Les rencontres de Fanny H : Aurélien et Thot

Les rencontres de Fanny H pour Collectif Polar

Hello, voici une rencontre, un ptit coup de pouce pour un jeune gars qui le vaut bien.

Bonjour Aurélien. Alors, dis-moi tout, qui se cache derrière « Thot : livres d’occasions » ?

Derrière « THOT : Livres d’occasions », c’est une équipe de 15 personnes et une armada de bénévoles, tout cela supervisé par des dizaines d’investisseurs.
C’est faux : il n’y a que moi. Aurélien. Je fais tout de A à Z. À partir de trouver les livres jusqu’à la mise en ligne manuellement en passant par la communication et les déplacements.

Oui c’est un faux choix car financièrement je ne peux pas me permettre d’avoir des salariés, mais dans l’avenir si j’ai l’opportunité de pouvoir embaucher, je pense que je le ferai au dernier moment. Je veux que mon activité reste à taille humaine. Humaine dans ses valeurs, humaine dans son fonctionnement, humaine dans ses principes. Et sinon, justement, moi en tant qu’humain : c’est tout simplement un petit garçon qui se réfugiait dans les livres car le monde réel n’était pas assez intéressant.
Puis j’ai eu la chance d’avoir certains contacts, et beaucoup d’audace, pour entrer dans le monde du livre et plus particulièrement celui des bouquinistes : tout s’est fait très naturellement avec une bonne dose de chance.

Pourquoi ce nom et que signifie-t-il ?

Thot est le dieu de l’Égypte antique de l’écriture, de la culture, des connaissances, donc pour moi indirectement des livres. J’étais passionné par l’Égypte antique étant petit. Un jour, en voiture, j’ai eu le cliché du « flash » comme dans les films, le nom m’est apparu et c’était évident. C’est tout. Rien de plus. Pas de brainstorming avec une équipe de com, ou quelconque autre mot en « —ing« .

Viens-tu d’un environnement de lecteurs ? Es-tu tombé dans un rayon de livres étant petit ?

Pas du tout. Dans ma famille personne ne lit. Personne n’a jamais compris pourquoi j’avais cette attirance envers le livre mais apparemment c’est depuis toujours.

Quelles ont-été tes premières lectures ?

Les Super Picsou Géant ! Mais attention seulement Picsou. Pas Mickey, je n’ai jamais aimé Mickey.

Et sinon j’ai eu une longue période où je ne lisais plus rien. De 10 à 15 ans environ. J’ai été dégouté par les lectures imposées à l’école. Je pensais que les « livres pour adultes » étaient tous aussi ennuyants. Soit dit en passant : je ne comprendrais jamais pourquoi on impose de lire des gros classiques poussiéreux à des collégiens et des lycéens alors que certains adultes ne sont pas capables de les lire. Qui plus est, nous avons de grands auteurs en France encore en vie ou morts assez récemment pour ne pas devoir aller rendre visite aux vieux os d’auteurs dont on connaît déjà la qualité d’écriture.

Pour revenir au sujet, j’ai découvert Franck Thilliez par hasard vers 16 ans avec Vertige. C’était une véritable claque du début à la fin. Oui, on peut lire quelque chose sans bailler toutes les deux pages. Oui, un livre peut être aussi intéressant qu’un film ou une série. Oui, on peut lire quelque chose de divertissant et pourtant apprendre des informations et apprécier du « bon français », pas forcément besoin des vieux classiques pour cela.

Bref, la semaine suivante j’avais acheté toute la bibliographie de Thilliez (en occasion bien sûr), et aujourd’hui j’ai une collection de ses livres en édition limitée, ainsi qu’un exemplaire d’Il était deux fois avec un de ses dessins, dédicacé et numéroté, limité à 100 exemplaires. Je recherche toujours Conscience animale en papier !

Un auteur préféré ? Un genre préféré ?

Vous vous en doutez, forcément Franck Thilliez ! Pour moi il a le potentiel d’un jour dépasser Musso et devenir l’auteur le plus lu en France. Il y a TOUT dans ses livres, et surtout une très très bonne construction scénaristique, c’est millimétrée.

Et sinon Preston & Child ! Ce sont des auteurs américains qui écrivent à quatre mains. Les intrigues sont souvent assez simples, les personnages ne sont pas extraordinaires, ce n’est évidemment pas au même niveau qu’un Franck Thilliez, mais j’aime bien. C’est un peu comme un épisode de Dr House ou Monk: on sait d’avance ce qu’il va se passer parce que c’est toujours un peu la même chose, mais pourtant on continue de regarder et on attend avec hâte la suite.
Je ne peux pas ne pas (bonjour la double négation) parler de Stephen King ! Car mon livre préféré de tous les temps —dans les livres que j’ai lus pour le moment bien sûr— est Running Man !

En découverte après tout le monde, j’ai lu à sa sortie le dernier Carrisi. Je n’avais encore jamais lu de Carrisi car son Chuchoteur a des critiques si élogieuses que j’ai peur de lire et de trouver tout fade par la suite. J’ai donc lu son dernier livre La maison des voix car c’était un indépendant, et j’ai été bluffé ! Le style est fluide, la construction du scénario est aussi puissante qu’un Thilliez, il y a des rebondissements toutes les dix pages : je l’ai lu en deux jours.

Bien sûr je ne peux pas tous les citer mais : Chattam, Cedric Sire, Norek (Impact, son dernier livre, est d’utilité publique, lisez le par pitié), McDermid, Peter James, la liste est longue.

Dernière petite recommandation car c’est un auteur pas encore reconnu, du moins pas assez. Négo, de Laurent Combalbert. C’est son premier livre et je trouve qu’il y a un potentiel fou. Rien de révolutionnaire bien sûr. Mais ça se lit tout seul et pourquoi réinventer la roue si elle roule !

Trouves-tu le temps de lire ? 

Non. Pas assez. Je suis plus souvent en train de ranger, répertorier, trier, chercher, récupérer, acheter, agencer, étiqueter des livres, que de les lire. Et bizarrement quand je passe toute la journée à manipuler des livres, le soir l’envie de lire est éteinte. Elle est plutôt présente en pleine journée. Quand je range des livres, de temps en temps je lis les résumés et je me dis « oh celui-ci a l’air bien ! », « intéressant celui-là ». Et hop dans la Pile À Lire !

Et en ce moment je suis très occupé avec le développement perpétuel de la boutique en ligne ainsi que les préparations pour l’ouverture de la boutique physique (dans le Nord, dans la CCHF) en mi-octobre.

As-tu une autre passion ?

Les films, les séries, les jeux-vidéos. Le trio barbant que tout le monde pourrait répondre. Mais ça fait bien longtemps que je n’ai pas regardé de films ou de série dans son intégralité. Je n’ai tout simplement pas le temps ni l’envie. Quand je cherche un média divertissant je préfère un livre. Ou alors des documentaires pour apprendre des choses inutiles donc indispensables !

En série je conseille DARK ! Ne vous laissez par berner par les premiers épisodes qui trainent en longueur : cette série est un bijou de construction scénaristique. Je n’en dis pas plus car on peut facilement dévoiler des éléments importants de l’intrigue sans faire attention, mais croyez-moi : vous avez rarement vu une fiction aussi aboutie sur tous ses points.

Quel auteur rêverais-tu de rencontrer et pourquoi ?

Franck Thilliez bien sûr, parce qu’il doit être absolument passionnant ! Maxime Chattam a l’air particulièrement sympathique également. C’est compliqué de répondre à cette question car je sais parfaitement qu’en face à face j’oublierai la moitié de ce que j’ai envie de dire !

As-tu déjà pensé toi-même écrire ?

Bien sûr ! Le mot « penser » est très bien choisi car pour le moment tout se passe —principalement du moins— dans ma tête. En planification. J’écris de temps à autre, ça arrive, parfois, rarement, les soirs de pleine Lune.
Les connaissances, en apparence sans intérêt, citées juste au-dessus me serviront d’ailleurs un jour ou l’autre dans des projets d’écriture. Pour le moment je préfère planifier mes histoires, apprendre comment écrire —car oui écrire ça s’apprend, on peut avoir des facilités c’est certain mais ça s’apprend— donc mes idées resteront dans les fonds de tiroirs le temps qu’il faudra. Par exemple j’ai déjà une idée de grande trilogie de polar/roman d’aventure/espionnage que je nourris depuis plusieurs années. Une saga de Science-fiction au stade embryonnaire. Des one-shot basés sur des idées que je trouve amusantes. Mais je laisse mijoter tout ça tant que je considère que je ne suis pas capable à 100 % d’écrire.

Peut-on te croiser au cours d’un salon littéraire ?

Lorsque j’écris ces lignes, à ma connaissance, non. Cependant on peut me retrouver (presque) systématiquement en vente physique aux marchés aux livres mensuels à Esquelbecq, le seul village du livre au Nord de Paris, tous les 3e dimanche du mois. De temps à autre j’organise des événements, notamment des salons de thé littéraire avec le salon de thé de la Ferme 201 d’Hondschoote. Il y aura probablement quelques événements à partir de novembre jusque fin décembre. Et dans la boutique physique à l’ouverture en mi-octobre bien sûr. Pour être au courant je vous invite à suivre la page Facebook « THOT: Livres d’occasions ». Et sinon sur la boutique en ligne « THOT: Livres d’occasions », sur la plateforme « j’achète en CCHF« . Il y a un petit millier de livres actuellement en ligne et j’en ajoute fréquemment !

Quels sont tes projets ? Tes envies professionnelles ? Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Pour le moment je suis dans les derniers préparatifs pour l’ouverture de la boutique physique en mi-octobre (dans le Nord, sur le territoire de la CCHF), je ne m’attends pas à un succès fou car je serai dans un coin assez peu dynamique, mais j’espère que ma clientèle qui réclamait une boutique physique sera au rendez-vous et que cela me donnera l’opportunité de rencontrer de nouvelles personnes avec le temps ! Comme déjà dit je développe toujours, et de plus en plus, la vente en ligne en essayant d’élargir mon offre au maximum pour que tout le monde puisse trouver quelques chose (lien direct vers la boutique en ligne: https://www.jacheteencchf.fr/13-culture-loisirs-et-high-tech#/boutique-thot_livres_d_occasions )
Dans le futur j’aimerai ouvrir une véritable boutique physique, avec pignon sur rue et une belle vitrine, dans un village dynamique si possible. Je pense à Bergues notamment, mais les prix des loyers ne sont absolument pas envisageables. Je ne dis pas que la boutique physique qui ouvre mi-octobre sera inintéressante. Je dis simplement que ce sera plutôt « un point de vente physique » pour dépanner et avoir une présence physique, qu’une véritable boutique.
D’ailleurs, pour moi être présent en physique c’est important car je suis convaincu que c’est ce qui a failli me couler pendant le second confinement de novembre : je n’ai pu faire aucun grand événement pour la période de Noël à cause des restrictions et j’ai complétement raté cette période de forte activité. J’espère donc que cette année tout mon investissement et mes bonnes intentions seront récompensés sinon mon avenir sera bien incertain…
Quand je prendrai le temps, j’aimerais lancer une chaîne YouTube autour des livres, du métier de bouquiniste, et de la culture en général. Mais ça prend énormément de temps, et surtout de la motivation que je n’ai pas vraiment en excès. Je le fais déjà un peu via mes posts sur Facebook.

Et dans un futur très très lointain —c’est-à-dire quand j’aurai assez de revenu pour vivre de mon activité de bouquiniste, ce qui n’est pas encore le cas— j’aimerais ouvrir une deuxième boutique pour faire découvrir ce métier à une autre personne et pouvoir faire vivre quelqu’un d’autre de cela. Mais c’est tout. Rien de plus. Je ne veux pas devenir tentaculaire, gargantuesque, comme certains. Je l’ai dit au début : je veux rester humain. On ne peut pas à la fois vouloir concurrencer les grands groupes, avoir la folie des grandeurs, se développer à tour de bras, et garder un service de qualité avec de la proximité. Ce n’est pas possible. Je pense très sincèrement que tous les bouquinistes et libraires peuvent coexister sans que personne ne se fassent de concurrence. Il suffit que chacun reste à sa place et ne souhaite pas écraser tous les autres dans le but de créer un monopole malsain. « Ensembles, défions les monopoles malsains des géants du livres d’occasions, la Fnac, et autres Amazon !  « J’ai probablement oublié de parler de certaines choses importantes, mais dans tous les cas : merci pour votre soutien, bonjour aux nouveaux, et bravo pour avoir lu jusqu’ici j’espère que c’était pas trop ennuyant.

À bientôt !

Merci Aurelien d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Et non ce n’était pas ennuyant du tout, au contraire, très intéressant de te connaître un peu mieux. Je te souhaite beaucoup de succès car tu le mérites en te démenant comme tu le fais pour le Saint-Graal qu’est la lecture. Bonne continuation et à bientôt pour de nouvelles aventures dans ta nouvelle boutique qui ouvre le 6 octobre à 14h. (Pour plus de suspense, l’adresse sera communiquée sur la page facebook le 5 octobre).

6 réflexions sur “Les rencontres de Fanny H : Aurélien et Thot

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s