La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses, dernière audition


La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses,

Episode 4

Mardi 16 octobre 17h30

Suite et fin de la Garde à vue de Monsieur

Vincent Hauuy

4e et dernière audition par Miss Aline.


La GAV, Garde à vue d’un auteur par le Collectif Polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Sauf cette fois, la GAV de Vincent ayant eu lieu la semaine dernière entre le lundi 15 dans l’après midi et le mardi 16 en milieu d’après-midi et jusqu’en début de soirée.

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 6 jours, 1 tous les deux jours,

le premier PV a été publié le 25

Le deuxième procès-verbal le 27

L’avant dernière le 29 octobre

Allez place à la GAV de Vincent Hauuy


Vincent : Ready 😉

Ge : Notre flingueuse va arriver

Vincent : ok

Ge : Vincent comment ce passe cette GAV pour vous ?

Vincent : Très bien, cela se passe de façon très naturelle 😉

Ge : C’est à dire ?

Vincent : Pas de heurts dans les questions réponses 😉

Aline : Bonsoir à toutes et bonsoir Vincent.

Vincent : mais peut être avez vous été trop gentilles avec le prévenu 😉
Bonsoir Aline !

Ge : Peut-être ?

Vincent : glups ! Heu …. (gouttes de sueurs)….
… je voulais dire vous avez été TRES gentilles 😛

Aline : Si on ne vous avez pas « demandé » une suite au tricycle, auriez donné d’autres aventures à Wallace ?

Vincent : Je ne sais pas. Peut-être plus tard, je pouvais très bien clore cette histoire sur la fin du Tricycle.

Aline : mais vous ne pouvez pas clore avec le Brasier, on sent qu’il y a encore des choses à révéler, sur Noah ?

Vincent : Après, le personnage était prêt pour une suite ! Je ne sais pas si j’en aurai d’autres qui pourront se prêter à une série.
Non le brasier ne sera pas le dernier épisode. Mais il ne sortira pas l’année prochaine.
J’ai eu besoin de faire un break et partir sur une autre intrigue, d’autres personnages.

Aline : prenez le temps … auriez-vous pu être ami avec Wallace ?

Vincent : Haha, difficilement je crois. Déjà car il en a peu et que j’aurais dû fréquenter un milieu que je ne connais pas.
Le monde des profiteurs aux USA… profileurs pardon
Après nous avons des caractères très différents.

Aline : on n’écrit pas sans une part de soi dans son œuvre et/ou dans ses personnages. Wallace contient-il une part de vous ? Quelle est cette part ? Wallace a-t-il quelque chose que vous aimeriez avoir (un très de caractère par exemple) ?

Vincent : Il y a toujours une part. Il y a une sorte de bienveillance chez Noah que je pense partager avec lui. De la sensibilité également. Si je devais lui emprunter quelque chose, je dirais « ses dons extra lucides »

Aline : pourquoi avoir choisi un homme en personnage central/héros ? Pourquoi pas une femme ?

Vincent : aucune idée, et puis au premier Draft Sophie avait autant d’importance que lui. Je ne choisis pas vraiment mes personnages, ils s’imposent à moi.
Clémence en est le parfait exemple. Bernard Tremblay aussi, ou Abraham Eisik dans le Brasier
Ils sont juste « là », conçus au détour d’un chapitre 🙂

Aline : plusieurs fois (comme bien d’autres auteurs) vous dites que les personnages se sont imposés à vous. Vous pouvez développer ? Qu’est ce que cela veut dire ? Comment un personnage fictif peut prendre son destin en main, c’est vous l’auteur/le créateur ?

Vincent : C’est … étrange.  Cela part d’une étincelle, un contour, une silhouette et après ils prennent forment, ont leur propre voix, et sont animés par leur propres désirs.
Si on fait un plan en avance on peut très bien écrire : Steve tue Bernard sur le coin d’un post it et en faire une scène.

Aline : et ?

Vincent : Mais une fois que l’on connait Steve on se dit : Non, Steve ne peut pas faire ça, ce n’est pas lui.
Dans certaines séries vous avez des fois l’impression qu’un personnage agit de manière irrationnelle. Claque une porte, s’engueule avec un collègue sous un prétexte bidon. C’est quand le scénario a pris le pas sur le personnage,
et c’est ce qu’on appelle être « out of character ».
J’essaie d’appliquer une consigne de SK, (Stephen King, pas Strauss Khan)

Aline : qui est ?

Vincent : qui dit que si l’on est honnête avec ses personnages on ne peut pas se tromper.

Aline : les laisser vivre leur vie ?

Vincent : Les laisser réagir et agir en fonction de leur personnalité. Et à chaque fois que j’ai fait un plan, j’étais confronté à ce problème.
J’ai préféré écouter mes personnages plutôt que mon plan, c’est pour cela que je n’en fais plus.

Aline : je suis d’accord sur le fait qu’un plan enferme les personnages dans leurs actions ou leur personnalité, mais nous sommes bien d’accord que Steve n’existe pas, que c’est vous qui le créait donc d’une certaine manière il n’est pas libre de faire ce qu’il veut . Vous lui avez prêté des traits de caractères, des limites, des peurs etc ?

Vincent : On est le créateur oui, mais à un moment on est le spectateur de l’aquarium dans lequel ils évoluent.
Il y a une phase (la genèse) où l’on est en contrôle, mais une fois qu’on endosse leur costume on les comprend. C’est le même travail qu’un acteur dans le fond.
Surtout lorsqu’on écrit en première personne ou comme je le fais dans mes deux premiers en troisième personne interne. C’est assez fascinant d’ailleurs, d’être créateur/spectateur.

Aline : ça semble évident pour celui ou celle qui écrit mais pour le lecteur cela reste abstrait. Il est difficile de penser que les personnages fictifs échappent à leur concepteur.

Vincent : Je sais, mais tous les auteurs ne fonctionnent pas de la même façon. Peut-être souffrons-nous le temps d’une session d’écriture, d’un trouble dissociatif de l’identité ? 😛

Aline : allez savoir … !
Revenons au Brasier, vous commencez avec trois suicides…waouh, ça commence fort ! Pourquoi ? Pour tout de suite accrocher le lecteur ?

Vincent : Oui.
C’est ce qu’on appelle un hook.

Aline : c’est vrai que l’on voit ça souvent : un début qui explose .

Vincent : C’est un choix narratif.

Aline : je n’en doute pas .
Un amour particulier pour Wagner… est-ce le vôtre ?

Vincent : J’aime bien la musique classique (et beaucoup d’autres styles). Wagner, c’est pour l’énergie, la force. Je trouvais que cela convenait bien à la famille Engelberg.

Aline : complètement oui.
On connait le méchant, on se dit qu’il va forcément être arrêté d’une manière ou d’une d’autre. Le brasier est avant tout l’histoire de Noah. L’intrigue est entre-coupée de  récits sur son enfance.

Vincent : Oui, mais je ne voulais pas que cela soit « évident ». D’ailleurs si on dit son enfance, on spoil ! On pense qu’il s’agit de l’enfance de Karl (ce qui est aussi le cas). Mais je pense que ce sera toujours le cas.
Une partie de la vie de Noah sera dévoilée.

Aline : quel message, idée avez vous voulu faire passer avec ce personnage de Wallace ?

Vincent : Le déterminisme et la résilience.

Aline : vous pouvez développer ?

Vincent : Sommes-nous conditionnés par notre enfance et les traumatismes que nous vivons.Noah tente de se reconstruire mais son passé le rattrape. En cela, il peine à s’affranchir de son enfance.

Aline : la question miroir : pouvons nous nous déconditionner ou reconditionner ?

Vincent : je n’ai pas la réponse. C’est ce qui se passe dans le Tricycle et dans le Brasier. Mais cela passe toujours pas le biais d’épreuves traumatisantes.
Tortures et drogues dans le tricycle, virus dans le Brasier

Aline : c’est dans l’épreuve que l’on se révèle et que l’on avance ou pas !

Vincent : Disons que mes recherches tendent vers le oui quand même. Le conflit est toujours révélateur de caractère.

Aline : certes. Vous pensez donc que l’on peut changer sa personnalité ?

Vincent : Oui, cela existe d’ailleurs. C’est une pathologie.

Aline : vous parlez de dédoublement de la personnalité ?

Vincent : Le trouble dissociatif de l’identité (son nouveau nom). Il y a des cas célèbres.
Mais si la question est : peut-on changer ? Je pense que oui, mais c’est un chemin difficile.

Aline : voilà , je parlais de la personne lambda qui veut changer, s’améliorer, ne plus être ce qu’elle est aux yeux des autres.

Vincent : Nous sommes modelés. Par la famille, l’éducation , et même le langage.

Aline : je suis entièrement d’accord

Vincent : Pour changer il faut s’extraire du moule, tenter de nouvelles expériences (déménager, changer de métier, de cercles d’amis)
mais je ne suis pas sûr qu’on puisse radicalement changer. Peut-être certains traits. Ou certains événement traumatisants.
Manquer de mourir et devenir croyant alors qu’on était athée par exemple.
Ou comme le pécheur australien attaqué par un requin blanc, passer une partie de sa vie à les traquer et puis finir par les protéger.

Aline : la nature profonde d’un être est son identité, son ADN. Il a un très gros travail à faire pour le changer, si cela est profondément et fondamentalement possible.
le Brasier me pousse à m’interroger sur le conditionnement humain à tous niveaux. On peut se demander : a-ton vraiment notre libre arbitre en tant qu’individu, en tant que membre d’une société ?

Vincent : C’est pour cela qu’il brisait la volonté pour le faire (chez MK UItra, qui je le rappelle a existé)
Nous sommes orientés politiquement par exemple. Les médias servent de compas moraux… avant c’était l’église.

Aline : Noah peut-il être heureux ? Va-t-il l’être ?

Vincent : Aucune idée, je n’ai pas encore prévu de fin pour lui 😉
Je verrai le moment venu. Disons qu’il pourrait l’être.

Aline : Et Noah aussi verra ce qu’il a envie de faire le moment venu 🙂

Vincent : A condition de ne plus être hanté. C’est un personnage instinctif, il se laissera guidé 😉

Aline : il va choisir ce qu’il y a de mieux pour lui ! 😉

Vincent : Je pense reprendre tous les personnages du Brasier, pour la suite.

 

Aline : on aura donc une trilogie !

Vincent : Il y aura une suite au Brasier oui. Qu’est devenu Karl ? Que va faire Clémence avec Dimitri, etc…
Et je me suis amusé avec Eisik. Je pensais même faire un spin off sur lui.

Ge : 😮

Aline : Spin off… on prend. Faites vous plaisir, on aura plaisir à vous lire !

Vincent : Il est horrible, mais les chapitres de son point de vue étaient jubilatoires à l’écriture.

Aline : je n’en doute pas. Parce que c’est quelque chose que tout le monde porte en lui : une part sombre… qui s’exprime en réel ou pas .?

Vincent : Oh je pense que c’était son exubérance et son cynisme qui me fascinaient.

Aline : Va pour son exubérance et son cynisme…

Vincent : Un vieux briscard avec des principes, un peu déphasé avec le monde qu’il ne comprend plus, mais encore diablement efficace bien que sa date de péremption sur le terrain soit dépassée.

Aline : c’est dans les vieilles marmites que l’on cuisine le mieux !

Vincent : Oui, haha.

Aline : Je vais vous libérer Vincent. Sachant que Geneviève, doit prendre le relais pour la conclusion. Je tiens à vous remercier pour cet échange fort instructif et passionnant. J’ai passé un excellent moment. merci aussi de votre disponibilité et d’avoir enchaîné les GAV. Geneviève  ?

Vincent : Merci Aline, plaisir partagé.

Aline : 👍

Ge : Oui je vous suis de près.
Je crois que comme vous n’avez pas eu d’avocat je vais vous laisser le dernier mot

Vincent : Pour avoir commis deux romans le tricycle rouge  et le Brasier, je plaide coupable.

Ge : Auriez vous autre chose à rajouter ?

Vincent : j’avoue, c’est moi le responsable. Mais que voulez vous, je n’y peut rien, j’aime ça écrire des thrillers.
A part cela, non. Peut-être une question : A quand la parution du procès verbal ?

Ge : Ah ça c’est la bonne question. Moi même je ne le sais pas.

Vincent : On verra bien le moment venu !

Ge : Mais vous le premier prévenu 😉

Vincent : Oh, merci 🙂

Ge : Comme Aline je vais vous remercier pour tout ce temps consacré. Et c’est jolis échanges.

Vincent : Merci, comme je l’ai écrit, le plaisir est partagé !
Sur ce, à moins qu’il n’y ait une question de dernière minute. Je vais devoir quitter l’écran et… manger 🙂

Ge : Alors sur ces dernières paroles je déclare la fin de la 4e audition de monsieur Vincent Hauuy .

Vincent : Je vous souhaite à toutes une belle soirée !

Aline : 👍

Ge : Allez tout le monde passe à table !

Vincent : Bon appétit !

Aline : A quelle table ? qui est l’hôte ?

Ge : La Garde à Vue étant terminée que l’on relâche notre suspect ! Monsieur Hauuy est à nouveau libre.

Voici le dernier PV d’audition de ces 2 jours de GAV.

Publicités

Templemars où deux flingueuses en action.


Templemars où deux flingueuses en action.

 

Des retrouvailles entre filles sur un salon du Polar, c’est une journée de bonne humeur, de partage, de rire, de discussions, de premières, de petites larmichettes aussi.

 Allez, on débriefe et on vous raconte un peu.

Templemars  c’est avant tout 35 auteurs : Franck Thilliez,  Olivier Norek, Stéphane Bourgoin, Jacques Saussey, Ian Manook, Hervé Commère, Dominique Sylvain, Sonja Delzongle, Pierre Pouchairet, Jérôme Leroy, Guillaume Audru, Patrick-S. Vast, Jean-Pierre Bocquet, Emmanuel Sys, Luc Watteau, Philippe Waret, Eric Dupuis, Denis Albot, Gérard Sevin, Jean-Christophe Macquet, Olivier Kourilsky, Lakdhar Belaid, Marc Falvo, Marc Massé, Salvatore  Minni Mako, Christos Markogiannakis, Xavier Boissel, Marcq Morin,  Cicéron Angledroit, Marc Massé, Salvatore Minni.
– Pôle polar jeunesse : Josette Wouters, Antoine Blocier, Hervé Hernu, Antoine Candeille , Mickael Moslonka.

En ce 29 septembre 2018 Templemars vit la 11ème édition de son salon du Polar.

 Côté flingueuses :

 – Clémence: Première édition pour moi de ce salon nordiste et quelle belle découverte. Tu te rends compte 35 auteurs et un nouvel espace polar jeunesse.
 – Miss Aline: C’est mon deuxième Templemars. Il fait toujours aussi chaud dans cette salle.

Qu’est-ce que deux flingueuses peuvent bien faire (à part craquer sur des livres !) dans un salon ?

 – Clémence: « Partant du constat que les auteurs moins connus étaient moins abordés sur les salons, les organisateurs ont décidés de créer des moments privilégiés pour de petits groupes de lecteurs. En effet « un café avec… » avait pour but de faire se rencontrer des auteurs et des lecteurs afin d’échanger autour de leurs œuvres. »
Il y en a eu 6 sur la journée et j’ai eu l’extrême privilège de pouvoir en animer deux. Le premier le matin avec Christos Markogiannakis et le second l’après midi avec Cicéron Angledroit.
Le stress de la débutante passé, j’ai pris énormément de plaisir à présenter ces auteurs et leurs livres. Les lecteurs ont pu poser les questions qui les titillaient. Les 20 minutes initialement prévues sont passées à une vitesse folle. Les lecteurs étaient invités à continuer leurs discussions et leurs découvertes de l’auteur sur le salon.
Ce fut pour moi une grande première et un réel moment d’échanges que j’ai évidement apprécié. J’ai pu parler du ressenti par rapport aux lectures concernées et partager avec les lecteurs.

Pendant ce temps Miss Aline arrive tranquillement après le déjeuner et retrouve Sophie, une amie commune de nos deux flingueuses. Comme elles ne trouvent pas Clémence (surement au «café avec… »), elles se mettent à papoter tout en bloquant un peu la file de Monsieur Thilliez ! Oups !

Retrouvailles du trio et blablabla et blablabla… prenons un verre ! Oui mais non.

On entraîne notre Clémence en salle en s’excusant auprès des personnes qui l’accompagnent. En passant on signale à notre auteur complice que nous allons là-bas dans le coin, derrière la plante verte, près de la place de Monsieur Norek.

 – Clémence: Vous me faites peur !
 – Miss Aline: Comme Sophie ne reste pas pour le diner, on va te donner quelque chose pendant qu’on est là toutes les quatre… (oui j’ai bien dis « toutes » ! Fou rire, excuses…)

Clémence reçoit son cadeau d’anniversaire. On est très en avance mais c’était l’occasion d’être « toutes » les quatre ;).  Bien sûr : « il fallait pas »  et blablabla.

Reprenons le cours normal de ce salon c’est-à-dire déambuler et craquer !

On apprend que la suite de Hunter arrive en mars 2019, que Denis Albot n’a pas oublié son interview de l’an passé par Miss Aline qui n’avait pas de stylo, que Sonja…

C’est un salon très convivial voir familial. On y retrouve nos auteurs chouchous, nos auteurs nordistes et on prend toujours autant de plaisir à en rencontrer de nouveaux.

Pas flingueuses pour rien, nos deux Miss n’en oublient pas pour autant leur cher blog Collectif Polar et leur Geneviève. On ne va donc pas vous dire absolument tout sur ce salon car quelques petites surprises devraient voir le jour et se voir publiées sur le blog !

On vous laisse surveiller ça de loin ou de près, comme vous voulez et nous on part dîner :

Pour vous

Pêle mêle des rencontres du jour !

Miss Aline Et Sonja Delzongle

Clémence avec Sonja

Aline et Pierre Pouchairet

Clem et Marc-Olivier Rinchart.

Clem et Franck Thilliez

 

Miss Aline et Denis Albot

Clem et Salvatore Minni

Clem et Eric Dupuis

Clem et Ian Manook

Clémence et Jacques Saussey

 

Clémence : Templemars c’est fini 😢 De supers moments, de l’émotion, des rencontres et surtout de l’amitié et du bonheur .
Parce qu’ils se reconnaîtront je remercie mes amis du fond du coeur ❤️
Aline : Templemars : convivialité, bonne humeur, rire, partage, émotions, tentations. Un excellent moment entre amies, amis, flingueuses, auteures et auteurs.
Venez fêter l’automne à Templemars l’an prochain.

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 4


La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 4

La violence dans le monde du polar et du roman noir : le clap de fin.

Un livre, des interrogations, une idée d’interview qui germe, des auteur(e)s plus que partant, des flingueuses, une Cheffe, une belle expérience avec de belles rencontres.

Vous l’aurez compris la violence, comme bien d’autres choses, n’est pas une science exacte. Elle est soumise au vécu, aux fréquentations, à la sensibilité. Elle peut avoir différentes formes et différents degrés dans son acceptation comme dans sa « réalisation ». Elle peut toucher tout un chacun, malheureusement. « Elle se cache dans tout la violence, et elle n’est pas réservée  à quelques « gens violents » », nous dit Niko.

L’auteur va distiller la violence dans ses romans comme il l’a ressent, l’a vécut, dans ce qu’il se sent capable d’écrire ou non. Barbara souligne « N’oublions pas que si le lecteur subit la violence décrite dans le livre, nous nous la maîtrisons en fonction de notre sensibilité. Je sais, par exemple, que je ne mettrai jamais en scène un pédophile ou un serial killer. J’en serais incapable. ».

Techniquement la violence psychologique est plus « facile » notamment pour nos auteures. Pour la violence physique « il me faut connaître les conséquences des actes. Pour faire vivre la scène il faut la visualiser. Pour embarquer le lecteur il faut être crédible » précise Corinne. Ajoutant « Au-delà de ces données, il faut surtout et avant tout respecter les VRAIS victimes ».

« Il y a mille violences, et il y a autant de façons de les raconter qu’il y a de romanciers » concluront-nous avec Jacques.

Nous sommes ravies d’avoir partagé cette interview particulière avec nos auteurs. Un très grand MERCI à Corinne Martel, Barbara Abel, Niko Tackian et Jacques Saussey pour le temps que vous nous avez gentiment et généreusement accordé.

Merci à Danièle d’avoir bien voulu me suivre sur cette idée. Merci pour son travail titanesque de retranscription des différentes discussions.

Merci à Geneviève d’avoir dit « oui, je vous suis les filles ».

Et merci à vous lecteurs-lectrices d’avoir suivi cette interview hors-normes.

Miss Aline

Vous pouvez retrouvez les 3 premiers épisodes de cette enquête ci-dessous :

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 1

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode  2

La violence dans le monde du polar et du roman noir : épisode 3

GAV @Solène Bakowski sous le feu des flingueuses, 3e audition.


La GAV : @Solène Bakowski sous le feu des flingueuses

Episode 3

Mardi

Deuxième journée de Garde à vue de Madame

Solène Bakowski

3e interrogatoire par Miss Aline

41121948_323763971505164_4916977288874033152_n


La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Sauf cette fois, la GAV de Solène ayant eu lieu il y a deux semaine entre le lundi 03 au matin et le mardi 04 en milieu d’après-midi.

Nous vous proposons la retranscription en différé de ces 4 interrogatoires sur 6 jours, 1 tous les deux jours.

Le compte rendu des 2 premières audition ont été publié le 11 et le 13

Aujourd’hui et 17 septembre vous pourrez lire les 2 derniers PV.

Allez place à la GAV de Solène Bakowski

41040114_1826045927515270_8827400958678925312_n


Mardi 8h46

Geneviève : Attention préparation de la 3e audition dans le cadre de la GAV de Solène Bakowski  par Miss Aline.

Aline : Bonjour Geneviève

Ge : Bonjour Aline.
Notre auteure devrait être là dans une grosse dizaine de minutes. Nous allons être patiente et affûter nos questions .

Danièle : Bonjour Aline … la forme ?

Aline : Bonjour Danièle.

Danièle : Bonjour Cheffe !

Solène : Bonjour bonjour 🙂

Danièle😍

Aline : Bonjour Solène
Comment se passe une séance d’écriture chez Solène : des rituels, des tics, des tocs ?

Ge : Puisque notre prévenue est ici top départ de cette 3e audition

Aline : Comment se passe une séance d’écriture chez Solène : des rituels, des tics, des tocs ?

Solène : L’écriture se déroule toujours en musique. Appuyer sur le bouton play de ma playlist, c’est rentrer dans mon monde imaginaire, là où les personnages m’attendent. Mon mari, qui travaille juste à côté de moi (il est développeur de jeux vidéo), me dit que je fais des drôles de gestes avec mes mains lorsque j’écris, un peu à la manière d’un chef d’orchestre. J’ai parfois aussi, toujours selon ses dires, la respiration qui saccade. Mais je ne m’en rends pas compte…
J’écris le matin, tous les matins, de 9h à 12 ou 13h.
L’après-midi, je ne suis bonne à rien, mon cerveau capitule 😉

AG : Le lendemain, vous reprenez simplement la suite ou besoin de vous relire avant ?

SB : Je me relis systématiquement, mais c’est surtout pour améliorer mon texte. Je n’ai pas besoin de me le remettre en mémoire car je ne pense qu’à lui, en permanence.
Y compris la nuit.

AG : De quoi ou de qui part l’idée d’un livre chez vous ?
Avez vous besoin que je développe ma question ?

SB : En règle générale, c’est le personnage principal qui me vient en premier. C’est lui qui me raconte son histoire. Même si cela peut sembler saugrenu, je n’ai aucune idée à ce moment-là du processus de ce qu’il va me raconter, et je n’ai d’ailleurs aucun a priori. A posteriori, je me rends compte que l’histoire reprend en fait des thèmes qui me sont chers ou qui me tarasbustent. Il faut croire que mon inconscient les digère et me les renvoie après, sous la forme d’un personnage. L’idée du roman sur lequel je travaille en ce moment est en revanche venue d’une autre manière. C’est parti d’une conférence que j’ai suivie complètement par hasard et qui m’a interpellée.
Je ne crois d’ailleurs pas au hasard 😉

AG : Vous êtes d’accord avec le fait que chaque auteur met/laisse une part de lui-même dans ses écrits ?

SB : Évidemment. Pour peu qu’on écrive avec honnêteté, on écrit toujours avec ce qu’on est et ce qu’on vit.

AG : je suis d’accord avec ça. Maintenant écrivez-vous pour passer un message (peu importe lequel) ?

SB : Non, pas du tout. Je m’estime bien trop petite pour avoir la prétention de délivrer un quelconque message. J’écris ce qui me chicote, voilà tout.

AG : « une conférence qui m’a interpellée » « une revanche qui arrive d’une autre manière », un prochain roman où il n’y a pas de petites filles… une révélation à nous faire sur ce nouveau projet  ?
Quel « truc » vous « chicote » pour apparaître dans un prochain roman ?

SB : Je ne veux pas lever le voile sur ce qui me chicote, parce que ce serait presque raconter l’histoire. Tout ce que je peux dire, c’est que mon prochain roman sera très différent des premiers. Mais c’est toujours ce que disent les auteurs, non ? 😉

AG : Même pas le thème de la conférence ?

SB : C’était une conférence qui traitait, entre autres, du thème de la résilience.
Entre autres… 😉

AG : Merci Solène. !

SB : Je vous en prie Aline 🙂

AG : On va faire avec cette petite info et attendre. Il vous faut combien de temps pour produire un livre ( le commencer et jusqu’aux relectures finales avant l’envoi en ME Maisons d’éditions) ?

SB : C’est assez variable, le dernier que j’ai écrit et que j’espère voir publier au printemps, a nécessité beaucoup de réécritures. Il a fallu tester plusieurs manières, plusieurs points de vue, plusieurs constructions avant  que le roman trouve sa voix. Ça m’a pris 14 mois, entre le début du 1er jet et ce que j’estime être la version finale. Ce qui ne signifie pas, d’ailleurs, qu’il ne va pas encore être un peu modifié. Tout est perfectible 🙂 Mais c’est un roman qui me tient très à cœur alors je voulais vraiment prendre le temps de le rendre meilleur. Pour répondre à votre question, disons que ça peut prendre entre 3 mois et un an et demi pour un texte.

AG : Y -a-t-il des thèmes, des scènes que vous vous refusez d’aborder (de mettre dans vos romans) par répugnance ou par méconnaissance, ou juste par manque parce que ça ne vous intéresse pas ?

Ge : 👍

SB : Je ne m’interdis rien, je n’ai aucun tabou. Mais j’ai sans cesse le souci d’être crédible. Ce qui fait que j’essaie de ne pas partir sur des pistes que je ne pourrais pas suivre, soit parce qu’elles me demanderaient des recherches impossibles, soit parce que je n’ai pas les ressources nécessaires dans mon entourage.

AG : Quelles genres de pistes ? Vous pouvez développer ?

SB : Par exemple, le polar pur et dur, je ne me sentirais pas de le faire, tout simplement parce que je n’ai pas la connaissance des procédures.
Ou encore, parler d’un pays que je ne connais pas du tout. Ou d’une profession que je ne connais pas. Par exemple, je rêverais d’écrire sur les pompes funèbres, ça me fascine. Mais je ne le ferai pas tant que je n’aurai pas le courage d’aller sonner à la porte des pompes funèbres à côté de chez moi pour leur demander de suivre un stage d’observation 😉

AG : 👍

AG : Vous disiez que hommes et femmes ne sont pas différents émotionnellement. Ne trouvez vous pas toute fois que les femmes soient plus dans le ressenti et la descriptions que les hommes ?
Quand je lis le sac et que j’entrevoie son contenu je me dis « waouh » ! un homme aurait-il pu écrire ce roman ?

Un sac Solène Bakowski

SB : C’est ce que je disais hier, je pense que les femmes s’autorisent plus à être dans l’émotion que les hommes. Est-ce à dire que nous sommes fondamentalement différents, je ne le crois pas réellement. Concernant Un sac, il faut remettre dans le contexte : au moment de l’écriture, j’étais une toute jeune maman qui se questionnait beaucoup sur la maternité. Il est légitime qu’une femme s’interroge davantage sur le thème de la maternité qu’un homme, après tout nous le portons dans nos entrailles et ça, quoi que nous fassions, c’est une réalité biologique. Un jeune papa sera sans doute plus enclin à s’interroger sur la paternité.

AG : Dans Un sac c’est violent tout de même ce rapport à la maternité. C’est extrême (en tout  cas pour moi)  ? Ça retranscrit une peur primaire  ?
Si vous n’aviez pas été mère vous auriez pu écrire ce livre ?
L’émotion, la force de l’émotion,  aurait-elle été la même ?

SB : Je ne saurais pas vous dire si ça retranscrit une peur primaire. Cette histoire est venue de manière complètement instinctive. Rien n’était réfléchi.
Je pense que si je n’avais pas été mère moi-même, le livre aurait été autre, j’en suis même certaine.

AG : Très certainement.
Pourriez-vous écrire sans l’émotion ?

SB : Non, je ne marche qu’à l’émotion.
J’ai besoin de pleurer quand j’écris, ou d’être révoltée, ou d’être sur un nuage.

AG : Je le comprends parfaitement. Quand votre livre est achevé, publié…vivez-vous encore avec vos personnages ou c’est terminé, vous les laissez vivre leurs vies ?

SB : Je les laisse prendre leur envol. Je suis un peu comme une nounou. Tant que j’ai la garde de mes personnages, je m’y consacre à fond, je mange avec eux, je me réveille avec eux, je dors avec eux. Mais dès qu’ils me quittent, c’est terminé, ils appartiennent au lecteur qui est libre d’en faire ce qu’il veut.

AG : Que ce soit pour du polar, ou tout autre genre de littérature, l’imagination est une soupape de sécurité dans ce monde pas toujours rose ?

SB : Je ne sais pas fonctionner autrement qu’en partant de temps en temps dans mon imagination. Il y a des gens qui n’aiment que le concret. Moi, je me sens bien quand je suis dans ma tête. C’est sans doute un mode de fonctionnement.

AG : Vous dites que le lecteur est libre de faire ce qu’il veut de vos personnages, livres… n’avez pas peur qu’ils déforment vos propos ?

SB : Je crois que la lecture d’un livre s’apparente à une discussion : il y a, bien sûr, l’intention de l’auteur et ses mots, mais il y a aussi beaucoup de ce que le lecteur y met. C’est ce qui fait que personne au fond ne lit jamais le même livre, et c’est ce qui explique que les ressentis soient si différents d’un lecteur à l’autre. Lire est une expérience très intime. Quand on lit, on rentre au-dedans de nous, et l’auteur n’a plus voix au chapitre.

AG : Autant de lecture / ressenti que de lecteur. Entièrement d’accord avec vous.

SB : 👍

AG : Pour ma part, j’ai beaucoup aimé vos livres, pour l’intrigue certes mais aussi pour toutes les émotions ressenties. Sur cette note, je dois vous quitter. Je passe le relais à Geneviève. Je vous remercie du temps que vous m’avez accordé et de cette échange enrichissant.

SB : Merci pour ces questions de fond, Aline. Au plaisir d’échanger de nouveau avec vous 🙂

AG : Ca sera avec un très grand plaisir Solène.

SB : 😍

Ge : Et bien merci à Aline pour cette heure de garde à vue.
Maintenant Solène, nous n’en avons pas fini avec toi

SB : 😆

GE : Je crois que quelques flingueuses ici présentes veulent te demander quelques explications !

SB : Et cet avocat qui n’est toujours pas là, grrrr

Ge : Tu veux un avocat ?
SB : J’en ai un sur les genoux, il a 4 pattes et plein de poils. 😀

Ge : Sylvie  souhaitait te poser une question sur les salons et autres dédicaces.
Sylvie,  c’est à toi !

SB : 👍

Sylvie K : Bonjour Solène nous nous sommes rencontrées à St Maur. Comment vis-tu les salons, dédicaces tu apprécies ou cet exercice est un passage obligé ?

SB : J’adore me rendre dans les salons. C’est un moment d’échanges et de rencontres privilégiées auquel je n’ai pas du tout envie de renoncer. Écrire est un travail très solitaire. Quand je vais dans des salons, c’est un peu une soupape.

SK : Une façon de continuer à faire vivre vos personnages ?

SB  et Ge👍

SB : Disons une manière de me rendre compte de la façon dont ils sont perçus. C’est très émouvant quand des lecteurs viennent vous voir en vous disant qu’ils ont été chamboulés, retournés, attristés ou, au contraire, énervés. J’aime savoir que des émotions passent. Parce que les émotions, c’est ce qui nous relie tous les uns aux autres.

SK : Oui et inversement pour le lecteur nous sommes parfois intimidés la lecture et le ressenti permet la discussion en tout cas nous avions eu un échange très sympa
SB : C’est ça  qui est rigolo, moi je suis toujours très intimidée par les gens qui viennent me voir. Et de l’autre côté, les personnes sont intimidées aussi.
Ça me fait tout bizarre de me dire que je peux intimider. C’est très très nouveau pour moi😀

SK : J’espère que cela continuera ne changez rien fin pour moi des questions Bonne GAV

SB : 😍: C’est adorable, merci beaucoup Sylvie  !

SK😍

Ge : Danièle  as-tu une question ou te gardes-tu pour cet aprem ?

Danièle : Merci pour le moment je fourbis mes armes pour cet après-midi …

SB : 😆 A 14 : 30 ? Parfait pour moi 🙂

Danièle : A tout’ mesdames. 

SB : À tout à l’heure Danièle !

Ge : Alors si plus personne n’a de question sur ce que @Solène  nous a raconté depuis hier matin, je vais clore cette 3e audition !

SB : Merci Geneviève, on se retrouve cet après-midi.

Ge : Solène  tu as le dernier mot pour te défendre faute d’avocat !

SB : Que dire ?Euh…
J’ai une folle envie de chocolat, il y en a dans votre commissariat ?

Ge : Alors que l’on apporte du chocolat et son avocat à notre prévenue!

SB : 😆

Ge : Reprise des auditions 14h30

SB : 👍

Ge : Ah et prévoir un repas chaud si possible aussi pour notre auteure en garde à vue depuis hier matin !

SB : Votre bonté vous perdra, M’dame ! 😉

Ge :  Mardi 4 septembre 2018; 10h22 fin de la 3e audition de Solène Bakowski.

Trente secondes avant de mourir – Sébastien Theveny


Trente secondes avant de mourir – Sébastien Theveny

Ou

Une double chronique live

 

Le livre : Trente seconde avant de mourir, Sébastien Theveny.   Paru le 5 juin 2018 chez Independently published. 17€ ; (325 pages) ; 13×20 cm

4ème de couverture :

Pour que des vies basculent, il suffit parfois d’une seconde. New York, 2018. Assis en salle d’embarquement de l’aéroport de La Guardia, Tom Brady observe les autres passagers, autant d’anonyme ignorant tout de son terrible Thanksgiving 2015. Impossible d’oublier ce fameux jeudi ! Une journée noire, agitée, tendue, qui cache d’effroyables secrets mais aussi une vérité glaçante, dérangeante, dont les racines puisent bien plus loin dans le passé.

A cet instant, Tom est bien loin d’imaginer qu’il ne lui reste que trente seconde avant de mourir.

L’auteur : Né en 1976 en Pays de Champagne, Sébastien Theveny vit depuis 2002 en Franche-Comté. Il a une formation littéraire, il est l’auteur d’un recueil de poèmes intitulés : En vers…et conte tout.   Trouble Je,  est son premier roman, suivi d’« Un frère de trop » son premier thriller. Vient enfin Trente secondes avant de mourir.
Extrait :
«  C’est sans compter sur les impondérables : tous ces petits événements, tous ces petits rien qui, mis bout à bout, forment une journée. Ces petits moments où chaque seconde peut devenir un choix. »

La Chronique Live

Deux flingueuses en terrasse autour d’un verre (sans alcool) se font interpeller par leur voisin de table.

Ce qui donne une chronique sur le vif….

 

Le voisin de table : Pardon Mesdemoiselles j’ai entendu que vous parliez de Trente secondes avant de mourir de Sébastien Théveny.  Ça vous ennuie de m’en parler ? Ah, je me présence Alain Doucros et moi aussi à mes heures perdues je chronique.

Clémence : pour ma part c’est la première fois que je lis cet auteur. J’ai vraiment adoré ce livre. J’ai eu beaucoup de mal à le lâcher. Un véritable petit bijou.

Miss Aline : je confirme. Je dirais même : attention auteur à suivre !

Alain : ah oui tout de même ! Sans trop m’en dire vous pouvez développer ?

Miss Aline : l’auteur vous entraine sur trois périodes : 1988, trois enfants dont la vie est bousculée par certains événements dont ils ne parleront à personne.

2015, année charnière dans la vie de Tom.

Et 2018 : toutes les trajectoires se télescopent et tout ce joue ou pas. Mais aucune difficulté à passer d’une année à une autre ; je dirais presque d’une histoire à une autre. L’auteur décrit très bien chaque personnage et son espace temps.

Clémence : on commence avec Tom en salle d’embarquement, où mal à l’aise il observe toutes les personnes qui l’entourent.  Il va croiser un regard, un visage pas tout à fait inconnu. Et Tom repense à cette fameuse journée, où tout a été de travers, où son destin et celui d’autres personnes a pris un sacré tournant.

Alain : tout le monde est lié  alors, à cause de Tom ?

 Miss Aline : on va garder le suspens pour votre lecture. C’est vrai qu’en lisant on cherche la cassure, le truc qui va te faire dire « ah oui quand même ».

Clémence : pour découvrir cette cassure il vous faudra lire ce superbe roman. Je vous assure que vous ne serez pas déçu.

Alain : le titre ?

Miss Aline : trente seconde pour mourir c’est un livre sur  trente ans de vie qui défilent, avancent, s’enfuient. Trente ans pour avancer, tenté d’oublier, ruminer. Trente secondes pour basculer, trente secondes pour prendre une autre route et couper celle d’une autre vie. Trente secondes d’inattention et à nouveau l’enfer. Trente secondes c’est l’effet papillon que tu peux prendre en pleine face.

Clémence : Trente secondes pour mourir comment vous donner envie de le lire ? Le titre n’y est pas pour rien. Vous ne vous êtes jamais dis et si j’avais fais ça trente secondes plus tôt ou plus tard, la situation aurait-elle eut le même aboutissement ? Pensez-vous que nos actes, nos paroles peuvent influencer notre vie ou celle des autres ? Imaginez un peu si trente secondes avec une grande décision vous aviez douté et pris la décision inverse. Quelle serait votre vie aujourd’hui ?

 Alain : un mot pour la fin !

Miss Aline : la lecture est fluide et tu as du mal à quitter les pages. Les choses se mettent en place progressivement et tu comprends. Tu te dis « ok pour cette fin là »… et l’auteur te ménage une petite sortie des plus surprenantes.

Clémence : Nous allons faire de nombreux retours en arrière pour faire connaissance avec des personnes censées ne pas se connaitre et pourtant… quel est le lien qui les unit ? Pour le découvrir, il vous faudra lire ce superbe roman.

Alain : merci les filles vous m’avez convaincu en un peu plus de trente seconde…

Et vous, vous êtes convaincu(e) ?

Oui, non, pas encore

Alors retrouvez nous ce soir sur ces pages avec Clémence, nous partagerons avec vous nos deux chroniques

 Bonne lecture !

Et à très vite

Rosny soit celui qui mal y pense, petits retours de flingueuses


Rosny soit celui qui mal y pense 2e du nom

Les 26 et 27 mai dernier a eu lieu le deuxième salon du polar de la FNAC de Rosny  2

Rosny soit celui qui mal y pense c’est d’abord une libraire Caroline Vallat que j’avais eu le privilège d’interviewer ICI

Rosny soit qui mal y pense c’est une grande séance de dédicace au sein de la Fnac d’un grand centre commercial de la banlieue parisienne, une dizaine d’auteurs différents par jour de salon, soit 21 auteurs sur les 2 jours.

C’est aussi 2 tables rondes, et des jeux tout au longs du salon.

C’est surtout des retrouvailles entre passionné(e)s du polar

Blogueurs, lecteurs zé lectrices se donnent rendez vous pour retrouver ou découvrir de nouveaux auteurs

Perso j’avais rendez-vous avec mes deux chouchous Yvan qui nous a fait la surprise de venir à la dernière minute et David qui n’avait pas le choix que d’être là lui aussi !

J’avais aussi pour mission de présenter mes autres chouchous, mais là c’est mes chouchou-auteurs cette fois à ma chère petite sœur flingueuse.

Aussi c’est avec plaisir que les Camhug ont fait la connaissance d’Ophélie

Et réciproquement !

A Rosny nous avions aussi rdv avec Maud, la jumelle d’Oph

        

J’en ai aussi profité pour faire la photo avec Vicky et JR Ellory

Pour rencontrer pour la première fois Cédric Lalaury avec qui j’ai eu une longue et passionnante conversation.

Pour papoter avec Jérôme Loubry dont j’ai adoré le premier roman « les chiens de Détroit« 

Pour le présenter à Ophélie et Jean Paul

Et puis est venu le temps de déjeuner

Et quoi de mieux qu’une grande table de fondu du polar

Et oui même là on la joue Collectif…Collectif Polar il va de soi !   

Et à Rosny nous étions 4 flingueuses et un peu plus…

Et il y en a deux qui m’ont convoquée et pris à part !

Tout cela avait l’air très sérieux, j’ai eu peur quelques secondes, je me suis demandée ce qu’elles pouvaient bien me vouloir. Miss Aline Et Ophé-lit avaient l’air trop sérieuses pour être honnètes.

-Ok les filles, je vous suis, je vous écoute…
-Bon cheffe rien ne va plus à commencer Aline
-Non cheffe, c’est pas sérieux là
-Expliquez-moi
-Ben voilà, tu en fais trop, trop pour nous
-Oui tu nous donnes vachement, tu nous as apporté énormément
-Ha, heuuuu… (Bouche bée, touchée je suis restée là )
-Alors Cheffe, on a un truc à te donner
-Voilà !
Et là les filles me tendent un jolie cahier.
Je l’ouvre, et je découvre des tas de petits mots d’auteurs que les filles ont rencontrés et auxquels elles ont demandé d’écrire un petit truc pour moi !
-voilà il est pour toi, tu pourras désormais le compléter et le faire dédicacer par d’autres auteurs que tu vas rencontrer maintenant.
-OK, les flingueuses, je ferai ça ! Enfin je ferai ça quand vous ne serez pas là ! Car pour l’instant c’est encore à vous de travailler. Allez au boulot. Et Aline, puisque l’idée vient de toi, c’est toi qui va t’y coller.
Non mais c’est qui la Cheffe !
Fallait bien que je trouve une parade pour ne pas laisser paraître mon émotion, mes émotions. Car oui émue j’ai été par l’attention de mes Flingueuses. Merci les filles

Du coup je cède la place à vos flingueuses pour qu’elles vous disent un petit mot sur cette journée.

Rosny soit celui qui mal y pense, petits retours de flingueuses

 

Jean Paul

Retour du salon de Rosny…
Il m’a fallu quelques heures pour digérer cette excellente journée !!!
Blogueurs, chroniqueurs et des auteurs formidables, sans oublier Jack Koch qui nous a croquer…
Quelques photos d’un samedi pas comme les autres !!!
Un grand merci à Caroline Vallat pour toute l’organisation !!!

Ça y est mes pieds ont enfin retrouvé le sol…
Une journée magnifique qui a permi de plus de regrouper quelques membres du Collectif Polar : Chronique de nuit, et quelques joyeux trublions !
Ce fût fort agréable !!!
Ps. Je comprends mieux maintenant Chronique « de nuit »
😆 😆 😆

Miss Aline

Rosny c’est des retrouvailles de flingueuses, des auteurs (qui parfois ne sourient pas ! ), de nouvelles rencontres (blogueuse, chroniqueuse), des discussions intéressantes (ou tu picores des bonbons en même temps) , des mises en scène.


Rosny c’est un déjeuner où on a pu tous tenir à la même table (« bonjour untel »), c’est des instants volés ( photos), des instants partagés.
Rosny c’est laissé un livre d’or à la Dame des Livres. Émue elle est !
Rosny c’est une longue discussion avec Monsieur Manzor dont tu attends patiemment la sortie du prochain livre en octobre (non Nath il ne m’a donné aucun indice !).
Rosny c’est quand Monsieur Manzor te fais la lecture (oui juste à moi).
Rosny c’est se faire croquer et rencontrer un loup 😘 ! 


Geneviève, Oph, Jean Paul (et les auteurs , bien sûr) merci pour cette chouette 🦉 journée.
Bisousssss

Maud

 

Un résumé du week end de rosny avec de belles rencontres, de joyeuses retrouvailles et moments inoubliables, sans oublier quelques emplettes 😀merci Caroline Vallat pour cette super organisation!!! Les dates de l année prochaine sont notées 😀😀

 

Mes petit achats (Maud)

Ophélie

Début du salon de Rosny… retrouvailles avec les copains blogueurs et chroniqueurs, les auteurs, un samedi qui s’annonce sympathique!

On nous demande souvent ce que nous aimons tant dans les salons…
Je vous dirais ceci: LE PARTAGE
Que ce soit entre lecteurs et auteurs, blogueurs et auteurs, blogueurs et chroniqueurs… les salons sont l’occasion de nous retrouver, d’échanger, de partager…
Des retrouvailles autour de notre passion commune
Du bonheur en barre

Et bien voilà

J’espère que ce petit partage avec vous lecteurs zé lectrices vous aura plu.

Nous, en tout cas, on a eu plaisir à revivre tout cela avec vous !

A très vite pour de nouvelles aventures.

Bises !

 

La GAV : @Nicolas Jaillet sous le feu des flingueuses, 3e audition


La GAV : @Nicolas Jaillet sous le feu des flingueuses, 3e audition

Episode3

Lundi 23 juillet

On poursuit la Garde à vue de monsieur Jaillet

3e interrogatoire par Miss Aline


La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé)

Allez place à suite de la GAV de monsieur Nicolas Jaillet



Lundi 23 juillet, 05h52

Aline : Bonjour,  Nicolas n’est pas là ?

Ge : Non visiblement il n’a pas été réveillé !

 Lundi 23 juillet, 06h28

Nicolas : Bonjour ! Pardon pour le retard.

Aline et Ge : Bonjour Nicolas

Nicolas : Bonjour, Aline. Bonjour Geneviève
Pardon, j’ai eu une nuit un peu agitée…

Aline : Ça peut arriver à tout le monde. On se lance ?

Nicolas : Je suis à vous.

Geneviève : Bon je vous laisse, j’ai une autre affaire sur le feu, mais je vous surveille dans l’oreillette.

Sylvie : Bonne Gav des bises à tous

NJ : Bonjour, Sylvie.

Aline : Alors commençons par vos rituels d’écriture. En avez vous et en quoi ils consistent ?

NJ : Malheureusement, je suis devenu un auteur à plein temps, et je n’en ai plus guère. Mes rituels d’écriture se limitent à une hygiène de vie minimale : Ne pas commencer à travailler avant de m’être brossé les dents.
Sortir un peu avant d’écrire.
Le geste névrotique de l’auteur, c’est de sauter du lit pour se mettre devant son clavier. Non non. On a de bonnes idées au réveil, mais elle ne font que s’améliorer avec un café.
J’essaye aussi de m’organiser, parce que je peux avoir, dans une journée, plusieurs types de travaux qui ne demandent pas le même investissement
En règle générale : plus c’est payé, moins c’est difficile et fatigant. Il faut donc commencer par les travaux personnels (« mes romans ») et finir la journée par les travaux de commande, qui, en général, sont moins difficiles.

Al : la diversité des types de travaux permet surement de se garder en éveil, de ne pas se lasser.

NJ : Exactement !
Et puis, une activité crée, par contraste, le désir d’une activité autre.

Al : Même sur les travaux commandés vous mettez un peu de vous dedans ?

NJ : Quand je travaille sur une traduction ou une novélisation qui ne me posent pas beaucoup de difficultés, c’est intéressant, parce que ça repose l’esprit. Mais c’est frustrant, du point de vue de l’invention, du geste…
Oui, un travail de commande, c’est aussi un peu un travail personnel.

Al : chaque auteur ne laisse-t-il pas une part de lui dans ses œuvres de manière consciente ou non ? Quelle(s) part(s) de vous laissez facilement transparaître ?

NJ : Mais mes clients ne sont pas très demandeurs de fantaisie, par exemple. Il faut écrire des textes ressemblants. Et la fantaisie, j’aime bien.

Al : la fantaisie c’est un genre qui a des personnages et dans ces personnages un peu de vous ?

NJ : La part personnelle, c’est assez délicat, en ce qui me concerne. J’ai tendance à beaucoup travailler dans la maîtrise, ce qu’exige le genre. Parce que, contrairement à ce qu’on croit, le roman de genre est le domaine où l’on ne peut pas faire n’importe quoi. Alors que dans la littérature « blanche », dominante, on peut faire n’importe quoi.
Mais j’ai découvert récemment, avec « La Maison », que je pouvais, même dans un livre qui ne raconte pas mon histoire, distiller quelques éléments personnels, qui enrichissent le récit.
J’ai envie de ça.

Al : on écrit forcément avec une part de soi, de ses expériences, des ses maux.

NJ : Il faut se méfier de l’autobiographie.
Le roman autocentré, l’introspection, en général, ça ne m’attire pas beaucoup. Sauf chez Proust. Mais ce qui est merveilleux chez Proust, c’est qu’à force de parler de lui, il parle de tout le monde. Quand il évoque les pic niques dans le train, les œufs durs, ce sont des sensations que tout le monde a connu.
Mais,je vous l’accorde, on écrit toujours à partir d’une subjectivité. D’un « moi » qui a ses lubies, ses obsessions…

Al : merci.

NJ : C’est justement la raison pour laquelle il faut s’en méfier. Parce que, justement, c’est au cœur de l’écriture.

Al : certes mais certaines choses peuvent vous échapper, surtout quand le personnage se met à vivre seul, qu’il vous échappe ?

NJ : Ah oui. Ça c’est formidable. C’est le moment de grâce. Le retour à l’enfance.
Quand vous jouiez. « On dirait que »… On ferait comme si… Quand les portes de l’imaginaire s’ouvrent.

Al : c’est un peu ce que vous avez fait dans votre dernier roman… vous disiez que vous avez écrit à la manière de King sans filet ?

NJ : Mais j’aime le genre parce qu’il offre, en même temps que ce retour à l’enfance, cet abandon dans un imaginaire parfois (souvent !) folklorique, une forme d’honnêteté.

Al : il n’est pas question juste de l’enfance et de l’imaginaire mais d’une façon générale de laisser une trace de soi dans chaque œuvre.

NJ : Oui. Mon dernier livre, qui s’appellera peut-être « La Louve » a été conçu de façon beaucoup plus libre que mes précédents. Et j’ai vu ressurgir, çà et là, quelques souvenirs d’enfance, justement, quelques figures qui me hantent un peu. J’en ai écarté certaines en cours de route (je sais, c’est de la triche !) parce qu’elles étaient déjà apparues dans des romans précédents.
Ce qui se passe, en fait, c’est que cette fameuse « part de soi », au départ, elle n’est pas consciente de votre part.

Al : écrire serait une espèce de thérapie ?

NJ : Ce sont des figures récurrentes, qui réapparaissent de roman en roman, et à travers leur récurrence, vous vous dites : tiens, mais ça, ça doit me travailler, parce que j’y reviens toujours.

Al : OK… donc écrire – thérapie ?

NJ : J’espère que non. J’espère qu’écrire n’est pas une thérapie, parce que dans ce cas, je dois soixante euros de l’heure de lecture à tous mes lecteurs, et je suis sûr que c’est au-dessus de mes moyens.

Eppy😆

Al : mais comme le lecteur a surement passé un bon moment de lecture et qu’il est plutôt sympa, il vous fera grâce de la consultation.

NJ : 👍
NJ : Plus sérieusement, je pense très fort qu’un livre, une chanson, un tableau, n’importe quoi, doit s’adresser à autrui. Dans mon cas, il s’agit d’essayer de donner du plaisir, essentiellement, aux gens.
En France, on a un gros problème avec le plaisir.

Al : sans pouvoir être sur quel plaisir il va ressentir !
je voudrais revenir sur les maux que l’on met consciemment ou non dans ses romans
Pensez vous que pour être un bon auteur il faille avoir des blessures, des failles.

NJ : On part du principe qu’un bon livre, c’est forcément un livre difficile à lire. Mais un livre difficile à lire n’est pas un livre difficile à écrire, et inversement. Je suis sûr que Steinbeck a autant sué sur son métier pour écrire « La Perle » ou « Les raisins de la colère », que Dos Santos pour écrire « Manhattant transfert »

NDLR ***************Manhattan transfer c’est de John Dos Passos … gag pour notre mister flingueuse ! **********

qu’est ce un « bon » livre ?
il doit divertir ? dénoncer ?
Je ne pense pas que pour être un bon auteur, il faille avoir ceci ou cela. Un bon auteur, c’est quelqu’un de sincère, qui se remet en question, et qui travaille.
Eppy👍

Al : distraire ?

NJ : Joker pour : « qu’est-ce qu’un bon livre » !
Un bon livre, c’est un livre dans lequel un lecteur se plonge complètement.

Al : joker ? ou ça ? … ah non il n’est pas là.

NJ : Il peut n’y avoir qu’un seul lecteur. Ce sera un bon livre à ce moment là.

Al : le livre vit au moment où il est lu

NJ : Dénoncer, je ne sais pas.
Dénoncer, c’est une attitude.
Dénoncer, ça veut dire : entrer dans une situation en étant d’emblée de parti-pris.
Un bon livre est par-delà le bien et le mal.
Ouille ! Je commence à faire des phrases !
Pardon, je suis un peu fatigué.
Je pense qu’il faut avoir de la compassion pour tous les personnages.
Le jugement appartient au lecteur.

Al : dans un livre il y a forcément du noir et du blanc. Rien n’est jamais que gris. Tout le monde a une part d’ombre avouée ou non .

NJ : Lui seul a le droit de dire : tel personnage est un salaud.
Mais l’auteur ne peut pas dire ça. L’auteur doit saigner avec tous ses personnages.

Al : ça sera un salaud pour lui et le lecteur d’à côté en fera un héros.

NJ : Parce que tout le monde souffre. Tout le monde est blessé. C’est bien le problème.
Alors là c’est le jackpot ! Quand les lecteurs ne savent plus déterminer qui est le bon et qui le méchant.
Malheureusement, je n’ai pas atteint ce stade.
On me parle toujours des mêmes en me disant : ah, lui, quel salaud !
Mais quand on écrit et qu’on a deux sous d’honnêteté, on assume, tour à tour, le point de vue de chacun.

Al : il y a un personnage qui m’a intrigué…

NJ : oui ?

Al : Dans « La maison », la graine (dont l’enfant ) ne dit jamais, à aucun moment dans le livre : maman. Il dit « ma mère » ou il l’appelle par son prénom mais jamais « maman ». Pourquoi ?

NJ : « La Maison » est tirée d’une histoire vraie, et c’est un détail vrai, dans l’histoire. Les deux amis qui m’ont raconté l’histoire de leur mère ne disaient jamais « maman ».
« Maman » est un mot étrange. On dit « Maman » à sa mère, quand on s’adresse à sa mère.
On ne parle pas forcément de sa mère en disant « maman ». On peut appeler sa mère « maman », et ne parler d’elle qu’en disant « ma mère »…

Al : oups je suis un ovni car lorsque je parle de « ma mère » je dis toujours « Maman »
Est il plus facile ou non d’écrire un fait réel qu’une fiction ?

NJ : Ça me semblait juste, de la part du narrateur. Je voulais lui conserver une certaine pudeur, et puis je pense que cette distance, que mes deux amis qui ont vraiment vécu cette histoire avec leur mère, mettaient dans leur récit, ne vint pas de nulle part. Je pense que Martine a été une bonne mère. Elle a fait le taf.
Ge et Aline👍

NJ : Mais c’est une de ces familles où, malgré les efforts de chacun, il reste une distance infranchissable entre les êtres.
Ce petit effet de narration me semblait fidèle à ces liens distendus.
Oui ! C’est pus facile d’écrire l’histoire de quelqu’un d’autre.

Al : je comprends mieux, merci.
Pourquoi est ce plus facile, ça devrait être le contraire , non ? … comment retranscrire au mieux l’émotion, etc, de la personne qui a vraiment vécu la chose etc

NJ : Mais jamais un récit ne m’a porté comme « La Maison ». Du début à la fin, j’ai eu cette intuition que c’était un vrai sujet : une histoire courte, simple, extraordinaire et ordinaire à la fois, qui par son mystère, met en lumière une part de la condition humaine.
Pourquoi est-ce plus facile ?
Je ne sais pas. C’est un paradoxe.

Al : complétement oui

NJ : J’ai fait du théâtre forain, j’ai eu une vie… mouvementée. On m’encourage souvent à écrire sur ma propre expérience. Je n’ai jamais réussi.
Je ne sais pas ce que ma vie raconte.
Si quelqu’un vient vous voir en vous disant : voilà, il m’est arrivé ceci… Vous êtes le premier spectateur de cette histoire. Et vous savez si cette histoire est bonne, et en quoi.

Al : peut être vous faut-il encore grandir pour savoir ce que votre vie raconte !

NJ : Alors que, celui qui raconte sa propre histoire, ne sait pas que c’est une histoire. Il la raconte, parce qu’il en éprouve le besoin, pour se décharger, peut-être, de quelque chose (thérapie).

Al : thérapie 😉

NJ : Oui… grandir, ou mourir.

Al : grandir est une façon de mourir chaque jour on laisse l’être plus jeune derrière pour grandir un peu plus

NJ : 👍
NJ : Et puis, on est de parti-pris dans sa propre histoire. On est de mauvaise foi. On cherche à se défendre, forcément. Et puis, on n’est jamais sûr que cette histoire vaut d’être racontée. Et puis… les autres m’intéressent plus que moi.
Oui, c’est tout à fait vrai. Grandir, c’est mourir un peu.
Et vlan ! Encore une phrase.

Al : vous aviez dit que votre première idée du théâtre c’est devenir adulte tout en continuant de crapahuter dans les bois avec vos potes…. syndrome de Peter Pan… refus de grandir, de mourir. ?

NJ : De grandir. Mourir, ça n’a aucune importance.
Mais refuser de grandir, c’est la garantie de vivre, tant qu’on est vivant.

Al : écrire c’est être vivant pour vous ?

NJ : Ah oui. Très intensément.

Al : pourquoi ? C’est vivre des vies par procuration ?

NJ : Un autre paradoxe. Parce qu’on peut reprocher à l’auteur d’être à côté de la vie, dans la fiction. Mais le réel est tellement prégnant, il faut un tel effort pour s’en extraire, que l’exercice devient intense.
C’est un de ces exercices (il y en a des milliers) par lesquels on parvient à faire exister, à rendre réels, des objets extrêmement concrets, mais qui viennent d’ailleurs. Qui viennent de l’idée, du rêve, et de l’amour.
Des notions qui ne sont pas farouchement mises en avant dans la vie de tous les jours.

Al : je suis d’accord ça manque farouchement ces notions.
Tout  au long de cette GAV vous avez cité des classiques de la littérature : lisez vous vos contemporains ?

NJ : Oui, je viens de lire « Les Mauvaises » de Séverine Chevalier. C’est très beau.
Eric Maneval, c’est très bien.
Antonin Varenne.
Stéphane Michaka.
Laurence Biberfeld.

Ge : Que du bon, et c’est marrant je te retrouve où du moins retrouve ta sensibilité et ton humanisme dans ces auteurs

Al : ok vous êtes aussi contemporains !

NJ : C’est des copains, mais avant d’être des copains, ce sont des gens que j’ai lus !
Oui, je lis tout.
Mais je reviens souvent à des auteurs plus ou moins anciens.
Il ne faut pas perdre de vue l’idée que c’est à ça que sert un livre : survivre.

Al : on revient toujours à ses premières amours ! … C’est à dire ?

NJ : Un livre est un objet d’une extrême rusticité.
C’est beaucoup moins compliqué qu’une tablette.

Al : le livre objet au-delà du temps ? ou part son contenu ?

NJ : Il y a fort à parier que, d’ici quelques siècles, nous n’aurons plus les ressources énergétiques nécessaires pour faire fonctionner des tablettes, des consoles de jeu. Mais nous aurons toujours les moyens de fabriquer et de lire des livres.
Et nous aurons toujours la possibilité de nous raconter des histoires, même si nous perdons l’usage de l’écrit, ce qui est arrivé à des civilisations tout aussi méritoires que la nôtre, par le passé.
Un livre est un objet qui, par définition, nous offre une lucarne sur le passé. Qui fait parler des êtres morts depuis longtemps, comme s’ils étaient là, assis dans votre salon, près de vous.
Il n’y a pas tant de prétention que ça à essayer d’écrire pour des lecteurs qui, éventuellement, nous survivront. Parce que les mauvais livres aussi, hélas ! survivent… Il y en a plein les bibliothèques.

Al : Platon, Molière et tous les autres ont encore de beaux jours devant eux.

NJ : Et peut-être aussi quelques autres, qu’il nous reste à découvrir.

Al : oui surement aussi

NJ : Un type comme Georges Darien, que j’admire beaucoup, et qui a très bien vieilli, a été découvert par André Breton. Il avait complètement disparu.
Il s’en est fallu de peu que nous perdissions le manuscrit du « Maître et Marguerite », et de toutes les pellicules de tous les films de Buster Keaton.
C’eût été grave les boules.

Al : toujours on redécouvrira tel ou tel auteur et une nouvelle interprétations, des nouveaux ressentis, des émerveillements… un jour peut-être votre vie racontée, qui sait!
Je vais vous libérer et vous remercier pour cet échange.
Vous avez rdv ce midi avec Ophélie.

NJ : Ha ha ha ! Merci pour ce moment comme disait une de nos plus belles plumes…
Blague à part, c’était très agréable et passionnant, merci.

Al : Merci à vous.

Eppy et Ge👍

Nicolas : 😍

Sylvie : Passionnant. Merci à vous deux 👍
Nicolas : 😍

Eppy : Bises

 NJ : Bisous.

Eppy😍

Sylvie : Merci Nicolas quel bel échange des bises😘

NJ : J’ai mal pour la personne qui va devoir retranscrire tout ça, mais… j’adore ! À bientôt !

Al : A tout à l’heure avec Ophélie à midi.

NJ : Midi pile.
Promis juré.

Aline👍

Geneviève : Que puis-je dire. Merci monsieur l’auteur et merci les flingueuses pour ce beau moment. Ces beaux moments.
Vivement ce midi pour la suite.
Bon repos à toutes zé tous. A tout de suite
Allez il est temps pour moi de mettre fin à cette audition

Alors Lundi 23 juillet 08h48  Fin de la 3 e audience de la Garde à vue de Monsieur Nicolas Jaillet !

L’exquis cadavre exquis, épisode 27


L’exquis cadavre exquis, épisode 27

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

Accrochez-vous, l’histoire se complique ! Camille a-t-elle été assassinée parce qu’elle enquêtait sur un vaste scandale pharmaceutique, avec Klatschmohn Aktion ? Ou bien à cause d’un détournement de fonds lié au Museum ? A moins qu’elle n’ait découvert l’escroquerie vinicole de son beau-père. Et si sa disparition était liée à celle de sa soeur jumelle ? La dépression de sa mère explique-t-elle son silence ? Quant à Costes, le privé à la réputation sulfureuse, quel rôle a-t-il joué dans l’histoire ?

Maintenant la suite c’est vous qui l’inventez !


L’exquis cadavre exquis

Episode 27

by Aline Gorczak 

 

Le troisième

Ne parvenant pas à joindre Valérie, Sebastián appelle le bureau.

-Allô, c’est Sebastián. Elle est où, Rémini ? Elle me demande de la rappeler mais elle ne décroche pas. –

– Vous n’êtes pas au courant ?

– Au courant de quoi, bordel ? Elle n’a rien dit dans son sms, juste de la rappeler, mais le réseau, ici, est merdique. Alors j’écoute…

– Elle s’est fait tirer dessus, en sortant de l’HP.

– …

 C’est la deuxième fois de la journée que Lerot a les jambes coupées et qu’il doit s’asseoir.

– Elle est dans quel état ?

– Elle a été transportée en urgence et doit être sur le billard en ce moment.

– On a arrêté le tireur ?

– Un tir longue distance, Sebastián, impossible de savoir d’où ça venait.

_ Bordel de merde !

Lerot raccroche. Tant pis pour son train et pour Costes, il verra plus tard. Il faut qu’il la voie. Tout part en cacahuètes dans cette enquête et maintenant cela…

Cela fait trois heures qu’il attend qu’un médecin vienne lui parler. Qu’est-ce qu’ils foutent, bordel ? Il n’en peut plus de cette attente.  Ah, enfin…

– Son pronostic vital n’est pas engagé mais elle n’est pas au mieux. La balle s’est logée juste sous le cœur. Nous sommes parvenus à l’extraire. Il faut attendre maintenant. On va la mettre en soins intensifs.

– Quand pourrai-je la voir ?

– C’est trop tôt pour le dire.

– A-t-elle dit quelque chose pendant son transport ?

– Elle avait déjà perdu connaissance quand les secours sont arrivés.

– Où sont ses affaires ?

– Demandez à une infirmière, je dois retourner au bloc.

Sebastián récupère le carnet moleskine de Valérie. Alors, qu’a-t-elle noté pendant sa visite à la mère de Camille ? Lerot a du mal à décrypter l’écriture de sa collègue :

homme mort dans la poubelle ?

— chercher le troisième ?

— Camille connaît le troisième.  Depuis quand ?

Lerot retourne au bureau avec plus de questions encore, et une angoisse indéfinissable qui lui serre le cœur. Il se rend sur le bureau de Valérie et examine son PC pour tenter de découvrir une nouvelle piste. Rien ! Elle planquait ses infos, ou quoi ? Non, impossible !

La piste HP, c’était un élément nouveau. Qu’a pu lui dire Madame Longchamps ? Il faudra qu’il aille lui parler sans tarder. En attendant, il va sortir le dossier de l’homme de la poubelle.

Saint Valentin de Ge et ses Flingueuses 2018


Saint Valentin de Ge et ses Flingueuses 2018

By Cécile

Quelle meilleur journée que la Saint-Valentin pour déclarer son amour littéraire ; aux auteurs dont l’admiration pour l’œuvre déborde en réelle affection, des auteurs qui ont déclenché la toute première chronique, les livres qui nous ont fait aimé le polar, des livres dont on ne séparerait jamais, des livres qui nous ont tiré des larmes, des livres que l’on partage avec toute la famille et qui nous font réaliser nos rêves ?

 

Geneviève, la porte-flingue et les flingueuses, Eppy, Cécile, Danièle, Fanny, Ophélie, Aline et Marie Noëlle en compagnie de leurs amours littéraires de chair et d’os ou de papier vous souhaitent une belle Saint Valentin !

 

Et vous, quels sont vos amoureux littéraires ?

 

Avec la participation exceptionnelle de :

 Elena Piacentini,

Martine Nougué,

Sandrine Collette,

Jérôme Camut et Nathalie Hug,

Lonely Planet, Guide du routard, WE by hachette…,

L’automne à Pékin de Boris Vian,

7/13 de Jacques Saussey,

L’âme du Mal de Maxime Chattam,

De la part d’Hannah de et avec Laurent Mallot,

Et Eric Dupuis.

 

Ge et ses Flingueuses vous souhaitent une heureuse Saint Valentin livresque et polardesque

.

Papote d’auteur : @Nick Gardel  sous le feu des flingueuses, Ep3


Papote d’auteur : @Nick Gardel  sous le feu des flingueuses !

Episode 3

Imaginez que les flingueuses ont parfois des goûts étranges … Quelques fois le phénomène interpelle même la Porte-Flingue. Oui, elles  peuvent avoir les mêmes chouchous et ne pas voir les mêmes choses … Alors quoi de plus normal pour que la Cheffe leur demande de jouer collectif …

Ophélie, Aline, Dany et la Patronne partent ensemble à la rencontre d’un OVNI … Nick Gardel

Dany


Lundi 14 janvier, 06h26

Suite de la Garde à vue de monsieur Gardel

3e interrogatoire par Aline

Aline  :Si vous êtes sur le pont, on peut commencer !

Ge : C’est toi la cheffe ce matin.

Allez emmenez nous le suspect, que l’interrogatoire commence.

Nick : Je suis là !

Ge : Je me doute ! Aline c’est à toi !

Aline :  Bonjour Nick.  Vous disiez hier être à votre 11 éme roman. ça demande du travail et de la rigueur. parlez nous de vos rituels d’écriture (où, quand, comment) ?

Nick : J’ai deux rituels d’écriture en fonction de mon mode de vie : sédentaire ou mouvant.

Aline : mais encore ?

Nick : L’essentiel de l’année, j’écris le soir sur ordinateur quand le quotidien est réglé. Je laisse la page ouverte et je fais des allers-retours pour compléter le chapitre en cours.

Ge : Heueeeeeu

Nick : Quand je me déplace, j’écris dans des petits carnets snobs (des moleskine). Et je réécris ensuite en prenant le carnet comme base.
J’écris avec de la musique non signifiante (pas de paroles) et je suis capable d’être interrompu. Pas besoin de concentration intense.

Aline : donc plus productif le soir et toujours en alerte (page constamment ouverte). Des moleskine, j’adore ça fait très flic !!

Nick : Oui le soir parce que mon boulot est en journée et que je ne peux pas écrire du tout pendant que j’ai la classe (mais tu as toujours la classe, voyons !)
Sinon le week-end aussi et là c’est toute la journée. Les vacances servent à corriger en général. Car le roman est souvent fini avant l’été.

Aline : ah vous ne donnez pas de devoir sur table pour vous dégager du temps !!! lol

Nick : Non, il faut corriger ensuite, c’est une fausse bonne idée.

Aline : ah oui fausse bonne idée, pardon !

On dit souvent qu’un auteur met/laisse une part de lui dans ses oeuvres. quelle part de vous dans vos écrits, dans vos personnages ?  – hormis l’humour bien sur.

Nick : Je suis très intuitif dans mon écriture. Cela provoque que les paroles de mes personnages proviennent de moi. Il y a forcément une partie de ma psyché en eux. Et puis certains détails viennent de moi.
Peter Raven aime la même musique que moi par exemple. Jed de Fourbi étourdi a la même culture catholique.

Aline : ok je vois. à choisir vous seriez plutôt un bon flic ou un mauvais méchant ?

Nick : Mon frère m’a fait le relevé de ce qu’il avait reconnu dans certains de mes romans. Il y a toujours un certain nombre d’anecdotes familiales dans mes écrits.
Il y a finalement très peu de flics dans mes romans. J’aime les gens qui se trouvent dans une situation inhabituelle pour eux et qui doivent se dépatouiller. Mes flics sont plutôt bons, même si j’écorne la profession régulièrement.
Mes méchants c’est une autre paire de manche. J’essaye d’y rajouter toujours une certaine complexité. Ils sont souvent caricaturaux pour devenir des figures fortes, mais je rajoute des failles et des points de dérision.

Aline : en parlant de  méchant, pensez vous que tout un chacun, avec les circonstances/contextes adéquates, peut devenir/être un assassin potentiel ?

Nick : En mettant une acceptation étendue du terme d’assassin. Si on réduit la chose à une préméditation voire une conceptualisation du meurtre, sans doute pas. Il faut vraisemblablement un déclic pour passer de ce côté. Mais pour ce qui est de l’impulsion, oui c’est ouvert à tous. L’open-bar du crime.

Aline : oui je parlais surtout de déclic, d’un instant sur lequel tout bascule. la préméditation c’est autre chose.

Nick : Ouvrir FB fait de vous un assassin potentiel. Dans la mesure où il est salutaire de dézinguer la bêtise.
Déclic et des claques…

Aline : surtout des claques…. qui se perdent !

Nick : Mes méchants sont des affreux à l’ancienne, de profession. C’est un choix de vie, pas un hasard d’amateur.

Aline : les méchants à l’ancienne, c’est aussi un certain code d’honneur, des valeurs… qui n’appartiennent qu’à eux certes mais tout de même un code de conduite.

Qu’aimeriez faire en vrai pour être au plus près de la vérité dans vos romans : voir une scène de crime, assister à une autopsie, suivre un interrogatoire ?

Nick : J’essaye d’être au plus près de la réalité dans mes romans. C’est pour cela que je contourne souvent le caractère « enquête » car je ne le maîtrise pas. Mes heros sont des monsieur-tout-le-monde a qui il arrive des bricoles.
Mes recherches de documentation se font à l’instant donné par besoin.
Une fois j’ai lu une thèse sur la mythologie sioux pour comprendre ce que je pouvais en utiliser.
Une autre j’ai lu des témoignages de garde à vue pour savoir comment ça se passait.

Aline : Donc vous ne voulait pas voir de sang, de tête coupée et de tripes à l’air…
Est ce que tous vos écrits sont gardés, je veux dire est ce qu’il vous arrive de jeter un texte parce qu’il n’aboutit pas ?

Nick : ça ne me dérange pas plus que ça. Je stockerai le truc dans un recoin de ma tête pour le ressortir une autre fois.
ça a été le cas, mais c’est très rare désormais. C’est dû à ma méthode d’écriture. J’écris de façon linéaire, sans plan. Donc chaque écrit est pertinent.
Je ne prépare pas des petits bouts à assembler. Donc j’ai peu de perte.

Aline : j’adore « recoin’ de ma tête donc plutôt bien enfui alors ! j’avoue que ce ne serait pas ma tasse de thé non plus.

Nick : Tout n’est que recoin dans ma tête. C’est excessivement bordélique.

Aline : pas de plan, pas de petits bouts à assembler … donc vous écrivez au feeling ?

Nick : Mon palais mental ressemble à une construction du facteur Cheval.
Oui écriture au feeling. Un sujet, une vague idée, un vague déroulement et j’enchaîne les chapitres.
Puis vient un moment dans l’histoire où j’écris un plan pour canaliser la fin.

Aline : pourquoi canaliser la fin si tout le reste est au feeling ?

Nick : Pour la cohérence madame. Il n’y a rien de plus beau que le bordel dompté. C’est le principe du décoiffé-coiffé.

Aline : c’est tout un art le coiffé décoiffé !

Nick : Une dizaine de chapitre avant la fin, je fais un état des lieux et je réunis tous les éléments pour arriver à l’apothéose finale. Ça évite de prendre son lecteur pour un glandu en disant « ah ah, en fait c’était son frère ! »

Aline : donc ne pas chercher le frère !

Nick : Se laisser porter. J’ai bossé pour vous amener là !

Aline : quand la fin apothéose est placée… vous faites quoi : laisser dormir/mijoter un peu ou vous donnez de suite à votre premier(e) lecteur(trice), ou lecteur test (comme vous voulez) ?

Nick : Depuis Fourbi étourdi, j’écris « pour » quelqu’un. Je fais lire mes chapitres à des potes directement en brut de décoffrage après l’écriture.
Lors de la phase de relecture, je peux tout modifier ou remodeler, ou rajouter des chapitres.
Mais de base j’ai un certain nombre d’amis qui me lisent directement.

Aline : pouvez vous développer le « j’écris « pour » quelqu’un » ?

Nick : Fourbi étourdi a été écrit en guise de plaisanterie par mail pour une auteure. J’avais écrit un chapitre comme ça, puis un autre etc…
J’ai bien aimé ce mode qui me forçait à ne pas avoir des chapitres « de remplissage ». Il fallait être pertinent à chaque fois.
Donc j’écris en fait mes chapitres comme des nouvelles qui se doivent d’avoir un petit truc pas ennuyeux chacun.

Aline : ça fait beaucoup de monde en première lecture, vous écoutez chacun d’entre eux pour les modifications.

Nick : J’entends tout le monde, je n’écoute personne.

Aline : pourquoi je ne suis pas surprise ? lol
si vous n’écoutez personne, pourquoi les entendre alors ?

Nick : ça me fait réfléchir sur les motivations de mes perso, sur la compréhension qu’on les gens de ce que j’écris. Déjà que je n’ai pas un vocabulaire facile, il faut quand même qu’ils pigent un truc à l’histoire.
Donc j’entends leurs remarques, mais quand je les juge allant à contre courant de ma pensée, j’ai quand même le dernier mot.

Aline : votre premier roman (non pas les nouvelles ou recueils de nouvelles) avec sa couverture, sa 4éme de couve et  toutes ses pages imprimées….ça fait quoi quand vous l’avez en mains ?

Nick : Comme souvent les brainstorming sont des monologues. Les gens exposent leurs idées mais n’interagissent pas avec celles des autres, je ne suis pas meilleur qu’eux.
J’étais excessivement fier et joyeux. Mais ça représente une telle masse de boulot et de nouveauté qu’on en perd quand même le plaisir. Un peu comme un cuistot qui travaille sa recette jusqu’à la perfection. Est-ce que lorsque l’assiette est servie le plaisir est intact ? Une grande partie du plaisir vient de l’écriture et de la conception même du livre.
Je m’excite, je m’agite jusqu’à la parution, mais l’essentiel est dans l’écriture tout de même.

Oph : J’adore cette dernière remarque

Nick : Tout en sachant que le livre ne commence réellement à vivre qu’après.
Le plaisir est dans la conception (le premier qui parle d’enfant, va aller au coin !)

Ge : Et que chaque lecteur va se l’approprier et en faire un livre différent du tiens

Aline : oui je comprends. Est ce qu’une fois publié vous vous êtes dit  » ah j’aurais pu le développer comme ça  » ou  » c’est cette idée à la con que j’ai placé ici » . ? avez vous envie de reprendre, changer vos écrits (ne dites pas : oui on peut toujours (s’) améliorer, sinon vous aussi vous allez aller au coin) ?

Oph : Euh là aussi le plaisir est à la conception lol. Parce qu’après vive les nuits blanches

Nick : Totalement. Le livre publié ne vous appartient plus. C’est assez stupide finalement de s’angoisser pour son devenir, dans la mesure où vous n’avez aucune maitrise là-dessus.  Je n’ai pas envie de reprendre mes romans. Je reste assez fragile pour ce qui est de livrer mes histoires. Il y a toujours à reprendre mais parfois je suis assez fier d’une tournure, d’un passage.

Aline : je prends cette réponse, vous ne serez pas puni … lol

Nick : Et puis je mets une masse de petits trucs dans mes romans, ça me plait quand même de savoir qu’ils sont là.

Aline : Parlez nous de vous en dehors de l’écriture : passions, frustrations, boulot ?

Nick  : Je suis un être pragmatique assez dépassionné. J’aime beaucoup de choses, mais j’ai un sens assez aigu de l’inutile et du galvaudage. Ni vocation, ni passion, donc. C’est trop fort et ça pique. J’ai énormément la musique sans qu’elle ne me soit indispensable, totalement le cinéma sans y aller très souvent et énormément la lecture sans en avoir le temps.
J’aime les lieux pour les gens que j’y vois. J’adore rencontrer les lecteurs.
Mon métier est totalement difficile mais je m’y retrouve.
La frustration principale reste sur le chiffre de mes ventes, mais je me soigne.

Oph : Et on se revoit bientôt hiiiii 😍😍😍😍

Ge : Oph on se calme là, même si je sais que tu veux tout lire de monsieur Gardel depuis ton coup de coeur pour Fourbi étourdi !

Reprenez monsieur Gardel

Nick : J’ai pris une bonne résolution qui dirige ma vie désormais. Je ne fais plus rien « contre ». Je fais « pour ». Si je peux aider, je le fais. Sinon je ne fais rien.

Aline : vos lecteurs nous amènent à : êtes vous sensible à la critique, surveillez les chroniques ?

Nick :  Mais totalement  ! Je suis un angoissé ultime de la critique. Chacune me tue ou me regonfle.
C’est stupide de ma part dans la mesure où je ne peux pas changer un bouquin. Mais quand même, ça me fout sur le grill à chaque fois.

Aline : je comprends parfaitement.

Nick : Et pas la peine de se cacher derrière les « on peut pas plaire à tout le monde ». Bullshit.
Moi je veux plaire à tout le monde. MOI MOI MOI !!!!
Et partout dans la rue, jveux qu’on parle de moi, que les filles soient nues, qu’elles se jettent sur moi….

Aline : je pense qu’il faut donner ce que l’on a donner, prend qui veux prendre. et on plait pour des raisons différentes.
on va attendre l’été pour que les filles soient nues dans la rues… sinon pas de soucis même en hiver elles peuvent se jeter sur vous !!lol

Nick : Il ne faut pas accéder à mes désirs malheureuse ! Sinon je serai le pire des dictateurs. Je ferai raser la tête de Sire Cédric et emprisonner Nicolas Lebel !

Aline : oh oui rasé la tête…

Nick : Voilà que je m’emporte…

Aline  : vous écrivez tout le temps ou vous vous accordez des « vacances d’écriture  » ?

Nick : Les vacances ne sont pas conceptualisées. Parfois je n’écris rien pendant quelques mois, souvent à la sortie d’un roman. Mais la reprise vient tôt ou tard.
Là je n’ai rien écrit depuis deux semaines par exemple. Mais ça n’est pas intentionnel. C’est juste conjoncturel.

Aline : du coup ça bouillonne dans votre cerveau bordélique (c’est vous qui l’avez dit que c’était le bazar la’dans) ?

Nick : En fait l’état de bouillement est permanent chez moi. Comme une machine à vapeur. Parfois on se sert de la pression pour faire bouger des roues, d’autres fois c’est pour le sifflet. J’ai toujours des idées, des phrases, des recherches de bons mots. P
Parfois je les canalise vers l’écriture, parfois c’est juste du quotidien.
FB m’aide beaucoup à dire des bêtises en continu.

Aline : merci FB !! Je crois que j’ai fais le tour de la question en ce qui me concerne. avez vous quelque chose à ajouter à notre échange ?

Nick : Non . C’est très agréable d’avoir à réfléchir le matin. N’est ce pas Geneviève Van Landuyt

Ge:  Moi oui  j’aime le matin voir le petit matin quand tout est calme!

Mais sinon Nick,  pas d’urgence d’écriture quand la conjoncture ne le permet pas ?

Nick : Je n’ai aucune deadline pour mes romans, alors l’urgence d’écriture, je me la met seul.
Bien que je sois très bon dans l’urgence en général
J’ai longtemps été paniaque. Maniaque de la panique, à rendre les travaux en limite.

Aline : ah , @Geneviève , , le travail dans l’urgence., je ne suis pas la seule.

Nick : Les plus grands sont ainsi… lol

Aline : je ne fais qu’1.60 m… lol

Nick : Si les pieds touchent le sol, ça suffit.

Ge : Comme disait Coluche

Aline  : Je vous remercie, Nick du temps que vous m’avez accordé dés le matin. Ça sera un plaisir de vous rencontrer en vrai sur un salon. je vous souhaite une excellente journée.

Nick : Coluche a déjà tout dit
Merci à vous Aline

Aline : je vous en prie.

Ge : Merci à vous deux pour ce belle entretien. Bravo Aline tu as tenu le cap, même si j’ai bien cru à un moment que comme Oph, tu été séduite par notre bonhomme.

Et Nick Gardel  tu repars en cage. Ta garde a vue n’est pas terminée.
Dany viendra t’interroger ce soir.
Il se peut aussi que Oph fasse un nouvelle apparition.
Et j’aurai le privilège de conclure.
Alors toujours d’attaque ?

Nick : Oui c’est intense, mais je tiens le coup !

Ge: Ok alors on arrête là pour ce matin. Remettez moi le suspect au frais. On verra quel tête il a en fin d’apem.

Et nous on se retrouve donc en fin d’après midi pour ce qui devrait-être le dernier interrogation de Nick Gardel.

En attendant Nick Gardel est toute la journée au Salon du livre de Nemours « Autour du Polar »

Et vous pouvez l’y retrouver.

Plus d’info ICI