La GAV : @Antoine Léger sous le feu des flingueuses, seconde audition. 2/4

La GAV : @Antoine Léger sous le feu des flingueuses, seconde audition. 2/4

Suite de la Garde à vue de Monsieur

Antoine Léger

2e interrogatoire par Fanny Haquette

 

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre ce matin et  demain après-midi.

Allez place à la GAV de monsieur Antoine Léger

Fanny: Hello

Antoine: Hello

Geneviève : Bonsoir. Merci Fanny d’avoir ramené notre Gardé à Vue.
On peut passer au second interrogatoire

Fanny : De rien, c’est un clown apparemment et les clowns c’est mon domaine.

Fanny : Le prévenu est-il prêt ?

Antoine : Prêt !

Geneviève : Oui voyons qui rira le dernier

Fanny : Bon, on se tutoie, cela ira mieux je pense. Et je dis toujours tu à quelqu’un qui a des menottes. Car tu vas les garder. Ok ?

Antoine : Ok

Fanny : Parfait !
Donc, j’ai relu le rapport de ce matin que j’ai trouvé fort intéressant mais pas assez pour ta libération

Perso, j’ai besoin d’en savoir plus et principalement sur ton actualité, donc dis- moi, quelle est la tienne ?

Antoine : Depuis mai j’enchaîne les dédicaces pour la sortie de mon dernier livre, et je commence en parallèle à gratter le prochain.

Fanny : Quelle était donc cette date de sortie ?

Antoine : 13 mai 2021 la sortie des jumeaux de l’enfer

Fanny : Pour tes dédicaces, tu vas dans toute la France ?

Antoine : Principalement le sud-ouest

Fanny : Précisément ? Je veux des noms !

Antoine : Mais cette année je le suis rendu aussi à Bourgoin-Jallieu près de Lyon

Fanny : Principalement là-bas ? Pourquoi ?

Antoine : Car mon frangin habite là-bas et donc pas mal de monde souhaitait mon ouvrage, on a fait une dédicace avec concert apéro !

C’était génial

Fanny : Pas mal en effet ! Euh les dédicaces avant ou après l’apéro ????

Antoine : Avant 🙂 il y a même des mordues de thrillers qui sont passées. Mais j’ai continué à signer pendant l’apéro 🙂

Fanny : Ah oui ? Je veux des preuves !!!!! As-tu des photos ?

Antoine : Oui attend

Fanny : N’en profites pas pour essayer de t’évader !!!

Antoine : Je reste là ! De toute façon j’ai mes menottes

Je suis le clown à droite.

Fanny : On ne sait jamais avec les clowns !!!

Antoine : Cette dédicace fut un réel carton !

Fanny : En effet, je vois ça ! Il devait régner une super ambiance !

Antoine : Oh oui humains et musicale

Fanny : Et bien merci pour ces jolies preuves ! Hop, dans le dossier !
Donc tu as rencontré pas mal de nouveaux lecteurs là-bas ?

Antoine : Absolument.
Et même certains qui sont venus avec tous mes livres.
Ça fait drôle

Fanny : Chouette, j’imagine bien !
Et comment ce sont passées les autres dédicaces ?

Antoine : J’ai fait Montauban, Blagnac, Encausse-les-Thermes, Périgueux, Saint-Lary-Soulan, Lisle-sur-Tarn …
Mais le top de mon actualité en septembre était Lisle noire …

La plus marquante fut Lisle noire … À côté de Bussi et Minier

Fanny : Pourquoi ?

Antoine : Un truc de fous.

Fanny : Expliques nous ! Tu as tout le temps.

Antoine : Un flux continu de visiteurs. Ouverts, chaleureux, curieux. Avec qui tu peux discuter des heures.
Et puis des collègues auteurs toulousains qui passent te voir, te prennent en photo.
100% sourires et convivialité.
C’est exactement pour ça que j’écris c’est rencontrer les lecteurs actuels et futurs

Il y a même le collectif polar qui est passé me faire un coucou.

Fanny : Normal ! On t’a à l’œil !!!!

Antoine : Et après dans ce milieu je commence à me faire de belles connaissances

Pas belle la vie ?

Fanny : Bussi et Minier sont tes complices donc ? Tu avoues !!!!

Antoine : Minier on se parle. Bussi non

Fanny : Et bien merci pour ces jolies preuves ! Hop, dans le dossier !

Antoine : Car je ne sais pas si vous savez je suis un boute-en-train

Fanny : Il parait… C’est pour ça que je suis là !
Donc, tu disais que tu dédicaces encore ? Dis-nous,

Antoine : Je discute bien avec Cédric Sire, Christophe Vasse, Bruno Bouzounie, Raphaël Grangier , Céline Denjean et puis mes amis de Mplus éditions Céline Servat, Guillaume Coquery, Barras ou encore Virginie Lloyd

Fanny : Mais c’est parfait là ! Le nom de toute ta bande ! Et par n’importe laquelle ! Que du beau monde !

Antoine : La prochaine dédicace est le 20 novembre à la librairie Lacoste à Mont-de-Marsan ! C’est un rêve de pouvoir faire cette librairie

Geneviève : Chez Pépita, c’est louche ça ?

Fanny : Un fournisseur ???? Mais de quoi !?

Antoine : Ça fait 5 ans que je rêve d’y aller

Fanny : Pourquoi ? Avoue ! C’est le lieu de rencontre de ta mafia ????

Antoine : Je sais pas, je ne suis jamais allé là-bas mais on communique parfois sur Facebook elle est top !

Fanny : Ok, je note alors, la cheffe la connait apparemment ?

Antoine : J’avoue je vais me ravitailler en drogue là-bas

Fanny : Ola, tu ne vas pas être libéré de sitôt mon ptit clown ! En drogue !? Et laquelle !!!!!????
Si, si, tu n’as pas le choix ! Sinon c’est la nuit au placard !

Antoine : Bon ok

Antoine : De la pure … J’en dirai pas plus. J’achèterai le dernier Giébel je pense.

Fanny : Tu y seras seul ? Des noms !!

Antoine : Là-bas, on sera 3 avec Barras et Mathieu Bertrand. On est chez le même éditeur, Mplus éditions

Fanny : Je note.

Antoine : C’est une petite maison de Lyon qui commence à monter. Avec un super responsable

Fanny : Oui, je les connais un peu par leurs auteurs, et que t’apportent-ils ?

Antoine : L’éditeur ?

Fanny : Oui, l’ensemble

Antoine : J’y suis rentré via Isabelle Stoelen mon agent littéraire

Fanny : Ah ta complice principale…

Antoine : Marc Duteil le responsable est super humain et attaché à ses auteurs

Fanny : Comment ressens-tu cela ?

Antoine : Il n’hésite pas à nous fourni des marque-pages personnalisés, à nous fabriquer des rolls ups

Attend regarde ce que j’ai reçu …. en surprise

Antoine : C’est pas beau ?

Fanny : Ah oui, sympa !

Antoine : Tous les éditeurs ne le font pas ! En quelques mots, il investit et nous fait confiance. Il n’impose rien, il nous écoute.

Fanny : Tant mieux si cela se passe bien avec eux, c’est indispensable pour évoluer je pense.

Antoine : Avant les salons il nous appelle. Fait attention aux auteurs.
Si tu te sens en confiance tu es bien pour dédicacer et écrire les prochains.
Il a tout compris et il vend 🙂

Fanny : Il vend de la drogue aussi !!!???? C’est ton éditeur qui te trouve les salons ? Comment cela se passe-t-il ?

Antoine : Moitié moitié. Pas de dominant pas de dominé 🙂

Fanny : C’est-à-dire ?

Antoine : Isabelle Stoelen est en charge de trouver les lieux. Et moi j’en amène de mon côté par mon réseau…

Fanny : Oui je me doute… réseau… mafia…

Antoine : Pas de drogue.
Il y a des librairies où je retourne souvent.
Car je commence à avoir quelques lecteurs qui reviennent se fournir chez moi

Fanny : Lesquelles ?

Geneviève : Dealer de livres c’est pire, on devient vite accro !

Fanny : Carrément Cheffe !!!! Ça mène en garde à vue !!!!!

Antoine : Libraire au fil des mots à Blagnac, Libraire l’exemplaire à Plaisance-du-Touch, Libraire bleu et aure à Saint-Lary et je viens souvent à Paris …Un jour j’organiserai une dédicace là-bas

Ma famille habite là-haut dans le froid

Fanny : Tu viens sur Paris en préparation d’une future dédicace ?

Antoine : Jamais fait de date là-bas. Je viens la dernière semaine d’octobre je pourrais en faire une un soir. J’imaginais le Cultura de Franconville.
Mon livre est en ventes dans quelques Fnac parisiennes

Fanny : Ta famille habite dans quel département ?

Antoine : 95 -Taverny
J’y vais fin octobre pour finir ma formation d’hypnothérapeute mais on dérive du sujet …

Fanny : Ok sinon il existe plus au nord encore ! Avec de supers salons pour t’accueillir ! Mais serais-tu assez courageux pour affronter ce froid polaire ??

Antoine : Même pas peur. Je mettrai un anorak et une double cagoule

Fanny : Donc je t’attends !!!

Antoine : Ok c’est où ? 🙂

Fanny : Ben moi c’est le nord ! 30 mn de Bergues tant qu’à faire !!

Au fait, une flingueuse t’a vu trainer également du côté du Verdoyer…

Antoine : Ah oui chez mon pote Raphael Grangier

Fanny : Dis-nous tout !

Antoine : Avec Raphael on est vraiment ami on a fait les mêmes éditeurs.
On s’est connu chez Paul et Mike. Il me proposait de venir depuis quelques années et là j’ai craqué. On a chanté avec Sandra Martineau

Et joué de la guitare avec Vasse et Bouzounie jusqu’à 2 heures du mat

Fanny : Toujours une bonne ambiance en fait !

Antoine : Et sinon on a signé…sous la pluie. Aucun rapport avec nos chansons

Fanny : Sinon, te rappelles-tu ton premier salon ?
As-tu fait beaucoup de ventes ?

Antoine : Ma première dédicace c’était en face d’une auto-école.

Fanny : Sur le trottoir ?

Antoine : Avec mes 2 enfants qui m’aidaient à mettre les tréteaux

Oui sur le trottoir

Fanny : Pas de pluie j’espère ce jour-là ! Et donc raconte-nous

Antoine : Pour mon recueil de nouvelles des fins. J’ai eu de la chance car le relais de la dépêche du midi Paizad Akbaraly  était passée me voir et m’avait fait un article dans la dépêche.

Tout est dans la dossier là 

Fanny : Pas mal ! Trop mimi, ils n’iront pas en garde à vue

Antoine : J’avais vendu un peu, c’était une première expérience sympa ! Des collègues étaient passés. C’était à Tournefeuille, la ville où on tourne des feuilles

Fanny :  Et comment avais-tu communiqué pour cette occasion ? Et pourquoi devant

Môsieur continue à faire le clown !

Antoine : À côté tu avais un tabac presse, il m’avait demandé de m’installer là.

Et la dédicace suivante était énorme. Librairie lire aux éclats à Plaisance-du-Touch

Fanny : 2012, donc 10 ans que tu traines dans ce milieu alors ! Quelle année cette dédicace suivante ?

Antoine :  Rencontre avec Claude Mesplède : un tournant pour moi

Fanny : Pourquoi ?

Antoine : 2012. Quelques semaines après … En fait Claude Mesplède (maintenant décédé) est connu comme le pape du polar. Pas le pape de la drogue. Il a été à l’initiative de beaucoup de festivals. Toulouse polar sud, quai du polar….

Et en fait il habitait à 5 km de chez moi

Fanny : Une rencontre qui t’a marqué je vois

Antoine : Et donc je lui fais un mail pour me présenter et lui dire que j’étais en dédicace pas loin de chez lui et je lui demande de passer. Mais sans conviction

Et bien à 5 minutes de la fin de la dédicace il arrive …

Fanny : Génial !

Antoine : Avec ses dictionnaires de la littératures policières qu’il m’offre

Fanny : Waouh !

Antoine : J’étais comme un gamin tout tremblant

Fanny : Il nous faudra des preuves également.

Antoine : Et de cette rencontre est partie une réelle amitié

Attend la preuve est ici

Une autre preuve Là

Une dernière ici aussi

Allez j’arrête

Et pour finir, il m’a fait la préface de mon deuxième livre les 6 coups de minuit.

J’étais très ému à son enterrement

Ça fait partie des rencontres de ma vie

Des fissures nécessaires

Fanny : En effet, cela fait partie des belles rencontres. Belle photo que celle de vous deux pour le journal.

Antoine : On avait fait un concert en sa présence, pour la sortie de mon troisième Croix blanche sur fond blanc.  On avait chanté Bella Ciao à fond dans la librairie 🙂

Fanny : Oui comme tu es musicien en plus, un concert dédicace donc ?

Antoine : C’est ça !

Fanny : Donc vous avez pris du monde en otage ce jour-là ?

Antoine : C’est ça

Fanny : Sinon, quels sont tes rapports avec tes lecteurs justement ? Que t’apportent-ils ? Tiens-tu compte de leurs avis pour tes futurs projets ?

Antoine : Pas forcément.
Je suis attentif aux retours tout en gardant ma façon d’avancer. Pour mon dernier, j’ai fait appel à une quinzaine de relecteurs volontaires sur le groupe Facebook « mordus de thrillers ». Et j’ai vraiment pris en compte toutes leurs remarques

Après pour les futurs projets, j’ai mon idée

En fait voici ma méthode pour mon futur livre …

En premier je laisse mon idée mûrir dans ma tête, ensuite partage avec ma femme.
Si ça accroche j’y vais. Sinon je retravaille.

Je parle la juste de l’idée

Fanny : L’avis de tes proches est donc primordial

Antoine : Absolument.
J’écris seul environ deux ans et après je fais lire à quelques bêtas lecteurs clés comme ma femme, mes parents, mon frère, Raphael Grangier et quelques amis

Antoine : Et après j’étends aux mordus par exemple

Fanny : Bien, encore d’autres complices ! Je note !

Antoine :🙂

Fanny : Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton projet top secret actuel ? Si tu ne veux pas garder les menottes toute la nuit bien sûr !!!!

Antoine : Un thriller psychologique mais j’en suis vraiment qu’au début donc je ne peux pas trop en parler car ça risque de bouger pas mal ….

Fanny : Et pour ton actualité dans les prochains mois ? Où vas-tu sévir ????

Tout le monde ici veut savoir où comptes-tu encore dealer !!!!!

Antoine : Antoine Leger

Le Cultura de Balma date en cours de réservation, librairie Lacoste le 20 novembre, salon « une montagne de livres » les 4 et 5 décembre à Saint-Lary-Soulan, le marché de noël à Tournefeuille les 11 et 12 décembre. Suite à une reconversion professionnelle, je ne vais pas en chercher plus pour l’instant 🙂

Fanny : Tournefeuille est donc une plaque tournante pour toi !

Antoine : Et oui les habitants sont locavores 🙂ils consomment local.
Et c’est tout près de Toulouse

Fanny : Bien ! Les habitants sont complices aussi ! Quelle organisation !
Donc tu es connu en ville alors

Antoine : Connu j’irai pas jusque-là. Je fais mon chemin
Vous savez tout de mon réseau

Fanny : Non pas tout, tu ne t’en tireras pas comme ça.

Au fait, as-tu un livre de chevet ?

Antoine : Mon prochain est Au bout de la nuit de Bruno Bouzounie. Et j’en ai tellement qui m’attendent

Fanny : Tu es plutôt papier ou numérique ?

Antoine : Papier. Je suis tout le temps sur écran c’est bon j’ai ma dose

Fanny : Oui j’imagine bien et un livre ne tombe jamais en panne,

Bien, enfin un bon point pour ton dossier ! Tu auras un repas correct ce soir alors.

Antoine : Un cassoulet ?

Fanny : Si tu veux ! Cheffe il en reste de ce midi ?

Sinon, as-tu d’autres loisirs ?

Antoine : Oh purée la liste est longue … Footing, squash, guitare, batterie …

Fanny : Tu trouves donc le temps de faire tout cela ?

Antoine : Non. Je dors peu au final.

J’aime aussi la BD et dessiner

Fanny : Ah ! Quelles bd en particulier ?

Antoine : J’adore Davodeau. J’ai commencé Droit du sol, son dernier.

Fanny : Je ne connais pas, quel style est-ce ?

Antoine : Je ne sais pas dire le style … J’aime son dessin et sa façon de présenter les sujets qui sont toujours de fond. Et j’aime Frank Margerin pour l’humour.

Fanny : Et toi, aimerais-tu un jour faire quelque chose de complètement différent ? Une bande dessinée par exemple ?

Antoine : J’en ai déjà tenté… Mais pas assez bon en dessin

Fanny : Mais en scénario ?

Antoine : Je crois que mon désir secret serait de mettre en film un de mes livres. On me dit souvent que mes livres sont des scénarios 🙂

Fanny : Voilà notre prévenu qui veut faire le prochain 007 !!!!

Qui dit cela ?

Antoine : Des retours de lecteurs.
Ma fille veut faire des études de réalisation de cinéma. Peut-être que je lui écrirai un scénario…

D’une garde à vue par exemple

Fanny : Au cercle polaire ?

Fanny : Donc de beaux projets en perspective !

Antoine : Oh oui ! Que de bonheurs !

Je résume ma philosophie de vie par…One Life ! On a qu’une vie !
Enfin je crois

Fanny : Pas sûr… Et dans cette vie, toi tu aimes le cassoulet mais cuisines-tu pour ta famille ? Car en prison, si tu y vas, tu t’occuperas de nourrir ta mafia !

Antoine : Non ma femme est la cheffe ! Et elle est trop forte en cuisine et adore cela.
Je ne fais que me régaler …,

Mais bon

Fanny : Et bien j’espère qu’ici ce sera pareil !

Antoine : Pour la mafia je peux tenter de leur faire des pâtes à la feta et tomates

Trop bon

Fanny : Tu verras cela avec eux !

Pour ma part, j’estime que tu as bien balancé sur ton réseau mais hélas ce n’est pas suffisant.

Antoine : Ah mince. Je ne peux pas sortir ?

Fanny : Tu retournes donc faire un ptit stage dans ta jolie cellule !

Et essayes de dormir car demain c’est du lourd qui t’attend !

Antoine : Même pas peur !

Geneviève : Ok, tu as raison demain sera une autre affaire. Aussi ramenez moi Mister Clown en cellule

Geneviève : Et cette seconde audition prend fin ici !

6 réflexions sur “La GAV : @Antoine Léger sous le feu des flingueuses, seconde audition. 2/4

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s