Templemars, le retour de Fanny H

Templemars 2021

par notre envoyée spéciale, indic et flingueuse à la fois, j’ai nommé Fanny Haquette

Le samedi 25 septembre a eu lieu l’un de mes salons préférés : le 14ème salon du polar de Templemars.

Un événement qui s’était maintenu en 2020 malgré la crise sanitaire. Des organisateurs, Gilles Guillon, Julie et des bénévoles toujours au top peu importe les conditions.

Et cette année, oh bonheur ! Nous pouvions de nouveau ramener nos livres à faire dédicacer, dans la limite du raisonnable.

Ce moment festif avait démarré la veille avec une soirée jeux à la médiathèque, notamment un Cluedo géant, avec le sympathique Hervé Hernu (Le monstre du terril, 2020, premier volume de la collection Quai des Cauchemars) également présent sur le salon en tant qu’auteur.

Le lendemain, quelques cafés littéraires se sont déroulés au cours de la journée, le matin avec Valérie Valeix (Le soldat d’étain assassiné, 2021) et Marie-Pierre Jadin (Brasiers, 2020)

puis dans l’après-midi avec Benjamin Dierstein (La défaite des idoles, 2021) et Thomas Cantaloube (Frakas, 2021).

Joaquim De Freitas a présenté son estampe. Sur un texte écrit par Franck Thilliez, il a imaginé un labyrinthe offrant une multitude de possibilités d’histoires selon le chemin emprunté.

Le tout formant le portrait de l’auteur. (On me glisse dans l’oreille qu’il en resterait quelques-uns de disponibles… n’hésitez pas à contacter Joaquim sur sa page).

Une atmosphère survoltée avec les membres du Cercle littéraire des fans de Franck Thilliez venus en grand nombre (dont moi bien sûr).

Franck Thilliez (La brigade des cauchemars, Tome 5, Léonard, 2021) égal à lui-même, gentil, avec un brin d’humour et attentionné avec ses lecteurs.

Le photographe Christophe Blanquart a immortalisé de superbes portraits noirs & blancs (voir photo, celui de Mark Zellweger, (Les espionnes du Salève, Tome 3, Le pacte Allen Dulles) et les murs de la salle nous présentaient les œuvres du peintre David Belo.

29 auteurs pour la plus grande joie de tous dans cette reprise des premiers salons littéraires.

Amélie de Lima (Dans ma maison sous terre, 2020) n’ayant plus aucun livre dès la fin de matinée,

c’est Michel Bouvier (La folle de la rue Guyale, 2019) qui est venu pour l’après-midi.

Eric Dupuis (Apaches, 2021) se trouvait à côté de Nicolas Lebel, (Le gibier, 2021) vous imaginez aisément l’ambiance avec ce duo…Un vrai show à eux deux !

J’ai retrouvé des fidèles du Salon du Polar de Templemars comme Eric Callens (Cœur pour cœur, 2021),

Patrick-S. Vast (Nuits grises, 2019) et sa compagne Odile Guylheméry (Portraits croisés, 2020).

J’ai eu le plaisir de rencontrer pour la première fois Barbara Abel (Et les vivants autour, 2020)

ainsi que Lucienne Cluytens (Crimes au château de Lautremont, 2021) une amie de longue date d’une autre flingueuse du Collectif Polar (qui se reconnaitra).

Des auteurs tous ravis d’être présents et de pouvoir enfin rencontrer de nouveau leurs lecteurs. Il suffit de voir le sourire sur leur visage comme celui de Patrick Morel (Les goélands, 2020), Maryse Maligne (Subtil anathème, 2021), James Holin  (Pleine Balle, 2021) ou Anabelle Read (La disparition des caleçons, 2020).
Un salon qui nous permet de rencontrer des auteurs de la région des Hauts-de-France : Céline Ghys (Le manuscrit perdu de Saint-Riquier, 2021), Guy Lerbut (Le mystère La Pérouse, 2021), Gérard Sevin (Ecrasées, 2018), Didier Paris (Cristal de fer, 2020).

.

Un moment empli de bonne humeur, riche en rencontres, en amitiés, en échanges et en sourire malgré le masque. A l’année prochaine !

Et voici les 4 livres qui vont rejoindre les autres dans ma bibliothèque :

La brigade des cauchemars, tome 5, Léonard de Franck Thilliez, Yomgui Dumont et Drac.

Pourquoi ? Parce que je suis fan de Franck Thilliez, fan de bd et que je fais la collection de cette série.La Brigade va-t-elle finalement réussir à sauver Alice ?

 

C’est le moment, la Brigade des Cauchemars est prête à affronter l’ultime épreuve : entrer dans l’esprit de Léonard. Tristan est déterminé, il fera tout pour sauver sa mère. Mais si l’exploration de la tête de Léonard peut permettre de secourir Alice, ce ne sera pas sans affronter son passé, son histoire et ses pires cauchemars !

 

 

 

 

 

 

 

 

Aussi noir que le charbon d’Eric Dupuis

Pourquoi ? Parce que cela fait un moment que je vois passer ses livres sur le net, que sa forte personnalité m’a amené à découvrir sa plume et de plus c’est un auteur de ma région et un passionné.

Aucune description disponible.En 1970, dans le bassin minier, un terril sépare les riches des pauvres. Deux enfants que tout oppose se lient pourtant d amitié : François-Xavier de Montjarrieux, fils d’un puissant industriel, et Iwan Kaczmarek, dont le père est mineur. Des années plus tard, le premier est devenu avocat, le second policier. François-Xavier a sombré dans la drogue et l’illégalité en défendant dealers et malfrats. Alors, quand sa famille est retrouvée massacrée, il constitue le suspect idéal. Son seul allié : Iwan, ami de toujours. Au fil de l’enquête, de nouveaux éléments changent la donne. La tuerie semble faire écho à une sombre affaire de meurtres et de viols survenus dans la région trente ans auparavant. Simple similitude ou lien réel ?

L’innocence des bourreaux de Barbara Abel

Pourquoi ? Parce qu’un ami me l’a conseillé et que j’ai lu plusieurs avis très positifs sur le net.

 

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.

Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

 

 

 

 

Requiem pour une république de Thomas Cantaloube

Pourquoi ? Parce que j’ai lu la chronique de son dernier livre Frakas sur le blog du Collectif Polar, que les thèmes abordés par l’auteur m’intéressent et que je suis curieuse de voir comment il nous présente tout cela.

 

Automne 1959. L’élimination d’un avocat algérien lié au FLN tourne au carnage. Toute sa famille est décimée. Antoine Carrega, ancien résistant corse qui a ses entrées dans le Milieu, Sirius Volkstrom, ancien collabo devenu exécuteur des basses oeuvres du Préfet Papon, et Luc Blanchard, jeune flic naïf, sont à la recherche de l’assassin. Une chasse à l’homme qui va mener ces trois individus aux convictions et aux intérêts radicalement opposés à se croiser et, bien malgré eux, à joindre leurs forces dans cette traque dont les enjeux profonds les dépassent.

Et tous les autres auteurs rencontrés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 réflexions sur “Templemars, le retour de Fanny H

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s