Prendre un enfant par la main, François-Xavier Dillard

Le livre :  Prendre un enfant par la main de François-Xavier Dillard – Paru le 01/10/2020 chez Belfond. Réédité en poche chez Pocket, Thriller n° 18201 le 23 septembre 2021.

4e de couv :

Prendre un enfant par la main

Un instant. Un seul instant. Elle a desserré son étreinte, lâché sa main, laissé le pire arriver…

Quatre ans après la mort de Clémentine dans un accident de voilier, Sarah n’a toujours pas fait le deuil de sa fille. Rongés par la culpabilité, son mari et elle naviguent encore en pleine tempête. Et soudain : comme une éclaircie… Gabrielle a les cheveux bouclés de Clémentine, les yeux verts de Clémentine. L’âge exact qu’elle aurait eu. Peu à peu, Sarah s’attache à la fille adolescente de leurs nouvelles voisines, comme à une seconde chance. Avis de gros temps à l’horizon…

Cette fois, Sarah ne lâchera pas.

L’auteur : François-Xavier Dillard est né à Paris en 1971. Après des études de droit et de gestion, il intègre un grand groupe énergétique français au service des Ressources Humaines puis à la Communication où il cultive son goût pour l’écriture et la narration. Son premier roman « Un vrai jeu d’enfant  » sort en 2012. Prendre un enfant par la main de François-Xavier Dillard est son 7e roman, le 6e en solo.
Extraits: 
« — Ça va ? Qu’est-ce qui se passe ?
Marc ne répond pas tout de suite, il a sorti son smartphone et pianote nerveusement sur l’écran de l’appareil. Au bout de quelques secondes qui semblent des minutes à Sarah, il redresse la tête et lui prend la main.
— Rien… C’est juste que… l’avis de tempête est confirmé.
Sarah ne veut pas inquiéter les enfants et elle reste silencieuse. Mais une colère sourde monte peu à peu en elle. Elle se souvient parfaitement des recommandations du type de la capitainerie, au port de Calvi. Plus que des recommandations, cela ressemblait bien à un avertissement. « Si j’étais vous, franchement, je ne traverserais pas, monsieur. Si ça se confirme, ça va être dur, ça va taper dans tous les sens. La mer, entre nous et le continent, elle peut être terrible. »
Une fois de plus, Marc n’en avait fait qu’à sa tête. Il avait prétexté une audience au tribunal pour un de ses plus gros clients, audience à laquelle il devait absolument être présent, avait affirmé que le bateau était solide, neuf, lui avait rappelé qu’il naviguait depuis l’âge de douze ans avec son père. Il l’avait finalement prise dans ses bras et en la regardant droit dans les yeux lui avait dit : « Fais-moi confiance, chérie, ça va aller. » Pourtant, cette confiance, Sarah est en train de la perdre tout à fait lorsqu’elle regarde son mari, le visage tendu, accroché à son téléphone. Il n’a même pas touché à son assiette. Il se lève et repart sur le pont, avant de revenir quelques secondes plus tard.
— Bon, nous allons avoir du gros temps, les enfants. Lorsque je vous le dirai, il faudra que vous restiez dans la cabine. Et vous mettrez vos gilets, bien sûr. C’est valable pour toi aussi, chérie. Enfin, toi, je voudrais que tu sois avec moi, on ne sera pas trop de deux. Je remonte sur le pont… Sarah, tu me rejoins dès que vous avez fini… ? »
« — N’approchez pas, restez où vous êtes, tous. Et puis, vous, dit-elle en s’adressant au curé, gardez votre espérance, gardez vos sermons. Ma fille n’est pas au ciel, elle n’est pas avec les anges…
Sarah s’accroche au cercueil et avec un mouvement de rage, elle le renverse sur le sol dans un fracas épouvantable. Un cri monte de l’assemblée. Du cercueil entrouvert s’échappe une poupée de chiffon, une vieille poupée très simple, juste habillée d’une robe à carreaux rouges. C’était la préférée de Clémentine, la seule qu’elle gardait encore pour s’endormir. Sarah se précipite pour la ramasser puis, se relevant, elle se met à hurler.
— Elle n’est même pas dans ce cercueil ! Personne ne sait où elle est, personne ne sait où est… son corps.
Sur ces derniers mots, sa voix s’est brisée en un sanglot déchirant. Marc, comme un robot, se lève et se dirige vers sa femme. Il tente de la prendre dans ses bras mais elle se libère puis le regarde. Fixement. Il y a dans ses yeux une haine immense, une haine que seul le désespoir d’une mère peut faire naître.
— Ne me touche pas, plus jamais, c’est ta faute, tout ça, ta faute !
Puis elle s’effondre sur le sol, la poupée serrée entre ses mains, les épaules agitées de terribles soubresauts.
Au premier rang, un petit visage s’est tourné vers la scène, il n’y a plus de larmes sur ses joues, seulement une peur indicible dans ses yeux, une peur abyssale et une intense culpabilité. « 

Le petit avis de Kris

Prendre un enfant par la main, François-Xavier Dillard

Sarah et Marc vivent dans le deuil et la douleur depuis la disparition dans un naufrage de leur fille, Clémentine. L’arrivée de nouveaux voisins change leur quotidien grâce à leur fille Gabrielle, qui ressemble tellement à Clémentine qu’à côté d’elle Sarah revit. Mais les démons se réveillent une deuxième fois, quand le destin de Gabrielle bascule dans l’indicible.

Lorsque FX DILLARD vous prend par la main, impossible de la lui faire lâcher . Et vous le suivez, gentiment, sur des chemins qui vous conduisent vers, hélas, des realités bien présentes de nos jours.
Comment deviner que son enfant s’enfoncent dans le néant et comment l’aider sans l’affronter directement ?
Une histoire qui, malheureusement, peut arriver sans qu’un parent y soit réellement préparé même si le malheur est amplifié. Un très bon récit qui donne à réfléchir. Très vite lu car une fois commencé , l’auteur sait vous tenir « la main » !

11 réflexions sur “Prendre un enfant par la main, François-Xavier Dillard

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s