Cabale Pyramidion de Samuel Delage



Collectif Kris

Samuel Delage_nLe livre Cabale Pyramidion de Samuel Delage. Paru le 27 mai 2015 chez Albin Michel dans la collection Thrillers.  19€50 ; (330 p.) ; 23 x 16 cm.

4ème de couv
A Gizeh, les pyramides n’ont pas livre tous leurs secrets…
Au musée égyptien du Caire, une statuette est retrouvée dans le sac de Marion Evans, une jeune chercheuse aussitôt accusée de vol. Coup monté ? Mais par qui et pourquoi ?
Pour son ami Yvan Sauvage, célèbre expert en art, aucun doute : on veut se débarrasser de la jeune femme sur le point de retrouver le légendaire – et tant convoité – pyramidion de Kheops.
Trafic et recel d’antiquités, policiers véreux et cupides, égyptologues assoiffes de notoriété, énigme millénaire… jouant avec les codes du roman d’aventures et du thriller, l’auteur de Code Salamandre (Prix Plume libre) nous entraine dans une folle course contre la montre au cœur de l’Egypte du printemps arabe.

17974L’auteur : Originaire du Saumurois, Samuel Delage est né à Angers eta grandi sur les bords de Loire.
À 17 ans, rêves et écriture se sont liés dans son esprit mais, plein de vie et trop occupé par des études d ingénieur international, il n y accordait alors que très peu de temps.
Aujourd’hui, Samuel Delage vit à Nantes. Il a su canaliser énergie et projets bouillonnants en lui, c’est ainsi qu’un premier roman est né.
Il partage son temps entre son métier dans l’informatique et sa passion pour l’écriture. Ses influences sont multiples : télévision, cinéma et lectures (J. Steinbeck, E. Hemingway, P. Coelho, H. Coben, M. Connelly, J. Grisham, M. Chattam) l’ont aidé à construire son univers.

Extrait :
Hassan respirait le désert et semblait absorber le vide alentour pour s’y fondre tout entier. Il oubliait les dunes de sable, cet immense linceul recouvrant le berceau du monde nilotique qui le fascinait depuis toujours. Un sourire ironique courut sur ses lèvres. Cette enflure de Menes le prenait pour une lope, mais ici, il était le Min de Coptos armé de son fléau, le dieu reproducteur qui fécondait chaque soir la déesse de la lumière pour donner naissance au soleil.

cm16

Résumé et avis de Kris

Au Caire, Marion Evans est victime d’un coup monté. La police refuse de croire qu’elle n’a pas volé la statuette retrouvée dans son sac à la sortie du musée égyptien. Yvan Sauvage, son ancien professeur et amant, tente de prouver son innocence avec l’aide de Daoud, antiquaire, et de l’archéologue Hassan Tarek.

Fascinée de tous temps par l’Egypte, je dois dire que là j’ai été servie. Un jeu de piste mené de main de maître, des personnages hauts en couleur, les pyramides, une héroïne un peu coquine … Le tout arrosé du mystère des pharaons et des scribes, je dois dire que je n’ai pas boudé mon plaisir. D’ailleurs je n’ai pas traîné en route. Excellent !

Publicités

Le condor de Stig Holmas


sh  Le livre : Le condor de Stig Holmas. Traduit du norvégien par Alain Gnaedig. Paru le 2 juin 2016 chez Sonatine éditions dans la collection Sonatine +. 13€ ; (253 p.) ; 18 x 13 cm

Présentation de l’éditeur :

Dans la lignée des œuvres de Robin Cook et de Jim Thompson, un polar norvégien mélancolique et sombre, poétique et haletant à la fois.
William Malcolm Openshaw, poète, intellectuel et amoureux des oiseaux, a eu plusieurs vies. Depuis des années, il erre aux quatre coins du globe, de Mexico à Tanger, en passant par Bogotá et Le Caire, ne fréquentant que les quartiers les plus pauvres.  » Je me contente de traverser les villes, de les quitter en marchant lentement.  » William est un homme hanté par de mystérieuses tragédies, par des secrets dont il ne parle pas. Au Portugal, à la suite d’une agression, il fait la connaissance de Henry Richardson, attaché à l’ambassade britannique de Lisbonne. Ce dernier semble en savoir beaucoup sur le passé de William, beaucoup trop même. Sur les disparitions, les morts violentes, les ombres et les trahisons qui ont jalonné son parcours. Richardson a peut-être même les réponses aux questions que se pose William sur sa vie d’avant, sur la tragédie qui a brisé son existence. Une véritable partie d’échecs à l’issue tragique inévitable s’engage alors entre les deux hommes.

Stig Holmås, tout en nous proposant une intrigue d’une efficacité absolue, s’interroge sur la condition humaine avec une lucidité déchirante. La beauté et la puissance de l’écriture ne font qu’ajouter à l’éclat de cette perle noire, publiée en 1991, et considérée par beaucoup d’amateurs comme un chef-d’œuvre absolu du genre.

stig-holmas_5613129L’auteur : Poète, romancier et scénariste, Stig Holmås est né en 1946 à Bergen
Extrait :
«… Partout des papiers gras qui traînent dans les caniveaux, partout des coins de maisons décorées à la pisse, mais le parfum des coquelicots m’accompagne. Il est rouge et léger, comme les battements de cœur du condor.» 

Résumé et petit avis :

Cet homme qui traîne sa misère d’une capitale à l’autre, c’est William Openshaw, poète reconnu mondialement, grand connaisseur des oiseaux et braqueur de banques.

Quels hasards, quels incidents, quelles motivations guident ses pas ?

Il est hanté par de mystérieuses tragédies et des secrets dont il ne parle jamais.

Puis un jour au Portugal, il fait la connaissance de Henry Richardson, attaché à l’ambassade britannique, qui semble en savoir beaucoup sur le passé trouble de William.

Mais… Qu’a-donc laissé,  William, dans son sillage ?

shEncore une oeuvre qui sort de l’anonymat.
Sortie il y a presque 20 ans chez un petit éditeur nantais, c’est la série noire qui nous le fait découvrir 5 ans plus tard.
Il n’a pas vraiment fait beaucoup de bruit. Il faut dire que ce texte est vraiment singulier.

Un OLNI, un Objet Littéraire Non Identifié.

Et puis miracle, Sonatine le ressuscite dans sa collection semi poche. Et hop le condor prends son envol.
Et quand le condor plane ainsi au-dessus de vous, c’est que votre esprit est ouvert et vos neurones tournent au maximum de leurs possibilités.

Et l’auteur tel un chamane convoque sa plume hypnotique et poétique pour nous entraîner dans son sillage. Et il invoque tous les thèmes qui font de ce titre un grand roman noir, les choix mal assumés, les regrets, l’enfance volé et ses traumatisme et la recherche de redemption.

Non, je ne dirai pas comme certain que ce livre est un chef d’oeuvre mais je pense que sa lecture va vous marquez à jamais comme je l’ai été. Elle déroute, dérange, agace et lasse parfois. Mais toujours elle nous fait battre notre coeur.

 

 

Retrouvez ci-dessous la chronique de mon ami Yvan sur Emotions :

Le condor – Stig Holmas

Arrêt Wagram / Samuel Delage


Mes petites lectures

9782819500308,0-11346629782819500926,0-1213093Le livre : Arrêt Wagram / Samuel Delage.Paru le 7 octobre 2010 aux Nouveaux Auteurs.18€ ; (300 p.) ; 21 x 14 cm

Réédité en poche le 9 juin 2011 chez les Nouveaux Auteurs poche. 6€59 ; (245 p.) ; 18 x 11 cm.

 

4e de couv :

Imaginez que votre enfant ait été enlevée et qu’un matin, dans une station de métro, un inconnu vous oblige à le suivre, vous jette dans un avion pour New York sans pouvoir laisser la moindre trace derrière vous…

C’est ce qui arrive à Yvan Sauvage, l’un des experts en Art les plus côtés au monde. L’organisation qui le séquestre va exiger, au nom de la survie de sa fille, de sa femme, le détournement d’œuvres majeures du patrimoine mondial. Pourquoi lui ? Que cherche vraiment cette organisation tentaculaire ?

Entre Paris, où la femme d’Yvan tente de comprendre cette soudaine disparition, et New York, où l’expert est contraint d’exécuter les ordres en cherchant à se sortir du guêpier, le chassé-croisé est haletant.

Pour sauver sa propre peau et celle de sa fille, Yvan Sauvage va être obligé d’aller au-delà de lui-même en prenant tous les risques.

Y parviendra-t-il ? Et au prix de quelle brutale révélation ?

Citation :
Le cordon était coupé pour la seconde fois. La première avait donné la vie, la seconde, invisible, la fit disparaitre.

L’auteur :

45898756887Samuel Delage, né en 1978 dans le Saumurois, il a grandi sur les bords de Loire. Il vit aujourd’hui à Nantes, où il partage son temps entre l’écriture et son métier d’ingénieur en informatique.

 

 

Mes petites lectures

Résumé et petit avis :

Yvan Sauvage, un expert en art, va être obligé de prendre tous les risques pour sauver sa fille, enlevée par une organisation exigeant de lui le détournement d’oeuvres majeures du patrimoine mondial.

Un chassé-croisé entre Paris et New York sert de toile de fond à ce thriller dans lequel se mêlent argent, oeuvres d’art et secrets, pour servir des travaux sur la recherche et les manipulations génétiques. Une intrigue prenante et originale, servie par une écriture sobre et fluide. A noter le petit clin d’oeil à Maxime Chattam, à travers le personnage de son enquêteur, Joshua Brolin.

Lire le début ICI

Les écailles d’or de Parker Bilal.


9782021141917 (1)       Les écailles d’or de Parker Bilal. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Gérard de Chergé. Paru le 15 janvier 2015 aux Seuil Policier. 22€50 ; (419 p.) ; 23 x 15 cm

4e de couv : 1981 : Alice, six ans, fille d’une junkie anglaise de bonne famille, est enlevée en plein jour dans une ruelle du souk du Caire.

1images (22)998 : Saad Hanafi, milliardaire cairote issu de la pègre, demande au détective privé Makana de retrouver la star de son équipe de foot, Adil Romario, qui s’est volatilisée sans raison apparente. Makana, exilé politique soudanais qui vit chichement sur une awama, genre de péniche pittoresque et déglinguée, est un curieux choix : à part ses bonnes relations avec un commissaire local et un journaliste engagé, on ne peut pas dire qu’il soit bien introduit en ville… Son enquête le mène des bistrots crapoteux et des rues empoussiérées de la capitale aux résidences somptueuses des nantis du régime, puis il croise la route de la mère d’Alice, qui sera sauvagement assassinée alors qu’elle persistait à rechercher son enfant perdue.

images (23)Quel peut être le lien entre les deux disparitions, à plus de quinze ans d’intervalle ?

Les Écailles d’or introduit un nouveau héros sur la planète polar : Makana, ancien inspecteur de la police soudanaise. Cabossé et attachant, il est digne de ses illustres prédécesseurs Wallander, Montalbano et Brunetti.

La séduction indéniable du roman, qui doit beaucoup aux arabesques du conte arabe et aux descriptions bariolées du Caire, offre un contraste saisissant avec un climat de menace constant, impénétrable et mystérieux.

téléchargement (41)L’auteur : Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, auteur de romans publiés par Actes Sud. Né à Londres, il a grandi à Khartoum, reçu une formation de géologue à l’université de Sheffield, puis vécu au Caire et au Danemark avant de s’établir à Barcelone. Les Écailles d’or est le premier volume d’une série de polars situés au Caire.

Résumé et avis :

images (24)Rentrer dans la première aventure de Makana. Cet ex policier soudanais est un exilé politique en Egypte. Au Caire, il vit et fait le  détective privé. C’est à ce titre qu’il est engagé pour retrouver la star de l’équipe de foot d’un milliardaire pas très « net »!  Et son enqu^te va le mener sur des voies tortueuses auquels il ne s’attendait pas.
images (25)Avec lui, nous allons découvrir dans les méandres du Caire. Une ville tentaculaire qui va nous dévoilé sa géographie complexe. Mais,  nous allons aussi entrevoir la images (26)vie politiques de la capitale égyptienne. Et là, c’est pas joli, joli. Racket et l’extorsion, trafics en tout genre, corruption et peau de vin, Le Caire est la ville de tous les contraste.  La misère y côtoie les plus grandes richesses et ses nababs.

images (28)Vous l’aurez compris, l’auteur fait un portrait sans complaisances de l’Egypte, de ses puissants. L’élite qui se complaît dans leurs magouilles pour garder le pouvoir. Des services secret en passant par les médiats à leur bottes. Il est interdit de critiquer leur façon de faire sans risquer l’exclusion , voire le bannissement ou même la mort. Cette corruption qui fait le lit de l’extrémisme religieux. Il nous présente un pays malade, et pourtant bien vivant. Une plongé images (27)exotique totalement dépaysante. Les cairotes sont des gens enthousiasmants, pleins de vie et même si la misère est souvent leur lot. Ils gardent un optimisme désopilent.

Alors oui on a envie de suivre l’attachant Makana, son humour teinté de dérision,sa pittoresque logeuse Oum Ali et ses appétissants repas au restaurant d’Ali Aswani. OUI, on est, je suis impatiente de la retrouver dans ses prochaines aventures.

Lire le début ici