Isabelle Villain à l’honneur : #50 Septembre 2021

Isabelle Villain à l’honneur : #50 Septembre 2021

Le cinquantième « Auteur à l’honneur » sur Collectif Polar sera à nouveau une autrice et une auteure française qui plus est !

Et c’est Isabelle Villain que j’ai choisi de mettre en avant.

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Isabelle qui poursuit cette nouvelle rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! 
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

J’ai choisi Isabelle pour des tellement de choses diverses que c’est difficile de toutes les révéler ici.

Mais disons que j’ai eu la chance de faire un déjeuner avec mes lectrices du Kawa littéraire et Isabelle et que celle-ci à su enchanter ces serial lectrices que sont  ses dames du club de lecture avec son écriture alors qu’au départ elles ne sont pas du tout des amatrices de polar. Et elle a achevé de les séduire lors de ce presque face à face entre notre autrices et ses nouvelles fans !

Parce que j’ai aussi invité Isabelle pour un Apéro polar. Malheureusement annulé pour cause de COVID. Mais un Apéro que nous avons fait tout de même sous forme d’interview ICI. Et j’espère bien pouvoir réinviter Isabelle en 2022 si elle le veut toujours….

Je n’oublie surtout pas qu’Isabelle est une de nos flingueuses car j’aime aussi Isabelle parce qu’elle a su garder un vrai regard de lectrice et que celui-ci est à la fois critique et bienveillant quand elle parle des livre de ces petits camarades

Et puis parce que Isabelle est une femme généreuse et passionnée.


Isabelle Villain à l’honneur : #50 Septembre 2021

Sa biographie

 

C’est Isabelle qui va vous parlez d’elle aujourd’hui :

Étant donné mon âge avancé 😊, je vais tenter d’être concise. J’ai 55 ans. Je suis née au Maroc, un pays pour lequel je garde une affection toute particulière. J’ai fait une école de commerce, un troisième cycle de publicité – les années 80, c’était l’âge d’or des agences de pub-, puis je me suis orientée vers les médias. La presse grand public tout d’abord comme chef de pub, puis l’organisation de salons professionnels. Depuis 2014, j’ai la grande chance de pouvoir me consacrer entièrement à l’écriture.

Dans mon enfance, autant que je m’en souvienne, c’est plutôt le sport et la musique qui prenaient le pas sur la lecture. Mon père était un grand sportif et ma mère une passionnée d’opéra. J’ai commencé à lire en CM2 grâce à un instituteur extraordinaire.

La lecture dans mon milieu familial aujourd’hui tient une place importante : mon mari est un très gros lecteur. Mon fils s’est mis à l’écriture de nouvelles. Quant à moi, je suis d’abord une lectrice avant d’être une auteure.

J’ai commencé à lire vers 10 ans, mais mes premiers véritables souvenirs et coups de cœur littéraires furent pour Agatha Christie qui reste pour moi la reine du roman policier. Après j’ai lu tous les Exbrayat, les Simenon. J’ai toujours été attirée par ce genre de littérature. Il stimule l’imagination et le cerveau. On cherche les indices. On se met à la place de l’enquêteur. C’est très divertissant. Désormais, je suis plutôt adepte des polars. J’ai toujours un peu de mal avec les thrillers très noirs ou bien gore, même si j’avoue avoir découvert certains auteurs qui excellent dans ce domaine.

Aujourd’hui je suis une inconditionnelle de Pierre Lemaitre depuis « Alex ». Quand j’aime un auteur, je lis tout de lui. Olivier Norek avec un énorme coup de cœur pour « Entre deux mondes ». J’aime beaucoup Jacques Saussey, découvert à Polar Osny l’an dernier. Karine Giebel était pour moi l’une des meilleures, mais j’ai été déçue par les deux derniers. Grâce aux salons, j’ai découvert Armelle Carbonel, Sandrine Collette, Sandrine Destombes. J’ai aussi découvert de nombreux autos édités vraiment bons. Et comme je suis très « corporate », j’ai lu tous les auteurs du catalogue de Taurnada et il y a en a vraiment d’excellents.

Bibliographie

J’ai découvert Isabelle avec Peine capitale  (2014) et Âmes battues (2016)

Ces premières versions depuis ont été rééditées chez Taurnada en numérique

Peine capitale

Elle marchait tranquillement dans la rue puis le trou noir. Une sensation de brouillard intense, un mal de tête lancinant et une odeur d’éther ou peut-être de chloroforme dans la bouche. Mais pourquoi elle ? Que pouvait bien lui vouloir son kidnappeur ? Cela n’avait aucun sens.

À partir d’un cadavre découvert dans un lac du bois de Boulogne, le commandant Rebecca de Lost, chef de groupe au 36, quai des Orfèvres, s’engage dans une enquête tortueuse. Le corps est demeuré trop longtemps dans l’eau, les chairs sont trop gonflées pour permettre son identification… Les policiers de la célébrissime Crim se lancent dans des investigations en vue d’élucider une série de crimes. Quel est ou quels sont les liens entre ces assassinats ? Qui est ou quels sont ces criminels morbides ?

 

Âmes battues

Un claquement métallique puis le bruit sourd d’un corps s’effondrant sur le sol. Un geste qui aurait pu ruiner une carrière prometteuse. Un souvenir qui, à n’en pas douter, hantera longtemps le commandant Rebecca de Lost.

Traumatisée par l’issue de sa dernière enquête, réintégrée à la tête de son groupe au 36 quai des Orfèvres, elle est chargée d’élucider le meurtre d’une prostituée. S’agit-il d’un crime commis par son souteneur ou un client ?

Les enquêteurs de la Crim’ se retrouvent confrontés à un psychopathe diaboliquement intelligent dont l’ambition est de battre la police à son propre jeu et dont l’unique choix est d’aller jusqu’au bout de sa manipulation. La partie était perdue d’avance. Lui le savait, les flics pas encore.

Des bas-fonds de Paris aux tréfonds de l’âme humaine, Isabelle Massare-Villain propose une nouvelle intrigue où la violence psychologique prend le pas sur la violence physique.

Le dernier que j’ai lu et qui fut un de mes coup de coeur du début d’année : A pas de Loup

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein coeur des Alpes-de- Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.

Mais L’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.

Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.

Votre pire cauchemar…

 

 

 

 

Sans oublier

Mauvais genre (2018)

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.

Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

 

 

 

 

 

 

Blessures invisibles (2020)

Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main.

La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient.

Dans le même temps, le « tueur au marteau », demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service.

Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

 

 

 

 

 

 

Et à venir en janvier de l’année prochaine De l’or et des larmes (2022)

Une affaire à suivre donc

Voilà, j’espère que j’ai réussi à vous faire découvrir le petit monde d’Isabelle. Mais aussi vous avoir donner envie de la lire.

Si c’est le cas, m’hésitez surtout pas à nous faire part de vos retours de lecture, nous pourrions même les publier sur Collectif Polar si vous le souhaitez !

Alors à très vite !

3 réflexions sur “Isabelle Villain à l’honneur : #50 Septembre 2021

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s