Artifices – Didier Fossey


Le livre : Artifices de Didier Fossey. Paru le 18 juin 2018 aux éditions Flamant Noir.19,50€ ; (300p.) ; 21,5 x 13,6 cm. 
4ème de couverture :
La nouvelle enquête du commandant Le Guenn au 36 quai des Orfèvres ! Avril 2013 – Hôpital psychiatrique de Cadillac.
Après trois années d’internement, un tueur en série est autorisé à quitter sa cellule, sous haute surveillance, pour des sorties régulières dans le parc…2 ans plus tard…Forêt de Rambouillet. Un corps est retrouvé ligoté à un arbre, sauvagement mutilé par des feux d’artifice. La violence du crime est sans précédent. L’enquête est confiée à Boris Le Guenn, commandant au 36 quai des Orfèvres. Une experte en explosifs vient l’épauler dans cette affaire. Tandis que d’autres meurtres se succèdent sur le même mode opératoire, un inconnu s’introduit au domicile du commandant Le Guenn et se met à le harceler par téléphone. Il semble en savoir long sur lui…Qui peut bien lui en vouloir ? Et si le passé de chacun était un premier indice… ?
L’auteur : Né en 1954 à Paris. Il fréquente ensuite un lycée hôtelier en Normandie. Il travaillera ensuite sur le paquebot France puis dans différents établissements parisiens avant s’ouvrir son propre restaurant. En 1984, il laisse tout tomber pour entrer dans la police à Paris. Ses années de service à la BAC de nuit du 13ème arrondissement lui fournissent quelques anecdotes croustillantes qui lui serviront quelques années plus tard.
Extraits :
« Émile, un petit bonhomme au ventre énorme qui débordait par-dessus la ceinture de son pantalon sur des cuisses énormes. De chaque côté de son crâne chauve, des mèches de cheveux indisciplinées se partageaient le cuir chevelu. Au milieu de son visage rond et sanguin pointait un appendice immonde constellé de cratères, rouge comme une fraise, recouvert de poils et points noirs. Ses petits yeux porcins, enfoncés dans leurs orbites surmontées de deux touffes de poils drus, fixaient la gamine. Une langue baveuse comme une grosse limace passait et repassait sur ses lèvres violacées et gercées.
Il esquissa un sourire pervers, laissant apparaître une bouche édentée où quelques chicots bruns ou noirs faisaient de la résistance sur ses gencives. »

  La chronique jubilatoire de Dany

C’est avec un vrai plaisir que j’ai découvert cet auteur. Certes polar-thriller avec sa quantité de flics fatigués et dépressifs … le minimum syndical quoi ! … mais avec une galerie de personnages féminins assez originale.

Le plan de ce roman est aussi devenu assez classique puisqu’il mêle des retours-arrière et deux chronologies qui s’entrechoquent mais ici, point de confusion sur les temps des actions, le lecteur se repère parfaitement. Grâce à cet « artifice » (oui j’ose !) le lecteur va découvrir l’auteur des méfaits bien avant les flics, par la suggestion.

Enfin nulle compassion pour les pervers punis par où ils ont pêché, c’est même avec une certaine forme de jubilation que l’on anticipe leur souffrance !

Lu en version numérique.

 Extraits :
« Il plongea la main dans le bénitier et esquissa un signe de croix plus que symbolique, ainsi qu’une génuflexion plus qu’avortée. Dans son for intérieur, il appelait ça les « salamalecs ». Il savait ce genre de réflexions non compatible avec sa fonction et sa vocation, mais celle-ci avait fondu au soleil, au fil des années. En ecclésiastique responsable, il aurait dû en parler à son évêque, mais il avait préféré se taire, garder ses démons pour lui, faire profil bas. » 
« La nature a néanmoins ses obligations et lorsque le besoin s’en fait trop sentir, je recours, sans aucune honte, puisque je les aide à vivre, aux prestations tarifées de professionnelles. Attention ! Il n’est pas question pour moi d’aller courir les bas-fonds de Paris pour ramasser n’importe quelle gourgandine droguée sur un trottoir. Je ne suis pas de ce niveau, et laisse de bon cœur les maladies vénériennes aux pauvres types. Je préfère aisément les femmes qu’une agence suisse haut de gamme me propose.»

Titre et auteur : Artifices de Didier Fossey

exclu blog SP NetGalley – double chronique avec Clémence

 

Publicités

Burn-Out – Didier Fossey


Le livre  :  Burn Out de Didier Fossey.  Paru le 28 février 2015 chez Flamant Noir éditions.   15 euros ;  (289 p.) ; 22 x 14 cm. Réédité en poche le 14 février 2018 chez Bragelonne dans la collection Poche Thriller.

4e de couv :

Paris. Avril 2014. La police enquête sur une série de vols d’objets d’art dans les cimetières de la capitale. Lors d’une nuit de planque, un policier est assassiné. Pas de témoins. Peu d’indices. Boris Le Guenn, chef de groupe de la BAC au quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Mais il manque d’effectifs et doit mener plusieurs enquêtes de front. La descente aux enfers d’un de ses lieutenants, déterminé à rendre justice lui-même, ne va pas lui faciliter la tache…

Burn-Out nous fait entrer dans l’intimité de la police. Un monde désenchanté, dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal : elle se termine, c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible… Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons…
Ambiance, jargon, procédures… vous aurez l’impression de faire partie de cette équipe de la BAC dès les premières pages. Didier Fossey a fait toute sa carrière dans la Police nationale, il sait donc de quoi il parle. Quand leur métier prend toute la place, devient insupportable au quotidien et risque de leur faire tout perdre, ils trouvent parfois en leur arme de service l’ultime solution…

Prix Polar 2015 du Lions Club

L’auteur : Didier Fossey en né en 1954 à Paris. Après des études secondaires laborieuses, il fréquente un lycée hôtelier à Granville, en Normandie, d’où il sort muni d’un CAP de garçon de restaurant. Il a la chance de travailler sur le paquebot France, puis dans différents établissements parisiens avant d’ouvrir son propre restaurant. En 1984, il laisse tout tomber pour entrer dans la police, à Paris. Ses années de service en brigade anticriminalité de Nuit du 13e arrondissement de 1986 à 2001, les nuits de planque, de traque, la morsure du froid, ce monde de la nuit lui plaisent et lui fournissent quelques anecdotes croustillantes qui lui serviront quelques années plus tard.
Extrait :
“Tous les flics ont des cauchemars, ça fait partie du paquetage”, avait dit un jour Olivier Marchal, ancien policier devenu réalisateur de films à succès. Le problème, c’est qu’au départ le flic n’est pas prévenu que le paquetage s’alourdira au fil des ans, et rien n’est prévu pour les ranger, ces foutus cauchemars. Alors certains, comme Franck, mettent une carapace, s’endurcissent et le payent dans leur vie privée. D’autres se laissent déborder, et à défaut de sac pour y mettre leurs peurs, leurs angoisses et les problèmes personnels qui en découlent, se servent de leur arme pour en terminer, à raison d’une quarantaine par an, toutes forces de police confondues.
……………………

Le ressenti de Jean-Paul

Burn-Out  de Didier Fossey

J’ai rencontré Didier au dernier salon du Livre à Paris et je dois avouer à ma grande honte que je ne le connaissais pas du tout ! Mais d’abord ce n’est pas vers lui que je suis venu. C’est le titre de la couverture de son roman qui m’a attiré et repoussé à la fois. ”Burn Out” une nouvelle expression, presque sexy d’ailleurs, alors que le mot en français fait peur et dérange : Dépression. Comme si c’était encore une honte d’en souffrir…
Donc nous avons pu discuté ensemble et j’ai trouvé tout de suite le personnage attachant. Ancien policier, comme Olivier Norek qui a arrêté son métier difficile pour nous transmettre une vision de la Police méconnue. Son vécu peut-être ? En tout cas son roman ma touché par sa sensibilité.
L’histoire est captivante et très réaliste, elle m’a tenue en haleine jusqu’au bout. Des policiers qui sont mal dans leur peau, qui vivent mal les conflits internes, les horaires épuisants, les planques qui n’en finissent pas, qui n’ont plus vie de famille ou tellement insignifiante. Voilà la Police de Didier. Ils sont là pour nous aider, pour nous sauver souvent, alors que nous ne les voyons qu’à peine et que pour beaucoup d’entre eux, ils travaillent la peur au ventre…

Le monde à changé, aujourd’hui les policier on les mains liées, ils ne sont ni aidés, ni aimés. Ils sont perçus comme des collecteurs de l’Etat, plus que des gardiens de la paix… Leurs missions devraient être recentrées très vite avant que cela ne finisse vraiment mal…
Un polar à lire…Une course contre la montre qui nous montre le malaise de la Police !

“Dubreuil avait pris sa décision. Il irait au commissariat tout balancer et se faire passer pour un chef d’entreprise un peu trop cool qui vient de s’apercevoir que ses employés lui font un petit dans le dos. Sergeï se ferait chopper rapidement : avec les moyens actuels, les flics établiraient un rapprochement entre les vols dans les cimetières et l’affaire du château dans les Yvelines. Oui, c’était cela qu’il devait faire, le seul moyen de s’en sortir ; sinon cette affaire allait mal tourner pour lui. Il dirait aux flics il s’était aperçu que son contremaître n’était pas clair, qu’il avait voulu s’expliquer avec lui et que, en guise d’explication, il s’était fait casser la gueule. Ça tiendrait la route. Il ajouterait qu’il était armé, dangereux, et avec un peu de chance, vu le nombre de chauds de la gâchette dans la police, Sergeï n’aurait peut-être même pas le temps de parler.””

Sharko de Franck Thilliez


18922031_1473027559423221_6246232060444953359_nLe livre : Sharko de Franck Tilliez. Paru le 11 mai 2017 chez Fleuve éditions dans la collection Fleuve Noir. 21€90 ; (576 p.) ; 22 x 14 cm

 

4eme de couv

 » Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse.
Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux.  »

Eux, c’est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.
Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.
Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

 

18951294_1473027546089889_552283700095840306_n

Biographie de l’auteur : Franck Thilliez est l’auteur d’une quinzaine de romans, parmi lesquels Atomka, Le Syndrome E et, plus récemment, Pandemia et REVER. Lauréat du prix Étoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar 2014 avec Angor, il confirme sa place de pilier du thriller français et continue d’alterner one shots et enquêtes menées par son couple phare, Lucie Henebelle/Franck Sharko.
Adapté au cinéma pour La Chambre des morts (prix SNCF du polar français), Franck Thilliez est aussi scénariste.
Ses livres sont traduits dans le monde entier.

 

Extrait :
« A la vue de ces actes, Lucie avait la sensation que le Sharko blanc – l’homme qu’elle aimait – avait de plus en plus de mal à se dissocier du Sharko noir, cette espèce de Minotaure sanguinaire qui cherchait la sortie du labyrinthe et qui, le temps d’heures sombres à la cave, l’avait trouvée. »

 

 

Collectif Kris

Le petit Avis de Kris

Lucie Hennebelle reprend une affaire que son oncle Anatole, policier retraité, n’a pu achever avant son suicide. Sur la trace de Julien Ramirez, soupçonné d’avoir enlevé une adolescente, elle commet l’irréparable. Franck Sharko et Lucie, prêts à camoufler ce crime qui pourrait coûter sa carrière et sa liberté à Lucie, s’attaquent à un trafic terrifiant.

Franck Thilliez a un don, ça on le savait …. pour l’écriture mais aussi et surtout pour se renouveler ! Chaque nouvel opus est différent (même si ses personnages sont récurrents) et chaque fois toujours mieux.
Cette fois il nous prend dans un tourbillon qui s’étale sur 568 pages et
Pas un seul temps mort, toujours au taquet et de plus, ses romans nous éclairent sur des sujets cruciaux tels les dons du Sang.
Bref de la lecture qui distrait mais qui instruit en même temps.
What else. .. .

Toxique de Niko Tackian : L’histoire d’une LC le final


Durant quelques semaines nous avons, avec la Fée Stelphique, décortiqué le 3e polar de Nico Tackian.

Aujourd’hui nous mettons un point final à cette lecture commune.

J’avoue m’être beaucoup amusée à faire celle-ci. J’espère que vous aussi.

Mais souvenez vous voilà ce que ça a donné.

Histoire d’une LC, prologue 

Histoire d’une LC, chapitre 1

Histoire d’une LC, chapitre 2

Histoire d’une LC, chapitre 3

Et aujourd’hui on vous offre : L’histoire d’une LC le final

Et quelque final puisque vous on aurait deux pour le prix d’un.

D’abord celui d’une gentille Fée: Le final de Stelphique ICI

Et enfin le mien, celui d’une magicienne du noir, ci dessous

Le livre : Toxique de Niko Tackian. Paru le 4 janvier 2017chez Calmann-Levy. 18€90 ; (299 p.) ; 22 x 14 cm

4e de couv : 

Elle aime saboter la vie des autres, elle n’éprouve aucune empathie, elle poursuit un but, elle est toxique.

Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas Nous sommes en janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau.

Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.

À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 heures », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

L’auteur : Niko Tackian, né en 1973, est un scénariste, réalisateur et romancier français. Il a notamment créé avec Franck Thilliez la série Alex Hugo pour France 2. Son premier roman, paru en 2015, a reçu le Prix Polar du public des bibliothèques au Festival Polar de Cognac.

 

 

Extrait : 
Savez-vous que d’après une étude américaine, une personne sur vingt-cinq présenterait des caractéristiques de la sociopathie ? Il pourrait y en avoir autour de cette table par exemple, ou bien dans votre vénérable institution.
– On dirait que vous parlez d’une société secrète.
– Non, ce sont des prédateurs solitaires. Leur ego a trop d’importance pour qu’ils acceptent de s’unir. Enfin mis à part dans les organisations officielles de sociopathes.
Tomar sourit malgré lui au ton décalé que prenait le psy. Il aimait décidément bien ce Benoît Mathis.
– De quelle organisation parlez-vous ?
– Du monde de l’entreprise et de la multinationale en particulier. La plupart des cabinets de recrutement dressent une liste de critères pour définir leur profil type. Mes collègues américains ont démontré que la plupart de ces critères sont communs aux résultats cliniques mis en évidence dans les travaux sur la sociopathie.
– Autrement dit, nous sommes entourés de gens qui nous veulent potentiellement du mal ?
– Oui les médias parlent parfois de gens toxiques. Comme le gaz ou le poison, ils répandent leur influence négative au point d’intoxiquer tout ce qu’ils touchent. Je pense que nous pouvons tous trouver un exemple de ce genre de personnes dans notre entourage…

Mon avis :

Toxique c’est un roman actuel, c’est celui de cette période trouble que nous vivons. Celle des attentats de janvier 2015. Cette période où nous étions à la fois Charlie et à la fois choqués par les massacre de l’hyper casher et de Charlie Hebdo. Celle du massacre du Bataclan, quand notre jeunesse tombe sous la mitraille des fanatiques aux  terrasses de cafés et de restaurants.

Toxique c’est un roman dans l’ambiance du temps ! Une atmosphère pesante, peu rassurante, un avenir compromis. Un ton désabusé, un auteur qui a trempé sa plume dans la morosité de notre quotidien. C’est un poil pessimiste. Une ambiance plombée.

Toxique c’est un style sans fioriture, des chapitres courts, une écriture acérée et percutante. C’est du rythme, sans temps mort. sous tension en permanence.

Toxique c’est aussi un roman psychologique aux personnages troubles. Des héros avec trop ou pas du tout d’empathie. Des personnages marquants à n’en pas douter.

Il y a Tomar Khan, commandant à la Crime, chef de groupe au 36. Tomar que ses hommes respectent et admirent. Un super flic, un limier aux intuitions fulgurantes. Un meneur d’homme. Un jeune homme aux charme indéniable, un jeune homme mystérieux. Un jeune homme au passé trouble.

Il y a Marie-Thomas Petit, Agent Territorial Spécialisé dans les Ecoles Maternelles. Une femme banale, passe partout. Une femme que l’on pourrait croire sans histoire. Une ATSEM proche des enfants dans elle a la charge.

Et il y des histoires de familles, de clans, de groupes. Des histoire de personnes toxiques, de manipulateurs, de manipulation. C’est une histoire un brin fantastique, d’ange gardien ou de fantôme. Une histoire de rédemption et de résilience aussi !

Bref Toxique c’est un roman complexe comme on les aime. Une équipe de flic que l’on a envie de retrouver. Un héros que l’on a appris à aimer.

Vite le prochain opus !

 

« Les morts quittent notre monde et emportent avec eux leurs regrets et leurs déceptions. Mais qu’en est-il des vivants ? »

 

Les sept stigmates de Jean Dardi


 

jdLe livre :  Les sept stigmates de Jean Dardi. Paru le 7 septembre 2016 chez City dans la collection Thriller.18€50 ; (346 p.) ; 24 x 16 cm

4e de couv : 

Comment arrêter un tueur qui n’a rien à perdre ?

Paris connaît une vague de crimes sans précédent. Une jeune secrétaire, un imam, un rappeur, un assassin, un voleur…Tous retrouvés égorgés. Aucun lien apparent, si ce n’est ce mystérieux message reçu par chacune des victimes quelques jours avant leur mort.

La psychose s’installe. En haut-lieu on panique, on trépigne, on menace. Au 36 Quai des Orfèvres, en plein mois d’août, il ne reste guère que le commissaire Giovanni Dell’Orso, qui ne batifole pas sur les plages.

En pleine déprime, il hérite donc de cette affaire qui s’avère particulièrement délicate. D’autant que, des bas-fonds de Paris aux arrondissements les plus chics, le tueur franchit progressivement toutes les limites. Y compris celles de sa folie meurtrière…

L’auteur : Après avoir longtemps travaillé dans l’immobilier dans le Sud de la France, Jean Dardi se consacre désormais entièrement à l’écriture. Avec « Les sept stigmates » il signe son premier roman policier, dans un univers à la fois noir et très contemporain.

Extrait : 
C’est le cri persistant sortant de sa gorge qui le réveilla en sursaut. Un cri de panique, inhumain. Les yeux exorbités, il s’appuya à la tête de lit, pantelant, ruisselant d’une sueur malsaine.
Il mit près d’une minute à réaliser qu’il venait une fois de plus de subir le cauchemar atroce qui, inexorablement, le rendait fou.

 

Résumé et  petit avis :

A Paris, depuis quelques mois, cinq meurtres ont été commis sans aucun lien apparent, mis à part que les victimes ont toutes reçu un mystérieux message plusieurs jours avant leur mort. La psychose s’installe face à cette série d’assassinats. Le commissaire du 36, quai des Orfèvres Giovanni Dell’Orso est chargé de l’enquête.

Tout commence à Paris, au mois d’Août quand les parisiens sont en vacances et que les rues de Paris grouillent de touristes. Il fait chaud en cette fin d’été et la moiteur ramollit les corps et les esprit.

Au 36 tout est tranquille, le commissaire  Giovanni Dell’Orso garde les lieux. Toute son équipe est en vacances. Même le directeur à mis les voiles.

Pourtant même au mois d’août, alors que Paris vit au ralenti, le crime lui ne s’arrête pas. Et quand un imam est assassiné dans le 19e, la crim, elle se réveille et Dell Orso sort de sa torpeur.

Nous allons faire connaissance avec ce commissaire de 50 ans pas mal de sa personne, plutôt à l’ancienne, pas très féru des nouvelles technologies et pas très à cheval sur la procédure.

Voilà tout commence comme cela.

Jean Dardi nous propose ici une enquête policière classique et procédurale. Nous allons donc suivre pas à pas les avancées de l’enquête que le groupe Dell Orso va devoir mené tambour battant car mis sous pression par leur hiérarchie et par la presse.

On va découvrir un groupe d’homme et de femme, uni derrière leur chef. Une bande de flics bigarrée qui sous la houlette d’un meneur d’homme tel que Dell Orso arrive à des résultats surprenants.

On va parfois tiquer face aux réflexions de Maurice, le second du groupe. On va parfois sourire face à la bêtise humaine. On ne restera pas indifférent au propos des uns et des autres. Je me suis parfois poser des questions sur les intentions de l’auteur.

Mais ce qui est certain c’est que ce polar, ce premier polar, se lit facilement. L’écriture sobre, le style efficace de Jean Dardi nous entraîne à un rythme soutenu dans cette intrigue drôlement bien ficelée.

On va suivre à la trace un tueur en série pas banal. On va finir par comprendre ses motivations. On va se faire profileur et passé du roman d’enquête au thriller. Car c’est bien aussi un très bon thriller que nous propose l’auteur.

Bref, une lecture forte agréable au final qui n’a pas été sans me rappeler un certain Nicolas Lebel, la subtilité de l’humour en moins. C’est ce tout petit bémol qui fait que ce polar ne sera pas ma lecture préférée de la semaine. Mais Les sept stigmates a tout pour plaire  et plaira au plus grand nombre, foi de Collectif Polar.

Un très bon roman policier avec une galerie de protagonistes que l’on a envie de retrouver très vite.

Alors monsieur Dardi, à quand la deuxième enquête du groupe Dell Orso ?

 

Le cirque s’invite au 36 de Emmanuel Varle


97823507389700-2340357
Le livre : Le cirque s’invite au 36  de Emmanuel Varle.Paru le 1er juillet 2014 chez Les Presses littéraires. 13€ ; (354 p.) ; 17 x 12 cm

Quatrième de couverture

Trois homicides visant successivement un ancien truand octogénaire, un voyou minable retiré des affaires et le propriétaire d’un petit cirque sont commis en quelques semaines avec la même arme : un pistolet mac 50. La perspective d’un serial killer sème le trouble au sein de la Brigade Criminelle. Son responsable, le commissaire divisionnaire Mingus charge le commandant Boussinet, responsable du groupe quatre et son adjoint Enzo, jeune lieutenant de police de résoudre cette affaire. Une enquête palpitante conduira Enzo et ses collègues à une longue incursion dans les mondes méconnus du Cirque, des gens du voyage, des indics et des associations de défense de la cause animale, avec une obsession : arrêter le tueur avant qu’il ne frappe à nouveau.

 avt_emmanuel-varle_7961L’auteur : Né à paris en 1960, Emmanuel Varle a été commandant dans la Police Nationale. Féru de littérature, passionné d’histoire et fin connaisseur du monde animal, l’auteur travaille dans la police depuis une trentaine d’années. Cette expérience professionnelle lui a permis de rencontrer des gens venus d’horizons très divers, souvent issus de communautés peu connues du grand public. Il souhaite au travers de l’écriture faire partager aux lecteurs ce vécu passionnant. Le cirque s’invite au 36 est son premier roman.

 

Extrait :
– Eh, t’es qui toi ? La forme s’avança sans répondre. Koffer put distinguer un visage de haine rendu encore plus inquiétant par le faible éclairage dévoilant ses traits. Une arme brillait dans ces mains venues pour tuer, reflets du métal dans cette petite lumière de nuit. Deux coups de feu partirent presque instantanément. Le gitan sentit une douleur énorme dans la poitrine. La balle avait évité le crucifix et pénétré le poumon droit. Un second projectile l’atteignit entre les deux yeux achevant simultanément sa vie de circassien, son spleen du moment et cette intense souffrance physique. Son corps se raidit et chuta lourdement sur le sol. Le bruit des détonations fit vite sortir le camp de sa torpeur.

Résumé et petit avis :

97910310021250-3714844Alors que j’ai le 3e roman de cet auteur ( Dernier virage avant l’enfer) entre les mains, voici ce que je disais de son premier polar lors de sa sortie.

Et ce n’est pas la première fois que les Editions Les Presses Littéraires m’offre un réel plaisir de lecture. En effet sa collection, crimes et châtiments nous révèle régulièrement quelques bonnes surprises. Et si souvent, les enquêtes proposées par cette maison d’éditions pyrénéenne se déroule dans le grand sud ouest, une fois n’est pas coutume, celle ci se déroule bien en région parisienne.

Le commandant Boussinet et son adjoint Enzo mènent l’enquête sur les meurtres d’un propriétaire de cirque, d’un ancien voyou retiré du monde du banditisme et d’un truand octogénaire, tous tués avec le même revolver.

Voici un très bon roman policier procédural. On suit en effet le déroulement de l’enquête pas à pas au sein de la fameuse brigade criminelle au 36 quai des orfèvres. Une plongée dans le quotidien de ces flics d’exception et plus particulièrement du groupe 4, où officie Enzo le jeune lieutenant promu, sans doute, à une belle carrière et qui s’évertue à devenir un excellent flic et pourquoi pas un limier d’exception

.L’auteur a particulièrement soigné la psychologie de ses personnages, ils sont vraiment crédibles et tout sonne juste, jusque dans les dialogues.

Et puis le sujet ou plutôt les thèmes abordés dans ce roman ne sont pas si courants. J’avais déjà découvert l’univers du cirque, l’an dernier, dans l’excellent roman d’Ingrid Astier, « Angle mort ». Et c’est avec bonheur que l’on replonge dans ce monde circassien sous la plume d’Emmanuel Varle, car ce roman est porté par une belle écriture.

Une belle découverte.

Burn Out de Didier Fossey


$9791093363103,0-2607362Le livre  :  Burn Out de Didier Fossey.  Paru le 28 février 2015 chez Flamant Noir éditions.   15 euros ;  (289 p.) ; 22 x 14 cm

4e de couv :

Paris. Avril 2014.
Une série de vols d’objets d’art a lieu dans les cimetières parisiens. La police est sur le coup, mais lors d’une nuit de planque un policier se fait assassiner. Pas de témoins. Peu d’indices. Ses collègues présents sur place n’ont rien vu.

Boris Le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Malgré son manque d’effectifs et plusieurs enquêtes à gérer, il devra faire face à la descente aux enfers de l’un de ses hommes…

Le temps passe. Les vols se multiplient, les crimes aussi, et les pistes sont minces. Boris Le Guenn et son équipe doivent mener à bien ces affaires non sans danger pour eux, tant sur le plan professionnel que personnel.

C’est un monde désenchanté, un monde dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal, elle se termine, c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible.

Burn-out, nuits de planques et de filoches. Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui l’on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons et leur paquetage s’alourdit de quelques cauchemars…

DidierFossey2L’auteur : Didier Fossey en né en 1954 à Paris. Après des études secondaires laborieuses, il fréquente un lycée hôtelier à Granville, en Normandie, d’où il sort muni d’un CAP de garçon de restaurant. Il a la chance de travailler sur le paquebot France, puis dans différents établissements parisiens avant d’ouvrir son propre restaurant. En 1984, il laisse tout tomber pour entrer dans la police, à Paris. Ses années de service en brigade anticriminalité de Nuit du 13e arrondissement de 1986 à 2001, les nuits de planque, de traque, la morsure du froid, ce monde de la nuit lui plaisent et lui fournissent quelques anecdotes croustillantes qui lui serviront quelques années plus tard.

 

Extrait :
« – Les gars,  on a une merguez 
 Aussitôt l’arrosage cessa.
Le sergent, chef d’engin, s’approcha.
La Fourche était crochée dans un amas noir carbonisé au bout duquel, on pouvait identifier, sans équivoque, une main. »
CM16

L’avis de Jean Luc

Burn-out est une belle découverte. C’est un très bon roman policier qui prouve que les auteurs français restent toujours au top.
Je connaissais Olivier Norek, lieutenant de police, mais il y a aussi, Didier Fossey, ancien policier, qui avec Burn-out frappe très fort également.
Dans son roman, l’auteur nous décrit le mode de fonctionnement de plusieurs équipes dont la BAC, il y a une enquête bien enlevée, bien décrite et surtout très réaliste.
Et effectivement, comme mentionné sur la quatrième de couverture, ça sent le vécu à plein nez.
J’ai beaucoup aimé ces personnages de flics écorchés vifs, mais d’abord humains. Il y est bien sur question de burn-out, de la pression ressentie par ces flics qui sacrifient leur vie à leur boulot. J’ai aussi découvert les modes de fonctionnement des services de police avec toutes leurs contraintes.
Il y a aussi des scènes très dures, en l’occurrence une cérémonie d’enterrement pour un policier tué lors de son service….On comprend mieux au fil de la lecture de ce livre, la tentation pour les policiers d’en finir avec leur arme de service.
On est loin des super héros américains mais on est d’abord avec des hommes pris en sandwich par une hiérarchie éprise de reconnaissance et de l’autre côté, des malfrats hyper violents sans scrupules. Les flics apparaissent alors comme des hommes fragiles, sensibles mais aussi capables du pire.
Un autre point fort de ce roman est le rythme auquel il est mené. Dès le départ, on est happé dans cette histoire, cette fois-ci il n’est pas question de guerre des polices mais bien plutôt d’une enquête menée par différents services qui vont collaborés ensemble, l’auteur va plutôt s’intéresser à la vie privée et familiale de chacun des enquêteurs.

Et comme tout bon thriller, il y a du suspens et l’intrigue même si elle peut paraître un peu trop prévisible à un moment, reste tout à fait probable.
Pour terminer, je recommande vivement la lecture de ce roman qui malheureusement se lit trop vite à mon goût.

Lire ici le début 

Charade de Laurent Loison


CM16

41e3yK55SiL._SX195_ Le livre : Charade de Laurent Loison paru en 2015 chez France Loisir sous le label Nouvelles Plume

Résumé :

« Les premiers seront les derniers», voilà un message bien étrange que le Commissaire Florent Bargamont et la jeune criminologue Emmanuelle De Quezac trouvent  près du cadavre d’une jeune femme le visage encore marqué par la douleur de la torture qu’elle a subie.

Le tueur à la charade, comme l’a surnommé F. Bargamont, ne s’arrêtera pas là !

Mais qui est visé au travers de ces meurtres abjects ? Serait-ce un leurre ? Pourquoi ces charades ?

Une chasse à l’homme va alors s’organiser au sein du 36 qui va s’avérer des plus complexe vis à vis de ce jeu sordide.

AVT_Laurent-Loison_4358L’auteur : Laurent Loison est né dans le Val d’Oise en 1968, l’auteur grandit dans les traditions paysannes fondées sur le travail et la famille. Sa carrière éclectique fait de lui un homme aimant profondément la vie et ses ressources inépuisables. Créateur à tout juste 25 ans de ce qui sera le leader de la traduction technique en France –A.R.T international – il quitte ses responsabilités en 2005 pour découvrir le Grand Ouest Américain.

De retour en France, il se consacre à la création d’une société de services à la personne, mais réserve une grande part de son temps à l’écriture, sa passion de toujours, rédigeant ainsi plusieurs ouvrages qu’il garde pour ses proches. 

Extrait :
Le message était calligraphié, police Algérian, en très gros caractères et remplissait toute la largeur de la page. Une impression laser probablement, sur une imprimante standard avec du papier de base. Rien qui ne permettrait de remonter jusqu’à l’auteur de cette boucherie.
Tellement évident. Cruel, mais prudent. Démoniaque, mais calculateur. M.Tout-le-monde une seconde, un monstre de cruauté l’instant d’après, et vice-versa.
Comment faire la part des choses ? Comment le reconnaître ? Comment le traquer ? Comment l’affronter. Et puis, surtout, comment pénétrer son âme pour le comprendre et l’appréhender ? Le texte qu’ils avaient sous les yeux ne les inspirait pas. Totalement sibyllin.
Les premiers seront les derniers.
Emmanuelle fixait les deux commissaires pour tenter de lire leurs pensées. Rien. Pas la moindre émotion ne les trahissait. Malheureusement habitués aux situations les plus lugubres, ils ne s’étonnaient plus de rien. Une certitude néanmoins : un malade supplémentaire arpentait les rues de Paris.

L’avis de Marie Noëlle

On découvre un nouvel auteur dans le monde du polar Laurent LOISON qui nous offre son premier opus avec brio.

422 pages intenses menées sans répit.

Des personnages comme on les aime, le commissaire : brillant, perturbé froid et apparemment beau ce qui ne gâche rien.

La criminologue : déterminée, intelligente et tête de bois.

L’assassin : un pervers narcissique.

Belle montée d’adrénaline du début à la fin qui s’avère magistrale.

Attention Âmes sensibles s’abstenir, l’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère !

Laurent Loison a un bel avenir devant lui car Charade est une réussite. Une nouvelle enquête est en cours d’écriture « Cyanure » ça promet !

Poulets grillés de Sophie Hénaff


Mes petites lectures
Le livre : Poulets grillés de Sophie Hénaff.Paru le 8 avril 2015 chez Abin Michel dans la collection Thriller.18€50; (346 p.) ; 21 x 14 cm9782253095248,0-3157600

Réédité en poche le 30 mars 2016 au Livre de poche dans la collection Policier. 7€30 ; 18 x 11 cm

Quatrième de couverture

Poulets grillés

Le 36 quai des Orfèvres s’offre un nouveau patron. Faire briller les statistiques en placardisant tous ceux qu’on ne peut pas virer et qui encombrent les services : tel est le but de la manoeuvre.

Nommée à la tête de ce ramassis d’alcoolos, de porte-poisse, d’homos, d’écrivains et autres crétins, Anne Capestan, étoile déchue de la Judiciaire, a bien compris que sa mission était de se taire. Mais voilà, elle déteste obéir et puis… il ne faut jamais vendre la peau des poulets grillés avant de les avoir plumés !

Un polar original, nerveux, et désopilant.

L’auteur : Figure emblématique du journal Cosmopolitan, Sophie Hénaff est responsable de la rubrique humoristique « la Cosmoliste ». Elle a fait ses armes dans un café-théatre lyonnais (L’Accessoire) avant d’ouvrir avec une amie un « bar à cartes et jeux de sociétés », le Coincoinche, puis, finalement, de se lancer dans le journalisme.
« Poulets grillés » est son premier roman.

 

Extrait :
La très brillante commissaire Capestan, étoile de sa génération, championne toutes catégories des ascensions fulgurantes, avait tiré une balle de trop. Depuis, elle avait été traduite devant le conseil de discipline, avait écopé de divers blâmes et de six mois de suspension administrative. Puis silence radio, jusqu’au coup de téléphone de Buron. Son mentor, devenu patron du 36, était enfin sorti de sa réserve. Capestan était convoquée. Un 9 août. C’était bien dans les manières de l’homme. Une façon subtile de signifier qu’elle n’était pas en vacances, mais inemployée.

Le post-it de la bibliothécaire

Buron, nouveau patron de la police judiciaire, réunit dans un même service une quarantaine de fonctionnaires mis au placard et les charge de toutes les affaires classées de la région. Il confie le commandement de cette brigade à son ex-protégée la commissaire Anne Capestan, reine de la bavure aimant contrarier sa hiérarchie.

 Une comédie policière pétillante et jubilatoire

Sophie Hénaff crée un univers burlesque, rempli  de bonne humeur et surtout d’humour. Pour autant les intrigues sont très travaillées car justement la farce force la qualité des enquêtes.

Avec sa galerie de personnages hauts en couleur, très bien campés de surcroit, ce titre nous surprends. Autant de pieds nickelés dans une même brigade, c’est presque improbable, et pourtant…l’idée est formidable et surtout très efficace.

La plume de l’auteur est alerte et ça ne gâche rien à l’affaire.

Si vous n’en pouvait plus du gore et du noir, ce polar est pour vous. C’est une véritable bouffée d’air dans le genre. Et c’est enlevé,divertissant, réjouissant voire jouissif.

Autant dire que j’ai adoré.

Psychose au 36 / Hervé Jourdain


 

9782819500544,0-1151468Le livre : Psychose au 36 de Hervé Jourdain. Paru le 10 février 2011 aux Nouveaux Auteurs. 19€20 ;  (400 p.) ; 21 x 14 cm. 9782266222990,0-2084258

Réédité en poche chez Pocket le 12 juin 2014. 7€70 ; (427 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Une plongée dans l’univers de la brigade des mineurs, de la Crim’ et de l’IGS, par Hervé Jourdain, capitaine de police au 36, quai des Orfèvres !

Hiver 2006, brigade des mineurs de Paris. Après deux années éprouvantes à traquer la pédophilie et la maltraitance des enfants, Nora Belhali est enfin mutée à la Crim’. Printemps 2010, rongée par la colère et le souvenir, une femme exécute enfin sa vengeance.

Meurtre du compagnon de Nora, puis d’une magistrate parisienne… Tout accuse la jeune enquêtrice. Au coeur de la machination diabolique qui se referme sur elle, Nora entraîne malgré elle ses collègues de la brigade criminelle. Que cache-t-elle ? Qui fuit-elle ? Nul ne le sait, pas même le commandant Duhamel, son mentor et chef de groupe du 36.

images (8)L’auteur :

 Hervé Jourdain est né en 1972. Il est capitaine de police au 36, quai des Orfèvres, Hervé cultive de nombreuses passions, aussi diverses que l’écriture et la course à pied. Sang d’encre au 36, son premier roman, a remporté le Grand Prix des lecteurs VSD du polar 2009. Et avec Le sang de la trahison il obtient le prix 2014 du quai des Orfèvres.

Mes petites lectures

Le post-it de la bibliothécaire

Nora Belhali, flic, passée de la brigade des mineurs au mythique Quai des Orfèvres, abîmée, peut-être, par les faits-divers sordides, les enfants maltraités et la traque des pédophiles…  doit prendre la fuite lorsqu’elle se retrouve accusée du meurtre de son compagnon. Les autres membres du groupe à commencer par le commandant Duhamel sont persuadés de son innocence et veulent mettre au jour le complot monté contre leur collègue. Au risque de la suivre dans sa chute.

Hervé Jourdain réussit un polar avec trois très beaux portraits de femmes. «Trois femmes courageuses, perspicaces et rigoureuses, belles et respectueuses. » Elles sont l’essence même de ce polar réaliste. On peut saluer l’audace d’Hervé Jourdain pour la construction de son roman et ce pari réussi. Psychose au 36 est un polar vrai, reflétant à merveille l’univers quotidien de la brigade des moeurs et de la Criminelle.

Lire le début ICI