Les assassins, R.J. Ellory

le livre : Les assassins de Roger. Jon. Ellory. Traduit de l’anglais par Clément Baude. Paru chez Sonatine en 2015. Réédité en poche le 5 octobre 2016 chez Le Livre de Poche, Thriller n° 34299; 8€90. (665 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Les assassins

New York, 2006. Quatre homicides sont commis en quinze jours, selon des modes opératoires très différents. Seul John Costello, documentaliste au New York City Herald, inépuisable sur les tueurs en série, voit un lien entre eux. Il a en effet découvert que chacun des meurtres a été perpétré à une date anniversaire, chaque fois celle d’un célèbre crime exécuté par un serial killer, d’après une procédure rigoureusement identique. Épaulé par Ray Irving, inspecteur au NYPD, et Karen Langley, journaliste au City Herald, John va se livrer à la traque de cet assassin très particulier.

R. J. Ellory poursuit son exploration du mal américain, interrogeant cette fois notre fascination pour les monstres.

 

l’auteur :R. J. Ellory est né en 1965. Après, entre autres, Seul le silence et Vendetta, Les Assassins est son huitième roman publié en France chez Sonatine Éditions. Son 12e roman, « Le jour où Kennedy n’est pas mort » est sorti cet été

 

 

 

 

 

 

Extrait : 
– Vous avez entendu parler d’un type nommé Kenneth McDuff ?
– Pas du tout.
– Exécuté en novembre 1998 pour avoir commis un triple homicide en août 1966…
– Le 6 août, non ?
– Pile-poil. Le 6 août. Un triple assassinat. Deux jeunes retrouvés dans le coffre d’une voiture. Une fille retrouvée à un kilomètre ou deux de là, étouffée par un manche à balai. Il avait un complice, un demeuré qui s’appelait Roy Green. McDuff était un animal sans âme. Vous savez ce qu’il avait dit à Green ?
Irving fit non de la tête.
– Tuer une femme, c’est comme tuer un poulet. Dans les deux cas, ça couine.

 

Le post-it de Ge

 

New York, quatre meurtres en quinze jours, quatre modes opératoires différents. Personne ne fait le rapprochement entre eux, sauf John Costello, documentaliste au City Herald. Ces meurtres ressemblent à d’anciens crimes commis par des tueurs célèbres. Karen et Ray l’aident à enquêter sur ce tueur en série.

Magistral !! Le seul mot qui convient !! Comme à son habitude, R.J. a une façon bien à lui d’aborder le sujet ! On ressort de ce livre essoré et c’est tellement fort qu’on pense déjà au prochain !!! Une approche complètement originale, mi polar – mi thriller, une savante décortication des tueurs en série, et des personnages aux petits oignons !! Quelle maestria !!

8 réflexions sur “Les assassins, R.J. Ellory

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s