Le sang du désert, Alicia Gaspar de Alba

Le livre : Le sang du désert de Alicia Gaspar de Alba, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Santiago Artozqui. Paru le 19 avril 2012 aux Presses de la Cité dans la collection Sang d’encre. epub   14,99€. (429 p.) ; 23 x 14 cm

4e de couv : 

Ivon revient à El Paso, où elle est née, afin d’adopter avec sa compagne le bébé de Cecilia, une jeune Mexicaine. Avant même qu’elle puisse les rencontrer, Cecilia et l’enfant sont assassinés avec sauvagerie. Horrifiée, Ivon découvre alors l’existence misérable de ces ouvrières que les industriels américains exploitent à deux pas de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Mais sa curiosité déplaît aux truands locaux, et Irene, sa soeur âgée de seize ans, est enlevée. Si Ivon ne fait rien, Irene ne sera bientôt plus qu’un corps mutilé et abandonné dans le désert. Pour la sauver, Ivon doit affronter seule les tueurs, les flics corrompus et la loi du silence.

L’auteur : Alicia Gaspar de Alba est né le 29 juillet 1958 à El Paso, Texas près de sa frontière avec Ciudad Juárez.Elle a obtenu un baccalauréat en 1980 et une maîtrise en 1983 en anglais de la Université du Texas à El Paso, et un doctorat. en études américaines en 1994 de la Université du Nouveau-Mexique. Pour ses étudiants, elle est connue sous le nom de La Profe ou Gaspar et enseigne actuellement des cours sur la conscience des frontières, l’écriture créative bilingue, la littérature chicana lesbienne, la culture populaire du quartier et des cours de troisième cycle sur la théorie Chicana. En 1994, elle a été l’un des six membres fondateurs du corps professoral du Centre César Chávez pour l’enseignement interdisciplinaire dans les études de Chicana et Chicano à Université de Californie, Los Angeles. Gaspar de Alba a présidé ce département de 2007 à 2010 et a travaillé à l’approbation et à la mise en œuvre du deuxième doctorat. programme à Chicana / o Études à UCLA. Depuis 2013, Gaspar de Alba préside le département d’études LGBTQ de l’UCLA, où elle travaille également sur une proposition de premier doctorat. programme d’études LGBTQ dans la nation. Gaspar de Alba a beaucoup publié et ses romans, histoires et poésie ont remporté plusieurs prix littéraires. Sa thèse de doctorat « Mi Casa Es Su Casa: La politique culturelle de l’art chicano » a remporté le 1994 Ralph Henry Gabriel Prix ​​de l’American Studies Association. Son travail a été publié en plusieurs langues et se concentre principalement sur le genre et la sexualité. Son roman de 2005 Sang du désert: les meurtres de Juárez a remporté le Prix ​​littéraire Lambda du meilleur roman policier lesbien et du Latino Book Award du meilleur roman policier

 

Extrait :
Elle reporta son attention sur l’article. Il mentionnait un chimiste égyptien, arrêté en 1995 pour le meurtre d’une de ces femmes et accusé d’avoir organisé sept autres assassinats, perpétrés par Los Rebeldes, un gang local. « La plupart ont été violées, plusieurs mutilées, et nombre d’entre elles jetées dans un endroit désert, comme des vieux moteurs dans une casse. »
Ivon recopia cette phrase dans le cahier où elle notait des idées pour sa thèse. Les femmes de Juárez n’avaient rien à voir avec son domaine de recherche, mais elle commençait à penser qu’elles auraient fait un bien meilleur sujet d’étude.

 Le post-it de Ge

Un livre choc, une auteure à découvrir, voilà ce que je peux vous dire sur ce seul roman Alicia Gaspar de Alba traduit en français.
Mais alors que nous raconte « Le sang du désert »
Entre El Paso et Juarez, des centaines de jeunes femmes ont été enlevées, violées, torturées et tuées, dans l’indifférence générale. Ivon, revenue pour adopter un bébé va devoir se battre seule contre les tueurs, les policiers corrompus et la loi du silence, pour sauver sa jeune sœur.
Alicia Gaspar de Alba est universitaire, romancière et essayiste. Engagée dans la lutte pour les droits des homosexuels, a su donner une voix aux disparues de Juarez. Son roman nous plonge dans la réalité du Mexique d’aujourd’hui, un pays gangrené par la misère et la violence, mais qu’elle ne peut s’empêcher d’aimer.
En 2005, Blood désert (Le sang du désert), consacré aux meurtres Juárez a obtenu le Prix littéraire de la Fondation Lamda et le Prix du livre latino pour le meilleur thriller en langue anglaise.
Le sang du désert aborde tout un spectre de violence qui empoisonne la frontière mexicano-américaine. Il nous parle des injustices du traitement des immigrés mexicains, de féminicides bien sûr mais surtout de la corruption qui touche les institutions gouvernementales des deux côtés de la frontière, et de la police qui laisse faire ou qui fait aussi…
Bien que publié en 2012 ce titre est toujours disponible en numérique, alors ne passez pas à coté foi de Porte Flingue. Je peux le dire ce polar engagé est un coup de cœur aussi.

7 réflexions sur “Le sang du désert, Alicia Gaspar de Alba

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s