La trilogie des ombres tome 1, Sa majesté des ombres de Ghislain Gilberti

Une fois n’est pas coutume mais je vais tenter de vous parler non pas d’un livre mais de trois. Trois bouquins qui forment un tout. Trois bouquins qui m’ont fait plonger au plus profond du mal. Trois romans, trois éléments une trilogie incroyable et incomparable. J’ai lu les deux premiers à leur parution et si j’attendais avec impatience le troisième tome, j’avoue j’ai eu une certaine appréhension à entrer dedans, les deux premiers opus m’ayant déjà mise KO.

 Aussi, aujourd’hui toute la journée, je vais venir vous parler de… « La trilogie des ombres » de Ghislain Gilberti


 

Le livre : Sa majesté des ombres, la trilogie des ombres, Tome 1 de Ghislain Gilberti. Paru en poche le 19 mars 2020 à la Mécanique générale. 9€90. (723 p.) ; 17 x 12 cm. 

4e de couv

La trilogie des ombres

Tome 1

Un cartel invisible livrant une nouvelle guerre sans merci.

Une drogue d’une pureté inédite.

Un réseau de dealers sous pression déployé aux quatre coins du monde et coupé de la tête de l’organisation.

Un signe commun aux membres du cartel : Ecce Lex, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire… Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques.

Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent.

Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ?

Bienvenue dans le Réseau Fantôme.

Entre Braquo et Breaking Bad, Sa Majesté des Ombres ouvre magistralement la nouvelle épopée du thriller hexagonal.

L’auteur : Ghislain Gilberti est né à Belfort en 1977. Auteur de huit romans, dont le très controversé « Dynamique du Chaos », il est également poète, parolier et nouvelliste. Il travaille dans le registre contemporain noir : c’est dans les replis les plus sombres du corps social qu’il trouve de quoi alimenter une littérature incisive et sombre.

 

Extrait :
À cette heure avancée de la nuit, les rues sont presque entièrement vides quand Sébastien Cortès arrive au commissariat central de Mulhouse. Il appuie sur la sonnette et jette des regards méfiants autour de lui. Lorsque la gâche grésille, il bouscule la porte dans un geste empressé et la repousse derrière lui pour accélérer le mouvement mécanique du groom. Personne ne doit l’apercevoir ici, entrant de son plein gré dans le poulailler. Il en va de sa survie.
En habitué, il se dirige vers le comptoir d’accueil où le planton, une jeune fille blonde en uniforme, le regarde de loin avec un mélange de méfiance et de condescendance qu’il fait semblant d’ignorer. Il sait d’expérience qu’il vaut mieux ne pas répondre aux flics, il a l’habitude de les fréquenter : plus de six ans qu’il est un indic.
Sa fonction n’est pas très reluisante, mais il a su s’en accommoder avec le temps. Tous les beaux parleurs qui crachent sur les balances peuvent bien idéaliser leur morale criminelle, il sait bien qu’à sa place la plupart auraient fait comme lui. Le sens de l’honneur, ce n’est que du folklore, un moyen de se donner un air solide et feindre d’ignorer que la réalité est beaucoup plus sordide : c’est chacun pour soi.
N’importe qui peut se retrouver un jour pris dans cet engrenage, sur un coup de malchance. C’est de cette manière que Sébastien a fait son entrée dans le cercle des Judas.

Le post-it de Ge

Sa majesté des ombres de Ghislain Gilberti, tome 1 de la Trilogie des ombres

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume mais je vais tenter de vous parler non pas d’un livre mais de trois. Trois bouquins qui forment un tout. Trois bouquins qui m’ont fait plonger au plus profond du mal. Trois romans, trois éléments une trilogie incroyable et incomparable. J’ai lu les deux premiers à leur parution et si j’attendais avec impatience le troisième tome, j’avoue j’ai eu une certaine appréhension à entrer dedans, les deux premiers opus m’ayant déjà mise KO.

Alors je dis bien je vais tenter de vous parler de cette formidable trilogie car j’ai bien peur que mes mots soit fort fades par rapport à ceux de l’auteur et qu’avec eux je n’arrive pas à vous expliquer tout ce que cette fresque romanesque mais tellement réaliste a pu déclencher comme vagues d’ émotions chez moi au point qu’aujourd’hui encore j’ai du mal à poser des mots pour simplement donner mon ressenti de lecture.

Alors je vais essayer et commencer par le premier volet de cette exceptionnelle trilogie.

Quand le premier tome de cette nouvelle trilogie est paru j’étais super contente de retrouver la commissaire Cécile Sanchez. D’abord parce que j’avais aimé faire sa connaissance quelques années plutôt (Le Festin du Serpent  avril 2013, Édition Anne Carrière/Pocket) où j’avais déjà reçu un uppercut en lisant sa première enquête en duo avec un autre super flic.

Ce premier roman n’a aussi permis de rencontrer son auteur. Et j’ai eu un vrai coup de cœur pour cet homme robuste qui pourtant me semblait déjà si fragile. Un mec avec du vécu, une part d’ombre affleurante et des fêlures. Des blessures aussi que l’on devinait et qu’on avait envie de cautériser.

Alors j’ai plongé tête baissée dans « Sa majesté des ombres« . Et je me retrouvait en Alsace, avec Cécile Sanchez, la commissaire responsable d’une cellule spécialisée dans les crimes à caractères déviants, sériels et atypique au sein de l’OCRVP – l’Office central pour la répression des violences aux personnes. Cécile c’est aussi une spécialiste en synergologie ( vous savez l’analyse corporelle, posturale, gestuelle,  mais aussi celles des micro-expressions, etc…). Bref une véritable criminologue, victimologue et psychologue clinicienne. Je vous avez prévenu, Cécile c’est une super woman mais c’est aussi quelqu’un de très humaine et empathique, pas de doute là-dessus. En plus dans cette nouvelle aventure elle fait équipe avec une nouvelle venue Romane Castellan qui bosse elle aussi forcément à l’Office central pour la répression des violences aux personnes. Et alors qu’un insaisissable cartel de la drogue sévit dans toute l’Europe, Cécile Sanchez, notre policière aux dons de mentaliste et sa nouvelle coéquipière , enquêtent sur une série de massacres aux modes opératoires inédits, elle va très vite faire le lien avec un cartel de narcotrafiquants près à tout pour étendre leur territoire, leur pouvoir et diffusés leur pouriture et leur idées nauséabondes. Bref Cécile va devoir descendre au enfer pour combattre le mal absolu. Mais voilà, quand on descend si profondément dans la crasse abjecte peut-on remonter sans séquelle d’aucune sorte ?

C’est ce que vous allez savoir en lisant ce premier opus de cette trilogie des ombres. Mais attention vous n’en ressortirez pas indemne. Vous allez découvrir le « Réseau Fantôme » et vous apercevoir que le mal est partout autour de nous.  Et pourtant nous continuons tant bien que mal nos petites vies tranquilles pendant que les laissés pour compte de la société sont rattrapés par leur démons et dérivent vite du coté obscure de la force.

Et la plume de Ghislain est toujours aussi onirique et grâce a elle l’immersion dans ce monde qu’il nous décrit si bien est totale et  totalement subversive. J’avoue j’ai été happée et en apnée du début à la fin de ce très gros pavé (918 pages) qui pourtant ce lit presque d’une traite. Et j’ai retenue mon souffle tout au long de la première partie ( le roman en compte 4) terrifiante et sanglante pour ne pas sombrer à mon tour. Tout cela est d’une puissance infernale qui emporte tout sur son passage et ma totale adhésion avec !

Bravo mister Ghislain encore un sacré tour de force !

8 réflexions sur “La trilogie des ombres tome 1, Sa majesté des ombres de Ghislain Gilberti

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s