« Les d’ici – Les 10 si… » Ian Manook

« Les d’ici – Les 10 si… » Ian Manook

Par Sylvie K

LES D’ICI……. IAN MANOOK

Si vous étiez un personnage de Roman/fiction ?

Eddie Anderson, le personnage de L’arrangement, d’Elia Kazan

 

Si vous n’étiez pas auteur ?

Je serais écrivain ou romancier…

 

Si vous étiez un personnage homme ou femme de polar/Roman noir ?

Jean Valjean, parce que les Misérables est le plus beau des romans noirs…

 

SI vous aviez écrit le roman d’un autre lequel serait-il ?

La trilogie Hunter de Roy Braverman, évidemment !

Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le sang-mêlé indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son oeuvre ?

 

 

 

 

 

 

 

Crow

Hunter et Crow, deux fugitifs accusés de crimes odieux, décident de s’isoler au coeur des Brooks Range pour échapper à la loi. Mais l’obstination d’un ex-agent du FBI déclenche une chasse à l’homme sans pitié dans les terres rudes et immenses de l’Alaska. Traqueur ou traqué, homme ou femme, prédateur ou victime, peu importe : le système ne pardonne jamais. Surtout pas aux innocents !

 

Freeman, le dernier volume de la trilogie américaine de Roy Braverman qui se déroule en Louisiane

« Howard regarde de loin le vieil Omer, debout dans la pirogue, le fusil à la main. Personne ne parle. Le bayou s’éclabousse de la démence vorace des alligators. Quelques minutes à peine. Si vite, en fait, que chacun imagine, sous l’eau moirée des derniers reflets mauves et noirs du crépuscule, les sauriens plongeant sous les pirogues… »

Bienvenue dans la Louisiane noire de Roy Braverman.

Un polar puissant comme un ouragan sur le bayou, épicé comme un jambalaya créole, enivrant comme un Ramos Gin Fizz, endiablé comme un air de zydeco, envoûtant comme le parfum des belles-de-nuit et sensuel comme La Nouvelle-Orléans.

Une écriture hypnotique qui n’a rien à envier aux grands écrivains de la Louisiane. Il y a du James Lee Burke dans ce Braverman-là

 

Si vous pouviez rencontrer un auteur mort ou vivant ?

Les auteurs de la Bible et du Coran réunis pour leur apprendre la vraie vie.

 

Si on vous proposait d’adapter un de vos livres en film ?

Laisser faire et ne pas m’en occuper. C’est peut-être en cours pour la trilogie Mongole.

Si vous aviez peur ?

J’ai peur de ce que les autres peuvent faire de moi, ou pourrait me forcer à devenir. Bon, c’est vrai qu’avec l’âge, il y a de moins en moins de risque!

 

Si vous deviez fuir, combattre ou vous adapter ?

fuir pour mieux combattre, à la Horace.

 

Si vous pouviez proposer le « Goncourt » du polar ?

sans hésitation à Franck Bouysse. Ou alors Romain Slocombe…

 

Si vous nous présentiez votre dernier livre ou celui en cours d’écriture ?

En octobre dernier paraissait en poche Askja paru en octobre 2019, le deuxième volume de la trilogie Islandaise,

Askja

Dans le désert de cendre de l’Askja, au coeur de l’Islande, le corps d’une jeune femme assassinée reste introuvable. Prés de Reykjavik, des traces de sang et une bouteille de vodka brisée au fond d’un cratère, mais, là non plus, pas de cadavre. Et dans les deux cas, des suspects à la mémoire défaillante.

Ces crimes rappellent à l’inspecteur Kornélius Jakobsson, de la police criminelle de Reykjavik, le fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 1970 : deux meurtres sans cadavres, sans indices matériels, sans témoins, que des présumés coupables finissent par avouer sans en avoir pourtant le moindre souvenir.

 

 

Le dernier en date de Ian Manook L’oiseau bleu d’Erzeroum

 

L’odyssée tragique et sublime de deux petites filles rescapées du génocide arménien.

1915, non loin d’Erzeroum, en Arménie turque. Araxie, dix ans, et sa petite soeur Haïganouch, six ans, échappent par miracle au massacre des Arméniens par les Turcs. Déportées vers le grand désert de Deir-ez-Zor et condamnées à une mort inéluctable, les deux fillettes sont épargnées grâce à un médecin qui les achète comme esclaves, les privant de leur liberté mais leur laissant la vie sauve.

Jusqu’à ce que l’Histoire, à nouveau, les précipite dans la tourmente. Séparées, propulsées chacune à un bout du monde, Araxie et Haïganouch survivront-elles aux guerres et aux trahisons de ce siècle cruel ? Trouveront-elles enfin la paix et un refuge, aussi fragile soit-il ?

C’est autour de l’enfance romancée de sa propre grand-mère que Ian Manook, de son vrai nom Patrick Manoukian, a construit cette inoubliable saga historique et familiale. Un roman plein d’humanité où souffle le vent furieux de l’Histoire, une galerie de personnages avides de survivre à la folie des hommes, et le portrait poignant des enfants de la diaspora arménienne.

Et en 2021 est sortie aussi 2 titre de Roy Braverman

Manhattan sunset 

La découverte d’un corps supplicié, dans une casse de ferrailleurs du quartier de Flushing, à New York, va forcer l’inspecteur Donnelli à affronter ses propres fantômes. Hanté par la mort de son coéquipier, le deuxième en quinze ans, il va mener l’enquête à sa façon, brutale et obstinée. Pour découvrir finalement, impuissant devant l’horreur, qu’il y a des vengeances qui s’imposent et des pardons qui ne veulent rien dire. Avec pour toute consolation l’alignement annuel et flamboyant du Manhattanhenge, quand le soleil couchant prend en enfilade la 42e rue. Comme un indice éclaire soudain un crime d’une vérité nouvelle et fugace, avant que tout, la ville comme la vie de Donnelli, ne sombre à nouveau dans l’ombre.

 

 

Pasakukoo

L’été indien dans le Rhode Island, un manuscrit disparu, deux écrivains rivaux, et la violence des passions qui prend le pas sur la littérature. Un vrai page-turner d’été, captivant et lumineux, mené de main de maître par un roi du suspense.

Le corps noyé d’une jeune romancière prometteuse, égérie annoncée d’une nouvelle génération d’écrivains, est repêché dans les eaux du lac Pasakukoo.

À égale distance des résidences de deux auteurs à succès, meilleurs ennemis du monde par ailleurs. Un manuscrit disparu et un autre, encore secret, dont la seule existence fait trembler deux puissantes familles de la région, un shérif qui a de bonnes raisons de détester les écrivains, un avocat noir qui en a de mauvaises de les défendre, et voilà que les mots deviennent des armes, et les pages blanches des linceuls.

Alors, entre les rancoeurs d’hier et les menaces de demain, se déchaînent sur les rives du Pasakukoo les violences et les passions, les ambitions et les trahisons, et jusqu’à d’improbables rédemptions. Un roman pour l’amour des mots, une intrigue pour la passion du suspense.

2 réflexions sur “« Les d’ici – Les 10 si… » Ian Manook

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s