BRI : Les formes de l’ombre de Philippe Deparis

BRI Les formes de l’ombre de Philippe Deparis, préface Georges Salinas. Paru le 27 mai 2021 aux éditions Mareuil  dans la collection Polar 36. 18€ ; (270 pages) ; 22 x 14 cm
4ème de couverture
Seb, Martial, Djamel, Fabien, Lucas et Samantha font partie de la BRI, l’unité d’intervention de la PJ parisienne. Ces six policiers partagent un métier passionnant, risqué mais surtout très prenant. Entre interventions, entraînements et vie de groupe, la routine n’existe pas dans ce service d’élite surtout quand Nicolai Novic et Sebastian Sdarise, deux dangereux criminels décident de passer à l’action en éliminant leurs rivaux…
L’auteur : Philippe Deparis est un pseudo. Avec 20 années dans la police, il a fait également partie de la BRI (Brigade de Recherche et d’Intervention) où il a été  opérateur.

 

 

Extrait :

Le malinois est lancé. Je peux suivre sa progression avec la caméra embarquée sur sa tête. Son maître, Patrick, me montre sa progression sur l’écran de contrôle. J’ai également un visuel de l’animal dans le reflet de la glace qui se trouve sur le mur de la chambre du forcené. HK passe en force sous le bouclier et regarde rapidement dans la pièce avant de fondre sur l’individu, et de le mordre à l’avant-bras gauche.
Le forcené hurle immédiatement et lâche sa machette. Mais il tient toujours un couteau dans la main gauche. La douleur l’empêche de frapper l’animal. Au contraire, il le jette dans un mouvement brusque, le projetant contre le mur. L’arme rebondit avant de finir sa course sous une commode. Avec sa main libre, il essaye désespérement de se dégager en saisissant la mâchoire supérieure du chien.

– Lâche-moi, hurle-t-il. J’ai mal, lâche-moi !

Mais HK accentue sa pression en regardant sa proie, droit dans les yeux, comme pour le défier. On peut l’entendre respirer bruyamment, sans lâcher prise. 

Les missives de Fanny H

BRI, les formes de l’ombre : polar de Philippe Deparis

Le commissaire François Le Mouël est à l’origine de la création de la Section de Recherche et d’Intervention à la préfecture de police le 22 septembre 1964. C’est trois ans plus tard, en 1967, que la section prendra le nome de Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI). La BRI est alors installée au 36 quai des Orfèvres. Elle est placée sous l’autorité de la Direction Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ) de la préfecture de police de Paris. En 1972, suite à la prise d’otages des Jeux Olympiques de Munich au cours de laquelle plusieurs personnes ont été tuées, la préfecture de police créée la Brigade Anti-Commando (BAC).

Son rôle consiste à regrouper plusieurs services d’urgence autour de la BRI lors de crises majeures. La BAC fait partie de la Force d’Intervention de la Police Nationale (FIPN) avec le RAID et les GIPN. C’est à partir de 1977 que d’autres BRI commencent à voir le jour dans plusieurs grandes villes françaises.
Ses missions principales sont l’interpellation de malfaiteurs se livrant à du banditisme grave comme les vols à main armée, les prises d’otages et les séquestrations. La BRI intervient sur les vingt arrondissements parisiens alors que le RAID couvre donc 21 départements limitrophes de la capitale. Néanmoins, dans les situations les plus graves, le RAID peut-être compétent pour intervenir dans la France entière. Hauts fait : intervention aux côtés du RAID à l’Hyper Cacher (2015), intervention lors du braquage de la bijouterie Cartier (2014).

Il me tardait d’immerger dans ce roman, qui de part son auteur, me semblait vraiment très intéressant. 

Aux premières pages, Philippe Deparis nous présente de façon très détaillée l’équipe que nous allons suivre. Ensuite, nous entrons directement dans l’action. Le vocabulaire de l’auteur est hyper professionnel et j’ai eu un peu de mal au début car ce n’est pas évident d’assimiler des mots que nous n’employons pas.

Puis, une fois cette barrière passée très rapidement, je me suis attachée aux personnages. L’auteur a réussi à me faire ressentir, une infime partie certes, mais une partie quand même de ce stress que ces hommes et femmes éprouvent au cours de leurs missions. On le vit en même temps. On ne peut que constater le professionnalisme de Philippe Deparis et son attachement à nous transmettre ses connaissances. J’ai vibré aux côtés de cette équipe. 

Vous découvrirez aussi un exercice, qui fait parti de leur quotidien, décrit dans les moindres détails.

Dans BRI Les formes de l’ombre, nous sommes véritablement au cœur de l’enquête et de leurs vies. Nous somme bien loin d’imaginer les difficultés qu’ils peuvent avoir en jonglant avec métier et vie privée. Cela reste très compliqué et ils sont parfois amenés à choisir entre les deux. Pourtant, ils sont comme nous, même si parfois on aurait tendance à l’oublier lorsqu’on les voit armés et habillés façon RoboCop. Ce ne sont pas des maitres de force tout le temps, ils ont leur part de doute et doivent faire face aux aléas de la vie comme tout le monde. Ce sont des êtres humains avant tout.

Comme l’auteur nous l’indique, ils peuvent avoir fini une mission et d’un seul coup avoir une alerte intervention. Et si quelques-uns sont équipés en civil, parfois ils n’ont pas le temps de se changer car seul compte la rapidité d’action.

Malgré certains caractères bien trempés, vous verrez qu’ils sont toujours là les uns pour les autres, même après un coup dur ou une engueulade, cela vaut entre plusieurs services ou entre plusieurs arrondissements.
L’équipe sera aussi en danger en essayant d’intercepter un individu très dangereux alors qu’ils sont à moto. Celui qui est à l’arrière va tirer sur les fuyards mais va faire prendre également de gros risques au pilote suite à la détonation qui peut parfois lui passer au ras du visage. Ils doivent non seulement penser à neutraliser l’homme, penser à la sécurité des passants ainsi que la leur. D’ailleurs, les scènes de poursuite et d’interpellation sont extrêmement bien décrites. On visualise très bien et on comprend beaucoup mieux, les images ont défilé dans ma tête comme dans un film.

La BRI est hyper organisée car il y a toujours l’éventualité qu’un grain de sable surgit dans le rouage. L’auteur nous présente cette brigade comme une belle histoire d’amitié avec sa solidarité, l’amour du métier, des uns et des autres avec parfois ses coups de gueule et ses failles. La cohésion est indispensable, il faut qu’ils soient et restent unis.

Philippe Deparis fait vivre aussi à cette équipe la traque et l’arrestation d’un terroriste. C’est un passage très impressionnant car aussitôt il m’est venu en tête les images des attentats que notre pays a déjà connu.

Alors, si vous avez envie d’apprendre énormément, car ce livre fourmille de renseignements sur la BRI, et être au cœur de son fonctionnement, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Un incontournable de 2021.

Lien vers la vidéo de l’auteur :

http://www.youtube.com/watch?v=jWsrFhXV2dA

 

(Merci aux éditions Mareuil)

4 réflexions sur “BRI : Les formes de l’ombre de Philippe Deparis

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s