La GAV : @Antoine Léger sous le feu des flingueuses, troisième audition. 3/4

La GAV : @Antoine Léger sous le feu des flingueuses, troisième audition. 3/4

Suite de la Garde à vue de Monsieur

Antoine Léger

3e interrogatoire par Miss Aline

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre hier matin et cet après-midi

Allez place à la GAV de Antoine Léger

Miss Aline : Bonjour Antoine, la nuit fut bonne ?

Antoine : Excellente ! Je commence à me faire à cette cellule

Miss Aline : Bonne nouvelle alors…. Entrons dans le vif du sujet. Parlons procédure. Comment s’organise votre journée d’écriture : à quel moment, avec ou sans fond sonore, un nombre de mots minimum ou à l’inspiration, un lieu en particulier ?

Antoine : Alors j’écris souvent le mercredi après-midi et en soirée, j’ai un bureau ou je m’isole, je n’ai pas de fond sonore. Pas de mots minimums, je ne mets jamais de contraintes…
Par contre, j’ai un carnet ! Un carnet qui me suit partout. Dans les dédicaces, au boulot, dans ma poche. Toujours pour noter un mot, une idée, une description.
Voilà !
Vite elle est partie j’essaie de m’évader…

Geneviève : Non Antoine ! Il va falloir nous monter ce carnet…Pièce à conviction…

Antoine : Je tente de retirer mes menottes

Geneviève : Il y a des flingueuses qui t’observent derrière la vitre teintée

Antoine : Le voilà il est là

Je ne suis jamais seul…

Geneviève : Et on peut voir à quoi ressemble l’intérieur ?

Antoine : Pas lisible pour les flingueuses

J’écris comme un médecin !

Miss Aline : revenons sur les déclarations d’hier, je cite  » je pense que l’on a tous plusieurs personnalités en nous, surtout l’écrivain ». De quel « genre » de personnalités est-il question ?

Antoine : 🙂

Antoine : Il me semble que l’écriture peut être une face cachée de l’écrivain …des désirs, besoins cachés, inavoués que l’on pose dans des histoires

Des projections, conscientes ou inconscientes.  A travers plusieurs personnages.
On crée des personnages. On se met à leur place. On essaie. On réfléchit. On rature

Et on recommence. C’est pour ça que je dis que l’on est nombreux là-dedans.

Miss Aline : une vie par procuration ?

Antoine : Oui certainement (si c’est une référence à l’anniversaire de Jean Jacques Goldman c’est bien joué c’est mon chanteur préféré)

Miss Aline : aucunement… je ne l’avais pas à l’esprit ! 🙂
On a tous plusieurs facettes mais tout le monde n’écrit pas des polars…. Pourquoi ce genre ?

Antoine : Pour moi c’est le moyen de proposer des histoires à suspense. C’est ce que j’aime.
Mon kiff c’est le page Turner. Un livre court et efficace. L’enquête, l’énigme…
Perdre le lecteur j’adore.
Et je trouve que le polar le permet

Miss Aline : Jusqu’à quel point vos personnages, l’histoire en cours, vous habitent ?

Antoine : Bonne question.
Moi je suis lent dans l’écriture. Entre 2 et 3 ans. Et donc quand je construis mes personnages, je cogite, réfléchis …et en fonction de ce que je vis, lis, je les construis.
Je me demande si je ne vais pas mettre une Aline dans ma prochaine histoire.

Miss Aline : y a du boulot … lol

Antoine : Pareil pour l’histoire. En fait je laisse la vie m’apporter des briques pour mon histoire.
Exemple pour le prochain.
C’est en faisant un footing près du quai de Brienne à Toulouse sur j’ai décidé une scène pour une flic qui fera son footing à cet endroit.

Que et pas sur (pardon)

Donc je vis mes personnages et mon histoire.

Miss Aline : Que pensez-vous des personnages récurrents ? Un effet de mode ? Une facilité ?

Antoine : Mouais pas trop mon truc.

Miss Aline : Pourquoi ?

Antoine : Par contre j’aime bien faire un clin d’œil entre plusieurs livres et ramener un personnage.

Je trouve personnellement que ça installe l’auteur dans une routine, mais ce n’est que mon point de vue. Moi les livres sont complètement différents, je passe de la peinture à la seconde guerre mondiale.

Miss Aline : C’est confortable un personnage récurrent : pas besoin de refaire sa fiche, on le connait par cœur. D’ailleurs comment construisez-vous vos personnages, leurs caractérisations, leurs psychologies… ?

Antoine : Quand je suis certain d’un personnage, de son prénom alors je me pose pour en faire une description précise. Description physique. Description psychologique.

Miss Aline : Comment pouvez-vous être « certain » d’un personnage ?

Antoine : En fait tout ça commence par le scénario (que je commence toujours par la fin). Quand il est posé, alors les personnages aussi.
Quand le canevas est là, alors je passe aux détails des personnages, lieux….

Exemple : Je sais qu’il y a un groupe d’amis de 4 : 2 filles 2 garçons. Au début je m’arrête là. Et après je commence par la fille. Je vais l’appeler Geneviève et je vais imaginer qu’elle a beaucoup de fissures.
Quand le scénario est posé je suis sûr à 90% du nombre de personnages.

Miss Aline : ça se traduit par des fiches, des post-il posés partout ou tout est bien calé dans un dossier informatique ?

Antoine : Je passe de mon carnet à un cahier puis vers un document Word.

Carnet : idées
Cahier : détails
Word : histoire et structure

Miss Aline : Un personnage peut-il vous échapper lors de l’écriture, comme s’il menait son propre chemin ?

Antoine : Son propre chemin ? Hum…
Pour mon deuxième livre les six coups de minuit, ça m’a fait un peu ça avec le héros Vlad…

 

Miss Aline : vous pouvez développer ?

Antoine : Pas mal de lecteurs ont eu un coup de cœur avec ce livre.
En fait je suis tombé sur un libraire qui s’appelait Vlad et son frère Niko comme dans le livre, et qui a adoré. Et là, j’ai eu la sensation que mon héros était sorti du livre …et souvent quand on me parle de ce livre on me parle du héros.

En fait c’est drôle ce livre : soit c’est un coup de cœur, soit on n’accroche pas, pas de demi-mesure.

Miss Aline : Il y a toujours autant de ressentis qu’il y a de lecteurs avec leurs sensibilités à l’instant T.

Antoine : C’est ça !

Miss Aline : est-ce qu’être informaticien de base aide à la structuration de vos romans ?

Antoine : Oui j’ai eu pendant 20 ans des rôles de chef de projet, ça m’a forcé à travailler avec des objectifs et une rigueur.
Je pense qu’à un moment dans cet exercice d’écriture, tu dois avoir une certaine rigueur et structure.

Miss Aline : Oui je pense également que la rigueur et la structure sont nécessaires.
Seriez-vous attiré par une écriture à quatre mains et pourquoi ?

Antoine : Mon 3ème livre fut un polar à 4 mains. Croix blanche sur fond blanc. Avec G.D. Noguès. Ce fut une belle expérience mais je n’ai pas prévu d’en refaire.

En fait nous étions partis d’un de mes manuscrits.

Miss Aline : Ah oui je l’ai lu et j’ai passé un bon moment.

Antoine : Merci.
Et Gilbert (polardeux et peintre) a retravaillé quelques parties et amené sa pâte et ses connaissances de peintre.

Miss Aline : y a-t-il des sujets, des thèmes sur lesquels vous voudriez écrire ou à l’inverse pas du tout ?

Antoine : Non pas à ce stade.
Le prochain sera plus psychologique. Je veux rentrer encore plus en profondeur dans la psychologie de mes personnages !
Encore plus décrire les sentiments, les émotions, les mécanismes…

Miss Aline : Pensez-vous qu’un auteur à un rôle à jouer et quel est-il ?

Antoine : Oui je pense que l’auteur a un rôle à jouer. Plusieurs rôles possibles en fonction de qui il est.

Miss Aline : Quels seront vos moyens techniques, recherches etc. pour entrer plus en profondeur dans les névroses humaines ?

Antoine : Mes cours de licence de psycho que j’ai fini cette année 🙂

Miss Aline : Félicitations…. Mais encore ? Une bibliographie particulière ? Des cas concrets ?

Antoine : Lors de ma licence on avait des exercices d’études cliniques à faire

Miss Aline : waouh… pas dû être toujours facile ça.

Antoine : On recevait la description d’un cas que l’on devait analyser

Éléments sémiologiques, mécanismes de défense… C’est un peu complexe mais ça fait réfléchir 🙂

Miss Aline : Peut-on être sûr de décrypter une personnalité dans son ensemble, ne peut-il subsister une part cachée ?

Antoine : Je n’irai pas jusque-là dans mes livres. Mais j’ai plus d’éléments pour décrire des éléments paranoïaques, bi polaires, schizophréniques…ça peut aider mes descriptions de personnages

Une part cachée ? Bien sûr mais est-ce qu’elle ne finit pas un jour par s’éclairer ?
Ça dépend de chacun. Des chemins de vie…
Complexe tout ça 🙂

Miss Aline : Justement peut-on dire que tout un chacun avec le « bon contexte » peut devenir un meurtrier (réf au genre polar) ?

Antoine : Je ne sais pas…quand même pas. Mais l’humain est tellement surprenant…

Miss Aline : Pourquoi pensez-vous que ce genre littéraire ait tant de succès ? Vivre par procuration ce que la morale réfute ?

Antoine : Dans les échanges que j’ai avec les lecteurs, ils aiment l’intrigue, être surpris, se poser des questions, l’effet waouh qu’amène ce genre, et puis peut-être la face cachée, l’interdit que peut  proposer le genre du polar …
Et puis les intrigues, les enquêtes ça se dévore.
On a envie de savoir.
Ça passionne

Mes parents sont des lecteurs à la retraite. Ils adorent lire des polars et de les partager.
Ça sort d’un quotidien.

Miss Aline : On ne peut nier que le mal fascine.

Antoine : En un premier chapitre, tu peux être scotché …et ne rien lâcher ..
« L’homme est  un loup pour l’homme »

Miss Aline : Il en sera toujours ainsi….
Je vais vous laisser méditer sur tout cela et vous faire transférer en cellule… jusqu’à ce soir 18h30 pour votre dernier interrogatoire… normalement !
Merci pour cet échange Antoine.

Antoine : Ok à 18h30 ce soir !
Merci, je retourne en cellule.

Geneviève : Antoine tu n’as plus rien à rajouter avant de retourner en cellule et subir ce soir ton peut-être dernier interrogatoire ?

Antoine : Et non à moins que vous souhaitiez que je développe davantage ?

Geneviève : On le souhaite toujours, aussi ce que je te propose c’est de repenser à ces trois premières auditions et avant d’attaquer la cinquième de venir compléter ta déposition…Tu en dis quoi ?

Antoine : Ok je vais réfléchir dans la journée

Geneviève :La garde à vue est faite pour cela ! 😉

Geneviève : Que l’on ramène notre prévenu dans sa cellule et comme il est de bonnes dispositions qu’on lui propose un café et des croissants….

Antoine : Et chocolatines ?

Dany : Il a un reste de cassoulet d’hier midi !

Geneviève : Faut pas exagérer là, tu es peut-être présumé innocent pour nous tu restes le suspect n°1. Alors ce sera café croissants ce matin et cassoulet ce midi…on a vu des prévenus plus mal traités.

Dany : Et qu’il ne nous fasse pas le coup de l’avocat … on en a déjà éliminé un par le passé !

Geneviève : Pour avocat il a le droit à mon double maléfique !
Allez que monsieur Antoine Léger aille réfléchir en cellule. Il aura carte blanche cet aprèm…A lui d’en profiter

Moi je déclare que cette 3e audition est terminée et peut être retranscrite dans son intégralité.
Et son avocat commis d’office a tout suivi de ses trois auditions….

2 réflexions sur “La GAV : @Antoine Léger sous le feu des flingueuses, troisième audition. 3/4

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s