Fusion froide, Patrick F. Cavenair

Les livres oubliés de Ge

 J’ai eu entre les mains, il y a presque dix ans la première version de ce roman  paru aux édition de l’Aube qui portait alors comme titre Fusion froide : l’autre histoire du groupe AZF. Jai lu une soixantaine de page et je l’ai reposé puis oublié. Je suis retombé dernièrement sur une version poche de ce roman et là je l’ai repris et terminé. Et j’ai vraiment bien fait !


Le livre : Fusion froide de Patrick F. Cavenair. Paru le 16 mai 2019 aux Ed. de Borré dans la collection Polar en poche. 8€50. (635 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Dans la journée du 3 mars 2004, plusieurs milliers de cheminots sont sollicités dans l’urgence par le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, pour inspecter 32 000 km de voies ferrées. Sous certaines d’entre elles, un groupuscule terroriste, dénommé « AZF », a dissimulé des bombes à retardement. Au même moment, un congrès international réunit des scientifiques venus partager leur espoir de développer une énergie du futur aux propriétés exceptionnelles : la fusion froide. L’un d’eux disparaît dans la cathédrale de Bourges.
Le commissaire Marchelieu et le journaliste Ventadour vont sonder les secrets des rues médiévales de la cité berrichonne. Les bâtiments et leurs souterrains sont d’étranges livres de pierres qui révèlent des secrets alchimiques et des crimes ritualisés. Une toile hermétique couvre de son ombre le Palais Jacques-Coeur, les cabinets secrets du ministère de l’Intérieur, le Dôme de Milan, le massif de la Sainte-Baume ou encore le château de Vaux-le-Vicomte…

L’auteur s’inspire ici d’enquêtes réelles, dont certaines résolues quatorze ans après les faits, en 2018.

Ce roman ouvre le cycle des enquêtes de Marchelieu et Ventadour dans lesquelles les alcôves feutrées de l’État se heurtent à l’imprévu des plus sombres folies humaines.

L’auteur : Patrick F. Cavenair est né en 1967. Parisien d’origine, amoureux de nos régions, auteur de romans, Patrick F. Cavenair se passionne pour les différentes formes du pouvoir : politique, économique et spirituel. Parallèlement à une carrière de journaliste et de consultant, il a parcouru les lieux les plus insolites de France en tentant de comprendre leur symbolique, sociale, historique et esthétique. S’appuyant sur de nombreuses sources, les romans de Patrick F. Cavenair remontent les engrenages de la vérité et de la fiction et nous font partager les coulisses du pouvoir avec la précision d’un horloger.

 

 

 

Extraits : 
 » D’un pas vif, Andrée Lemaire s’éloignait du dolmen de marbre et de verre qui chevauche le parvis de La Défense. Elle suivait la bande de pierre blanche qui longe la bouche de métro et dont l’alignement en porte à faux rappelle le très léger décalage de la cour du Louvre et de sa pyramide. À travers huit siècles de construction, les architectes ont triché avec l’axe historique de Paris. La voie royale se tordait à ses extrémités, de Philippe Auguste à la Ve République. Pour s’orienter dans l’espace, il faut emprunter au temps.
Une légère bruine commença à précipiter le pas des piétons qui rejoignaient les stations de la gare souterraine. La femme au chignon roux se dirigea vers la plus haute tour du quartier. Elle s’engouffra dans le grand hall, retira ses lunettes et présenta sa carte d’identité à une hôtesse.
À présent, les chiffres défilaient à toute vitesse de chaque côté de la porte de l’ascenseur. Sa serviette en cuir sous le bras, Andrée Lemaire desserra les boutons de son manteau humide puis tira sur ses gants en cuir. Un tintement annonça l’ouverture des portes.
Après quelques pas, Ladislas Klosinsky atteignit la galerie du triforium qui domine d’une vingtaine de mètres la nef principale de la cathédrale. C’est un balcon resserré et sans balustrade qui donne d’un côté sur un mur, et de l’autre sur le vide. Ladislas sentit sa tête lui tourner horriblement. Il appuya son bras sur l’une des colonnettes qui soutiennent la série d’arcades de la nef et du chœur. Il s’arrêta un instant et ferma les yeux, déstabilisé par le vertige et l’alcool. Il devait avancer pour trouver l’objet de ses recherches. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il distingua tout en bas le bedeau qui marchait entre les chaises. Il entendit sa voix nasillarde traverser la lumière pâle des luminaires suspendus à la voûte :
– Il est l’heure, c’est la fermeture !
Klosinsky ricana et commença sa progression. »

 

 » Tout à coup, derrière la porte, une profonde vocifération déchira le silence, suivie par un fracas métallique. Le bedeau écarquilla les yeux. Son visage étonné se transforma vite en un masque d’inquié­tude. Une bête ou un monstre n’aurait pas hurlé plus fort. Ce cri interrompu mêlé à un effroyable remue-ménage de fer ou d’acier était pourtant bien celui d’un homme. Un écho plus effroyable encore rebondit sous les voûtes de la cathédrale avant de s’éteindre dans un silence absolu. Télus retira sa clef de la serrure et comprit pourquoi le mécanisme était resté rebelle à ses efforts : il n’avait pas pris la bonne clef. Il agita en tout sens son trousseau à la recherche du sésame qui ouvrirait enfin la porte, ce qui ne l’aidait pas à aller plus vite. »

 

Le post-it de Ge 

Fusion froide de Patrick F. Cavenair

Voici un premier roman déstabilisant.
Mais voyez plutôt :
La disparition mystérieuse dans la cathédrale de Bourges d’un éminent spécialiste de la fusion froide met en alerte le journaliste Pierre Ventadour et le commissaire Marchelieu. Quel lien peut-il y avoir entre cette disparition et le gigantesque chantage crapulo-terroriste organisé par un groupuscule dénommé « AZF » ? Les maîtres chanteurs exigent le versement d’une importante somme d’argent et la restitution d’un énigmatique document contre la révélation des coordonnées de plusieurs bombes dissimulées sous les rails du TGV. Le ministère de l’Intérieur est en ébullition. Au même moment, trois meurtres ritualisés conduisent vers de curieux indices laissés il y a plusieurs siècles par deux anciens ministres de Charles VII et de Louis XIV… Et si la fusion froide était un puissant secret alchimique réclamé par ces terroristes ?

Après la disparition du spécialiste de la fusion froide, nos deux enquêteurs vont trouver sur leur chemin trois meurtres et une conseillère du ministre de l’Intérieur. Leur but ultime sera de stopper le chantage du groupe terroriste AZF.

Meurtres ritualisés (avec indices vieux de plusieurs siècles) secrets alchimiques, groupe terroriste, enquêtes réelles, tout est ici en place pour brouiller les pistes.

D’ailleurs je l’avoue, j’ai eu beaucoup de mal à renter dans ce polar. L’auteur prend vraiment son temps pour mettre en place son scénario et ses personnages. Peut-être un peu trop, j’ai bien failli ne pas reprendre ce titre après l’avoir posé alors que j’avais déjà lu plus de soixante pages. Pourtant, j’étais un poil intrigué, où voulait en venir Patrick F. Cavenair. Alors j’ai repris ma lecture et j’ai bien fait car l’intrigue en elle-même débute réellement au premier quart de ce roman. Heureusement il reste encore plus de trois cent pages à l’auteur pour développer son histoire. Un brin de complotisme, un soupçon d’ésotérisme Patrick F. Cavenair, dans ce premier roman policier, joue avec nos peurs et nos fantasmes. Il sème le trouble dans notre esprit et nous propose une histoire qui oscille entre la fiction et la réalité. Un polar étonnant donc, ni vraiment subversif, ni séditieux, pas non plus réellement provocateur, juste un polar dans l’air du temps qui nous fait passer une bon moment de lecture.

 

 

Une réflexion sur “Fusion froide, Patrick F. Cavenair

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s