Prix des Lecteurs Quais du Polar 2022, la sélection

Hello mes polardeux,

Vous le savez ici on vous parle et vous présente régulièrement les différents prix polar.

Cette fois c’est un peu différent. On ne vous présente pas le prix, puisque que je l’ai déjà fait ici, mais la sélection 2022 des finalistes.

Le festival Quais du Polar décerne chaque année le Prix des Lecteurs à un roman francophone édité dans l’année. Le jury réunit dix lecteurs sélectionnés par Quais du Polar, un représentant du journal 20 Minutes, deux représentants de l’association Quais du Polar, ainsi que Patrice Gain, lauréat du Prix en 2021.
Ensemble, ils désignent « le » polar francophone de l’année 2021 parmi une sélection de six romans préalablement choisis par les libraires partenaires du festival.

Depuis une semaine, les candidature pour faire parti de jury 2022 du Prix des Lecteurs Quais du Polar / 20 minutes est clos.

Quais du Polar, le festival international de littérature et de cinéma policiers, et le quotidien 20 Minutes avaient lancé un appel à candidature pour former le nouveau jury officiel du Prix des Lecteurs Quais du Polar / 20 minutes. qui c’est clôt le 19 décembre dernier

Ce jury sera chargé de désigner « Le » polar francophone de l’année 2021, parmi une présélection de 6 romans

Mais les 10 jurés seront officiellement sélectionnés le 10 janvier 2022. Ils se réuniront pour délibérer le samedi 12 mars 2022 à Lyon.

La remise du Prix des Lecteurs Quais du Polar / 20 Minutes au lauréat aura lieu, elle, pendant le festival qui aura lieu, lui, du 1er au 03 avril 2022 

Pour rappel  le Lauréat 2021 🏆  était un livre que j’ai personnellement adoré :

Le Sourire du scorpion de Patrice Gain (Éditions Le Mot et le Reste et  à paraître en poche le 26 janvier 2022)

Tom, sa soeur jumelle Luna et leurs parents s’engagent dans le canyon de la Tara en raft. Une belle étape de plus dans leur vie nomade. Pourtant, malgré les paysages monténégrins époustouflants, la complicité familiale et la présence rassurante de Goran, leur guide serbe, la tension envahit peu à peu le canyon et le drame frappe, sans appel. Du haut de ses quinze ans, Tom prend de plein fouet la violence du deuil et de la solitude. Mais, en dépit du chaos qui lui tient désormais lieu de vie, il ne peut s’empêcher de retracer les événements et le doute s’immisce : ne sont-ils pas les victimes d’une histoire bien plus grande que la leur ?

Nos bras brûlaient sous l’effort. Il y avait une désolante harmonie entre les éléments et l’état d’esprit qu’affichait notre mère. Des décharges électriques n’ont pas tardé à balafrer le ciel, suivies de déflagrations qui résonnaient en percutant les parois des gorges. Elles se chevauchaient s’enroulaient pour ne plus former qu’un épouvantable carnage sonore. Le canyon tonnait son hostilité, sa sauvagerie, sa démesure. La pluie ne s’est pas fait attendre. Dense, brutale. Elle hérissait la surface de la rivière de milliards d’impacts. Le paysage n’était plus qu’obscurité et grondement Nous étions dans la gueule d’un monstre.

 

Prix des Lecteurs Quais du Polar 2022, la sélection

Les 6 livres en sélection sont les suivants :

  • Appartement 816, Olivier Bordaçarre (Éditions L’Atalante)

  • Marchands de mort subite, Max Izambard (Éditions du Rouergue)

  • Traverser la nuit, Hervé Le Corre (Éditions Rivages)

  • L’âme du fusil, Elsa Marpeau (Éditions Gallimard)

  • Trente grammes, Gabrielle Massat (Éditions du Masque)

  • La Patience de l’immortelle, Michèle Pedinielli (Éditions de L’Aube)

 

 Allez on vous présente les 6 polars ci dessous 

Appartement 816, Olivier Bordaçarre

« J’ai fait l’expérience que je voulais faire depuis toujours : me raser la tête. Je suis un autre maintenant. Comme quoi on peut devenir un autre assez facilement. Cela veut bien dire quelque chose. »

Le monde traverse une période peu ordinaire. Depuis trois ans, la France a assigné ses citoyens à résidence. Chacun reçoit ses courses par drone. Interdiction d’ouvrir sa fenêtre en dehors des heures programmées.

Didier Martin, comptable, vit avec sa femme, son fils et son chien dans un immeuble d’une ville moyenne. Il raconte son histoire à la première personne. Sur les murs, sur les meubles, sur les objets : partout autour de lui, il écrit. Le monde extérieur est devenu infréquentable, mais Didier Martin semble s’en satisfaire. Il aime l’ordre, le respect et préfère la compagnie de ses poissons exotiques à celle des humains. Dans le huis clos de cet appartement, un suspense psychologique se noue.

Les héros de polar ne sont pas toujours sympathiques. Un tueur sur la route (James Ellroy), Dirty week-end (Helen Zahavi) ou encore Londres Express (Peter Loughran) ont marqué le genre pour cette raison et ont parfois fait scandale. L’homme qui habite l’appartement 816 est leur héritier.

 

Marchands de mort subite, Max Izambard

Pierre Marlot observe une colonie d’avocettes en baie de Somme lorsqu’il reçoit un appel du consul de France en Ouganda. On n’a plus de nouvelles de sa fille Anne, journaliste prometteuse et farouchement indépendante, depuis qu’elle est partie dans l’est de la République démocratique du Congo pour les besoins d’un reportage. En arrivant à Kampala, Pierre comprend qu’il ne faut rien attendre des services consulaires. Il se lance dans une quête solitaire sur les traces de sa fille. C’est ainsi qu’il rencontre Juliet Ochola, une journaliste travaillant pour un grand quotidien ougandais. Juliet décide de reprendre le travail d’Anne. Dans un pays où les journalistes subissent menaces de mort et arrestations arbitraires, elle s’engage dans une enquête à haut risque, alors même qu’une insurrection étudiante met la capitale à feu et à sang.

Dans ce premier roman, passionnante enquête sur les minerais du sang qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page, Max Izambard nous transporte au coeur d’une Afrique des Grands Lacs affamée de justice. Dans un labyrinthe de questions et de faux-semblants, ses magnifiques personnages luttent pour faire émerger des vérités dérangeantes face à un pouvoir aux abois.

 

Traverser la nuit, Hervé Le Corre

Louise a une trentaine d’années. Après la mort accidentelle de ses parents, elle a dérivé dans la drogue et l’alcool. Aujourd’hui elle vit seule avec son fils Sam, âgé de 8 ans, sa seule lumière. Sam, son « petit magicien », seul capable d’enchanter un peu une vie qu’elle a reconstruite à grand-peine. Elle est harcelée par son ancien compagnon qui, un jour, la brutalise au point de la laisser dans un état grave. Il blesse aussi grièvement la meilleure amie de Louise. Ainsi elle va croiser la route du commandant Jourdan car l’enquête est confiée au groupe dirigé  par Jourdan, qui ne reste pas insensible à Louise. Parallèlement cet homme tour à tour sombre, révolté et désemparé traque un tueur de femmes  qui sévit dans les rues de Bordeaux. Pulsionnel et imprévisible, profondément perturbé, bref un être banal et terrifiant, mû par une rage destructrice.

Au cœur de ces ténèbres et de ces deux histoires, Jourdan, un flic, un homme triste et taiseux, qui tente de retrouver goût à la vie…Trois trajectoires irrémédiablement liées. Ainsi chacun va traverser la nuit, sa nuit…

L’âme du fusil, Elsa Marpeau

Depuis qu’il est sans travail, Philippe passe ses journées à attendre. Attendre que Lucas, son fils de seize ans, rentre du lycée, attendre que sa femme termine sa journée de travail. Il n’y a guère que les dîners du dimanche avec ses copains du hameau, la chasse et la perspective d’y initier son fils qui rompent le fil des jours.

Lorsque Julien, un Parisien venu se terrer dans la maison d’en face, débarque, la vie de Philippe bascule. Il se met à épier ce voisin qui le fascine et l’obsède, cherche à le faire accepter de son entourage qui s’en méfie.

Tout au bonheur de se sentir à nouveau vivant et utile, et d’exister pour son fils et ce voisin novice, Philippe ne voit pas poindre le drame.

Un polar écrit dans un style à la fois cru et littéraire est un récit violent, ambigu, subversif, dans la lignée des écrivains du sud des Etats-Unis.

 

Trente grammes, Gabrielle Massat

« Yannick Gallard a trente-deux ans et demi, il est en train de mourir et tout va très bien. C’est vrai, quoi. C’aurait pu être pire. La fin aurait pu se faire désirer ; débarquer après des mois de pleurs et de questionnements existentiels, avec son odeur d’escarres et de désinfectant, cerise sur un cancer ou une abomination neurodégénérative. Elle aurait aussi pu la jouer sournoise et l’emporter dans son sommeil sans lui laisser l’opportunité de faire ses adieux ; voire, plus sale encore, lui sucer le cerveau sur du bitume brûlant après un accident de la route, savourant ses râles de souffrance, l’horreur de son corps disloqué, la sirène d’une ambulance qui n’arrive pas à temps. Trente grammes de paracétamol constituent une option assez plaisante, en fin de compte. »

A Toulouse, Yannick Gallard travaille pour Aslanov, un important trafiquant d’art du sud de la France. Pour blanchir l’argent de la drogue, il achète et revend des toiles de maîtres. Mais lors du trafic d’un tableau de Bacon, la transaction ne se passe pas comme prévu et Yannick manque de mourir empoisonné. Il espère compter sur son amant, Phoenix, le tueur à gages d’Aslanov.

Dans ce roman en forme de déclaration d’amour à la peinture, Gabrielle Massat met en scène un trafiquant d’art toulousain et son amant tueur à gages dans leur course folle contre la montre, contre les flics, contre la mort. Un polar viscéral et addict.

 

La Patience de l’immortelle, Michèle Pedinielli

Letizia Paoli a été assassinée. Pour Ghjulia – Diou – Boccanera, c’est d’autant plus une tragédie que cette jeune journaliste corse était la nièce de Joseph Santucci, son ancien compagnon. Pour enquêter sur ce meurtre, Diou débarque sur une île qu’elle a quittée depuis longtemps et dont elle ne maîtrise plus les codes. Dans les montagnes de l’Alta Rocca, elle doit se confronter à des habitants mutiques, encaisser des coups sans sommation et affronter ses propres souvenirs tronqués. Loin de ses repères niçois, elle va cheminer sur une terre qui brûle, dans un paysage insulaire menacé par la maladie et la spéculation. Entourée de la famille de Jo et de sa propre solitude. Avec pour seuls guides un vieil homme à la main croche et un milan qui tournoie inlassablement…

Ce titre a reçu le prix France Bleu du polar-Toulouse Polars du Sud 2021

 

Voilà vous savez tout !

Belles lectures et belles découvertes à vous

4 réflexions sur “Prix des Lecteurs Quais du Polar 2022, la sélection

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s