Et si, pour une fois, on leur donnait la parole ? Saison 2 Episode 22

Et si, pour une fois, on leur donnait la parole ?

Saison 2 Episode 22

« Des interviews. Mais pas les habituelles rengaines égocentrées des auteurs. Parce que, finalement, dans un roman, qui va au charbon ? Le personnage ! »

Et si on leur donnait la parole ? S02E22

par Nick Gardel

Entrez, entrez donc. N’ayez pas peur. Pour tout vous dire, j’adore recevoir des personnages de roman. Surtout quand il s’agit d’un premier roman. J’ai l’impression qu’ils sont plus… comment dire… plus frais.

Bonjour, c’est vrai que c’est la première fois que j’ai l’occasion de m’exprimer avec mes propres mots. Non pas que mon auteure m’en empêche, non ! C’est une psychopathe, pas une tortionnaire ! Lol

Je suis Talia. J’ai pris vie dans les pages de l’Emprise des Sens, le premier roman de Sacha Erbel,mon pantin, euh… mon auteure. Je travaille dans une banque, et il y a peu, je me suis découverte une particularité. J’ai des racines vaudou en moi. Alors ça c’est une chose, mais quand les visions et les cauchemars sont arrivés, là, pas pareil. J’étais en vacances à la Nouvelle-Orléans, et j’avoue que je m’en serais bien passée. Pas des vacances, non, des visions de meurtres ! Ça a rendu ma vie bien plus compliquée, forcément !

J’imagine ! Mais parlez-moi de vous avant tout. C’est votre moment !

Je pense qu’au premier contact, on me perçoit comme quelqu’un de gentil, de lisse, peut-être un peu trop. La jovialité, c’est moi ça ! Certains me pensent même naïve je pense. Mais c’est souvent ce que l’on veut faire ressortir quand on a des failles, des blessures trop lourdes à cicatriser. On les cache derrière un masque de jovialité. Et j’irais jusqu’à dire que plus les plaies sont béantes, plus le masque est souriant, non ?

C’est une ambivalence qui a été prouvée plus d’une fois c’est vrai. Mais je me rend compte que je vous parle ainsi de durée. Peut-être n’avez-vous pas vécu si longtemps que ça. Combien de temps êtes-vous restée dans la tête de Sacha Erbel ?

C’est difficile à dire car je me suis invitée dans la tête de ma servante, euh… mon auteure par le biais d’une de ses meilleures amies, mais pfff ! Elle est loin d’être aussi complexe que moi. Elle n’est qu’une base de travail. Moi j’apporte la complexité, le relief au personnage. J’ai forcé mon auteure à montrer vraiment qui je suis moi, Talia.

Il fallait que les lecteurs sachent ! Et entre nous, Sacha m’a dit que c’était pour elle une évidence que de me donner quelques traits de son amie si proche. Une petite revanche aussi pour elle ! si l’on peut dire !

Depuis que le vaudou est entré dans ma vie, il prend de la place. Oh oui, beaucoup, beaucoup de place !

Ça modifie vos rapports ?

Je ne sais pas si elle vous l’avouera, mais elle a beaucoup de tendresse pour moi, je crois ! Je suis son premier personnage, créé dans son premier roman. Ce lien-là est unique !

Alors, dans ce duo, plutôt que ce couple, qui tient les rênes ?

Bien souvent, c’est moi qui l’emmène, Sacha, et j’entends parfois même sa surprise lorsqu’elle termine un chapitre, ou qu’elle croit trouver une idée lumineuse ! Elle ne s’en rend même pas compte. Je lui laisse reprendre le contrôle de temps en temps, et quand c’est le cas, faut voir ce qu’elle me fait faire !

J’imagine que vous discutez beaucoup ?

Je lui parle dans sa tête. J’étais la première, mais d’autres personnages sont arrivés ensuite ! Et des fois, on parle tous en même temps ! Franchement, c’est le bazar pour se faire entendre ! Tiens, y a Eugène qui est en train de brailler ! Vous ne connaissez pas encore Eugène Terredefeu ? C’est un nouveau qui s’est pointé récemment. Alors lui, c’est un bavard ! C’est quoi un trouble dissociatif de l’identité ?… Hein ?… Nannnnnn !

Je reviens à « ce qu’elle vous fait faire », est-ce que cela laisse de la place à la vie quotidienne ?

J’adore les films Bollywood, contrairement à Sacha qui déteste ! Jusqu’à ce qu’il m’arrive cette sombre aventure à la Nouvelle-Orléans, je vivais comme n’importe qui. Le shopping (mon armoire est remplie de fringues qui portent encore les étiquettes), les soirées entre copines, mon boulot dans une banque, et ma vie sentimentale… désastreuse.

Et plus encore !… Depuis que le vaudou est entré dans ma vie, il prend de la place. Oh oui, beaucoup, beaucoup de place !…

Il vous reste à conclure Talia.

Je suis Talia, et un jour, mes vacances ont viré au cauchemar, car, au-delà de mes nouvelles capacités, des crimes rituels sont venus tout remettre en question dans ma petite vie bien rangée.

Heureusement, j’ai rencontré une prêtresse vaudou, un flic de la crim’ et un médecin légiste qui m’ont aidée et guidée dans cette aventure. Mais je me suis faite surprendre, malgré tout ! Enfin, vous verrez !

7 réflexions sur “Et si, pour une fois, on leur donnait la parole ? Saison 2 Episode 22

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s