Une brève histoire du tracteur en Ukraine, Marina Lewycka

 C’est  « Jour décalé » sur Collectif Polar

Le livre : « Une brève histoire du tracteur en Ukraine » de Marina Lewycka , traduit de l’anglais par Sabine Porte. Paru en mars 2008, aux  Ed. des 2 terres. 21,50€ ; (434 pages) ; 21 x 14 cm. Rééditer en poche le 19 mai 2010 chez J’ai Lu. 7€10. (350 p.) ; 18 x 11 cm
4ème de couverture :
Quand leur père Nikolaï, veuf depuis peu, leur annonce qu’il compte se remarier avec Valentina, Vera et Nadezhda comprennent qu’il va leur falloir oublier les vieilles rivalités pour voler à son secours. Car Valentina a cinquante ans de moins que lui, des ogives nucléaires en guise de poitrine, et un certain penchant pour les plats surgelés ! Mais surtout, elle est prête à tout pour assouvir sa quête du luxe à l’occidentale.
Tandis que Nikolaï poursuit tant bien que mal son chef-d’œuvre – une grande histoire de tracteur et son rôle dans le progrès de l’humanité – les deux sœurs passent à l’action. Commence alors une bataille épique pour déloger l’intruse aux dessous de satin vert, sur fond de secrets de famille.
L’auteur :  Marina LEWYCKA est née à la fin de la guerre de parents ukrainiens dans un camp de réfugiés à Kiel, en Allemagne et a grandi en Angleterre. Elle est mariée, mère d’une fille aujourd’hui adulte et vit à Sheffield, où elle enseigne à Hallam University. Son premier roman, « Une brève histoire du tracteur en Ukraine » est un best-seller exceptionnel en Angleterre avec plus d’un million d’exemplaires vendus. Lauréat du SAGA Award for Wit et du Prix Bollinger Everyman Wodehouse for Comic Fiction en 2005, il a été traduit en trente-deux langues.
Extrait :
Mais regarde un peu les dates, Vera. La mariée était enceinte de quatre mois
– Ils étaient amoureux. »
C’est quoi, ça ? Grande Soeur serait-elle une crypto-romantique ?
(pages 86 et 87)

L’avis de Jimmy

La Bibliothèque Municipale d’Hazebrouck vendait des romans à 1 € pour s’acheter de nouveaux ouvrages, avant la pandémie.

Voici mon avis personnel :

Vera et sa soeur Nadezhda oublient leurs différends quand Nikolaï, leur vieux père, peu de temps après la mort de leur mère, leur annonce sa volonté de se remarier avec la très jeune Valentina. Cette dernière voit là une occasion d’obtenir la vie à l’occidentale dont elle rêve. Pendant que Nikolaï travaille à sa monumentale histoire du tracteur, ses filles passent à l’attaque.

Je lisais ce roman cet été, durant le challenge #PayeTonSlip, que lance le groupe IlEstBienCeLivre, et je trouvais ce livre divertissant. Ce n’est ni un thriller, ni du fantastique, mais c’est plaisant à découvrir.

Est-ce que je conseille « Une brève histoire du tracteur en Ukraine » aux lecteurs / lectrices ?

Oui parce que cette histoire est touchante car au début j’ai le sentiment que le père est amoureux de Valentina, et lorsque ses deux filles s’allient pour lui venir en aide c’est une famille qu’on redécouvre.

2 réflexions sur “Une brève histoire du tracteur en Ukraine, Marina Lewycka

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s