Gadjo Farel, André Blanc

Le livre : Gadjo Farel de André Blanc. Paru le 20 février 2021 chez Jigal dans la collection Jigal Polar. 19€. (310 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv :

L’assassinat d’un ancien patti issu de la communauté yéniche devenu un industriel en vue va entraîner le commandant Farel de la BRB dans un maelström international où des personnages inattendus vont faire surgir les aspects les plus sombres de la nature humaine : manouche, chaman, ministre en exercice, officié, avocat international, mafieux de l’Est…

Comme dans la tragédie grecque, la fatalité accablera les hommes, les habitera et les détruira. Personne ne sera épargné, pas même les héros qui devront payer le prix fort.

Prévarications, trahisons, meurtres, attentats, c’est dans ce climat de guerre que Farel va être touché au plus profond de sa chair !

Une fiction pertinente qui flirte avec une réalité contemporaine que nous n’avons pas envie de voir. Une intrigue passionnante tirée au cordeau… Une crédibilité qui fait froid dans le dos.

L’auteur :

Extrait :
« Le visage de Joseph s’était figé, tétanisé, la bouche ouverte, cherchant de l’air, le regard tourné vers son effroyable combat intérieur. Oublié le ministre, la Légion d’honneur, le grand salon et ses dorures. Son corps vibrait comme une chaîne secouée par un forçat fou, ses mains s’accrochaient désespérément aux bras tendus. Joseph Kaiser ne voulait pas mourir. »

Le post-it de Ge

Gadjo Farel, André Blanc

Avec un style diablement efficace André Blanc nous embarque ici dans un roman troublant de réalisme ! On y retrouve le commandant Guillaume Farel, cet ex-commando indestructible devenu chef de groupe de la BRB. Farel est un flic attachant. Après cinq aventures on commence à bien connaitre ce héros récurent d’André Blanc. Et on sait aussi combien Blanc sait nous concocter des histoires millimétrées. C’est le cas encore ici :
Le commandant Farel enquête sur l’assassinat de Joseph Kaiser, un chiffonnier devenu un industriel envié de tous. Dans cette affaire, il est confronté aux aspects les plus sombres de la nature humaine, entre trahisons, meurtres et attentats.
En effet, un nouvel fois André Blanc nous convie dans les coulisses du pouvoir et de la l’argents avec son lot de corruption et de magouilles en tout genre. Avec Farel on vit à cent à l’heure, on côtoie les puissants, mais aussi la mafia. On découvre des personnes d’une humanité nauséabondes. Mais pourtant on le suit jusqu’au bout quitte à y laisser des plumes.
Il faut dire que l’auteur sait tenir son auditoire en haleine et qu’à chaque livre il nous propose un scénario intelligent et souvent diabolique alors comment y résister.
Non, c’est du grand art. Rien ne dépasse, tout est calibré alors qu’ici tout n’est que dépravation, dérèglement, manigance, malversation dans un monde en déliquescence gangréner par l’hégémonie du fric et du leadership. le monde vu par l’auteur est à la fois troublant, fascinant et écœurant. Mais heureusement Farel veille et même si notre héros doit y laisser des plumes, il sera toujours là pour rétablir la balance entre le bien et le mal !
Bravo Monsieur Blanc, une nouvelle fois votre histoire est fourbe et astucieuse, parfaitement tenue, c’est du cousue main. C’est une intrigue captivante presque enivrante et surtout c’est très intelligemment mené et construit. Un pur moment de suspense et d’actions.

2 réflexions sur “Gadjo Farel, André Blanc

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s