Les yeux d’Iris de Magali Collet

Les yeux d’Iris de Magali Collet paru le 4 novembre 2021 dans la collection Le tourbillon des mots chez Taurnada éditions ; 9€90 ; (251 pages) ; 11cm x 18cm
4ème de couverture
Un meurtre et un suicide.
Trois hommes.
Trois femmes
. Des retrouvailles.
Un pacte.
Tout se paye, même l’amitié.
L’auteur : Né en 1972 à Colombes, Magali Collet est enseignante, pianiste, mais surtout une passionnée des mots. Elle écrit des poèmes, des nouvelles ou des chroniques depuis de nombreuses années. Sa sensibilité à la cause des femmes, celles qui souffrent de ne pouvoir échapper à leur condition, apparait en filigrane dans tous ses écrits. Son second roman, « Les yeux d’Iris », ne déroge pas à cette habitude.

Extrait :

Je roule jusqu’à mon hôtel de Courbevoie. L’un des avantages de ces hôtels de banlieue est qu’ils n’ont pas de veilleur de nuit sur place. Un code suffit pour y entrer et une carte permet d’ouvrir la porte. Je ne croise personne. Ca me rassure parce que mes vêtements sont tâchés de sang et que je ne suis pas en état d’inventer une explication crédible.
   Je fais les cent pas entre la fenêtre et la salle de bains. Le thermostat de la chambre indique 21 degrés, mais je grelotte toujours. Il faut que je lui parle.
   Je prends mon portable, cherche un numéro dans mes contacts et l’appelle : 
    « Je l’ai trouvé…Et j’ai un nom. » 

Les missives de Fanny H

Les yeux d’Iris de Magali Collet

Tout commence avec Morgane, une jeune française expatriée en Irlande, à Galway, qui enseigne l’anglais et occasionnellement, propose des visites guidées privées. Elle a fui après le décès de ses parents. Fui les secrets, les mensonges, la perte d’êtres chers qui l’ont fortement affecté. Jusqu’au jour où elle reçoit un message de son frère et là, elle sait qu’il est temps de rentrer en France. Elle n’a pas le choix, elle a promis, et pour elle, une promesse est sacrée. Advienne que pourra comme dit le proverbe.
Morgane n’a qu’un frère, c’est l’ainé, Fred. Il est flic et habite toujours dans la maison familiale à Aups dans le département du Var. Avant, il y avait Iris, la grande sœur de Morgane mais elle aussi est décédée. A l’approche de ses 20 ans, Iris a fait une grave dépression. Personne ne savait pourquoi et elle ne voulait rien dire.

Dès son retour, Morgane revoit Julie, avec qui elle n’a jamais perdu contact, et Audrey. Les deux jeunes femmes sont chacune en couple. A l’occasion de week-ends organisés, ils se retrouveront tous ensemble, à sept. Trois femmes, trois hommes et un adorable petit garçon.
Mais une ombre très noire plane sur ce groupe. Le passé les rattrape. Un pacte a été scellé il y a longtemps cachant quelque chose de terrible. Et jamais ils n’oublieront Les yeux d’Iris.

En me plongeant dans Les yeux d’Iris, j’ai de suite trouvé l’écriture de Magali Collet agréable, une plume qui nous donne envie d’avancer dans notre lecture. Elle a su attiser ma curiosité très rapidement. C’est exactement ce qu’il faut faire pour nous donner envie de continuer. Dès le début, on sent que l’on pénètre dans un sombre secret et les pages se tournent dans l’attente qu’il soit enfin dévoilé. L’auteure titille notre interrogation et nous donne des bribes d’informations par-ci, par-là, on essaye de reconstruire l’histoire. Un secret peut alors encore en cacher un autre puis un autre…

Un drame ronge de l’intérieur, petit à petit, ses protagonistes. Chacun le vit et réagit différemment. Magali Collet insiste bien sur le côté psychologique de chaque personnage. Que ferions-nous à leur place ? On ne peut qu’émettre des idées et des suppositions, tant que nous ne sommes pas concernés, nous sommes incapables de savoir ce que nous ferions réellement.

L’auteure nous parle de sujets difficiles comme la violence conjugal surtout quand il s’agit d’un pervers narcissique aux commandes. Avec ce genre de type tout est possible et sa victime est en très grand danger.
Magali Collet évoque plusieurs références musicales et nous apprend à la fin qu’elle en a écouté beaucoup pendant son écriture comme Mozart ou Gabriel Fauré.

Il parait que tout se paye mais à quel prix ? Vous le saurez en croisant vous aussi Les yeux d’Iris.

(Merci aux éditions Taurnada)

4 réflexions sur “Les yeux d’Iris de Magali Collet

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s