Le comité de lecture polar des bibliothèques de la ville de Paris : qu’est que c’est ?


On m’a souvent posé la question. Le comité de lecture polar des bibliothèques de la ville de Paris : qu’est que c’est ? Et bien aujourd’hui je tente d’y répondre.

Le comité de lecture polar des bibliothèques de la ville de Paris est un collectif de veille et d’analyse.

Les collectifs de veille et d’analyse évaluent les documents de la production éditoriale de leur secteur thématique pour les bibliothèques du réseau de la Ville de Paris. Ils proposent des sélections et apportent leurs conseils aux acquisitions des établissements.

Le collectif LIPO, LIttératures POlicières, est constitué de membres, tous bibliothécaires, passionnés par la littérature policière. Ils suivent l‘actualité éditoriale du domaine policier constituée principalement de romans et de quelques rares essais.

Et les réunions du Comité Littératures Policières sont le mardi matin,toutes les deux semaines.

Nous travaillons à partir de la base bibliographique Electre. Un titre qui ne sera pas référencé dans Electre ne sera pas vu par les collectifs. Donc pas traité.

La sélection des romans policiers dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Le réseau des bibliothèques et médiathèques de la Ville de Paris est un réseau unique en France de par le nombre d’établissements (60), l’ancienneté mais aussi la taille de ses collections (nombre d’exemplaires et de titres). L’importance et l’originalité de ce réseau nécessitent un fonctionnement particulier au niveau de la sélection des ouvrages.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la démarche du comité de lecture polar. En effet ce comité a pour mission d’une part de répertorier l’ensemble de la production éditoriale « romans policiers » et d’autre part de sélectionner bimensuellement un certain nombre de titres qui sont proposés à l’ensemble des établissements du réseau parisien. Sélection à partir de laquelle les bibliothèques effectuent leurs commandes. Chaque ouvrage fait l’objet d’une analyse critique.

La production dans le domaine du roman policier est de plus en plus importante. Chaque maison d’édition a désormais sa collection policière et nombreux sont les éditeurs, essentiellement régionaux, qui ne publient que du policier. L’objectif du collectif est de sélectionner les romans qui lui ont paru les meilleurs tout en prenant en compte la grande diversité éditoriale de ce genre. Il lui faut essayer de ne pas succomber aux modes et aux engouements qui font que l’on publie tout et n’importe quoi dans les domaines qui ont du succès (policier nordique, ésotérique, histoires de tueurs en série etc.) tout en ne perdant pas de vue que les titres sélectionnés sont destinés à des collections construites pour le public.

Si l’essentiel du travail et de la sélection se font sur des titres inédits il nous paraît toutefois important de signaler, en les passant sur Liste ou en les recommandant simplement, certaines rééditions. Soit parce que ce sont de nouvelles traductions (les premières traductions de certains livres étant parfois très limites) ; soit parce que ce sont des éditions d’œuvres complètes qui reprennent des titres qui ne sont souvent plus disponibles depuis longtemps.

Le comité de lecture polar des bibliothèque de la ville de Paris s’efforce de lire un maximum de 1e roman. Le travail de découverte est un des axes de notre travail qui est sans doute le plus gratifiant.

Aussi pour effectuer celui-ci nous disposons d’un service d’offices.

Malheureusement souvent les offices que nous demandons ne nous sont pas fournis, par nos libraires prestataires, quand il s’agit de petites maisons d’éditions.

Dans ce cas, il nous arrive de demander des services de presse (SP) aux éditeurs en question.

Pour autant, un SP ne signifie pas un achat en bibliothèque. Seul les romans policiers qui nous semblerons les meilleurs, sortant du lot, ceux qui nous aurons surpris, étonnés ,questionnés se verront proposés pour achat aux 60 bibliothèques parisiennes. Nous sommes l’outil de sélection de ces dernières.

Voilà donc défini la mission première du comité polar.

Mais depuis la rentrée 2012-2013, celui ci propose aussi un certains nombres d’autres activités.

-Présence sur les salons et festivals pour mieux percevoir les tendances qui se dégagent dans notre domaine de prédilection.

-Participations à des débats et des colloques.

-Publications de bibliographie à destinations du public des bibliothèques parisiennes et au-delà.

-Mise en place de rencontres ou de débats autour du polar dans les établissements parisiens.

-Présence sur les réseaux sociaux. Page facebook très active.

Voilà, vous savez tout sur mon activité autour du comité de lecture polar. C’est une des parties de mon boulot. 20% environ de mon temps de travail. Bien plus en réalité sur mon temps personnel.

Du reste, j’aurai aimé un blog pour notre comité de lecture; le projet a été déposé il y a plusieurs années déjà. Mais le blog n’ayant toujours pas vu le jour, j’ai créé le mien, mais vous le connaissez non ? Mais si Collectif Polar : Chronique de Nuit

Vous l’aurez compris, pour ce job, je suis obligée de travailler avec la base de donnée bibliographique Electre. Aussi, si votre polar n’est pas référencé dans cette base bibliographique, je ne le lirai pas. Je le regrette, mais mon temps n’est pas extensible.

Normalement, le référencement dans Electre est gratuit, c’est à vous mais surtout à votre éditeur, même si c’est une petite maison d’édition, de prendre contacte avec Electre et de proposer vos titres afin qu’il les enregistre

Pour nos amis auto-édités c’est sans doute un peu plus compliqué. Quoique certains d’entre vous êtes étiquetés sur cette base bibliographique.

Et  là, je voudrais pousser un petit coup de gueule.

Car, non, je n’ai rien contre l’autoédition, comme le prétendent certains.  Je ne suis pas, enfin je crois, le suppôt des éditeurs patentés. Pour autant, je ne ferai pas les démarches administratives à votre place. A vous de mettre tout en place pour vous faire connaître auprès des libraires et des bibliothécaires.

Je n’ai pas d’actions chez Electre, je trouve même qu’ils font payer leurs services un peu chers aux médiathèques et aux librairies qui souhaitent travailler avec cet outil. Mais c’est un outil précieux et utile à notre travail. Et puis, je n’ai pas le choix, pour mon boulot, je travaille avec les outils que me fournit mon employeur.

Encore une fois je le répète, dans le cadre de mes lectures, je préfère faire d’une pierre deux coups. Et pour moi et pour le comité de lecture. Mon temps de lecture se fait uniquement sur mon temps perso de repos et… Mon temps aussi est précieux !

Allez, j’y retourne, j’ai encore 5-6 romans à lire pour mardi prochain.

Bonne lecture à vous aussi.

 

 

Publicités

Les Bibliographie 2013-2014 du Comité polar


Les Bibliographie 2013-2014

Voici un récapitulatif des bibliographies proposées par notre coordinatrice durant ces 12 derniers mois.

2 « A vos crimes » vous ont présentés les découvertes et les coups de coeur du Comité.

4 Enquêtes spéciales » ont ponctué l’année littéraire, historique ou événementielle…. :

Le centenaire de la grande guerre.

L’argentine invitée au Salon du livre de Paris

L’année croisée France-Vietnam

La gourmandise à l’honneur dans les bibliothèques de la ville de Paris.

Vous les retrouvez ci-dessous :

http://goo.gl/zfZaX9 : A vos crimes Saison 3 épisode 2

http://goo.gl/sqal4k : La grande guerre dans le polar : enquête spéciale 5

http://goo.gl/TXrxwM : Noir Tango : enquête spéciale 6

http://goo.gl/KrnWTN : Good Morning Polar : enquête spéciale 7

http://goo.gl/zaNreN : A vos crimes Saison 4 épisode 1

http://goo.gl/Mzkurf : Le polar se met à table : enquêtespéciale 8

Encore une belle année, gageons que 2015 sera aussi réussie et fructueuse.

Nous savons de sources sûres que 3 bibliographie pour le premier semestre sont déjà dans les tuyaux.

Nous remercions notre secrétaire et animatrice pour son dévouement et sa passion des littératures policières.

Mercià toi chère Geneviève.

L’équipe du comité de lecture.

Ces dames du noir 4 : Hommage à Michèle Witta.


6a00e54efcba6b88340148c6e1ba54970c-500wi

Pour notre sixième mois d’existence j’ai voulu mettre en avant une grande dame du polar.

Celle-ci a été mon mentor. J’ai eu la chance de la côtoyer et d’apprendre énormément à ces cotés. Pendant des années, elle a choisi et sélectionné les romans policiers pour le réseau des bibliothèques de prêt de la ville de Paris.

téléchargement (44)La première fois que je l’ai vue c’est lors d’un festival polar, elle y tenait une table ronde. Et notre modératrice l’a rendue passionnante. Je l’ai ensuite revue lors d’une présentation, pour des bibliothécaire-documentaliste, du genre polar. Elle y menait une intervention tout à fait instructif où elle nous dévoiler les différentes littératures policières et les différents genres qui la composent.Une formation que je n’oublierai jamais puisque c’est elle qui a construit ma culture polar.

        Ah mais que je suis bête je ne vous ai pas présenter celle a qui je veux rendre un hommage que j’espère vibrant. Il s’agit, certains l’ont sans doute déjà compris de Michèle Witta.

Michèle est à mes yeux la dame du polar pour ne pas en dire la Papesse.

téléchargement (46)Pendant des années elle a travaillé à la Bilipo, la bibliothèque des littérature policière. Je crois même qu’elle en a été à l’origine. Oh, surement dans l’ombre car Michèle n’aimait pas se mettre en avant. En tout cas, elle en a été la cheville ouvrière, sous son impulsion est né un groupe de lecture polar et ainsi les premiers crimes de l’année.

5373-supplements-1201785265A la BILIPO, Michèle s’occupait aussi des demandes de lecteur. Si vous avez une question sur le polar sur un polar, sur un genre en particulier, sur un thème vu à travers le prisme du roman policier, sur le roman policier dans tel pays ou tel autre. Michèle vous envoyait toujours une réponse complète.  Dès la fin des années 90, j’ai souvent fait appel à elle pour me préparer mes  bibliographiespolars. La gastronomie dans le polar, le polar Italien, chinois…et j’en passe. Michèle était toujours partante pour nous faire parvenir un document complet avec tous les courants et tous les auteurs à mettre en avant. Je me souvient pour la littérature italienne, j’ai même eu droit à un petit cours particuliers sur les débuts du polar dans la botte. J’ai tout appris sur le « Giallo » et sur les polars issue des année de plomb, j’ai ainsi découvert  Giorgio Scerbanenco ou encore Marcelo Foix, passant allégrement des année 60 avec le premier au renouveau du polar italien des année 90 avec le second.

« Le terme giallo (littéralement « jaune ») est le nom utilisé en Italie  pour désigner le roman policier. Il tire son origine d’une collection de romans policiers publiés par les éditions Mondadori de 1929 jusqu’aux années 1960. Leurs couvertures jaunes cachaient des romans et des nouvelles de type whodunit à l’image de leurs cousins américains. La ressemblance avec ces derniers était accentuée par les pseudonymes anglo-saxons utilisés par la plupart des auteurs et par la présence majoritaire de romans anglophones traduits en italien dans  les premiers gialli. Publiés sur du papier de faible qualité, le succès de ces romans attira l’attention d’autres maisons d’édition qui ne tardèrent pas à sortir leurs propres  œuvres sous la couverture jaune devenue traditionnelle. Ces romans furent si populaires que les œuvres d’auteurs étrangers réputés comme Agatha Christie ou Georges Simenon sortirent sous cette forme lors de leurs premières publications en . »  Source Wikipédia

Nous avons aussi  beaucoup parlé avec Michèle du polar et des femmes. la femme vu sous le prisme du roman noir et policier, les femmes auteures de roman policier. Je vais pas vous résumer nos conversations mais vous renvoyer vers ce lien : un court entretien que Michèle avait donné à L’express sur le sujet

images (23)J’ai aussi quelques autres souvenirs. Je me souviens notamment d’une réunion du groupe polar… Un mardi matin, un jour de fin août. A l’époque je m’étais engager à lire un polar par semaine pour honorer mon travail et ma participation au groupe. Et là j’étais fière, Août étant un mois calme en bibliothèque, j’avais lu 2 polars par semaine. Alors je me pointais à la réunion avec mes 9 bouquins à présenter aux membres du groupe. J’avais bien révisé mes petites notes. La réunion a commencé, Michèle est arrivé avec quelques minutes de retard. Nous étions 7 autours de la table, j’avais le plus d’histoire à raconter. Michèle s’est alors installée, en bout de table. Devant elle, trônait une pile de polars, j’imaginais qu’ils faisaient des prochains qui nous seraient proposés à la lecture. NON, ps du tout cette trentaine d’ouvrages était les lectures du mois de Michèle. Elle avait autant de romans policier à nous présenter que de jours qu’il y a au moi d’août. Croyez-moi, ce jour là, la réunion a duré un peu plus longtemps que prévue. Et je me suis trouvée  bien« petite joueuse ».

Michèle s’était ça, une puissance de lecture impressionnante, elle lisait tout le temps et partout. dans les transports bien sur, mais aussi en mangeant, pendant ses poses clopes. C’était cette puissance de lecture mais aussi cette énorme mémoire. une véritable encyclopédie sur patte. Monumentale mémoire, jusqu’à ce rappeler de certains détails de l’histoire et de vous citer la page de celui-ci dans telle édition donnée.

Elle était à la fois cette personne étourdissante mais alors si humble si modeste. je vous l’ai dit ne se mettant jamais en lumière et d’une tel gentillesse et d’une telle disponibilité malgré la somme de travail qu’elle abattait. Je ne sais pas ce que sont devenue ses bases de données, ces précieux  index  J’espère qu’un jour ils seront mis en ligne, ils sont et serait très utile à tous amateurs, tous chercheurs et tous passionnés de la littérature, des littératures policière.

téléchargement (45)Michèle, c’était aussi une fervente militante de la cause du polar ; toujours à le défendre. Elle a été une fervente adhérente, une des premières de l’association 813. L’association des amis des littératures policière qui a aujourd’hui plus de 35 ans d’existence. D’ailleurs depuis 2011, et pour lui rendre hommage, un des prix de cette association porte le nom de Michèle Witta.

« Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger »

401px-Michele_WittaEn plus d’être bibliothécaire à la BILIPO… Michel parcourait la France et les pays francophones pour y apporter la bonne parole. On pouvait la rencontrer sur de nombreux salons et festivals policier. Auprès de ses amis corses ou bretons….Dans le sud ou le nord. Elle a formé aussi tout un tas de bibliothécaires, en suisse, en Belgiques , à la Réunion ou dans nos belles provinces françaises… Je peux en témoigner, je suis un pur produit estampillé « MW ».

Michèle Witta fut la première traductrice de Ian Rankin, elle a traduit aussi Ross Mac Donald, Ellis Peters… Tennessee Williams pour les mémoires d’un vieux crocodile.

téléchargement (47)Mes derniers souvenirs heureux avec Michèle c’est lorsqu’elle m’a apporté son soutient inconditionnel lors de la création en janvier 2010 du nouveau Comité de lecture polar des bibliothèque de la ville de Paris. Elle est même venu aux premières réunions entre janvier et avril. Me défendant et soutenant le collectif face aux attaques de sa responsable à la BILIPO. J’aurai souhaité que nos collègues de cette bibliothèque spécialisée viennent nous rejoindre et nous apporter leurs expertises précieuses. Seule Michèle est venu contre l’avis défavorable de sa chef.

Je l’ai revu Michèle, cette fois en famille avec une de ses filles , dans les allées du salon Saint Maur en Poche en juin de cette même année. Elle venait rendre visite à quelques amis polardeux mais aussi acheter des tas de bouquins pour ses filles et ses petites filles .

Grâce à Michèle Witta j’ai découvert des tas d’auteurs et parmi eux, je pense à Nadine Monfils, Michèle Barrière, Elena Piencentini ou encore j’ai lu les premiers Paul Colize….Mais la liste serait trop longue.

Noir2009-_078

Michèle Witta, entourée de Josephe Incardona et Denise Mina, pour « Noir sur la ville 2009 ». Photo : Serge Andrieux.

Alors permettez moi de vous proposer : ICI, la liste des 100 polar de Michèle Witta

CENT AUTEURS « INCONTOURNABLES », LA LISTE DE MICHÈLE WITTA

Des classiques aux comiques, à la fin de chacune de ses passionnantes confèrences sur les littératures policières,  Michèle Witta avait l’habitude d’offrir sa liste: une page, imprimée recto verso, contenant l’inventaire de cent auteurs « incontournables »indexés selon huit catégories. Sous la forme d’un tract, un authentique cadeau, une lettre-objet, précieuse, à conserver pour mémoire. En mémoire de notre amie Michèle…

Oui, Michèle Witta nous a quitté le 28 septembre 2010 et le vendredi 1er  vers midi octobre nous  étions nombreux à l’accompagner dans sa dernière demeure.

Et comme le dis si bien Delphine Cingal

 » Elle était une encyclopédie du polar vivante. C’est une bibliothèque qui est partie en fumée au crématorium de Valenton. » (…) « Elle va me manquer. Elle était un arbre, on la croyait immortelle, mais une vilaine tempête appelée cancer l’a emportée. Elle laisse derrière elle ses deux filles et ses deux petites-filles qui étaient sa vie et sa fierté. »

Ce jour là, toute la famille polardesque pleurait. En ce triste et sombre jour funeste le polar français était orphelin lui aussi. Hervé Delouche (président actuel de 813) lui a rendu hommage. Jean-Hugues Oppel nous a émus et chavirés avec un discours bouleversant dans il est le seul a avoir le secret. Oui ce fut une belle et déchirante cérémonie. Seules, peut-être, les hautes instances de la ville de Paris manquées, toi qui a tant donnée pour le rayonnement de la Ville.

Ce qui est certain c’est que tu nous manques Michèle. Tu me manques, tu as laissé un bien grand vide que je n’arrive pas à combler. Et parfois, souvent même, il faut l’avouer, lorsque je lis un nouvel auteur, je te parle, je te pose des questions, je me demande ce que toi, Michèle, tu en aurais pensé.

C’est l’été…C’est lecture d’avant.


C’est l’été

Hé oui, forcément depuis quelques semaines, notre comité de lecture a pris des vacances. Il fallait s’y attendre comme chaque année de début Juillet à fin août c’est l’été du comité.

Bon il faut dire que la production éditoriale est, elle aussi, en vacances. Il va falloir attendre septembre pour que les choses sérieuses reprennent.

Alors je vais profiter de ces pseudo congés forcés pour étoffer la rubrique : « Lecture d’avant ».

Je vais vous proposer cet été

Lecture d’avantLecture d’avant&

Petit retour en image sur le dernier Apéro Polar avec Thanh Van Tran Nhut


Petit retour en image sur le dernier Apéro Polar avec Thanh Van Tran Nhut

Le samedi 28 juin 2014, nous avons eu la chance de recevoir pour notre 3e apéro polar, l’auteur Thanh-Van Tran-Nhut.

Cette rencontre a eu lieu dans le cadre de l’année croisée France-Vietman, elle a été proposé par le Collectif de lecture polar des bibliothèque de la ville de Paris

Thanh-Van Tran-Nhut  est l’auteur d’une série policière située dans le Viêt-Nam du XVIIe siècle

10440666_272401656279329_8757070767324234256_n

Depuis la début de l’année, Thanh-Van Tran-Nhut , la lauréate française 2014 de la résidence d’écrivains Randell Cottage est à Wellington.

Et c’est tout son parcours ainsi que son expérience d’auteur qu’elle est venue partager avec nous.

10433087_272403856279109_3366947440591625320_n

Quelques têtes connues, Michèle Barrière et Frédérique Lenormand venus assister à la rencontre

10520093_272403716279123_991466478860729128_n

Un public nombreux

.

10488119_272404276279067_9129078953442779007_n

La conférence a été suivi d’un petit apéro

Elle nous parle d’abord d’elle et de sa famille, de ses études.

Thanh-Van Tran-Nhut naît à Huê, au Viêt-Nam, en 1962. Impénitents, ses parents, professeurs de mathématique et de sciences naturelles, continuent sur leur lancée et Kim vient agrandir la famille en 1963. Jours tranquilles dans une grande maison au bord d’un cours d’eau.

En 1968, la famille s’installe aux Etats-Unis, les parents ayant choisi d’étudier dans l’un des états les plus froids du pays : le Michigan, au cœur de la région des Grands Lacs. Années inoubliables, faites de blizzards et de tornades, et placées sous le signe de Peace & Love.

Le choc culturel et thermique est brutal pour les Tran Nhut et surtout pour les deux petites.

1971, arrivée en France. Une nouvelle langue et une nouvelle vie, d’abord à Crotenay, un petit village jurassien, puis dans une petite ville de Haute-Saône. Adolescence en pattes d’eph et Clarks. Les deux soeurs passent un Bac Scientifique. Papa est intransigeant, il faut-être bon en classe.

Après le baccalauréat, leur chemin se sépare. Kim fait des études de physique à Normale Sup, tandis que Thanh-Van repart aux Etats-Unis. Soleil de Pasadena, Richard Feynman déambule encore à l’ombre des oliviers et le premier télescope Keck commence à voir le jour.

Quelques années plus tard, Thanh-Van revient en France avec un diplôme d’ingénieur en mécanique du California Institute of Technology. Plongée dans le monde informatique.

Thanh Van nous explique pourquoi, elle et sa soeur ont choisi d’écrire du polar historique et vietnamien. 

10492365_272406629612165_953330646945477795_n

10516681_272402242945937_6823701988326705924_n1999, les deux sœurs se lancent dans l’écriture d’une série policière située dans le Viêt-Nam du XVIIe siècle. C’est Kim qui initie le projet, Thanh Van est moins enthousiaste. L’arrière-grand-père maternel, figure mythique de la famille pour avoir accédé très jeune aux fonctions de mandarin, servira de modèle au héros du roman. Il prête ainsi son intelligence et sa sagacité à un jeune magistrat, Tân, qui affiche des traits virils et promène un physique de guerrier. Un héros pétrit de confucianisme.,doctrine politique et sociale érigée en religion d’État dès la dynastie Han. Mais qui cohabite sans heurt avec les autres courants de pensées de l’époque : le bouddhisme et le taoïsme.

10502168_272405436278951_4926911281372740320_n 10501892_272405479612280_5652421253773097468_n 10492205_272405522945609_5378668061633820496_n 10553564_272405576278937_3866125788485410575_n 10559740_272405632945598_660083564566079157_n

Les deux sœurs vont choisir d’installer leur héros et ses aventures dans une période charnière de l’histoire du Daï Viet, le XVIIe siècle.

Pendant plus d’un millénaire, le Viêt Nam est une possession de la Chine . C’est dans le contexte de la lutte pour l’indépendance vis-à-vis de la Chine que se forge une conscience nationale Viêt : la nation vietnamienne qui émerge progressivement n’en demeure pas moins marquée par des structures étatiques inspirées de celles de la Chine, et par une culture en grande partie sinisée. En 939, le pays devient indépendant ; le Đại Việtménage cependant ses rapports avec l’empire chinois en continuant de reconnaître sa suzeraineté et en lui payant tribut. Le Đại Việt doit à plusieurs reprises lutter pour conquérir ou défendre son territoire.

De la fin du XVIe à la fin du XVIIIe siècle, le Đại Việt est divisé en deux. Les seigneurs de la famille Trịnh dominent le Nord et ceux de la famille Nguyễn le Sud, tandis que les souverains Lê ne règnent plus que symboliquement. Les Nguyễn finissent par l’emporter et règnent sur le pays, rebaptisé Việt Nam puis Đại Nam, mais connu en Occident sous le nom d’Annam.

C’est aussi, les seigneurs du Sud qui ont permis l’implantation des Français au Vietman, en leur demandant leur aide pour vaincre le Nord.

A la grande joie des auteurs, la première enquête, Le Temple de la Grue écarlate, est publiée aux éditions Philippe Picquier.

L’aventure se poursuit avec la parution en 2000 de L’Ombre du prince, où l’on voit le mandarin Tân résoudre une affaire de meurtres en série dans la capitale Thang Long, l’actuelle Hanoi.

Le troisième volet des enquêtes, La Poudre noire de Maître Hou, est écrit par Thanh-Van à partir d’un scénario élaboré à deux. L’accent est mis sur l’ouverture du pays sur le monde, avec l’arrivée de marchands européens et de jésuites français.

 10469704_272401619612666_8591836673847235571_n

2002, l’année de tous les bonheurs. Thanh-Van embarque dans un rêve vieux d’un siècle : faire le tour du monde. Sac à dos et pataugas. Faune du Kenya et grand rift en Tanzanie. Volcan sacré des Masaï, volcans révérés des Indonésiens, sommets taoïstes en Chine, temples bouddhistes en Corée, Angkor à vélo, déserts boliviens en jeep, chemin de l’Inca à pied, glaciers de l’Alaska à l’aube, sources chaudes du Japon à l’automne, souvenirs du Viêt-Nam à pleurer… Zigzags sur l’Equateur, ciel austral et aurores presque boréales.

Au retour, Thanh-Van signe seule la quatrième aventure du mandarin Tân. Le jeune magistrat retourne au village de son enfance, où de vieux démons reviennent à la vie. L’Aile d’airain est publié en 2003.

La suite des enquêtes est aussi l’œuvre de Thanh-Van : L’Esprit de la renarde paraît en septembre 2005, Les Travers du docteur Porc  en janvier 2007.

En 2009, deux nouveaux livres : Le Banquet de la Licorne, septième enquête du mandarin Tân (éditions Philippe Picquier), et Le Palais du Mandarin, un recueil de textes gourmands (NiL éditions). En janvier 2010 sort La Femme dans le miroir (Robert Laffont), une histoire d’obsession et de manipulation qui se déroule à Paris de nos jours.

En 2011 paraît Les Corbeaux de la Mi-automne, où d’anciennes légendes refont surface sur fond de tensions entre la Chine et le Dai-Viêt.

Les livres ont été traduits en italien, en japonais, en espagnol, en russe et en allemand.

 Thanh-Van Tran-Nhut , lauréate française 2014 de la résidence d’écrivains Randell Cottage à Wellington, est rentrée la veille de notre rencontre de Nouvelle Zélande. 42 heures de voyage….Incroyable, même avec un tel décalage horaire, notre auteur s’est montrée d’une gentillesse et d’une telle disponibilité qu’elle a de suite su conquérir le public de cette fabuleuse rencontre.

A la fin de la rencontre, les invités ont pu échanger entre eux et avec l’auteur, autour d’un verre et de quelques agapes.

Et à l’évocation de celle-ci, je suis encore toute émue et jamais je ne remercierais assez Thanh Van pour tout ce qu’elle nous a apporté. Mais aussi pour ce moment de partage.

Une assistance conquise et passionnée.Une assistance conquise et passionnée.

Quelques têtes connues, Michèle Barrière et Frédérique Lenormand venus assister à la rencontreQuelques têtes connues, Michèle Barrière et Frédérique Lenormand 

APERO POLAR : PORTRAITS DE FAMILLE(s)


Samedi prochain, le 30 mai donc, je vous convie à une rencontre extraordinaire.

A 11h30, on commencera par une lecture de nouvelles policières avec Ska Editeur.

Des nouvelles de Paul Colize, Max Obione, Jeanne Desaubry, Gaëtan Brixtel, et David Coulon autour du thème de la famille (la famille, qu’on déglinguera avec plaisir…).

Les lectures seront assurées par 4 comédiens-lecteurs : Hélène Francisci, Vincent Dela, Fabien Malcourant, et David Coulon  de Compagnie Kopasker.                                       David assure aussi la mise en scène.

Et comme le dis si bien Jeanne Desaubry : « La famille en prendra pour son grade. Noir noir… »         Et je vous l’assure ça va dézinguer. Rires et sourires assurés.

Puis à 12h30,  discussions autour de l’édition numérique vs édition papier.

17131565932_dfed8bfa50 (1)Enfin dédicaces ! en compagnie de Jeanne Desaubry, David Coulon , et de Janus (Trash Editions) url4

En espérant vous voir nombreux…

Ah oui, l’entrée est totalement libre et gratuite !

 x274_e086-unnamed

APERO POLAR : PORTRAITS DE FAMILLE

NOIRES LECTURES, NOIRES DEDICACES

La bibliothèque Parmentier vous invite à un apéro polar autour de l’esprit de famille(s).

La Compagnie Kopasker, avec SKA Editeur Numérique vous proposent des lectures et des mises en espace  de nouvelles de : Jeanne Desaubry, Paul Colize, Max Obione, Gaëtan Brixtel, David Coulon…

NOIRES LECTURES, NOIRES DEDICACES

BIBLIOTHEQUE PARMENTIER – PARIS 11

SAMEDI 30 MAI de11h15 à 13h.

4 comédiens et 3 auteurs de polar seront présents pour cet apéro polar d’un nouveau genre

NOIRES LECTURES, NOIRES DEDICACES

Par la Compagnie Kopasker, avec SKA Editeur Numérique.

avec le soutien de la Fabrique Ephéméride-Val de Reuil, et la Ville de Bourg-Achard.

Lecteurs : Hélène Francisci, Vincent Delaforge, David Coulon, Fabien Malcourant

Mise en lecture : David Coulon.

Textes de : Jeanne Desaubry, Paul Colize, Max Obione, Gaëtan Brixtel, David Coulon

Lectures suivies d’un débat sur Edition Numérique et  le numérique dans les bibliothèque parisiennes
9782370470522,0-2144471th et d’une séance de dédicaces avec les auteurs présents
9782917689820,0-2539066

Petit Retour sur la Cérémonie de remise du Prix du balais d’or 2014


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&Ah la cérémonie de remise des Balais d’Or 2014   à la bibliothèque Parmentier ça a été quelque chose.

Le 15 novembre dernier avait lieu la remise des Prix du balai d’or à la bibliothèque Parmentier. Mon ami et créateur de ce prix atypique, Richard Contin, m’a demandé si je pouvais organiser cette cérémonie dans le cadre de mes apéros polar au sein de la bibliothèque où j’officie . Comme, vous le savez sans doute, je suis jurée de ce prix polar. De plus,  avec Richard et Frédérique, nous avons crée une association pour défendre et promouvoir ce prix. Alors, je me voyais mal refuser.  C’est donc avec plaisir que j’ai accepté cette charge.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Le palmarès : Balai de la découverte à Giillaume Audru, Balai de Bronze à Sandrine Collette, Balai d’Argent à Victor del Arbol, Balai d’or à Samuel Sutra.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

C’est Paul Colize qui avait la charge de maître de cérémonie. Il a donc remis les trophée sous la houlette de notre concierge masqué, Richard Contin

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Le Grand Gagnant… Kind of Black de Samuel Sutra

Je vous raconte cela en image avec quelques commentaires avant et après :

AVANT : 

En mode immersion totale ! Et oui, en tant que trésorière de l’ Association du Prix du Balai D’OR et coordinatrice du Comité de lecture polar des bibliothèques de la Ville de Paris et surtout à      moins de 2 mois de l’événement, il ne me faut plus penser qu’à celui-ci

Début octobre commence les préparatifs:

&&&&&&&&&&&&&Alors à partir d’aujourd’hui c’est immersion totale. Cinq auteurs de polar à recevoir c’est pas une petite affaire. Oui 5. L’immense Paul Colize (immense par son talent ) a la gentillesse de venir remettre les prix au futur lauréats des Balais d’OR. Alors je commence par recenser tout ce qu’il y a à faire. ET il y en a !

Petite liste informelle : Préparer les affiches et les flyers pour annoncer l’événement, Lancer l’événement sur les différentes pages Facebook, (justement vous faites quoi le 15 novembre prochain à 18h ? Envoyer, à nouveau, les notes d’infos récapitulatives du prochain Apéro Polar à mon administration de tutelle. Penser, en même temps, à réserver la sono, et à demander un aménagement de celle-ci.( Plus de micro avec leurs pieds….) Relire les livres primés et préparer le petit débat qui suivra la remise des prix. Revoir et repenser l’espace dédier aux rencontres dans ma bibliothèques pour l’adapter à événement. Faire une liste de course pour le buffet, prévoir le nombre de participants. Envoyer les dernières invitations…. Pour le reste on verra en temps et en heures. Bon, ben y’a du taf. C’est parti donc 🙂

3 semaines plus tard c’est déjà la course :

Quand je vous disais que j’étais en immersion totale. Hier toute ma journée ou presque a été consacrée à la préparation de l’apéro polar du 15 novembre prochain. J’ai bataillé ferme pour obtenir du temps mais je l’ai eu. Merci à mon nouveau directeur qui de retour de vacances a su, tout de suite, me libérer du temps et me consacré un peu du sien. Donc hier, les affiches et les tracts d’invitations sont arrivés. Je vous montre ça aujourd’hui ou demain …J’ai commencé à les dispatcher. Quelques une encore à distribuer dans le quartier, mairie, maison des assos., boulangeries et divers commerces En revanche la Librairie Terminus Polar, est déjà pourvue. Nous avons avec Caroline , Louis ( nos libraires) et Richard finalisé la séance de dédicaces des auteurs présents. J’ai présenté à mes chefs et au président de l’Association du Prix du Balai D’OR, ma vision de l’aménagement de l’espace pour cet rencontre où nous vous espérons nombreux. On double ainsi notre capacité d’accueil en places assises. Paris Bibliothèques est prévenu, la sono a été réservée. Et surtout, avec mister Contin, on a préparé le déroulé du petit débat, autour des livres primés, qui suivra la cérémonie de remise des Prix des Balais d’or 2014. Ça avance, ça avance…:) Reste encore du boulot, mais je vous tiens au jus comme on dit chez moi. 😉

 

2 semaines avant :

Mon directeur me demande de faire une petite bibliographie de présentation des auteurs et de leur livres présent dans nos bibliothèques parisiennes. Ca je sais faire, mais le délai est un peu court. Surtout que la semaine j’ai pausé des vacances…ainsi je serai peut-être un peu plus détendue pour les tous derniers préparatifs. Bon j’ai pas le choix, cette bibliographie, il va falloir que je la fasse ce week-end, sinon, elle ne sera pas fini à temps.

 Ici le lien vers la bibliographie

 

LE JOUR j

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&Voilà, c’est parti pour une longue, très longues journée, mais que du bonheur.

Je viens de finir mes fiches de présentation des auteurs primés ce soir et de leur livre pour le petit entretien qui suivra la remise des Prix des Balais d’or 2014.

J’ai préparé en détail et chronologiquement le déroulé des préparatifs de cette journée. Chacun saura ce qu’il a à faire et quand il devra le faire. Mes petits camarades pourront ainsi m’aider au mieux. Le déroulé de la cérémonie est, lui aussi, au point. Mon directeur va être content 😉

Ah oui, il va falloir que je pense à mettre à jour, avant l’ouverture de la bibliothèque, l’affichette annonçant la dédicace de monsieur Paul Colize. Je vous rassure c’est pas demain, mais bien aujourd’hui entre 17h30 et 18h. Même un peu plus tôt si vous le souhaitez mister Colize. Bon ben top départ pour une longue, une très longue journée de près de 24h.:)

Je vous attends de pied ferme et avec un grand sourire. A très vite alors 😀

La cérémonie :  

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&L’apéro polar a débuté par la remise des prix.

C’est Paul Colize qui remettait les Prix aux lauréats. Il a bien sur félicité chacun d’eux mais surtout c’est son humour irrésistible qui a donné le ton de cette remise.

Les 3 premiers balais ont été remise sans anicroche, si ce n’est quelques rires…

Mais quand vient le tour du Balai d’or 2014, il y a eu comme un blanc…Le vainqueur était en retard, et toujours pas là pour recevoir son trophée.

On a donc improvisé, pourtant, je vous assure, sur le papier j’avais tout prévus, tout organisé, tout bouclé…C’était sans compter sur Samuel Sutra.

On a donc commencé la table ronde sans lui.

Heureusement il a fait très vite son apparition, juste un bon timing pour entretenir le suspense.
&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

La table ronde autour des auteurs et de leur livre: 

La table ronde a pu reprendre et avec nos 4 auteurs, s’il vous plait.

Cette fois, c’est moi qui est « merdé », j’ai perdu mes fiches. Mais bon, comme d’hab, je l’ai fait à l’arrache. Au moins j’aurai réussi à faire rire, moi aussi, l’assistance .

Mais tout est rentré dans l’ordre et… Il y a été question de personnages, de musique, d’ambiance, de huit clos, de frissons bien sur et de désespoir. Et chaque auteur a pu nous expliquer sa façon d’écrire et nous donner leur version du Noir.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Après ce petite débat, nos auteurs se sont prétés à un jeu de question-réponse avec nos auditeurs. S’en est suivi une séances de dédicace.

²²²²²²²²²²²²²

Et enfin le buffet :

² ²²   ²²²²²  ²²²²²²²

 

 

APRES

Voilà, l’euphorie est retombée. Le calme est revenu et avec lui la nostalgie de ces beaux moment échangés. Alors je voudrais en profiter pour vous remercier. Tout d’abord mon ami Richard Contin, notre concierge masqué, pour m’avoir fait confiance et m’avoir confié l’organisation de la cérémonie de remise des Prix des Balais d’or 2014. Ça a été une super expérience, d’ailleurs, je ne me rendais pas compte du boulot supplémentaire que cela aller me donner. Mais alors, un job tellement passionnant 😉 . Je signe pour l’année prochaine.

Ensuite je souhaite remercier la Bibliothèque Parmentier, pour m’avoir fait, elle aussi; confiance et ainsi, permettre ce partenariat avec notre toute jeune Association du Prix du Balai D’OR. Merci Frédérique, tu es l’indispensable secrétaire de votre assos, merci à nos adhérent(e)s, je pense à Valérie et Stéphanie pour l’aide proposé, Cécile pour les cup cake maison de la tuerie de la mort…? Pierre, l’ami Pierre.. Andres pour ton sens de l’organisation, le buffet n’aurez déjà aussi beau sans toi. T’es un amour. Et puis, bien sur, merci à vous, amis polardeux. Sans vous, point de soirée! Alors merci aux Reader et aux ligueurs qui étaient présents dans la salle et que l’on a bien attendu. Et oui, vous avez assuré. Quelle ambiance ! Fred, Dav, Sylvie, Estelle, Laurent et les autres. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&Sans oublier le Mister Paf et la charmande Valerie. Merci aux blogueurs présents, Pierre évidemment , Mireille, Catherine/Velda de Roman Policier… Merci aux auteurs et éditeurs présents dans la salle et venus soutenir leurs petits camarades ou leur poulain. Nicolas Lebel, Gerard Coquet, Sébastien Lepetit, Nils Barrellon, Martine Nougué, Pierre Fourniaud, Jean-Charles Lajouanie… Jeanne Desaubry, que je rencontrais pour la première fois.             Tellement &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&impressionnée par cette grande dame du polar que j’adore ; ça fait 8 ans que je cherche à la  rencontrer, et malheureusement nous n’avons dialoguer que 5 petites minutes…Il faut vraiment que je vienne vous voir chère Jeanne, sur un salon que nous ayons plus de temps.

Merci à « 813 » L’association des Amis des Littératures Policières pour son soutient. Boris, super scoop. Merci à Sandrine &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&Gerbe digne représentante de l’ Association Les Ancres Noires. Merci à nos lecteurs et usagers pour leur fidélité Merci d’être devenus adeptes de nos rendez-vous Apéro Polar. Je veux aussi remercier mes petits camarades bibliothécaires pour leur aide précieuse et leur soutient. Mon Pat, Fri Dom, Laurine, je sais pouvoir toujours compter sur vous. Lise Thamagno notre nouvelle adjointe, ton enthousiasme m’a surprise et ton investissement a été lors de cette soirée sans faille. Et que dire de notre Directeur, Monsieur Jean Paul Weuilly. Votre dynamisme n’a d’égal que votre bonne humeur. Et j’avoue c’est agréable de se savoir soutenu par sa hiérarchie.

Et puis je ne peux pas, ne pas parler de nos Lauréats. Mesdames, messieurs les auteurs de polars, je vous le déclarent tout net, je vous aime. Merci à la Librairie Terminus Polar et à nos libraires amis et partenaires, Caroline Masson et Louis.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Aller le premier sera notre balai de la découverte, Guillaume Audru, ravie de t’avoir enfin rencontré, ton roman m’a captivé, c’est d’une telle justesse pour un premier polar. J’ai aimé partir sur ce petit bout d’écosse avec « L’Ile des Hommes Déchus » J’aurai peut-être du commencer par te remercier, toi, en premier, Samuel Sutra, tu es « le » Balai D’or 2014. Et ton King of Black a été une telle surprise, une telle rencontre avec ton double, l’autre écrivain du noir ;), une rencontre aussi avec le jazz, qui je le confesse n’est pas ma musique de prédilection. Et là, voilà t’y pas que je m’y intéresse. Bravo pour ce premier prix, j’espère que le public va suivre car vraiment ils vont eux aussi être sous le charme de ta plume. Merci à Victor Del Arbol, perso, j’ai tout de suite été sous le charme. Non ne vous méprenez pas, je parle de son premier roman… Vous pensiez à quoi ? Et « La Maison des Chagrins  » n’a fait que confirmer mon impression de puissance que dégage ton écriture. Avec toi, on touche du doigt l’âme humaine, on entre en empathie avec chacun de tes personnages, la musique profonde de tes mots est un enchantement. Ce titre est vraiment un sacré beau Balai d’Argent 2014. Merci enfin à Sandrine Collette, bon maintenant c’est plus un secret, tu étais, avec Victor ma favorite. Tes nœuds d’acier sont pour moi une révélation et un coup de cœur absolu. N ‘oublions pas, comme tu l’as fait remarquer que c’est ton tout premier roman. Et quel roman, quel claque. Je le répète, tu es « la « représentation et la représentante de la nouvelle génération d’auteur français du noir. Et je suis certaine que l’avenir me donnera raison. Si c’est un Balai de Bronze que l’on t’a remis ce soir tu aurais aussi bien pu être l’un des trois autres prix. Et à ta place, je réclamerai « un balai spécial de la découverte » . Si, si. Et alors, comment dire, grand merci à notre maître de cérémonie, Monsieur Paul Colize, vous êtes un grand monsieur. Et votre humour, une nouvelle fois à fait merveille. Merci d’être venu soutenir Richard, et ce prix atypique que l’on aime tant. Votre participation à celui-ci est un gage d’amitié précieux pour notre président Richard 1er et une vrai caution de sérieux pour ce Grand Prix, comme vous le soulignez, que sont les Balai d’Or souvent fort décrié par une pseudo intelligentsia du polar. Voilà, j’ai du oublier du monde et si vous vouliez bien me le pardonner, ce serai sympa. Plus sympa encore, serait de vous faire connaitre par un petit commentaire. Alors bonne lecture. Et que vivent le polar et le Prix du Balai d’OR.

Quelques photos pour se souvenir :

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&  &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&  &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&