Blog à Part : Portrait de Blogueuse

Salut mes polardeux , Aujourd’hui je reviens avec « mes ITW Blogueur »

Une rubrique qui a pris vie il y a tout juste deux ans  sur notre blog et que vous connaissez bien maintenant

Blog à part : Portrait de blogueur

Aussi pour cette anniversaire c’est un blog et un concept de blogueuse un peu différents qui est à l’honneur aujourd’hui.

La Vingt troisième blogueuse à être interrogée aujourd’hui c’est : Pascale Cazzara alias Aliana62 du blog Le Vélin et la Plume : Comment voyager à travers les livres

Je vous laisse découvrir son ITW Blogueur

Ge : As-tu déjà participé à des interviews ?

Oui, seulement dans le cadre professionnel

 

1ère Partie

Ge : Bonjour, es-tu prêt(e) à être soumise à la question ?

Heu, rassure-moi, on n’est plus au Moyen Âge ?!, dans ce cas oui volontiers

 

Ge : Alors ici on va, je vais essayer de comprendre comment on en arrive à créer un blog et comment on anime celui-ci.

Mais avant cela je sais que mes lecteurs et lectrices sont curieux

Alors, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, oui je le demande même aux dames ! Surtout quand elle aime le noir !

 

J’ai 59 ans (en décembre c’est tout comme !) j’ai une formation scolaire Lettres Classiques avec le Latin mais sans le Grec car déjà plus assez de volontaires à l’époque pour ouvrir une classe, du coup j’en ai épousé un ! (ses grands-parents venaient des îles Grecques …). Au début je voulais être comédienne de théâtre : j’étais douée et j’adorais les rôles de bonnes dans les comédies puisque je n’avais pas le physique de jeune première !, mais l’Amour a changé mes plans, je me suis donc mise au service de mes concitoyens en passant le concours pour rentrer à l’ANPE en 1983 et j’y suis encore ! J’ai reçu une éducation où le sens du devoir est primordial – aider les personnes qui en ont besoin – toujours aller vers l’excellence c’est-à-dire toujours donner le meilleur de soi ce qui évite au maximum les regrets, ainsi que la certitude que seule l’indépendance financière permet d’être libre et indépendant justement ! Cela répond-il à tes questions ?

 

Ge : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

 La lecture ! Au départ mes parents se sont battus pour que je lise, ensuite ils se sont battus pour que j’arrête de temps en temps histoire de manger et aider au ménage !!! Je me souviens d’une anecdote : en CE1 il y avait une bibliothèque, j’ai terminé le premier livre que j’avais emprunté en une semaine, la maîtresse ne m’a pas crue, m’a traitée de menteuse, m’a giflée (pas très fort) et il a fallu que je lui raconte la suite d’extraits qu’elle prenait au hasard. Après cela, j’ai pu prendre tous les livres que je voulais quand je le voulais ! Chez nous on lisait et on faisait des mots croisés, on s’interrompait parfois pour partager une phrase ou chercher une définition, la télé en sourdine la plupart du temps…

 

 

Ge : Heu mais…elle est folle cette maîtresse, non ! Sinon dis moi comment abordait-on le livre chez toi ?

 Tout était bon à prendre, les romans historiques, les classiques, la SF, les polars, les animaliers, les explorateurs, les mémoires, bref tous les genres selon l’humeur du moment ! J’ai des souvenirs impérissables des œuvres de la comtesse de Ségur, d’un roman racontant la vie d’Hatchepsout, des chimpanzés avec Jane Goodall et le livre ‘expédition Orénoque-Amazone’ pour ne citer que ceux-là ! J’ai aussi étudié toute l’œuvre de Rimbaud avec ses poèmes en Latin à l’âge de 14 ans – quand on connaît les règles compliquées de la versification Latine c’est assez bluffant -, correspondance comprise (nous l’avions dans la Pléiade). On discutait beaucoup de ce qu’on lisait en échangeant nos idées, en débattant selon le contexte historique ou géographique ou politique selon le cas et il n’y avait qu’un juge de paix : le dictionnaire !!!

 

Ge : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Ça va être compliqué car je n’ai toujours pas de bibliothèque digne de ce nom, mes livres sont encore dans des cartons ou sur tous les meubles de la maison ! J’essaie de les ranger par auteur dans l’ordre chronologique afin de garder le vécu des héros récurrents.


Cela me pose problème pour l’écriture de mes articles quand je veux écrire sur Adamsberg ou Kay Scarpetta par exemple car je n’ai pas réussi à tous les retrouver, c’est une question de temps : il se trouve que je continue de travailler alors évidemment c’est plus long ! Je mets de côté ceux sur lesquels j’ai écrit un article et le note même sur la page de garde au cas où ! Même sans bibliothèque et avec tous mes livres à retrouver, je ne peux m’empêcher d’en acheter d’occasion la plupart du temps car mon banquier est très pointilleux ! Cependant, j’ai la grande chance d’avoir rejoint des groupes de lecteurs/auteurs sur les réseaux sociaux que je mets à l’honneur dans mon blog dès que je le peux ! On trouve des pépites que les grandes maisons d’édition boudent, c’est dommage mais je pense et espère qu’elles vont revoir leur stratégie à un moment donné…

Ge : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

 Plaisir du papier, son odeur, ses lignes et illustrations pour le livre. Quant à la lecture, c’est selon mon humeur et peut se résumer ainsi : apprendre (j’adore apprendre dans tous les domaines), m’évader, jouer à imaginer la suite ou trouver des jeux de mots, des contrepèteries ou autres amusements des auteurs… Lire c’est aussi vital pour moi que l’air qu’on respire ! Si je ne peux acheter des livres pendant un moment, je relis ceux que j’ai déjà !

 

Ge : Es-tu papier ou numérique ?

 Papier, définitivement ! Je suis prête à planter tous les arbres nécessaires pour continuer à éprouver le plaisir du bruit des pages que l’on tourne et l’odeur d’imprimerie ! Il y a bien sûr des exceptions, la France sans exception ne serait plus la France !, j’ai lu les œuvres de Saint Augustin en numérique via la BNF. Il se trouve que certaines œuvres sont financièrement plus accessibles par ce biais… Je voulais faire une étude comparée des Mémoires de guerre de De Gaulle que j’ai avec ceux de Churchill, bonne chance pour trouver ces derniers en français ! Je laisse de côté ce projet pour l’instant…

 

Ge : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

 Un peu dans mon enfance, je soutiens d’ailleurs toute initiative visant à les créer ou leur permettre d’acquérir de nouveaux livres. Pour autant, je préfère acheter car je suis incapable de me séparer d’un livre, excepté ceux que j’ai en double, mais ils sont très rares !  En revanche, je serais plutôt encline à leur prêter mes livres, la culture doit être à la portée de chacun et la lecture doit devenir un plaisir et non une obligation scolaire ! À ma mort, mes enfants feront ce qu’ils voudront de mes bouquins et de ceux de mes parents (que je n’ai pas encore rapatriés chez moi !) : les hôpitaux, les écoles, les bibliothèques municipales… Le choix est vaste pour donner.

 

Ge : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

 Petite fille, la confirmation que la lecture ouvrait les portes d’ un vaste univers

 

Ge : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

 Là où je vis, il y a peu de libraires, donc je passe plutôt par internet (Rakuten et maintenant Babelio) parfois la FNAC mais c’est cher et aussi Cultura plus pour les fournitures d’ailleurs (stylos, cahiers, encre etc.) que pour leurs livres. Les choix sont assez limités à mon goût dans ces magasins. Ou bien les grandes surfaces quand j’en ai l’occasion en format de poche.

 

Ge : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (Ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairies où je vais voir des auteurs, des librairies que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

 

Oups ! je viens de répondre à la question ! Pour autant, je vais m’intéresser de plus près aux salons littéraires en commençant par ceux proches de chez moi tant que je travaille, après je pourrai envisager de partir quelques jours pour découvrir non seulement les auteurs mais aussi avec mon mari tous ces coins de notre pays magnifique.

2ième Partie

 

 

Ge :  Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prêt(e) ?

 Yessss !

  

Ge : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

Tout dépend du temps et de mon état de santé… Disons qu’en moyenne je lis entre 2 et 4 livres par semaine… Je te laisse le soin de faire le calcul, j’ai toujours été nulle en maths !

 

 Ge :Facile du simple ou double ! Hihi  Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

 Je ne suis pas sûre de bien comprendre la question…

Disons que je ne m’impose pas un nombre de livres à lire dans un temps donné et que j’ignore combien de livres j’ai lus ces derniers temps ! En revanche je me souviens des titres ou des histoires ou des textes selon les cas. Cela répond-il à ta question ?

 

Ge : Oui c’est m^me mieux qu’un simple décompte en effet. Sinon… As-tu une PAL ?

 Oui, depuis peu ! Ce sont surtout des auteurs présents dans les groupes dont j’ai parlé plus haut ainsi que certains que j’aime particulièrement (Thilliez, Minier, Beuglet, Norek, Connelly et j’en passe…)

 

 Ge : Combien de livre dans ta PAL ?

 Impossible de te répondre précisément ! trop pour mon banquier et mon blog, s’ils le savaient : l’un me couperait mon compte et l’autre pourrait se mettre en grève !!! Je dirais une bonne quinzaine à acheter avec article à écrire ensuite !

  

Ge : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

 C’est assez nouveau pour moi, j’ai mes auteurs favoris (hommes ou femmes, je déteste l’écriture inclusive et je suis persuadée que tout le monde fait la différence entre le général et le particulier !) et je vais souvent au coup de cœur quand je découvre un titre, une couverture et ce qui me décide c’est la 4ème de couverture. Je regrette rarement mes choix.

Avec ma PAL je sais déjà ce que je vais lire et chroniquer, c’est assez pratique en fait, cependant je ne me mets aucune pression car rien de bon n’en sortirait et ce serait dommage autant pour moi que pour les auteurs que je serais dans ces conditions incapable de mettre en valeur dans mon blog.

 

  Ge : Alors…. Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

 Bizarrement, le polar livresque m’est venu assez tardivement, il y a environ 10 ou 15 ans… Je crois que c’est grâce aux séries télévisées et aux films noirs autant américains que français – du noir et blanc à la couleur donc de l’ancien comme du nouveau –  qui m’ont préparée mentalement, que je me suis intéressée quasi naturellement à ce genre très riche et varié.

Je suis quand même plus thriller pour l’approche psychologique et/ou ésotérique même s’il me semble qu’aujourd’hui la frontière est bien mince entre un polar et un thriller.

En fait tout me plait car j’apprends énormément de choses sur le fonctionnement des institutions des pays, je découvre des paysages urbains ou non, des mentalités, bref des sociétés bien vivantes dans le monde. C’est très enrichissant à tous les points de vue et j’admire les auteurs car ils font un fabuleux travail de recherche.

 

Ge : dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

 Question piège ! Dans la lignée de ce que je viens de dire, je vais dire à ma manière : j’aime les auteurs français, américains et nordiques (Islande comprise !), j’allais oublier un italien notamment… Je pense que je suis loin d’avoir lu tous les auteurs du genre alors je ne peux répondre autrement à ta question !

 

 Ge : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

 La trilogie sur la formule de Dieu (tu vois, en l’occurrence l’auteur est portugais !)

Oui je vois bien, José Rodrigues dos Santos en l’occurrence

La trilogie du Chuchoteur (et aussi son autre duo de héros !)

Là aussi je vois un certain Donato Carrisi

Et la dernière qui, sans être réellement du polar, en a tous les ingrédients : Tolbiac Juillet

Choix surprenant mais épatent que Tolbiac Juillet

D’accord ça fait plus que 5, mais quand on aime…!

C’est dur de choisir quand même, je les aime tous, snif, snif !

 

Ge : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

 Comme je l’indique plus haut, je n’en avais jamais ressenti le besoin, maintenant je vais m’y mettre pour les auteurs que je rencontre dans mes groupes de lecteurs/auteurs afin de les soutenir

 

Ge : Que penses-tu du coup que t’apporteront ces salons, ces rencontres ?

 Je l’ignore encore, mais j’espère beaucoup de chaleur, de bienveillance et de générosité, en tout cas c’est mon credo de vie.

 

3ième Partie Un blog ? Pourquoi un blog ?

   

Ge: Nous voilà dans le dur, on va sans doute enfin comment pourquoi, et comment on en vient à créer un blog.

  Alors dis-moi :  qu’elles ont été la motivation à la création de ton blog ? Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans la création d’un blog

 Au départ, je voulais me reconvertir, changer de métier puis je me suis dit qu’à 10-12 ans de la retraite c’était un risque inutile alors que rien ne m’empêchait de faire les deux, d’autant plus que je n’y connaissais rien en matière de blog et que je voyais un peu de tout et n’importe quoi sur le net ! J’ai un certain talent pour l’écriture et d’ailleurs j’écris dans mon petit coin de là à me prendre pour un écrivain, il y a un abîme ! Alors autant parler des livres, j’allie ainsi mes deux passions. Pour autant j’ai suivi une formation à distance et je me suis régalée ! Techniquement c’est encore un peu compliqué, mais je suis comme le bon vin, je m’améliore avec le temps ! Ce que je voulais et veux toujours c’est apporter des critiques positives, parler exclusivement de ce que j’aime, je comprends qu’on donne un avis négatif mais cela me fait peine pour les écrivains. Si je n’aime pas un roman je n’en parle pas, d’autres vont l’aimer et le dire, et par là-même me faire peut-être changer d’avis… Le but est de donner envie de lire, les gens sont assez grands pour faire leurs propres choix.

  

Ge: Comment ont choisi le nom de son blog ?

 Bonne question ! Cela m’est venu assez naturellement car j’aime les livres papier et quand on a eu la chance de pouvoir en toucher de différentes sortes on se rappelle certaines lectures historiques, donc le vélin s’imposait (plus simple et moins orienté que le papyrus). Ensuite la plume avant tout parce que j’ai appris à écrire avec ! Puis ce qui a été facilitant ce sont les images disponibles pour créer le logo.

Encore une anecdote : mes collègues, lors de mon départ vers mon nouveau lieu de travail, m’ont offert un énorme cahier en vélin recouvert de cuir ou peau avec les attaches qui vont bien plus un encrier, un plumier et les différentes plumes qui vont avec ! Il me reste juste à acheter de l’encre ! Mais c’est tellement beau que je n’ose pas encore y toucher. Ce sera mon livre spécial que j’utiliserai à la mode d’un journal, plus proche de celui d’un bourgeois de Paris que du journal intime ! Auparavant je veux me faire la main avec le plumier sur des cahiers usuels… J’en viens même à rêver d’enluminures, c’est tout dire !

 

    Ge : Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton  blog ?

Avril 2020 pour la création, quant au nom je viens d’y répondre ci-dessus sans le vouloir ! Désolée

J’aimerai une brève histoire pour expliquer comment a débuté son blog ?

Mon blog a débuté très doucement car je ne comprenais pas toutes les expressions et le fonctionnement, c’est toujours encore un peu le cas d’ailleurs. J’ai beaucoup regardé ce qui se faisait et j’ai été aidée par ma formatrice. Le plus dur pour moi a été le style à adopter et j’ai décidé de suivre mon ressenti pour chaque livre, donc un style parfois différent d’un article à l’autre

 

Ge : Pourquoi l’avoir nommé ainsi 

 C’est un peu comme mon animal totem : c’est moi !

 

Ge : Quel est le but de ton blog ?

 Donner envie de lire, de voyager à travers les univers des auteurs

  

Ge : Comment fonctionne celui-ci ?

 Comme il peut !  Sérieusement, quand je ne peux pas suivre la cadence pour diverses raisons (la santé en premier lieu), je lis les articles des autres blogueurs et je les reblogue s’ils me plaisent, cela leur permet d’avoir une audience plus large, même si la plupart sont déjà très suivis ! J’ajoute ma petite pierre à l’édifice

  

Ge : Où trouves-tu ton inspiration pour écrire tes articles ?

Tout d’abord dans le livre lui-même puis dans mon ressenti, mes questionnements, mes expériences, le contexte aussi… Passionnée d’Histoire mes modestes connaissances me permettent aussi une mise en perspective qui peut attirer le lecteur via un point de vue différent.

Ge :Comment les prépares-tu ?

C’est tout un rituel ! J’ai une trame que j’essaie de suivre mais j’écris d’abord sur un cahier (pas toujours le même ce qui me vaut des surprises assez comiques) : je mets le titre, j’indique si j’ai déjà pris la photo de couverture ou pas, puis la 4ème de couverture ou pas et j’écris selon ma trame. Je barre, je réécris, je barre à nouveau, je me lève, j’arpente la pièce en long en large et en travers seulement pour un mot que je ne trouve pas ! Parfois je finis par le trouver, parfois je décide de tout recommencer différemment. Je me suis aperçue que si je rencontrais trop de difficultés en écrivant c’est parce que je n’avais pas pris la bonne voie dès le départ. Puis je me mets sur l’ordi et je mets en page avec les photos, les liens sur les auteurs et autres personnages ou lieux, et je retranscris en modifiant decí-delà un mot, une virgule etc. Comme Flaubert, je serais du genre à me précipiter à l’imprimerie pour modifier un truc à la dernière minute !

 

Ge : À quelle fréquence postes-tu et comment tu t’organises ?

C’est malheureusement très variable pour l’instant, là je suis en train de lire le premier tome d’un auteur administrateur d’un groupe de lecteurs/auteurs et je pense pouvoir publier l’article en fin de semaine. Avant mes ennuis de santé, j’écrivais le mot du jour pour la semaine le week-end et tentais de sortir un article par semaine. Maintenant je dois revoir mon organisation pour continuer à un rythme plus lent, certes, mais plus régulier sans perdre en qualité, j’entends par là en restant moi-même : donc pas de pression pour garder le plaisir.

 

Ge : Comment fais-tu la promotion de ton blog et de tes posts ?

J’ai créé par obligation une page Facebook exprès et je suis sur LinkedIn. Ceci étant, j’annonce sur mon profil personnel FB quand il y a un article à paraître. Pour l’instant je me refuse à utiliser les fonctions promotionnelles de WordPress et de FB car je n’ai pas le temps ni les finances nécessaires pour le faire à temps plein ! Mais j’y pense pour l’avenir

Ge : : Combien de temps consacres-tu à ton blog par jour ?

 Là encore, tout dépend de mon état… Je ne peux donc m’y consacrer chaque jour, mais dès que je le peux, je fais au moins le minimum : lire les notifications et rebloguer

 

Ge : Que t’a-t-il apporté depuis sa création ?

 Beaucoup de bonheur, et la découverte d’une communauté assez soudée pour ce que j’en vois bien évidemment.

 

Ge : Qu’est-ce que ton blog a changé dans ta vie ?

J’écris beaucoup plus et me suis remise à mon roman, quand ma santé me le permet

Ge : Quel est ton meilleur souvenir de blogueur ?

Les remerciements d’un lecteur concernant mes reblogs qui lui permettent d’avoir une synthèse de ce qui se fait !

 

Ge : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi ! sur toi ou ton blog ?

 Lors d’un de mes séjours à l’hôpital, j’ai estomaqué le responsable du service en lui citant cette phrase de Sénèque ‘La douleur dépend de l’idée qu’on s’en fait’ j’ai quand-même un peu développé l’idée car la morale stoïcienne est parfois complexe et que je ne voulais pas qu’il puisse dire à un patient qu’il n’avait pas mal ! Mais il est vrai que lorsqu’on ressent une douleur inconnue, celle-ci semble plus intense qu’une autre dont on a l’habitude. De plus, et c’est là le concept essentiel, c’est plus la peur d’avoir mal que la douleur elle-même qui l’accentue, on le voit très bien avec les enfants par exemple.

  

Ge  :  Dirais-tu que tes habitudes de lecture ont changé depuis que tu tiens

 Pas vraiment non, je lis autant qu’avant.

 

Ge  : Dis-moi quand on a un blog, on est beaucoup sollicité(e) ? On a beaucoup de propositions ? D’ailleurs quel genre de propositions ? Et les SP, comment on les gère

 Ce n’est pas encore (?) mon cas mais j’aimerais bien que certaines maisons d’édition me confient leurs romans, cela se fera peut-être quand je serai à la retraite ! Je ne peux donc pas répondre pleinement à ta question

 

Ge : Te considères-tu comme un influenceur ? Pourquoi ?

Absolument pas tout simplement parce que je ne me fais pas connaître en tant que telle, ce n’est pas mon projet.

 

 Ge  : Quelle est pour toi la définition du bon blogueur ?

 Il doit donner envie de lire

  

Ge :  A ton avis : Quel est l’avenir des blogs dans l’avenir du livre ?

C’est un moyen d’expression ouvert à tous, il vivra tant que le livre vivra

 

Ge : Ne penses-tu pas que la blogosphère livresque sera saturée un jour

Je ne crois pas, disons qu’il arrivera ce qui arrive dans le monde des entreprises : si on s’endort sur ses lauriers on meurt ! Il faut se renouveler et travailler, comme pour tout ! Il y aura une sélection naturelle en quelque sorte…

 

Ge : Peux-tu donner deux conseils aux nouveaux blogueurs ?

Moi ?

Soyez vousmême et travaillez, prenez de la peine comme le laboureur le dit à ses enfants !

 

4e partie Instagram

 

Ge : Je crois que tu publies sur Instagram ?

Pas encore, mais cela m’intéresse, j’ai prévu de regarder de plus près cette bestiole pour l’apprivoiser et vice versa ! Il me semble que cela peut effectivement donner plus de lisibilité. Mais comme n’importe quel outil, je dois d’abord apprendre à m’en servir

 

Ge : Dis-moi qu’elle est la différence entre ces deux modes de partages ? Le blog et Instagram ?

Le blog est écrit alors qu’Instagram est plus centré sur les photos et les vidéo il me semble

 

Ge Lequel préfères-tu ? Et pourquoi ?

Je n’ai pas de préférence et pour ce que j’en ai compris, je crois que j’utiliserai Instagram pour promouvoir mon blog, avec les photos des livres dans un premier temps. Ensuite, pourquoi pas parler d’un livre en vidéo pour ceux qui ne veulent pas lire un article. Instagram est plus rapide

 

Ge : Quel genre de public touche-t-on avec Instagram que l’on ne touche pas avec un blog ?

Ceux qui sont pressés mais veulent tout connaitre sur les sujets qui les intéresse je crois…

 

Comment es-tu venue à Insta ?

Il faut vivre avec son temps !

 

Ge : A par la lecture et ton blog, tes réseaux sociaux, quelles sont tes autres passions dans la vie ?

Ma famille, c’est assez bateau et pourtant réel !  L’Histoire, tous les documentaires instructifs (pas de voyeurisme), certaines séries télé, la musique, les voyages et l’écriture, mais ça tu le savais déjà !

 

 

Ge : Pour terminer, y a-t-il d’autres questions que tu aurais aimé que je te pose sur ton blog ?

Et si oui, lesquelles, et peux-tu y répondre du coup !

 Tu as tellement bien fait ton boulot que… non !

 

Ge : Sinon…rien à ajouter ?

 Merci à l’équipe, j’adore ce que vous faites !

 

Ge : Oh merci ça me touche ça ! Et…Tu es certain(e) que c’est ton dernier mot ?

 J’adoooore ce que vous faites ! C’est bien comme ça ?

 

Ge : Très très bien Ouiiiii .

Alors un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ? (Mais pas des livres, hein !)

 

Coup de gueule : le niveau d’inculture de ceux qui nous gouvernent au niveau mondial malheureusement, me navre à en pleurer !

Gros coup de cœur : La capacité de la nature à se régénérer, avec ou sans nous, c’est magnifique. Notre planète est superbe et la Vie y est foisonnante.

 

Ge :  Ah et comme tu as un blog autour des polars, peux-tu répondre à cette dernière question : Que pensez-vous de l’évolution du roman noir-policier et thrillers en ce moment ?

Beaucoup suivent l’évolution de nos sociétés, d’autres se tournent vers le passé ou les ‘secrets’ et l’ensemble revient au même : l’étude de la nature humaine dans ce qu’elle de pire et de meilleur… Beaucoup de messages passent par ce biais, c’est aussi ce qui m’a rendue accro

 

Ge : Pour conclure : Que penses-tu de ces questions ?

Pertinentes et bien plus profondes qu’on pourrait le penser à première vue. On dévoile beaucoup de soi et c’est un exercice très difficile que de parler de soi-même, en tout cas en ce qui me concerne.

 

Ge :  Merci à toi pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar et sur….

amislecteurs.com Le Vélin et la Plume (c’est bien cela qu’il faut compléter ?)

C’est moi qui vous remercie mon collectif Polar adoré que je suis avec enthousiasme. A bientôt j’espère, et pourquoi pas pour de vrai ?

 

Ge : Ah oui ça Pascale ça serait vraiment le kif total, peut-être alors lors d’un salon qui sait ? !!!

5 réflexions sur “Blog à Part : Portrait de Blogueuse

  1. Encore une belle interview ! Enchantée Pascale 🙂
    J’aime beaucoup la citation que tu nous offres « La douleur dépend de l’idée qu’on s’en fait » ainsi que le coup de coeur pour la nature et la planète 🍃 Merci à toutes les deux 🙂

    J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s