfouies sous cette neige qui n’en fini pas de recouvrir le sol suédois.

Une profileuse célèbre qui ne sait plus comment ni pourquoi elle se retrouve en pleine forêt seule, sans chaussures. Son co-équipier introuvable, volatilisé.

Une nouvelle victime retrouvée sur le monticule de la petite fille retrouvée morte et non identifiée d’il y a huit ans.

Un adolescent en quête de son identité va cheminer parallèlement à tout ce monde.

Deux voix dans ce livre : Malin et Jake. Deux récits parallèles d’une même affaire. Deux vies chamboulées qui se cherchent. Les chapitres sont courts, le rythme est intense mais cotonneux comme sous une chape de neige. C’est d’une écriture fluide que l’auteur t’entraîne dans cette forêt opaque, oppressante, là ou les secrets sont bien enfouis. Cette forêt qui voudrait bien livrer ses mystères.  Avec Malin tu suis l’enquête qui se fait (presque) tranquillement et paradoxalement avec des avancées parfois déroutantes de chapitres en chapitres. Tu sens que sous la couche de poudreuse se cache un truc. Il ne peut en être autrement. L’auteur sait garder ses secrets, elle distille ses indices avec parcimonie  pour t’amener à une conclusion déroutante.

J’ai acheté ce livre d’abord pour sa couverture, ce qui est très rare chez moi. Ensuite pour sa 4ème de couverture. Non je n’ai pas lu le premier roman de Camilla Grebe mais je vais me rattraper, c’est certain. D’ailleurs il est déjà dans ma bibliothèque (oui je sais on dit « dans ma PAL !).

Bonne lecture.

Publicités

Comme de Longs échos de Elena Piacentini


Elena Piacentini sera à Saint Maur en poche les 23 et 24 juin prochain.

Venez la rencontrer


Le livre : Comme de longs échos de Eléna Piacentini. Paru le 24 août 2017 chez Fleuve éditions dans la collection Fleuve Noir. 19€90 ; (288 p.) ; 22 x 15 cm

4e de couv : 

 » L’histoire est un perpétuel recommencement.  » disait Thucydide. Les faits divers, aussi.
« Partout, les monstres sont chez eux… »
Vincent Dussart est sûr de son coup.
Ce break imposé par sa femme va prendre fin aujourd’hui. Il n’a rien laissé au hasard. Comme toujours.
Confiant, il pénètre dans la maison de son épouse. Le silence l’accueille. Il monte les escaliers. Puis un cri déchire l’espace. Ce hurlement, c’est le sien. Branle-bas de combat à DIPJ de Lille. Un marie en état de choc, une épouse assassinée et leur bébé de quelques mois, introuvable. Les heures qui suivent cette disparition sont cruciales. Le chef de groupe Lazaret et le capitaine Mathilde Sénéchal le savent.
Malgré ses propres fêlures, ou peut-être à cause d’elle, Sénéchal n’est jamais aussi brillante que sous la pression de l’urgence. Son équipe s’attend à tout, surtout au pire. À des milliers de kilomètres, un homme tourne en rond dans son salon. L’écran de son ordinateur affiche les premiers éléments de l’affaire. Ce fait divers vient de réveiller de douloureux échos…

L’auteur : Auteur et scénariste, Elena Piacentini est née à Bastia et vit à Lillie, comme les héros de ses livres. Leoni, le commandant de police à la section homicide de la PJ, qu’elle a créé en 2008, a été finaliste des sélections du prix des lecteurs Quai du polar/20 minutes et du grand prix de littérature policière pour l’une de ses aventures (Des forêts et des âmes, Au-delà du raisonnable, 2014 ; Pocket, 2017). Inspiré d’un fait divers, Comme de longs échos met en selle une nouvelle héroïne : Mathilde Sénéchal à la DIPJ de Lille.

 

 

Extrait :
À mille deux cents mètres d’altitude, la fin de l’automne couve déjà l’hiver. Ils sont moins d’une trentaine, résistants engagés ou soldats malgré eux, à rester sourds à l’appel de la plaine. Orsalhièr s’accroupit devant la cheminée et allume le tas de petit bois qu’il a préparé en prévision de son retour. Au-dehors, les laves du couchant incendient la Pique d’Endron, éperon dardé à près de deux mille cinq cents mètres. Le montagnard étend ses mains au-dessus des flammes naissantes. Il se sent en paix.

 

Le petit avis de Kris

Comme de Longs échos- Elena Piacentini

Je ressors toute chamboulée de ce beau roman/polar d’Elena. Elle a un don pour renouveler le genre.
Ses mots, personnels, affûtés, précis associés à une histoire originale m’ont redonné goût au polar.
Les personnages, sous sa plume, prennent une saveur toute en diversité et humanité.
Chaque mot, chaque phrase, chaque situation est percutant.
De la littérature vraie a l’état pur.

 

Emmène-moi au paradis – Estelle Surbranche


Salut les polardeux,

Dernier jour de notre week-end prolongé spécial  « 8 mars Journée de la femme ».

Avec une jeune auteure que je vous recommande vivement.

Puisque ce matin c’est de son second roman que nous vous présentons.


Emmène-moi au paradisLe livre : Emmène-moi au paradis de Estelle Surbranche. Paru le 17 mai 2017 chez la Tengo éditions. 18€ ; (315 p.) ; 19 x 14 cm.

4e de couv :

Emmène-moi au paradis

Des femmes qui se suicident, ça arrive tous les jours. Sauf que la capitaine Gabrielle Levasseur se rend compte que certaines avaient le même amant dans la région de Toulouse. Simple hasard ou un pervers narcissique, aussi séduisant que sadique, hante-t-il la ville rose ?

Pour répondre à cette question, Gaby se voit obligée d’affronter ses vieux démons, sa méfiance des relations amoureuses et la peur de la trahison. Alors que ses investigations enveniment ses relations avec Alejo, son amant de l’ETA, les dangers s’accumulent autour d’elle. Lâchée par sa hiérarchie, elle est traquée par Nathalie, la redoutable tueuse de la mafia serbe qui veut assouvir sa vengeance.

 

L’auteur : Plongée dans le chaudron techno dès ses 16 ans, Estelle Surbranche jongle entre ses études à l’ESSEC et la fréquentation assidue des clubs, pour finalement devenir reporter. En 2002, elle fait ses premiers pas de DJ avec le collectif Girls’n’Roses, puis se lance seule sous le nom de Estelle S. Résidente du Ritz, elle aura alors l’occasion de jouer aussi bien sur les plages de Calvi on the Rocks que dans les clubs de la capitale. En 2003, elle écrit une biographie du Suprême NTM et cofonde le magazine Flavor dont elle assure la rédaction en chef jusqu’en 2014. En 2015, elle publie Ainsi vint la nuit (éd. La Tengo). Emmène-moi au paradis est son deuxième roman.

 

Le post-it du bibliothécaire

Oh que je l’attendais ce second opus des aventure du capitaine Gabrielle Levasseur. Bon ok j’ai mais un peu de temps à la lire mais…Vous savez ce que c’est, les histoire de PAL !

Je disais donc, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Gaby. Vous avez comme moi fait sa connaissance il y a un peu plus de deux ans et demi alors qu’elle enquêtait dans le nuit de la nuit et de la drogue. Souvenez vous c’était dans 

 

Aujourd’hui elle est chargée des affaires criminelles et enquête sur une série de suicides suspects de femmes qui fréquentaient toutes le même homme dans la région de Toulouse. Elle va être confronter à un tordu qui séduit les femmes pour mieux les envouter et les manipuler.

Mais c’est pas tout, il y a aussi Nathalie, cette  jeune femme traumatisé par la guerre des Balkans. Au prise avec ses terreurs. Et qui va tout faire pour les exorciser. Jusqu’à devenir porte flingue de la mafia. Et dans cet intrigue, Nathalie vient jouer les trouble-fête.

Aussi dans ce second opus de nos duettistes, nous on apprenons un peu plus sur nos deux protagonistes que nous avons hâte de retrouver pour un troisième couplet. Estelle Surbranche ayant ce don de se glisser véritablement dans l’âme de ses personnages, comme si elle les habitait.

Ici elle nous parle des femmes, de la femmes, de la condition féminine. Du rôle que l’on fait jouer au femme, de la société qui conditionne nos élans. Des servitudes qui pèsent sur les femmes. De l’obligation d’être une superwoman, tout à la fois, mère, amante et épouse  devant mener de front sa carrière.

Aussi une nouvelle fois Estelle Surbranche nous offre une enquête survitaminée. Son écriture toujours aussi punchy nous entraîne dans deux intrigues dont une diabolique d’où personne ne sortira indemne.

Ainsi avec ce second opus, l’auteur ne fait que confirmer tout le bien que nous pensons d’elle. A découvrir de toute urgence.

Après Ainsi vint la nuit, élu parmi les « 30 polars préférés » du magazine Elle, cette nouvelle enquête de Gabrielle Levasseur entraîne le lecteur dans les diaboliques mécanismes de l’addiction amoureuse et impose Estelle Surbranche comme l’un des maîtres du thriller psychologique moderne.

Personnellement je vous recommanderai de commençait par son premier roman.  Ainsi va la nuit

Vous pouvez même si vous le souhaitez retrouver mon petit avis ICI

La panthère sort ses griffes de Lucienne Cluytens


Suite de la journée spéciale Lucienne Cluytens

en ce week-end  prolongé spécial journée des Femmes dans toutes leurs diversités

sur Collectif Polar.


Le livre : La panthère sort ses griffes de Lucienne Cluytens. Paru le 20 septembre 2014 chez l’atelier Mosesu dans la collection Dirty Girls. 10€ Disponible en numérique à 4€99 ; (241 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

La panthère sort ses griffes

Vous vous souvenez de l’inspecteur Harry ?

Mettez-lui une jupe, rendez-le sexy et désirable et vous obtiendrez « La panthère », femme flic aux méthodes quelquefois douteuses, au tempérament volcanique et au caractère bien trempé. Une grande gueule sur un physique de rêve.

Afin de faire la lumière sur le meurtre de son amie Djamila, La panthère se lance sur les traces d’une société secrète où l’on raffole un peu trop de certaines pratiques déviantes. Adeptes du sadomasochisme, gourous et illuminés ont plutôt intérêt à se mettre à l’abri de La panthère. Un coup de griffes est si vite arrivé.

L’auteur : Auteur de polars lilloise, Lucienne Cluytens est une figure du monde littéraire nordiste. Elle s’est fait connaître en 2004 avec La Grosse (Liv’Editions), sélectionné pour le Prix du Polar SNCF. Ont suivi Le Petit Assassin (Liv’Editions, 2006) et une série de titres chez l’éditeur Ravet-Anceau dans la collection Polars en Nord. Membre du collectif des Auteurs du noir, elle a participé en 2014 à Irradié. Enseignante au CNED, aujourd’hui retraitée, Lucienne Cluytens crée des personnages attachants comme le capitaine Flahaut, policier lillois franc-tireur, mal vu de sa hiérarchie, héros de quatre enquêtes successives. La panthère sort ses griffes est son huitième roman.

 

Extraits :
« Putain, quel tableau ! Si un chauffeur me voit me tortiller à poil sur les tuiles, il va s’empaffer direct dans le fossé.”
« Elle ramassa son arme de service qui l’attendait sagement sur le bord de la commode et la rangea dans son holster, fit un rapide tour d’horizon : son F2 ne ressemblait en rien à l’appartement d’une jeune et belle célibataire. Les meubles récupérés dans des brocantes avaient été posés là, comme au hasard. La cuisine ne comportait que le strict nécessaire. Seule une grande télé plaquée au mur devant un large canapé de cuir blanc dénonçait une tentative d’occupation des lieux plus classique. »
« Quand elle se pointa au central le lendemain matin, Gillian était d’humeur blagueuse. En lançant des bonjours tonitruants, elle tapa sur quelques postérieurs masculins à portée de main. Arrivée au seuil du bureau, elle vit Paul assis devant son clavier. Elle se dirigea vers lui, les yeux brillants d’excitation et lui claqua un bécot sur le front. »

La Chronique Jubilatoire de Dany

J’avais deux bonnes raisons pour choisir ce roman : je connaissais l’auteure et je suis ch’ti. Je me suis bien amusée à lire les péripéties de cette amazone déjantée et toujours borderline qui nous immerge dans le milieu SM de Lille et de Belgique. Cette fliquette a de l’avenir car elle pourrait tout à fait, au plus grand bonheur des lecteurs, réapparaître dans d’autres aventures, d’autant qu’on a encore plein de choses à découvrir sur les raisons de sa mutation.

Que dire sans dévoiler l’intrigue : le meurtre quasi rituel d’une jeune femme éclabousse les notables du coin et la fliquette se trouve obligée de transgresser toutes les règles pour approcher un cardiologue et un procureur qu’elle soupçonne de pratiques perverses.

C’est le seul roman de Lucienne Cluytens qui soit paru en numérique, j’espère que son éditeur va remédier à cette lacune … il y a encore beaucoup à découvrir dans sa bibliographie !

Actuellement le tome 2 des aventures de la panthère attend un éditeur et tient toutes les promesses du premier volet !

Cependant très prochainement Lucienne Cluytens aura à répondre de ses actes face au Collectif Polar – Chroniques de nuit au cours d’un interrogatoire musclé au féminin !!!

« Dès son arrivée au central le lendemain matin, Paul Dubois se présenta au seuil du bureau de son supérieur qui, encore en manteau, était en train d’enfourner des dossiers dans un porte-documents.
— Monsieur, on aurait besoin de vous voir, avec Carax.
— J’ai vraiment pas le temps, Dubois, là je suis sur le départ et pour la journée.
— Elle a déconné hier soir.
— Encore ? Grave ?
— J’ai dû la récupérer en Belgique en pleine nuit. Elle était poursuivie par un tueur armé et un certain Frédéric, un pote à Sentier.
Un silence suivit cette déclaration. Pelletier avait suspendu ses gestes.
— Armé ? Un pote à Sentier ?… Elle est grillée ? »

A demain

Apéro Polar : La plume et le flingue


Salut les polardeux,

Le 25 novembre prochain, j’aurai la chance de recevoir 2 auteurs de polars.

Un apéro polar un peu particulier puisse son titre est La plume et le flingue.

Ce qui implique une petite explication.

Donc le 25 novembre prochain c’est :

Rencontre avec Sacha Erbel et Didier Fossey.

A l’occasion de ses fameux Apéros- Polar la bibliothèque Parmentier et moi même vous invitons à venir à la rencontre de deux auteurs de polars donc la particularité est d’être avant toute chose flics à la ville !

Ces policiers qui dégainent leur plume.

Jamais les policiers n’ont été aussi nombreux à écrire des polars.

Flic le jour, écrivain la nuit.

Personnages, intrigues: leur métier leur fournit une formidable matière. Mais pas que…

On va leur demander si leur quotidien fournit leur imaginaire. Où si au contraire leur imaginaire leur permet d’échapper à leur quotidien.

Bien sur ils nous parleront de leur métier de flic.

Ils auront j’en suis certaine, de nombreuses anecdotes à nous raconter.

Aussi cette rencontre avec Sacha Erbel et Didier Fossey est, sans doute, la première d’un cycle d’Apero Polar : Flics et auteurs. Car nombreux sont les flics passés du flingue à la plume.

Je sais qu’Olivier Norek viendra à la bibliothèque, il me l’a promis. J’espère aussi que Danièle Thiery passera en voisine. Je compte bien que ce grand flic, le commissaire Thiery vienne parler à mes lecteurs.
Et puis il y en a pleins d’autres que je cite pèle-mèle ici mais que j’aimerai faire venir à la bibliothèque :
Pierre Pouchairet, Hervé Jourdain, Laurent Guillaume, Emmanuel Varle, Christophe Molmy, Jean Soubira, Eric Dupuis, Patrick Nieto et j’en oublie surement…
Je crois que chacun de ces policiers auront de belles histoires à nous raconter.


Et…
Nos auteurs justement :

Sacha Erbel et Didier Fossey

SACHA ERBEL :

Sous le pseudo de Sacha ERBEL se cache une fonctionnaire de Police depuis 22 ans. Actuellement au SDLP, elle est en charge de la protection rapprochée de différentes personnalités politiques ou civiles.

Diplômée en Criminologie Appliquée à l’Expertise mentale, elle sait donner du relief à la psychologie de ses personnages.

L’étude du comportement des tueurs en série est un sujet qui la passionne depuis des années, tout comme l’écriture qui permet à son imaginaire de s’exprimer.

L’Emprise des sens est son premier roman. Un thriller maîtrisé, poignant et efficace.

DIDIER FOSSEY

Didier Fossey est né le 11 décembre 1954, son père est policier, il lui inoculera le virus, car en plus d’écrire des polars, Didier fait partie de la grande maison, et ça se sent dans ses écrits.

De 1986 à 2000 il œuvre au sein de la brigade anti criminalité de nuit en groupe d’investigation, puis en 2001 il est affecté au groupe de recherches et d’investigations – dans le 13è à Paris jusqu’en 2003 où il prend en charge le bureau de police administrative de cet arrondissement.

Les nuits de planque, de traque, la morsure du froid, ce monde de la nuit lui plaisent et lui fournissent quelques anecdotes croustillantes qui lui serviront quelques années plus tard. Il se lance dans l’écriture de son premier polar, « Tr@que sur le Web » publié dans une petite maison d’édition en 2010. Fort de cette expérience, il écrit un autre polar, « Ad Unum », en 2011, toujours dans la même maison d’édition. En 2014, sollicité par un nouvel éditeur, il écrit un roman d’action. Puis, en 2015, il renoue avec le polar et écrit « Burn-Out » aux Éditions Flamant Noir.

 

Les bouquins de Sacha Erbel et Didier Fossey

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici mon avis sur Burn Out de Didier Fossey

mon billet sur L’emprise des sens de Sacha Erbel

Vous pouvez aussi retrouver mes petits papotage avec Sacha ci dessous. Oui je sais nous avons été bavarde ! Mais… Sacha Erbel est mon gros coup de coeur de l’année.

Papotage Sacha 1

Papotage Sacha 2

Papotage Sacha 3

Alors venez tous, on vous attend nombreux à ce nouvel Apéro Polar spécial Flic et Auteur

 

Comme de longs échos de Eléna Piacentini


Le livre : Comme de longs échos de Eléna Piacentini. Paru le 24 août 2017 chez Fleuve éditions dans la collection Fleuve Noir. 19€90 ; (288 p.) ; 22 x 15 cm

Présentation de l’éditeur

 » L’histoire est un perpétuel recommencement.  » disait Thucydide. Les faits divers, aussi.
« Partout, les monstres sont chez eux… »
Vincent Dussart est sûr de son coup.
Ce break imposé par sa femme va prendre fin aujourd’hui. Il n’a rien laissé au hasard. Comme toujours.
Confiant, il pénètre dans la maison de son épouse. Le silence l’accueille. Il monte les escaliers. Puis un cri déchire l’espace. Ce hurlement, c’est le sien. Branle-bas de combat à DIPJ de Lille. Un marie en état de choc, une épouse assassinée et leur bébé de quelques mois, introuvable. Les heures qui suivent cette disparition sont cruciales. Le chef de groupe Lazaret et le capitaine Mathilde Sénéchal le savent.
Malgré ses propres fêlures, ou peut-être à cause d’elle, Sénéchal n’est jamais aussi brillante que sous la pression de l’urgence. Son équipe s’attend à tout, surtout au pire. À des milliers de kilomètres, un homme tourne en rond dans son salon. L’écran de son ordinateur affiche les premiers éléments de l’affaire. Ce fait divers vient de réveiller de douloureux échos…

L’auteur : Auteur et scénariste, Elena Piacentini est née à Bastia et vit à Lillie, comme les héros de ses livres. Leoni, le commandant de police à la section homicide de la PJ, qu’elle a créé en 2008, a été finaliste des sélections du prix des lecteurs Quai du polar/20 minutes et du grand prix de littérature policière pour l’une de ses aventures (Des forêts et des âmes, Au-delà du raisonnable, 2014 ; Pocket, 2017). Inspiré d’un fait divers, Comme de longs échos met en selle une nouvelle héroïne : Mathilde Sénéchal à la DIPJ de Lille.

 

Extrait :
J’étais dans ma famille comme un voyageur dans un hôtel de longue escale, apprivoisant ses repères spatiaux, aimable avec le personnel, mais isolé des choses et des êtres par les ailleurs qui sont les semelles de sa vie, le sable de ses pensées.
Avec la conscience de ma différence s’est imposée la nécessité de paraître semblable.
En ce domaine, j’ai développé des compétences d’expert en close-up . Ce que j’étais incapable de produire de manière innée, je le fabriquais par mimétisme, avec cette touche créative qui tient du génie de l’illusion. Ainsi ai-je réussi à donner le change sans que cela me coûte d’effort. Avec le temps, j’y ai même pris du plaisir. Le jour, j’endossais les multiples rôles auxquels nous contraint le frottement avec ces autres dont j’avais pris le déguisement.
Les nuits étaient toutes miennes et j’étais à la nuit.

 

 

Le coup de coeur de votre bibliothéquaire

 

Une femme est retrouvée étranglée dans son propre lit par son mari. Ce dernier est en état de choc. De plus, leur fils de quelques mois est introuvable. Un ancien policier sort de sa retraite pour enquêter sur cette affaire qui lui semble bien trop similaire à une autre qu’il a menée plusieurs années auparavant. Cela l’amène à faire la rencontre la mystérieuse Mathilde Sénéchal.

Eléna Piacentini nous revient mais cette fois point de commandant Léoni. Non, pas cette fois car Elena publie chez un nouvelle éditeur. Et oui, Fleuve éditions a eu l’excellente idée de la recruter. Bon il y en mis le temps, il y a déjà quelques paires d’année que l’on connait le talent d’Elena ici. Et il nous paraissait étonnant qu’on ne lui fasse pas du pied plutôt du coté des grands groupe éditoriaux. Voilà c’est chose faîte.

Pour autant notre auteur étant une personne de coeur et surtout quelqu’un de fidèle les restera chez son éditrice de coeur, auprès de Véronique Ducros et les éditions Au-delà du raisonnable avec les prochaines aventures de la bande à Léoni.

Elena change d’éditeur mais ne chance en rien son style.

Quand on a en main un bouquin d’Elena Piacentini, on ne tourne pas seulement les pages, non ! On vit pleinement les émotions, on sens les atmosphères, on touche du doigt l’âme humaine. Car en effet notre auteur est de ceux qui savent décortiquer les diverses personnalités. Elle sait camper à merveilles ces personnages. Elle joue à merveille avec leur psychologie. Et avec ce titre Comme de longs échos, elle nous offre à nouveau de magnifiques héros. Auxquels on ne peut que s’attacher.

Il y a Mathilde Sénéchal, l’enquêtrice de ce polar dont l’intrigue démarre par un simple fait divers sanglant.

Mathilde qui a su mettre de coté ses émotions pour mettre en valeur son coté professionnel. Si elle parait cassante c’est pour mieux caché ses fêlures. Ainsi elle a fait des ses failles des forces, sa force. Et des fêlures elle en a c’est certain.

Il y a Pierre Orsalhièr, cet ancien gendarme qui est revenu à la vie civile hanté qu’il est par une vieille affaire.

Il y a le commandant Lazaret, le chef de Mathilde et un peu plus aussi et puis… Il y a Adèle cette jeune fille à laquelle vous ne pourrez pas rester insensible.

Oui, Elena Piacentini à travers son écriture et ses mots nous fait entrer en empathie avec ses protagonistes. Et à travers eux nous entraîne dans une histoire passionnante, complexe et haletante qui trouvera tout son sens à la fin.

Voilà donc un magnifique roman qui aura marqué ma rentrèe littéraire et qui aura su me redonner goût à la lecture.

Merci pour tout cela madame Piacentini !

Brutale de Jacques Olivier Bosco


Collectif Kris

Brutale de Jacques Olivier BoscoLe livre : Brutale de Jacques Olivier Bosco. Paru le 19 janvier 2017 chez Robert Laffont dans la collection La Bête Noire. 20€ ; (403 p.) ; 23 x 15 cm


4eme de couv

Elle est jeune. Elle est belle. Elle est flic. Elle est brutale. Des jeunes vierges vidées de leur sang sont retrouvées abandonnées dans des lieux déserts, comme dans les films d’horreur. Les responsables ? Des cinglés opérant entre la Tchétchénie, la Belgique et la France. Les mêmes qui, un soir, mitraillent à l’arme lourde un peloton de gendarmerie au sud de Paris. Que veulent-ils ? Qui est cet « Ultime » qui les terrorise et à qui ils obéissent ? Face à cette barbarie, il faut un monstre. Lise Lartéguy en est un. Le jour, elle est flic au Bastion, aux Batignolles, le nouveau QG de la PJ parisienne. La nuit, un terrible secret la transforme en bête sauvage. Lise, qui peut être si douce et aimante, sait que seul le Mal peut combattre le Mal, quitte à en souffrir, et à faire souffrir sa famille.

L’auteur : Avec Brutale, Jacques-Olivier Bosco, dit JOB, a probablement écrit son meilleur roman. Né en 1967, vivant à Nice, il est l’auteur de cinq polars plusieurs fois primés.

Extrait :
Elle se concentra. Pour que cela passe, pour évacuer la frustration, le sentiment de déception, la rage au cœur qui la prenaient dans ces moments-là. Comme si son cerveau se découpait en deux parties. Dans l’une, soufflaient, grondaient et tremblaient la violence, le goût du sang et l’envie de frapper; dans l’autre, le calme plat de la concentration sur une tâche professionnelle qui arrivait à masquer, sinon à calmer, les pics de douleur qu’elle ressentait dans sa chair. Son cerveau émettait des signaux d’alerte et sa conscience prenait le relais en appliquant la procédure de secours.

 

chronique-de-lecteurs

Le petit avis de Kris

BRUTALE – Jacques Olivier Bosco

Jamais déçue par JOB. Les différentes facettes de son héroïne m’ont bien plues.
La mise en place des personnages est savamment orchestrée (comme à son habitude)

Les liens forts de la famille sont mis en exergue et La pugnacité de Lise et son côté Tête brûlée font de ce thriller une totale réussite dans le genre.
Et, soudain, on voit réapparaître une figure bien connue des précédents volumes de JOB
Une réjouissance de suivre les aventures rocambolesques de cette nana au caractère à l’emporte pièce. Elle est brutale certes mais sexy, décalée tantôt gothique tantôt fleur bleue, bref un délice !

Rien à jeter !!

Les ravagé(e)s de Louise Mey


 

ravagé(e)sLe livre : Les ravagé(e)s de Louise Mey. Paru le 12 mai 2016 chez Fleuve éditions dans la collection Fleuve Noir.  19,€90 ; (432 p.) ; 21 x 14 cm

Andréa est une silhouette chancelante après un énième samedi soir alcoolisé. Ses amies ont prolongé la fête, les taxis ont déserté la place, le vide a empli l’espace et on a qu’une envie, ici et maintenant : faire passer le temps plus vite. Mais pas le choix. Il s’agit d’être pragmatique : mettre un pied devant l’autre, entendre le bruit de ses pas en triple exemplaire et trouver ça normal, fixer la lumière, un point de civilisation. Ne pas tomber.

Pourtant, cette nuit-là ne ressemble pas aux autres. La tête collée au bitume, dans l’urine et la poussière, Andréa a mal.

Alex est flic et mère célibataire. Elle officie aux crimes et délits sexuels d’un commissariat du nord de Paris. Chaque jour, elle voit défiler les plaintes pour viol, harcèlement, atteinte à la pudeur. L’ambiance est à l’anesthésie générale et il faut parfois lutter pour continuer à compatir. Ses parades pour éviter de sombrer : la bière, sa fille et les statistiques.

Sauf quand deux affaires viennent perturber la donne.

Louise Mey
L’auteur : De Louise Mey on ne sait pas grand chose sauf que cette jeune femme de 33 ans vit et travaille à Paris.

 

 

 

 

Extraits :
« Je ne comprends pas, je ne comprendrai jamais. Comment tu peux voir une femme et te dire qu’au lieu de lui parler, de la faire rire, de lui donner envie de toi, tu te dises tiens, je vais juste prendre, juste y aller, je m’en fous de ce qu’elle veut, je ne comprends pas comment tu peux entendre « non » et comprendre « oui », comment tu peux vouloir forcer quelqu’un à se donner à toi alors que ce qui vaut la peine c’est d’être désiré. »
« – Ah non mais non putain…
Ils tournèrent à peine la tête vers Polaski, qui venait de récupérer le journal froissé et raturé sur un bureau.
Favier et Audain avaient pour plaisir de corriger les faits divers. Parfois seulement les titres : les « crimes passionnels » redevenaient des assassinats. Les « drames de la passion » redevenaient des meurtres. Et bien sûr, les « différends familiaux, des violences conjugales. « Deux ans ferme pour le mari trompé : dans un moment de folie, il avait poussé la femme adultère par la fenêtre ». « Seulement deux ans pour meurtre », rectifiait Favier, à grandes lettres rondes. « Il était très demandeur, amoureux ; elle, fatiguée par les petits et le quotidien, commençaient souvent par lui refuser ses faveurs ». « Viol conjugal », barrait simplement Alain. »

 

Le post-it de Ge

Le livre de Louise Mey a quelque chose de cinématographique. Un peu comme dans Polisse de Maiwen où l’on suivait le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs). Ici nous allons découvrir celle de la Brigade « des crimes et délits sexuels ».  Une Brigade que Louise Mey invente de toute pièce pour mieux illustrer son propos. Une brigade qui ressemble à ce que l’on peut voir dans New York Police Blues . Des enquêteurs tout à leur boulot, totalement immergés dans un quotidien brutal.

Ce sont les gardes à vue de violeurs, de pervers en tous genres, les arrestations de présumés coupables et innocents au yeux de la loi. Mais aussi la pause déjeuner où l’on se raconte ses problèmes.  Ce sont les auditions des bourreaux,  les dépositions des victimes, les dérives de la sexualité dans notre société, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables . C’est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec… Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés, tous les jours.

Louise Mey nous immerge totalement, nous mettant la tête sous l’eau avec à l’appuie les chiffres de la délinquances sexuelle qui font froid au yeux.

L’auteur ne se facilite pas la tache en s’attaquant à des thèmes tel que les relation homme-femme, le pouvoir de l’argent, la place des victimes dans notre société. Elle ne se facilite pas la tâche car à travers ces crimes sexuels elle nous pousse à revoir notre point de vue sur les fondements de notre société.

L’autre force de ce livre ce sont ses protagonistes. Des personnages à la psychologie parfaitement décrite avec une finesse rare. Des flics de chairs et de sang qui traînent leurs angoisses et leur faille mais qui sont infaillibles dans l’exercice de leur profession. Cela donne une intensité et une véracité particulières à ce titre.

Mais attention l’éditeur présente ce titre comme un thriller et nous sommes là un un vrai roman noir.

Nous allons plongé dans des enquêtes glauques, nous allons vivre des scènes insoutenables. Mais Louise Mey nous ménage des bulles de respiration en nous proposant une intrigue lente dans laquelle l’humour noir est omniprésent.

Elle joue une partition difficile et l’exécute à la perfection.

 Un premier roman d’une rare profondeur qui nous dérange, nous trouble, nous met mal à l’aise voire nous fascine.

Une auteure que je vais suivre avec une intention toute particulière à n’en pas douter !

Lire le début des Ravagé(e)s ICI

Poulets grillés de Sophie Hénaff


Mes petites lectures
Le livre : Poulets grillés de Sophie Hénaff.Paru le 8 avril 2015 chez Abin Michel dans la collection Thriller.18€50; (346 p.) ; 21 x 14 cm9782253095248,0-3157600

Réédité en poche le 30 mars 2016 au Livre de poche dans la collection Policier. 7€30 ; 18 x 11 cm

Quatrième de couverture

Poulets grillés

Le 36 quai des Orfèvres s’offre un nouveau patron. Faire briller les statistiques en placardisant tous ceux qu’on ne peut pas virer et qui encombrent les services : tel est le but de la manoeuvre.

Nommée à la tête de ce ramassis d’alcoolos, de porte-poisse, d’homos, d’écrivains et autres crétins, Anne Capestan, étoile déchue de la Judiciaire, a bien compris que sa mission était de se taire. Mais voilà, elle déteste obéir et puis… il ne faut jamais vendre la peau des poulets grillés avant de les avoir plumés !

Un polar original, nerveux, et désopilant.

L’auteur : Figure emblématique du journal Cosmopolitan, Sophie Hénaff est responsable de la rubrique humoristique « la Cosmoliste ». Elle a fait ses armes dans un café-théatre lyonnais (L’Accessoire) avant d’ouvrir avec une amie un « bar à cartes et jeux de sociétés », le Coincoinche, puis, finalement, de se lancer dans le journalisme.
« Poulets grillés » est son premier roman.

 

Extrait :
La très brillante commissaire Capestan, étoile de sa génération, championne toutes catégories des ascensions fulgurantes, avait tiré une balle de trop. Depuis, elle avait été traduite devant le conseil de discipline, avait écopé de divers blâmes et de six mois de suspension administrative. Puis silence radio, jusqu’au coup de téléphone de Buron. Son mentor, devenu patron du 36, était enfin sorti de sa réserve. Capestan était convoquée. Un 9 août. C’était bien dans les manières de l’homme. Une façon subtile de signifier qu’elle n’était pas en vacances, mais inemployée.

Le post-it de la bibliothécaire

Buron, nouveau patron de la police judiciaire, réunit dans un même service une quarantaine de fonctionnaires mis au placard et les charge de toutes les affaires classées de la région. Il confie le commandement de cette brigade à son ex-protégée la commissaire Anne Capestan, reine de la bavure aimant contrarier sa hiérarchie.

 Une comédie policière pétillante et jubilatoire

Sophie Hénaff crée un univers burlesque, rempli  de bonne humeur et surtout d’humour. Pour autant les intrigues sont très travaillées car justement la farce force la qualité des enquêtes.

Avec sa galerie de personnages hauts en couleur, très bien campés de surcroit, ce titre nous surprends. Autant de pieds nickelés dans une même brigade, c’est presque improbable, et pourtant…l’idée est formidable et surtout très efficace.

La plume de l’auteur est alerte et ça ne gâche rien à l’affaire.

Si vous n’en pouvait plus du gore et du noir, ce polar est pour vous. C’est une véritable bouffée d’air dans le genre. Et c’est enlevé,divertissant, réjouissant voire jouissif.

Autant dire que j’ai adoré.

Les belges reconnaissants de Martine Nougué


les-belges-reconnaissantsLe livre : Les belges reconnaissants de Martine Nougué. Paru en janvier 2015 aux éditions du Caïman.

4e de couv :

Castellac était un village apparemment tranquille jusqu’au jour où son maire est retrouvé raide mort dans la garrigue. Pénélope Cissé, officier de police du commissariat de Sète, va devoir fouiller dans le passé trouble du village pour retrouver l’assassin de Monsieur le Maire.
Elle va être confrontée à quelques habitants pittoresques mais pas toujours très coopérants, protégeant leurs petits secrets et peu amènes à l’égard de ces « étrangers », les nouveaux habitants venus du nord, ou cette flic Africaine qui fouine dans leurs histoires.

téléchargement (17)L’auteur : Martine Nougué a vécu ses premières années en Afrique, au Cameroun et, depuis, n’a plus cessé de voyager, à la découverte des cultures du monde…
Après des études de sciences politiques et de sociologie, elle a mené sa carrière en entreprise, dans le conseil et la communication.
Passionnée par l’observation de ses contemporains et celle de l’évolution des sociétés, Martine Nougué voyage, rencontre, écrit…
Elle vit aujourd’hui entre Paris et son village du Languedoc où elle s’investit dans la promotion du livre et de la lecture. Les Belges reconnaissants est son premier roman publié.
Extrait :
« Le clan Gallieni tenait les affaires municipales d’une main ferme, n’hésitant pas à user de méthodes musclées à l’encontre des indociles et des éventuels opposants, pressions d’autant plus fortes que les récalcitrants avaient été marqués du sceau de « l’étranger » ou pire, du « néo ». Marianne Grangé, l’étrangère en terre castellacoise, avait subi les foudres de Gallieni lorsqu’elle avait oser le défier, lui et son système, lors des dernières élections. Elle s’était épanchée sur l’épaule de la policière, légitimant la violence de son combat par la colère et le dégoût que lui inspirait cette république bananière locale qu’avec ses amis elle avait entrepris de dénoncer en réveillant les consciences villageoises. Pénélope avait été impressionnée par l’idéalisme de la jeune militante. »

Résumé et avis :

Pénélope Cissé, officier de police au commissariat de Sète, est chargée d’enquêter sur l’assassinat du maire de Castellac. En s’intéressant au passé du village, elle se confronte à des habitants peu coopérants, enclins au racisme et à la xénophobie. Au fil de son enquête, elle croise des chasseurs, un noyau de militants écologistes et une journaliste qui, tous, épiaient les moeurs de la victime.

Martine Nougué , avec une dose parcimonieuse d’humour, insuffle un nouvel élan au roman policier. Mieux, elle le dépoussière.

Elle nous dresse un portrait sans concession d’un village français soumis à l’hégémonie d’une famille, d’un clan. Un bastion où l’élu local se comporte en seigneur des lieux ; distribuant ses faveurs ou faisant régner la terreur.

Tout en subtilité, l’auteur dénonce les fléaux de notre société. L’intolérance, la xénophobie, la cupidité, la bêtise humaine, le racisme ordinaire sont autant de thème qui font la richesse de cette intrigue.

Mais pour autant la lecture de ce titre reste jubilatoire. Et que dire de son personnage de flic , la belle Pénélope Cissé! Iconoclaste cette jeune lieutenant d’origine sénégalaise croque la vie à pleines dents et ne s’en laisse pas compter.

On n’en redemande.