Mourir ne suffit pas de Danielle Thiery et Marc Welinski

Le livre : Mourir ne suffit pas de Danielle Thiery et Marc Welinski – Paru le 4 juin 2021 chez Anne Carrière -19 € ( 253 pages) ; 21 x 15 cm

 4ème de couverture :

Julia Domazan, psychologue réputée, anime chaque week-end Au cœur de la nuit, une émission radiophonique de grande écoute, basée sur un dialogue intime avec les auditeurs. Un soir d’automne, elle est interrompue par l’annonce d’une prise d’otages dans un restaurant huppé, place de la Madeleine. L’agitation règne à la rédaction, et Julia ne peut se défendre de l’impression étrange que cette soirée ne sera pas comme les autres. Elle reprend pourtant l’antenne et accepte un nouvel appel. Il s’agit d’une auditrice terrifiée, cachée dans une des pièces du restaurant où elle a trouvé refuge à l’arrivée des terroristes. Est-ce un hasard si Sylvie Pollet souhaite parler à Julia plutôt qu’à la police ? S’engage alors un tête-à-tête troublant entre les deux femmes, tandis que la prise d’otages se poursuit de façon dramatique et que la tension monte au sein de la police et des autorités politiques.

Les auteurs Danielle Thiéry fut la première femme commissaire divisionnaire en France en 1991. Elle a entre autres dirigé la sécurité d’Air France. Mauvaise graine, son premier polar a paru en 1997. Beaucoup d’autres ont suivi, dont certains ont été traduits. Elle est également l’auteur de la série télévisée Quai n°1 diffusée sur France 2.

Elle a obtenu des prix littéraires, notamment le Prix Polar et le Prix Charles Exbrayat pour Mises à mort, le Prix Gayant Lecture – Catégorie 3 pour Nuit blanche au musée et le Prix du Quai des Orfèvres 2013 pour Des clous dans le cœur.

Marc Welinski a effectué l’essentiel de sa carrière dans les médias. Il a été notamment chargé de mission à la direction du développement de France Télévision, puis directeur général de Pathé live. En 1997, il fonde avec Jacques Chancel la chaîne musicale Mezzo. Il mène parallèlement une carrière de romancier et a publié six thrillers, dont Le Syndrome de Croyde, qui a été adapté à la télévision pour France 2 en 2018 sous le titre Les Ombres du passé.
Extraits :
« Julia, étourdie par l’effervescence qui régnait dans le Bocal, était restée debout au milieu du groupe de journalistes postés sous les écrans qui diffusaient en boucle des images de voitures de police et de pompiers stationnant, gyrophares allumés, devant l’immeuble de la place de la Madeleine. Les commentateurs s’efforçaient de pallier le manque d’informations en décrivant le dispositif des forces de l’ordre au fur et à mesure qu’il s’étoffait. Plusieurs véhicules d’intervention étaient désormais visibles sur les lieux. L’un d’eux était équipé d’une plateforme hydraulique et d’un escalier qui permettait aux hommes de prendre de la hauteur. Un camion de pompiers avec une échelle pivotante de trente mètres de haut avait également été avancé, laissant présager un assaut dans les étages par la façade. »
« Plusieurs enlèvements crapuleux avec demandes de rançon, des histoires de forcenés aussi, à répétition, comme si, devenue électrique, la société suscitait toutes sortes de graves pétages de plombs avec des morts à la clef. Du coup, depuis un mois, rien n’allait plus avec sa femme. Il ne savait même pas si quelqu’un l’attendait chez lui, si même il avait encore un chez-lui. Il y avait le boulot, bien sûr. Mais surtout l’après-boulot. Le fameux sas de décompression, Lomy ne le passait plus jamais auprès de Clara. Franchement, il avait trop déconné, et son mariage allait dans le mur. Une fois de plus. C’était le troisième et il en était arrivé au point de se dire que, décidément, convoler n’était pas un truc pour lui. Si tant est que ce fût un truc pour qui que ce soit. Il y avait trop de tentations, plus dans ce métier que dans n’importe quel autre, et Lomy, tel un animal en chasse perpétuelle, était tout simplement incapable de se poser.

 

La chronique jubilatoire de Dany

Mourir ne suffit pas de Danielle Thiery et Marc Welinski

Que peuvent donc avoir en commun un homme de télévision, philosophe et manager et une ancienne commissaire divisionnaire ? L’envie de nous raconter une histoire bien ficelée et instructive. La rencontre de ces deux auteurs s’est faite chez leur éditeur et ma foi, le résultat est efficace. La fiction du philosophe confrontée à la réalité de la femme de terrain, offrent un suspense prenant et impliquant, instructif !
Instructif car le lecteur est plongé au cœur d’une prise d’otages et va voir se dérouler toute la procédure, toutes les tentatives d’y mettre fin, parasitées par les médias qui visent l’audience. Instructif aussi car il va s’immerger dans les méandres de la réflexion de la psychologue et de son interlocutrice …

Julia psychologue, anime une émission radio nocturne où elle dialogue avec des égarés. Elle reçoit l’appel d’une femme qui s’est cachée lors de ce qui se révèle être un acte de terrorisme … du moins toutes les apparences militent pour cette interprétation et dès lors la grosse artillerie des forces d’interventions spécialisées est déployée, mettant en présence des approches différentes. Des options, des conceptions, des théories vont alors s’affronter, toutes légitimes, argumentées et le lecteur prendra tantôt position pour la manière forte, tantôt pour la négociation. Quelle place doivent prendre les médias lors de telles crises ? Les citoyens doivent-ils tout savoir en direct au risque de faire échouer les tentatives de sauvetage ? Cette question récurrente nous interpelle tous.

De nombreux retournements, des révélations inattendues, vont faire croître l’angoisse à la manière des suspenses psychologiques hollywoodiens jusqu’à un épilogue surprenant. Le réalisme est au rendez-vous, provoquant l’empathie avec les personnages, les seconds rôles n’étant pas en reste.

J’ai beaucoup aimé ce thriller, j’en ai discuté avec Danielle Thiery qui m’a confirmé la rigueur appliquée à l’intrigue. Je n’en doutais pas, c’est la marque de fabrique de celle qui par ailleurs a publié en 2011 BRI : histoire d’une unité d’éliteun document où déjà le lecteur pouvait découvrir les dessous des interventions ultimes.

Visuel aussi, peut-être ce roman aura-t-il un jour une seconde vie en images ? Je nous le souhaite à tous !

Autre extrait
« Une forêt de micros luttait pied à pied avec les quelque vingt caméras qui allaient donner aux populations avides de sensationnel les dernières nouvelles du front.
Le procureur Pierre-Yves Féval s’était installé dans le grand salon de l’hôtel Picq, un peu plus haut sur la place, à l’angle du boulevard Malesherbes. Cette autre enseigne de luxe avait été réquisitionnée pour la circonstance. Un imposant dispositif de protection avait été mis en place. Le magistrat, connu et charismatique, ainsi que les substituts du Parquet antiterroriste qu’il avait fait venir en renfort devaient être préservés, en tout premier lieu, des effets de contagion. Les affaires criminelles en général, terroristes en particulier, suscitaient toujours des vocations parmi les déséquilibrés et ceux qui étaient tentés de se prendre pour des héros. Le procureur s’éclaircit la voix pour obtenir l’attention. »

6 réflexions sur “Mourir ne suffit pas de Danielle Thiery et Marc Welinski

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s