« Les d’ici – Les 10 si… » Laure Lapègue

« Les d’ici – Les 10 si… » Laure Lapègue

par Sylvie K

LES D’ICI…….LAURE LAPEGUE

Si vous étiez un personnage de Roman/fiction ?

Impossible de répondre. Je ne fantasme pas sur les personnages de romans mais ai, par contre, beaucoup d’empathie pour leurs émotions, leurs souffrances, leur trajet. J’aime en savoir le plus possible sur leur façon de penser et de réagir. Les femmes ou les hommes qui ont du mal à aimer, à faire confiance, qui se battent, qui se questionnent, qui chutent, qui ne se résignent pas, qui s’émeuvent, qui se moque d’eux-mêmes, qui déraillent… bref tous ceux qui vivent pleinement, me touchent et m’embarquent. Il y en a eu beaucoup !

 

Si vous n’étiez pas auteur ?

Je suis déjà aussi chef d’entreprise mais, afin d’entretenir une zone de totale liberté dans ma créativité, j’ai besoin d’un mode d’expression plus artistique, alors je dirais musicienne dans un groupe ou bien comédienne de théâtre.

 

Si vous étiez un personnage homme ou femme de polar/Roman noir ?

Je serais Hercule Poirot. Enquêteur, original, intelligent, un brin odieux et indépendant, sans compter l’époque… Oui définitivement, je m’amuserais bien à enfiler les bottines vernies de Monsieur Poirot.

 

Si vous aviez écrit le roman d’un autre lequel serait-il ?

Monsieur Ripley, de Patrica Highsmith. Son écriture et les thèmes abordés me parlent totalement.

 

Si vous pouviez rencontrer un auteur mort ou vivant ?

Patricia Highsmith, Françoise Sagan, Agatha Christie, Joseph Kessel… pour ne nommer qu’eux. Mais il y en aurait beaucoup d’autres.

 

Si on vous proposait d’adapter un de vos livres en film ?


Mon écriture est assez scénaristique, mais il est un livre que j’ai particulièrement écrit en pensant à une adaptation au théâtre ou au cinéma : mon huis clos « Le fauteuil de César ». Le décor, une grande maison perdue dans la montagne, la galerie de portraits des invités à cette fête entre amis à l’occasion de leurs retrouvailles avec leur grand ami César… L’ambiance tendue, malgré la chaleur de l’été. J’ai même pensé à un acteur pour chacun des personnages. D’ailleurs, nombreux sont les lecteurs qui m’ont dit avoir eu l’impression de regarder un film en le lisant.

« César n’est pas mort ! Il te salue et t’invite à fêter dignement la trente-neuvième année d’une vie qui, fort heureusement, n’a pas pris fin prématurément.

Seul le cercle de proches est invité, alors ne prévois rien d’autre que ta bonne humeur !

PS : Au cas où tu hésiterais, je te réserve une surprise d’écrivain… »

Trois mois après un grave accident de voiture, César invite ses meilleurs amis à le rejoindre dans la maison de campagne où il effectue sa convalescence. Mais bien vite, ces derniers découvrent qu’ils ne sont pas les seuls convives et que leur hôte leur a réservé une surprise aux allures de cadeau empoisonné…

L’amitié peut-elle résister à tout ? À l’amour ? À l’argent ? À l’absence ? À la maladie ? Au temps qui passe ..?

Isolé pour un long week-end dans une propriété perchée au cœur de la Montagne noire, le petit groupe se verra contraint de remuer le passé et de faire face aux évènements présents pour répondre aux questions posées par leur ami César.

Si vous aviez peur ?

De la violence gratuite. Paradoxalement, je déteste les polars ou les films qui décrivent la barbarie des hommes pour le plaisir de faire peur. Pour que je les apprécie, il faut qu’il y ait une très bonne intrigue, des personnages à la psychologie fouillée et un autre message que la violence comme une horreur inévitable de notre société.

 

Si vous deviez fuir, combattre ou vous adapter ?

Fuir, seulement si mes proches étaient en danger de mort immédiate.
Combattre l’ignorance : tous les fléaux de notre société prennent leurs racines dans l’ignorance. En tant qu’auteure, j’espère, à mon niveau, et aussi en bloguant, entretenir l’ouverture d’esprit et le sens critique.
M’adapter, je le fais chaque jour. S’adapter c’est rester vivant.

 

Si vous pouviez proposer le « Goncourt » du polar ?

L’un de mes auteurs polar préférés l’a déjà eu (Pierre Le Maitre) Je proposerais en tous cas que la littérature noire soit aussi représentée et mieux définie pour ne pas se limiter pas à un genre policier « pur jus » mais aussi à une façon de planter des anti-héros qui décrivent la société contemporaine, ses noirceurs et ses contradictions.

 

Si vous nous présentiez votre dernier livre ou celui en cours d’écriture ?

Je vais tout juste me lancer dans la rédaction de mon huitième roman à suspense donc je vais vous parler de celui sorti en Juin 2019 : Playlist.

Playlist, c’est l’histoire d’une rencontre aussi fortuite qu’improbable entre Lola, une quarantenaire que la vie a maltraitée et qui s’est enfermée dans une solitude extrême, et Babeth, une jeune femme explosive et sexy, qui, un soir de pluie de décembre, atterrit sur le capot de la voiture de fonction de Lola. De cette rencontre, en forme d’accident, s’en suivra un voyage de quelques jours durant lequel les deux femmes vont se révéler l’une à l’autre, mais aussi à elles-mêmes. Un road trip qui les liera pour le meilleur mais aussi pour le pire … De dérapages en révélations, Playlist et un roman qui se dévore pied au plancher et musique à plein régime J

Sorti en 2020 : Seconde Chance

Et si vous n’aviez plus le droit de dire NON ? Et si vous n’aviez plus le droit de racheter vos fautes, inscrites à jamais dans une base de données ineffaçable ?

Né en 2015, Simon vit dans un monde où vie personnelle et professionnelle se mêlent au cœur d’un réseau social unique et omnipotent. Lieu dans lequel l’erreur humaine et l’expression individuelle sont lourdes de conséquences. Simon a vingt ans. Il a grandi dans ce système et en a subi la dure loi. Comment réagira-t-il lorsque son créateur…

 

 

 

 

 

Sortie en 2021 : A l’autre bout de la Laisse

A l’autre bout de la Laisse
La forêt. Le domaine des promeneurs de chiens. Un vase clos où maître et animal se côtoient d’égal à égal. C’est dans cet univers aux codes étranges qu’Antoine, prof de philo misanthrope et phobique des chiens, plonge un soir d’automne, autant par hasard que par obligation. Une expérience désagréable qui va rapidement prendre l’allure d’un fantasme, avant de virer au cauchemar…

L’action est-elle le seul moyen de voir au-delà des apparences ? C’est en faisant face à ses contradictions, et à ses peurs les plus intimes qu’Antoine devra répondre à cette question philosophique.

2 réflexions sur “« Les d’ici – Les 10 si… » Laure Lapègue

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s