Lire en poche 2021, le retour de Dany Flingueuse

Lire en poche 2021

Par Dany Flingueuse

Lire en poche c’était à Gradignan du 8 au 10 octobre 2021

Je m’étais tellement amusée à la « murder party » de la semaine dernière (faudra que je vous en parle plus longuement) que je n’ai pas hésité à faire ce lever de rideau un peu particulier en compagnie de mordues, de Caroline rencontrée à Gujan et de Dominique, LA Dominique du bassin !

Ainsi nous voici à constituer notre équipe qu’enquêtrices pour découvrir l’assassin … car comment résister à cette invitation

Et c’est parti pour 2 heures d’enquête et d’interrogatoires des témoins dont Loïc Henry et les suspects ! Alors pas peu fières qu’on était d’avoir découvert le mobile et le meurtrier. Bien dans l’ambiance pour entamer un après-midi riche !

Ambiance piquenique, journée champêtre les affaires sérieuses vont reprendre, le temps d’aller saluer les éditions Cairn et leur impressionnant catalogue.

A peine le temps de relever la tête pour Benoit Philippon, juste assez pour demander des nouvelles de notre Cheffe de meute ! Il lâche tout de même que son actualité est une sortie pour avril 2022 Petitote aux éditions les Arènes où il sera question d’un père loser, d’une prise d’otages, le tout sous la forme d’une comédie noire. Je confirme … quand Benoit Philippon nous fait rire, il traite de sujets graves et sa dérision frappe les esprits !

Première table ronde avec deux auteurs que j’apprécie François Médéline et Dominique Maisons qui vont nous parler du roman historique.
Rappelez-vous :

https://collectifpolar.wordpress.com/2021/04/30/la-sacrifiee-du-vercors-de-francois-medeline/

https://collectifpolar.wordpress.com/2021/01/02/avant-les-diamants-de-dominique-maisons/

Ils évoquent l’importance de la documentation, pour Dominique Maisons celle relative de l’industrie hollywoodienne pendant la guerre froide, véritable construction idéologique niant notamment d’importance des pertes russes pendant la seconde guerre mondiale. Comme François Médéline, il lutte contre le négationnisme. Nos auteurs parlent ensuite de la fiction confrontée à l’histoire en créant des personnages gris, dans un monde gris. Des personnages réalistes, humains et des histoires « à hauteur d’homme ». Tous deux posent la question « qu’aurait-on fait à leur place ? question récurrente qui induit une littérature de l’inconfort.

Petit passage à la table de Patrice Guirao … ça fait bien longtemps que je veux échanger avec lui qui se fait rare en métropole ! Nous parlons de cadavres exquis mais pas que … et d’environnement, et d’essais nucléaires en Polynésie et … un peu plus jeune que moi le gamin mais la même analyse, mais ceci est un autre combat … Parlons de Dorsey qui poursuit son petit bonhomme de chemin de flic atypique et paresseux, à l’autre bout du monde, avec le tome 5 Rien n’est perdu en 2022 et la suite des aventures de Lilith et Maema avec leur tome 3 On n’arrête pas un cœur qui bat au premier semestre 2022, chez la Bête noire.

François Médéline, tu n’as pas évoqué ton actualité … un roman historique sur les enfants (juifs) cachés pendant l’après-guerre qui se passera dans la Drôme, à Grenoble, Paris et au Havre chez 10/18 en avril 2022 et un thriller politique contemporain en octobre à la Manufacture des livres. Tentant n’est-il pas ?

Et la parole est donnée dans la grande salle du théâtre, à Yasmina Khadra : 30 livres au compteur, traduits en 52 langues, 4 adaptations pour le cinéma, 7 pour le théâtre. Il nous parle de Pour l’amour d’Elena dont l’action se situe à la frontière mexicaine, inspiré d’une histoire vraie, sur le lieu qui détient le triste record du nombre de féminicides. Sur le thème de la culpabilité, un personnage retrouve son amour de jeunesse dans un contexte criminogène.

Avec son humour, Yasmina Khadra a su faire partager au public de la grande salle, son enthousiasme et sa grande culture. Moment suspendu …

 

Deux filles face à un animateur trop bavard et c’est Céline Denjean et Louise Mey qui fort adroitement parlent de leur façon d’écrire : comment tenir le suspense, comment entretenir la peur. Tout est dans la suggestion, l’une et l’autre s’abstenant de décrire trop crument quand ça ne sert pas l’histoire.

https://collectifpolar.wordpress.com/2021/08/08/le-cercle-des-mensonges-celine-denjean-2/

De source sûre je peux annoncer que deux interpellations musclées se profilent pour le collectif polar en avril avec la Toulousaine et un peu plus tard pour la Bretonne !

Jour 2 dans le Bordelais …

Louise Mey confie qu’elle poursuit sa série jeunesse dont le tome 1 vient de sortir en août 2021 chez Nathan Jeunesse, par un tome 2 annoncé pour début 2022. Côté thriller elle est semble-t-il en stand-by avec une difficulté qu’elle rencontre à décrire des gentils flics !

Comme je fatigue un peu, je vais solliciter mes zygomatiques avec un duo Caryl Ferey et Patrice Guirao, qui devrait remplir le contrat avec l’humour qu’on leur connait, à savoir nous parler des polars torrides et des polars glacés. Bien sûr il est fait référence aux lieux des créations de nos auteurs qui tour à tour vont évoquer le froid sibérien ou la douceur enchantée de la Polynésie et les écarts avec les mentalités des habitants. Avec son visa de 9 jours, Caryl Ferey a visité une ville pourrie, un ancien goulag où l’espérance de vie est de 55 ans. Accueilli avec le slogan « Vive la France, vive la bière » alors qu’il est Breton … il a rencontré l’amitié sans demi-mesure et continue à échanger « discrètement » avec ses potes de Sibérie. Quant à Patrice Guirao, il vit dans ce pays de vacances, où l’espérance de vie est même inférieure à celle de Norilsk en raison des essais nucléaires qui certes ont pris fin en 1996 mais dont les effets se feront ressentit pendant plusieurs centaines d’années encore. Pays de vacances où la barrière de corail est bien mal en point.

Caryl Ferey était la semaine dernière en repérage et en bivouac, en Namibie pour son prochain thriller. Je ne vous dirais pas comment il a vaincu la peur du fauve, le soir autour du feu …

Une bonne dose de rigolade plus tard et c’est Guillaume Meurice qui fait une entrée à la Rambo dans le café littéraire. Un humour corrosif, il bénéficie de la présentation du parrain de l’édition Lire en Poche 2021, Jean Teulé.

Il évoque son parcours de comédien à chroniqueur en passant par la case musicien dans un groupe de rock, puis écrivain pour enfin être candidat à l’élection présidentielle 2022, ralliant au passage nombre de suffrages dans la salle !
Il évoque son roman Le roi n’avait pas ri, prétexte pour la dérision et parler du syndrome de l’imposteur. Au passage il nous fait découvrir le sens premier de quelques expressions communément mal utilisées comme le sujet d’un énorme fou rire général avec la définition du boute-en-train, se gardant bien de revendiquer pour son compte, un tel qualificatif !

Ça y est, les éditeurs replient, les auteurs heureux vont soigner leur crampe de la dédicace et moi mettre au repos mes zygomatiques. Belles journées, beaux souvenirs et à l’année prochaine Lire en Poche, remarquable organisation comme toujours, des découvertes, des rencontres, des retrouvailles : tout ce qu’on aime quoi !

7 réflexions sur “Lire en poche 2021, le retour de Dany Flingueuse

  1. Merci Dany pour ta visite à Gradignan et toute ta passion pour le polar et ses auteurs. Merci pour tout ce travail qui fait œuvre de mémoire collective et nous fait à tous tellement plaisir. A très vite.
    Patrice

    Aimé par 2 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s