Le serpent, M.A. Graff

En voyage avec Collectif Polar

Et si on prenait la direction de l’océan Indien

Si on visitait un île volcanique…

Si on accostait sur l’ile Maurice. Prêt-e-s pour le départ ?


Le livre : Le serpent de M.A. Graff. Paru le 20 mars 2012 aux éditions Ramsès 6 dans la collection Ombres et mystères. 18 €. (287 p.) ; 21 x 15 cm

4e de couv : 

Mal à l’aise, tout le monde se dévisage dans la pièce.

La vieille dame n’aurait pas dû prendre un bain nocturne… Personne n’était là pour lui venir en aide.

Mais personne n’est aussi gêné que Myra. La veille au soir, à table, elle évoquait les décès dûs à ces poissons venimeux.

S’agit-il bien d’un accident ?

Ou alors, l’inspiration a-t-elle jailli pour un assassinat ?

L’auteur : Née le 24 juin 1970, M.A. Graff est écrivaine et juriste de Droit International. Titulaire d’un DESS de Droit des affaires Internationales en France et d’un LLM in International Busines Law au Royaume-Uni. Après avoir travaillé dans de grands groupes internationaux, elle a écrit et publié des énigmes policières dans le style d’Agatha Christie qui fidélisent des publics variés.
Extraits : 
« Mais qu’est-ce qui lui prenait de raconter sa vie à ce type ? Ce devait être ces yeux bizarres qui la suivaient, inquisiteurs… et sa voix… Il lui rappelait… Mais qui lui rappelait-il ? Elle n’avait jamais vu un homme pareil.
– Il est parti en vous laissant derrière lui ? Est-il fou ?
– Arrêtez de me dévisager comme si j’avais une verrue sur le nez. On ne vous a jamais parlé de l’impolitesse de fixer ainsi les gens, Monsieur Vilmos ? Et maintenant, puis-je m’en aller, s’il vous plaît ? lui rétorqua Myra, énervée.
Souple et félin, il se redressa galamment pour lui permettre de passer devant lui avec son sac. Myra le remercia d’un mot sec, et se rendit brusquement compte qu’il était beaucoup plus grand qu’elle. Les autres passagers rassemblaient leurs possessions et quittaient la cabine, qui se vidait peu à peu.
– Oui, vous êtes exceptionnelle… à plus d’un titre. Peut-être devrais-je vous enlever, Mademoiselle Ferenczi, ajouta-t-il sur le ton de la plaisanterie.
Mais plaisantait-il vraiment ? Ce type était vraiment aussi étrange qu’importun… »
« L’assassin continua à méditer sur le plan qui s’était formé dans sa tête, sous le coup d’une inspiration subite. A l’aide d’un bloc de papier, armé de son intelligence claire et logique, la créature détailla sommairement les modalités de l’exécution de sa victime. Le stylo courait habilement sur le papier et l’esprit qui le guidait envisageait méthodiquement chacune des possibilités, donnant du mou à l’ensemble en cas de circonstances imprévues. Finalement, satisfait, le meurtrier sourit. Si quelqu’un s’était trouvé dans la pièce, il aurait été glacé d’effroi par le contraste entre le plan d’assassinat froidement prémédité, couché sur le papier d’une belle écriture harmonieuse, et le visage serein et bienveillant qui le surplombait. D’un geste sûr, la silhouette lança son stylo sur la table et relut ses notes plusieurs fois, jusqu’à les mémoriser entièrement. Le beau visage de la jeune femme qui avait naïvement détaillé son idée lui revint en mémoire. Et elle ? Il faudrait aussi s’occuper d’elle… A tout prix, elle ne devrait jamais deviner la vérité… Son regard s’accrocha à ses mains. Non, pas pour l’instant, décida finalement le meurtrier. Pas tout de suite. »

Le post-it de Ge

Le serpent, M.A. Graff

C’est avec ce qui semble être son sixième polar que je découvre la plume de M.A. Graff.

Ce qui m’a d’abord intrigué avant même l’histoire c’est le nom de l’éditeur éditeur,
Les éditions Ramsès VI. Un éditeur (mais où est-il aller chercher son nom) qui ne publie quasiment que cet auteur. En effet dans son catalogue il n’y a pratiquement que les polars de Madame Graff. Il y avait de quoi être suspicieuse, non ?

Aussi pour tenter de comprendre, je me suis dit que le mieux s’était de lire un de ses polars. J’ai bien failli prendre un de ses derniers qui se passe en Bretagne et puis finalement j’ai choisi « Le serpent » peut-être par ce que j’avais besoin de dépaysement…

Mais alors que peut bien raconter « Le serpent »

Dans la propriété de Rose-Belle, sur l’île Maurice, une vieille femme prend un bain nocturne. Personne n’est là pour l’aider et elle meurt. Myra Ferencsy, auteure de romans policiers et compagne du petit-fils de la victime est très gênée : la veille au soir, elle évoquait des décès dus à des poissons venimeux…

J’ai tout de suite accroché au prologue. Celui-ci m’a donné envie de poursuivre ma lecture. Le ton était juste. Aussi j’ai fait la connaissance de Myra et elle aussi je l’ai suivi dans ses aventures rocambolesques. Car dans ce polar nous alors de rebondissements en rebondissements et tout cela en fait un parfait divertissement. Bref un bon petit polar bien écrit et bien sympathique. Une aventure à retenter. Peut-être en Bretagne cette fois…Oui je sais je suis une incorrigible lectrice de polar breton ou bretonnant. Alors madame Graff, il se pourrait bien que je vienne une nouvelle fois à votre rencontre en compagnie de votre nouveau détective.

 

Citations:
 » – Dans quelle partie de l’île avez-vous l’intention de vous rendre ?
Myra sursauta violemment, comme sous un électrochoc. Elle avait complètement oublié la présence de l’occupant du siège d’à-côté, qu’elle avait fini par considérer définitivement muselé. En se tournant vers lui, elle ressentit à nouveau le magnétisme de sa personnalité. Il donnait une impression de puissance totalement maîtrisée, comme un grand prédateur tapi en embuscade »
« Le tueur se redressa, satisfait. Il sortit un briquet de sa poche et réduisit les feuillets en cendres, s’assurant que plus rien ne subsistait de son plan en émiettant avec soin les bouts de papier calcinés dans la corbeille à papier. « 

4 réflexions sur “Le serpent, M.A. Graff

  1. Pour le coup, je n’ai pas du tout aimé ce roman, j’ai trouvé ça trop capillotracté, je n’ai pas du tout apprécié l’écriture… Vraiment pas pour moi.
    En revanche, je dis « oui » aux polars bretons ! (je n’ai pas retenté les romans de Graff depuis que j’ai lu « Le serpent », honnêtement.)

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s