Inconditionnelles de Marlène Charine

Lu dans le cadre du prix des lecteurs du salon de Gujan

Le livre : Inconditionnelles de Marlène Charine. Paru le 7 avril 2021 chez Calmann-Lévy dans la collection Calmann-Lévy Noir. 20€50.  (397 p.) ; 22 x 14 cm

Trois mères, une flic et cette question : que mérite celui qui a brisé un enfant ?
par l’auteure de Tombent les anges, la révélation du polar 2020

« Venez ! Elles sont là ! » La capitaine Silke Valles et son équipe viennent d’investir une maison délabrée sur les hauteurs d’Annecy.
Au sous-sol, une des trois fillettes enlevées dix jours auparavant gît, inconsciente, dans une baignoire remplie de glace.
Les deux autres sont recroquevillées à côté, terrifiées mais indemnes.
Le ravisseur a été abattu dans l’assaut, l’affaire est donc officiellement close.
Et pourtant, insidieusement, d’indice en indice, une interrogation fait son chemin dans l’esprit de la capitaine Valles, mais aussi dans celui de Garance, Cora et Blandine, les mères des trois fillettes : et si ça n’était pas fini ?

Tombent les anges, le premier roman de Marlène Charine, paru en 2020, a reçu le prix du Polar Romand, prix Sang pour Sang Polar, prix Découverte du journal L’Alsace

L’auteur : Née en 1976 à Lausanne, Marlène Charine est très vite passionnée par la lecture et les mots en général.
Elle s’essaye tout d’abord à de nombreux genres de l’imaginaire au travers de nouvelles et d’un premier roman, Le Projet Alice, avant de trouver son domaine de prédilection dans le thriller, qu’elle pimente volontiers de fantastique.

 

Extraits :
« A ce stade, ce n’était plus de la compassion mais de la pitié dégoulinante, du miel bon marché importé d’Asie. Quel besoin entretient le commun des mortels de tout savoir, même les détails les plus glauques, de se complaire dans le morbide ? un certain frisson, et le sentiment rassurant de se dire que c’était arrivé à quelqu’un d’autre ? peut-être. Tout le monde ralentit pour observer les restes d’un carambolage sur la voie opposée de l’autoroute. »
« D’aucun disent que le pire, c’est de ne pas savoir. D’attendre dans l’incertitude, de ne pouvoir qu’espérer. Silke n’en était pas tout à fait convaincue. Dans certains cas, l’ignorance s’apparente à un bienfait. La vérité… La vérité à une vilaine tendance à vous exploser à la gueule comme une grenade artisanale, vous laissant défiguré à vie. »
« La ventilation poussive expire un air froid et sec dans le vaste bureau déserté par les membres de son équipe. Seul son écran d’ordinateur y brille encore. Comme chaque soir, elle est la dernière sur le pont, bien au-delà de ce qu’une vie sociale harmonieuse peut admettre. Cela ne la perturbe pas. Personne ne l’attend pour partager un dîner et échanger des anecdotes sur la journée écoulée. Ni mari, ni amant, ni famille. Pas même un chat à qui servir une portion de croquettes. Dans cette optique, elle préfère rester tard, même sans travailler vraiment.
L’esprit ailleurs. Ou plutôt à une autre époque.
Perdue dans une frange du passé qui, elle le sait, ressurgira tôt ou tard. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Inconditionnelles de Marlène Charine 

Au début du roman l’auteur nous révèle ce qui pourrait être une « happy end » d’une triste histoire dont le récit fait l’objet de retours-arrière. Mais voilà, pour ces trois mères, le retour de leurs filles n’appose pas le mot « fin », le calvaire n’est pas terminé ; elles vont devoir accompagner les victimes directes ou collatérales dans la reconstruction, la résilience. La fliquette aussi semble avoir souffert par le passé, qui donc est Gabriel ? Sa triste réalité se révélera au fil des pages et Silke pourra alors rejoindre le combat des trois femmes au destin bouleversé.

Trois fillettes enlevées, martyrisées, violées et retrouvées choquées, mutiques ou caractérielles, confrontées aux « voyeurs », à ceux qui se repaissent du malheur des autres en louant que ça ne soit pas à eux que ça arrive.

Un roman psychologique, noir, où l’auteure nous entraîne dans l’empathie, celle de la vengeance, de la violence. Un monde de femmes où les conjoints prennent peu de place : réalité génétique ou conjoncturelle ?

L’action se passe sur plusieurs époques : celle des faits, celle des origines du mal, celle des aveux, celle de la reconstruction. Un déroulement qui rend parfois la narration trouble et ambiguë, qui entraîne le lecteur sur de fausses pistes même si le dénouement final est prévisible. Une écriture agréable à lire même dans les moments les plus noirs, sans voyeurisme inutile font de ce thriller une belle découverte, un bon moment de lecture.

Je remercie l’équipe de la médiathèque de Gujan-Mestras qui en sélectionnant ce roman pour le prix des lecteurs 2021, m’a permis cette découverte.

5 réflexions sur “Inconditionnelles de Marlène Charine

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s