Reikiller de Laurent Philipparie

Le livre :  Reikiller de Laurent Philipparie – Paru le 03 juin 2021 chez Plon – collection Plon Roman – 20€.  ( 336 pages) ;  14 x 22 cm

4ème de couverture :

À Sarlat, Jenny, acrobate professionnelle, et Didier, officier de gendarmerie, forment un couple uni autour de Luna, leur fille de cinq ans. Mais depuis qu’une tumeur cérébrale a été diagnostiquée chez la fillette, leur bonheur familial vire au cauchemar. Alors que la médecine échoue et que le pronostic vital de Luna s’assombrit, Virginie, ancienne star du music-hall et patronne charismatique du cabaret Le Satyre Rieur, leur propose un traitement alternatif en lien avec la pratique du reiki, une technique de guérison non-conventionnelle basée sur les flux d’énergie et la réincarnation…
Incrédule, Didier noie son chagrin dans le travail. Les corps de deux touristes allemandes sont retrouvés dans une grotte sarladaise et, non loin de là, quatre squelettes sont découverts dans ce qui ressemble à un charnier de la seconde guerre mondiale. Avant de mourir, les deux touristes ont été scalpées, puis séquestrées et torturées. Un premier suspect, déjà condamné pour viol, est interpellé puis rapidement innocenter. Mais l’homme affirme avoir vu le tueur, le
« Lébérou », mi-homme mi-animal issu de la légende périgourdine qui s’accroche à ses victimes pour leur transmettre sa malédiction.
De son côté, Jenny se laisse initier, sans trop y croire, au reiki. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, Virginie décide de faire venir sa maître reiki
du Japon. Aïna Saito serait à l’origine de plusieurs cas de guérison inexpliquée. Quelques jours après une première séance d’Aïna autour de la petite Luna, la tumeur a réduit de 22 %. Déstabilisés mais fous de joie, Jenny et Didier reprennent espoir. C’est alors qu’Aïna disparaît en laissant derrière elle un morceau de son cuir chevelu. Tout porte à croire qu’elle a été enlevée par l’individu que recherchent les enquêteurs.
Une immense traque commence alors pour neutraliser celui qui s’inspire de la légende pour tuer, retrouver Aïna vivante et… sauver Luna.

L’auteur : Né à Sarlat, en 1973, Laurent Philipparie est criminologue, officier de police, romancier et conseiller littéraire.
Entré à 27 ans dans la police, il commande aujourd’hui des unités de terrain dans l’agglomération bordelaise.
Son goût de l’écriture, il le fait partager à des lycéens, dans le cadre de missions interministérielles.
Après quinze ans à la BAC, il publie son premier roman, « Ne regarde pas l’ombre » (2016). Laurent Philipparie est aujourd’hui commandant de police à Bordeaux. Après Lectio Letalis (Belfond, 2019), Reikiller est son deuxième roman.
page Facebook : https://www.facebook.com/laurent.philipparie

 

Extraits :
« — Derrière chaque épreuve se cache une problématique. Le reiki les apaise, t’apprend à les identifier, à les comprendre et à les accepter. Alors, elles se métamorphosent et disparaissent.
— Il y a longtemps que je ne crois plus aux prières.
— Tu m’étonnes !
C’était surprenant. Virginie avait une approche assez pragmatique du religieux, finalement pas très éloignée de celle de Jenny. Elle regrettait que ce troisième millénaire, longtemps annoncé comme spirituel, ait sombré dans l’adoration des idoles, dans la pédophilie, le terrorisme, le communautarisme, les mouvements sectaires… Elle s’était tournée vers le reiki, car lui produisait des résultats tangibles. »
« Les psys sont souvent plus dérangés que leurs patients. Ils se basent sur des mécanismes qui fluctuent selon la mode et se contredisent tous les dix ans. Ces gens-là sont très forts pour décortiquer, analyser, étaler les difficultés. Par contre, ils sont impuissants à les résoudre. C’est leur faute si nos sociétés occidentales souffrent autant ! Tout est somatisé et devient maladie sans remède. Ça nous donne l’impression de contrôler nos vies alors qu’en réalité on les subit comme une fatalité. »
 

La chronique jubilatoire de Dany

Reikiller de Laurent Philipparie

Laurent Philipparie délaisse la banlieue bordelaise et son personnage récurrent pour nous inviter en Périgord. Sarlat ! Rappelez-moi quelle est sa ville natale ?

Il n’abandonne pas pour autant les sujets qu’il affectionne : les sectes, le paranormal si toutefois le reiki entre dans cette classification.

Selon Wikipédia, « Le reiki est une méthode de soins non conventionnelle, d’origine japonaise, fondée sur des soins dits « énergétiques » par imposition des mains. Elle a été fondée par le Japonais Mikao Usui à la suite d’une révélation mystique qui l’aurait conduit à la fin du XIXe siècle à recevoir les « clefs de la guérison ». »
C’est parce que Virginie, la patronne de Jenny, en est une adepte et que la fille de celle-ci est en danger, que le reiki devient un personnage à part entière de ce thriller.

D’une part, une micro-société sous influence dans une boîte de nuit et d’autre part, la rationalité de la Gendarmerie vont s’affronter au chevet de Luna. Parallèlement une hécatombe chez de jeunes touristes allemandes va attirer l’attention des enquêteurs sur le mythe du Lébérou, version locale du loup-garou.

Lecteurs, laissez donc faire l’auteur, lui seul sait où vous emmener, avec précision, un style efficace, percutant et l’assurance d’une fin rationnelle … ou pas ! A lire donc sans modération ce roman palpitant, truffé de références locales et historiques qui devraient vous attirer agréablement dans les alentours de Sarlat.

Lu en version numérique 13.99 €

Je remercie #Reikiller #NetGalleyFrance et les éditions Plon pour leur confiance et l’auteur pour son accueil toujours chaleureux lors des salons … d’ailleurs il nous promet un nouveau thriller pour début 2022 !!!!!!

 

Autres extraits :
« La psychose collective était inflammable. Toutes les heures, la radio diffusait un appel au calme, rappelant que derrière une porte pouvait se trouver un voisin. En Périgord les habitants avaient la superstition et le coup de feu faciles. La peur du loup était présente dans les gènes. On se serait cru revenu quarante ans en arrière, au beau milieu de l’affaire Francis Leroy. Les soirs de pleine lune, ce fou s’introduisait dans des maisons pour séquestrer, violer et parfois même tuer ses victimes. À l’époque, pendant le procès, la population avait réclamé « la tête du loup-garou ». »
« D’un côté, l’histoire de Joséphine Baker était si exceptionnelle qu’elle ouvrait de vastes champs de réflexion. D’un autre, il était difficile d’associer sa généreuse personnalité à des actes aussi sordides. Elle avait été sur tous les fronts : première danseuse noire accédant au rang de star européenne ; symbole sexuel des Années folles ; agent de renseignement des services français ; militante en faveur des droits civiques… Son style avait éveillé les mentalités et influencé les arts et la mode. »

14 réflexions sur “Reikiller de Laurent Philipparie

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s