Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer d’avance – Nick Gardel

Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer d’avance de Nick Gardel, paru le 6 juin 2021 chez Friends Only ; 18€ ; 324 pages ; 12,8cm x 19,8cm.

4ème de couverture

D’abord il y a Thibaud, un éducateur spécialisé pour ados en marge, qui s’enfonce de plus en plus dans l’alcool.

Puis il y a Némo Mondragon, le policier flanqué d’un collègue trop bavard, qui enquête sur les femmes qu’on retrouve massacrées chez elle. Violées, tabassées, elles ont expié leurs fautes dans la douleur et l’humiliation.

 

 

 

L’auteur  : Nicolas Juan est né le 24/08/1971 dans les Hauts-de-Seine. Il travaille comme enseignant et sa passion pour le noir le rattrape. En dehors de l’éducation nationale, il se glisse alors dans la peau de Nick Gardel et devient auteur de polars : Un état d’esprit et autres histoires, 2008 ; La spirale du domino, 2009 ;  Le cercle d’agréables compagnies, 2009 ; Un faisceau de présomptions, 2010 ; Lâches déraisons, 2011 ; Une question de principes, 2012 ; Nevermore, 2013 ; Fourbi étourdi, 2013 ; Musical box, 2014 ; Mal placé, 2015 ; Le bruit dans ma tête (ne vous dérange pas ?), 2015 ; Droit dans le mur, 2016 ; Chorale, 2017 ; D’encres et de sang, 2017 ; Mourir, encore…(et plein d’autres choses), 2018 ; Laisse tomber, petit manuel de survie en milieu grabataire, 2019 ; Morts chroniques, 2019 ; Sans queue ni tête, 2020 ; Bancal, 2021. Il est également flingueur pour le blog du Collectif Polar et a une rubrique régulière « Et si on leur donnait la parole ? ».

 

Extrait :
« Celui qui ne se souvient pas n’existe pas. Même si c’est justement ce à quoi il aspire le plus
L’oubli.
L’effacement pur et simple du malheur
L’oubli n’est pas une rédemption.
Surtout quand il n’est que partiel.
Mes journées s’écrivaient au crayon jusqu’à ce que mes nuits les décapent à la gomme alcoolique. Restaient la douleur, le remords et la haine, en lettres capitales calligraphiés à l’encre indélébile. Ravivées chaque fois par ce polissage qui sapait mon quotidien.
Il y a des fois où n’être que n’être qu’une machinerie d’os, de tendons et de sang n’est pas suffisant. Il faut une étincelle motrice pour que l’assemblage soit viable.
Je ne l’avais plus…
Plus de marionnettiste pour agiter les fils.
Je sombrai. »

Les missives de Fanny H

Hello, voici une chronique, mon premier Nick Gardel, j’ai bien fait de le prendre, je suis fan !

Dans Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer d’avance, j’ai fait la connaissance avec le Capitaine Nemo Mondragon. C’est un homme de terrain alors que le brigadier-chef Patrice Guérineau, des suites d’une blessure au genou, reste au bureau. Ce dernier est plutôt du genre à fureter sur le net ou à éplucher des dossiers. Il échafaude des hypothèses limites théâtrales à tout va et bien souvent, cela agace fortement Nemo qui préfère aller droit au but. Pourtant, le brigadier est un formidable atout pour l’équipe car il émet des idées bien analysées et approfondies. Le capitaine, même s’il ne veut pas se l’avouer, a bien besoin du regard avisé et éclairé de son collègue.

Dans ce thriller, ce duo va faire face à un premier meurtre, celui de Clarence Monjeau, alias Clarencelove, travailleuse du sexe et alcoolique, voisine sans histoire dont le protecteur, Victor Bilarian est sorti de prison il y a à peine un mois.

La Capitaine Nadège Weshowski de la brigade de répression du proxénétisme viendra alors en renfort. D’un duo, désormais l’enquête passera par un trio qui se complète parfaitement. Nadège se révélera une fidèle alliée pour Nemo.

Parallèlement, nous faisons la connaissance de Catherine Province, enseignante et coordinatrice de « Le lien » pour ados marginaux. Elle s’occupe de jeunes en détresse (échec scolaire ou familial par exemple). Elle travaille en coordination avec Thibaud Volker, Kemil Béraoui, Muriel Pastora et Aurore Wessier. Thibaud est éducateur de prévention. Deux ans auparavant, il a connu un terrible drame dont il ne s’est pas encore remis. Ce qui l’amène bien souvent à rejoindre despotes au café et à boire beaucoup jusqu’à avoir des pertes de connaissance. Il glisse vers une lente descente aux enfers. Une rage, une colère et une haine sommeillent en lui et commencent sournoisement à gronder. Kemil est leur assistant d’éducation contractuel. Muriel est la psy et Aurore, son binôme.

Puis un second meurtre a lieu, un vrai massacre fait de tortures atroces et d’une violence inouïe.

Pour résoudre tout cela, Nemo fera briller son intelligence sans oublier le soutien infaillible et indispensable de son équipe.

De suite, je me suis retrouvée plongée dans la lecture, dans l’écriture franche et vivante de Nick Gardel. Un langage parfois cash et cru que j’ai trouvé amusant au final.

L’auteur nous livre les pensées nauséabondes, perturbées de l’un de ses personnages, qui se perd dans les méandres de sa mémoire, de son esprit alcoolique et qui entame bien souvent un monologue avec son cerveau délirant. Nick Gardel a réussi à mettre de la poésie dans les pensées noires d’une sombre existence.

L’auteur prend aussi du temps à détailler les idées de Némo Mondragon qui est loin d’avoir la mémoire d’un poisson rouge !

Nick Gardel nous parle d’un sujet grave : la triste réalité des jeunes filles mères et des enfants de l’assistance publique.

 L’auteur emploie des mots grossiers et, d’un coup, surgissent des pensées plus profondes et plus philosophiques. Il nous emmène plus loin que le simple polar. Il passe beaucoup de temps sur l’aspect psychologique de ces personnages déjantés ou non. Il nous emporte dans une envolée de mots avec laquelle on se laisse porter sans savoir où l’on va et perso, je m’en fiche tellement c’est bon. Je me suis juste demandée ce qui se cachait derrière encore. On se questionne. On avance vers une fin qui est excellente. 

(Merci Nick Gardel)

 

Une prochaine lecture :

4 réflexions sur “Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer d’avance – Nick Gardel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s