Ma brève rencontre avec Gilles Tenoux

Hello mes polardeux,

C’est pas si souvent que par hasard on rencontre un nouvel auteur de polar.

Aussi c’est pour cela qu’aujourd’hui je vais vous conter ma brève rencontre avec l’un d’eux.

C’était durant mes vacances, en septembre.

Dans un coin de Bretagne.

Un dimanche matin qui plus est !


Nous venions de faire un tour au marché histoire d’acheter quelques fruits et légumes au productions du cru. Et puis comme il fait beau et chaud, nous avons décider de repasser par le centre bourg du village et de nous balader dans ces petites ruelles.

On a donc remonter la rue principale qui mène à l’abbatiale et à sa place.

On aime aussi s’arrêter au café de la place, on y est toujours bien accueilli que ce soit pour boire un verre ou pour y déjeuner

Et puis on poursuivant notre tour, juste derrière,  c’est là que j’ai aperçu, installé tranquillement devant  la maison de la presse de Saint-Gildas-de-Rhuys.

L’écrivain Nantais Gilles Tenoux était en dédicace  :

Gilles Tenoux ,écrivain Nantais en dédicace de son dernier ouvrage  » Les ombres du Porhoët »

Il y présentait son dernier ouvrage « Les ombres du Porhoët »  qui décrit une famille au travers de 90 portraits de 1550 à 2000 à un couple debout devant lui.
 « C’est un travail sur le langage afin de retrouver la musique et
les accents de chaque époque, à la manière des écrivains contemporains » 
explique l’auteur.

 » Je suis originaire par mes quatre grands-parents de Lanouée et du Cambout,… » raconte Gilles Tenoux

Nous un peu à l’écart on écoute attentivement

C’est au tour de son premier, « Les choix imparfaits », d’être présenté. Celui-ci retrace l’histoire d’une personne au travers des années de 1960 à 2050.

Le couple n’a pas l’air intéressé finalement, il remercie l’auteur et passe leur chemin.

Moi j’avais repéré un autre livre sur la table, d’ailleurs c’est celui-ci qui avait attiré mon œil avant de m’arrêter pour papoter avec cet auteur que je ne connaissais pas.

Il nous propose de nous parler de son roman paru l’année passée.

« C’est l’histoire vraie et mensongère d’une famille du Porhoët (un cercle déformé de plus ou moins 30 km de rayon autour de la forêt de Lanouée, pays que je connais bien) de 1550 à 2000. »

« Où que j’aille, quoi que je fasse, je reste profondément attaché à cette terre du Porhoët. Mes souvenirs commencent là. Cela fait partie de mon identité. Disons que c’est une recherche et une affirmation identitaire au travers d’une passion généalogique. Accumuler des dates me faisait penser que je passais à côté des personnes réelles. Alors, j’ai « mis de la chair » autour de leurs vieux os. Pour cela, passionné par le langage, j’ai voulu retrouver la musique de la langue que pouvaient parler ces gens. Mais écrire en gallo aurait condamné le livre à devoir être traduit. Alors, je me suis aidé des écrivains des différentes époques. J’ai pris beaucoup de plaisir à ce travail de longue haleine. »

Je l’écoute car ce qu’il nous raconte est passionnant. Pour autant je finis par lui dire que nous avions entendu son argumentaire lorsqu’il l’avait présenté au couple d’avant.

Non, je lui explique que perso c’est son thriller qui m’intéresse et que c’est pour et à cause de celui-ci si je me suis arrêtée.

« Promets moi Dimitri » est son deuxième roman, un polar qui se passe en 2008 au moment de la guerre en Tchétchénie.

Son thriller se déroulant à Saint-Pétersbourg.

Je lui demande pourquoi la Russie alors qu’il se dit originaire de Bretagne et Nantais d’adoption ?

« J’aime beaucoup Saint-Pétersbourg, j’y est un peu vécu, j’ai accompli différentes missions là bas et ce qui est intéressant c’est que tout reste à y construire… »

« … Et puis le contexte politique de l’époque était protice à l’écriture d’un thriller, la tension, l’ambiance, tout est là… »

Enfin ça c’est moi qui le rajoute aujourd’hui après avoir lu « Promets moi Dimitri »

En 2008, alors que Dimitri Medvedev vient d’être élu Président de la république de Russie, Dimitri Lioubov, ancien soldat ayant servi durant les guerres de Tchétchénie, est embarqué dans une histoire de vengeance. Il compte sur Camille Bourgeois, une journaliste, pour publier un article qui dénonce le sort des jeunes soldats enrôlés dans l’armée russe. Mais rien ne tourne comme prévu. La commissaire Alyanna Griboïedova, accompagnée de son nouvel adjoint Grigori Semsov, mène l’enquête. Elle voit avec désagrément débarquer l’ex-mari de Camille qui s’inquiète de sa disparition.  Au Kremlin, on souhaite que cette affaire soit résolue au plus vite.

 

Bon moi il va falloir maintenant que je vous en dise un peu plus sur ce thriller.  Que je vous dise le bien que j’en pense. Mais ça, ça sera pour une autre fois.

Et si vous voulez lire un excellent polar qui se passe à Saint Gildas…

Je vous conseil « La pierre Jaune  » de  Geoffrey Le Guilcher

Un jour de forte pluie, Jack surgit à la Pierre Jaune, lieu-dit d’un village breton. Cet homme tatoué au strabisme prononcé rend visite à son nouvel ami membre des Jauniens, une communauté d’activistes. À 200 km de là survient un spectaculaire attentat contre l’usine nucléaire de la Hague. Pluies acides, radioactivité, la Bretagne compte parmi les zones à évacuer. Par entêtement, les Jauniens décident de rester sur leur presqu’île. Au nom d’un motif inavouable, Jack les imite. Une étrange survie débute.

La Pierre Jaune est issue d’une hypothèse scientifique admise par l’État français : un attentat contre La Hague serait sept fois plus grave que Tchernobyl. Le personnage de Jack est inspiré de Mark Kennedy, le policier anglais qui a infiltré des milieux anarchistes – notamment en France – durant sept ans.

2 réflexions sur “Ma brève rencontre avec Gilles Tenoux

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s